Avide : définition de avide


Avide : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

AVIDE, adj.

A.− [Emploi sans compl.]
1. [En parlant d'une pers. ou d'un animal] Qui a un désir ardent, immodéré de nourriture; vorace, glouton. Il est si avide qu'il dévore plutôt qu'il ne mange (Ac. 1798-1932-35, Besch. 1845, Lar. 19e, Rob., Quillet 1965), enfant avide (Lar. 19e, Littré), chien très avide (Lar. 19e) :
1. Ma haine est née, peu à peu, à mesure que je me rendais mieux compte de ton indifférence à mon égard, et que rien n'existait à tes yeux hors ces petits êtres vagissants, hurleurs et avides. Mauriac, Le Nœud de vipères,1932, p. 87.
2. Les mouettes avides et indolentes tournèrent un peu au-dessus du village, cherchant leur pâture, puis s'en allèrent... Sartre, La Mort dans l'âme,1949, p. 83.
2. [En parlant d'une pers., de son comportement, de ses sentiments] Qui exprime un désir ardent, passionné de quelque chose.
a) [Dans le domaine de l'expression corporelle ou le comportement] Écouter d'une oreille avide (DG) :
3. Grâce à Gaspard, quand la compagnie arriva, la faim se mit à table et la fatigue s'évanouit. Ah! on ne remarqua pas, cette fois, que les patates nageaient dans trop de jus. Quoiqu'il ne sentît rien, c'était du bon jus chaud, avec des morceaux de choses nourrissantes, un régal pour toutes ces bouches avides. Benjamin, Gaspard,1915, p. 40.
4. ... il a des yeux d'une acuité, d'une portée incomparable. De longs yeux gris-bleu, couleur d'acier neuf, sous des paupières lourdes, au regard froid, étincelant, avide, aux prunelles incessamment dardées. Rien ne leur échappe, rien ne leur donne le change. Pesquidoux, Chez nous,1923, p. 177.
b) [Dans le domaine des sentiments] Une avide espérance (Littré) :
5. Derrière la grille du parloir où Andrea fut introduit, il aperçut, avec ses yeux dilatés par une curiosité avide, la figure sombre et intelligente de M. Bertuccio qui regardait aussi, lui, avec un étonnement douloureux, les grilles, les portes verrouillées et l'ombre qui s'agitait derrière les barreaux entre-croisés. A. Dumas Père, Le Comte de Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 646.
c) Spéc., péj. Qui manifeste une avarice immodérée. C'est un homme avide (Ac. 1798-1932-35, Besch. 1845, Quillet 1965), une âme avide et basse (Besch. 1845, Ac. 1835-1935) :
6. ... il avait du talent, des moyens; l'empereur croyait même qu'il avait été attaché, fidèle. « Mais il était aussi par trop avide, disait-il, il aimait trop l'argent. Quand je lui dictais et qu'il lui arrivait d'avoir à écrire des millions, ce n'était jamais sans un mouvement sur toute sa figure, un lèchement de lèvres, une certaine agitation sur sa chaise, qui, plus d'une fois, m'avait porté à lui demander ce que c'était, ce qu'il avait, etc. » Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène,t. 1, 1823, p. 875.
7. ... peu de nations me semblent s'être trouvées dans des circonstances moins favorables à la poésie. Des populations hétérogènes, enfermées dans les mêmes murs, empruntant aux nations voisines leurs usages, leurs arts et leurs dieux; une société toute artificielle, récente et sans passé; la guerre continuelle, mais une guerre de cupidité plus que d'enthousiasme; un génie avide et avare. Michelet, Hist. romaine,t. 2, 1831, p. 66.
Rare, emploi subst. Personne avide, avare (Lar. 19e, Nouv. Lar. ill.) :
8. Le sage rachète la liberté du bien et du beau en abandonnant sa chair aux avides, qui, tandis qu'ils mangent ces dépouilles matérielles, le laissent en repos, ainsi que ce qu'il aime. Renan, Souvenirs d'enfance et de jeunesse,1883, p. 128.
B.− Avide de
1. Avide de + subst.
a) [Subst. concr.] Avide de nourriture. Gourmand, vorace, insatiable de... Être avide de viande, de fruits (Lar. 19e).
P. anal. Être avide de sang, de carnage. Aimer le combat, la guerre, se plaire à verser le sang :
9. ... malgré les intrigues de Bailly et de Lafayette; malgré tous les journaux royalistes, vingt-huit bataillons de la garde citoyenne ont refusé de voter les remerciements que le roi demandait pour M. Bouillé; et que celui du Val-de-Grâce a protesté contre, en disant : « que loin d'être un héros animé par le patriotisme, Bouillé peut n'être qu'un homme avide de sang et de carnage, et que la victoire peut lui mériter, après un examen impartial, plutôt des supplices que des lauriers! » Erckmann-Chatrian, Histoire d'un paysan,t. 1, 1870, p. 350.
P. ext., CHIM. et BIOL. [En parlant de substances d'un tissu] Apte à absorber ou à fixer une grande quantité de liquide ou de gaz :
10. Les tissus vivants sont avides d'oxygène et l'arrachent au plasma sanguin. Ce qui signifie, en termes physico-chimiques, qu'ils ont un pouvoir réducteur élevé, qu'un système compliqué de certaines substances chimiques et de ferments leur permet d'employer l'oxygène atmosphérique à des réactions productrices d'énergie. Carrel, L'Homme, cet inconnu,1935, p. 93.
b) [Subst. abstr.] Avide de richesse, d'honneur, de gloire, etc. Qui désire passionnément une chose, qui la recherche ardemment. Être avide de gloire, d'honneur(s) (Ac. 1798-1935, Besch. 1845, Guérin 1892, Rob.) :
11. Les opinions d'un homme forment sa philosophie, mais la philosophie d'un peuple est sa législation; raison pour laquelle les hommes avides de domination, imposent au peuple, comme des lois, leurs propres opinions, et veulent faire une doctrine générale de leurs sentimens particuliers. Bonald, Législ. primitive,t. 1, 1802, p. 14.
12. À partir de 1700 environ, autour de Philippe D'Orléans au Palais Royal, autour de la duchesse du Maine à Sceaux, se groupe une société avide de jouissance, dont l'idéal de vie n'est plus le faste et la grandeur, mais l'agrément et le confort. J. Viaux, Le Meuble en France,1962, p. 84.
2. Avide de + verbe à l'inf.
Laud. (Être) avide de + verbe.(Être) impatiemment désireux de + verbe :
13. Tel était Barthélemy à quinze ans : âme modérée, affectueuse et fine, esprit vif, curieux, délié, avide de savoir, ne mettant rien au-dessus des belles et nobles études qui se cultivent paisiblement à l'ombre des Académies et des Musées... Sainte-Beuve, Causeries du lundi,t. 7, 1851-62, p. 189.
14. Maier assurait, quelque quatre siècles plus tard, qu'Albert Le Grand aurait travaillé durant trente ans à faire des métaux bien choisis. D'autres prétendent qu'il a pu payer, en trois ans, toutes les dettes de son évêché de Ratisbonne... Il semble que les diverses « sorcelleries » dont on le rendit responsable se seraient bornées, modestement, à des expériences chimiques ou physiques, à des tentatives (non couronnées de succès sans doute) de transmutation de métaux, travaux où son esprit avide d'apprendre et de créer pouvait se donner carrière. M. Caron, S. Hutin, Les Alchimistes,1959, p. 34.
PRONONC. : [avid]. Passy 1914 note une durée mi-longue pour la 2esyll. du mot. Enq. : /avid/.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1470 fig. « rempli d'un désir immodéré » (Le Livre de la discipline d'amour divine, fo36a, éd. 1537 ds R. des Ét. Rabelaisiennes, t. 9, p. 301 : Son amour ardante et fervente... vous fait avide et famelique de son amour et dilection); spéc. 1687 « rempli d'un désir immodéré d'argent, de biens » (La Bruyère, 8 ds Littré : L'on remarque, dans les cours, des hommes avides qui se revêtent de toutes les conditions pour en avoir les avantages); 2. 1567 « qui a un désir immodéré de nourriture » (G. Bouchet, Recueil de tous les oyseaux de proye ds Gdf. Compl. : Par ce moyen seront [les oiseaux qu'on veut faire chasser] rendus plus sains, plus appetissez, plus avides, ... a la proye); 3. 1704 « qui exprime le désir (en parlant d'une partie du corps) » (Trév. : On regarde avec des yeux avides une beauté qu'on aime). Empr. au lat. avidus attesté au sens 1 dep. Ennius (Ann., 85 ds TLL s.v., 1426, 27), synon. de avarus (Plaute, Persa, 409, ibid., 1424, 40), attesté au sens 2 « gourmand, glouton » dep. Plaute (Rud., 1238, ibid., 1425, 9) et au sens 3 (Pline, Nat., 14, 141, ibid., 1427, 55).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 1 358. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 606, b) 1 675; xxes. : a) 1 335, b) 1 850.

Avide : définition du Wiktionnaire

Adjectif

avide \a.vid\ masculin et féminin identiques

  1. Qui désire quelque chose avec beaucoup d’ardeur.
    • Très bornée dans ses dépenses, elle ne pouvait se procurer les plaisirs dont elle était avide, ni consentir à s’en priver. — (Marie-Jeanne Riccoboni, Histoire d’Ernestine, 1762, édition Œuvres complètes de Mme Riccoboni, tome I, Foucault, 1818)
    • Tu n'en fis pas assez, reine de sang avide ;
      Il fallait joindre encor l’inceste au parricide !
      — (Crébillon, Sémir. V, 1.)
  2. En parlant de choses, avec le même sens.
    • Ils s'étonnent comment leurs mains, de sang avides,
      Volaient, sans y penser, à tant de parricides.
      — (Pierre Corneille, Hor. I, 4.)
    • Dessus l’avide espoir de quelque paraguante,
      Il n'est rien que leur art aveuglément ne tente.
      — (Molière, l'Étour. IV, 9.)
    • Tous ces yeux qu’on voyait venir de toutes parts
      Confondre sur lui seul leurs avides regards.
      — (Jean Racine, Bérén. I, 5.)
  3. (Par extension) (Soutenu) Qui a une attention passionnée.
    • Avide il écoutait vos paroles.
    • Dans l’ombre, au clair de lune, à travers les buissons,
      Avides, nous pourrons voir à la dérobée
      Les satyres dansants.
      — (Victor Hugo, Voix intér. VII.)
  4. (Absolument) Qui a un grand désir de manger.
    • Un enfant si avide qu’il dévore plutôt qu’il ne mange.
    • (Figuré)L'acide fluorhydrique, très avide d'eau, attaque vivement les végétaux. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
  5. (Figuré) Intéressé, cupide.
    • Autour de Monsieur se groupaient quelques gentilshommes, factieux, avides, remuants, qui ne pouvaient grandir et s'enrichir que par le désordre. Le duc d’Orléans était leur garant, leur pavillon, leur espoir. — (Auguste Bailly, Mazarin, Fayard, 1935, p.104)
    • L'on remarque, dans les cours, des hommes avides qui se revêtent de toutes les conditions pour en avoir les avantages. — (Jean de la Bruyère, 8.)
  6. (Regex) Se dit d’un regex qui englobe ses bornes.

Forme d’adjectif

avide \ˈa.vi.de\

  1. Féminin pluriel de avido.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Avide : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AVIDE. adj. des deux genres
. Qui désire quelque chose avec beaucoup d'ardeur. Il se dit, au propre, en parlant du Désir immodéré de boire, de manger. Cet homme est si avide qu'il dévore plutôt qu'il ne mange. Il s'emploie plus souvent au figuré. Être avide de gloire, avide d'honneurs. Être avide du bien d'autrui. Être avide de sang, de carnage, Se plaire à répandre le sang. Il signifie encore figurément et absolument Qui a une grande cupidité. Il ne faut pas être si avide. C'est un homme avide. Une âme avide et basse. Il se dit également des Choses, dans ces diverses significations. Une bouche avide. Des lèvres avides. Des mains avides. Des regards avides.

Avide : définition du Littré (1872-1877)

AVIDE (a-vi-d') adj.
  • 1Qui a de l'avidité. Une nation avide de gloire. Un esprit avide de tout savoir.

    Poétiquement. Être avide de sang, de carnage, se plaire au milieu des combats. Tu n'en fis pas assez, reine de sang avide ; Il fallait joindre encor l'inceste au parricide ! Crébillon, Sémir. V, 1.

  • 2En parlant des choses. Une avide espérance. Ils s'étonnent comment leurs mains, de sang avides, Volaient, sans y penser, à tant de parricides, Corneille, Hor. I, 4. Dessus l'avide espoir de quelque paraguante, Il n'est rien que leur art aveuglément ne tente, Molière, l'Étour. IV, 9. Tous ces yeux qu'on voyait venir de toutes parts Confondre sur lui seul leurs avides regards, Racine, Bérén. I, 5.
  • 3 Par extension, dans le langage élevé, qui a une attention passionnée. Avide il écoutait vos paroles. Dans l'ombre, au clair de lune, à travers les buissons, Avides, nous pourrons voir à la dérobée Les satyres dansants…, Hugo, Voix intér. VII.
  • 4 Absolument, qui a un grand désir de manger. Un enfant avide.
  • 5 Fig. Intéressé, cupide. Un homme avide. C'est une âme avide. L'on remarque, dans les cours, des hommes avides qui se revêtent de toutes les conditions pour en avoir les avantages, La Bruyère, 8.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « avide »

Étymologie de avide - Littré

Avidus, de avere, désirer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de avide - Wiktionnaire

(XVe siècle) Du latin avidus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « avide »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
avide avid play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « avide »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « avide »

  • Après avoir passé une ou plusieurs nuits dans des cabanes insolites vous découvrirez la forêt et ses animaux sur un sentier pédagogique baptisé "sur les traces de Charly". Là, vous attendent dans les arbres jeux et tyroliennes, dont deux de 350 mètres avec filet suspendu, sécurité oblige. Et si vous êtes encore avide d'activités nature,  balades à Poney, parcours de tir à l'arc 3D ou étang de pêche, devraient étancher votre soif d'aventure. Après quoi billard, escape et/ou aventure game, auront raison de vos dernières forces. Il sera temps alors de passer à la fabrication de glaces, de beurre ou de fromage. Elle est pas belle la vie  ?  France Bleu, Castelnau Rivière Basse vous tend les bras pour découvrir les Gîtes et Cabanes de Trencalli !
  • Il y aura toujours des pauvres parmi vous, c’est pour cette raison qu'il y aura toujours des riches, c'est-à-dire des hommes avides et durs qui recherchent moins la possession que la puissance. De Georges Bernanos / Journal d'un curé de campagne
  • Ecrire des lettres, c'est se mettre nu devant les fantômes ; ils attendent ce moment avidement. Les baisers écrits ne parviennent pas à destination, les fantômes les boivent en route. De Franz Kafka / Lettre à Milena
  • Nous ne sommes que les pions insignifiants d'un grand jeu de massacres que se livrent des politiciens et des industriels fous, sans scrupule, avides de pouvoir et d'argent... De Daniel Vranckx
  • Je sens dans l'air de grandes mains blanches et avides qui tâchent de saisir à la gorge et de vider de toute vie quiconque cherche à vivre, à vivre au-delà de l'argent. De David Herbert Lawrence
  • Les gens sont les mêmes dans la lecture que dans la vie : égoïstes, avides de plaisir et inéducables. De Amélie Nothomb / Les Combustibles
  • Il n'y a pas de menteurs, mais des gens avides d'illusion. De Serge Rezvani / Le Testament amoureux
  • Les femmes sont si avides d'émotions que la plupart d'entre elles préfèrent le malheur à la tranquillité.
  • Les yeux avides ne peuvent être cousus qu’avec le fil de la mort. De Proverbe russe
  • L'amour avidement croit tout ce qui le flatte. De Jean Racine / Mithridate
  • Pour qu'il y ait passion, il faut que l'union soit brutale, que l'un des corps soit très avide de ce dont il est privé et que l'autre possède en très grande quantité. De Boris Vian / L'herbe rouge
  • Le vulgaire imbécile est toujours avide de grands événements, quels qu'ils puissent être, sans prévoir s'ils lui seront utiles ou préjudiciables : il n'est ému que par sa propre curiosité. De L'Arioste / Roland furieux
  • Le voyage à pied est une ouverture au monde qui invite à l’humilité et à la saisie avide de l’instant. De Philippe Montillier / Sérénité
  • Souviens-toi que le Temps est un joueur avide Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi. De Charles Baudelaire / Les Fleurs du mal
  • Plus on est avide, plus il est indispensable de reculer coûte que coûte les bornes du merveilleux.
  • Pour l’homme avide, même la tombe est étroite. De Proverbe tadjik

Traductions du mot « avide »

Langue Traduction
Corse avido
Basque greedy
Japonais 貪欲
Russe жадный
Portugais ávido
Arabe جشع
Chinois 贪婪
Allemand gierig
Italien avido
Espagnol codicioso
Anglais greedy
Source : Google Translate API

Synonymes de « avide »

Source : synonymes de avide sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « avide »


Mots similaires