La langue française

Incontinence

Sommaire

  • Définitions du mot incontinence
  • Étymologie de « incontinence »
  • Phonétique de « incontinence »
  • Citations contenant le mot « incontinence »
  • Images d'illustration du mot « incontinence »
  • Traductions du mot « incontinence »
  • Synonymes de « incontinence »
  • Antonymes de « incontinence »

Définitions du mot « incontinence »

Trésor de la Langue Française informatisé

INCONTINENCE, subst. fém.

A. − Vieilli ou littér., dans la lang. de la mor. relig. Manque de retenue dans les plaisirs des sens, notamment dans les plaisirs sexuels. Synon. concupiscence, débauche, luxure; anton. continence.Sous le nom d'incontinence, se placent la luxure et la gourmandise, qui asservissent la raison aux appétits de la chair (Ozanam, Philos. Dante,1838, p. 107):
... les fils de Chlother Ier, à l'exception de Sighebert qui était le plus jeune, avaient tous à un très haut degré le vice de l'incontinence, ne se contentant presque jamais d'une seule femme, quittant sans le moindre scrupule celle qu'ils venaient d'épouser, et la reprenant ensuite, selon le caprice du moment. Thierry, Récits mérov., t. 1, 1840, p. 328.
B. − P. ext.
1. Manque de retenue (en matière de langage); fait de parler trop abondamment ou dans un registre trivial (par liberté excessive de l'expression); p. méton., manifestation de ce manque de retenue. Synon. intempérance, logorrhée (littér. et méd.).Incontinence verbale. Le baron Larade s'est rendu coupable, envers vous, d'une incontinence de langage (Courteline, Gend. sans pitié,1899, 3, p. 168).Dès que cet homme nous eut vus, il bondit de son hamac pour nous souhaiter la bienvenue avec une volubile incontinence de paroles (Cendrars, Homme foudr.,1945, p. 304).Ce mode que j'ai choisi − le cahier où un vieillard sédentaire consigne ses souvenirs − incite à la complaisance, au laisser-aller, à l'incontinence sénile. Qui ce bavardage peut-il intéresser? (Martin du G., Souv. autobiogr.,1948, p. cxxx).
2. PSYCHOL. ,,Incapacité de réfréner ses émotions, sentiments, désirs et besoins`` (Méd. Biol. t. 2 1971). Anton. équilibre, maîtrise de soi.Incontinence émotionnelle, mentale. C'était [la flagellation] le moyen employé généralement alors contre l'incontinence de l'imagination (chez les fous) (Nerval, Voy. Orient, t. 2, 1851, p. 184).V. affectivo-moteur ex. 1.
C. − MÉD. ,,Incapacité de contrôler volontairement l'émission d'urines ou de matières fécales`` (Méd. Biol. t. 2 1971); émission involontaire d'excréments. Tapis souillés par l'incontinence des roquets (Adam, Enfant Aust.,1902, p. 294).
En partic. Incontinence (d'urine). Émission involontaire d'urine. Ce malade a eu de l'incontinence d'urine nocturne jusqu'à l'âge de huit ou neuf ans (Janet, Obsess. et psychasth.,1903, p. 22).Une autre maladie urinaire, l'incontinence d'urine chez la femme, à la ménopause ou après l'accouchement (R. Schwartz, Nouv. remèdes et mal. act.,1965, p. 67).
Prononc. et Orth. : [ε ̃kɔ ̃tinɑ ̃:s]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. xiies. « luxure » (Dialogue âme et raison, éd. F. Bonnardot, XXX, 18 ds Romania t. 5, p. 307); 2. av. 1584 [éd. 1627] méd. flux et incontinence de l'urine (A. du Pinet, Trad. Matthiolus, Commentaire sur Dioscoride, p. 37); 3. 1588 plus gén. « manque de retenue, manque de contrôle » l'incontinence de ma langue (Montaigne, Essais, II, 3, éd. A. Thibaudet, p. 395). Empr. au lat.incontinentia « excrétion involontaire, incapacité à contrôler ses désirs », spéc. au sens 1 en lat. chrét. (cf. Blaise Lat. chrét.). Fréq. abs. littér. : 31.

Wiktionnaire

Nom commun

incontinence \ɛ̃.kɔ̃.ti.nɑ̃s\ féminin

  1. Difficulté de se contenir, particulièrement dans l’ordre de la chasteté, de la continence.
    • Du reste, les fils de Chlother Ier, à l’exception de Sighebert qui était le plus jeune, avaient tous à un très haut degré le vice de l’incontinence, ne se contentant presque jamais d’une seule femme, […]. — (Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 1er récit : Les quatre fils de Chlother Ier — Leur caractère — Leurs mariages — Histoire de Galeswinthe (561-568), 1833–1837)
    • C’est ce qui a fait dire à Bayle : « Si la première fois qu’il débaucha la fille ou la femme de son prochain, on l’eût traité comme Pierre Abélard, il seroit devenu capable de conquérir toute l’Europe, et il auroit pu effacer la gloire des Alexandre et des César… Ce fut son incontinence prodigieuse qui l’empêcha de s’élever autant qu’il auroit pu le faire. » — (Gédéon Tallemant des Réaux, Henri IV, dans Les Historiettes, texte établi par Monmerqué, de Chateaugiron, Taschereau, Paris : chez A. Levavasseur, 1834 , tome 1, note 2)
  2. (Par extension) Manque de sobriété dans les paroles.
    • Incontinence verbale.
    • La fin de l'incontinence sexuelle — dont se réjouissait tant Sophocle, fait le lit de l'incontinence verbeuse.
    • — Hier je me trouvais chez un savant docteur en théologie que je consulte quelquefois pour mes études… (…)
      — Ah! elle a un carrosse, la nièce du docteur ? interrompit Porthos, dont un des défauts était une grande incontinence de langue ; belle connaissance, mon ami.
      — Porthos, reprit Aramis, je vous ai déjà fait observer plus d'une fois que vous êtes fort indiscret, et que cela vous nuit près des femmes.
      — (Dumas, Les Trois Mousquetaires, 1844)
  3. (Médecine) Émission involontaire d’urine par la vessie ou de matières fécales par l’anus.
    • Un problème d’incontinence peut ne pas être reconnu étant donné la répugnance de la personne à parler de quelque chose d'aussi privé et d'aussi intime que la fonction urinaire. — (Patricia Gauntlett Beare & Mickey Stanley, Soins infirmiers en gériatrie: Vieillissement normal et pathologique, traduit par Françoise Hallet, De Boeck, 2005, page 224)
    • La prévalence de l’incontinence fécale en institution gériatrique était de 33 à 54 % selon la durée de l'étude. Elle était liée à l'existence d'une incontinence urinaire et à la dépendance psycho-motrice des malades. — (Philippe Chassagne, Incontinence fécale en institution gériatrique : étude épidémiologique, physiologique et thérapeutique, 1996)
    • (Par analogie)Ils sont dus à l'existence d'une pathologie valvulaire orificielle par symphyse acquise ou congénitale des valves (rétrécissement orificiel aortique, pulmonaire, mitral ou tricuspidien), ou à une incontinence valvulaire par défaut de la coaptation des valves […]. — (Loïc Guillevin, Sémiologie médicale, 2e éd., Librairie Lavoisier, 2011, p. 65)

Nom commun

incontinence

  1. incontinence.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INCONTINENCE. n. f.
Difficulté de se contenir, particulièrement dans l'ordre de la chasteté. Être adonné à l'incontinence. Son incontinence fut cause de sa perte. Il a ruiné sa santé par son incontinence. Par extension, Incontinence de parole. Spécialement, en termes de Médecine, Incontinence d'urine, Émission involontaire de l'urine.

Littré (1872-1877)

INCONTINENCE (in-kon-ti-nan-s') s. f.
  • 1Incapacité de retenir ; sens propre qui n'est conservé qu'en médecine : écoulement ou émission d'une matière excrémentitielle, liquide ou solide, malgré la volonté ou sans qu'on s'en aperçoive. Incontinence d'urine.
  • 2 Fig. Incontinence de la langue, incontinence de langue, propension trop grande à parler.
  • 3 Fig. et particulièrement. Vice opposé à la vertu de continence. L'incontinence seule sépara Henri VIII de l'Église catholique, Maucroix, Schisme, liv. I, dans RICHELET. Ils paraissent épuisés de leurs incontinences, Vauvenargues, Les jeunes gens.

HISTORIQUE

XIIIe s. Moult blasment nos incontinences, Nos outrages et nostre orgueil, Gautier de Coinsi, dans le Dict. de DOCHEZ.

XIVe s. En injustice et en couardie et en incontinence, Oresme, Eth. 47.

XVIe s. Ayant experimenté l'incontinence de ma langue, Montaigne, II, 36. Il verra encore de belles leçons pour attiser l'incontinence, qui n'est que trop enflammée es poictrines des jeunes, Lanoue, 141.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

INCONTINENCE, subst. fem. (Morale.) vice opposé à la pudicité, à la continence. Voyez Continence.

Nous ne décrirons point les diverses especes d’incontinence, elles ne sont que trop connues, & quelques-unes trop honteuses pour que la pudeur ne fût pas allarmée d’un pareil détail. Il nous suffira donc de quelques remarques sur ce déréglement dans la recherche des plaisirs de l’amour.

La corruption qui en résulte est double, parce qu’elle se porte d’abord sur deux personnes, & que d’ailleurs ses mauvais effets se répandant ensuite sur plusieurs, confondent les droits des familles & ceux des successions ; par conséquent tout le corps de l’état en souffre, & la dépopulation de l’espece s’en ressent à proportion que le vice prend faveur.

Il la prend nécessairement avec le luxe qu’il accompagne toûjours, & dont il est toûjours accompagné ; c’est ce qu’on vit à Rome sous les empereurs. Comme leurs lois ne tendoient ni à réprimer le luxe, ni à corriger les mœurs, on afficha sans crainte le débordement de l’incontinence publique.

Il n’est pas vrai qu’elle suive les lois de la nature, elle les viole au contraire ; c’est la modestie, c’est la retenue qui suit ces lois. Mais l’exemple, les conversations licentieuses, les images obscènes, le ridicule qu’on jette sur la vertu, la mauvaise honte qui a tant de force, établissent la licence & la corruption des mœurs dans tout un pays : le nôtre en peut être une assez bonne preuve.

Cependant personne n’ignore à quel point ces sortes d’excès sont funestes, & le nombre des hommes incontinens est assez grand pour en donner des exemples ; plusieurs ont péri d’épuisement dans leurs plus beaux jours, tels que de tendres fleurs privées de leur seve par le vent brûlant du midi. Combien d’autres qui ont pris dès leur enfance les germes d’une maladie honteuse, & souvent incurable ? La nature, qui n’a voulu accorder aux individus que de courts momens pour se perpétuer, agit pour leur conservation avec la plus grande économie, &, pour ainsi dire, avec la derniere épargne ; elle n’opere qu’avec regle & mesure. Si on la précipite, elle tombe dans la langueur. En un mot, elle emploie toute la force qui lui reste à se soûtenir encore, s’il est possible ; mais elle perd absolument sa vertu productrice & sa puissance générative. (D. J.)

Incontinence d’urine. (Medecine.) L’incontinence d’urine est une incommodité suffisamment définie par le nom qu’elle porte, & auquel les Medecins n’attachent d’autre sens que son sens naturel.

Cette incommodité est propre à la vessie : elle ne suppose aucun vice dans les organes destinés à séparer l’urine, ni dans cette humeur excrémenticielle. Aussi l’urine répandue par les sujets attaqués de la maladie dont il s’agit, est-elle, tout étant d’ailleurs égal, pareille à celle que rendent les sujets sains ; à cela près seulement qu’elle peut être un peu plus crue, c’est-à-dire privée du ton de couleur qu’elle acquiert dans la vessie par le séjour naturel. C’est par là que l’incontinence d’urine est distinguée du diabete ou flux d’urine. Voyez Diabete.

L’incontinence d’urine est encore appellée pissement involontaire, mictus involuntarius. Ce qui suit est tiré du précis de la Médecine-pratique de M. Lieutaud. L’incontinence d’urine, sans cause manifeste, est familiere aux enfans & aux vieillards : elle n’a lieu dans les premiers que pendant le sommeil ; mais les vieillards y sont exposés dans tous les tems. L’abus des diurétiques, l’accouchement laborieux, le calcul, les chûtes, l’opération de la taille, le trop long séjour dans l’eau froide, l’apoplexie & les affections soporeuses ; le plus haut degré de toutes les maladies aigues, &c. peuvent donner lieu à l’écoulement involontaire de l’urine. L’âge & l’éducation en délivrent les enfans ; mais on la guérit rarement dans les vieillards, comme dans tous les cas où elle reconnoît pour cause un vice dans les organes. Tout le monde sait encore combien ce symptôme est redoutable dans les maladies aiguës.

L’incontinence d’urine venant le plus souvent du relâchement ou de la paralysie des organes, on juge que l’ouverture des cadavres ne doit pas nous fournir beaucoup de lumieres : on a vû cependant l’hydropisie de la moëlle de l’épine, la grosseur des reins demesurée, des pierres & des ulceres dans ces visceres (l’auteur de l’article observe conséquemment à l’idée qu’il a donnée de l’incontinence d’urine, que l’écoulement qui a été occasionné par ces vices des reins étoit un vrai diabete, dont le pissement involontaire n’étoit qu’un symptôme), on a trouvé la vessie racornie & incapable de dilatation, ulcérée, livide & gangrenée, contenant des pierres & des abscès, comprimée par la tumeur de la matrice & autres parties voisines. On a rencontré les uretheres extrèmement dilatés, suppléant à la vessie qui étoit très-resserrée, &c. sans faire mention de différens desordres qui donnent lieu aux urines de couler involontairement par le périnée, par le scrotum, par l’anus, l’ombilic, &c.

Les astringeus, tels que l’eau dans laquelle on a éteint des briques rougies au feu, de vin rouge, les roses de Provins, la grande consoude, la prêle, la noix de cyprès, le cachou, le mastic, les martiaux, &c. sont les remedes les plus propres à fortifier les organes relâchés. On peut donner encore dans la même vûe les aromatiques, tels que la menthe, le calament, le poivre, le girofle, la noix muscade, &c. C’est aussi pour la même raison qu’on préfere la rhubarbe & les myrobolans aux autres purgatifs, lorsque l’état des premieres voies en demande. On propose encore les injections aromatiques & fortifiantes, ainsi que les cataplasmes, les fomentations, les linimens, les demi-bains & les lavemens qui ont la même propriété : on a même vû en cette occasion de bons effets des bains froids. Tout le monde a entendu parler de la poudre de souris & de quelques autres remedes de bonnes femmes que le degré de confiance qu’on y attache peut rendre efficaces. (L’auteur de l’article ose encore avancer que dans ce cas les Medecins doivent avoir peu de confiance à cette confiance.) On sait enfin qu’on a imaginé divers instrumens qui, en comprimant la verge & l’uretre, empêchoient l’urine de couler, mais peu de gens peuvent en supporter l’incommodité. On a usé aussi pour les femmes d’un pessaire qui produit le même effet, mais on rencontre de leur part la même difficulté. Je ne parle pas de différens vases de cuir, de verre ou d’argent, propres à recevoir l’urine, que ceux qui veulent se garantir de la mauvaise odeur & de la malpropreté portent sans beaucoup de répugnance.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « incontinence »

Provenç. incontinenza ; esp. incontinencia ; ital. incontinenza ; du lat. incontinentia, de incontinens, incontinent.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin incontinentia, de même sens.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

 Dérivé de continence avec le préfixe in-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « incontinence »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
incontinence ɛ̃kɔ̃tinɑ̃s

Citations contenant le mot « incontinence »

  • Il y aurait trop de substances chimiques dans les couches et protections contre l'incontinence urinaire ou fécale, pointe du doigt un rapport de l'Anses. Portées pendant plus d'un an, ces protections entraîneraient des lésions de la peau, voire des infections... , Protection pour incontinence : des risques de lésions et d'infections !
  • Selon l’Assurance Maladie, « l’incontinence urinaire concerne au moins 2,6 millions de personnes de plus de 65 ans ». Toutefois, ce chiffre pourrait être sous-évalué, car de nombreuses personnes ne consultent pas leur médecin à ce sujet, pensant qu’il s’agit d’une pathologie irrémédiable due au vieillissement. Il existe pourtant des traitements qui peuvent atténuer l’inconfort et le handicap que constituent les fuites urinaires dans la vie quotidienne. Le Telegramme, L’incontinence urinaire : qu’est-ce que c’est ? - Santé - Le Télégramme
  • Plusieurs raisons peuvent expliquer qu'on fasse de l'incontinence urinaire. Un petit jet s’échappe alors qu’on fait du sport ou simplement en cas de pression sur l’abdomen (toux, rire, éternuement) ? C’est souvent dû à un périnée un peu ramolli suite à un accouchement, parce qu’on vieillit, ou à cause de notre job (port de charges, par exemple). Des envies pressantes, impossibles à retenir jusqu’aux toilettes, alors qu’on a seulement quelques gouttes à éliminer ? C’est notre vessie qui déraille suite à une maladie neurologique (Parkinson, sclérose en plaques), un trouble urologique, des calculs urinaires...  Magazine Avantages, Fuites urinaires : pourquoi ça m'arrive et comment les stopper ? - Magazine Avantages
  • Dans les dernières recherches sur les dispositifs d’incontinence urinaire, nos experts ont fourni les dernières tendances de croissance industrielle en fonction des besoins du client. De plus, ce rapport de recherche vous permet de capturer des statistiques perspicaces tout en ayant une compréhension claire du marché mondial des dispositifs d’incontinence urinaire. De plus, il vous permet de garder une longueur d’avance sur la concurrence dans l’environnement industriel. Le rapport sur le marché des appareils d’incontinence urinaire est évalué comme une étude intelligente et systématique qui vous permet de renforcer votre point de vue lié à plusieurs facteurs tels que la croissance du marché des appareils d’incontinence urinaire, les tendances futures, la situation actuelle et les perspectives à venir pour des segments distincts. Journal l'Action Régionale, Taille du marché des dispositifs d’incontinence urinaire 2020-26: Johnson & Johnson, Medtronic, Boston Scientific – Journal l'Action Régionale
  • Le rapport sur le marché mondial Dispositifs de traitement de l’incontinence urinaire couvre tous les acteurs clés, les facteurs et les opportunités de conduite et de restriction dans les années à venir. Le rapport fournit les revenus historiques du marché, les dernières tendances, la taille du marché et l’utilisation pour la référence concernant l’environnement politique et technique de la part de marché Dispositifs de traitement de l’incontinence urinaire. INFO DU CONTINENT, Dispositifs de traitement de l'incontinence urinaire Marche 2020: Dernier rapport de recherche, strategies des acteurs cles et plus encore - INFO DU CONTINENT

Images d'illustration du mot « incontinence »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « incontinence »

Langue Traduction
Anglais incontinence
Espagnol incontinencia
Italien incontinenza
Allemand inkontinenz
Chinois 失禁
Arabe سلس البول
Portugais incontinência
Russe недержание
Japonais 失禁
Basque inkontinentzia
Corse incontinenza
Source : Google Translate API

Synonymes de « incontinence »

Source : synonymes de incontinence sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « incontinence »

Partager