La langue française

Intempérance

Définitions du mot « intempérance »

Trésor de la Langue Française informatisé

INTEMPÉRANCE, subst. fém.

Manque de retenue, excès (d'une personne) dans sa manière de vivre, d'agir ou de penser. Les excès physiques ou moraux de nos passions et de notre intempérance, prouvent sensiblement ce besoin d'énergie intérieure et de mouvement corporel, ce principe actif qui est la vie même (Senancour, Rêveries,1799, p. 83).
En partic.
Goût excessif pour les plaisirs de la vie.
Usuel. Abus des plaisirs de la table, goût immodéré pour la nourriture et le vin. Synon. gloutonnerie, ivrognerie, voracité.Béelzébuth (...) mourait victime de son intempérance. Une indigestion l'avait étouffé (Gautier, Fracasse,1863, p. 498).Il faut avoir l'estomac de mes compatriotes pour supporter ces intempérances de boisson (Rolland, J.-Chr., Maison, 1909, p. 1026):
1. Dès que la religion chrétienne, échappée aux persécutions qui ensanglantèrent son berceau, eut acquis quelque influence, ses ministres élevèrent la voix contre les excès de l'intempérance. Ils se récrièrent contre la longueur des repas (...). Voués par choix à un régime austère, ils placèrent la gourmandise parmi les péchés capitaux... Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p. 270.
Abus des plaisirs charnels. Synon. débauche, dépravation, lubricité.La sincérité personnelle est une vertu plus rare que l'intempérance amoureuse (Gobineau, Pléiades,1874, p. 10).
[Gén. suivi d'un compl. déterminatif] Manque de mesure dans un domaine particulier.
Domaine intellectuel, social ou moral.Intempérance d'esprit, d'imagination. Intempérance d'étude, de travail (Ac.1798-1935).Moins on est capable d'agir, plus devient effrénée l'intempérance des désirs (Blondel, Action,1893, p. 184).[L']intempérance de pensée qui est la cause de presque toutes les erreurs (Alain, Propos,1923, p. 543).
Liberté excessive dans le langage; profusion de paroles ou d'écrits. Intempérance de langage. Une intempérance de style plat et d'idées lâches (Huysmans, À rebours,1884, p. 292).Il n'est élixir, baume (...) panacée pour guérir chez la femme l'intempérance de la glotte (France, Com. femme muette,1912, II, 4, p. 471):
2. Lu hier soir un petit livre de D.H. Lawrence : Obscenity and pornography. Je ne sais s'il est traduit. Avec sa violence coutumière et son intempérance d'adjectifs, l'auteur se lance à fond de train dans une voie qui ne peut le mener qu'à l'absurde... Green, Journal,1950, p. 355.
Au plur. Actes dépourvus de modération. Vos désirs excessifs, vos intempérances, vos joies qui tuent, vos douleurs qui font trop vivre (Balzac, Peau chagr.,1831, p. 39).La prétention scandaleuse d'un esprit qui (...) se précipite dans toutes les intempérances (Camus, Sisyphe,1942, p. 113).
Loc. adv. Avec intempérance. Avec excès, d'une manière immodérée. La cloche marquait parfois du retard, à moins qu'elle ne carillonnât avec intempérance, comme échauffée aussi par quelque coup de vin (Pesquidoux, Livre raison,1928, p. 122).Il attaquait les communistes avec intempérance (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 260).
Prononc. et Orth. : [ε ̃tɑ ̃peʀ ɑ ̃:s]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1370-72 « manque de tempérance, de modération » (Oresme, Eth., II, 11 ds DG); spéc. a) 1550 « fait de s'abandonner aux plaisirs de la chair » (Bible, Lyon, B. Arnoullet, Esdras, 4, 7c ds FEW t. 4, p. 739b); 1690 (Bossuet, 4eAvertissement ds Littré); b) 1553 « fait de se livrer aux excès de table » (Bible, s.l., impr. J. Gérard, Eccl., 37d, ibid.); 1690 (Fur.); c) av. 1650 intemperance de langue (Vaugelas d'apr. Pomey 1671); av. 1703 intemperance de plume (Saint-Évremond ds Trév. 1704). Empr. au lat.intemperantia « défaut de modération, excès; licence, indiscipline » et « intempérie (de l'air) », sens empr. au xvie. (1547 ds Hug.). Fréq. abs. littér. : 99.

Wiktionnaire

Nom commun

intempérance \ɛ̃.tɑ̃.pe.ʁɑ̃s\ féminin

  1. Manque de tempérance, de sobriété.
    • L'art de faire subsister ensemble l'intempérance et la santé est un art aussi chimérique que la pierre philosophale, l'astrologie judiciaire et la théologie des mages. — (Voltaire, Zadig ou la Destinée, XVI. Le basilic, 1748)
    • À cette époque d’unanimité, la réalité était dominée par la Sainte Trinité. Nous avions un choix de trois en tout. […] Trois sortes de péchés en chaire : le blasphème, l’intempérance et la luxure; trois catégories de péchés que les prédicateurs traduisaient plus familièrement par la sacrure, la champlure et la créature. Pendant la retraite du carême des hommes, on laissait tomber les fioritures pour aller droit au fait : les péchés secs, les péchés mouillés et les péchés poilus. — (Jean-Claude Germain, L’aut’journal, mars 2000)
  2. (Spécialement) Abus d’alcool.
    • Et puis, nous en rapportant à Jullian, nous avions conclu avec tristesse que, déjà, l’intempérance des Gaulois avait fait perdre à ces guerriers indomptables l’empire du monde d’abord, leur indépendance ensuite. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  3. Excès.
    • Intempérance de travail.
    • Intempérance de plume.
    • Intempérance de langue : Trop grande liberté qu’on se donne en écrivant ou en parlant.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INTEMPÉRANCE. n. f.
Manque de tempérance, de sobriété. Son intempérance a ruiné sa santé. Il se dit figurément de Toute espèce d'excès. Intempérance de travail. Intempérance de plume. Intempérance de langue, Trop grande liberté qu'on se donne en écrivant ou en parlant.

Littré (1872-1877)

INTEMPÉRANCE (in-tan-pé-ran-s') s. f.
  • 1Ce qui est opposé à la modération, à la juste mesure, de quelque espèce d'excès qu'il s'agisse. Cette intempérance de sagesse dont parle saint Paul, Bourdaloue, 10e dim. après la Pentec. Dominic. t. III, p. 224. Une assiduité et, si j'ose le dire, une intempérance de lecture, Fléchier, Duc de Mont. Quelques-uns, par une intempérance de savoir, et par ne pouvoir se résoudre à renoncer à aucune sorte de connaissance, les embrassent toutes et n'en possèdent aucune, La Bruyère, XIII. Soit indifférence pour la vie, soit une certaine intempérance de bonnes actions, défaut assez rare, on l'accuse de ne s'être pas conduit [en médecin] comme il conduisait les autres, Fontenelle, Bourdelin.

    Intempérance d'esprit, se dit de ceux qui s'abandonnent, sans frein, à leur propre sens. Ne croyez pas que l'homme ne soit emporté que par l'intempérance des sens ; l'intempérance de l'esprit n'est pas moins flatteuse ; comme l'autre, elle se fait des plaisirs cachés, et s'irrite par la défense, Bossuet, Reine d Anglet.

  • 2 Particulièrement. Vice opposé à la sobriété. Leur intempérance [des hommes] change en poisons mortels les ailments destinés à conserver la vie, Fénelon, Tél. XVII. L'intempérance détruit et fait languir plus d'hommes, elle seule, que tous les autres fléaux de la nature humaine réunis, Buffon, Nature des anim. Nous sacrifions plus encore à notre intempérance que nous ne donnons à nos besoins, Buffon, Quadrup. t. II, p. 134. La Mort, reine du monde, assembla certain jour Dans les enfers toute sa cour ; Elle voulait choisir un bon premier ministre, Qui rendît ses états encore plus florissants… La Mort même était en balance ; Mais, les vices étant venus, Dès ce moment la Mort n'hésita plus ; Elle choisit l'intempérance, Florian, Fabl. I, 9.

    Plus rarement. Défaut opposé à la chasteté. Ce sont [les luthériens] les premiers des chrétiens qui ont permis d'avoir deux femmes à un prince qui confessait son intempérance, Bossuet, 4e avert. § 2.

  • 3Intempérance de langue, trop grande liberté qu'on se donne de parler, soit en disant ce qui ne devrait pas être dit, soit en attribuant aux autres des actes ou des discours qui peuvent nuire à leur réputation. Il fut grondé de son intempérance de langue, Hamilton, Gramm. 3. Une intempérance de langue difficile à pardonner, Diderot, Claude et Nér. I, 62.

    On dit dans un sens analogue : intempérance de plume. On devrait châtier l'intempérance de plume qu'on remarque à tant d'auteurs, Saint-Évremond, dans RICHELET.

HISTORIQUE

XIVe s. Il fut dit que intemperance est plus contraire à temperance que elle n'est contraire à insensibilité, Oresme, Eth. 53.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

INTEMPÉRANCE, s. f. (Morale.) terme générique qui se prend pour tout excès opposé à la modération dans les appétits sensuels, & spécialement pour le vice contraire à la sobriété. Voyez Sobriété.

C’est assez de dire ici que l’intempérance prise en ce sens, change en poison les alimens destinés à conserver nos jours. Une vie sobre, réglée, simple & laborieuse, retient seule dans les membres de l’homme la force de la jeunesse qui, sans cette conduite, est toujours prête à s’envoler sur les aîles du tems. L’art de faire subsister ensemble l’intempérance & la santé, est un art aussi chimérique que la pierre philosophale, l’Astrologie judiciaire & tant d’autres. Enfin les remedes de la Medecine pour la guérison des maladies qui naissent de l’intempérance, ne sont eux mêmes que de nouveaux maux, qui affoiblissent la nature, comme plusieurs batailles gagnées ruinent une puissance belligérante.

L’appétit desordonné des plaisirs de l’amour, autre source de langueur & de dépopulation dans les états, s’appelle impudicité, incontinence. Voyez Incontinence. (D. J.)

Intempérance, (Medecine.) ce mot est employé quelquefois par les Medecins comme par les Moralistes, pour exprimer l’habitude d’user avec excès d’une ou de plusieurs des choses non naturelles. Voyez Non naturelles (Choses) Mais il est pris beaucoup plus communément par les uns comme par les autres dans un sens moins général : il signifie selon son acception la plus ordinaire, un excès habituel dans l’usage du boire & du manger.

Cette erreur de régime est directement opposée à la tempérance ou à la sobriété. Voyez Tempérance, Sobriété.

L’intempérance est regardée avec raison par les Medecins comme la source la plus féconde des maladies de toute espece ; cependant Hippocrate & Sanctorius, qui sont parmi les medecins anciens & modernes, ceux qui nous ont donné les observations & les loix diététiques les plus exactes, ne desapprouvent point, prescrivent même que les personnes qui jouissent d’une bonne santé se livrent de tems-en-tems à quelque excès de débauche ; ils prétendent qu’on détermine utilement par ce secours des évacuations qui ramenent le corps à un état d’équilibre, de légéreté, de liberté qu’il perd peu-à-peu, lorsqu’on mene une vie trop uniforme ; mais outre que cette loi ne paroît pas fondée sur des observations suffisantes ; des excès rares ne constituent pas l’intempérance. Voyez Régime. (b)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « intempérance »

Lat. intemperantia, de in… 1, et temperantia, tempérance.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1361) Du latin intemperantia (« excès »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « intempérance »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
intempérance ɛ̃tɑ̃perɑ̃s

Citations contenant le mot « intempérance »

  • Intempérance affreuse de la jeunesse qui n'a de chagrin qu'elle ne s'en soûle. Julien Green, Minuit, Plon
  • L’intempérance a tué plus d’hommes que la faim. De Proverbe grec
  • La vie, qui a en partage la tempérance, le courage, la sagesse, ou la santé, est plus agréable que celle où se trouvent l'intempérance, la lâcheté, la folie ou la maladie. De Platon / Les lois
  • Je me vante d'avoir grandi, mûri, vieilli dans la familiarité du vin ; à le tutoyer dès l'enfance, on perd l'esprit d'intempérance et de gloutonnerie ; on acquiert, on forme son goût personnel. De Colette
  • Le vin est une source d'intempérance, et l'ivrognerie est pleine de désordre ; quiconque y met son plaisir ne deviendra point sage. De La Bible / Le livre des proverbes
  • Car ce n’est pas la première fois que cet ancien inspecteur de la répression des fraudes insulte et menace de mort les forces de police avec comme cause essentielle l’intempérance alcoolique. Ce 3 juin dernier, après avoir ingéré deux litres de rosé - au moins - entre 10 et 17 heures voilà que ce sexagénaire au verbe policé s’en va réclamer des comptes au commissariat de police de Manosque. , Faits-divers - Justice | Manosque : le retraité bipolaire avait insulté les policiers
  • Des mesures prises en cas d’altération des facultés, mais aussi « si par sa prodigalité, son intempérance ou son oisiveté, le majeur s’expose à tomber dans le besoin », indique Le Particulier dans son numéro de juin 1968. , 1968, la tutelle protège d’abord le patrimoine 
  • Cette approche médicalisante est un renversement de la vision traditionnelle qui parlait jadis en termes de vice ou de faiblesse, stigmatisant les toxicomanes. Nous en sommes revenus. La modernité a cessé de juger les valeurs pour se concentrer sur les faits; l’impuissance mentale a remplacé l’intempérance morale, l’hôpital le presbytère et l’école la prison. Mais les résolutions ne s’en tiennent pas davantage. Car si la morale aggravait le problème en culpabilisant les comportements, l’approche médicale paralyse l’individu en en faisant l’objet passif d’une maladie. Or le boire ou le fumer ne s’imposent pas à nous comme le diabète ou le cancer. Le Huffington Post, En 2020, si vous aviez pris la bonne résolution d'arrêter de boire, c'est une mauvaise idée - BLOG | Le Huffington Post LIFE

Traductions du mot « intempérance »

Langue Traduction
Anglais intemperance
Espagnol intemperancia
Italien intemperanza
Allemand unmäßigkeit
Chinois 节制
Arabe عصبية
Portugais intemperança
Russe невоздержанность
Japonais 禁欲
Basque neurrigabekeri
Corse intemperanzia
Source : Google Translate API

Synonymes de « intempérance »

Source : synonymes de intempérance sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « intempérance »

Intempérance

Retour au sommaire ➦

Partager