La langue française

Mollir

Sommaire

Définitions du mot mollir

Trésor de la Langue Française informatisé

MOLLIR, verbe

I. − Emploi intrans.
A. − Rare. Devenir mou, s'amollir. Sous ses pieds, il sentait mollir le tapis épais de la loge (Zola, Nana, 1880, p.1208).On posait devant eux l'assiette pleine de pain molli dans l'eau où avaient cuit les pommes de terre (Maupass.,Contes et nouv., t.1, Champs, 1882, p.76):
. ... les murs sont faits avec la terre même de la route, celle de l'oasis entière, une argile rosâtre ou gris tendre, que l'eau rend un peu plus foncée, que le soleil ardent craquelle et qui durcit à la chaleur, mais qui mollit dès la première averse et forme alors un sol plastique où les pieds nus restent inscrits. Gide, Immor., 1902, p.391.
B. − P. anal.
1. [Le suj. désigne une chose] Devenir moins fort, moins violent. Le vent ayant molli, quoique l'horizon fût aussi embrumé, je repris la bordée de terre (Voy. La Pérouse, t.2, 1797, p.231).Le bruit d'ailes mollissait... mollissait... perdu dans les nuages: Didace reposait (Guèvremont, Survenant, 1945, p.81).
2. [Le suj. désigne une pers. ou une partie du corps]
a) Perdre ses forces, s'affaiblir. Une rage le prit, de sentir ses bras mollir dans la souffrance (Zola, Germinal, 1885, p.1485).Elle mollit, chancelle, et renversant la nuque s'affaisse dans l'herbe sous les hauts tilleuls (Martin du G., Thib., Sorell., 1928, p.1186).
b) Faiblir, céder. Alors, Mitouflet, lancez-vous; un tremblement, un tonnerre, ce que vous voudrez! (...). Vos trois cents battoirs en branle, et mettez à l'amende ceux qui molliront (Reybaud, J. Paturot, 1842, p.264).M. Billot sentit sa troupe mollir, et sans hésiter recourut à la manoeuvre suprême (Clemenceau, Iniquité, 1899, p.179).
II. − Emploi trans.
A. − Rendre mou, amollir. André (...) reprit le rouleau [de papier], le tourna et le retourna, et d'instinct il l'abandonna, voyant qu'il le mollissait (Huysmans, En mén., 1881, p.329).
MARINE
Mollir une ligne (un cordage, une amarre, etc.). Laisser filer, donner du mou afin de diminuer la tension. Roland préparait les lignes tout en surveillant la marche de l'embarcation, qu'il dirigeait d'un geste ou d'un mot: «Jean, mollis» (Maupass., Pierre et Jean, 1888, p.293).À chaque instant par ces froids il se produit à bord (...) des détonations brusques et violentes... par précaution je fais mollir les rides des haubans (Charcot, Expéd. antarct. fr., 1906, p.151).
Mollir la barre. ,,Action de mettre sous le vent la barre d'un navire au plus près, afin d'en ralentir la vitesse et empêcher qu'il ne plonge avec trop de violence dans une lame s'avançant à sa rencontre`` (Soé-Dup. 1906).
B. − Au fig. Tout le monde mollissait nos résolutions. Le matin, au magasin (Michelet, Journal, 1852, p.191).
REM.
Mollissant, -ante, part. prés. en emploi adj.Qui devient mou. Je me disais, en frappant du front, comme un jeune bélier, la brise mollissante: − C'est le printemps. Un nouveau printemps en moi (Sainte-Beuve, Volupté, t.2, 1834, p.172).
Prononc. et Orth.: [mɔli:ʀ], (il) mollit [mɔli]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Trans. 1. 2emoitié xiiies. «rendre mou» (Médicinaire liégeois, éd. J. Haust, 1. 494 et 1088); 2. 1555 «affaiblir, faire céder» (Ronsard, Odes, Livre I, VI, var. vers 97, éd. P. Laumonier, t.1, p.96: molir le courage [cf. déjà 1552, Amours, CXVI, 10, ibid., t.4, p.114: Mollis un peu le roc de ton courage]); 3. a) 1691 mar. «lâcher progressivement (un cordage tendu)» (Ozanam, p.306); b) 1820 id. mollir la barre (Will., p.266). B. Intrans. 1. 1462 «devenir mou» (Villon, Testament, éd. J. Rychner et A. Henry, vers 323); 2. 1669 «céder, manquer de fermeté» (Molière, Tartuffe, vers 622, Grands Écrivains de la France, t.4); 3. 1683 «manquer de force, faiblir, fléchir» (Boileau, Lutrin, éd. Ch.-H. Boudhors, V, 198). Dér. de mou1, mol, molle*; dés. -ir. Fréq. abs. littér.: 126.
DÉR.
Mollissement, subst. masc.Action de mollir, résultat de cette action. Il n'avait rien vu, il n'avait pas compris ce mollissement de tout son être (Aragon, Beaux quart., 1936, p.302).[mɔlismɑ ̃]. 1reattest. 1599 (H. Hornkens, Rec. de dict. fr., esp. et lat.); de mollir, suff. -(e)ment2*.

Wiktionnaire

Verbe

mollir \mɔ.liʁ\ intransitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Devenir mou.
    • Le fruit nommé cul-de-chien, nèfle d'Allemagne, est astringent avant sa maturité ; lorsqu'il a molli sur la paille c'est un aliment fort agréable ; […]. — (Édouard Adolphe Duchesne, Répertoire des plantes utiles et des plantes vénéneuses du globe, Paris, Jules Renouard, 1836, page 249)
    • Sur la pente des toits exposés au soleil, la neige commença à mollir, puis elle fondit presque aussitôt et un bruit d'eau dégorgeant des chanlates ou ruisselant des tuiles sur la chaussée, annonça le dégel. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 157)
  2. (Par analogie) Manquer de force ; faiblir ; fléchir.
    • Le vent, qui parfois mollissait, reprenait bientôt avec plus de rage, au milieu de grains de grêle et de neige. — (Frédéric Zurcher et Élie-Philippe Margollé, Les Naufrages célèbres, chap. 19, Hachette, Paris, 1873, 3e édition, 1877, p. 184)
    • En un tour de main, j'insérai une K7 vierge dans la caméra, attrapai mon voile noir et dévalai l'escalier, me retenant à la rampe tant mes jambes mollissaient. — (Anne-Isabelle Tollet, La mort n'est pas une solution: Asia Bibi condamnée à la pendaison pour blasphème, Éditions du Rocher, 2015)
    • Les troupes mollissaient et commençaient à plier.
  3. (Figuré) Céder trop aisément dans une occasion où il faudrait avoir de la fermeté.
    • Il ne faut pas mollir dans cette affaire.
    • Il se pique de fermeté, mais je l’ai vu mollir dans une occasion importante.
  4. (Transitif) (Marine) Rendre plus mou ; détendre.
    • mollir un cordage.
    • mollir la barre.

Verbe

mollir \mɔl.ˈlir\ (voir la conjugaison)

  1. Mollir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MOLLIR. v. intr.
Devenir mou. Faire mollir à la cuisson. Il signifie, par analogie, Manquer de force, faiblir, fléchir. Ce cheval aura peine à fournir sa course, il commence à mollir. Le vent mollissait contre les voiles. Les troupes mollissaient et commençaient à plier. Il signifie figurément Céder trop aisément dans une occasion où il faudrait avoir de la fermeté. Il ne faut pas mollir dans cette affaire. Il se pique de fermeté, mais je l'ai vu mollir dans une occasion importante. Il s'emploie aussi transitivement, en termes de Marine, et signifie Rendre plus mou, détendre. Mollir un cordage. Mollir la barre.

Littré (1872-1877)

MOLLIR (mo-lir) v. n.
  • 1Devenir mou. Ces fruits commencent à mollir.
  • 2Manquer de force, faiblir, fléchir. Ce cheval n'ira pas jusqu'au bout de la course, il commence à mollir. Prêts à les repousser, les plus hardis mollissent, Boileau, Épître XI. Le livre [un Quinault lancé contre le chanoine Évrard] sans vigueur mollit contre sa tête, Boileau, Lutr. V. Leur courage mollit dans cet éloignement de leur patrie, Raynal, Hist. phil. VIII, 35.

    Terme de manége. Se dit d'un cheval dont la jambe est faible et qui bronche souvent.

  • 3 Terme de marine. Le vent mollit lorsqu'il tombe ou diminue de force ; on le dit aussi d'une grosse mer.

    Mollir se dit de l'état de la nage ou vogue, quand elle est moins énergique.

  • 4 Fig. Céder trop facilement, ne pas garder de fermeté. Je ne compatis point à qui dit des sornettes, Et dans l'occasion mollit comme vous faites, Molière, Tart. II, 3. C'est à moi à m'humilier, mais non pas à mollir, Bossuet, Lett. quiét. 36. Nous verrons que M. Dupin ne fait que mollir en faveur de Nestorius et dissimuler ses erreurs, Bossuet, Rem. hist. Conc. II, 6. Si c'était un homme capable de mollir quelquefois sur l'article du devoir…, Bourdaloue, Pens. t. I, p. 407. Persuadé que, si dans les commencements il mollissait en la moindre chose, tout le monde lui tomberait sur les bras, Rollin, Hist. anc. Œuvr. t. VI, p. 174, dans POUGENS. Maintenant qu'il [le P. de la Tour] était à la tête du parti [janséniste], tout était perdu s'il mollissait, Saint-Simon, 154, 33. Quand l'esprit humain s'est emporté longtemps aux dernières fureurs, il mollit vers la patience et l'indifférence ; on le voit dans chaque particulier et dans les nations entières, Voltaire, Mœurs, 138. Il mollissait contre ma résistance, Rousseau, Hél. VI, 3. D'autres amis plus fermes, plus jaloux de mon honneur philosophique, m'exhortaient à ne pas mollir, Marmontel, Mém. VIII.
  • 5 V. a. Terme de marine. Diminuer la raideur d'un câble ou d'une manœuvre quelconque, en la faisant filer.

    Mollir la barre du gouvernail, la rapprocher de l'axe du bâtiment.

HISTORIQUE

XVIe s. Un mesme soleil mollit la cire et endurcit la fange, Yver, p. 622.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MOLLIR, v. neut. (Gramm) c’est devenir mol. Voyez l’article Mol.

Mollir, (Marine.) c’est lâcher une corde afin qu’elle ne soit pas si tendue. Mollir se dit aussi du vent, lorsqu’il diminue & n’est pas si fort.

Mollir sous l’homme, (Maréchal.) se dit d’un cheval qui diminue de force en allant. On dit aussi qu’il mollit, ou que sa jambe mollit, lors qu’il bronche souvent.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « mollir »

Du latin mollire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Génev. mouler, se comporter lâchement, caponner ; du lat. mollire, rendre mou, de mollis, mou.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « mollir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mollir mɔlir

Citations contenant le mot « mollir »

  • PSA cherche encore le bon réglage pour l'extension du télétravail chez ses salariés, mais n'entend pas mollir sur le tempo. Le constructeur automobile avait créé la surprise en annonçant le 6 mai, avant même la fin du confinement, son intention de faire du travail à distance « la référence pour tous les collaborateurs non liés directement à la production ». Une décision qui doit concerner à terme 40.000 personnes, dont 18.000 en France, sur un total d'environ 200.000 employés dans le monde. Les Echos, PSA va généraliser le télétravail dès la rentrée | Les Echos
  • « Les skippers se trouvent actuellement dans du vent de sud-ouest assez soutenu puisqu’il y a quand même 25/30 nœuds et à des allures assez proches de 90 degrés du vent donc ils avancent vite. C’est une nuit ou chacun fait attention au passage du front donc une nuit encore agitée avant de trouver un vent qui va mollir rapidement ce matin et dans la matinée en basculant ouest puis nord-ouest. Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère, IMOCA - Vendée Arctique Les Sables 2020 - Ruyant, premier de cordéeAdonnante.com – Surfez sur l'Actualité Voile Sportive – Course au Large – America's Cup – Voile Légère | Surfez sur l'actualité voile sportive
  • Non, le virus est en train de mollir. S’il était actif on l’aurait vu après la fête de la musique. Je pense qu’il faut rendre obligatoire les masques, c’est une mesure qui aurait dû être prise avant. C’est à l’hiver que la situation va poser problème avec le retour de la grippe et les autres infections. , ENTRETIEN. « Le Ségur c’était l’occasion de réformer en profondeur », selon Jean-Paul Hamon - Redon.maville.com
  • Ainsi après un bord vers le Nord-Est lors du dernier coucher de soleil pour se dégager de l’axe anticyclonique, les solitaires regroupés au passage de la marque virtuelle Gallimard, ont pu faire de l’Est avant de piquer sur Les Sables-d’Olonne. Et depuis 21h00, le rythme s’est emballé ! Et ne devrait plus mollir jusqu’à la bouée Nouch Sud… Une arrivée au cœur de la nuit prochaine avec des écarts qui ne devraient pas excéder la demie heure, voire le quart d’heure entre les trois premiers. Soit autour de 0,001 % de delta ! On va se croire à la finale du 100 mètres des Jeux Olympiques… voilesetvoiliers.ouest-france.fr, Vendée-Arctique-Les Sables. Charal en pole position à 300 milles de l’arrivée

Traductions du mot « mollir »

Langue Traduction
Anglais soften
Espagnol ablandar
Italien ammorbidire
Allemand erweichen
Chinois 软化
Arabe تليين
Portugais suavizar
Russe смягчают
Japonais 柔らかくする
Basque leundu
Corse suavizza
Source : Google Translate API

Synonymes de « mollir »

Source : synonymes de mollir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « mollir »

Partager