La langue française

Adulateur, adulatrice

Sommaire

  • Définitions du mot adulateur, adulatrice
  • Étymologie de « adulateur »
  • Phonétique de « adulateur »
  • Évolution historique de l’usage du mot « adulateur »
  • Citations contenant le mot « adulateur »
  • Traductions du mot « adulateur »
  • Synonymes de « adulateur »
  • Antonymes de « adulateur »

Définitions du mot adulateur, adulatrice

Trésor de la Langue Française informatisé

ADULATEUR, TRICE, subst. et adj.

A.− Emploi subst. Personne qui flatte avec insistance souvent par bassesse ou par intérêt :
1. Et sans cela le plus fidèle imitateur des faiblesses du cœur humain, de ses passions, de ses vices, occupé sans cesse, au milieu d'une société frivole, à la bercer d'illusions, à lui causer d'agréables songes, à la flatter dans tous ses goûts, à colorer ses vices même, ne serait qu'un vil complaisant et qu'un servile adulateur. J.-F. Marmontel, Essai sur les romans,1799, p. 289.
2. ... il la voit placée entre des mécontents et des ingrats; il l'écoute se répéter avec amertume ce vers si connu : J'ai des adulateurs et n'ai pas un ami; il écoute ses sanglots étouffés; il remarque ses larmes encore mal essuyées; il s'éloigne enfin et dit avec vérité : ce n'est pas là qu'est le bonheur. P.-A.F. de Laclos, De l'Éducation des femmes,1803, p. 447.
3. Le pauvre homme est en grande peine, ayant eu le malheur d'irriter contre lui tout ce qui s'appelle en France courtisans, serviteurs, flatteurs, adulateurs, complaisants, flagorneurs et autres gens vivant de bassesses et d'intrigues, lesquels sont au nombre, dit-on, de quatre ou cinq cent mille, tous enrégimentés sous diverses enseignes et déterminés à lui faire un mauvais parti; ... P.-L. Courier, Pamphlets politiques,Aux âmes dévotes de la paroisse de Véretz, 1821, p. 88.
4. Dépendre pour son pain quotidien du monde que l'on redoute ou que l'on déteste, n'est-ce pas se sentir ravalé parmi les parasites, les adulateurs, les courtisans et tous les êtres avilis qui doivent sous peine de mort plaire à un maître, et que l'intérêt fait ramper bassement, même avec la rage dans le cœur. H.-F. Amiel, Journal intime,19 janv. 1866, p. 77.
5. On le rencontrait [d'Argenton] ... entouré de sa cour d'adulateurs et d'exploiteurs... A. Daudet, Jack,t. 1, 1876, p. 296.
Rem. 1. Adulateur est fortement péj.; il est associé paradigmatiquement à courtisan (ex. 3, 4), exploiteur (ex. 5), complaisant (ex. 1, 3), flatteur (ex. 3), serviteur (ex. 3); opposé à ami (ex. 2). 2. Syntagmes : servile adulateur (ex. 1), cour d'adulateurs (ex. 5), avoir des adulateurs (ex. 2).
B.− Emploi adj. :
6. Je suis devin, mes chers amis; L'avenir qui nous est promis Se découvre à mon art subtil. Ainsi soit-il! Plus de poëte adulateur Le puissant craindra le flatteur; Nul courtisan ne sera vil. P.-J. de Béranger, Chansons,t. 1, Ainsi soit-il!, 1829, p. 43.
7. Le commerce le passionnait, le commerce du luxe de la femme, où il entre une séduction, une possession lente par des paroles dorées et des regards adulateurs. Et il raconta, avec des rires de victoire, comment il avait gagné les cinq mille francs sans lesquels, d'une prudence de juif sous les dehors d'un étourdi aimable, il ne se serait jamais risqué à Paris. É. Zola, Pot-Bouille,1882, p. 13.
Rem. Autres syntagmes rencontrés : langage adulateur (P.-L. Courier, Pamphlets politiques, 1824, p. 105), impudence adulatrice (Maine de Biran, Journal, 1816, p. 98), prières adulatrices (G. Sand, Lélia, 1839, p. 442), phrases adulatrices (A. de Lamartine, Nouvelles Confidences, 1851, p. 290).
Prononc. : [adylatœ:ʀ], fém. [-tʀis]. Enq. : /adylatø2 ʀ, -tʀis/.
Étymol. ET HIST. I.− Adulateur. A.− Subst. 1370 « flatteur servile » (Oresme, Éth., IV, ch. 6, 70a, éd. Menut, p. 238 : Mais as adulateurs, mentëeurs, flatëeurs, il donnent moult de choses ou a autres selon aucune autre plaisance ou mauvaise delectation [cf. Aristote, Éth., IV, ch. 1, § 34, éd. Garnier, p. 153 : τ ο ι ́ ς δ ε ́ κ ο ́ λ α ξ ι ν η ̀ τ ι ν α ́ λ λ η ν η ̔ δ ο ν η ̀ ν π ο ρ ι ́ ζ ο υ σ ι π ο λ λ α ́]; se répand à partir du xvies. 1521 « id. » (P. Gring., Men. prop., III ds Gdf. Compl. : adullateur); 1554 « id. » (Gruget, Div. leç., I, XXV, ibid. : Quelqu'un luy demanda [à Diogène le cynique] quelle morsure de beste estoit la plus dangereuse, et luy respondit : quant aux bestes furieuses, celle du mal disant, et quant aux douces, celle de l'adulateur). B.− Adj. 1740 « qui flatte servilement (qualifie des pers.) » (Gresset, Édouard, III, 8 ds DG : peuple adulateur); 1erquart du xixes. « id. » (qualifie des inanimés) (Lamartine, Méd., XIX ds Littré : Si pour caresser sa faiblesse, Sous tes pinceaux adulateurs, Tu parais du nom de sagesse Les leçons de ses corrupteurs...), cet emploi est limité à la poésie et au style soutenu (Ac. 1832). II.− Adulatrice. A.− Subst. 1718 « pers. flatteuse » (Ac. : adulatrice. Celle qui donne d'excessive loüanges pour quelques veuës particulières); B.− Adj. 1820 « qui a pour but de flatter (d'un inanimé) » (Lamartine, Prem. médit., préface ds DG : Cet homme... qui mendiait dans des dédicaces adulatrices l'aumône des riches financiers du temps pour payer ses faiblesses). I empr. au lat. adulator attesté au sens A dep. Sénèque le Père, Controversiae, 7, 3 (18), 9 ds TLL s.v., 876, 46 : Cicero male audiebat tamquam nec Pompeio certus amicus nec Caesari, sed utriusque adulator; cf. 1260-70, Albert. M., Politica, 58r, p. 5369, 2 ds Mittellat. W. s.v., 257, 57 : est enim demagogus δ η ́ μ ο υ adulator... quia in concionibus laudibus populi quaerit placere populo. Pas d'emploi adj. en lat. Le mot sav. adulateur évince le mot demi-sav. adul(i)erres (cas suj.), ca 1270 (Introd. d'astron., Richel. 1353, fo56a ds Gdf. : Il est trichierre et adulierres) / adul(e)eur (cas régime) 1404 « id. » (Christ. de Pisan, Charles V, I, 10, Michaud, ibid. : Comme sont les aduleurs ou flatteurs, portans venin angoisseux). II empr. au lat. adulatrix subst., désignant un inanimé abstr. + datif (Tert., De anima, 51 ds TLL s.v., 877, 4 : alia est... ratio pietatis istius, non reliquiis animae adulatrix sed crudelitatis etiam corporis nomine adversatrix); désignant des pers., emploi abs. (Treb. Pollio, Claud., 3, 7, ibid., s.v. adulator, 376, 61 : adulator... senatus, adulator populus Romanus, adulatrices exterae gentes); pas d'emploi adj. en lat.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 25.
BBG. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Boiss.8. − Bonnaire 1835. − Daire 1759. − Dup. 1961. − Fér. 1768. − Guizot 1864. − Laf. 1878. − Lav. Diffic. 1846. − Sardou 1877. − Sommer 1882. − Synon. 1818.

Wiktionnaire

Nom commun

adulateur \a.dy.la.tœʁ\ masculin (pour une femme on dit : adulatrice)

  1. Celui qui adule.
    • Lâche, vil adulateur.
    • Les adulateurs ont perdu ce prince.
    • C’est un perpétuel adulateur.
    • C’est une grande adulatrice.
    • Ses sentiments à l’endroit de l’empereur ne sont nullement ceux d’un adulateur. — (Revue universitaire, volume 18, partie 2, 1909)

Adjectif

adulateur

  1. (Poésie) ou (Soutenu) Qui adule.
    • Langage adulateur.
    • Vers adulateurs.
    • Au reste, personne n'est assez adulateur pour excuser cette prostitution d'ennoblissements, de titres, de cordons, de places académiques, de grades militaires qui s'aggrave chaque jour. — (Henri Welschinger, La mission secrète de Mirabeau à Berlin, 1786-1787, 1900)

Nom commun

adulatrice \a.dy.la.tʁis\ féminin (pour un homme on dit : adulateur)

  1. Celle qui adule.
    • Le clergé de ce temps n’était pas si chatouilleux que le nôtre, puisqu’il laissa représenter cette pièce pendant le carême de 1537, dans la ville de Bologne, qu’Arétin nomme la Servante des prêtres et l’adulatrice de leurs débauches. — (Dujardin citant l’Aretin, Œuvres choisies de P. Arétin, traduites de l’Italien pour la première fois, Charles Gosselin, 1845, p. VXIII → lire en ligne)

Forme d’adjectif

adulatrice \a.dy.la.tʁis\

  1. Féminin singulier de adulateur.
    • […] loin de la foule adulatrice des courtisans, il venoit se soustraire aux embarras de la grandeur […]. — (William Playfair, La France telle qu’elle est, et non la France de Lady Morgan, H. Nicolle, 1820, p. 98 → lire en ligne)

Nom commun

adulatrice \a.du.la.ˈtri.t͡ʃe\ féminin (pour un homme on dit : adulatore)

  1. adulatrice.

Nom commun

adulatrice \a.dy.la.tʁis\ féminin (pour un homme on dit : adulateur)

  1. Celle qui adule.
    • Le clergé de ce temps n’était pas si chatouilleux que le nôtre, puisqu’il laissa représenter cette pièce pendant le carême de 1537, dans la ville de Bologne, qu’Arétin nomme la Servante des prêtres et l’adulatrice de leurs débauches. — (Dujardin citant l’Aretin, Œuvres choisies de P. Arétin, traduites de l’Italien pour la première fois, Charles Gosselin, 1845, p. VXIII → lire en ligne)

Forme d’adjectif

adulatrice \a.dy.la.tʁis\

  1. Féminin singulier de adulateur.
    • […] loin de la foule adulatrice des courtisans, il venoit se soustraire aux embarras de la grandeur […]. — (William Playfair, La France telle qu’elle est, et non la France de Lady Morgan, H. Nicolle, 1820, p. 98 → lire en ligne)

Nom commun

adulatrice \a.du.la.ˈtri.t͡ʃe\ féminin (pour un homme on dit : adulatore)

  1. adulatrice.

Nom commun

adulatrice \a.dy.la.tʁis\ féminin (pour un homme on dit : adulateur)

  1. Celle qui adule.
    • Le clergé de ce temps n’était pas si chatouilleux que le nôtre, puisqu’il laissa représenter cette pièce pendant le carême de 1537, dans la ville de Bologne, qu’Arétin nomme la Servante des prêtres et l’adulatrice de leurs débauches. — (Dujardin citant l’Aretin, Œuvres choisies de P. Arétin, traduites de l’Italien pour la première fois, Charles Gosselin, 1845, p. VXIII → lire en ligne)

Forme d’adjectif

adulatrice \a.dy.la.tʁis\

  1. Féminin singulier de adulateur.
    • […] loin de la foule adulatrice des courtisans, il venoit se soustraire aux embarras de la grandeur […]. — (William Playfair, La France telle qu’elle est, et non la France de Lady Morgan, H. Nicolle, 1820, p. 98 → lire en ligne)

Nom commun

adulatrice \a.du.la.ˈtri.t͡ʃe\ féminin (pour un homme on dit : adulatore)

  1. adulatrice.

Nom commun

adulatrice \a.dy.la.tʁis\ féminin (pour un homme on dit : adulateur)

  1. Celle qui adule.
    • Le clergé de ce temps n’était pas si chatouilleux que le nôtre, puisqu’il laissa représenter cette pièce pendant le carême de 1537, dans la ville de Bologne, qu’Arétin nomme la Servante des prêtres et l’adulatrice de leurs débauches. — (Dujardin citant l’Aretin, Œuvres choisies de P. Arétin, traduites de l’Italien pour la première fois, Charles Gosselin, 1845, p. VXIII → lire en ligne)

Forme d’adjectif

adulatrice \a.dy.la.tʁis\

  1. Féminin singulier de adulateur.
    • […] loin de la foule adulatrice des courtisans, il venoit se soustraire aux embarras de la grandeur […]. — (William Playfair, La France telle qu’elle est, et non la France de Lady Morgan, H. Nicolle, 1820, p. 98 → lire en ligne)

Nom commun

adulatrice \a.du.la.ˈtri.t͡ʃe\ féminin (pour un homme on dit : adulatore)

  1. adulatrice.

Nom commun

adulatrice \a.dy.la.tʁis\ féminin (pour un homme on dit : adulateur)

  1. Celle qui adule.
    • Le clergé de ce temps n’était pas si chatouilleux que le nôtre, puisqu’il laissa représenter cette pièce pendant le carême de 1537, dans la ville de Bologne, qu’Arétin nomme la Servante des prêtres et l’adulatrice de leurs débauches. — (Dujardin citant l’Aretin, Œuvres choisies de P. Arétin, traduites de l’Italien pour la première fois, Charles Gosselin, 1845, p. VXIII → lire en ligne)

Forme d’adjectif

adulatrice \a.dy.la.tʁis\

  1. Féminin singulier de adulateur.
    • […] loin de la foule adulatrice des courtisans, il venoit se soustraire aux embarras de la grandeur […]. — (William Playfair, La France telle qu’elle est, et non la France de Lady Morgan, H. Nicolle, 1820, p. 98 → lire en ligne)

Nom commun

adulatrice \a.du.la.ˈtri.t͡ʃe\ féminin (pour un homme on dit : adulatore)

  1. adulatrice.

Nom commun

adulatrice \a.dy.la.tʁis\ féminin (pour un homme on dit : adulateur)

  1. Celle qui adule.
    • Le clergé de ce temps n’était pas si chatouilleux que le nôtre, puisqu’il laissa représenter cette pièce pendant le carême de 1537, dans la ville de Bologne, qu’Arétin nomme la Servante des prêtres et l’adulatrice de leurs débauches. — (Dujardin citant l’Aretin, Œuvres choisies de P. Arétin, traduites de l’Italien pour la première fois, Charles Gosselin, 1845, p. VXIII → lire en ligne)

Forme d’adjectif

adulatrice \a.dy.la.tʁis\

  1. Féminin singulier de adulateur.
    • […] loin de la foule adulatrice des courtisans, il venoit se soustraire aux embarras de la grandeur […]. — (William Playfair, La France telle qu’elle est, et non la France de Lady Morgan, H. Nicolle, 1820, p. 98 → lire en ligne)

Nom commun

adulatrice \a.du.la.ˈtri.t͡ʃe\ féminin (pour un homme on dit : adulatore)

  1. adulatrice.

Nom commun

adulatrice \a.dy.la.tʁis\ féminin (pour un homme on dit : adulateur)

  1. Celle qui adule.
    • Le clergé de ce temps n’était pas si chatouilleux que le nôtre, puisqu’il laissa représenter cette pièce pendant le carême de 1537, dans la ville de Bologne, qu’Arétin nomme la Servante des prêtres et l’adulatrice de leurs débauches. — (Dujardin citant l’Aretin, Œuvres choisies de P. Arétin, traduites de l’Italien pour la première fois, Charles Gosselin, 1845, p. VXIII → lire en ligne)

Forme d’adjectif

adulatrice \a.dy.la.tʁis\

  1. Féminin singulier de adulateur.
    • […] loin de la foule adulatrice des courtisans, il venoit se soustraire aux embarras de la grandeur […]. — (William Playfair, La France telle qu’elle est, et non la France de Lady Morgan, H. Nicolle, 1820, p. 98 → lire en ligne)

Nom commun

adulatrice \a.du.la.ˈtri.t͡ʃe\ féminin (pour un homme on dit : adulatore)

  1. adulatrice.

Nom commun

adulatrice \a.dy.la.tʁis\ féminin (pour un homme on dit : adulateur)

  1. Celle qui adule.
    • Le clergé de ce temps n’était pas si chatouilleux que le nôtre, puisqu’il laissa représenter cette pièce pendant le carême de 1537, dans la ville de Bologne, qu’Arétin nomme la Servante des prêtres et l’adulatrice de leurs débauches. — (Dujardin citant l’Aretin, Œuvres choisies de P. Arétin, traduites de l’Italien pour la première fois, Charles Gosselin, 1845, p. VXIII → lire en ligne)

Forme d’adjectif

adulatrice \a.dy.la.tʁis\

  1. Féminin singulier de adulateur.
    • […] loin de la foule adulatrice des courtisans, il venoit se soustraire aux embarras de la grandeur […]. — (William Playfair, La France telle qu’elle est, et non la France de Lady Morgan, H. Nicolle, 1820, p. 98 → lire en ligne)

Nom commun

adulatrice \a.du.la.ˈtri.t͡ʃe\ féminin (pour un homme on dit : adulatore)

  1. adulatrice.

Nom commun

adulatrice \a.dy.la.tʁis\ féminin (pour un homme on dit : adulateur)

  1. Celle qui adule.
    • Le clergé de ce temps n’était pas si chatouilleux que le nôtre, puisqu’il laissa représenter cette pièce pendant le carême de 1537, dans la ville de Bologne, qu’Arétin nomme la Servante des prêtres et l’adulatrice de leurs débauches. — (Dujardin citant l’Aretin, Œuvres choisies de P. Arétin, traduites de l’Italien pour la première fois, Charles Gosselin, 1845, p. VXIII → lire en ligne)

Forme d’adjectif

adulatrice \a.dy.la.tʁis\

  1. Féminin singulier de adulateur.
    • […] loin de la foule adulatrice des courtisans, il venoit se soustraire aux embarras de la grandeur […]. — (William Playfair, La France telle qu’elle est, et non la France de Lady Morgan, H. Nicolle, 1820, p. 98 → lire en ligne)

Nom commun

adulatrice \a.du.la.ˈtri.t͡ʃe\ féminin (pour un homme on dit : adulatore)

  1. adulatrice.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ADULATEUR, TRICE. n.
Celui, celle qui adule. Lâche, vil adulateur. Les adulateurs ont perdu ce prince. C'est un perpétuel adulateur. C'est une grande adulatrice. Il s'emploie quelquefois adjectivement dans la poésie et dans le style soutenu. Langage adulateur. Vers adulateurs.

Littré (1872-1877)

ADULATEUR (a-du-la-teur, tri-s')
  • 1 S. m. et f. Celui, celle qui donne des louanges excessives. L'adulateur qui ne cherche qu'à plaire. Cette femme est une grande adulatrice. Ne soyez à la cour, si vous voulez y plaire, Ni fade adulateur ni parleur trop sincère, La Fontaine, Fab. VII, 7. Comme si c'était être indiscret que de n'être pas adulateur et prévaricateur de son ministère, Massillon, Confér. Scandales. La grandeur, je le sais, ne manque guère d'adulateurs, mais les grands manquent souvent d'amis, Massillon, Villeroy. De leur malheureux roi lâches adulateurs, Voltaire, Marianne, I, 2. De vingt maîtres divers adulateur banal, Millevoye, Indépend. du poëte. Soit qu'il fasse au sénat courir les sénateurs, D'un tyran soupçonneux pâles adulateurs, Boileau, Art. p. II.
  • 2 Adj. Langage adulateur. D'un peuple adulateur l'ardente idolâtrie…, Tout pénétra mes sens de langueur et d'ivresse, Delavigne, Par. I, 1. Si pour caresser sa faiblesse, Sous tes pinceaux adulateurs, Tu parais du nom de sagesse Les leçons de ses corrupteurs…, Lamartine, Médit. XIX.

HISTORIQUE

XIVe s. Celui qui est adulateur ou flateur est ami ou aimé superexcedanment, Oresme, Eth. 242. Adulateurs, menteeurs et flatteurs, Oresme, ib. 109. Et est manifeste que celui qui est ami est autre que n'est le flatteur ou adulateur, Oresme, ib. 300.

XVe s. Comme sont les aduleurs ou flateurs, portans venim angoisseux, Christine de Pisan, Charl. V, I, 10.

SYNONYME

ADULATEUR, FLATTEUR. Qui loue excessivement. On a essayé de trouver une différence, en disant que l'adulateur flatte plus que le flatteur. Là n'est pas la différence. D'abord il y a la distinction qui résulte de leur usage : flatteur est du langage ordinaire, adulateur appartient au langage relevé ; puis le flatteur peut être vrai ; l'adulateur ne l'est pas. Dans la Princesse Aurélie, de C. DELAVIGNE, III, 6, après une tirade où Alphonse peint toute l'ardeur de son amour en rappelant à Aurélie le bonheur que son peuple avait à la revoir, celle-ci lui répond : " Flatteur ! " Adulateur serait un contre-sens.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « adulateur »

(1370) Du latin adulator.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Adulator, de adulari, aduler.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « adulateur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
adulateur adylatœr

Évolution historique de l’usage du mot « adulateur »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « adulateur »

  • Même s’il attaque la falaise, Trump ne compte pas arrêter de ramer. Ces meetings sont sa vie, sa soupape, sa recette qu’il croit encore miracle pour gagner. Sans public adulateur, Narcisse n’existe pas. Mais il y a un hic, un léger pépin technique : tous ces Etats rouges que le candidat a prévu de visiter – hier l’Oklahoma, aujourd’hui l’Arizona, le 14 juillet l’Alabama – sont aujourd’hui frappés de plein fouet par le virus, faute d’avoir pratiqué un confinement strict et mis en place un vrai dispositif de dépistage et de traçage avant de rouvrir leurs économies. L'Obs, Meetings de Trump : la Bérézina du président-Narcisse
  • Le duo ô combien complice Michel Jonasz-Jean-Yves d’Angelo était attendu au coin du bois de la salle Marcel-Sembat à Chalon-sur-Saône par un public de connaisseurs converti en chorale ce vendredi soir. Et à l’instant t surveillé comme le lait sur le feu en entrant en religion selon la liturgie convenable. Ce climat fusionnel ne pouvait donner lieu qu’à un monceau d’émotions partagées, puisées au plus profond de tout adulateur qui se respecte. Info Chalon, Chalon-sur-Saône | Michel Jonasz tout en somptuosité avec Jean-Yves d'Angelo pour le bien commun à Chalon Info Chalon l'actualité de Info Chalon
  • Décidément, tous les chemins partent de La Fontaine et mènent jusqu'à des expressions immortelles. Que ferions-nous sans le fabuliste qui a conservé tant de proverbes venus du fond des siècles ? Dans « la Cour du lion », il conclut ainsi : « Ne soyez à la cour, si vous voulez y plaire, ni fade adulateur, ni parleur trop sincère, et tâchez quelquefois de répondre en normand. » Une réponse de Normand consisterait ici à n'être ni trop sincère ni hypocrite. A cacher son jeu. L'origine proviendrait d'une très ancienne loi normande qui permettait à quelqu'un ayant signé un marché, de s'en dédire dans les vingt-quatre heures. Comme si l'on ne pouvait se fier à la parole d'un Normand, qui pouvait casser un accord. Chez Fontenelle ou Madame de Sévigné, un Normand est devenu synonyme de « rus? ou « madr?. La spécificité de la Normandie avait été reconnue par une charte, en 1315. Celle-ci offrait à la province des garanties en matière juridique, fiscale et judiciaire, et garantissait aux locaux le droit de ne jamais être cités devant une autre juridiction que celle de leur province. Comme une coquille. Une réponse de Normand ne donne pas la moindre prise à celui qui pose la question. leparisien.fr, Une réponse de Normand - Le Parisien
  • Il a si bonne réputation. Généreux, adulateur mais surtout, si loyal! Le chien est décidément l'ami dont a besoin l'Homme. Que celui dont le cœur a été brisé, s'épanche un instant sur cette douce bête. Il y trouvera un amour infaillible. Et ce ne sont pas nos écrivains qui diront le contraire. Le Figaro.fr, Hugo, Voltaire, Houellebecq... Le chien est le meilleur ami des écrivains
  • Un «sycophant» (à l’anglaise) est, comme le traduit pudiquement Google, un flagorneur. En plus de ne pas signifier grand-chose aux Québécois, la définition est encore trop molle. On peut toujours lui préférer flatteur, cajoleur ou adulateur, mais la traduction qui a du sens chez nous est lèche-cul. Ce n’est pas très gracieux, mais ça dit ce que ça dit. Le Journal de Montréal, «Sycophants», nom masculin et féminin, pluriel | JDM
  • Bref, cette tendance immensément lourde à l’anglicisation par la France déférente, et adulatrice de la culture angloaméricaine, cause des dommages irréparables au peuple français, à la France elle-même et à toute la Francophonie. Société Saint-Jean-Baptiste, La franglaisie | Société Saint-Jean-Baptiste
  • Commentaire parfait qui reprend toutes les failles mises en place par nos gouvernants successifs. Il serait temps de foutre dehors de l’UE Pologne dévote et confite, mais autoritaire et Hongrie orbaniste non démocratiques. Pour ces 2 la l’UE consiste à consommer les crédits que nos impôts leur attribuent. Jupiter pourrait et devrait pousser un coup de gueule pour recentrer le destin de cette union de boutiquiers sans foi, et à lois préformées dans un seul sens l’usage autoritaire du pouvoir. Qui paye commande pour une fois un bon usage de la société adulatrice de l’argent. Un si Proche Orient, Orban réécrit l’histoire de la Shoah en Hongrie – Un si Proche Orient
  • La fin justifiant les moyens, les accommodements raisonnables se nouent partout à travers d’honorables orgies politiques, entre les adversaires d’hier, l’Opposition radicale et la Majorité adulatrice, les démocrates et les islamistes, les jeunes espoirs et les vieux dinosaures, pour mettre en place une auguste Assemblée.         , Le temps des accommodements raisonnables et des orgies politiques – Malijet
  • On fait de toi la compagne débauchée du virus, son adulatrice et sa propagatrice, sa femme de mauvaise vie, sa vénéneuse fleur de pavé, sa gagneuse peu précautionneuse. On vous imagine tous deux, à la nuit tombée, dans votre palais des sortilèges, appliqués à préparer des attentats insidieux, des diffusions dolentes, des dévastations lentes et lourdes. On vous fantasme artilleurs de bombes aérosols qui péteront à bas bruit aux nez des joggeurs. On vous cauchemarde terroristes du vivant faisant prospérer le vice sanitaire dans les égouts du quotidien, épandant la contagion par diverses pulvérisations nébuleuses en ce printemps radieux. On vous imagine riants comme des bossus devant l’incertitude qui tue. Et vous moquant des savants qui se chamaillent après n’avoir rien vu venir, des chercheurs qui s’affrontent sans succès, des politiques qui tournent en bourrique, des médecins qui s’épuisent à parer au plus pressé, des soignants qui font comme ils peuvent pour stabiliser les vacillements des sachants. Libération.fr, Lettre à une ex, la saleté - Libération
  • D’un bout à l’autre, une vie dont les roses se hérissèrent d’épines : traînée, fillette, dans les buissons par un voisin ; harcelée, adolescente, par son beau-père ; couvée par une mère qui fut littéralement adulatrice et intime d’Hitler… A contrecœur, parce que ne se retrouvant pas dans les bluettes qui la mettaient en scène, Romy connaîtra la gloire internationale à moins de vingt ans, via la saga des Sissi. Elle comprit que de cet univers-là, il lui fallait s’éloigner, s’en libérer, se rebeller. Romy prit donc le chemin de Paris où, en 1958, elle rencontrera puis s’éprendra d’un Alain Delon à la beauté de dieu. L’amour fou ensorcellera ces jeunes fauves. Ils s’embraseront, se quitteront, se retrouveront, se reperdront mais ne s’oublieront jamais. Une autre Romy naquit de cette liaison devenue légendaire : elle aura les traits d’un orage de charme que zébreront ses coups de foudre. , "C'est d'avoir été orgueilleuse, coléreuse et impatiente que je dois d'avoir réussi" - La Libre
  • Une langue adulatrice est plus acharnée qu’une main meurtrière. De Saint Augustin

Traductions du mot « adulateur »

Langue Traduction
Anglais adulatory
Source : Google Translate API

Synonymes de « adulateur »

Source : synonymes de adulateur sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « adulateur »

Partager