Remontrer : définition de remontrer


Remontrer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

REMONTRER, verbe

A. − Empl. trans.
1. Montrer de nouveau. Son art de description qui remontre ce qu'on a vu en le disant comme on n'osait et ne pouvait pas le dire (Alain-Fournier,Corresp. [avec Rivière], 1906, p. 295):
1. ... sa grand'mère s'épuisait à la calmer. − Voyons, voyons, mon petit lapin (...) On ne te mange pas, parce qu'on te demande en mariage... Ton cousin n'a rien dit de mal, regarde-le, ne fais pas la bête. Aucune bonne parole ne put la déterminer à remontrer sa figure. Zola,Terre,1887, p. 488.
Empl. pronom. réfl. Paraître de nouveau en public ou devant quelqu'un. Comment ose-t-il se remontrer! (Ac.). Les aristocrates se remontrent effrontément dans les sections et dans la commune (Marat,Pamphlets, À ses concitoyens, 1792, p. 307).Mais depuis, ce brigand n'a pas eu l'impertinence de se remontrer? (Pourrat,Gaspard,1925, p. 18).
2. Vieilli. Remontrer à qqn qqc./remontrer à qqn + prop. complét.Exposer à quelqu'un, avec force ce qui est blâmable ou critiquable dans son comportement ou sa façon de penser. Remontrer sa faute, ses erreurs à qqn; remontrer à qqn qu'il est indigne. Dans le roman de Guillaume de Lorris, Raison, voulant détourner l'Amant du service d'Amour, s'applique à lui remontrer combien, à aimer, il y a peu de joie pour tant de peines (Faral,Vie temps st Louis,1942, p. 241):
2. Les soussignés, nobles de la cité de Milan (...) se permettent de remontrer humblement à Votre Sainteté le péril qu'elle fait courir au bon droit et à la justice en couvrant de sa protection l'imposteur Prospero... Renan, Drames philos., Eau Jouvence, 1881, V, 2, p. 504.
P. ext. Remontrer à qqn + prop. complét.Faire remarquer avec autorité à quelqu'un que. J'essayai de remontrer à Mademoiselle Préfère que j'entendais ne rien changer au train de ma vie fort avancée et que j'avais autant de bonheur qu'en comportaient ma nature et ma destinée (A. France,Bonnard,1881, p. 451).Gaspard remontra que paraissaient encore dans la montagne certains gros vieux loups qui se faisaient un nom à force de ravages (Pourrat,Gaspard,1930, p. 218).
[Introduisant un discours dir.] Je n'irai pas à la noce! protestait le cadet (...) − Tu es le garçon d'honneur de ta sœur, lui remontrait ma mère (Colette,Sido,1929, p. 173).
B. − Empl. intrans. ou trans. indir.
1. Empl. intrans.
a) HIST. DES INSTIT. Faire des remontrances. Sans prétendre leur enlever le droit de remontrance, la royauté voulut en restreindre l'exercice, assujettir les cours à enregistrer d'abord sauf à remontrer ensuite, à céder lorsque, après leurs remontrances, le roi persistait dans sa volonté (MarionInstit.1923).
b) VÉN. [En parlant des chiens] Se rabattre de voies trop vieilles (d'apr. Duchartre 1973).
2. Empl. trans. indir. Remontrer et, le plus souvent, en remontrer à qqn (sur qqc.).Donner, en affectant d'être supérieur, des leçons à quelqu'un. Fontan avait mis à la porte Madame Lerat, en disant qu'il ne voulait plus la rencontrer chez lui (...). Aussi ne tarissait-elle pas contre ce grossier personnage (...) avec des mines de femme comme il faut, à qui personne ne pouvait en remontrer sur la bonne éducation (Zola,Nana,1880, p. 1308).Dans La moisson rouge, ces dialogues, menés de main de maître, sont à en remontrer à Hemingway ou à Faulkner même. Et tout le récit mené avec une habileté, un cynisme implacables (Gide,Journal,1943, p. 213).
Proverbe. C'est Gros Jean qui (en) remontre à son curé. V. curé A.
REM.
Remontreur, -euse, subst. masc. et adj.a) Subst. masc. Celui, celle qui fait des remontrances (v. remontrance A). (Dict. xixeet xxes.). b) Adj., rare. Réprobateur. Sa voix, petit à petit, prenait un accent pénétré, remontreur et sentencieux (Duhamel,Jard. bêtes sauv.,1934, p. 213).
Prononc. et Orth.: [ʀ əmɔ ̃tʀe], (il) remontre [-mɔ ̃:tʀ ̭]. Ac. 1694, 1718: -monstrer ,,l's ne se prononce point``; dep. 1740: -montrer. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1175 « exposer, montrer, faire connaître » (Chronique Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 33514: li remostroct [...] le bien); fin xives. pronom. « se montrer, se faire voir » (Froissart, Chron., éd. S. Luce, t. 8, p. 251: se remoustra au duch); 2. fin xives. « exposer à quelqu'un (ce qu'on lui reproche) » (Id., ibid., éd. G. Raynaud, t. 10, p. 236: Dieu [...] leur remonstrera leur orgueil); 1465 hist. « faire des remontrances au roi » (Ordonnances des Rois de France, t. 15, p. 195: plaintes et doleances remonstrer); ca 1610 absol. « faire des remontrances » (Beroalde de Verville, Moyen de Parvenir, Homélie, éd. H. Moreau et A. Tournon, fac-similé, p. 69: l'Abbesse [...] lui remonstra); 3. a) 1656 « donner des leçons, se montrer supérieur » (Molière, Dépit amoureux, II, 6: les jeunes enfans remontrent aux vieillards); ca 1803 en remontrer à qqn (Aubert, Les Nouv. mots poissards ds Quem. DDL t. 32); b) 1718 c'est gros Jean qui remonstre à son Curé (Ac.); 1875 c'est Gros-Jean qui en remontre à son curé (Lar. 19e). B. 1555 « montrer de nouveau » (Ronsard, Odes ds Œuvres, éd. P. Laumonier, t. 7, p. 59, 93: remontre sa face claire); 1571 pronom. « se montrer de nouveau » (Id., Les Œuvres, ibid., t. 15, p. 328, 40: quatre fois se remonstre au passant). Dér. de montrer*; préf. re-*. Fréq. abs. littér.: 158.

Remontrer : définition du Wiktionnaire

Verbe

remontrer \ʁə.mɔ̃.tʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se remontrer)

  1. Montrer de nouveau.
    • Geo lui redésigna la caisse et lui remontra, du pouce, l’autre côté de la cour. — (A.-L. Dominique, Le gorille en bourgeois, Gallimard, 1956, chapitre XI)
  2. (Pronominal) Se montrer de nouveau, reparaître.
    • Après une longue nuit, l’aurore du bonheur se remontre à peine ; pourrais-je m’y dérober et me replonger dans cette nuit lugubre ? — (Isabelle de Charrière, Caliste ou Lettres écrites de Lausanne, 1787, lettre 21)
  3. Représenter à quelqu’un sa faute, son tort, son insuffisance.
    • Nestor voulut lui remontrer le tort qu’il avait ; mais ce sage vieillard, reconnaissant bientôt la désolation du jeune homme, changea ses graves remontrances en des paroles de tendresse, pour adoucir son désespoir. — (François de Salignac de La Mothe-Fénelon, Les Aventures de Télémaque, livre XIII, 1699)
    • Tu as raison, mon ami ; tu me remontres bien mon devoir ici pour toi ; mais tu n’as jamais su le tien pour moi, quand nous étions dans Athènes. — (Marivaux, L’Île des esclaves, 1725, scène 9)
    • Acte et parole qui ne lui faisaient pas honneur ; car, ainsi que le marchand de marrons le lui remontra justement, on ne doit pas battre un enfant, ni lui reprocher son père, qu’il n’a pas choisi. — (Anatole France, Crainquebille dans Opinions sociales, G. Bellais, 1902)
    • Le rossignol lui remontra la légèreté de son offense, et le paysan, touché de ses discours, le relâcha. — (Gaston Paris, Le Lai de l’Oiselet dans Légendes du Moyen Âge, Hachette, 1903)
  4. Pouvoir ou affecter de pouvoir donner une leçon à quelqu’un (construit le plus souvent sous la forme « en remontrer à »).
    • N’allez pas croire que les poètes de ville puissent en remontrer à ce poète des champs ; il n’a oublié aucun des secrets du métier. — (Théophile Gautier, Rapport sur les progrès de la poésie, 1868, chap. I)
    • Vous n’allez pas m’en remontrer, n’est-ce pas ? Je n’en suis pas à mon premier duel ! — (Georges Feydeau, La Dame de chez Maxim, 1899, acte I)
    • Eh bien ! je vois qu’elle pourrait plutôt t’en remontrer là-dessus, car tu n’es guère dégourdi ! — (Eugène Demolder, Le Jardinier de la Pompadour, 1904, chap. 4)
    • C’est gros Jean qui en remontre à son curé, se dit lorsqu’un ignorant veut donner des leçons à quelqu’un qui en sait plus que lui.
    1. (Intransitif) (Désuet) Faire des remontrances.
      • Le Parlement a voulu remontrer.
  5. (Chasse) Donner connaissance de la bête qui est passée.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Remontrer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

REMONTRER. v. tr.
Montrer de nouveau. Comment ose-t-il se remontrer! Il signifie aussi Représenter à quelqu'un les inconvénients d'une chose qu'il a faite ou qu'il est sur le point de faire. Vous me permettrez de vous remontrer que... Il leur remontra qu'on avait oublié, qu'on avait mal entendu, etc. Remontrer à quelqu'un le tort qu'il a, lui remontrer sa faute, lui remontrer son devoir, Faire connaître à quelqu'un le tort qu'il a, lui donner des avertissements touchant sa faute, touchant son devoir.

REMONTRER s'est employé absolument au sens de Faire des remontrances. Le Parlement a voulu remontrer. Prov. et fig., C'est gros Jean qui remontre à son curé, qui en remontre à son curé, se dit lorsqu'un ignorant veut donner des leçons à quelqu'un qui en sait plus que lui.

REMONTRER, en termes de Chasse, signifie Donner connaissance de la bête qui est passée.

Remontrer : définition du Littré (1872-1877)

REMONTRER (re-mon-tré) v. a.
  • 1Montrer de nouveau. On a mal vu cet objet ; remontrez-le.

    Terme de vénerie. Donner connaissance de la bête qui est passée.

  • 2Enseigner de nouveau. Remontrez-lui tout, car il a tout oublié.
  • 3Montrer à quelqu'un en quoi il pèche. Monsieur alla trouver la reine, pour lui remontrer les grands inconvénients que la continuation de cette conduite produirait infailliblement, Retz, Mém. t. III, liv. IV, p. 34, dans POUGENS. Avec quelle sainte ardeur parut-il dans le concile de Sens pour remontrer à Pierre Abailard les conséquences et les erreurs de sa conduite ! Fléchier, Panég. II, 70. Les députés de Berne vinrent remontrer à cet ambitieux [Charles le Téméraire], que tout leur pays ne valait pas les éperons de ses chevaliers, Fléchier, Mœurs, 95.

    Remontrer à quelqu'un le tort qu'il a, lui remontrer sa faute, lui remontrer son devoir, faire connaître à quelqu'un le tort qu'il a, la faute qu'il a commise, le devoir qu'il a à remplir. Nestor voulut lui remontrer le tort qu'il avait, Fénelon, Tél. XVI. J'écris à Gabriel Cramer [libraire], et je lui remontre son devoir ; il aurait dû commencer par envoyer des exemplaires à l'Académie, Voltaire, Lett. d'Alemb. 19 déc. 1764.

  • 4 V. n. Faire une remontrance. Voyez le bel oison qui remontre à sa tante, Th. Corneille, Baron d'Albikrac, IV, 3. J'ai pris la liberté de vous faire des remontrances sur votre entreprise ; mais, après avoir remontré, il faut obéir, Voltaire, Blanc et noir.

    En parlant du parlement, faire des remontrances. Le parlement voulut remontrer ; on mit en prison un conseiller, on en exila quelques autres ; le parlement se tut, Voltaire, Louis XIV, 5.

  • 5Se montrer plus instruit sur, faire leçon. Il n'est vilain qui n'en ait fait son apprentissage [des armes], et qui là-dessus n'en remontre aux descendants de Duguesclin, Courier, Lett. X.

    PROVERBE

    C'est Gros-Jean qui remontre à son curé, se dit de celui qui veut enseigner un plus savant que lui.
    Je suis Gros-Jean qui remontre à son curé : j'aime bien mieux lui demander sa bénédiction, Voltaire, Lett. M. de Vaines, 30 mars 1776.
  • 6 Terme de vénerie. Les chiens remontrent quand ils se rabattent de voies trop vieilles.

    Un limier en remontre, quand il fait connaître qu'il trouve une voie, Alm. du chass.

  • 7Se remontrer, v. réfl. Se faire voir de nouveau. On lui avait dit la première fois, que le marquis ne serait de retour que dans trois semaines ou un mois, et sans doute elle attendait que ce temps-là fût passé pour se remontrer, Marivaux, Marianne, part. 11.

    Reparaître, être vu de nouveau. Apollon… Défendit qu'un vers faible y pût jamais entrer [dans le sonnet], Ni qu'un mot déjà mis osât s'y remontrer, Boileau, Art p. II. La pièce, après quelques représentations, disparut du théâtre pour ne s'y remontrer jamais, D'Alembert, Éloges, Genest, note 2.

HISTORIQUE

XVe s. [Messire Louis d'Espagne avoit les neuf plus beaux vaisseaux de la flotte] et entre ces neuf avoit trois galies qui se remontroient dessus tous les autres, Froissart, I, I, 195. [Le connétable de France aux assiégés de Bergerac] leur fit remontrer comment il tenoit tous leurs capitaines, par lesquels confort leur pouvoit estre venu, Froissart, II, II, 7. Pour remonstrer au roy le mauvais ordre et injustice qu'il faisoit en son royaulme, Commines, I, 2.

XVIe s. Sur quoy il me remontra que j'avois mal faict, Montaigne, I, 151. Il remontra l'obligation que la nation luy avoit, Montaigne, II, 35. Puis, ayant lavé son chef, De rechef [le soleil] Remonstre sa face claire, Ronsard, 440.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Remontrer : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

REMONTRER, v. act. (Gram.) c’est présenter des remontrances. Voyez l’article Remontrance.

Remontrer, (Vénerie.) c’est donner connoissance des voies de la bête qui est passée, il est essentiel à un bon piqueur de savoir remontrer les voies des bêtes qu’on chasse.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « remontrer »

Étymologie de remontrer - Littré

Re…, et montrer ; Berry, rebontrer ; wallon, rimostre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de remontrer - Wiktionnaire

(XIIe siècle) Dérivé de montrer avec le préfixe re-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « remontrer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
remontrer rǝmɔ̃tre play_arrow

Conjugaison du verbe « remontrer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe remontrer

Citations contenant le mot « remontrer »

  • Entre le 8 et 12 juillet, les recherches se sont intensifiées. Josey, son fils aurait été témoin direct du drame et prétend avoir vu sa mère sauter dans l’eau et ne pas remontrer. Le petit garçon retrouvé seul sur le bateau, 3 heures après les faits témoigne auprès de la police. Sa famille, dont ses parents et son frère ont été les premiers affectés par le drame. Ils ont désiré faire partie du corps de recherches pour Naya. La photo du père de Naya nageant à bras le corps, déterminé à retrouver sa fille fait le tour du monde. VL Média , Naya Rivera, la balade qui tourne au drame | VL Média
  • Un temps inquiet au sujet du maintien de sa qualification olympique pour 2021, le Belge estime que son billet pour la capitale nipponne est bien composté. « J’ai assez d’avance sur le reste des autres coureurs belges pour être sûr d’être présent à Tokyo en 2021. Il faudra juste remontrer mon état de forme sur quelques courses. » www.lamontagne.fr, Opéré du genou gauche, Jens Schuermans (Creuse Oxygène) garde les JO dans le viseur - Guéret (23000)
  • Pour remontrer au plus loin, c'est-à-dire jusqu'à onze milliards d'années, ils ont utilisé des quasars - des galaxies dont le trou noir supermassif, en leur centre, est rendu extrêmement lumineux par la matière qui y est engloutie. Courrier picard, L'Univers s'affiche en 3D dans la plus grande carte jamais publiée

Images d'illustration du mot « remontrer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « remontrer »

Langue Traduction
Corse rimpiccà
Basque remake
Japonais 作り直す
Russe переделка
Portugais refazer
Arabe طبعة جديدة
Chinois 翻拍
Allemand remake
Italien remake
Espagnol rehacer
Anglais remake
Source : Google Translate API

Synonymes de « remontrer »

Source : synonymes de remontrer sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires