La langue française

Échauffé, échauffée

Définitions du mot « échauffé, échauffée »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉCHAUFFÉ, ÉE, part. passé, adj. et subst.

I.− Part. passé de échauffer*.
II.− Adj. et subst.
A.− Domaine physique
1. [En parlant d'une pers., d'une partie du corps]
a) Dont la chaleur naturelle s'est élevée sous l'effet de différents facteurs; qui a reçu une impression de chaleur intérieure. Frédéric soufflait, échauffé, vieux (Châteaubriant, M. Lourdines,1911, p. 235).
b) PATHOL. Qui est victime d'un malaise, d'une irritation; en particulier qui est atteint de constipation. Mon sang est échauffé et ma tête lourde (Maine de Biran, Journal,1816, p. 134).Cette frêle machine de Voltaire, ce peu de tempérament, et toujours échauffé, qui l'oblige à se médicamenter sans cesse (Sainte-Beuve, Nouv. lundis,t. 7, 1863-69, p. 440).
c) [En parlant d'un inanimé rel. au visage] Qui est rouge, en particulier qui a des taches rouges, des boutons révélant un malaise plus général. M. Gosselin avait les traits fatigués, le teint échauffé (Flaub., 1reÉduc. sent.,1845, p. 187).
2. [En parlant d'une substance] Qui s'est altéré, qui a fermenté. Bois échauffé. Nos farines se trouvoient (...) échauffées (Dentrecasteaux, Voy. rech. La Pérouse,1808, p. 509).
3. Subst. masc. État d'un corps, d'une substance qui, sous l'action d'une trop forte chaleur ou d'une fermentation, dégage une certaine odeur. Ce peuple s'était mis en tas (...) et il en sortait une odeur d'échauffé (Pourrat, Gaspard,1922, p. 109).
B.− Au fig.
1. [En parlant d'une pers., d'une collectivité ou d'un inanimé qui s'y rapporte] Qui est passionné, animé de sentiments ardents. Cervelle, imagination, tête échauffée. Le second service trouva donc les esprits tout à fait échauffés (Balzac, Peau chagr.,1831, p. 52):
Sur les visages et dans les propos, le désintéressement d'amateurs blasés. Seuls, deux abbés paraissaient échauffés... De Vogüé, Les Morts qui parlent,1899, p. 281.
Emploi subst., fam. ou péj. Personne passionnée de façon excessive pour quelque chose qui n'en vaut pas la peine ou qui n'est pas réalisable. Quelques échauffés ne parlaient que de rompre (Jaurès, Paix menacée,1914, p. 330).
2. [En parlant d'une affaire, d'un événement] Qui est très animé. Conflit féminin, tendu, échauffé (Colette, Jumelle,1938, p. 130).
Prononc. et Orth. : [eʃofe]. Ds Ac. 1694-1878. Fréq. abs. littér. : 283. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 528, b) 460; xxes. : a) 395, b) 268.

Wiktionnaire

Nom commun

échauffé \e.ʃo.fe\ masculin

  1. Personne qui s’exalte sans raison pour des sujets qui n’en valent pas la peine.
    • C’est un échauffé.
  2. Odeur occasionnée par quelque chose qui brûle ou qui est soumis à une forte chaleur.
    • Ça sent l'échauffé.
  3. Se dit d'un teint caractérisé par des plaques ou des tâches rouges sur le visage.
  4. (Vieilli) Constipé.

Adjectif

échauffé \e.ʃo.fe\

  1. (Exploitation forestière, Menuiserie) Qualifie un bois qui a subi l’échauffement.
    • Le bois échauffé est utilisé pour ses qualités décoratives. La cause de l'échauffement doit alors être neutralisée. — (Échauffure sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg)

Forme de verbe

échauffé \e.ʃo.fe\

  1. Participe passé masculin singulier de échauffer.

Nom commun

échauffée \e.ʃo.fe\ féminin

  1. (Technique) Opération destinée à produire du sel en faisant évaporer de l'eau de mer dans des chaudières.

Forme de verbe

échauffée \e.ʃo.fe\

  1. Participe passé féminin singulier de échauffer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉCHAUFFER. v. tr.
Rendre chaud. Il faut faire bon feu dans cette chambre pour l'échauffer. Les oiseaux échauffent leurs petits sous leurs ailes. On dit plutôt RÉCHAUFFER.

S'ÉCHAUFFER signifie Devenir chaud. La chambre s'échauffe, commence à s'échauffer. L'air s'échauffe. Il se dit aussi de Ce qui cause un excès de chaleur animale, et particulièrement d'une irritation qui a quelquefois pour résultat la constipation. Cette course m'a beaucoup échauffé. Il s'est échauffé à marcher. Ce régime alimentaire ne pourra que vous échauffer. Fig., Échauffer le sang, la bile à quelqu'un, Le mettre en colère, l'impatienter. On dit dans un sens analogue S'échauffer la bile. Fig. et fam., Échauffer les oreilles à quelqu'un. Le mettre en colère par quelque discours. Il signifie spécialement Altérer par un commencement de fermentation. Ce grain, cette farine risque de s'échauffer dans ce grenier. Il signifie figurément Animer beaucoup, jusqu'à la passion ou l'emportement. Échauffer les esprits. Cette lecture lui a échauffé l'imagination. Vous ne sauriez lui parler de cela qu'aussitôt il ne s'échauffe. En termes de Chasse, S'échauffer sur la voie, se dit des Chiens qui suivent la voie avec trop d'ardeur. Fig., La querelle, la dispute, la conversation, la lutte, l'action s'échauffe, est fort échauffée. Elle s'anime de plus en plus, elle est très animée. Employé comme nom, le participe passé se dit figurément et familièrement d'une Personne qui s'exalte sans raison pour des sujets qui n'en valent pas la peine. C'est un échauffé. Cette femme est une échauffée.

Littré (1872-1877)

ÉCHAUFFÉ (é-chô-fé, fée) part. passé.
  • 1Qui a subi l'action de la chaleur. Le mur échauffé par les rayons du soleil.
  • 2 Fig. …d'une laide femme ils ont l'âme échauffée, Régnier, Sat. VII. Échauffé du vin et de la débauche, ils montent tout armés au haut du rempart, Perrot D'Ablancourt, Arr. liv. I, dans RICHELET. Il donne aux songes de son esprit échauffé le poids des révélations, Massillon, Avent. Circ. Je les trouvai échauffés sur une dispute la plus mince qu'on se puisse imaginer, Montesquieu, Lett. pers. 36. Échauffés par l'espoir ou glacés par la crainte, Voltaire, Mérope, I, 4.

    Il se dit aussi de la tête, de la poitrine, où une chaleur incommode et même morbide se fait sentir. On a la poitrine échauffée, Dancourt, Céphale et Procris, Prologue.

  • 3Teint échauffé, teint marqué de taches rouges, de boutons, signes d'échauffement. Il a le teint échauffé, La Bruyère, VI.

    Dans le langage vulgaire. Constipé.

  • 4Bois échauffé, bois qui commence à se gâter, à se pourrir.
  • 5 S. m. Nom donné à une certaine odeur rance due à la chaleur, à l'entassement. Cette viande sent l'échauffé. Ce blé sent l'échauffé.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « échauffé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
échauffé eʃofe

Traductions du mot « échauffé »

Langue Traduction
Anglais heated
Espagnol calentado
Italien riscaldato
Allemand erhitzt
Chinois 加热的
Arabe ساخنة
Portugais aquecido
Russe нагретый
Japonais 加熱
Basque berotu
Corse scaldata
Source : Google Translate API

Antonymes de « échauffé »

Échauffé

Retour au sommaire ➦

Partager