La langue française

Magnanime

Définitions du mot « magnanime »

Trésor de la Langue Française informatisé

MAGNANIME, adj.

A. − Vieilli. Qui a de la magnanimité, de la grandeur et de la force d'âme.
[En parlant d'une pers.] Guerrier, prince, peuple magnanime; âme, coeur, main magnanime. Comblez de nouveaux bienfaits ces héros magnanimes qui s'exposent généreusement à tant de périls (Marat, Pamphlets, Charlatans mod., 1791, p. 281).Et vaine sera la vaillance Du magnanime Hector (Moréas, Iphigénie, 1900, p. 82):
1. L'idée de quitter son poste, ce poste d'honneur et de danger à côté du roi, ne lui entre pas un seul instant dans l'esprit: elle [Marie-Antoinette] rougirait de honte à une telle pensée et se croirait l'indigne fille de sa magnanime mère. Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 8, 1864, p. 356.
[En parlant d'un attribut de la pers., d'un comportement] Les actions magnanimes sont celles dont le résultat prévu est le malheur et la mort (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p.178).La dévotion; sentiment sérieux et recueilli qui inspire à l'homme des résolutions magnanimes et le dispose aux actes les plus héroïques de la vertu (Cousin, Philos. écoss., 1857, p.421).«L'âme de la république», a écrit Robespierre dès 1792, «c'est l'amour de la patrie, le dévouement magnanime qui confond tous les intérêts privés dans l'intérêt général» (Lefebvre, Révol. fr., 1963, p.390).
Emploi subst.
a) [Désigne une pers.] La détresse est nourrice de la fierté; le malheur est un bon lait pour les magnanimes (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 809).
b) Masc. sing. à valeur de neutre. Nous n'avons plus l'appétit du sublime, l'instinct du généreux, le sens du magnanime (Barbier, Satires, 1865, p. 266).
B. − En partic. Qui fait preuve de clémence, de générosité, d'indulgence envers l'ennemi vaincu, le faible.
[En parlant d'une pers.] Se montrer magnanime. Malek Adhel est un héros aussi brave que magnanime, toujours vainqueur au champ de bataille, toujours clément après la victoire (Cottin, Mathilde, t. 1, 1805, p. 123).Il avait été pour une femme l'être magnanime et fort, le protecteur, le moralisateur (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 463):
2. «Que faites-vous le dimanche?» Cette fois, Sabot se grattait l'oreille: «Mais, je sers l'bon Dieu de mon mieux, m'sieur le curé. Je l'sers... chez moi. Je travaille le dimanche...» Le curé magnanime l'interrompit: «Je sais, vous serez plus convenable à l'avenir». Maupass., Contes et nouv., t. 2, Confess. Th. Sabot, 1883, p. 42.
Magnanime envers, pour (...) qqn.Le peuple fut plus magnanime envers un ennemi qu'il ne craignait plus (Michelet, Hist. romaine, t. 1, 1831, p. 120).
[En parlant d'un comportement, d'une action] Qu'il soit fait comme vous voulez, monsieur! dit-il avec un magnanime sourire (Sand, Beaux MM. Bois-Doré, t. 2, 1857, p. 23).Le sergot secoua la tête (...): − S'il fallait empoigner tous les poivrots qui disent ce qui n'est pas à dire, y en aurait de l'ouvrage!... et de quoi que ça servirait? Crainquebille, accablé par ce dédain magnanime, demeura longtemps stupide et muet (A. France, Crainquebille, 1904, p. 51).
Prononc. et Orth.: [maɳanim]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1265 «qui montre de la grandeur d'âme» (Brunet Latin, Trésor, éd. Fr. J. Carmody, II, 23, p. 193); 2. 1553 «qui est le fait d'une âme généreuse» magnanime effort (Du Bellay, Louange de la France et du roy treschrestien Henri II, éd. H. Chamard, V, 312). Empr. au lat. magnanimus «noble, généreux». Fréq. abs. littér.: 301. Fréq. rel. littér.: xixs.: a)707, b)508; xxes.: a)360, b)187.
DÉR.
Magnanimement, adv.D'une manière magnanime. Napoléon entrait en Russie et demandait magnanimement aux autorités de venir vers lui. Mais personne ne se présentait (Proust, Temps retr., 1922, p.820).Cette paix (...) vers laquelle, non sans accrocs et relâchements, nous avions si magnanimement tendu (Arnoux, Rhône, 1944, p.177).[maɳanimmɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1762. 1reattest. 1512 (J.Lemaire de Belges, Chronique annale, éd. J. Stecher, IV, 494); de magnanime, suff. -ment2*.

Wiktionnaire

Adjectif

magnanime \ma.ɲa.nim\ masculin et féminin identiques

  1. Qui a de la grandeur, de la force d'âme.
    • Le lion a complètement disparu de la région dont nous nous occupons; mais il joue un grand rôle dans les contes indigènes, qui le représentent comme un animal essentiellement noble et magnanime. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 224)
  2. (Par extension) Qui a une nature, un caractère ou une personnalité clémente, généreuse.
    • L’arme en joue, il avança sur son antagoniste, avec, dans l’esprit, la sotte fantaisie de crier un « haut les mains ! » magnanime. Mais le Prince le vit : […]. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 366 de l’éd. de 1921)
    • Toutefois, si un magnanime sentiment de fraternité s'imposait sincèrement et définitivement, sans arrière pensée, à tous les esprits européens, alors nous n'aurions pas à nous inquiéter du cosmopolitisme marseillais, intéressant embryon de la civilisation future. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Français, en guerriers magnanimes,
      Portez ou retenez vos coups !
      Épargnez ces tristes victimes,
      À regret s’armant contre nous.
      — (Claude Joseph Rouget de Lisle, La Marseillaise, 1792)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MAGNANIME. adj. des deux genres
. Qui a l'âme grande, qui a des sentiments élevés, généreux. Prince magnanime. Se montrer magnanime.

Littré (1872-1877)

MAGNANIME (ma-gna-ni-m') adj.
  • 1Qui a l'âme grande. Charles 1er, roi d'Angleterre, était juste, modéré, magnanime, Bossuet, Reine d'Anglet. Anne, la magnanime, la pieuse, que nous ne nommerons jamais sans regret, la reçut [Henriette] d'une manière convenable à la majesté des deux reines, Bossuet, ib. Que doit faire un prince magnanime Qui veut combler d'honneur un sujet qu'il estime ? Racine, Esth. II, 5. Montrez-nous, héros magnanimes, Votre vertu dans tout son jour, Voyons comment vos cœurs sublimes Du sort soutiendront le retour, Rousseau J.-B. Ode à la fortune. Mandrin, le plus magnanime des contrebandiers, Voltaire, Pol. et lég. Prix de la just. et de l'hum. VII. Ô sage magnanime, comment et d'où viens-tu ? Chénier, l'Aveugle. Nous appelons magnanime celui dont l'âme naturellement élevée n'est jamais éblouie par la prospérité, ni abattue par les revers, Barthélemy, Anach. ch. 81.

    S. m. Le magnanime a toujours le cœur au-dessus de sa fortune. Tu me braves, Cinna, tu fais le magnanime, Corneille, Cinna, V, 1. C'est une curiosité, un souvenir ; c'est de quoi parer un cabinet ; on reçoit tout simplement et avec tendresse ces sortes de présents ; et, comme il disait cet hiver, il est au-dessous du magnanime de les refuser, Sévigné, 26 juin 1675.

  • 2Il se dit aussi des choses. Action magnanime. Et vous l'avez [le cœur] tous deux trop grand, trop magnanime, Pour souffrir sans horreur l'ombre même d'un crime, Corneille, Heracl. V, 6. Je ne puis démentir cette horreur magnanime Qu'en recevant le jour je conçus pour le crime, Corneille, Tite et Bér. II, 1. Ah ! seigneur, qu'éloigné du malheur qui m'opprime, Votre cœur aisément se montre magnanime ! Racine, Iph. I, 3. Sur tous ces pontifes du crime… Lance ta fureur magnanime, Chénier, Odes, V. Partout des malheureux, des proscrits, des victimes Luttant contre le sort ou contre les bourreaux ; On dirait que le ciel aux cœurs plus magnanimes Mesure plus de maux, Lamartine, Méd. I, 14.

HISTORIQUE

XIIIe s. Magnanimes est cil qui est atornez à grandisme afaire, et se esleesce [réjouit] et esjoït à faire les hautes choses, Latini, Trés. p. 287.

XVIe s. Magnanime entreprise, Nuits de Straparole, t. I, p. 419, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MAGNANIME, adj. (Morale.) c’est celui qu’élevent au-dessus des objets & des passions qui conduisent les hommes, une passion plus noble, un objet plus grand ; qui sacrifie le moment au tems, son bien-être à l’avantage des autres, la considération, l’estime même à la gloire ou à la patrie : c’est Fabius qui s’expose au mépris de Rome pour sauver Rome.

La magnanimité n’est que la grandeur d’ame devenue instinct, enthousiasme, plus noble & plus pure par son objet & par le choix de ses moyens, & qui met dans ses sacrifices je ne sais quoi de plus fort & de plus facile.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « magnanime »

(Siècle à préciser) Du latin magnanimus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. magnanimus, de magnus, grand, et animus, âme (voy. ÂME).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « magnanime »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
magnanime maɲanim

Citations contenant le mot « magnanime »

  • La philosophie magnanime est un beau costume bien porté. De George Sand / Le marquis de Villemer
  • Nous aurions voulu vous parler de la France, regretter sa frilosité inaccoutumée en cette période critique, déplorer son incapacité à soutenir les écoles francophones au Liban, confrontées à une crise existentielle, et à aider efficacement les importateurs de livres en français, comme si, défaitiste, elle avait renoncé à défendre la francophonie au pays du Cèdre... Mais les fautes récemment commises par nos dirigeants sont tellement énormes qu'on ne pouvait les passer sous silence. Par où commencer ? La nomination louche d'un directeur général par le Conseil des ministres réuni un jour plus tôt que prévu pour éviter qu'il ne franchisse la limite d'âge ; une table ronde consacrée au dialogue national qui n'aboutit à rien ; des poursuites pénales abusives et l'arrestation arbitraire d'une poignée de révolutionnaires inoffensifs alors que les casseurs du centre-ville courent toujours ; une ordonnance hérétique rendue par un magistrat impudent à l'encontre d'une diplomate et de la liberté d'expression ; les aveux d'un ministre qui admet calmement, en direct à la télévision, avoir abattu deux hommes pendant la guerre et bénéficié de la couverture magnanime de son supérieur devenu président ; la démission fracassante du directeur général des Finances ; sans compter le trafic en direction de la Syrie à travers des voies de passage « protégées », le problème des réfugiés syriens, la dégringolade historique de la livre, la pénurie alimentaire et dans les pharmacies, le scandale de l'électricité et la hausse hallucinante des prix. Le bilan autoproclamé du Premier ministre devrait être inversé : 97% de vent et de bévues pour 3% de réalisations. Ce gouvernement de faux technocrates aura échoué sur toute la ligne, victime de son manque d'imagination, de ses conseillers bornés, de sa léthargie et de sa dépendance à l'égard de ses mentors sulfureux qui le rendent suspect et indésirable aux yeux de la communauté internationale. Au vu de cet échec cuisant, une seule solution : la démission immédiate pour permettre la composition d'un gouvernement de salut national, efficace et réellement indépendant, capable de sauver le Liban moribond avant qu'il ne soit trop tard. L'Orient-Le Jour, Fiasco - L'Orient-Le Jour

Traductions du mot « magnanime »

Langue Traduction
Anglais magnanimous
Espagnol magnánimo
Italien magnanimo
Allemand großmütig
Chinois 坦荡
Arabe شهامة
Portugais magnânimo
Russe великодушный
Japonais 壮大な
Basque eskuzabal
Corse magnanimu
Source : Google Translate API

Synonymes de « magnanime »

Source : synonymes de magnanime sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « magnanime »

Magnanime

Retour au sommaire ➦

Partager