La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « flatteur »

Flatteur

Variantes Singulier Pluriel
Masculin flatteur flatteurs
Féminin flatteuse flatteuses

Définitions de « flatteur »

Trésor de la Langue Française informatisé

FLATTEUR, EUSE, adj. et subst.

A.− Adj. et subst. (Personne) qui flatte, qui adresse des louanges exagérées et intéressées à quelqu'un. (Quasi)-synon. courtisan, enjôleur, flagorneur.Vous me sauvez, vous me prolongez de dix ans, ma bonne dame... ce n'est pas une flatterie, c'est ce que je pense, aussi vrai que voilà une lampe qui nous éclaire. Non, je ne suis pas flatteuse... (Zola, Page amour,1878, p. 996).S'il n'y avait plus d'imbéciles à jouer, le métier des sycophantes et des flatteurs du peuple tomberait bien vite (Renan, Avenir sc.,1890, p. 341):
1. Peut-être, après tout, suis-je laide, et Nofré est-elle une flatteuse lorsqu'elle prétend que, de la source inconnue du Nil jusqu'à l'endroit où il se jette dans la mer, il n'y a pas de plus belle fille que sa maîtresse... non, je suis belle : les yeux ardents des hommes me l'ont dit mille fois... Gautier, Rom. momie,1858, p. 250.
P. méton. [En parlant des attributs, du comportement d'une pers.] Qui manifeste, dénote la flatterie. Et le bon Popelin, appuyant tous les dires de la princesse de dodelinements de la tête flatteurs, soudain, s'est emporté contre mes Mémoires (Goncourt,Journal,1891,p. 51).« ... ô Empereur du bas! » fit-il d'une voix flatteuse de marchand juif, « toi qu'il n'aime pas, mais qui nous aime! ... » (Jouve, Scène capit.,1935, p. 129):
2. ... à cet instant, on plonge dans sa robe avec une révérence savante, la bouche s'entr'ouvre comme une rose épanouie, un sourire angélique et inquiétant erre sur le coin des lèvres flatteuses et moqueuses, et, tout d'un coup, comme une cascade de perles, les compliments coulent et roulent à la rencontre d'autres compliments. Taine, Notes Paris,1867, p. 71.
B.− Adjectif
1. Peu usité. Caressant. Ce peuple napolitain a, dans sa vivacité, je ne sais quoi de doux et de flatteur (France, Bonnard,1881, p. 302).
2. Littér. Agréable, séduisant. Et Maurras distillait à ses auditeurs l'art subtil − et combien flatteur! − de muer en tranquillité morale les inquiétudes que le socialisme leur donnait sur la légitimité de la possession (J.-R. Bloch, Dest. du S.,1931, p. 108).On compte cent peintres ne retenant de la vie que son visage le plus flatteur (Lhote, Peint. d'abord,1942, p. 134):
3. Le songe où je croyais avoir vu le sage Mentor descendre aux Champs-Élysées achevait de me décourager : une secrète et douce langueur s'emparait de moi. J'aimais déjà le poison flatteur qui se glissait de veine en veine et qui pénétrait jusqu'à la moelle de mes os. Larbaud, F. Marquez,1911, p. 181.
3. Élogieux, avantageux, qui flatte l'amour propre, l'orgueil. Une distinction, un succès flatteur; un murmure flatteur; une alliance flatteuse. Nous serons heureux et fiers d'avoir obtenu votre confiance, vous êtes un de ces royalistes conséquents dont on peut être l'ennemi politique, mais dont l'estime est flatteuse... (Balzac, C. Birotteau,1837, p. 270).Ces jours-là paraissait de lui un nouveau livre, et il recevait beaucoup de lettres et d'articles flatteurs (Montherl., Pitié femmes,1936, p. 1097):
4. Nous passions en effet sous la domination de M. Mougeot qui nous parlait comme à de grandes personnes et nous tenait un langage d'autant plus flatteur pour la plupart d'entre nous qu'il était incompréhensible. À cause de cela, nous l'aimions; sa colère même nous plaisait. Green, Journal,1933, p. 157.
Loc. C'est flatteur, c'est peu flatteur (de/que...). Son habit a dû être bien neuf et ses bottes reluisent joliment. C'est flatteur pour nous qu'il y ait des confrères si comme il faut (Dumas père, Comte Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 642).C'est fort peu flatteur pour une femme, je suppose, de n'arriver à dérider un homme que lorsqu'on l'entretient d'un autre! (Huysmans, Là-bas,t. 2, 1891, p. 133).La Dame. − Qu'une dame Pons, née demoiselle Lempoumas, vienne à une consultation gratuite, c'est en effet assez extraordinaire. Knock. − C'est surtout flatteur pour moi (Romains, Knock,1923, II, 5, p. 12).
4. Embelli par rapport à la réalité, au modèle. Sans doute j'étais fou de m'exalter ainsi sur une flatteuse image vraisemblablement vieille de plus de quinze ans (Gide, Isabelle,1911, p. 636).L'autre école, qui nous vaut des effigies flatteuses, mais inconsistantes, est celle du XVIIIesiècle, siècle dangereux à consulter à une époque comme la nôtre, paresseuse et pourrie (Lhote, Peint. d'abord,1942, p. 114):
5. Les âmes parisiennes se miraient dans cette pièce qui leur renvoyait, comme un tableau flatteur, l'image de leur fatalisme alangui, de leur nirvâna de boudoir, de leur mœlleuse mélancolie. De volonté, aucune trace. Nul ne savait ce qu'il voulait. Nul ne savait ce qu'il faisait. Rolland, J.-Chr.,Foire, 1908, p. 698.
Qui avantage. Couleurs flatteuses, éclairage flatteur.
,,Miroir flatteur. Miroir où l'on se voit plus beau qu'on est`` (Ac.).
Prononc. et Orth. : [flatœ:ʀ], fém. [-ø:z]. Ds Ac. dep. 1694. Ac. 1694 et 1718 : flateur; cf. aussi Fér. Crit. t. 2 1787. Étymol. et Hist. A. Subst. ca 1220 flateour « personne qui donne des louanges exagérées ou fausses » (Traduction de Martin de Braga, 272 ds T.-L.); B. Adj. 1. mil. xves. flateresse « id. » (Le Mistére du Viel Testament, éd. J. de Rothschild, 35474); 2. a) 1556 « qui berce d'un espoir, d'une illusion » (O. de Saint-Gelais, Sophonisbe, p. 74 ds Œuvres complètes, éd. P. Blanchemain, t. 3 : flatteresse esperance); 1558 flateuse esperance (J. du Bellay, Les Regrets, éd. H. Chamard, t. II, p. 71, 2); b) 1640 flatteur « qui affecte une manière douce, agréable » (Corneille, Cid, II, 5, 537); 3. 1690 « qui représente en beau (p. ex. d'un miroir) » (Fur.). Dér. de flatter*; suff. -eur2*. Fréq. abs. littér. : 990. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 327, b) 1 000; xxes. : a) 918, b) 1 135.

Wiktionnaire

Nom commun - français

flatteur \fla.tœʁ\ masculin (pour une femme, on peut dire : flatteuse, flatteresse)

  1. Personne qui flatte.
    • Car les princes n’ont d’autre moyen d’écarter les flatteurs, que de montrer que la vérité ne peut les offenser ; […]. — (Frédéric II & Voltaire, L’anti-Machiavel, 1739, édition de 1947)
    • D’obséquieux flatteurs le comparaient au prince Noir,à Alcibiade, à César. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 129 de l’édition de 1921)
    • Taisez-vous, flatteur !

Adjectif - français

flatteur \fla.tœʁ\

  1. Qui flatte, qui loue avec exagération.
    • Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur. — (Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro, acte V, scène 3)
    • Un miroir flatteur est un miroir où l’on se voit plus beau qu’on n’est
  2. Qui témoigne l’approbation, la louange, la faveur.
    • L’anecdote est flatteuse pour la gloire de Raschi. Il ne lui manque que d'être vraie, […]. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Avoir les manières flatteuses, c’est avoir les manières douces et insinuantes.
  3. Qui est agréable.
    • […], il fit une seconde halte pour lire ces mots : À la Belle-Étoile, écrits en légende sous une peinture qui représentait le simulacre le plus flatteur pour un voyageur affamé : c’était une volaille rôtissant au milieu d’un ciel noir, […]. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre IV)
    • Le lissage après peignage donne une apparence plus flatteuse à la laine. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature, 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FLATTEUR, EUSE. n.
Celui, celle qui flatte. Les plus dangereux ennemis des grands sont les flatteurs. Un lâche flatteur. Flatteur à gages. Haïr les flatteurs. Fam., Vous êtes un flatteur, une flatteuse se dit pour repousser doucement des éloges qui tiennent de la flatterie et que la modestie ne permet pas d'accepter. On dit de même Taisez-vous, flatteur, flatteuse! Il s'emploie souvent comme adjectif et signifie Qui flatte, qui loue avec exagération. Langage flatteur. Paroles flatteuses. Avoir les manières flatteuses, Avoir les manières douces et insinuantes. Par extension, Miroir flatteur, Miroir où l'on se voit plus beau qu'on n'est. Il signifie aussi Qui témoigne l'approbation, la louange, la faveur. Un murmure flatteur s'éleva dans l'assemblée. Le président lui adressa des paroles flatteuses. C'est une distinction très flatteuse. De la part de ce critique, de tels éloges sont bien flatteurs. Il reçut la récompense la plus honorable et la plus flatteuse. Il signifie encore simplement Qui est agréable. Un espoir flatteur. Une espérance flatteuse. De flatteuses illusions.

Littré (1872-1877)

FLATTEUR (fla-teur, teû-z') adj.
  • 1Caressant par quelque attouchement. Le chien est un animal flatteur. Patte flatteuse et point de dents, Lamotte, Fabl. V, 4.

    Avoir des manières flatteuses, avoir des manières douces, insinuantes.

  • 2Agréable, séduisant. Et mon amour flatteur déjà me persuade Que je le vois assis au trône de Grenade, Corneille, Cid, II, 5. On ne peut néanmoins se défaire d'une idée flatteuse dont on s'est laissé agréablement prévenir, Bossuet, Var. V, § 30. De votre changement la flatteuse apparence M'avait rend tantôt quelque faible espérance, Racine, Bérén. V, 7. Par tes conseils flatteurs tu m'as su ranimer, Racine, Phèdre, III, 1. Quel espoir si flatteur, ou quels heureux destins De vos jours ténébreux ont fait des jours sereins ? Voltaire, Zaïre, I, 1. D'autres [oiseaux] ont des tours de gosier aussi flatteurs ; mais il n'en est pas un seul que le rossignol n'efface par la réunion complète de ces talents divers, et par la prodigieuse variété de son ramage, Buffon, Ois. t. VIII, p. 119, dans POUGENS. Virgile n'a-t-il pas, d'un vers doux et flatteur, De Gallus expirant consolé le malheur ? Chénier, Ép. I.
  • 3Il se dit de ce qui est un témoignage d'approbation, de louange, de faveur. Un murmure flatteur s'éleva dans l'assemblée. Il reçut du prince une distinction flatteuse. C'est ce qui pouvait m'arriver de plus flatteur après l'honneur de votre présence, Voltaire, Lett. Prusse, 9.
  • 4Qui loue avec exagération. Un poëme insipide et sottement flatteur Déshonore à la fois le héros et l'auteur, Boileau, Sat. IX. Je ne retrouvais point ce trouble, cette ardeur Que m'avait tant promis un discours trop flatteur, Racine, Bajaz. I, 3. Il y avait dans l'armée un Dolope nommé Eurymaque, flatteur, insinuant, sachant s'accommoder à tous les goûts et à toutes les inclinations des princes, Fénelon, Tél. XVI. Ils [les princes] deviennent si délicats que tout ce qui n'est point flatteur les blesse et les irrite, Fénelon, ib. XI.

    Miroir flatteur, miroir où l'on se voit plus beau qu'on n'est.

  • 5 S. m. et f. Celui, celle qui cherche à séduire par des louanges. Apprenez que tout flatteur Vit aux dépens de celui qui l'écoute, La Fontaine, Fabl. I, 2. Qu'aux flatteurs on doit partout se prendre Des vices où l'on voit les humains se répandre, Molière, Mis. II, 5. Tout flatteur, quel qu'il soit, est toujours un animal traître et odieux, Bossuet, Var. 5e avert. § 31. M. Jurieu nous parle ici des flatteurs des princes, et il ne songe pas aux flatteurs des peuples, Bossuet, ib. Mais sachez de l'ami discerner le flatteur, Boileau, Art p. I. Le flatteur ne dit rien et ne fait rien au hasard ; mais il rapporte toutes ses paroles et toutes ses actions au dessein qu'il a de plaire à quelqu'un et d'acquérir ses bonnes grâces, La Bruyère, Théoph. II. Détestables flatteurs, présent le plus funeste Que puisse faire aux rois la colère céleste, Racine, Phèdre, IV, 6. Othon, Sénécion, jeunes voluptueux, Et de tous vos plaisirs flatteurs respectueux, Racine, Brit. IV, 2. De l'absolu pouvoir vous ignorez l'ivresse, Et des lâches flatteurs la voix enchanteresse, Racine, Athal. IV, 3. Le flatteur veut s'avancer et faire fortune ; le prince veut être loué et admiré parce qu'il est son premier flatteur, et qu'il porte dans son cœur un poison plus subtil et mieux préparé que celui qu'on lui présente, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. II, p. 121, dans POUGENS.

    Vous êtes un flatteur, une flatteuse, se dit pour repousser doucement des louanges qui ne déplaisent pas, mais que la modestie ne permet pas d'accepter.

    On dit dans le même sens : Taisez-vous, flatteur, flatteuse.

HISTORIQUE

XIIIe s. Li flateres de pute estrace Fait cui il vuet vuidier la place ; S'il vuet, li mieudres est li pires, Rutebeuf, 22.

XIVe s. Flateur soies premierement ; Car c'est le droit commencement Par quoi on puet à bien venir, J. Bruyant, dans Ménagier. t. II, p. 25. Se il le fait pour cause de aucun prouffit aquerir, c'est un lobeur, c'est un flateur, Oresme, Eth. 50.

XVe s. Mais ly menteur et ly flateour N'y [à la cour] osent plus faire demour : Je ne dis pas quanque je pense, Deschamps, Double entendement.

XVIe s. Par ses blanderesses et flateuses persuasions, il attirera la royne mere, Carloix, VIII, 16. Rechercher la bonne grace du menu populaire par caresses et paroles flatteresses, Amyot, Alc. et Cor. comp. Pinceau de painctre ou langue de chien est un flatteur pour avoir bien, Génin, Récréat. t. II, p. 247.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « flatteur »

(Date à préciser) Dérivé de flatter, avec le suffixe -eur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Flatter ; provenç. flataire. L'ancien français flatere et le provençal flataire sont le nominatif ; flateor, flatador est le régime.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « flatteur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
flatteur flatœr

Fréquence d'apparition du mot « flatteur » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « flatteur »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « flatteur »

  • Apprenez que tout flatteur Vit aux dépens de celui qui l'écoute.
    Jean de La Fontaine — Fables, le Corbeau et le Renard
  • Le flatteur n'a pas assez bonne opinion de soi ni des autres.
    Jean de La Bruyère — Les Caractères, Des jugements
  • Le flatteur est comme l'eau de Cologne, fait pour être senti et non avalé.
    Somerset Maugham
  • Le succès flatteur est de conquérir et non de conserver.
    Henri Beyle, dit Stendhal — De l'amour
  • Faire plaisir, n’est-ce pas être menteur, flatteur, courtisan ?
    Alain — Propos sur le bonheur
  • Un flatteur est un ennemi secret.
    Proverbe magyar
  • Le flatteur est proche parent du traître.
    Proverbe basque
  • Le flatteur se fatigue plus que le laboureur.
    Mencius — Livre des livres
  • Mieux vaut ami grondeur que flatteur.
    Proverbe français — Livre du Chevalier de la Tour Landry pour l'enseignement de ses filles
  • Tout flatteur, quel qu’il soit, est toujours un animal traître et odieux.
    Jacques-Bénigne Bossuet — Avertissements aux protestants
Voir toutes les citations du mot « flatteur » →

Traductions du mot « flatteur »

Langue Traduction
Anglais flattering
Espagnol halagador
Italien lusinghiero
Allemand schmeichelhaft
Chinois 恭维
Arabe الإغراء
Portugais lisonjeiro
Russe льстить
Japonais お世辞
Basque flattering
Corse flattu
Source : Google Translate API

Synonymes de « flatteur »

Source : synonymes de flatteur sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « flatteur »

Combien de points fait le mot flatteur au Scrabble ?

Nombre de points du mot flatteur au scrabble : 11 points

Flatteur

Retour au sommaire ➦