La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « nausée »

Nausée

Variantes Singulier Pluriel
Féminin nausée nausées

Définitions de « nausée »

Trésor de la Langue Française informatisé

NAUSÉE, subst. fém.

A. −
1. Vieilli. Mal de mer. Synon. méd. naupathie:
1. Il était bien un peu malade, mais qu'importe! Il ne comptait pas ses nausées, et, quand son corps se tordait sous le mal de mer, son esprit s'ébaudissait d'une immense satisfaction. Verne,Tour monde,1873, p.95.
2. Envie de vomir, suivie ou non de vomissements. Synon. haut-le-coeur, mal au coeur*, mal de coeur* (fam.).Nausées atroces; avoir la nausée, des nausées (synon. avoir le coeur sur le bord des lèvres, avoir le coeur qui chavire); douleurs, migraines, vertiges accompagnés de nausées. Elle fut prise d'une nausée si soudaine, qu'elle eut à peine le temps de saisir son mouchoir sous l'oreiller (Flaub.,MmeBovary,t.2, 1857, p.170).Au moment d'avaler la première bouchée d'une côtelette appétissante, une nausée, un étourdissement m'arrêtèrent (Proust,J. filles en fleurs,1918, p.495).V. épigastre ex. et haut-le-coeur ex.:
2. Une nausée lui serra tout à coup les entrailles et fermant les yeux il s'appuya un instant au dossier d'un meuble dans la pièce sans lumière qu'il traversait (...). Tout son visage était baigné d'une sueur dont il sentait les gouttes rouler sur son cou. Green,Chaque homme,1960, p.1327.
B. − Au fig. Sensation de dégoût insurmontable, sentiment de profonde répugnance (dans l'ordre intellectuel ou moral). Synon. écoeurement, horreur, répulsion.Comme tu dois être punie, pauvre mère, par le remords! Et cet être, quelle nausée de lui, tu dois éprouver maintenant que tu vois clair! (H. Bataille,Maman Colibri,1904, iv, 5, p.29).Est-ce que jamais vous n'avez eu la nausée en regardant le calendrier, à voir les semaines passer, passer toujours sans un changement (Montherl.,Songe,1922, p.178):
3. Une nausée universelle devant les insuffisances de ce monde soulève le coeur des Slaves, des Germains et des Latins. Elle se manifeste, chez les premiers par le nihilisme, chez les seconds par le pessimisme, chez nous-mêmes par de solitaires et bizarres névroses. Bourget,Essais psychol.,1883, p.10.
Locutions
Donner la nausée, des nausées à qqn. Synon. lever le coeur.Leurs propos et leurs rires lui donnaient la nausée (Rolland,J.-Chr.,Adolesc., 1905, p.365).Pour unique perspective, cette rentrée scolaire, cet internat de Normale, qui lui donnaient la nausée (Martin du G.,Thib.,Sorell., 1928, p.1238).
C'est à donner la nausée, des nausées. C'est écoeurant, exaspérant. Les Trois Mousquetaires sont exécrables. On est fâché d'avoir lu cela (...). C'est vulgaire; c'est à donner des nausées! (Balzac,Lettres Étr.,t.3, 1845, p.163).
Jusqu'à la nausée. Jusqu'à la saturation, jusqu'au dégoût. Ma chambre. Hideux petit univers, dont tous les détails me sont archiconnus, jusqu'à la nausée (Martin du G.,Thib.,Épil., 1940, p.990).L'on parle volontiers du mystère de la poésie et des lettres. L'on en parle jusqu'à la nausée (Paulhan,Fleurs Tarbes,1941, p.9).
REM.
Nauséen, -éenne, adj.De nature à provoquer des nausées. Synon. nauséeux.Que peut avoir avalé Jacques-Émile Blanche, quelle coloquinte, quelle herbe nauséenne, pour avoir cette crampe buccale dans ce visage pâle (L. Daudet,Salons et journaux,1917, p.194).
Prononc. et Orth.: [noze]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1. 1495 «envie de vomir» (B. de Gordon, Pratiq., V, 8 ds Gdf. t.3, p.725); 1573 «envie de vomir due au mal de mer» (Guillaume Paradin, Mém. de l'histoire de Lyon, Lyon, A. Gryphius, A Monseigneur Françoys de Mandelot [*2]: ... endurent mesmes agitations, elancemens et nausees en temps de tempestes); 2. 1752 fig. (Trév.). Empr. au lat. nausea «mal de mer; nausée»; fig. «dégoût», v. aussi noise. Fréq. abs. littér.: 374. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 184, b) 500; xxes.: a) 643, b) 778. Bbg. Arnold (W.). Ennui, spleen, nausée, tristesse. N. Spr. 1966, t.15, pp.166-169.

Wiktionnaire

Nom commun - français

nausée \no.ze\ féminin

  1. Envie de vomir.
    • Il n’était plus qu’une loque humaine anéantie par la nausée. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 252 de l’édition de 1921)
    • À midi, elle n’avait rien bu, rien mangé. J’avais insisté, mais la seule vue des saucisses et des œufs brouillés lui donnaient, avait-elle dit, des « projets de nausées ». — (Philippe Labro, L’étudiant étranger, Gallimard, 1986, page 252)
    • L'usage d'alcool entraîne une accumulation d’acétaldéhyde à l'origine de nausées, de vomissements, d'un flush facial et de malaises. — (Laurent Karila, Idées reçues sur l'addiction à l'alcool: comprendre et sortir de la dépendance, Éditions Le Cavalier Bleu, 2018)
    • Lors de l’intoxication aiguë, la présentation classique initiale est la triade : céphalées, nausées, vomissements et sensations vertigineuses. — (« Pathologies toxiques non tumorales », chap. 8 de Toxicologie, ouvrage collectif sous la direction de Xavier Coumoul, Éditions Dunod, 2017, rééd. 2019, page 192)
  2. (Figuré) Impression de dégoût.
    • D’autres fois, il clamait à pleine voix : — J’aime l’Angleterre, mais le puritanisme, voyez-vous, je l’abhorre, il me donne la nausée, il me soulève le cœur. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 36 de l’édition de 1921)
    • Tout ce qu’il entendait autour de lui, les tuyaux refilés d’une oreille à l’autre, les vaines discussions d’intérêts sordides, les propositions abracadabrantes, lui occasionnaient parfois des nausées. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930)
    • [.] la journée passait, inutile, superflue, fatigante. Chaque mouvement provoquait, non de la douleur, mais, pire encore, une nausée. [.] Pas la maladie, pas la faiblesse du corps, mais cette nausée. — (Roman Sentchine, Les Eltychev, Éditions Noir sur Blanc, Lausanne, 2009, page 232)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

NAUSÉE. n. f.
Envie de vomir. Avoir la nausée. Être pris de nausées. Fig., La lecture de ce roman m'a donné la nausée.

Littré (1872-1877)

NAUSÉE (nô-zée) s. f.
  • 1Sensation éprouvée par ceux qui, n'ayant pas l'habitude de la navigation, sont tourmentés d'envie de vomir.
  • 2Envie de vomir en général. Les nausées précèdent le vomissement.
  • 3 Fig. Dégoût qu'inspirent dans l'ordre intellectuel ou moral les choses fastidieuses ou honteuses. Il ne nous est pas libre d'éprouver ou non des nausées à son aspect, Diderot, Rech. philos. sur le beau, Œuv. t. II, p. 472, dans POUGENS. Voilà je ne sais combien de fois que je prends la plume pour faire l'article Marin, et la remets dans l'encrier ; à quoi bon ces délais ? malgré la nausée, il faut toujours y venir, Beaumarchais, 4e mémoire.

HISTORIQUE

XVIe s. À cause d'ung estouffement, qui luy estoit ordinaire, que les medecins appellent nausée ; car il ne trouvoit goust en viande quelconque, Carloix, VI, 50.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

NAUSÉE S. f. (Médec.) l’aversion qu’on a pour tous les alimens, ou pour certains alimens en particulier, s’appelle dégoût ; c’est un symptome qui semble composé du défaut du vice de l’appétit & de la nausée.

Si l’on a pris des substances pourries, corrompues, rances, nidoreuses, visqueuses, grasses, oléagineuses, dégoutantes, il les faut éviter dans la suite, & les chasser du corps soit par le vomissement, soit par les selles.

Si la corruption des humeurs de la bouche, des narines, des dents, du gosier ; si la matiere capable de causer des catharres, des aphthes, vient à produire cette maladie, on évite la déglutition de ces humeurs viciées ; on la détourne autre part ; on se lave fréquemment la bouche avec les antiseptiques.

Quand le ventricule & le pancréas sont remplis d’un suc morbifique, & qu’une bile de mauvaise qualité vient à couler dans le premier de ces visceres, & qu’il s’y trouve en même-tems un amas de cacochylie crue, il faut employer les évacuans pour chasser par haut & par bas toutes ces matieres, ensuite recourir aux stomachiques pour empêcher qu’elles ne se reforment de nouveau.

La nausée qui vient sur mer, ou lorsqu’on est en voiture sur le devant d’un carrosse fermé, ou celle qui est la suite de quelqu’autre mouvement extraordinaire & de quelque passion de l’ame, se dissipe en ôtant les causes, en changeant de position, en prenant les acides, &c. mais elle est dangereuse dans la lienterie, la dyssenterie, le cholera ; il la faut alors traiter par les anodins stomachiques.

Celle qui accompagne les fievres aiguës, ardentes, érésipélateuses, putrides, purulentes, malignes, hectiques, la phthysie, la goutte des piés, est un fâcheux symptome qui demande ordinairement les acides agréables, les délayans & les anodins ; mais ce ne sont là que des remedes palliatifs.

Dans la constipation, la suppression d’un ulcere, ou de quelqu’autre évacuation ordinaire, il convient de rétablir l’évacuation, ou d’en procurer une autre qui fasse le même effet.

En général les présages varient autant que les causes. Dans cette maladie on doit attendre que le sujet qui en est constamment attaqué, prendra moins d’alimens que de coutume, qu’il en résultera une mauvaise chylification, la maigreur du corps, la foiblesse, le dépérissement sensible de toute la machine, & finalement sa destruction. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « nausée »

Lat. nausea, de ναυσία, mal de mer, de ναῦς, nef.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1495)[1][2][3] Du latin nausea (« mal de mer »)[1][2][3], du grec ancien ναυτία, nautía[1][4][3], lui-même de ναύτης, nautês (« marin, matelot »)[5], dérivé de ναῦς, naûs (« navire, bateau »)[1][3] → voir noise.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « nausée »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
nausée nose

Citations contenant le mot « nausée »

  • Se marier, c'est consommer le même épiderme jusqu'à la nausée. De Régis Hauser / Les murs se marrent
  • Il est bon d’avoir satisfait son désir en tout, mais il est sage et avisé de ne pas ruminer sa satisfaction jusqu’à la nausée, l’indigestion ou l’insensibilité. De Alexandra David-Néel / Correspondance
  • La contemplation de certains bonheurs dégoûte du bonheur : quel orgueil ! c'est quand on est jeune surtout que la vue des félicités vulgaires vous donne la nausée de la vie. De Gustave Flaubert / Correspondance
  • Ce malaise devant l'inhumanité de l'homme même, cette incalculable chute devant l'image de ce que nous sommes, cette nausée comme l'appelle un auteur de nos jours, c'est aussi l'absurde. De Albert Camus / Le mythe de Sisyphe
  • Les infirmes, comme les jolies femmes, sont las d'être regardés; ils ont la nausée de vivre cernés par le regard des autres. De Yukio Mishima / Le pavillon d'or
  • La dompéridone, molécule active de Motilium, prescrite contre les nausées et les vomissements, expose à un risque accru de troubles du rythme cardiaque et d’arrêt cardiaque, en particulier chez les plus de 60 ans et en cas de dosage supérieur à 30 mg. , Effets secondaires : l’anti-nausée Motilium 
  • Pour étayer leur étude, VR Heaven a collecté des données sur les habitudes et les conséquences de la réalité virtuelle sur les sujets questionnés. Ainsi, ils ont dû dire si ils étaient capables de surmonter la nausée provoquée par la réalité virtuelle. Voici les résultats obtenus: Réalité-Virtuelle.com, Comment apparaît la nausée de la VR selon le sexe
  • Cette intense douleur pulsatile, qui prend en étau la moitié du crâne durant 4 à 72 h, entraîne des nausées "chez 40% des migraineux à chaque crise, tandis que 90% en souffrent régulièrement. Et, chez les enfants, la migraine peut se manifester exclusivement par des nausées, sans aucune douleur. On a longtemps cru à des "crises de foie", alors qu’il s’agit d’une migraine", clarifie la neurologue Carole Séréni, auteur de Douleurs chroniques et opiacés (éd. du Cerf). Pour autant, ces nausées ne sont aucunement un symptôme digestif, mais cérébral. "La migraine entraîne des modifications dans certaines zones du cerveau, qui interviennent dans le contrôle du corps, et cela active, en particulier, les voies neurologiques qui pilotent les nausées", décrypte le Dr Séréni. Femme Actuelle, J’ai souvent des nausées : qu'est-ce que ça cache ? : Femme Actuelle Le MAG
  • Par ailleurs, l’ARS mesure également la quantité de cyanobactéries toxinogènes. Et ce sont elles qui conditionnent une interdiction de la baignade, si leur nombre est supérieur à 20 000 cellules/ml. À deux reprises, cette valeur a justement été dépassée. Chez les hommes, les cyanobactéries peuvent provoquer des symptômes divers : irritation cutanée, crampes d’estomac, vomissements, nausée, diarrhée, fièvre, céphalées… Et lorsque les toxines que ces algues produisent sont abondantes, elles peuvent s’avérer réellement dangereuses. « De ce fait, la baignade est interdite, mais les autres activités nautiques restent possibles selon le protocole mis en place par nos soins », poursuit l’ARS. Sur place, les responsables de la base ont dû réagir immédiatement. « Des panneaux d’information ont été placés à chaque entrée de la base et nous avons clôturé l’accès à l’eau. Un maître nageur reste présent sur site pour faire respecter, si nécessaire, cette interdiction », détaille Renaud Lambolez, qui précise que les dernières analyses sont rassurantes. , Environnement | La base nautique polluée par des algues : la baignade interdite
  • « Mon surveillant de détenu a attrapé un cafard et l’a mis dans ma bouche alors qu’il était encore vivant. Il ne m’a pas laissé le mâcher et m’a menacé de me battre si je le faisais. Il a continué à mettre des cafards dans ma bouche, mais ne m’a pas laissé les avaler. Il voulait qu’ils marchent dans ma bouche. Ce n’est qu’après que j’ai pu les avaler. Leur goût m’a donné la nausée. J’étais dans une détresse insupportable. » Info Chrétienne, Détenu plus de 3 ans en Chine à cause de sa foi, un chrétien témoigne des tortures et de l'endoctrinement
  • Gastro-entérite, grossesse, mal des transports, chimiothérapie… Les nausées peuvent survenir dans diverses situations et créer un vrai inconfort. Mais bonne nouvelle : pour les atténuer, il est possible de recourir à des remèdes naturels. Bio à la une, Les remèdes naturels contre les nausées | Bio à la une
  • Mal des transports, migraine, nervosité… Les nausées peuvent avoir des origines multiples. Il existe heureusement quelques astuces pour les dompter. Femme Actuelle, 8 astuces pour se débarrasser des nausées : Femme Actuelle Le MAG
  • En février 1942, dans l’Atlantique nord, un destroyer allié en route vers Liverpool traverse une périlleuse zone de navigation. Mais peut compter sur l’extraordinaire abnégation de son commandant… Annulé en salles et gros succès sur Apple TV+, le long métrage bien documenté d’Aaron Schneider accorde un rôle de choix à Tom Hanks. Jusqu’à la nausée ? Télérama, “USS Greyhound” sur Apple TV+ : un carton porté (et un peu plombé) par Tom Hanks

Images d'illustration du mot « nausée »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « nausée »

Langue Traduction
Anglais nausea
Espagnol náusea
Italien nausea
Allemand übelkeit
Chinois 恶心
Arabe غثيان
Portugais náusea
Russe тошнота
Japonais 吐き気
Basque goragalea
Corse nausea
Source : Google Translate API

Synonymes de « nausée »

Source : synonymes de nausée sur lebonsynonyme.fr

Nausée

Retour au sommaire ➦

Partager