La langue française

Pâturage

Définitions du mot « pâturage »

Trésor de la Langue Française informatisé

PÂTURAGE, subst. masc.

A. − AGRIC. Terrain couvert d'herbe, réservé à l'alimentation du bétail sur place de manière saisonnière ou permanente. Synon. gagnage (région.), herbage, pacage, pâtis, pâture.Pâturage d'été, d'hiver; pâturage communal; pâturage tournant, extensif, rotatif; pâturage de plaine, d'altitude; riche, gras, maigre pâturage. La campagne s'étend là, moitié en landes couvertes de pins rabougris, moitié en pâturages à moutons où tous les vents se battent (Pourrat, Gaspard, 1925, p.220).On ne conçoit plus dans les élevages évolués la possibilité de poursuivre l'utilisation du pâturage de montagne sous sa forme traditionnelle (Wolkowitsch, Élev., 1966, p.102):
1. La campagne autour de Pontoise est riante et fertile; à chaque pas on y rencontre des châteaux, des maisons de campagne, des fermes bien entretenues, des pâturages où paissent en grand nombre ces veaux dont le nom seul est un éloge. Jouy, Hermite, t.4, 1813, p.25.
P. métaph. J'ai l'air stupide. C'est l'heure où mon esprit est au pâturage (Renard, Journal, 1899, p.522).Esprit positif, un instinct profond le pousse aux pâturages dont il sait que l'herbe lui est salutaire (Mauriac, Vie Racine, 1928, p.124).
P. méton. Laps de temps pendant lequel on garde un troupeau dans un pâturage saisonnier. Il lui fait présent d'une coupe taillée dans le buis, ciselée de ses mains pendant les longs loisirs solitaires du pâturage (Lamart., Cours litt., 1859, p.283).
P. anal. La mer a ainsi ses pâturages, où les débris de coquilles et d'algues s'accumulent en assez grande quantité (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr., 1908, p.336).
B. −
1. Droit de pâturage, p.ell., pâturage. Droit de faire paître le bétail dans un lieu. Si le vilain devait les redevances et les services, en échange (...) il participait largement à la jouissance des bois, des eaux et des pâturages du seigneur. Dans les bois, c'étaient les droits d'usage, (...) dans les terres vagues (...), c'était le pâturage (Guyot, Agric. Lorr., 1789-1889, p.20):
2. ... il ne reste plus que des droits de pâturage dont l'importance est bien faible, puisqu'en 1876, l'évaluation en argent du revenu usager dans les forêts domaniales de Meurthe-et-Moselle ne s'élève qu'à 3745 Fr. Guyot, Agric. Lorr., 1789-1889, p.20.
Vx. Droit perçu par le seigneur en échange de la permission de faire paître le bétail sur ses terres. (Dict.xixeet xxes.).
2. Action de faire paître le bétail. «Le système de pâturage de Hohenheim» (...) consiste (...) à diviser la surface enherbée en petits enclos, de façon que le pâturage soit rapidement effectué par le bétail (Qq. aspects équip. agric., 1951, p.14).Le pâturage des animaux domestiques en forêt qui était général autrefois tend à disparaître sauf dans certaines régions et notamment dans la région méditerranéenne (Cochet, Bois, 1963, p.135).V. labourage ex. de Bainville.
Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France. V. labourage B ex. de Bainville.
Prononc. et Orth.: [pɑtyʀa:ʒ] et [pa-]. Ac. 1694 et 1718: pasturage; dep.1740: pâturage. Étymol. et Hist.1. Ca 1200 «action de faire paître», spéc. «droit de faire paître le bétail en un lieu» (Charte transcrite et datée par L. Delisle ds Romania t.1, 1872, p.422); 2. 1remoitié xiiies. «lieu où paissent les animaux» (Guillaume de Palerne, 5231 ds T.-L.); 1267 [ms.] (Wace, Ste Marguerite, éd. E. A. Francis, 84 ms. A). Dér. de pâturer*; suff. -age*. Fréq. abs. littér.: 453. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 702, b) 611; xxes.: a) 332, b) 799.

pâturage « lieu où le bétail peut pâturer »

Wiktionnaire

Nom commun

pâturage \pɑ.ty.ʁaʒ\ masculin

  1. (Agriculture) (Biogéographie) Lieu couvert d’herbe où les bestiaux pâturent.
    • Nous avions laissé au-dessous de nous, dans la montée du bois Magnuen, les hêtres et les sapins : les pâturages seuls poussaient à l’endroit où nous étions parvenus. — (Alexandre Dumas, Impressions de voyage, La Revue des Deux Mondes T.1, 1833)
    • Les pâturages, enclavés dans les bois de tous côtés, sauf au levant, où des haies vives érigeaient leurs épaisses barrières épineuses, restaient d’un vert dru malgré la chaleur torride de cette fin d’été. — (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Parmi les facteurs locaux, nous citerons d’abord la dégradation des pâturages causée par les abus de la transhumance, d’immenses troupeaux ayant été amenés des pays du Sud pour y trouver, pendant l’été, leur pâture. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Les landes siliceuses connaissent souvent une grande abondance de Fougères : au Pays basque la Fougère-aigle constitue d’importants pâturages qui rougeoient à l’automne. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p.14)
  2. (Par ellipse) Droit de pâturage, Droit d’usage de ces lieux.
    • Avoir droit de pâturage sur une terre. - Jouir du pâturage dans un pré.
  3. (Vieilli) (Histoire) Redevance perçue par le souverain pour accéder à ce droit d'usage.
  4. Action de faire pâturer les bestiaux.
    • Notons en passant que le pâturage intensif amène une réduction notable et même la disparition de certaines Graminées (Koeleria, Festuca). — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 106)
    • En prairies permanentes, des modes de gestion adaptés (pâturage tournant notamment) peuvent favoriser la présence de légumineuses et leur diversité, indicateur de valeur pastorale et de qualité fourragère. — (Anne Schneider & ‎Christian Huyghe, Les légumineuses pour des systèmes agricoles et alimentaires, Éditions Quae, 2015, page 222)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PÂTURAGE. n. m.
Lieu où les bestiaux pâturent. Gras pâturages. On ne saurait faire de l'élevage dans ce domaine, il n'y a point de pâturages. Il désigne aussi l'Usage du pâturage. Avoir droit de pâturage sur une terre. Jouir du pâturage dans un pré.

Littré (1872-1877)

PÂTURAGE (pâ-tu-ra-j') s. m.
  • 1Lieu où l'on fait paître le bétail. Après avoir achevé le temple qu'on nommait Hécatonpédon, ils renvoyèrent libres toutes les bêtes de charge qui avaient fourni à ce travail, et leur assignèrent de gras pâturages comme à des animaux consacrés, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. IV, p. 509, dans POUGENS. En Angleterre on s'est souvent plaint que l'augmentation des pâturages diminuait les habitants, Montesquieu, Esp. XXIII, 14. Le bœuf répare le pâturage, et le cheval l'amaigrit, Buffon, Quadrup. t. I, p. 64.

    Pâturages naturels, les pâturages proprement dits, communaux, friches, landes, bruyères, bois, genétières.

    Pâturages accidentels, jachère, chaume, parcours des prairies naturelles, artificielles, des céréales.

    Pâturages artificiels, plantes fourragères que l'on sème, et qu'on fait paître sur place.

  • 2Usage du pâturage. Avoir pâturage sur une terre.
  • 3Anciennement, droit que le seigneur levait sur ceux qui faisaient paître leurs troupeaux dans certains temps de l'année.

HISTORIQUE

XIIIe s. Je lor otroi lou pasturage ausi con il l'ont eu ancienement dedanz les devant dites bonnes [bornes], Bibl. des ch. 6e série, t. III, p. 573.

XVe s. Audit fief apartient le quart des pasturaiges des landes de Gruye, dont chascune beste qui herbaige paye demy boissel d'avoyne, Delisle, Agricult. normande au moy. âge, p. 66.

XVIe s. Habitans de villes ou de villages peuvent champoyer et mener leur bestial pour leur nourriture et sans fraude en pasturages vains de clocher à autre, sans danger d'amende, Coust. gén. t. I, p. 85.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « pâturage »

De l’ancien français pasturage, → voir pâturer et -age.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Pâturer ; wallon, pâtureg.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « pâturage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pâturage patyraʒ

Citations contenant le mot « pâturage »

  • Labourage et pâturage sont les deux mamelles dont la France est alimentée et les vrais mines et trésors du Pérou. Maximilien de Béthune, baron, puis marquis [1601] de Rosny, duc de Sully, Économies royales
  • Le vocabulaire est un riche pâturage de mots. De Homère / Illiade
  • Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France. De Maximilien de Béthunes, duc de Sully / Economies royales
  • Alimentation au pâturage Web-agri, Les lecteurs de Web-agri s'interrogent sur l'avenir du pâturage d'été
  • Les animaux s’invitent en ville. L’éco-pâturage se développe à Vannes (Morbihan) et agrandit sa zone de pâturage chaque année. , Vannes : l’éco-pâturage agrandit son pré carré avec vaches, chèvres, chevaux et moutons | Actu Morbihan
  • Dans un objectif de développement durable, la ville de Carbonne a décidé de tenter l’expérience de l’éco pâturage. Elle a signé une convention de pâturage avec Jean-Louis Laffargue, carbonnais de souche. Son troupeau, composé exclusivement d’ovins est installé depuis début juillet au-dessus du centre socioculturel de la ville plus précisément autour de la Gloriette qui meuble le site de 6 000 m2 de surfaces herbeuses. L’éco pâturage (ou éco pastoralisme) est un mode d’entretien écologique des espaces naturels par des animaux herbivores. Cette technique d’entretien paysager, outre le fait de supprimer les nuisances sonores et la pollution des engins mécaniques (tondeuses et débroussailleuses), permet également d’éviter les déchets de tontes générés par les tondeuses mécaniques. ladepeche.fr, Carbonne. La ville expérimente l’éco pâturage - ladepeche.fr
  • Depuis ce printemps, cinq élevages laitiers de Charcenne et des environs participent à une expérimentation innovante dans le domaine du suivi du pâturage : deux vaches de chaque troupeau sont équipées d’un collier GPS qui émet un signal tous les quarts d’heure, ce qui permet de renseigner l’emploi du temps du troupeau. Le Gaec des Herbues fait partie de ce groupe. « Nous élevons 65 vaches montbéliardes, à 9 200 kg de moyenne, pour une référence laitière de 600 000 litres, vendus à la fromagerie Milleret », détaille Aymeric Rouge, associé à son père sur cette exploitation familiale. La ferme est signataire, avec quatre autres du secteur, de la charte « Lait de grand pâturage », une démarche que les éleveurs ont élaborée collégialement, sous la houlette de la fromagerie, pour essayer de tirer parti de deux atouts forts de leurs élevages : leur proximité avec l’entreprise de transformation (elles sont situées dans un rayon de 12 km) et la pratique du pâturage, perçue très favorablement par les consommateurs. « L’idée de valoriser ceux qui prennent le temps d’organiser le pâturage — c’est une gestion — nous a plu. A vrai dire, mis à part l’aliment certifié sans OGM, on n’a pas modifié nos pratiques. Chez nous les vaches ont une grande parcelle de 15 ha en libre accès, elles sortent dès le mois de mars, de jour comme de nuit, et reviennent au bâtiment quand elles veulent, par exemple quand il fait trop chaud. » Le bâtiment à ossature bois, largement ouvert, offre en effet un abri aussi bien en cas d’intempéries que de fortes chaleurs. En contrepartie du respect du cahier des charges, les producteurs engagés voient leur lait bénéficier d’un prix supérieur.Une première en FranceL’outil Chronopature, qui permet de collecter les données relatives aux déplacements du troupeau, est actuellement en phase de développement et d’expérimentation. « C’est une solution développée par l’entreprise Adventiel, qui est déjà notre fournisseur de logiciels, explique Rémi Vacelet, responsable collecte chez Milleret. Sous cette forme, c’est une première en France. Le principe est d’automatiser la collecte des données, ce qui facilite les déclarations et améliore la traçabilité du temps passé par les vaches au pâturage, ainsi que la transparence vis-à-vis des consommateurs. Le cahier des charges prévoit au minimum 180 jours de pâturage par an, sachant qu’une journée de pâturage, c’est six heures dehors. Or dans la réalité, l’enregistrement du temps passé au pâturage au jour le jour est assez lourd pour les éleveurs. En fonction des événements météos, on peut avoir des journées incomplètes… »… , Valoriser le pâturage - La Terre de Chez Nous - Franche-Comté Belfort
  • Greensheep relance l'éco-pâturage 4.0 LaProvence.com, Économie | Greensheep relance l'éco-pâturage 4.0 | La Provence
  • Dans un objectif de développement durable, la ville de Carbonne a décidé de tenter l’expérience de l’éco pâturage. Petite République.com, Carbonne expérimente l’éco pâturage | Petite République.com

Images d'illustration du mot « pâturage »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pâturage »

Langue Traduction
Anglais pasture
Espagnol pastar
Italien pascolo
Allemand weide
Chinois 牧场
Arabe المراعي
Portugais pasto
Russe выгон
Japonais 牧草地
Basque larre
Corse pasture
Source : Google Translate API

Synonymes de « pâturage »

Source : synonymes de pâturage sur lebonsynonyme.fr

Pâturage

Retour au sommaire ➦

Partager