La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « perle »

Perle

Définitions de « perle »

Trésor de la Langue Française informatisé

PERLE, subst. fém.

A.−
1. Petite concrétion, généralement sphérique, d'un blanc argentin à reflets irisés, qui se forme par sécrétion de couches concentriques de nacre autour d'un corps parasite entré dans la coquille de certains mollusques marins (huîtres) ou d'eau douce, et qui est recherchée pour la fabrication des bijoux ou des parures. Collier, broderies, parures de perles; rang de perles; perles d'une belle eau; perle blanche, grise, rose, noire; perle d'eau douce; orient d'une perle; pêcheur de perles; huître à perle. Les femmes n'ont qu'une ficelle ou qu'un rang de perles autour des reins (Gide, Retour Tchad,1928, p. 951).La perle la plus appréciée a un orient rosé qui émerge d'une surface lustrée crème (Metta, Pierres préc.,1960, p. 120):
1. Il vivait à Anvers avec sa sœur, guérisseuse ou plutôt éplucheuse de perles, au doigté et au toucher prestigieux, renommée dans tous les ateliers, et on lui envoyait des tas de perles malades ou défectueuses de Paris, de Londres et de New-York. Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 81.
En partic.
Perle fine. Perle véritable. J'avais aussi (...) la sabretache avec un aigle brodé en perles fines (Sand, Hist. vie,t. 2, 1855, p. 198).
Loupe de perle. V. loupe1A 2.
Loc. Gris (de) perle. Couleur de la nacre. Une grande femme maigre fit son entrée dans le salon d'attente gris perle où Maigret restait debout (Simenon, Vac. Maigret,1948, p. 157).Stoïque, pantalonné de gris perle, le jeune premier reste debout (Colette, Pays. et portr.,1954, p. 197).V. nuance I A 2 c β ex. de Gautier.
Pêcheur de perles. Pêcheur d'huîtres perlières. V. catamaran A ex. de Claudel.
JOAILLERIE
Perle baroque. V. baroque B.
Perle de compte. Perle assez grosse pour être comptée (d'apr. Littré).
Semence de perles. Perles trop petites pour être comptées et qui se vendent au poids. (Dict. xixeet xxes.).
Perle de culture, japonaise. Perle produite par l'introduction d'un corps parasite à l'intérieur d'une huître, généralement une sphérule de nacre. Les Japonais produisent artificiellement des perles de culture (Husson1970).
Perle morte. Perle que l'âge a terni et qui a perdu son éclat. (Dict. xixeet xxes.).
2. P. anal. Petite boule ou cylindre (de bois, de verre, de plastique, etc.) percé(e) de part en part, utilisé(e) principalement pour confectionner des bijoux ou diverses garnitures. Synon. grain.Perle de verre, d'ambre, de quartz; perles bleues, rouges, vertes; perles du chapelet. Du petit sac en perles d'acier, sortirent deux pièces d'or et un billet fin, bleu et rose, cinquante francs (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 309).
Enfiler des perles. Passer son temps à ne rien faire. Et veux-tu savoir ce qui t'embête, chéri?... C'est que toi-même tu trompes ta femme. Hein? Tu ne découches pas pour enfiler des perles. Ta femme doit s'en douter (Zola, Nana,1880, p. 1415).
Spécialement
ARCHIT. Décoration consistant en de petits grains ronds sculptés sur les moulures. Des entrelacs, des losanges, des lignes de perles s'alternaient sur les murs (Flaub., Salammbô,t. 1, 1863, p. 79).
IMPR., vx. ,,Le plus petit des caractères, appelé maintenant corps-4`` (Chesn. 1858).
PÊCHE. Petite boule de verre à facettes, noire, bleue ou rouge, attachée près de l'hameçon et utilisée comme leurre pour pêcher le gardon (d'apr. Pollet 1970). En général, on pêche à la perle très près du fond, en lançant la ligne en amont pour la laisser dériver (Schreiner1975).
TAPISS. Petite boule de bois recouverte de laine ou de soie dans laquelle passent les fils d'une frange. Le fil fixe est passé dans le maillon de la lame et entre les liais qui supportent la perle ou anneau (Araud, Ch. Thomas, Fabric. drap,1921, p. 26).
MÉD. Abcès de la cornée. Les cellules (...) s'imbriquent, formant une sphérule (...) : c'est la perle ou le globe épidermique (Roussyds Nouv. Traité Méd.fasc. 5, 21929, p. 130).
B.− P. anal. Ce qui a la sphéricité et l'éclat d'une perle. Les vieux troncs des peupliers portent souvent des touffes de scolopendre; ceux des pommiers, le gui aux perles argentées (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 76).Jusqu'à passé minuit les enseignes multicolores, les phares, les perles électriques délimitent le lac (Colette, Fanal,1949, p. 25):
2. Un cognassier tortueux, quelques genévriers aux perles noires et une immense torche d'aubépine (...) s'étaient enracinés dans une corniche naturelle du roc. Lamart., Tailleur pierre,1851, p. 412.
En partic. [La chose désignée est un liquide] Synon. goutte.Et les purs diamants et les perles humides Ruisselaient de sa bouche et de ses blonds cheveux (Banville, Stalactites,1846, p. 354).De longues et fines végétations (...) égrenant, l'une après l'autre, à leur extrémité, une goutte d'eau, une perle (Hugo, Travaill. mer,1866, p. 280).
[En parlant du vin] Le vin [du Muscadet] contient encore une certaine dose de gaz carbonique qui, au moment du débouchage, donne ce chapelet de bulles fines que l'on appelle « la perle » (R. Dumay, Guide du vin,Paris, Stock, 1967, p. 217).
Perle de + subst.Perle de sang; perles de feu, de rosée. Une branche d'un cèdre, ainsi qu'un noir nuage, S'abaissant sur la place avec tout son feuillage, Dont les perles d'écume étincelaient au jour (Lamart., Chute,1838, p. 814).Elle laissa couler de ses yeux le long de ses joues deux grosses larmes sans répondre, et Lousteau ne s'en aperçut qu'au moment où elle prit son mouchoir pour essuyer ces deux perles de douleur (Balzac, Muse départ.,1844, p. 226).Tout effort s'achève en perles de sueur (Rodenbach, Règne sil.,1891, p. 164).
Loc. adv. Perle à perle. Goutte à goutte. Il buvait sur elle [la joue de sa mère] une amère rosée, versée perle à perle (Colette, Gigi,1944, p. 125).
Loc. verb. Faire la perle. Laisser apparaître des gouttelettes. Synon. perler.La rosée couvrait les champs où le blé avait été coupé et l'éteule en était rose comme un beurre qui fait la perle (Giono, Roi sans divertiss.,1947, p. 181).
C.− Au fig.
1.
a) Ce que quelqu'un ou quelque chose peut produire de mieux. Victurnien brillait partout, car partout il jetait les perles de son esprit, il jugeait par des mots profonds les hommes, les choses, les événements (Balzac, Cabinet ant.,1839, p. 72).Je vais vous montrer le chef-d'œuvre du Monrealese : oui, Excellence, son chef-d'œuvre! Une Adoration des bergers! C'est la perle de l'école sicilienne! (A. France, Bonnard,1881, p. 319).
[P. allus. biblique Matt. VII, 6] Jeter des perles aux pourceaux. Donner, fournir à quelqu'un qui ne saura pas en tirer profit quelque chose de précieux. Ce n'était pas parce qu'ils étaient riches qu'ils écœuraient Costals, mais parce que de cette richesse ils étaient si indignes : des perles aux pourceaux, vraiment (Montherl., J. filles,1936, p. 1062).
b) Personne ou chose qui, par sa grande valeur, surpasse toutes celles de son genre. Synon. parangon.Joseph était redevenu silencieux et dévoué, le serviteur familial, la perle rare (Mirbeau, Journal femme ch.,1900, p. 370).Il entreprenait de reconquérir Saint-Domingue, aujourd'hui Haïti, la perle des Antilles, qui avait si longtemps fourni la France de sucre et de café (Bainville, Hist. Fr.,t. 2, 1924, p. 111).
Perle de + subst. indiquant l'ensemble de référence.Enfin je me décidai pour un jeune étalon blanc de trois ans, qui me parut la perle de tous les chevaux du désert (Lamart., Voy. Orient,t. 2, 1835, p. 223).Or, ce jeune homme avait la perle des maîtresses (Banville, Odes funamb.,1859, p. 85).
Empl. en nom de qualité. Perle de + subst.Elle me juge un peu ours mal léché pour sa perle de fille (Arnoux, Rêv. policier amat.,1945, p. 122).
Loc. Être une perle de + subst. exprimant une qualité, une capacité ou une fonction. Exceller dans telle ou telle activité, dans telle ou telle fonction. La servante de feu M. l'abbé Vayssier était une « perle » de discrétion, d'ordre, d'économie et de talent culinaire (Bourget, Disciple,1889, p. 16).Ah! ma pauvre Martine, c'est donc ça que nous avons mangé tant de pommes de terre! Vous êtes une perle d'économie, mais vraiment gâtez-vous un peu plus (Zola, Dr Pascal,1893, p. 180):
3. Comment avez-vous pu écouter une pareille proposition sans éclater de rire! Une fille, qui est une perle de vertu et d'innocence, qui n'a jamais dansé que devant les personnes les plus respectables... Gobineau, Nouv. asiat.,1876, p. 35.
c) Arg., pop. Pet. Lâcher une perle. S'il dit : « Je lâche une perle » ou « Une perlouze a tombé », il veut dire qu'il a pété d'une certaine façon, très doucement, que le pet s'est coulé sans éclat. Admirons qu'en effet il évoque une perle à l'orient mat : cet écoulement, cette fuite en sourdine nous semblent laiteux autant que la pâleur d'une perle, c'est-à-dire un peu sourds (J. Genet, Notre-Dame des Fleurs,Paris, Gallimard, 1976 [1948], p. 51).
2. P. antiphr. Mot, phrase, écrit dont la cocasserie et le ridicule, souvent involontaires, suscitent la moquerie. Là-dessus, lettre pressante d'Aurel, reçue ce matin par Dumur (...) et se terminant par cette perle, qui la montre encore tout entière (Léautaud, Journal littér.,4, 1923, p. 163).Recueillons seulement deux de ces « perles », comme ils ont dit sans ironie [les journaux] (Léautaud, Théâtre M. Boissard,1926, p. 44).
REM. 1.
Perlouse, perlouze, subst. fém.,arg. a) Perle. Gonzesse à perlouzes. Tu remontes de taule? Et à voix basse : − Les perlouzes, bien sûr que c'était pas catholique; on les a lavées en vitesse, et, tu vois, je me suis établie... Finie la poisse (Morand, Bouddha,1927, p. 132).[Les frangines voient déjà] les diams, les perlouzes et la grosse mensualité (Simonin, J. Bazin, Voilà taxi!1935, p. 186).b) Pet. Qui c'est qu'a lâché une perlouse? (Lacassagne, Arg. « milieu »,1928, p. 154).V. supra ex. de Genet.
2.
Éperler, verbe trans.,rare, littér. a) Faire entendre une suite de sons, en les détachant un à un. Synon. égrener, perler.Et puis, soyons joyeux, ou plutôt sois joyeuse, Toi dont la joie éperle une gamme soyeuse (Verlaine, Poèmes div.,1896, p. 799).La petite cadence de flûte (...) que Bertram nous a délicatement éperlée (Willy, Notes sans portées,1896, p. 81).Empl. pronom. réfl. Ah! ce rire de sa mère, comme il était joli! Et il l'écoutait s'éperler dans son souvenir (D'Esparbès, Yeux clairs,1894, p. 137).b) Empl. pronom. réfl. S'écouler en une suite de perles. Synon. perler.Une source qui s'éperle dans les hautes régions de l'air (Suarès, Voy. Condottière,t. 1, 1910, p. 191).
3.
Perlette, subst. fém.Petit grain en forme de perle. Les cerises sont fraîches à souhait, et craquent sous la dent comme des perlettes de grésil (Fabre, Norine,1889, p. 64).
Prononc. et Orth. : [pε ʀl̥]. Homon. pairle. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1remoit. xiies. « petite concrétion ronde, brillante et dure, qui se forme à l'intérieur de certaines huîtres » (1retrad. du Lapidaire de Marbode, 854 ds Anglo-Norman Lapidaries, éd. P. Studer et J. Evans, p. 64); spéc. a) 1260 pelles fausses (É. Boileau, Métiers, éd. G.-B. Depping, p. 193); b) id. fines pelles (Id., ibid.); c) 1307 perles d'orient (doc. ds Kalendars and inventories, éd. Fr. C. Palgrave, t. 3, p. 139); d) 1690 mère perle (Fur.); e) 1936 perles de culture (Cat. Madélios, Cadeaux); f) 1534 emphiller des perles (Rabelais, Gargantua, éd. R. Calder, M. A. Screech, V. L. Saulnier, chap. 31, p. 200 : passons avec les dames nostre vie à emphiller des perles, ou à filer comme Sardanapalus!); g) 1553 jeter des perles aux pourceaux (Bible Gérard, Matthieu 7, 6 d'apr. Rey-Chantr. Expr.); 2. 1260 désigne un petit ornement de même forme que les perles mais d'une autre matière, ici, pelles d'argent (É. Boileau, loc. cit.); 3. 1552 au fig. ici, désigne les dents de la femme aimée (Ronsard, Amours ds Œuvres, éd. P. Laumonier, t. 4, p. 94); 4. p. ext. a) 1751 typogr. désigne le plus petit des caractères d'imprimerie (Encyclop. t. 2, p. 663); b) 1835 archit. (Ac.); c) 1853 pharm. (Dr Clertan in Journ. de méd. et de chir. pratiques, t. 24, p. 170 ds Quem. DDL t. 8). B. P. métaph. 1. 1532 « personne remarquable dans un domaine particulier » (P. Crignon in J. Parmentier, Œuvres poétiques, p. 4 ds Quem. DDL t. 30); 1549 « personne qui dépasse toutes les autres en son genre » (Est.); 2. 1923 « mot, expression ou phrase involontairement cocasse » (Léautaud, loc. cit.). C. 1669 gris de perle (Widerhold d'apr. FEW t. 8, p. 254a); 1671 gris perle (Pomey, s.v. gris). Issu du lat. perna « cuisse », également « coquillage », prob. par l'intermédiaire d'un dimin. lat. vulg. *pernula. Un empr. à l'ital. perla « perle » (Bl.-W.1-5; REW3no6418; Hope, p. 47) est peu probable car le mot ital. n'est att. que dep. le xiiies. (Giamboni d'apr. DEI; lat. médiév. perla à Rome ds Blaise Latin. Med. Aev.). V. FEW t. 8, p. 256a et Cor.-Pasc. Fréq. abs. littér. : 1 950. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 466, b) 4 445; xxes. : a) 2 763, b) 2 148. Bbg. Barb. Misc. 28 1944-52, pp. 345-347. − Gall. 1955, p. 484. − Kristol (A. M.). Color : les lang. rom. devant le phénomène de la couleur. Berne, 1978, pp. 89-91. − Quem. DDL t. 15.

Perle, subst. fém.,arg., vx, synon. (Ds Car. Argot 1977).

Wiktionnaire

Nom commun - ancien français

perle \Prononciation ?\ féminin

  1. Perle.
    • Un grand baril de serpentin, garny d'argent doré, avec de petites perles de barocques et des roses de petits saphirs. — (De Laborde, Émaux, XIIIe s.)

Adjectif - français

perle \pɛʁl\ invariable

  1. Couleur gris neutre et doux à très légèrement verdâtre. #CECECE #C7D0CC

Nom commun - français

perle \pɛʁl\ féminin

  1. Globule ordinairement d’un blanc argentin, à reflets irisés, qui se forme dans certaines coquilles par une extravasation de la nacre.
    • Ça ne court pas les fêtes, des broquilles comme les vôtres, et ça se reconnaît. Si ce n'est pas dégoûtant pour une gonzesse de porter des perles comme ça, il y a de quoi nourrir une famille pendant des années ! — (Jean Lorrain, Le crime des riches, Baudinière, 1905, page 288)
    • Je m’apprête, pour descendre à table. J’endosse un gilet de fantaisie, un vêtement sombre. Je pique une perle à ma cravate. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • Il […] reparut bientôt tenant une huître à la main. L'ouverture ne produisit pas la perle désirée, ce qui n'était pas pour surprendre, car la proportion des huîtres contenant des « poe » ou perles, est de une sur plusieurs milliers. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Elle […] riait des plaisanteries qu'un ivrogne adressait à une très vieille et très innocente prostituée dont la décrépitude s'adornait de perles, d'opales, de brillants, de saphirs, d'émeraudes et de rubis faux. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
  2. (Figuré) Chose qui a l'éclat de la nacre.
    • Ses dents sont de véritables perles.
  3. (Figuré) Chose qui a la forme ronde de la perle ; goutte d’un liquide, de rosée.
    • Une perle de rosée.
    1. (Par extension) Petites boules de verre, d’émail, de métal, qui sont percées d’un trou et dont on se sert pour faire divers ornements.
      • Enfiler des perles.
      • Une couronne mortuaire en perles.
    2. (Architecture) Petits grains ronds qu’on taille dans les baguettes.
  4. Symbole de la perfection ; ce qu’il y a de mieux dans son genre.
    • Il était de notoriété publique, en effet, à Velrans et aux environs, que le sieur Cacaine n’était pas la perle des locataires ni le modèle des camarades. — (Louis Pergaud, Un petit logement, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • C’est la perle des hommes, des femmes, c’est un homme, une femme des plus estimables, des plus aimables.
    • Cette femme de chambre est une perle, elle est parfaite.
    • Dix fois par jour, il se disait in petto :
      « Quelle trouvaille ! Quelle perle que ce garçon ! »
      — (Jules Verne, Les Cinq Cents Millions de la Bégum, Hetzel, 1879, chapitre VIII)
  5. Comble ; summum.
    • C’est une perle de la bêtise humaine.
  6. Erreur particulièrement amusante commise par quelqu’un à l’oral ou à l’écrit, rapportée comme une citation.
    • Il a laissé échapper quelques perles dans son discours.
    • Chaque année les profs récoltent les meilleures perles du bac. La meilleure dont je me souvienne, c’est un élève qui m’explique que « Les vaisseaux sortent du port », ça veut dire que le porc saigne !
  7. (Zoologie) Synonyme de plécoptère.
  8. (Désuet) Granulat de charbon compris entre 5 et 10 millimètres.
  9. Degré de cuisson du sucre, qui est alors qualifié de « perlé ».
    • Et comme il est bien réchauffé, et que son sucre commence à faire la perle aux bords du plat, il se met à déjeuner sur un coin de son bureau. — (Alphonse Daudet, Un teneur de livres , dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 158)
    • La préparation des confitures nous réjouissait. C'était un rite immuable. Notre mère se servait d°un grand chaudron en cuivre rouge et d’une écumoire à trous pour clarifier le jus et surveiller sa consistance. Elle mettait au fur et à mesure l'écume dans une assiette et laissait cuire jusqu'à la perle. — (Édouard Bled, « Mes écoles », Robert Laffont, 1977, page 162)
  10. (Typographie) Caractère de 5 pt.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PERLE. n. f.
Globule ordinairement d'un blanc argentin, à reflets irisés, qui se forme dans certaines coquilles par une extravasation de la substance appelée Nacre. Perle ronde. Perle en poire. Perle plate. Perle baroque. Des perles d'un bel orient. Un collier, un fil, un bracelet, une parure de perles. Enfiler des perles. La pêche des perles. Gris perle, Couleur approchant de celle des perles. Des bas de soie gris perle. Perles fines, Les véritables perles. Perles fausses, Les perles d'imitation. Perles de culture, Perles dont la formation a été provoquée par l'introduction d'un corps étranger dans la coquille de l'huître. Perles noires, Perles de couleur foncée. Semence de perles, Les plus petites perles qui se trouvent dans les huîtres perlières. Fig., Ses dents sont de véritables perles. Prov. et fig., Jeter des perles devant les pourceaux, Montrer, présenter à quelqu'un des choses dont il est incapable de comprendre le prix; Lui dire quelque chose dont il ne sent pas la délicatesse, la finesse.

PERLE désigne, par extension, de Petites boules de verre, d'émail, de métal, qui sont percées d'un trou et dont on se sert pour faire divers ornements. Une couronne mortuaire en perles. Prov. et fig., Nous ne sommes pas ici pour enfiler des perles, Nous ne sommes pas ici pour nous amuser à des bagatelles, pour perdre le temps; il faut nous occuper sérieusement.

PERLES, au pluriel, se dit encore des Gouttes d'un liquide, et particulièrement des Gouttes de rosée suspendues à la pointe des herbes. Il se dit aussi des Globules qui contiennent des préparations pharmaceutiques. Perles d'éther. Il désigne, en termes d'Architecture, de Petits grains ronds qu'on taille dans les moulures appelées Baguettes.

PERLE se dit figurément et familièrement de Ce qu'il y a de mieux dans son genre. C'est la perle des hommes, des femmes, C'est un homme, une femme des plus estimables, des plus aimables qu'on connaisse. Cette femme de chambre est une perle, Elle est parfaite. C'est une perle se dit ironiquement d'un Mot, d'une réflexion particulièrement fâcheuse ou ridicule. Il a laissé échapper quelques perles dans son discours. Il est familier.

Littré (1872-1877)

PERLE (pèr-l') s. f.
  • 1Globule d'un blanc argentin qui se forme dans certaines coquilles ; c'est dans le mollusque même, ou au moins sous son manteau, que se forment les perles par une surabondance de la matière nacrée destinée à revêtir l'intérieur de sa coquille. En vieillissant les perles jaunissent. Un jour un coq détourna Une perle qu'il donna Au beau premier lapidaire : Je la crois fine, dit-il ; Mais le moindre grain de mil Ferait bien mieux mon affaire, La Fontaine, Fabl. I, 20. La perfection des perles, selon Pline, est lorsqu'elles sont d'une blancheur éclatante, grosses, rondes, polies et d'un grand poids, qualités qui se trouvent rarement réunies, Rollin, Hist. anc. Œuvr. t. x, p. 546, dans POUGENS. La perle est comme la nacre, dont elle ne diffère que par un tissu plus fin, un composé de matière gélatineuse et de carbonate de chaux, Fourcroy, Connaiss. chim. t. x, p. 336, dans POUGENS. On recueille les perles les plus régulières dans l'avicule perlière, avicula margaritifera ; les plus belles nous viennent aujourd'hui de la mer des Indes, et particulièrement de l'île de Ceylan, De Laborde, Émaux, p. 437.

    Perles baroques, voy. BAROQUE.

    Perle orientale, voy. ORIENTAL, n° 4.

    Fig. Jeter des perles devant les pourceaux, offrir à quelqu'un des choses dont il ne sent pas le prix ; faire à quelqu'un un compliment, une gracieuseté dont il ne sent pas la délicatesse.

    Cela est net comme une perle, se dit de quelque chose de très net.

    Perles fines, les véritables perles.

    Semence de perles, perles trop petites pour les compter, qui se vendent au poids et qu'on emploie en grande abondance dans la broderie.

    Perles de compte, perles assez grosses pour être comptées, trop petites pour être estimées selon leur grosseur, De Laborde, Émaux, p. 438.

    Gris de perle, couleur semblable à celle de la perle.

  • 2Nacre de perles, ou mère de perles, la substance intérieure de la coquille des moules à perles.

    Loupes de perle, croissances en forme de demi-perles, qui s'élèvent dans l'intérieur des nacres, et que les joailliers scient adroitement pour les mettre en œuvre.

  • 3Perles fausses, imitation des vraies perles ; il y en a de deux sortes : les unes en boules de verre creux, remplies d'essence d'Orient ; les autres composées d'une substance pleine, sorte de cristal coloré. Le plus ingénieux usage auquel sont consacrées les écailles de poissons, est celui qui a pour objet la fabrication des perles artificielles, Fourcroy, Connais. chim. t, x, p. 330, dans POUGENS.

    Essence de perles, essence d'Orient, voy. ESSENCE, n° 11.

  • 4Perles d'or, d'acier, cuivre doré, ou acier travaillé en forme de perles de diverses grandeurs qui servent à de jolis ouvrages tels que sacs, bourses, calottes, etc. Une bourse en perles.

    Perles de verre de toutes couleurs, mates et transparentes, qui s'emploient aux mêmes ouvrages et avec lesquelles les enfants s'amusent. Cette petite fille enfile des perles pour faire un collier à sa poupée.

    Fig. et familièrement. Je ne suis pas ici pour enfiler des perles, c'est-à-dire pour perdre mon temps, ou l'employer à des choses de peu d'importance.

    Perles défilées, perles enfilées qui ont quitté leur fil. Les disgrâces souvent sont du ciel révélées ; J'ai songé, cette nuit, de perles défilées Et d'œufs cassés…, Molière, Dépit, v, 7.

  • 5Perles de Rome, petits grains d'albâtre plongés dans une pâte de nacre.

    Perles de Venise, émaux teints en rouge, qu'on exporte surtout en Afrique.

  • 6 Fig. Ce qu'il y a de mieux dans son genre. Mais quoi, c'est un chef-d'œuvre où tout mérite abonde, Un miracle du ciel, une perle du monde, Malherbe, VI, 25. Je vais vous montrer la perle des manuscrits, Lesage, Diable boit. ch. X. Ces amis font de vous la perle des neveux, Destouches, Dissipat. IV, 4. Qu'est devenue Mlle Cunégonde, la perle des filles, le chef-d'œuvre de la nature ? Voltaire, Candide, 4. Ce marquis [Tacconi] vaut de l'or, c'est la perle des hommes, Courier, Lett. I, 204. Isocrate, la plus nette perle du langage attique, Courier, ib. 18 oct. 1808. Écoutons la légende de saint Léonor, l'une des perles les plus fines du précieux écrin de la tradition celtique, Montalembert, Moines d'Occid. t. II, p. 389.
  • 7 Fig. Nom donné aux gouttes de liquide, et, particulièrement, aux gouttes de rosée qui sont sur la pointe des herbes. L'aube… sème sur les monts les perles de l'aurore, Lamartine, Méd. I, 16.

    Faire la perle, se dit de l'eau-de-vie, lorsqu'elle se couvre de bulles, après qu'on l'a agitée.

  • 8 Fig. De belles dents. Sa bouche est garnie d'un double rang de perles.
  • 9Se dit des cadences de la flûte, quand chaque son est plein et qu'il a une sorte de rondeur et de netteté, comme les perles.

    Se dit aussi de certaines notes de chant détachées.

  • 10Grain de plomb passé dans un fil, qui sert à divers instruments de mathématique et à guider l'œil quand on tire de l'arbalète.
  • 11 Terme d'imprimerie. Le plus petit caractère.
  • 12 Terme d'architecture. Suite de petits grains ronds qu'on taille dans les moulures appelées baguettes.
  • 13 Terme de tapissier. Petite boule de bois, dite aussi coulant, couverte de soie ou de laine, dans laquelle passent les fils d'une frange à quadrille ou autre.

    Petit globe d'émail percé, dont se sert le fabricant de gaze.

  • 14Un des noms vulgaires de l'albugo ou tache blanche de la cornée.
  • 15Genre d'insectes nevroptères.

    Espèce de coquille univalve.

HISTORIQUE

XIIIe s. Des merciers : nus ne nulle du dit mestier… ne puet metre aucunes finnes pelles fausses, pelles blanches ne dorées, s'elles ne sont d'argent ; car telles euvres sont fausses, De Laborde, Émaux, p. 438.

XIVe s. [on fist] Li chainture de perles à carnieres fremer, Baud. de Seb. v, 776.

XVIe s. Seulement quant je veux toucher le loz de celle Qui est de nostre siecle et la perle et la fleur, Du Bellay, J. VI, 64, recto. Il est net comme une perle, Despériers, Contes, LXVI. La rose blanchit tout autour Au matin de perles petites Qu'elle emprunte du poinct du jour, Ronsard, 512. Fenouil, perles preparées, canelle, Paré, XXI, 2. Ce n'est pour enfiler des perles, Ce n'est pas pour chasser aux merles, Qu'on voit ce martial arroy, Leroux de Lincy, Prov. t. II, 177. Encore disons-nous en commun proverbe d'un homme illustre ou d'une chose belle par excellence : c'est une perle, Bouchet, Serées, III, p. 217, dans LACURNE. Un grand baril de serpentin, garny d'argent doré, avec de petites perles de barocques et des roses de petits saphirs, De Laborde, Émaux, p. 437. À Jehan Rousseley, marchand florentin, pour son paiement d'une bien grosse perle pucelle et non percée que le roy a achapté de luy, De Laborde, ib. p. 438.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PERLE. Ajoutez :
16 Perles mortes, perles qu'on pêche dans les parages de l'Écosse et qui ressemblent à des yeux de poisson, Ch. Blanc, l'Art dans la parure, p. 319.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PERLE, s. f. perla ou margarita, (Hist. nat.) corps dur, blanc & luisant, ordinairement arrondi, que l’on trouve dans plusieurs coquillages, mais surtout dans celui qui est appellé la nacre de perle, la mere-perle, l’huitre à écaille nacrée, &c. mater perlanum, concha margaritifera, &c. La coquille de la mere-perle est bivalve, fort pesante, grise & ridée en-dehors, blanche ou de couleur argentée, unie & luisante en-dedans, un peu verdâtre, applatie & circulaire.

Les plus belles perles se trouvent dans l’animal qui habite cette coquille ; il y en a aussi qui sont adhérentes aux parois internes de la coquille. Chaque coquillage de mere-perle produit ordinairement dix ou douze perles : un auteur qui traite de leurs productions prétend en avoir trouvé cent cinquante dans un seul animal, mais leur formation avoit différens degrés ; les plus parfaites ou les plus avancées tombent toujours les premieres, tandis que les autres restent au fond de la coquille.

On a fait sur la formation des perles un grand nombre d’hypothèses, la plûpart assez vagues & peu fondées ; les anciens tels que Pline, Solinus, &c. disent qu’elles sont formées de la rosée. Selon eux, le coquillage s’éleve tous les matins sur la surface de l’eau, & là il ouvre sa coquille pour recevoir la rosée du ciel, laquelle comme une perle liquide s’insinuant dans le corps de la mere perle, y fixe ses sels, & y reçoit la couleur, la dureté, & la forme de perle, comme il arrive à quelques liqueurs d’être changées dans la terre en crystaux, ou au suc des fleurs d’être transformé en miel ou en cire dans le corps de l’abeille : quand même cette opinion auroit pû se soutenir par le raisonnement, elle auroit été démentie par les faits : car les meres perles ne peuvent pas s’élever jusqu’à la surface de l’eau pour y recevoir la rosée, puisqu’elles restent toujours attachées très-ferme aux rochers.

D’autres pensent que les perles sont les œufs des animaux dans lesquels on les trouve, mais cela ne s’accorde point avec les effets ou les phénomenes dont on a l’expérience ; car l’on trouve les perles répandues par toute la substance de l’animal dans la tête, dans l’enveloppe qui le couvre, dans les muscles circulaires qui s’y terminent, dans l’estomac, & en général dans toutes les parties charnues & musculaires ; de sorte qu’il n’y a point d’apparence que les perles soient dans les coquillages ce que les œufs sont dans les volatils & le frai dans les poissons : car outre qu’il n’y a pas d’endroit particulier destiné à leur formation, les Anatomistes n’ont pû y trouver aucune chose qui eût quelque rapport à ce qui se passe à cet égard dans les autres animaux. On peut dire seulement que comme dans une poule il y a une infinité de petits œufs, en forme de semences, dont quelques-uns croissent & viennent à maturité pendant que les autres restent à-peu-près dans le même état, l’on trouve aussi dans chaque huitre une perle beaucoup plus grande & qui vient à maturité beaucoup plus vîte que le reste. Cette perle devient quelquefois assez grande pour empêcher l’huitre de se former, auquel cas l’animal se corrompt & meurt.

D’autres avec M. Geoffroi le jeune mettent les perles au nombre des bezoards, comprenant sous cette classe toutes les pierres qui se forment par couches dans le corps des animaux. Voyez Bezoard.

M. de Reaumur a donné dans les mémoires de l’académie des Sciences, année 1717, un mémoire sur la conformation des coquilles & des perles… Il croit que les perles se produisent de même que les autres pierres dans les animaux ; par exemple, comme celles qui se forment dans la vessie, dans les reins, &c. & qu’elles sont apparemment les effets de quelques maladies ou de quelque desordre de l’animal où elles se trouvent. En effet, elles sont toutes formées d’une liqueur extravasée de quelques vaisseaux rompus, qui est retenue & fixée entre les membranes. Afin d’en faire sentir la possibilité, il fait voir que les coquilles de mer aussi-bien que celles de terre, par exemple celles des limaçons, &c. sont entierement formées d’une matiere glutineuse & pierreuse qui suinte du corps de l’animal ; ainsi il n’est pas étonnant qu’un animal, qui a des vaisseaux où circule une quantité de sucs pierreux, suffisante pour former une coquille, en ait assez pour produire des perles, dans le cas où les sucs, destinés à l’accroissement de la coquille, viendroient en trop grande abondance, & s’épancheroient dans quelque cavité du corps ou entre les membranes.

Pour confirmer ce système, l’auteur observe que la partie intérieure de la moule qui produit la perle commune, & que l’on trouve sur les côtes de Provence, est en partie d’une couleur de perle ou de nacre de perle, & en partie rougeâtre ; que les couleurs des perles sont précisément les mêmes que celles de la coquille ; que les perles d’une couleur se trouvent toujours dans la partie de la coquille de même couleur qu’elles. ce qui fait voir que dans le même endroit où la transpiration d’un certain suc a formé & auroit continué à former une tunique, ou une couche de coquille d’une certaine couleur, les vaisseaux qui ont apporté ce suc étant rompus, il s’y est formé une petite masse ou un petit amas de liqueur, laquelle venant à s’endurcir est devenue une perle de même couleur que la partie de la coquille qui lui correspond.

Ajoutez à cela que la partie de la coquille qui est de couleur d’argent ou de perle, est formée de couches posées les unes sur les autres, comme celles d’un oignon ; & que la partie rougeâtre est composée de petites fibres cylindriques & fort courtes, appliquées l’une contre l’autre : cette même tissure convient aux perles des deux couleurs ; ce n’est pas que ces deux especes soient composées toutes deux de couches concentriques, car celles des perles rougeâtres sont beaucoup moins sensibles, & de plus elles ont des traits ou des filets qui, semblables à des rayons, vont du centre à la circonférence. Toutes ces circonstances paroissent effectivement déterminer la formation des perles. Chambers.

Pour une perle qui se trouve dans le corps de l’animal, il y en a mille qui sont attachées à la coquille comme autant de verrues. Tous les coquillages de l’espece des meres-perles ne renferment pas des perles ; il y a lieu de croire que l’on n’en trouve que dans ceux qui sont viciés, aussi l’on a remarqué que les côtes où se fait la pêche des perles sont mal-saines, & que la chair de l’animal des meres-perles est encore plus mauvaise à manger, lorsqu’il y a réellement des perles, que lorsqu’il ne s’y en trouve point.

La perfection des perles, soit qu’elles soient rondes, en forme de poires, d’olives, ou d’une figure irréguliere, consiste principalement dans le lustre & la netteté de sa couleur ; c’est ce que l’on appelle son eau. Il y en a quelques-unes dont l’eau est blanche, ce sont les plus estimées en Europe, l’eau des autres tire sur le jaune ; quelques indiens & quelques arabes les préferent aux blanches. Il y en a quelques-unes d’une couleur de plomb, quelques autres tirant sur le noir, & d’autres tout-à-fait noires.

Elles sont sujettes à changer quand on les porte ; dans l’espace de 80 ou 100 ans elles deviennent ordinairement d’une fort petite valeur, particulierement les blanches qui se jaunissent & qui se gâtent en 40 ou 50 ans.

Il n’est pas douteux que la différence des couleurs vient des différentes parties de l’huitre, ou les perles formées, quand le sperme ou la semence vient à être chassée dans le mesentere, ou dans le foie, ou dans les parties qui y répondent ; il n’est pas étonnant que les impuretés du sang changent leur blancheur naturelle.

En Europe, les perles se vendent au carat : le carat contenant quatre grains en Asie, on fait usage de différens poids pour les perles, suivant la différence des états. Voyez Carat.

On ne donne proprement le nom de perle qu’à ce qui ne tient point à la coquille, la coquille elle-même s’appellant nacre de perle. Les pieces qui ont tenu à la coquille, & qui en ont été détachées par l’adresse de l’ouvrier, se nomment loupes de perles, qui ne sont en effet autre chose que des excroissances arrondies, ou des pieces de sa coquille, quoiqu’on les prenne fort souvent pour la coquille même.

Le pere Bouhours observe que les perles ont cet avantage sur les pierres précieuses que l’on détache des rocs, &c. en ce que ces dernieres doivent leur lustre à l’industrie des hommes ; la nature ne faisant, pour ainsi dire, que les ébaucher, & laissant à l’art le soin de les finir : mais les perles ont d’elles-mêmes cette eau charmante qui en fait tout le prix. Elles se trouvent parfaitement polies dans les abysmes de la mer ; & la nature y a mis la derniere main avant que d’être séparées de leur mere.

Les perles d’une figure irréguliere, c’est-à-dire, qui ne sont ni rondes, ni en poires, sont appellées baroques ou perles d’Ecosse. Les perles parangones sont des perles d’une grosseur extraordinaire, comme celles de Cléopatre, que Pline évalue à quatre-vingt mille livres sterling : on en apporta une à Philippe II. en 1579, grosse comme un œuf de pigeon, prisée 14400 ducats. L’empereur Rodolphe avoit une perle parangone, grosse comme une poire muscade, pesante 30 carats, selon Boëce, & appellée la pelegrina ou l’incomparable : Tavernier fait mention d’une autre qui étoit entre les mains de l’empereur de Perse en 1633, & que l’on avoit achetée d’un arabe pour 32000 tomans ; à 3 livres 9 sols le toman, cela produit 110400 livres sterling.

Les perles sont de quelque usage en médecine, mais il n’y a que celles de la plus petite espece qui aient cette propriété ; on les appelle semence de perles : il faut pour cela qu’elles soient blanches, claires, transparentes, & véritablement orientales. Elles servent à composer des potions cordiales dont on faisoit autrefois un très-grand cas ; mais aujourd’hui elles ont perdu beaucoup de leur ancienne réputation, & il n’y a guère que des charlatans qui en fassent quelque cas.

Les dames font aussi usage, pour leur teint, de certaines préparations de perles, comme on leur fait accroire ; tels sont les blancs de perles, les fleurs, les essences, les esprits, les teintures de perles, &c. mais il y a beaucoup d’apparence que ce sont de pures tromperies.

Once-perles, voyez l’article Once.

Pêches des perles. On prend des perles dans les mers des Indes orientales, dans celles de l’Amérique, & en quelques parties de l’Europe. Voyez Pêche.

Les pêches de perles qui se font aux Indes orientales, sont 1°. à l’île de Bahren ou Baharem dans le golfe Persique : cette pêche appartenoit aux Portugais, lorsqu’ils étoient maîtres d’Ormus & de Mascata ; mais elle est revenue au sophi de Perse, depuis que ce prince, avec le secours des Anglois, a pris Ormus sur eux, & que les Arabes se sont emparés de Mascata.

2°. La pêche de Catifa, sur la côte de l’Arabie heureuse, vis-à-vis Bahren.

3°. Celle de Manar, un port de mer dans l’île de Ceylan. Les perles que l’on y pêche sont les plus fines de tout l’Orient, tant par la beauté de leur eau que par la perfection de leur rondeur : mais elles pesent rarement plus de quatre carats.

Enfin, on pêche des perles sur la côte du Japon ; mais elles sont grossieres, irrégulieres, & peu considérées.

Les perles de Bahren & de Catifa sont celles que l’on vend communément dans les Indes ; elles tirent un peu sur le jaune, mais les Orientaux ne les estiment pas moins pour cela. Ils regardent cette couleur comme le caractere de leur maturité, & ils sont persuadés que celles qui ont naturellement cette teinture jaunâtre, ne changent jamais de couleur ; & qu’au contraire celles d’eau blanche ne sont pas trente ans sans prendre une couleur d’un jaune sale, à cause de la chaleur du climat & de la sueur des personnes qui les portent.

Les pêches de perles, en Amérique, se font toutes dans le grand golfe de Mexique, le long de la côte de la Terre-ferme. Il y en a cinq : 1°. la pêche du Cubagna, île à cinq lieues de la nouvelle Andalousie, à 10 degrés de latitude septentrionale.

2°. Celle de l’île Marguerite, ou de l’île des Perles.

3°. Celle de Comogote vers la Terre-ferme.

4°. Celle de la riviere de la Hach, appellée la Rencheria.

5°. Celle de Sainte-Marthe, à soixante lieues de la riviere de la Hach.

Les perles de ces trois dernieres pêches sont ordinairement de bon poids, mais mal formées, & d’une eau livide. Celles de Cubagna pesent rarement plus de cinq carats, mais on en trouve en abondance : celles de l’île Marguerite sont les plus nombreuses & les plus belles, tant par rapport à leur eau qu’à leur poids.

La pêche des perles, dans la Tartarie chinoise, se fait proche la ville de Nipehoa, située sur un lac de même nom : les perles n’y sont pas si belles, ni en si grand nombre qu’à Baharem. C’est cette pêche qui a été la cause de la guerre entre les Chinois & les Moscovites, & qui a été terminée vers la fin du dernier siecle par les négociations des jésuites Péreira & Gerbillon. Le lac, qui est d’une grande étendue, fut alors divisé entre les deux nations, dont chacune prétendoit à la possession du tout.

Il y a quelques pêches de perles dans la mer du Sud, mais elles sont fort peu considérables.

Les pêches de perles, en Europe, se font en quelques endroits sur les côtes d’Ecosse & dans un fleuve de Baviere ; mais les perles que l’on y trouve ne sont pas comparables à celles des Indes orientales ou de l’Amérique, quoiqu’elles servent à faire des colliers que l’on vend quelquefois mille écus & plus.

Maniere de pêcher les perles dans les Indes orientales. Il y a deux saisons dans l’année pour la pêche des perles : la premiere est en Mars & en Avril, & la seconde se fait en Août & en Septembre ; plus il tombe de pluie dans l’année, plus les pêches sont abondantes.

A l’ouverture de la saison, il paroît quelquefois deux cens cinquante barques sur le rivage. Les plus grandes ont deux plongeurs, les plus petites n’en ont qu’un : toutes les barques quittent le rivage, avant le lever du soleil, par un vent de terre qui ne manque jamais de souffler ; elles reviennent de même par un vent de mer qui succede au premier l’après-midi.

Aussi-tôt que les barques sont arrivées & ont jetté l’ancre, chaque plongeur s’attache sous le corps une pierre épaisse de six pouces & longue d’un pié ; elle lui sert comme de lest, & pour empêcher qu’il ne soit chassé ou emporté par le mouvement de l’eau, & qu’il soit en état d’aller avec plus de fermeté à-travers les flots.

Outre cela, ils se lient à un pié une autre pierre fort pesante, qui les précipite au fond de la mer en un instant ; & comme les huitres sont ordinairement attachées très-fortement aux rochers, ils arment leurs doigts de mitaines de cuir, pour prévenir les blessures quand ils viennent à les arracher avec violence : quelques-uns même se servent pour cela d’un rateau de fer.

Enfin chaque plongeur porte avec lui un grand filet en maniere de sac, lié à son cou avec une longue corde, dont l’autre extrémité est attachée au côté de la barque : le sac est destiné à recevoir les huîtres que l’on recueille ou que l’on détache du rocher, & la corde sert à retirer le plongeur quand son sac est plein, ou qu’il a besoin d’air. Dans cet équipage il se précipite quelquefois plus de 60 piés sous l’eau. Comme il n’a pas de tems à perdre en cet endroit, il n’est pas plutôt arrivé au fond qu’il commence à courir de côté & d’autre, quelquefois sur un sable, quelquefois sur une terre grasse, & tantôt parmi les pointes des rochers, arrachant les huitres qu’il rencontre, & les fourrant dans son sac.

A quelque profondeur que les plongeurs soient dans l’eau, la lumiere est si grande qu’ils voient très-distinctement tout ce qui passe dans la mer, avec la même clarté que sur terre. Et, ce qui ne manque pas de les consterner, ils apperçoivent quelquefois des poissons monstrueux, dont ils deviennent souvent la proie, quelque précaution qu’ils ayent de troubler l’eau, afin de n’en être pas apperçus ; de tous les dangers de cette pêche, il n’y en a point de plus grand ni de plus ordinaire.

Les meilleurs plongeurs restent sous l’eau une demi-heure, & les autres pas moins qu’un quart-d’heure. Durant ce tems, ils retiennent leur haleine sans faire aucun usage d’huile ni d’autres liqueurs. Voyez Plonger.

Quand ils se trouvent incommodés, ils tirent la corde a laquelle le sac est attaché, & ils la tiennent ferme & bien serrée avec les deux mains ; alors ceux qui sont dans la barque voyant le signal, les élevent en l’air & les déchargent de leur poisson ; il y a quelquefois cinq cens huitres, d’autres fois il n’y en a pas plus de cinquante.

Quelques plongeurs ont besoin d’un moment pour reprendre haleine, d’autres se rejettent à l’instant dans la mer, & continuent sans relâche ce violent exercice pendant plusieurs heures.

Les pêcheurs déchargent leurs barques sur le rivage, & ils mettent leurs huitres dans un nombre infini de petites fosses creusées dans le sable, & qui ont quatre ou cinq piés quarrés, ils les recouvrent de petits tas de sable à la hauteur d’un homme ; ce qui paroît, à quelque distance, semblable à une armée rangée en bataille. On les laisse dans cet état jusqu’à ce que la pluie, le vent & le soleil les obligent de s’ouvrir ; ce qui ne tarde pas à les faire mourir. Alors la chair se corrompt, se desseche, & les perles ainsi dégagées tombent dans la fosse quand on vient à retirer les huîtres.

La chair de ce poisson est excellente ; & s’il est vrai, ainsi que le prétendent quelques naturalistes, que les perles sont des pierres formées par une mauvaise constitution du corps où elles se trouvent, comme cela arrive quelquefois aux hommes & au bezoard, ce vice ou cette maladie n’altere point les humeurs ; au-moins les Pavavas qui en mangent ne trouvent aucune différence entre ceux qui ont des perles & ceux qui n’en ont pas.

Après avoir nettoyé les fosses des saletés les plus grossieres, on crible le sable plusieurs fois, afin d’on séparer les perles. Mais quelque attention que l’on y ait, on en perd toujours un grand nombre. Quand les perles sont nettoyées & séchées, on les fait passer par une espece de crible proportionné à leur grosseur. Les plus petites sont vendues pour de la semence de perles, les autres le sont au plus offrant.

Maniere de pêcher les perles dans les Indes occidentales. La saison pour cette pêche est ordinairement depuis le mois d’Octobre jusqu’au mois de Mars. Il sort alors de Carthagene dix ou douze barques sous l’escorte d’un vaisseau de guerre, appellé Larmadille. Chaque barque a deux ou trois esclaves qui lui servent de plongeurs.

Parmi les barques il y en a une appellée la Capitane, à laquelle toutes les autres sont obligées d’apporter la nuit ce qu’elles ont pris pendant le jour, afin de prévenir les fraudes. Les plongeurs ne subsistent pas long-tems, à cause du travail excessif qu’on leur fait supporter ; ils restent quelquefois sous l’eau plus d’un quart-d’heure : tout le reste s’y fait de même que dans les pêches des Indes orientales.

Les Indiens connoissoient le prix de leurs perles avant la découverte de l’Amérique ; & quand les Espagnols y arriverent, ils en trouverent une grande quantité qui étoit en réserve, & que les Americains mettoient à un haut prix ; mais elles étoient presque toutes imparfaites d’une eau jaune & enfumée, parce qu’ils avoient coutume de se servir de feu pour ouvrir les poissons où elles se forment. Dans le dictionnaire de commerce il y a une table de la valeur des perles ; elle a été communiquée à l’auteur par une personne très-capable. Comme les perles sont un article fort curieux dans le commerce, & qu’il y a des endroits où leur valeur est peu connue, comme en Angleterre, on va en donner ici un abrégé réduit à la monnoie d’Angleterre. Pour la France, il est évident que l’on doit copier ce qu’en dit le dictionnaire de commerce. Sur le pié de 15. 6 d. sterling la livre de France, ou de 45. 6 d. l’écu de France.

Valeur de toutes sortes de perles par rapport à leurs différens poids.
Semences de perles.
liv. sols. den.
Les semences de perles non-percées propres à être broyées, valent 00. 09.
La belle semence de perles percées pour de petits colliers, ou pour la broderie, 01. 014
De la même espece un peu plus grandes, 01. 16.
Perles irrégulieres.
liv. sols. den.
De 500 à l’once, valent 03. 00.
De 300 06. 00.
De 150 11. 02.
De 100 18. 00.
De 60 33. 15.
De 30 75. 00.
Perles rondes régulieres.
liv. sols. den.
Une perle d’un demi-grain vaut, 00. 00. .
Uned’un grain, 00. 00. .
Uned’un grain & demi, 00. 01. 0.
Unede deux grains, 00. 02. 0.
Unede deux grains & demi, 00. 04. 6.
Unede 3 grains, 00. 07. 6.
Unede 4 grains ou un carat, 00. 18. 0.
Unede 5 grains, 01. 10. 0.
Unede 6 grains, 02. 05. 0.
Unede 7 grains, 03. 01. 0.
Unede 8 grains ou 2 carats, 04. 10. 0.
Unede 9 grains, 06. 00. 0.
Unede 10 grains, 08. 05. 0.
Unede 11 grains, 09. 15. 0.
Unede 13 grains, 13. 05. 0.
Unede 15 grains, 21. 00. 0.
Unede 17 grains, 27. 10. 0.
Unede 20 grains ou 5 carats, 37. 10. 0.
Unede 22 grains, 52. 10. 0.
Unede 24 grains ou 6 carats, 82. 10. 0.
Unede 26 grains, 99. 00. 0.
Unede 28 grains ou 7 carats, 150. 00. 0.
Unede 32 grains ou 8 carats, 225. 00. 0.
Unede 36 grains ou 9 carats, 262. 10. 0.
Unede 40 grains ou 10 carats, 300. 00. 0.

Quant aux perles qui ont une forme de poires, quoiqu’elles soient également parfaites & d’un poids égal à celui des rondes, leur valeur est fort inférieure ; néanmoins quand on en trouve deux qui s’assortissent, se rapportent, ou qui se marient bien ensemble, leur prix n’est qu’à un tiers moindre que celui des perles rondes.

Fausses perles. Ce sont des perles contrefaites ou factices, qui ressemblent aux véritables perles par leur eau ou par leur couleur ; on les appelle vulgairement des grains de collier ou de chapelet.

Autrefois elles n’étoient faites que de verre, avec une teinture de vif-argent en-dessus. Par la suite on se servit de cire, que l’on recouvroit d’une colle de poisson fine & brillante.

On a inventé depuis en France une autre maniere de faire ces sortes de perles ; on les rend si semblables aux naturelles par le lustre & par l’eau, qu’on sait leur donner, que de bons yeux peuvent s’y méprendre : ce sont de celles-là que les femmes en général portent à présent au défaut de vraies perles ; les petits colliers de celles-ci n’étant plus de leur goût, & les grands étant généralement trop chers.

Méthode de faire de fausses perles. On est redevable de cette curieuse invention au sieur Janin : ce qui en releve le prix n’est pas seulement sa simplicité, mais c’est qu’elle n’est point sujette aux mauvais effets de ces fausses perles que l’on fait avec du vif-argent ou avec de la colle de poisson.

Cet ingénieux artiste ayant remarqué que les écailles d’un petit poisson, que l’on appelle albe & que l’on trouve abondamment dans la riviere de Marne, avoient non-seulement tout le lustre de la perle réelle, mais qu’après les avoir réduites en poudre dans l’eau ou bien dans le talcocolle de poisson ; elles reprenoient leur premier lustre, en redevenant seches, il s’avisa d’en mettre un peu dans la cavité d’un grain de collier ou d’un grain de girasole, qui est une espece d’opale ou de verre, tirant beaucoup sur la couleur de perle. La difficulté fut d’y en faire entrer, &, après y être parvenu, de l’étendre également par toute la cavité du grain.

Un petit tube de verre long de 6 ou 7 pouces, d’une ligne & demie de diametre, très-aigu à une extrémité & un peu recourbé, servit à l’introduction de la matiere en la soufflant avec la bouche, après en avoir pris ou enleve une goute avec l’extrémité pointue du tube ; & pour l’étendre par toute la circonférence intérieure, il se contenta de la remuer doucement pendant fort long-tems dans un petit panier d’osier revêtu de papier.

Les écailles étant pulverisées & attachées par ce mouvement à la surface intérieure du grain, reprennent leur lustre à mesure qu’elles deviennent seches. Pour augmenter ce lustre, on met les grains pendant l’hiver dans un crible fait de poil, ou dans une toile à bluter, que l’on suspend au plafond, & l’on met dessous à 6 piés de distance des monceaux de cendres chaudes : pendant l’été, on les suspend de la même maniere, mais sans aucun feu.

Quand les perles sont ainsi seches, elles deviennent fort brillantes, & il ne reste plus qu’à boucher l’ouverture ; on se sert pour cela de cire fondue, que l’on y porte avec un petit tube semblable à celui dont on fait usage pour l’introduction des écailles dissoutes.

Après avoir ôté la cire superflue, on perce les perles avec une aiguille, on les enfile, & c’est de cette maniere que l’on commence les colliers.

Nacre de perle. C’est la coquille non pas de l’huître-perle, mais de l’auris-marina, petit poisson de mer, qui est une espece d’huître.

Cette coquille est très-unie & très-polie intérieurement, elle a la blancheur & l’eau de la perle même ; le dehors fait voir un lustre semblable après qu’on l’a nettoyé avec de l’eau-forte & le touret de lapidaire les premieres lames ou feuilles, qui composent la couche ou la tunique extérieure de cette riche coquille. On en fait usage dans les ouvrages marquetés ou à la mosaïque, dans plusieurs bijoux, comme des tabatieres, &c.

Les loupes de perle sont certaines excroissances ou endroits relevés en forme de demi-perle, que l’on trouve quelquefois au fond des coquilles à perle.

Les Lapidaires ont l’adresse d’enlever ces protubérances par le moyen de la scie, de les joindre ensemble, & de les faire servir à plusieurs ouvrages de jouaillerie, comme si c’étoient de véritables perles.

Perle, en terme de Blason, est un mot dont font usage ceux qui blasonnent avec des pierres précieuses, au lieu de couleurs & de métaux ; ils s’en servent pour de l’argent ou pour du blanc. Voyez Argent.

Perle, Cataracte ou Taye, en terme de Médecine, se dit d’une tache sur l’œil ou d’une membrane épaisse qui n’est pas naturelle. Voyez Pannus & Unguis.

Couronnes perlées. Voyez l’article Couronne.

Perle, (Mat. méd.) les louanges pompeuses données aux perles par les anciens pharmacologistes, exactement appréciées d’après les lumieres de la saine chimie & de l’observation, doivent être réduites à l’assertion simple & positive que cette concrétion animale n’est autre chose dans l’ordre des médicamens, qu’un absorbant terreux parfaitement analogue aux yeux d’écrevisse, à l’écaille d’huitres, aux coques d’œufs, &c. Voyez Terres & Remedes terreux. Voyez aussi Nacre, Corail, Ecrevisse, &c. (b)

Perle, mere de, (Mat. méd.) voyez Nacre.

Perles, s. f. pl. collier de, (Jouaillerie.) ce sont plusieurs perles assorties & enfilées ensemble, que les femmes mettent autour de leur cou pour leur servir d’ornement. On dit aussi un esclavage de perles, un bracelet de perles, une attache de perles, pour signifier divers autres ouvrages faits avec des perles que les dames font entrer dans leur parure.

Perle, (Gazerie.) on appelle perles, en termes de fabrique de gaze, de petits globes d’émail percés par le milieu, avec une petite queue ouverte ; cette queue sert à les attacher aux lisses, & le trou du milieu à y passer les soies de la chaîne ; de toutes les étoffes de soie il n’y a que la gaze qui se fasse à la perle. Savary. (D. J.)

Perles loupes, (Jouaillerie) ce sont des excroissances en forme de demi-perles, qui s’élevent sur la superficie intérieure des nacres de perles, que les Jouailliers savent scier adroitement, & qu’ils mettent en œuvre au lieu de véritables perles dans divers bijoux.

Perles, semence de, (Jouaillerie.) nom qu’on donne aux perles les plus menues.

Perle, la, (Fondeur de caracteres d’Imprimerie.) est, si l’on veut, le vingt-unieme corps de caractere d’Imprimerie, mais ce caractere est peu en usage : il a été fondu aux dépens du roi, & pour l’usage de son imprimerie royale établie à Paris, où il est juste qu’il y ait, ne fût-ce que par curiosité, tous les corps possibles, & qui peuvent être mis en œuvre.

Perles, (Géog. mod.) il y a deux bancs de ce nom, l’un dans la mer des Indes à l’opposite de Tutucurin, l’autre dans la même mer au midi de l’île de Manar. On connoît aussi plusieurs petites îles qu’on nomme îles des Perles, & qui sont dans l’Amérique septentrionale, près de la côte de Guatimala. Enfin la riviere aux Perles est une riviere dans la Louisiane, entre le bras oriental du Mississipi & la petite baie de S. Louis.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « perle »

Wallon, piel ; prov. esp. et ital. perla ; portug. perola ; anc. haut-allem. perala, berala ; angl. pearl ; bas-lat. perulus, et aussi perna. Origine très incertaine. 1° On l'a tiré du latin perna, pinne marine, sorte de coquillage, par le changement d'n en l ; il est certain qu'il y a des textes du XIIIe siècle où perna signifie perle, et que dans les dialectes napolitain et sicilien perna a ce même sens. 2° Du latin pirum, poire, par une assimilation, à cause des formes perulus en bas-latin, et perola en portugais ; Diez cite aussi le vénitien porolo, pendant d'oreille. 3° Du latin sphærula, petite boule ; mais les formes des deux mots sont bien éloignées l'une de l'autre. 4° Du latin pilula, globule, avec permutation de l'l en r, permutation qui se trouve en effet dans le vénitien, et le véronais pirola pour pilula. 5° De l'anc. haut-allem. perala ou berala, que Grimm rattache à βήρυλλος, bérylle. Diez regarde comme plus probable, ou perula, petite poire, ou pilula, globule.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIe siècle)[1] Du latin perna (« cuisse, coquillage ») par l’intermédiaire du diminutif *pernula[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « perle »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
perle pɛrl
perles pɛrl

Citations contenant le mot « perle »

  • Un ami, c'est un être qui ne doute jamais de vous, qui ne vous demande rien et qui est prêt à tout vous donner... C'est un coeur large qui oublie et pardonne... Un ami, c'est la perle au fond des mers. De Père Didon
  • C’est le terreau de la vie, la banalité. Rarement, une perle, un grain de sable, une particule luisante tombe sur notre épaule. Et dans cet océan de vagues ordinaires, le pouvoir est le vice banal le plus à son aise chez l’homme. De Fred Vargas / Temps glaciaires
  • La bonne réputation est un collier de perles. De Proverbe arménien
  • Alors qu’un chimiste du village a relancé la production de perles, retour sur l’histoire d’un savoir-faire gingolais. Le Messager, Les perles de Saint-Gingolph : une success story initiée il y a un siècle - Le Messager
  • Sur l'île de Murano, dans la lagune de Venise, se perpétue un artisanat d'antan, celui de la perle de verre. euronews, A Venise, l'art de la perle de verre pourrait rejoindre le patrimoine culturel de l'UNESCO | Euronews
  • Geneviève Cailleteau se définit comme une "enfileuse de perles". Elle est artisan d'art à Besançon et nous raconte son histoire d'amour avec les perles. France Bleu, Geneviève Cailleteau, enfileuse de perles à La Perle Rare à Besançon
  • Le comble de l'optimisme, c'est de rentrer dans un grand restaurant et compter sur la perle qu'on trouvera dans une huître pour payer la note. De Tristan Bernard
  • "Ce ne sont pas les perles qui font le collier, c’est le fil" : que peut donc bien nous enseigner cette maxime en termes de philosophie de vie ? , Montpellier : "Ce ne sont pas les perles qui font le collier, c’est le fil". Une belle métaphore de la vie d'entreprise. | Métropolitain
  • En ouvrant son atelier puis sa boutique l’an passé, Jean-Loïc Selo a remis au goût du jour une fierté locale : les perles de Saint-Gingolph. Ces bijoux, qui avaient fait la renommée du village frontalier, sont produits localement à l’aide de bénévoles et de pêcheurs du Léman. Le Messager, Saint-Gingolph : avec ses perles, il ravive un précieux savoir-faire - Le Messager
  • Les mœurs sont un collier de perles ; ôtez le nœud, tout défile. Nicolas Edme Rétif, dit Restif de La Bretonne, Cité par Gérard de Nerval dans les Illuminés
  • Ne donnez pas aux chiens ce qui est sacré, ne jetez pas vos perles devant les porcs. , Évangile selon saint Matthieu, VII, 6
  • Les erreurs, comme des pailles, flottent à la surface. Celui qui veut chercher des perles doit plonger en profondeur. John Dryden, All for love, Prologue
  • La perle précieuse provient d’une vulgaire huître. De Proverbe chinois
  • La perle est sans valeur dans sa propre coquille. De Proverbe indien
  • Si j'étais une huître, je ne cultiverais pas ma perle. De Jean Paulhan
  • La sincérité est la perle qui se forme dans la coquille du coeur. De Proverbe soufi
  • C’est une perle rare en ce monde que d’avoir un coeur sans désir. De Bouddha
  • Notre vie est une perle que chacun de nos pas polit. De Marc Gendron / Les Espaces glissants
  • Tout art est autobiographique ; la perle est l’autobiographie de l’huître. De Federico Fellini / Atlantic - Décembre 1965
  • Est meilleur que perle et corail le geste que l'homme dédie à l'homme. De Walibah ibn al-Habbah
  • Il n’existe guère de texte, si ennuyeux soit-il, qui ne contienne une perle susceptible de faire rire. De Didier Nordon / Des cailloux dans les choses sûres.
  • L'attente de celui qui attend est une perle très belle ; de quelque côté qu'il se tourne, il agira avec intelligence et avec prudence. De La Bible / Le Livre des proverbes
  • Une âme pure est comme une belle perle. Tant qu'elle est cachée dans un coquillage, au fond de la mer, personne ne songe à l'admirer. Mais si vous la montrez au soleil, cette perle brille et attire les regards. De Le curé d'Ars
  • Stéphane Pouvreau : Cela existe mais cela reste rare. La perle provient d’un corps étranger que l’huître n’arrive pas à extraire. Pour s’en protéger, le mollusque l’entoure de nacre. Le Telegramme, Que vaut la perle de l’huître bretonne ? - Bretagne - Le Télégramme
  • Ici c’est Brest et pas encore la Polynésie ! Le phénomène est rare mais bien réel. Lorsqu’un corps étranger s’introduit dans une huître, comme un petit caillou par exemple, que le bivalve ne parvient pas à expulser, il produit de la nacre autour de ce corps étranger afin de s’en protéger. Cette production de nacre de protection aboutit à la formation d’une perle plus ou moins régulière, jamais très grosse ni très foncée sous nos latitudes. Le Telegramme, Une perle dans une huître de la rade de Brest pour bien commencer l’année - Brest - Le Télégramme
  • Chaque dimanche, une radio partenaire d'Europe 1 nous raconte un fait local au-delà de la métropole. Direction cette semaine la Polynésie, où là-bas la perle va mal. Toute la profession a tenu une réunion de crise il y a quelques jours à Tahiti. Ces perles sombres, irisées de reflets bleus, verts ou aubergine font la renommée du territoire. Leur cours est tombé de 16€ à 4€ le gramme en quelques années. Le reportage de Wallis Gleize de notre partenaire Radio 1. Europe 1, Polynésie : La crise touche aussi la perle de Tahiti
  • Elisabeth et Raphaël ont longtemps cherché la nounou parfaite pour garder leur fils de quelques mois, Baptiste. Ils ont rapidement fait confiance à Delphine, persuadés d'avoir trouvé la perle rare. France Culture, La perle rare
  • Connue pour ses perles Akoya, la maison japonaise TASAKI célèbre les 10 ans de sa collection balance. Résultat ? Une réinterprétation ultra-moderne de ses perles.  Vogue Paris, Comment cette marque de bijoux réinterprète la perle avec des diamants ? | Vogue Paris
  • Dimanche 8 novembre 2020, comme à son habitude, Danièle Galan, habitante à Auros (Gironde) a acheté des huîtres et surprise en les ouvrant, une perle de nacre était cachée. , Gironde. En ouvrant ses huîtres, une femme trouve une perle de nacre | Le Républicain Sud-Gironde
  • Insolite Découvrir une perle dans une huître, la chose est très rare. Un Loclois a pourtant eu cette chance la semaine dernière, à la Brasserie de l’hôtel de ville, à La Chaux-de-Fonds. , La Chaux-de-Fonds: il découvre une perle au resto, dans une huître
  • Vous avez probablement plus de chance de trouver une perle dans une huître qu’un nacrier sur votre route tant cette profession a pratiquement disparu en France. Ils sont deux peut-être trois et l’un d’eux a son écrin juché au sommet du Mont-Saint-Vincent depuis bientôt une dizaine d’années. L'infoRmateur de Bourgogne, Mont-Saint-Vincent - La boutique du nacrier, une perle rare - L'infoRmateur de Bourgogne
  • Mais, si conscients que nous sommes d’être à un moment charnière de notre Histoire et de la nécessité d’être bien armés pour faire face aux challenges à venir, notre préférée, celle qui nous fait languir d’être à demain, est sans conteste cette perle du propos liminaire du président lors du dernier CT : “pour gagner une bataille, on a besoin de bons généraux ; pour gagner une guerre, on a besoin de bons officiers, et de bons fantassins. Parfois aussi de bons commandos !!…” Le St Martin's Week, Bêtisier • Les perles de l’année 2020 | Le St Martin's Week
  • Victor Osimhen régale déjà. Voilà ce que nous titrions après les bons débuts du Nigérian en Serie A avec Naples. L'ancien Lillois avait certes attendu la 4e journée pour marquer, mais son impact offensif lors des journées précédentes avait été remarqué et son entraîneur Gennaro Gattuso était déjà séduit par sa nouvelle perle. Tout se passait donc bien pour l'attaquant de 22 ans, recruté pour plus de 70 M€. Jusqu'au début du mois de novembre et une blessure survenue avec sa sélection nationale. Foot Mercato : Info Transferts Football - Actu Foot Transfert, Victor Osimhen cause bien des soucis à Naples...
  • Avec ses 241.000 km2 - une superficie proche du Royaume-Uni - mêlant forêts brumeuses, lacs et marais, plateaux montagneux et sommets enneigés, l'ancien protectorat britannique a acquis le surnom de "perle de l'Afrique". TV5MONDE, L'Ouganda, pays autoritaire, parmi les plus jeunes du monde
  • RDV CULTURE – Sur la chaîne YouTube de la Comédie française, les acteurs dévoilent leurs talents de musiciens. Une perle d’humour et de magie pour patienter avant la réouverture des salles de spectacles. Télérama, “Le Bœuf sur la table” : la Comédie-Française connaît la musique
  • Elle décide alors d'associer leur histoire, leur aventure avec leurs copains du monde entier avec son univers de la pâtisserie. Le projet était là. Il fallait maintenant trouver des idées pour raconter leur voyage et trouver la perle rare de la gribouille pour donner vie à leur aventure ! , Découvrez les aventures gourmandes de Tao et Capucine ! | lepetitjournal.com
  • En octobre, elle découvre l’île et son confrère, Yves Taveau, qui a 70 ans, aspire à passer le relais. « On est sur la même longueur d’onde », résume Christine Hochard, habituée à prendre « ce que la vie lui offre ». Mais avec plus 70 % de résidences secondaires, la perle du Golfe ne se livre pas facilement. « Le problème de logement arrive avant même le problème de travail », constate Philippe Le Bérigot, le maire. « C’est quasiment mission impossible pour des jeunes qui se lancent ». C’est compliqué même pour un médecin. « Une première candidate a abandonné face au prix de l’immobilier », rappelle le futur ancien médecin. Il n’y a pas d’offre. « Nous avons visité une maison mais nous devions la libérer en juillet-août », explique Christine Hochard, qui emménage avec son compagnon, jeune retraité. Le Telegramme, À l’Ile-aux-Moines, le casse-tête du logement pour le nouveau médecin [Vidéo] - Ile aux Moines - Le Télégramme
  • La résilience est partout, on parle même de villes résiliantes, inventives, connectées entre elles. Mais que cache ce gentil terme de «résilience» ? Il part d’une image a priori inoffensive, celle de l’huître qui pour se protéger du grain de sable qui la blesse, sécrète du calvaire (lapsus, du calcaire) faisant ainsi de sa souffrance une perle. Et cette image a la vie dure ! Peu à peu nous sommes sommés de fabriquer des perles. Une sorte d’idéologie de la croissance appliquée au malheur. Car la résilience qui était le nom d’une faculté ou d’une qualité exceptionnelle est devenue une idéologie aux inquiétants accents darwiniens, une croyance en une sorte de résurrection qui est de moins en moins appelée ou souhaitée mais plutôt exigée et attendue. Libération.fr, Nous ne sommes pas des huîtres - Libération
  • « Il nous a fallu trois ans pour remettre en état de marche ce métier Jacquard, explique Michel Rodarie, qui a présidé l'association pendant vingt-cinq ans. Toute la difficulté est de trouver des professionnels de ces savoir-faire. » Par l'intermédiaire du réseau textile de la région lyonnaise, la perle rare a été dénichée en la personne de Charlène. Cette jeune femme d'une vingtaine d'années s'occupe de la maintenance d'une entreprise textile de l'Isère. Elle a accepté de prêter main-forte à l'ancien atelier de canuts et leur apporter son expertise. leparisien.fr, A Lyon, on tisse à nouveau la soie comme au temps des canuts - Le Parisien
  • Indémodables, les bijoux incrustés de perles passent les années sans jamais se démoder ! Cette année encore, les perles seront partout et habilleront élégamment nos cous, mains et poignets. Notre coup de cœur de 2021 : le collier ras-de-cou perlé dont le rendu est on ne peut plus chic. On aime aussi beaucoup les boucles d’oreilles perlées ! Créoles, boucles d’oreilles pendantes ou simples clous d’oreilles, les perles apporteront un maximum de glamour à vos looks et c’est bien pour ça qu’on les adore et qu’on ne s’en lasse pas ! aufeminin, Voici les 5 tendances bijoux de 2021
  • Toi & Moi revisité, anneau texturé, formes géométriques… La perle revient sur le devant de la scène en devenant un bijou de mariage prisé par l'actrice Emma Stone. Vogue liste 12 bagues de fiançailles pour avoir tout bon côté perles. Vogue Paris, 12 bagues de fiançailles en perles pour adopter la tendance bijoux de mariage vintage | Vogue Paris
  • que du bonheur de regarder Thalassa avec lui . Une perle Mr Pernoud!!! Bon vent reposez en paix et condoléances à sa famille. midilibre.fr, Le journaliste Georges Pernoud, présentateur historique de "Thalassa" est mort à 73 ans - midilibre.fr
  • Toutes les huîtres peuvent fabriquer des perles. Si l'on observe l'intérieur d'une coquille d'huître, on constate qu'il s'y trouve un revêtement lisse et blanc aux reflets brillants : c'est la nacre. Ce revêtement est sécrété par l'huître pour lui permettre de loger sa chaire délicate dans un écrin qui soit doux, et non râpeux comme l'extérieur de la coquille. lamanchelibre.fr, Sciences. Comment les perles naissent dans les huîtres ?
  • La perle Mabé révèle son charme sous le regard expert de Melanie Georgacopoulos pour Tasaki. Zoom sur ce doux gemme d'exception. Madame Figaro, Connaissez-vous la perle Mabé ?  - Madame Figaro
  • A la recherche d’une nounou pour garder Céleste, Chloé et Marianne font passer de nombreux entretiens pour dénicher la perle rare. Aucune d’elle ne faisant l’affaire, Marianne promet de prospecter de son côté et affiche une annonce dans la salle de repos de l’hôpital. Victoire, qui connait la personne parfaite pour ce poste, explique à Georges qu’elle voudrait proposer à Mona de s’occuper de Céleste. Peu après, le couple en discute avec Mona. Réfractaire au départ, Mona accepte finalement d’appeler Chloé. En fin de journée, Mona se rend chez les Delcourt et se montre particulièrement affectueuse envers Céleste, ce qui plait beaucoup à Chloé qui l’engage. AlloCiné, Demain nous appartient : ce qui vous attend dans l'épisode 839 du mercredi 13 janvier 2021 [SPOILERS] - News Séries à la TV - AlloCiné
  • Faute de marchés de Noël où les artisans d’art locaux peuvent exposer leurs créations, partons à la rencontre de ces passionnés. À l’image de Myriam Heiz, créatrice de bijoux depuis 2011, qui monte des perles de cristal Swarovski, travaille le bronze, l’argent et file au chalumeau des perles de Murano. , Verdun | Artisanat. Myriam Heiz, une perle parmi les perles de Murano
  • Le lendemain, lors du repas familial, Timo éclate soudain de joie faisant sursauter toute la tablée. Dans la coquille d’une de ses palourdes, il vient de voir apparaître une perle de quelques millimètres, presque ronde, d’un violet intense. , En Normandie, Timo découvre une perle rare dans une de ses palourdes | La Voix le Bocage
  • Depuis novembre 2019, leur concept a emménagé dans une petite boutique à l’apparence peu commune, rue de Brest, à deux pas de la place des Jacobins. Simples curieux ou amateurs de perles ont déjà pu franchir son palier, pour découvrir ce petit univers défini par une décoration colorée aussi atypique que son fond sonore. Lyonpeople.com, Les Perles Lyon. Le premier concept-store dédié à la perle -
  • Figure féminine emblématique de cette élection américaine, Kamala Harris est aujourd’hui l’une des femmes les plus observées des États-Unis. Ses colliers de perles portés à plusieurs reprises intriguent de nombreux internautes. Voici leur signification. , Kamala Harris : la signification cachée derrière ses colliers de perles - Elle
  • Les perles naturelles sont rares, alors les huîtres passent entre les mains des greffeurs. Ces derniers introduisent dans l'huître une petite bille jaune. C'est un coquillage puis un morceau d'huitre : on l'appelle le greffon. L'opération est très délicate. Si la greffe est mauvaise, l'huître ne donnera pas de perle. Chaque perle est unique. Selon sa forme, sa couleur, ses reflets, elle peut coûter jusqu'à plusieurs milliers d'euros l'unité et fait le bonheur des joaillers. Franceinfo, VIDEO. Tahiti : à la découverte de la perle du Pacifique
  • Déjà en 2019, la perle de culture faisait des débuts délicats pour venir doper l'allure masculine. A$AP Rocky ouvrait le bal lors de la Fashion Week printemps-été 2019 en arborant un double collier ponctué de ces sphères nacrées. La plateforme Lyst a analysé le comportement d'achat en ligne de plus de neuf millions d'acheteurs pour élaborer son rapport selon lequel les bijoux perlés sont l'une des tendances bijoux homme stars de 2020. La preuve, depuis janvier, le moteur de recherche comptabilise en moyenne 11 000 recherches mensuelles. Un résultat qui s'est amplifié de 31% en recherches de pièces similaires après que Harry Styles ait été aperçu avec un collier de perles en décembre dernier. Vogue Paris, Les perles, tendance bijou homme phare de 2020 | Vogue Paris
  • Connaissiez-vous Lunorsola ? Même le moteur de recherches le plus usité sur Internet sèche… Et pourtant, une petite Lunorsola a pointé le bout de son nez en 2020. Lyséa, Jazz et Tempérance (une occurrence chacune) prouvent que les parents se creusent la tête pour trouver le prénom perle rare. Chez ces petits messieurs, un Dastan et un Loys ont vu le jour. Sans oublier le petit Goodluck, dont le prénom n’a – semble-t-il – été donné qu’une dizaine de fois en dix ans selon les sites spécialisés. Toujours selon ces derniers, c’est même le seul petit Goodluck né cette année en France. SudOuest.fr, Agen : et les prénoms les plus donnés en 2020 sont…
  • À Pontoise (Val-d'Oise), Michelle Simonin, spécialiste du tressage et de l'enfilage de perle à la main, présente ses créations sous le nom Mimi and Co Création dans sa bijouterie. , Val-d'Oise. Idées cadeaux à Pontoise : Michelle Simonin, une perle de bijoutière | La Gazette du Val d'Oise
  • Un chimiste a relancé la fabrication et la commercialisation de perles du lac très en vogue à partir des années 1920. A partir d’écailles, il crée des bijoux Le Temps, A Saint-Gingolph, le poisson est une perle - Le Temps
  • J'ai épousé une perle a ouvert cet été une boutique dans le quartier de la préfecture, à Marseille. Installée aux Docks Village depuis quatre ans, au sein d'un multimarques, son créateur Julien Florès franchit un nouveau cap pour son développement et étoffe déjà ses collections de nouvelles pépites. Nouvelles Publications, La fantaisie couture de J'ai épousé une perle
  • La créatrice Charlotte Chesnais connue pour ses bijoux aux allures de sculptures célèbre les 5 ans de son label et dévoile une nouvelle collection autour de la perle pour la plateforme MatchesFashion.com Numéro Magazine, Charlotte Chesnais dévoile une collection de bijoux autour de la perle | Numéro Magazine

Traductions du mot « perle »

Langue Traduction
Anglais pearl
Espagnol perla
Italien perla
Allemand perle
Chinois 珍珠
Arabe لؤلؤة
Portugais pérola
Russe жемчужина
Japonais パール
Basque perla
Corse perla
Source : Google Translate API

Synonymes de « perle »

Source : synonymes de perle sur lebonsynonyme.fr

Perle

Retour au sommaire ➦

Partager