La langue française

Prodigue

Définitions du mot « prodigue »

Trésor de la Langue Française informatisé

PRODIGUE, adj.

A. − Qui dilapide son bien en dépenses excessives. Synon. dépensier, dissipateur, gaspilleur, panier-percé (fam.); anton. avare, ladre (vx), pingre (fam.), regardant.Parcimonieuse et même avare, elle se montrait pour lui follement prodigue (A. France, Pt Pierre,1918, p.180):
1. Il était prodigue, sensuel, et menait un train de prince. Il avait à ses gages une troupe de musiciens, de cuisiniers, de parasites, de laquais, de chevaux et de chiens, donnant tout à pleines mains, au plaisir et à la bienfaisance, voulant être heureux, et que tout le monde le fût avec lui. Sand, Hist. vie,t.1, 1855, p.56.
À père* avare, fils prodigue.
[P. allus. à la parabole de l'enfant prodigue (Luc XV, 11-32)] Fils prodigue. La Descoings, qui voulait faire un jour de fête du retour de l'enfant qu'elle nommait prodigue, mais tout bas, avait préparé le meilleur dîner possible (Balzac, Rabouill.,1842, p.292).Enfant* prodigue.
Prodigue de.Sans être prodigue de son argent, il l'était de sa sensibilité; il avait facilement la larme à l'oeil (Rolland, J.-Chr.,Antoinette, 1908, p.831):
2. Et au contraire l'ennemi de l'avare c'est le prodigue, celui qui paie sans compter, à la condition que tout soit neuf, brillant, rapide. Que faire contre ces hommes frivoles? Il faut que l'avare devienne prodigue comme eux, prodigue de glaces, de tapis, de vernis, prodigue de fer neuf et de charbon; il y gagne... Alain, Propos,1932, p.1084.
Empl. subst. masc. Cantin, qui encaissait de grosses recettes et qui n'avait pas la réputation d'un prodigue, se décida à faire repeindre la façade des Folies-dramatiques (L. Schneider, Maîtres opérette fr.,1924, p.171).
DR. Personne qui dissipe son patrimoine. Le tribunal de grande instance peut désigner au prodigue un curateur dont l'assistance est obligatoire pour la validité de certains actes (cida1973).
B. − Au fig. Prodigue (de/en)
a) Qui donne généreusement, en abondance; péj., avec excès. On est prodigue de ce beau nom d'ami (Rolland, J.-Chr.,Buisson ard., 1911, p.1340).Je paressais immensément, épelant d'A à Z le Larousse prodigue en faciles enchantements (Queneau, Si tu t'imagines,1952, p.22).À l'ordinaire, elle était prodigue de son temps mais dès qu'on lui demandait un peu de patience, elle s'empressait de démontrer qu'aucun de ses instants ne devait être gaspillé (Beauvoir, Mandarins,1954, p.170):
3. Pourquoi donc les femmes prodigues de leurs corps, trésor dont un seul sultan doit avoir la clef, possèdent-elles plus d'adorateurs que nous autres, malheureuses martyres d'un amour unique? Baudel., OEuvres,La Fanfarlo, Paris, Gallimard, 1956 [1847], p.391.
b) [Le suj. désigne (un élément de) la nature] [Le terrain] est prodigue de fleurs et de fruits. On ne peut suffire à les recueillir (Delacroix, Journal,1824, p.95).
c) Qui fait preuve d'une largesse apparente mais sans s'engager en rien. Prodigue de bonnes paroles, de bons conseils. Il se leva brutalement, repoussa la chaise qui se renversa. Lui, si poli naguère, si prodigue de saluts et de pardons, il ne s'en soucia même pas, et il scanda d'une voix sourde, dirigée vers le sol, qui ne s'adressait à personne, le crâne pointé en bas! (Arnoux, Rêv. policier amat.,1945, p.118).
Prononc. et Orth.: [pʀ ɔdig]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1265 (Brunet Latin, Trésor, éd. Fr. J. Carmody, II, 16, 3, p.185); 1560 enfant prodigue (Bible Reb, Luc 15 d'apr. FEW t.9, p.423b). Empr. au lat. prodigus «qui prodigue». Fréq. abs. littér.: 564. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 991, b) 698; xxes.: a) 749, b) 727.

Wiktionnaire

Adjectif

prodigue \pʁɔ.diɡ\ masculin et féminin identiques

  1. Qui dissipe son bien en libéralités excessives, en dépenses déraisonnables.
    • Il n’est pas libéral, il est prodigue.
    • Prodigue de son bien et du bien des autres.
    • Enfant prodigue, Personnage d’une parabole de l’évangile, qui réclame sa part d’héritage, la dissipe, puis, tombé dans la misère, revient dans la maison paternelle, où il est accueilli avec bonté.
  2. (Figuré) Il se dit d’un jeune homme qui, après des absences et de l’inconduite, retourne dans la maison paternelle.
    • Le retour de l’enfant prodigue.
  3. En bonne part, celui qui fait de grands sacrifices pour l’utilité d’autrui.
    • Cet homme est prodigue de son bien pour soulager les malheureux.
    • Il s’est montré prodigue de son sang, de sa vie pour l’état.
  4. (Figuré) Qui distribue en abondance.
    • Cet homme est prodigue de paroles, de promesses, de serments.
    • Il n’est pas prodigue de louanges.

Nom commun

prodigue \pʁɔ.diɡ\ masculin et féminin identiques

  1. Personne prodigue.
    • C’est un prodigue.
    • Il peut être défendu aux prodigues de plaider, de transiger, d’emprunter, etc., sans l’assistance d’un conseil.
    • Ce ne sont pas toujours les gens intéressés qui sont les moins scrupuleux. Il y a beaucoup d’avares honnêtes.
      — Naturellement, darling ! dit miss Bell. Les avares ne veulent rien devoir, et les prodigues trouvent très supportable d’avoir des dettes. Il ne pensent guère à l’argent qu’ils ont, et ils pensent encore moins à celui qu’ils doivent.
      — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 143)

Forme de verbe

prodigue \pʁɔ.diɡ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de prodiguer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de prodiguer.
    • Par avance, il sait ce qu’il trouvera d’imparfait, de médiocre, de mal, d’immuable, en dépit des conseils, des admonestations ou reproches qu’il prodigue et ressasse à chaque inspection. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, 1958)
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de prodiguer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de prodiguer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de prodiguer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PRODIGUE (pro-di-gh') adj.
  • 1Qui fait plus de dépenses qu'il ne faudrait. Les personnes prodigues vivent comme si elles avaient peu de temps à vivre, et les personnes avares comme si elles ne devaient pas mourir, Sarrasin, dans GIRAULT-DUVIVIER. Elle devint avare pour elle-même, afin d'être prodigue pour Jésus-Christ, Fléchier, Duchesse d'Aiguillon. Lui-même [un homme économe] le sentit [qu'il dépensait trop], reconnut son péché, Se confessa prodigue, et, plein de repentance…, Boileau, Sat. X.

    Prodigue à. La marquise de Créqui était la femme la plus prodigue aux pauvres, et la plus avare pour elle-même, Saint-Simon, dans LAFAYE, Synon. Prodigue.

    Il se dit des choses. Des mains prodigues. Sa prodigue amitié ne se réserve rien, Racine, Brit. I, 1.

  • 2Enfant prodigue, personnage d'une parabole de l'Évangile, qui demande sa part, la dissipe, puis, misérable, revient dans la maison paternelle, où il est bien reçu.

    Fig. Enfant prodigue, jeune homme de famille qui, après des absences et de l'inconduite, regagne la maison paternelle. L'enfant prodigue est enfin de retour, Delavigne, Une famille au temps de Luther, sc. 10.

    Substantivement. Le prodigue, l'enfant prodigue. Quand on y lit [dans l'Évangile] cet heureux retour du prodigue retrouvé, et ce transport d'un père attendri qui mit en joie toute sa famille, Bossuet, Mar.-Thér.

  • 3 Fig. Prodigue de… se dit des paroles et de ce qui consiste en paroles. Il est prodigue de louanges, de compliments. Un menteur est toujours prodigue de serments, Corneille, le Ment. III, 5.
  • 4 Fig. En bonne part, qui répand avec libéralité. Vers ce temple fameux, si cher à tes désirs, Où le ciel fut pour toi si prodigue en miracles, Boileau, Lutr. VI. Prodigue de ses biens, un père plein d'amour…, Racine L. Relig. III. Soit que, jeune, on craigne moins la mort par l'instinct de son éloignement, ou qu'à cet âge, riche de jours et prodigue de tout, on prodigue sa vie comme les riches leur fortune, Ségur, Hist. de Nap. IX, 2.

    Être prodigue de son sang, ne pas le ménager. Mais ces mêmes héros, prodigues de leur vie, Ne la rachetaient pas par une perfidie, Racine, Baj. II, 3.

    En mauvaise part. Et prodigue surtout du sang des misérables, Racine, Athal. III, 3.

    Être prodigue de soi-même, faire de grands sacrifices pour… Que, pour sauver l'État, il soit prodigue de soi-même, cet homme du roi, Guez de Balzac, Des ministres et du ministère.

  • 5 Substantivement. Un prodigue, une personne prodigue.

    Au sens juridique, le prodigue est celui qui dissipe son patrimoine en dépenses inutiles et folles. Il peut être défendu aux prodigues de plaider, de transiger, d'emprunter… sans l'assistance d'un conseil qui leur est nommé par le tribunal, Code Nap. art. 513.

SYNONYME

PRODIGUE, DISSIPATEUR. Le prodigue pèche par rapport à la quantité : il est trop libéral, il ne sait pas se retenir. Le dissipateur pèche par rapport à la manière : il est désordonné, extravagant. Le prodigue dépense trop ; le dissipateur dépense mal ; l'un fait de grandes dépenses, l'autre fait de folles dépenses. Dissipateur ne se dit qu'en mauvaise part ; prodigue, suivant l'application qu'on en fait, ne présente pas ce caractère : on dit, en forme de louange, prodigue de ses soins et de ses services, de sa vie, etc.

HISTORIQUE

XIIe s. Prodigues est cil qui se desmesure en doner et faut en reçoivre, Latini, Trés. p. 284.

XIVe s. Prodige, c'est fol large, Oresme, Thèse de MEUNIER.

XVe s. Les convis et les banquetz plus grans et plus prodigues que en nul autre lieu, Commines, I, 2.

XVIe s. Mesme un prodigue en plusieurs années ne pouvoit quasi despendre son bien, Lanoue, 467. Puis se combattoient à toute outrance de poignées de roses, dont se faisoit une espaisse et prodigue jonchée, Yver, p. 523. En tout ceci ay-je esté si prodigue de moy-mesme, de mon labeur et de mes facultés, que…, Paré, Dédic.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PRODIGUE. Ajoutez : - REM. Saint-Simon n'est pas le seul qui ait dit prodigue à quelqu'un (voy. PRODIGUE, n° 1). Bien avant lui, Corneille avait employé cette tournure : Le pardon qu'il lui donna fut la source de nouveaux bienfaits dont il lui fut prodigue, Corneille, Cinna, Épît.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PRODIGUE, s. m. (Gram.) celui qui dissipe son bien sans raison. Voyez Prodigalité.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « prodigue »

Lat. prodigus, de prodigere, mettre en avant, dépenser (voy. PRODIGE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin prodigus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « prodigue »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
prodigue prɔdig

Citations contenant le mot « prodigue »

  • Le prodigue est un futur mendiant, l’avare est un éternel mendiant. De Proverbe polonais
  • Un proverbe dit : Tel père, tel fils. Un autre : A père avare, enfant prodigue. Lequel croire ? De Alphonse Allais
  • L'amour me semble un capricieux personnage, aussi avare de ses dons que prodigue de ses mensonges... De Hector Bernier / Au large de l'écueil
  • A père avare, fils prodigue. De William Parkes
  • Un menteur est toujours prodigue de serments. De Pierre Corneille / Le menteur
  • Le fils de l'avare est prodigue, le fils du prodigue avare. De Giacomo Casanova / Histoire de ma vie
  • Le prodigue et l'avare aboutissent aux mêmes haillons. De Victor Hugo / Faits et croyances
  • A père avare, enfant prodigue, A femme avare, galant escroc. De Proverbe français
  • Il faut être plus avare de son temps que de son argent ; cependant on prodigue cet inestimable trésor si pitoyablement. De Christine de Suède / Maximes
  • La fortune est comme les femmes : elle prodigue ses faveurs à la jeunesse et méprise les cheveux blancs. De Saint Ignace de Loyola
  • Qui se confie au bavard et prête au prodigue retrouve son secret partout et son argent nulle part. De Jules Petit-Senn
  • Etre prodigue, ce n'est pas si commode. Ceux qui recherchent ce défaut ne l'ont jamais. De Jules Renard / Journal 1887-1892
  • Ma force à lutter s'use et se prodigue. Jusqu'à mon repos, tout est un combat. De Alfred de Musset / Derniers vers
  • S'il faut agir, prodigue-toi ; s'il faut parler; ménage-toi. De Joseph Joubert
  • S'il donne, il est prodigue, et s'il épargne, avare. De Jean de Rotrou / Venceslas
  • Zizou, c'est le fils prodigue : il a tout gagné comme joueur, il arrive comme entraîneur et il gagne encore tout. Il fait une pause et quand il revient, il remporte ce titre de champion que le club attendait depuis longtemps (2017). Il n'y a qu'à s'incliner et le féliciter. Mais comme quand il était joueur, Zizou est d'abord un gros travailleur. C'est sa façon de se motiver et de convaincre ses joueurs et le public à adhérer. C'est pour ça que sa réussite, il la mérite car il est allé la chercher. Elle n'est pas tombée du ciel… leparisien.fr, Real Madrid : «Zidane, c’est le fils prodigue», s’enthousiasme Christian Karembeu - Le Parisien
  • Raphaël Janot, 42 ans vient de se reconvertir : après une longue carrière de commerçant, il propose désormais ses services en tant que moniteur-guide de pêche à toute personne désireuse de se perfectionner ou d’apprendre les rudiments de ce loisirs sacré en Lot-et-Garonne. Le moniteur-guide prodigue surtout ses conseils sur la pêche aux carnassiers, une activité qu’il affectionne tout particulièrement. petitbleu.fr, Raphaël Janot est devenu "professeur" de pêche - petitbleu.fr
  • Ne vous riez pas de me voir vous écrire avec si peu de choses sensés à vous dire. Mais je suis tellement en colère de la basse manière dont le public ose en ce moment se préoccuper de vous, que je dois absolument exprimer la rage que je ressens. Evidemment, je suis convaincu que vous méprisez avec constance toute cette foule, qu'elle vous prodigue servilement son respect, ou qu'elle essaie de rassasier sa soif de sensationnalisme! Me voilà vivement poussé à vous dire combien j'en suis venu à admirer votre intelligence, votre volonté, et votre honnêteté, et que je me considère chanceux d'avoir pu vous rencontrer personnellement à Bruxelles. (...) Si la populace continue de s'intéresser à vous, alors ne lisez tout simplement pas ce ramassis de bêtises, et laissez-les plutôt aux reptiles pour qui elles sont inventées" GQ France, Le conseil simple d'Albert Einstein pour réussir | GQ France
  • Cette façon inutile de planter nous révèle comment Jésus comprend la générosité de Dieu. Il nous a semé Sa Parole salvatrice indépendamment de notre réceptivité. Oui, il veut que nous accueillions sa Parole et nous renouvelions. Nous lisons en première lecture: « Comme la pluie et la neige descendent du ciel, et n’y retournent pas sans arroser la terre … donc ma parole ne me reviendra pas vide mais accomplira le but pour lequel je l’ai envoyée » (Ésaïe 55: 10-11). Mais Dieu ne permet pas que sa générosité soit limitée par ses attentes. Il est généreux au point d’être prodigue. 2051.fr, Un Dieu prodigue - 2051.fr
  • © Wikimedia Commons - Le retour du fils prodigue par Rembrandt (détail) , Le retour du fils prodigue par Rembrandt

Images d'illustration du mot « prodigue »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « prodigue »

Langue Traduction
Anglais lavish
Espagnol prodigar
Italien sontuoso
Allemand verschwenderisch
Chinois 奢侈的
Arabe مسرف
Portugais generoso
Russe расточать
Japonais 豪華な
Basque lavish
Corse fastuoso
Source : Google Translate API

Synonymes de « prodigue »

Source : synonymes de prodigue sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « prodigue »

Prodigue

Retour au sommaire ➦

Partager