La langue française

Endurcir

Sommaire

  • Définitions du mot endurcir
  • Étymologie de « endurcir »
  • Phonétique de « endurcir »
  • Évolution historique de l’usage du mot « endurcir »
  • Citations contenant le mot « endurcir »
  • Traductions du mot « endurcir »
  • Synonymes de « endurcir »
  • Antonymes de « endurcir »

Définitions du mot endurcir

Trésor de la Langue Française informatisé

ENDURCIR, verbe trans.

A.− Domaine du toucher,vx, rare. Durcir progressivement, rendre physiquement plus résistant, plus solide. (Quasi-)synon. durcir; anton. amollir, assouplir, attendrir.[Les contrées] où une carapace calcaire, une croûte latéritique (...) ont endurci et stérilisé la surface (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum.,1921, p. 13).
[En partic. l'obj. désigne la peau, les muscles, les tissus] Rendre plus épais, plus rugueux, plus racorni. La peau noircie par le soleil et endurcie par les intempéries de l'air (Balzac, Méd. camp.,1833, p. 95).Ces ampoules qui finalement endurcissent les tissus (Audiberti, Quoat,1946, 2etabl., p. 66).
Emploi pronom. à sens passif. Tout le tissu graisseux et cellulaire s'empâte; quelquefois même il s'endurcit au point de gêner toutes les fonctions (Cabanis, Rapp. phys. et mor.,t. 2, 1808, p. 56).
B.− Domaine de la sensibilité physique et/ou morale.Rendre plus endurant à la fatigue, au mal, à une épreuve morale. Synon. aguerrir, fortifier, tremper.Essaie plutôt, si tu peux, d'endurcir ta patience et ton courage. Habitue-toi à subir convenablement ce qui est nécessaire (Taine, Notes Paris,1867, p. 267).Le nomadisme endurcit le corps par l'adaptation constante qu'il réclame (Mounier, Traité caract.,1946, p. 82):
1. Bien qu'ils eussent un tempérament solide, Pécuchet voulait comme un Spartiate les endurcir encore, les accoutumer à la faim, à la soif, aux intempéries, et même qu'ils portassent des chaussures trouées afin de prévenir les rhumes. Flaubert, Bouvard et Pécuchet,t. 2, 1880, p. 152.
Endurcir + compl. d'obj. dir. + compl. prép.
Endurcir qqn à qqc.C'est dans ton intérêt que nous te battrons, afin de t'endurcir aux coups (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 108).Plutarque dit (...) qu'il faut endurcir son âme à la douleur et son estomac à la faim (Dumas père, Reine Margot,1847, I, 6, p. 14).Emploi passif. On sait qu'il n'avait plus de souliers, mais ses pieds nus étaient endurcis aux rochers (Hugo, Travaill. mer,1866, p. 351).Endurci aux rigueurs canadiennes (H. Bazin, Vipère,1948, p. 98).
Endurcir qqn contre qqc. (plus rare).Comme ces peuples barbares qui plongeoient leurs enfans dans les fleuves, pour les endurcir contre les fatigues de la vie (Chateaubr., Génie,t. 1, 1803, p. 187).
Emploi pronom. réfl.
En emploi abs. Ils [les enfants spartiates] couchent sur un tas de roseaux (...) un futur soldat doit s'endurcir (Taine, Philos. art.,t. 2, 1865, p. 186):
2. ... il partait de nuit, il faisait nuit quand il rentrait, mais l'habitude est vite prise. On sent moins la chaleur, on souffre moins du froid. (...) Aimé, avec le temps, s'était plutôt fortifié. Il s'était hâlé, bruni au soleil, et endurci sous les averses. Ramuz, Aimé Pache, peintre vaudois,1911, p. 25.
S'endurcir à qqc.Il (...) semblait (...) d'une faible complexion; mais (...) à l'épreuve des grandes fatigues dans les Alpes, (...) [il] s'y était endurci (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 1, 1823, p. 1072).
S'endurcir contre qqc. (vx).Quand les peuples du nord bravent les inconvénients de leur climat, ils s'endurcissent singulièrement contre tous les genres de maux (Staël, Allemagne,t. 1, 1810, p. 53).Il se retrempoit (...) dans ses malheurs passés, pour s'endurcir contre son malheur présent (Chateaubr., Natchez,1826, p. 429).
C.− Domaine de l'affectivité ou du comportement moral et spirituel
1. [Le compl. d'obj. dir. désigne une pers. ou un attribut de la pers., tel que le cœur, l'âme] Rendre progressivement moins accessible ou inaccessible à des sentiments humains (sympathie, bienveillance, bonté, tendresse, douceur, pitié, etc.). (Quasi-)synon. dessécher, fermer, racornir, refroidir; anton. adoucir, attendrir, émouvoir, toucher.Assez bon pour que le mal dont il souffre n'endurcisse pas son cœur contre ceux qui le lui causent (Cottin, C. d'Albe,1799, p. 188):
3. Peut-être (...), si je lui parle, se laissera-t-il fléchir. Il est bon, il est tendre. Si la politique ne l'avait pas endurci, s'il n'avait pas subi l'influence des Jacobins, il n'aurait point eu de ces sévérités qui m'effraient... France, Les Dieux ont soif,1912, p. 226.
P. anal. [L'obj. désigne un animal] Ses épreuves cruelles n'endurcissent pas son cœur; elle [l'alouette] reste bonne autant que gaie, sociable et confiante (Michelet, Oiseau,1856, p. 199).
Emploi abs. Les plaisirs épars qui endurcissent, (...) Les poursuites mondaines qui dissipent et dessèchent (Sainte-Beuve, Volupté,t. 2, 1834, p. 141).
Emploi pronom.
Devenir dur ou plus dur, moins humain, dans ses sentiments, dans son comportement. Le cœur de la malheureuse fillette (...) avait donc résorbé silencieusement ses peines, sans avoir jamais pu se barricader ni s'endurcir (Bloy, Femme pauvre,1897, p. 31):
4. Mais, après ces longues alertes, il semblait que le cœur de chacun se fût endurci et tous marchaient ou vivaient à côté des plaintes comme si elles avaient été le langage naturel des hommes. Camus, La Peste,1947, p. 1308.
S'endurcir dans + subst. abstr.S'enferrer dans (une façon de penser ou d'agir), s'opiniâtrer dans, s'obstiner (à vivre) dans, sans en éprouver de remords. S'endurcir dans le mal, dans le crime. Loin d'être rentré dans le giron de l'« absolutisme », je me suis endurci dans ma faute constitutionnelle (Chateaubr., Essai Révol.,t. 1, 1797, p. XXXIX).Il s'y endurcit [dans l'action indépendante] d'autant plus, avec l'opiniâtreté du superbe qui ne consent point à s'infliger un démenti ni à s'avouer même secrètement son tort (Blondel, Action,1893, p. 364).
Rem. 1. La forme passive (être) endurci dans (le mal, le crime) a le même sens. La noirceur d'âme d'un scélérat endurci dans le crime (Marat, Pamphlets, Charlatans mod., 1791, p. 285). Tu es un stoïcien, non pas endurci, entêté, obstiné dans son point de vue; mais un stoïcien d'instinct (Amiel, Journal, 1866, p. 252). 2. On rencontre ds la docum. une constr. avec un compl. circ. où dans signifie « parmi ». On s'endurcit dans la société des gens durs et froids (Delacroix, Journal, 1853, p. 39).
2. [Le compl. d'obj. dir. désigne un inanimé abstr.] Rendre plus dur, plus sec. Anton. adoucir.Dès lors, elle eut une fermeté sereine, mais que l'habitude n'endurcit point (Goncourt, Sœur Philom.,1861, p. 136).
D.− RELIG. JUDÉO-CHRÉT.
1. [Le suj. désigne Dieu] Abandonner à lui-même, par une épreuve, l'homme ou le peuple qui s'est séparé de Dieu, qui refuse de se convertir, de s'ouvrir à la Grâce. Dieu endurcit le cœur des pécheurs; Dieu avait endurci le cœur de Pharaon (Ac.1798-1932).[P. réf. à l'Exode, passim, à Isaïe 6/9 et à saint Paul, Romains 9/18] Dieu fait miséricorde à qui il veut, il endurcit qui il veut. C'est par cette ignorance, par ces ténèbres qu'il [Israël] fut le peuple élu. Ainsi peut-on comprendre la parole d'Isaïe : « J'ai endurci leur cœur pour qu'ils n'entendent pas ma parole » (Weil, Pesanteur,1943, p. 168):
5. Le pire, c'est la perfidie avec laquelle ce dieu envoie son prophète pour aveugler les hommes, afin d'avoir une raison pour les faire souffrir. « Va, endurcis le cœur de ce peuple, bouche ses yeux et ses oreilles, de peur qu'il ne comprenne, qu'il ne se convertisse et ne recouvre la santé. (...) » Rolland, Jean-Christophe,Dans la maison, 1909, p. 998.
Emploi passif. Je pense à l'apostrophe d'Isaïe encore, au rebelle : « Sachant que tu es endurci, et que ton col est une barre de fer, et que tu as un front d'airain... » (Durry, Nerval,1956, p. 179).
Emploi abs. Quand Dieu endurcit, il n'est pas source mais juge du péché (Théol. bibl.1970, s.v. endurcissement).
2. [Le suj. désigne le pécheur] Fermer au repentir, à l'action de la Grâce. L'épreuve n'est pas toujours une bénédiction. Il y a des âmes qu'elle endurcit (Monod, Sermons,1911, p. 240).
Emploi pronom. Perdre progressivement le sens de Dieu, l'aptitude du discernement spirituel, se fermer à l'action de la grâce.
[Avec ell. du pronom] Ne laissez pas endurcir votre cœur; car au-dessus du malheur d'être coupable, il y a encore le malheur de ne pas se repentir (Cottin, Mathilde, t. 1, 1805, p. 189).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃dyʀsi:ʀ], (j')endurcis [ɑ ̃dyʀsi]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Début xiies. intrans. « devenir dur (ici en parlant de l'herbe qui sèche) » (Psautier Oxford, 89, 6 ds T.-L.); 1579 [éd.] trans. « rendre plus dur (ici un métal par la trempe) » (Paré, Œuvres, éd. Malgaigne, livre 9, chap. 16, p. 182); 1559 « rendre plus endurant aux épreuves physiques » (Amyot, Philop., 21 ds Littré); 2. ca 1170 trans. « rendre insensible » (Rois, éd. E. R. Curtius, livre 1, VI, 6 : Purquei endurcissez vos quers ...?). Dér. de durcir*; préf. en-*. Fréq. abs. littér. : 105.

Wiktionnaire

Verbe

endurcir \ɑ̃.dyʁ.siʁ\ transitif ou pronominal 2e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’endurcir)

  1. Rendre dur.
    • Donner une nouvelle trempe à du fer pour l’endurcir davantage.
    • Le corail s’endurcit à l’air.
    • La plante des pieds s’endurcit à la marche.
  2. (Par extension) Rendre fort, rendre robuste.
    • Le travail endurcit le corps.
  3. (Figuré) Accoutumer à ce qui est dur, fâcheux, pénible.
    • Il est bon d’endurcir de bonne heure les jeunes gens au travail, aux intempéries de l’air, aux privations.
    • S’endurcir à la peine.
    • S’endurcir à la douleur, à la fatigue.
    • S’endurcir aux injures, aux affronts.
  4. (Par extension) Contracter une mauvaise habitude, au point de n’en avoir ni honte, ni remords.
    • S’endurcir dans le vice, dans le crime.
    • S’endurcir au crime.
  5. Rendre impitoyable, insensible.
    • L’avarice lui avait endurci le cœur.
    • S’endurcir aux misères d’autrui.
    • Un cœur qui s’est endurci.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ENDURCIR. v. tr.
Rendre dur. Le grand air endurcit certaines pierres. Donner une nouvelle trempe à du fer pour l'endurcir davantage. Le corail s'endurcit à l'air. La plante des pieds s'endurcit. Il signifie, par extension, Rendre fort, rendre robuste. Le travail endurcit le corps. Il signifie au figuré Accoutumer à ce qui est dur, fâcheux, pénible. Il est bon d'endurcir de bonne heure les jeunes gens au travail, aux intempéries de l'air, aux privations. S'endurcir à la peine. S'endurcir à la douleur, à la fatigue. S'endurcir aux injures, aux affronts. S'endurcir dans le vice, dans le crime, Contracter l'habitude du vice, du crime, au point de n'en avoir plus de honte, de remords. On dit aussi S'endurcir au crime. Il signifie aussi Rendre impitoyable, insensible. L'avarice lui avait endurci le cœur. S'endurcir aux misères d'autrui. Un cœur qui s'est endurci. Dans le langage de l'Écriture, Dieu endurcit le cœur des pécheurs, Il ferme leur cœur aux bonnes inspirations, il les abandonne à leur égarement. Dieu avait endurci le cœur de Pharaon. Le participe passé

ENDURCI, IE, s'emploie comme nom et se dit de Ceux qui ont perdu tout sentiment de piété. Ces hommes ne peuvent goûter les vérités évangéliques : ce sont des endurcis.

Littré (1872-1877)

ENDURCIR (an-dur-sir) v. a.
  • 1Rendre dur. Le grand air endurcit certaines pierres.

    Fig. Donner une dureté morale. Ma place ne m'a pas encore endurcie ; je sens tout trop vivement, Maintenon, Lettre au card. de Noailles, 5 avril 1700. La tendresse de cœur se perd souvent, parce que les passions et le commerce des hommes politiques endurcissent insensiblement les jeunes gens qui entrent dans le monde, Fénelon, Éduc. filles, ch. 5. La multitude des malheureux vous endurcit à leurs misères, Massillon, Car. Aumône. C'est que le même zèle qui nous attache au prince nous endurcit souvent envers le public, Massillon, Or. fun. Villeroy.

    Il se dit, dans le même sens, des sentiments, du cœur, etc. Sans mentir, Monseigneur, si vous ne vous êtes bien endurci le cœur parmi les Suédois…, Voiture, Lett. 67. Il faut agir de force avec de tels esprits, Seigneur ; et qui les flatte endurcit leur mépris, Corneille, Héracl. I, 1. Endurcis-toi le cœur, sois arabe, corsaire…, Ne va point sottement faire le généreux, Boileau, Sat. VIII. Un cœur qu'ont endurci la fatigue et les ans, Racine, Bajaz. I, 1. Endurcir les esprits contre l'humanité, Voltaire, M. de Cés. I, 1. Les Musulmans altiers, trop longtemps vos vainqueurs, Ont changé la Sicile, ont endurci vos mœurs, Voltaire, Tancr. I, 4.

    Absolument. Au milieu des grandeurs, qui endurcissent toujours, ils nous trouvaient sensibles, Montesquieu, Lett. pers. 74.

  • 2Rendre résistant, robuste, capable de supporter. S'exposer aux intempéries des saisons est ce qui endurcit le corps.

    Absolument. Il n'y a rien qui endurcisse comme le travail des champs.

  • 3S'endurcir, v. réfl. Devenir dur. Le corail s'endurcit à l'air.
  • 4 Fig. Contracter une dureté morale. S'endurcir au crime. Mon cœur s'est endurci par toutes mes disgrâces, Rotrou, Vencesl. II, 2. Ceux qui s'endurcissent contre la foi de nos pères, Bossuet, Messe. Autant qu'ils se seront endurcis aux malheurs des pauvres, autant Dieu les laissera-t-il s'endurcir à leur propre malheur, Bourdaloue, Exhort. char. envers les pauvres, t. I, p. 50. Ce héros… Qui ne connaît de pleurs que ceux qu'il fait répandre, Qui s'endurcit contre eux dès l'âge le plus tendre, Racine, Iphig. IV, 1. Les hommes corrompus s'endurcissent contre ce qui pourrait les toucher, Fénelon, Tél. XX. En cherchant à s'endurcir contre les cris de sa conscience, Massillon, Car. Avenir.
  • 5Devenir résistant à la fatigue, apprendre à supporter. Montrez-lui comme il faut s'endurcir à la peine, Corneille, Cid, I, 7. Son corps s'endurcissait chaque jour, Fénelon, Tél. XVII.

    Par extension. Il avait acquis avec art l'habitude de n'être pas aisément troublé, et s'était endurci aux distractions, Fontenelle, Tschirnhaus.

HISTORIQUE

XIIe s. Pur quei endurcissez vos quers [cœurs] cume fist Egypte e li reis Pharaun de Egypte ? Rois, p. 21.

XIIIe s. Et gloutonnie la vilaine, Luxure, peresce et envie, Et avarice l'endurcie, Et toute leur pourrie graine, J. de Meung, Tr. 107. Il apele à sa merci ceus qui endurcissent en pechié, Psautier, f° 77.

XIVe s. En ce chastel avoit maint Englois endurci De guerre demener et le may et l'avril, Guesclin. 21637.

XVIe s. Endurcissez le à la sueur, au froid, aux hazards, Montaigne, I, 183. Il dressoit et endurcissoit fort sa personne tous les jours à l'exercice des armes, Amyot, Philop. 21.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « endurcir »

(1100-50) Dérivé de durcir avec le préfixe en-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

En 1, et durcir ; Berry, endurzir ; provenc. endurzir, indurzir ; catal. endurir ; espagn. endurecer ; ital. indurire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « endurcir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
endurcir ɑ̃dyrsir

Évolution historique de l’usage du mot « endurcir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « endurcir »

  • Il faut s'endurcir, sans jamais se départir de sa tendresse. De Ernesto "Che" Guevara
  • Pour s'endurcir, il faut soumettre le corps à beaucoup d'effort et de fatigue, et s'habituer à résister à tout ce qui peut l'affecter, quelque rudement que ce soit. De Arthur Schopenhauer / Aphorismes sur la sagesse dans la vie
  • Bart fait encore les frais des pensées obscènes de son père ! Homer a des doutes : il pense que son fils pourrait devenir homosexuel. Totalement opposé à cette éventualité, il décide alors de l'endurcir. Pour cela, il lui fait passer toutes sortes de tests ridicules, dont l'un consiste à tuer un renne de sang-froid. Heureusement, l'animal et ses copains se sont rebellés, empêchant la famille Simpson d'agir ainsi. Ce qui signifie tout de même qu'en plus de le battre, Homer veut décider des choix amoureux de Bart à sa place. Décidément, ce gros mangeur de donuts perd peu à peu sa place dans notre coeur... melty, Les Simpson : Voici les pires choses faites par Homer dans la série | melty

Traductions du mot « endurcir »

Langue Traduction
Anglais harden
Espagnol endurecer
Italien indurire
Allemand härten
Chinois 硬化
Arabe تصلب
Portugais endurecer
Russe затвердеть
Japonais 硬化する
Basque harden
Corse endurite
Source : Google Translate API

Synonymes de « endurcir »

Source : synonymes de endurcir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « endurcir »

Partager