Attraper : définition de attraper


Attraper : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ATTRAPER, verbe trans.

I.− Arriver à prendre (littéralement dans une trappe ou comme dans une trappe), saisir rapidement, d'un mouvement brusque.
A.− [Le compl. d'obj. désigne un être animé, homme ou animal]
1. Prendre (un animal) à une trappe, à un piège :
1. Celui qui a inventé le nœud du mariage a trouvé un bel et spécieux expédient, pour se venger des humains, une chausse-trappe ou un filet pour attraper les bêtes; et puis les faire languir à petit feu. P. Borel, Champavert,Dina, la belle juive, 1833, p. 116.
Emploi pronom. passif. Se laisser prendre, être pris à un piège :
2. Voilà, elle s'était arrêtée à cette place, la Marie, et n'en bougeait plus. Au milieu de cette immensité de choses fluides, qui, par ces temps mous, semblaient n'avoir même pas de consistance, elle avait été saisie par je ne sais quoi de résistant et d'immuable qui était dissimulé sous ces eaux; elle y était bien prise, et risquait peut-être d'y mourir. Qui n'a vu un pauvre oiseau, une pauvre mouche, s'attraper par les pattes à de la glu? Loti, Pêcheur d'Islande,1886, p. 133.
P. métaph. :
3. Plutarque déjà disait, avant Machiavel, que l'occasion s'attrape par les cheveux (arpazein). La conscience à l'affût court à la rencontre des occasions, ou fait le guet sur leur passage, ou se place dans les conditions les plus favorables pour les saisir. Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien,1957, p. 119.
2. Prendre, arriver à prendre une personne, un animal, qui cherche à s'échapper et que l'on poursuit :
4. − Attends seulement que je l'attrape, tu vas voir si je vais te le caloter. C'était le seul moment de la journée où l'Adélaïde prît le temps de jouer avec ses enfants. Elle courait après Gustave, lui barrait la porte en donnant la main à Clotilde. Quand il était pris, on faisait semblant de le fesser ou de lui tirer les oreilles. Aymé, La Jument verte,1933, p. 229.
Proverbe. On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre (mais avec du miel). Pour obtenir quelque chose de quelqu'un, il faut utiliser des moyens doux.
P. métaph. :
5. J'ai voulu que les moments de ma vie se suivent et s'ordonnent comme ceux d'une vie qu'on se rappelle. Autant vaudrait tenter d'attraper le temps par la queue. Sartre, La Nausée,1938, p. 60.
3. Fam. Attraper qqn à faire qqc.Surprendre quelqu'un en train de faire quelque chose. Je vous y attrape!
4. Emploi pronom. S'attraper à, dans.
a) S'accrocher à, s'agripper à, adhérer à. S'attraper à un clou :
6. Car les vertus salutaires de la terre consolatrice, Pour l'homme alors on prononce qu'elles se changent en un trésor de poisons. C'est un assaut de mâchoires féroces qui s'attrapent à la chair, Un ulcère qui dévore l'ancienne nature, Et le malade apparaît avec sa tête toute blanche! Claudel, Les Choéphores,trad. d'Eschyle, 1920, p. 923.
b) Se heurter à (contre) :
7. ... ils [les curieux] donnaient dans une rame de papier trempé chargée de ses pavés, ou s'attrapaient la hanche dans l'angle d'un banc... Balzac, Les Illusions perdues,1843, p. 11.
Absol., MAN. Ce cheval s'attrape. ,,Il se donne des atteintes en marchant`` (Ac. 1932).
c) Emploi réciproque. S'attraper aux cheveux, à la gorge, etc. Se prendre, se saisir, s'empoigner.
B.− [Le compl. désigne une chose]
1. [Une chose concr.] La prendre d'un mouvement rapide, brusque et de telle sorte qu'elle ne peut plus s'échapper.
a) [Se dit surtout quand l'obj. se déplace, en partic. quand il vole] Arriver à prendre en l'arrêtant brusquement dans sa course. Attraper une balle, un ballon (avec les mains, une raquette, etc.). Attraper au vol, au hasard.
b) P. ext. Se saisir de, empoigner :
8. Mais je ne me sens pas uniquement dévouée aux bambins, mon attendrissement trop féminin et pas assez maternel, s'envole au delà de l'école. J'attrape alors mes torchons, je cherche mes cuivres à frotter, les taches à enlever aux parquets du préau, des classes, de l'escalier. Ah! quand la poésie vous lancine, quand votre substance voudrait s'éparpiller en amour et recevoir le baiser de la nature entière, du soleil, des arbres − le bon remède : frotter par terre, à genoux, brosser avec rage, les bras nus! Va, rêve donc, sale bête! Frapié, La Maternelle,1904, p. 244.
Attraper le train, l'autobus, etc. Arriver juste à temps pour le prendre.
Prendre résolument (une rue, une voie, etc.) :
9. Après la place, j'avais le choix entre deux rues également attirantes. J'ai pris celle de droite, qu'illustrent deux épiceries exubérantes, l'une en face de l'autre. Puis j'ai attrapé ce que j'appelle la grand'rue, et j'ai continué avec ravissement jusqu'à la place Saint-François. Romains, Les Hommes de bonne volonté,La Douceur de la vie, 1939, p. 42.
Attraper une somme d'argent. La prendre (pour soi), l'obtenir, l'acquérir.
Vieilli. Attraper l'argent de qqn, attraper de l'argent à qqn. Prendre par des moyens peu délicats ou que l'on réprouve de l'argent à quelqu'un. Synon. soutirer.
2. Au fig.
a) Saisir quelque chose qui s'échappe vite, saisir au vol. Attraper quelques mots d'une conversation; attraper qqc. du coin de l'œil :
10. Je m'accuse, enfin, non-seulement d'avoir couru après la gloire, mais d'avoir cru l'attraper. Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 5, 1814, p. 305.
b) Rare. Saisir (par l'esprit) certains caractères, certaines qualités :
11. Bien sincèrement, je n'attendais pas et je ne croyais pas mériter autant de louanges [pour Rarahu]. Mais comme ils les donnent de travers (...). À part M. Paul de Saint-Victor, ils n'ont guère compris. Chacun d'eux [des critiques littéraires] a attrapé, par-ci par-là, les quelques bribes que son genre d'intelligence lui permettait de s'assimiler. En général, le charme polynésien leur a échappé, et il n'y avait que cela dans le livre... Loti, Journal intime,t. 1, 1878-81, p. 162.
c) P. ext.
[En parlant d'une manière d'écrire ou de peindre] Saisir, s'assimiler le caractère d'une œuvre afin de le reproduire, de l'imiter :
12. ... les murs tapissés de soie rouge ou jaune ont toute leur ampleur, et leur grand air n'est point déparé par les tableaux modernes, si tourmentés, si minutieux, d'une sentimentalité ou d'un pittoresque si cherché et attrapé avec tant de peine. Taine, Notes sur Paris,Vie et opinions de M. F.-T. Graindorge, 1867, p. 125.
En partic., B.-A. Attraper la ressemblance. Reproduire fidèlement. P. ext. méton. (Bien) attraper qqn, la figure de qqn. (Bien) saisir le caractère particulier d'un visage, d'une physionomie, et le traduire avec exactitude; reproduire (très) fidèlement :
13. ... Mmede Vernon (dans Delphine), l'idéal de la femme des sociétés perfectionnées, la figure la plus fine qui ait jamais été tracée de main de femme ou d'homme, et qui était autrement difficile à attraper qu'une physionomie passionnée, primitive, forte, saisissable en gros et surtout par le mouvement. Barbey d'Aurevilly, 1erMemorandum,1836, p. 48.
[En parlant d'une manière d'agir] Expr. Attraper le chic pour faire qqc.
[En parlant d'une manière de parler] Attraper un accent, attraper une certaine voix.
C.− [Le compl. d'obj. désigne un but, un moment pris comme terme, etc.]
1. Fam. Parvenir à toucher, atteindre :
14. [Antoine à Courteline] Seulement, voilà : (...) nous finirions à onze heures, c'est-à-dire beaucoup trop tôt. Tout le monde me blaguerait (...). Tandis qu'avec Lidoire (...), nous attrapons minuit moins cinq et alors la route est belle. Courteline, La Conversion d'Alceste,Les Joyeuses commères de Paris, 1892, p. 99.
[Le suj. est un subst. désignant une arme, un projectile, la mort; le compl. d'obj. désigne une pers.] :
15. La mort l'attrapa sur l'arrondissement d'une période, et l'an climactérique l'avoit surpris délibérant si erreur et doute étoient masculins ou féminins. Sainte-Beuve, Tabl. hist. et crit. de la poésie fr. et du théâtre fr. au XVIes.,1828, p. 152.
2. Vieilli. [Le suj. est une lettre] Parvenir à joindre, rattraper :
16. À M. de Staël. 18 janvier 1794, Nyon. J'ai eu la fièvre depuis huit jours, mon cher ami, ce qui m'a fait manquer un courrier pour t'écrire. Je n'avais d'ailleurs jamais calculé qu'une lettre de moi t'attrapât dans ta route. Mmede Staël, Lettres diverses,1794, p. 550.
3. MAR. Attraper le mouillage. L'atteindre, y arriver.
Pop. Attraper à + inf.Se porter à, agir pour.
II.− Au fig. [Avec une idée de surprise ou de violence]
A.− [Avec une idée de surprise]
1. [La surprise s'exerce sur l'obj.] Attraper qqn.Tromper, duper :
17. Je ne suis cependant pas de ces capacités supérieures, enfants et génies à la fois : bon homme sans bonhomie, je vois qu'on m'attrape et je me laisse attraper : il est plus commode d'être dupe que de s'évertuer à ne pas l'être. Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 3, 1848, p. 240.
Rare. Attraper qqn à (une farce) :
18. ... on me dit : Poisson d'avril. Or, imaginez que la veille j'expliquais à ces bonnes gens, à ceux mêmes qui m'ont joué ce tour-là, ce que c'est chez nous que poisson d'avril; et ils ne comprenaient pas qu'on y pût être attrapé, sachant d'avance le jour. Courier, Lettres de France et d'Italie,1811, p. 844.
Emploi pronom. (réciproque). Se tromper, s'abuser l'un l'autre.
2. [La surprise s'exerce sur le suj., en bonne ou en mauvaise part] Attraper qqc.
Fam. Gagner, obtenir, recevoir (une chose bonne ou mauvaise).
[En parlant d'une chose heureuse : une prime, un bon numéro, le gros lot, etc.] :
19. ... cette fois, au lieu d'attraper la prime de cinquante livres, le gueux reçut une fameuse semonce... Erckmann-Chatrian, Histoire d'un paysan,t. 2, 1870, p. 152.
[En parlant de choses fâcheuses : coup, maladie, etc.] Recevoir, subir; être atteint (de), contracter :
20. ... il y a des gens qui, au milieu des galeux, n'attrapent pas la gale. Il y a des gens qui, au milieu des risques de mort, n'attrapent pas la mort. Moi je n'attrape pas la mort. Montherlant, Malatesta,1946, IV, 7, p. 525.
SYNT. Attraper mal; attraper un coup, une maladie, un rhume. Attraper une cuite. S'enivrer, se soûler. Pop. Attraper un enfant, − le ballon. Être enceinte.
Attrape! ,,Exclamation familière que l'on adresse à une personne qui vient d'être l'objet d'une plaisanterie, qui vient d'éprouver un mécompte, ou à un enfant que l'on vient de châtier`` (Quillet 1965).
Rem. Ac. 1835 et 1878, Besch. 1845 et Littré : ,,Fig. et fam. Attrape-toi cela, se dit à une personne à laquelle il est arrivé quelque accident par sa faute. On ne l'emploie guère qu'en parlant aux enfants``. Expr. attestée aussi ds Rob. qui cite Littré.
Emploi pronom. [Le suj. désigne gén. une chose fâcheuse, un coup, une maladie, etc.]
[En parlant d'un coup] Être reçu, arriver :
21. Mais cette année-là on commençait de penser qu'outre les revenants, les démons, il devait y avoir du mauvais monde dans le pays. On ne disait cela qu'à voix de confesse. C'est que sous ces sapins un coup de fusil s'attrape aisément. La balle arrive, et cherchez l'homme. Pourrat, Gaspard des Montagnes,Le Château des sept portes, 1922, p. 25.
[En parlant d'une maladie ou d'une chose considérée comme telle] Être contracté :
22. Les habitudes s'attrapent plus vite que le courage et surtout l'habitude de bouffer. Céline, Voyage au bout de la nuit,1932, p. 349.
Absol. Être contracté par contagion, être contagieux. Cette maladie s'attrape.
B.− [Avec une idée de violence] Attraper qqn.S'en prendre à quelqu'un.
Fam. Faire des reproches, réprimander, gronder. Se faire attraper. Synon. fam. enguirlander, vulg. engueuler :
23. − Ça doit être terriblement émouvant, mon cher maître l'attente des résultats? dit Inès Sandoval, la poétesse. − Moi, chère madame, le jour de mon élection, j'étais comme un fou, dit l'historien qui s'empifrait de gâteaux secs. J'attrapais ma femme, j'attrapais mes enfants, j'étais hors de moi. Druon, Les Grandes familles,t. 2, 1948, p. 31.
Spéc., dans le milieu du journ. ,,Éreinter quelqu'un`` (A. Delvau, Dict. de la lang. verte, 1866, p. 15).
Dans le milieu du théâtre. Siffler, huer un acteur (cf. Ch. de Bussy, L'Art dramatique, dict. à l'usage des gens du monde, 1866, p. 20).
Emploi pronom. (réciproque), fam. En venir aux injures ou aux mains.
PRONONC. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [atʀape], j'attrape [ʒatʀap]. Enq. : /atʀap/ (il) attrape. 2. Forme graph. Ortho-vert 1966, p. 97, fait, s.v. attrape, la rem. suiv. : ,,Trappe et trappeur prennent deux p, les autres mots de la famille n'en prennent qu'un : attrape et ses composés, attraper, attrapeur, rattraper (et chausse-trape qui n'appartient pas à la même famille).``
ÉTYMOL. ET HIST. I.− 1165-70 atraper « prendre (qqn) à une trappe, à un piège » (Chr. de Troyes, Erec et Enide, éd. W. Foerster, Halle 1909, vers 5099-5100 : Comant il dut estre antraper [var. atrapez] Et comant il est eschapez); xives. attraper « se saisir de (qqn) » (J. Froissart, Chron., liv. I, 1repart., c. 135 ds Dict. hist. Ac. fr.); apr. 1350 « id. (qqc.) » (Le Loyal serviteur, c. 40, ibid.). II.− Fig. 1. 1465 « attirer, allécher » (Pathelin, p. 31, Jacob ds Gdf. : Or vrayement j'en suis attrapé; Car je n'avoye intention D'avoir drap, par la passion De Nostre Seigneur! quand je vins); 1592 « surprendre artificieusement, tromper » (Montluc, Commentaires, IV ds Dict. hist. Ac. fr.); 1656 « occasionner une surprise désagréable » (Pascal, Provinciales, V, ibid.); 2. 1666 « arriver à saisir par l'esprit » (Fur., Rom. Bourg., I, 18 ds Brunot t. 4, p. 613 : les gens du commun ne peuvent jamais attraper ce bel air); 3. « arriver à prendre, à saisir (qqc.) » 1669 attraper son but (Racine, II, 142, 143, Plaid., au lect., ibid. : jamais comédie n'a mieux attrapé son but); 1690 attraper des coups (Fur.); 1694 attraper un rhume, une fièvre (Ac.); 4. 1866 fam. « faire des reproches très vifs » (Lar. 19e: son chef de bureau l'a attrapé d'importance); 1866 crit. fam. (A. Delvau, Dict. de la lang. verte, p. 15 : attraper quelqu'un, éreinter quelqu'un dans l'argot des gazetiers). Dér. de trappe*; préf. a-1*; dés. -er.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 964. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 811, b) 1 595; xxes. : a) 1 752, b) 1 496.
BBG. − Aubert de La Rue (E.). Le Fr. parlé aux îles Saint-Pierre-et-Miquelon. Vie Lang. 1969, p. 248. − Bruant 1901. − Duch. 1967. § 17, 29, 62, 71. − Éd. 1967. − Esn. 1966. − France 1907. − Guiraud (P.). Le Ch. morpho-sém. du mot tromper. B. Soc. Ling. 1968, t. 63, no1, p. 100. − Jal 1848. − Larch. 1880. − Larch. Suppl. 1880. − Le Roux 1752. − Mat. Louis-Philippe 1951, p. 104. − Michel 1856. − Pierreh. Suppl. 1926. − Soé-Dup. 1906. − Spr. 1967. − Will. 1831.

attraper « prendre (comme) dans un piège »

Attraper : définition du Wiktionnaire

Verbe

attraper \a.tʁa.pe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Prendre à une trappe, à un piège ou à quelque chose de semblable.
    • En Sologne, on attrape les alouettes à l'hameçon ; autre part, on les fusille au miroir. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Le renard s’est enfin laissé attraper au piège.
  2. (Figuré) Prendre ; saisir.
    • Voici le récit complet : En rentrant tard du travail la veille, Quinz a attrapé l’appareil photo Zenit pendu par la bandoulière à un clou derrière la porte d'entrée, l'a ouvert, a marmonné quelque chose et l'a refermé d'un coup sec avant de le raccrocher. — (John Le Carré, L'héritage des espions, traduit de l'anglais (Grande-Bretagne) par Isabelle Perrin, Le Seuil, 2018)
    • Il courra bien, si on ne l’attrape, on le poursuivra si vivement que, selon toutes les apparences, on le prendra.
    1. Prendre sur le fait ; surprendre.
      • Que je vous y attrape encore à venir voler mes raisins !
      • Vous disiez que vous n’alliez point au théâtre : je vous y attrape.
    2. (Par extension) Surprendre artificieusement ou tromper avec malice.
      • C’est un filou qui m’a attrapé.
      • Que de fois, dans sa naïveté, il s’est laissé attraper par ses condisciples !
    3. Faire éprouver un mécompte, une surprise désagréable.
      • En arrivant au théâtre, je fus bien attrapé : il y avait relâche.
      • Vous seriez bien attrapé si l’on vous disait ce qu’il pense de vous.
    4. (Figuré) Atteindre en courant, en allant après, ou saisir au passage.
      • J'avais neuf ans et j’attrapais avec mon frère des sauterelles que nous faisions griller dans le jardin pour les manger. — (Francis Carco, Maman Petitdoigt, La Revue de Paris, 1920)
      • Le lièvre eut beau ruser, les chiens l’attrapèrent.
      • Les gendarmes ont attrapé les voleurs.
      • Je vais vous jeter ce paquet : attrapez-le à la volée.
    5. (Figuré) Contracter, être atteint.
      • Attraper un rhume, une fièvre ; attraper un coup de bâton, un coup d’épée, un mauvais coup, etc., Prendre un rhume, gagner la fièvre, recevoir un coup de bâton, une maladie etc.
    6. (Figuré) Obtenir, se procurer quelque chose par ruse, par adresse, par quelque manœuvre.
      • Ils ont attrapé l’argent de bien du monde.
      • Il a si bien fait qu’il a attrapé un bon emploi, une bonne place.
      • Louis XI disait : « Les chevaux courent les bénéfices, et les ânes les attrapent. »
      • attrape qui peut, se dit, en parlant de toute distribution dont beaucoup devraient profiter, mais où le plus grand nombre, écarté par la force ou l’adresse des autres, ne peut avoir aucune part.
    7. Prendre le meilleur, être favorisé par le sort dans une distribution, dans un partage.
      • Ce joueur est heureux, il attrape toujours les bonnes cartes.
      • On nous a donné des chevaux, mais je n’ai pas attrapé le meilleur.
      • Quel lot avez-vous attrapé ?
    8. (Figuré) Saisir pour les exprimer, les rendre, les reproduire, en parlant des pensées ou des caractères, des ressemblances.
      • Attraper la pensée d’un auteur que l’on traduit.
      • Il a bien attrapé le sens de ce passage.
      • Ce peintre a bien attrapé votre ressemblance.
  3. (Figuré) Gronder ; gourmander ; agonir ; reprendre.
    • — Vous ne savez pas pourquoi il s’est engueulé avec Turinaz ?
      — Ils se sont donc eng… je veux dire attrapés !
      — (Louis Pergaud, Un point d’histoire, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Une porte claquait ; et la Grande, d’un ton aigu : « Annette, êtes-vous folle ! » Je courais au seuil de la maison : « Les voilà qui s’attrapent. » — (Marcel Arland, Terre natale, 1938, réédition Le Livre de Poche, page 154)
    • Avec moi, il est patient, mais il ne peut pas supporter Estelle qui se promène partout, le nez dans son livre de géographie, toute prête à m’attraper si je lui demande quelque chose. — (Colette Vivier, La maison des petits bonheurs, 1939, éd. Casterman Poche, page 113.)
    • Voilà : ils avaient eu une fois raison de s’attraper, alors un agacement leur restait, qui se reportait d’un jour sur l’autre. — (Léon Frapié, Le tyran, dans Les contes de la maternelle, éditions Self, 1945, page 125)
  4. (Sud de la France) (Intransitif) (Figuré) Attacher, accrocher, en parlant de nourriture cuisant dans un ustensile de cuisine.
    • Il faut souvent remuer pour éviter que ça attrape.
  5. Frapper, heurter.
    • Une pierre l’a attrapé au front, à la tempe.
    • En jetant un bâton, il m’a attrapé à la jambe, au bras.
  6. (Vieilli) (Équitation) Se donner des atteintes en marchant.
    • Ce cheval s’attrape.
  7. (ivoirisme) Tenir en main, garder en main.
    • Pardon, tu peux attraper ça deux secondes s’il te plaît ? Mon lacet est défait.
    • La sangle de mon sac s’est cassée, à cause de ça j’ai dû attraper mon livre pour marcher.
    • D’ici, pour aller à Deux-Plateaux, tu montes dans le gbaka et tu décomposes au carrefour Zoo. Comme ça n’est pas loin, tu peux attraper ta monnaie pour donner au chauffeur de warren en même temps : là tu n’as pas besoin de sortir de ça de ta poche encore.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Attraper : définition du Littré (1872-1877)

ATTRAPER (a-tra-pé) v. a.
  • 1Prendre à un piége. Attraper un renard dans un piége.

    Familièrement. Que je vous y attrape, c'est-à-dire, ayez soin que je ne vous prenne pas sur le fait, gardez-vous de recommencer.

  • 2 Fig. Tromper. Ce charlatan a attrapé bien du monde. Cette femme attrape son mari. Bien fin qui pourrait l'attraper ! Il ne faut pas se laisser attraper comme cela à ce que les amants disent dans leur colère, Voiture, Lettr. 135.
  • 3Saisir avec la main, saisir au passage. Les gendarmes ont attrapé les voleurs. Attraper un papillon.

    Familièrement. Attrape qui peut, que celui qui peut s'en saisir, s'en saisisse.

    Attrape ! Sorte d'interjection par laquelle on exprime qu'une personne vient d'être l'objet d'une malice.

    Familièrement. Attrape-toi cela, se dit à une personne qu'on vient de châtier ou à qui vient d'arriver quelque mécompte.

    Terme de marine. Saisir un objet, atteindre un point, un bâtiment.

  • 4 Fig. et familièrement. Il suffit qu'à la fin J'attrape le bout de l'année, La Fontaine, Fabl. VIII, 2. De quelque façon qu'on prenne la chose, il est certain qu'il aura toujours bien de la peine à attraper le bout de son année, Vauban, Dîme, p. 100.
  • 5Se procurer par quelque ruse, par quelque adresse. Le pendard de Scapin, par une fourberie, m'a attrapé cinq cents écus, Molière, Fourb. III, 7.
  • 6Avoir une chance bonne ou mauvaise. J'ai attrapé le bon numéro. Attraper un rhume, une maladie.
  • 7Frapper, heurter. Une pierre l'a attrapé à la tête.
  • 8Exprimer, rendre avec exactitude. Ce peintre a bien attrapé votre ressemblance. Cet écrivain croit avoir attrapé la manière de Tacite. Voyez si j'ai attrapé la ressemblance de César, Voltaire, Roi de Pr. 102. Son talent était d'attraper le ridicule des gens, Hamilton, Gramm. 7. Il avait attrapé le sérieux des Espagnols, Hamilton, ib. Le duc de Bourgogne attrapait tous les ridicules avec justesse, Saint-Simon, 266, 29. Je n'ai attrapé de leur manière de réciter que ce qui m'a d'abord sauté aux yeux, Molière, Impr. 1.

    Attraper le sens d'un passage, le saisir. À cause de la quantité d'endroits où vous n'avez pas attrapé le sens, Racine, Lett. VI, à son fils.

PROVERBES

Attrapez-moi toujours de même ; c'est-à-dire, vous avez cru me jouer un mauvais tour ; loin de là, ce que vous avez fait m'a été utile.

Il courra bien, si on ne l'attrape ; c'est-à-dire on le poursuivra si vivement qu'on le prendra.

REMARQUE

L'Académie, qui écrit trappe avec deux p, n'en met qu'un à attraper ; désaccord auquel il faudrait remédier.

HISTORIQUE

XIIe s. Si m'aït Diex, s'ore estoie escapés, Jo ne seroie mais des mois atrapés, Guill. d'Orange, Variantes, t. II, p. 312.

XIIIe s. Ne sai comment fui atrapés ; Je me sui dusk'à l'os colpés, Bl. et Jeh. 589. Mais se jel pooie atraper, Si faitement m'en vengeroie, Que jamès crieme [crainte] n'en aroie, Ren. 6694.

XIVe s. Il a dit à sa gent : Je sui bien attrapez ; Que malditte soit l'eure que me sui acordez ! Guesclin. 2006. [Il] Fist bien quatre mil pors venir et assambler, Es prés près des fossés les fist trestouz aler, Pour itant qu'il cuida ceulx dedens atraper Et pour faire issir hors et à la mort livrer, ib. 1208. Helas ! dist Polibaus, quetis [chétif], maleürés ! Or sui issi endroit malement attrapés, Baud. de Seb. XI, 412. Ainsy ces quatre m'atraperent, Et me batirent et fraperent, J. Bruyant, Ménagier, t. II, p. 5.

XVe s. Par ceste maniere en attrapa il et noya ce jour plus d'une douzaine, Froissart, I, I, 135. Et en furent moult de fois chassés et presque pris et atrapés entre Boulogne et Calais, mais toujours eschappoient eux, Froissart, I, I, 309. Quand Girauldon se vit ainsi attrapé [trompé], si fut tout esbahi, Froissart, II, II, 214. Quand le maistre d'hostel vit son maistre s'attraper [s'attaquer] à ces perdrix, il fut bien esbahi, Louis XI, Nouv. XCIX.

XVIe s. La mort vous attrape fuyant et poltron aussi bien que…, Montaigne, I, 75.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « attraper »

Étymologie de attraper - Littré

À, et trappe ; bourguig. étraipai.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de attraper - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Dérivé de trapper avec le préfixe ad-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « attraper »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
attraper atrape play_arrow

Conjugaison du verbe « attraper »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe attraper

Évolution historique de l’usage du mot « attraper »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « attraper »

  • Les médecins ont observé dernièrement une baisse des consultations pour gastro-entérite, angine ou bronchite. L'une des raisons à cela est le respect des gestes barrières, qui diminue le risque d'attraper des maladies contagieuses. France Bleu, Landes : "les gestes barrières ont considérablement diminué le risque d’attraper des maladies contagieuses"
  • Pour autant, "le haut conseil de la santé publique explique dans un rapport qu'il est bel et bien possible d'attraper le virus à travers les déplacements et les contacts que nous pouvons avoir", précise le médecin. Concrètement, cela peut se produire en manipulant l'écran incrusté dans le siège devant vous, ou encore en allant aux toilettes. "D'ailleurs, un exemple similaire de transmission de la grippe a déjà été rapporté après la panne d'un avion en Alaska." Europe 1, Peut-on attraper le coronavirus dans un avion ?
  • Pokémon Go a encore beaucoup d’adeptes à travers le monde, dont Chen Sun-yuang. Ce papy de 72 ans a une méthode un peu particulière pour attraper les Pokémons : il accroche 64 smartphones à son vélo. C’est une véritable célébrité… PhonAndroid, Pokémon Go : ce papy accro utilise 64 smartphones sur son vélo pour tous les attraper
  • Est-ce que je peux attraper le virus en louant un pédalo? En mangeant des crudités? Est-ce que je suis protégé du coronavirus si j'applique de la crème solaire? Karine Lacombe, infectiologue et cheffe du service des maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Antoine de Paris a répondu à ces questions pratiques, dans la vidéo ci-dessus. , VIDÉO - Crème solaire, crudités et pédalos: quels risques d'attraper le coronavirus? - Heidi.news
  • Il est difficile d'attraper un chat noir dans une pièce sombre, surtout lorsqu'il n'y est pas. De Proverbe chinois
  • Il vaut mieux attraper un torticolis en visant trop haut que devenir voûté en regardant trop bas. De Jacques Chancel / Tant qu'il y aura des îles
  • Plus on est saisi par l’amour, plus on soupçonne l’autre d’essayer de vous attraper. De Alice Ferney / La conversation amoureuse
  • Courir après l’esprit, c’est encore la manière la plus fatigante de n’attraper que la sottise. De Alfred Capus / Les Pensées
  • Mien. Qui m'appartient si j'arrive à le retenir ou à l'attraper. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable
  • Moi, je préfère attraper une souris pour mon usage plutôt qu'un chevreuil pour le seigneur. De Ignacy Krasicki / Le lévrier et la chatte
  • On n’attrape pas des mouches avec du vinaigre. Par contre, on peut attraper des aigreurs d’estomac. De Philippe Geluck / Le chat
  • En littérature, il faut arriver doucement, de peur d'attraper un chaud et froid. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • Rien ne sert de se retourner pour attraper les idées qu’on a derrière la tête. De Elie Semoun / Plaisantristes
  • Je préfère attraper un torticolis en visant trop haut que devenir bossue en regardant trop bas. De Sylvaine Charlet
  • Quelle haleine ! Il n’a jamais pu attraper une mouche vivante. De Jules Renard / Journal - 12 octobre 1900
  • La démence est héréditaire, mais vous pouvez aussi l’attraper par vos enfants. De Sam Levenson
  • Un septuagénaire peut toujours courir après les femmes à condition de ne pas les attraper. De Anonyme
  • Sans adresse on ne peut même pas attraper une puce. De Proverbe russe
  • Un seul doigt ne peut attraper les puces. De Proverbe créole

Traductions du mot « attraper »

Langue Traduction
Corse catturà
Basque harrapatzeko
Japonais 捕まえる
Russe ловить
Portugais pegar
Arabe للإمساك
Chinois 去抓
Allemand fangen
Italien catturare
Espagnol capturar
Anglais to catch
Source : Google Translate API

Synonymes de « attraper »

Source : synonymes de attraper sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « attraper »



mots du mois

Mots similaires