La langue française

Réchauffer

Sommaire

  • Définitions du mot réchauffer
  • Étymologie de « réchauffer »
  • Phonétique de « réchauffer »
  • Citations contenant le mot « réchauffer »
  • Traductions du mot « réchauffer »

Définitions du mot réchauffer

Trésor de la Langue Française informatisé

RÉCHAUFFER, verbe trans.

A. − Chauffer ce qui est refroidi ou froid, rendre chaud, plus chaud, procurer à nouveau de la chaleur.
1. [Le compl. d'obj. dir. désigne une chose concr., en partic. un aliment] J'essayai, dans cette froide nuit, de réchauffer son cataplasme, de rallumer le feu (Michelet,Journal, 1842, p. 376).Philomène, dit-il, vous pouvez maintenant faire réchauffer la soupe (R. Bazin,Blé, 1907, p. 185).
Empl. pronom. Devenir, redevenir chaud. Son feu brille, copeaux ardents qui se tordent en brûlant, devant lesquels sa soupe et son rata se réchauffent (Pesquidoux,Chez nous, 1923, p. 152).Je le sentais [mon revolver] contre ma cuisse, tout froid. Mais peu à peu il se réchauffait au contact de mon corps (Sartre,Mur, 1939, p. 73).
Empl. intrans. [Le suj. désigne un aliment] Devenir, redevenir chaud. Nous prîmes encore un petit café qui réchauffait sur le poêlon (Céline,Voyage, 1932, p. 432).
HORTIC. [Le compl. désigne un sol, en partic. une couche] ,,Mettre du fumier frais sous une couche de terre pour y provoquer une légère élévation de la température par fermentation, et favoriser ainsi la germination des plantes`` (Fén. 1970).
2. [Le compl. d'obj. dir. désigne un lieu, un inanimé relatif à l'environnement extérieur] Réchauffer l'air, la terre. Le ciel était pur et le soleil, quoique sans nuages, ne réchauffait pas l'atmosphère (Maine de Biran,Journal, 1814, p. 21).Je t'écris mal, les doigts gelés dans un grand salon que réchauffe mal un feu de campagne (Gide,Corresp.[avec Valéry], 1891, p. 134).
Empl. pronom. Reprendre de la chaleur, devenir plus chaud. Le temps se réchauffe. L'air devient plus chaud (...), l'Europe occidentale se réchauffe (Faure,Hist. art, 1909, p. 30).Ce matin l'air s'est un peu réchauffé (Gide,Retour Tchad, 1928, p. 888).
3. [Le compl. d'obj. dir. désigne une pers., un animal, une partie du corps (avec, parfois, un aspect de chaleur humaine, de réconfort, d'amour)] Réchauffer le corps, le sang; réchauffer ses mains, ses membres. Le soleil et la marche l'avaient [Jeanne] un peu réchauffée (Maupass.,Une Vie, 1883, p. 249).Il prit dans ses mains les pieds d'Anna, d'un froid de glace, il les réchauffa avec ses mains, avec sa bouche (Rolland,J.-Chr., Buisson ard., 1911, p. 1399).
[Le compl. d'obj. dir. n'est pas exprimé] Ayant bu une gorgée de rhum brûlant, il remercia: − Ça réchauffe (Dorgelès,Croix de bois, 1919, p. 274).
Réchauffer qqn/qqc. à/de qqc.Ma mère (...) tenait le serin entre ses doigts, pour le réchauffer de son haleine (Lautréam.,Chants Maldoror, 1869, p. 343).Elle mangeait là, tandis qu'elle nourrissait son enfant ou le réchauffait à la flamme (Pesquidoux,Livre raison, 1928, p. 160).
Empl. pronom.
réfl. [Le suj. désigne une pers. ou un animal (avec, parfois, un aspect d'amour, de réconfort)] Redonner de la chaleur à son corps, se procurer de nouveau de la chaleur. Se réchauffer en marchant. Nous voyons dans le troisième livre des Rois, que David couchait avec de jolies filles pour se réchauffer et se redonner un peu de force (Cabanis,Rapp. phys. et mor., t. 2, 1808, p. 341).Un frisson l'agitait sans cesse; pourtant il finit par se réchauffer, et s'endormit (Green,Moïra, 1950, p. 229).Se réchauffer à/de qqc.Se réchauffer à la chaleur de qqn, de qqc.; se réchauffer au soleil. La vieille femme (...) se réchauffait de couvertures et fichus de laine (Malègue,Augustin, t. 2, 1933, p. 308).indir. Se réchauffer qqc.Donner, redonner de la chaleur à une partie de son corps. On use aussi, pour se réchauffer les mains quand on est lié par des occupations sédentaires, de chauffe-mains (Faral,Vie temps st Louis, 1942, p. 161).
réciproque. Se réchauffer (avec qqc.).[Les cerfs] se réchauffaient avec leurs haleines que l'on voyait fumer dans le brouillard (Flaub.,St Julien l'Hospitalier, 1877, p. 95).
Loc. fig., vieilli. Réchauffer un serpent* dans son sein.
B. − Au fig.
1.
a) Domaine des sens, de l'esthét.Redonner de l'intensité, de la vie, de la chaleur humaine (à quelque chose); rendre (quelque chose) plus chaleureux. Un objet laid est un objet laid. Il ne réchauffe rien du tout! (Chardonne,Épithal., 1921, p. 181).Un sourire réchauffa ses yeux inquisiteurs (Beauvoir,Mandarins, 1954, p. 37).
Empl. pronom. Devenir plus chaleureux:
1. Le regard (...) m'a déconcerté. C'est (...) un regard frais, froid, légèrement ironique. Par bonheur, et sans qu'il soit possible de savoir pourquoi, ce regard se réchauffe parfois et le professeur fait alors un sourire de séduction... Duhamel,Maîtres, 1937, p. 61.
b) En partic. Aviver, raviver une couleur; donner, redonner un ton plus chaud à une couleur, à un ensemble dans un tableau. Une harmonie parfaite de tons gris, bleus, bruns, verts, orangés et blancs réchauffés par un peu de jaune (Baudel.,Salon, 1846, p. 107).Sur le fond sombre que rompent les blancheurs froides des draps, (...) que réchauffent les tons dorés de l'épaule (Séailles,E. Carrière, 1911, p. 81).
2.
a) Donner, redonner de la chaleur humaine, du réconfort à une personne, à certains de ses attributs; animer quelqu'un de sentiments chaleureux; encourager quelqu'un, le stimuler dans une voie déterminée. Réchauffer l'âme, le cœur de qqn, l'existence de qqn. C'étaient d'interminables discussions politiques; et, chose bizarre (...) c'était le père qui cherchait à éclairer (...), à réchauffer le fils, petit jeune homme déjà sceptique et embêté (Renard,Journal, 1887, p. 9):
2. Et alors, des profondeurs de son être (...), monta un sentiment nouveau, bizarre, qui n'était plus seulement de curiosité froide et d'amour-propre, mais qui l'adoucissait, qui le réchauffait inexplicablement et l'animait d'une émotion d'adolescent. Roy,Bonheur occas., 1945, p. 45.
[Le compl. d'obj. dir. n'est pas exprimé] Cela réchauffe, un cœur qui vous donne tout (Bourget,Drame, 1921, p. 97).
Réchauffer qqn de qqc.En vain Mathilde s'efforçait-elle de réchauffer son père d'une tendresse plus ardente (G. Leroux,Parfum, 1908, p. 47).
Empl. pronom. réfl.
[Le suj. désigne une pers. ou un de ses attributs] Trouver, retrouver, se procurer de la chaleur humaine, du réconfort. Je me sentais froid au cœur (...). Après tout, je ne les gênerais peut-être pas beaucoup, mes amis simples de là-bas, en allant un peu me réchauffer près d'eux (Loti,Mon frère Yves, 1883, p. 96).Se réchauffer à qqc.Visions auxquelles son âme se réchauffait (Bourget,Crime am., 1886, p. 103).
indir. [Le suj. désigne une pers.] Se réchauffer qqc.Redonner de la chaleur humaine, du réconfort à un de ses attributs. On venait se réchauffer le cœur près de lui (Martin du G.,Thib., Sorell., 1928, p. 1230).
b) En partic. Susciter l'enthousiasme (d'un ensemble de personnes). Tous ces moyens secondaires (...) qui contribuent à réchauffer une salle, à l'animer, à rompre la glace (Reybaud,J. Paturot, 1842, p. 79).
3. Redonner vie à, ranimer (une faculté humaine, un fait intérieur, un sentiment). Réchauffer l'amitié, le zèle de qqn; réchauffer des souvenirs. Son amour réchauffa mon courage (Balzac,Méd. camp., 1833, p. 203).Ces querelles n'étaient pas propres à réchauffer l'ardeur de cette affection déjà tiède qu'il me portait dans le passé (Aymé,Vaurien, 1931, p. 15).Empl. pronom. Reprendre vie. Sa tendresse semble s'être tout d'un coup réchauffée (Sainte-Beuve,Nouv. lundis, t. 3, 1862, p. 38).
4. Remettre au jour, en vogue quelque chose d'ancien, en particulier une œuvre intellectuelle, un courant d'idées en lui donnant souvent l'apparence du neuf. [Le jacobinisme] réchauffé par les romanciers révolutionnaires, a reparu en février (Proudhon,Confess. révol., 1849, p. 76).L'âge de remaniement, d'ajustage, d'amplification verbeuse (...) où l'on ne fait que réchauffer les vieilles fables poétiques (Renan,Avenir sc., 1890, p. 289).
5. Ranimer (une affaire fâcheuse). On crut expédient de réchauffer la vieille querelle de l'Essai (Chateaubr.,Essai Révol., t. 1, 1797, p. xix).
Prononc. et Orth.: [ʀeʃofe], (il) réchauffe [-ʃo:f]. Att. ds Ac. dep. 1740. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1170 « donner de la chaleur à (un être, une chose) » (Marie de France, Lais, éd. J. Rychner, Guigemar, 390); 1622 réchauffant (Tabarin, Fantaisies, IX ds Œuvres complètes, éd. G. Aventin, t. 2, p. 43); 1808 réchauffante « perruque » (Hautel); b) α) 1265 « chauffer (ce qui s'est refroidi) » (Ch. des comptes de Lille ds Gdf. Compl.); 2emoit. du xiiies. réchauffé (Rutebeuf, Dit de l'herberie ds Œuvres complètes, éd. E. Faral et J. Bastin, t. 2, p. 277); 1671 « qui a déjà été raconté, entendu, qui manque d'originalité » (Mmede Sévigné, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 1, p. 400); av. 1755 subst. « chose vieille, trop connue, artificiellement rajeunie » (Saint-Simon, 383, 271 ds Littré); 1762 « nourriture réchauffée » (Ac.); β) 1378 pronom. « redonner de la chaleur à son corps » (E. Deschamps, Œuvres, éd. G. Raynaud, t. 8, p. 34, 23); 1718 « devenir plus chaud (en parlant de l'air, de la température) » (Ac.); 2. 1579 fig. « ranimer (les esprits, les cœurs, les sentiments) » (Larivey, La Vefve, I, 1 ds Ancien théâtre fr., éd. Viollet-le-Duc, t. 5, p. 109); 1657 pronom. fig. « devenir plus ardent » (Scarron, Le Roman comique, II, 17 ds Littré); 1840 réchauffant « qui redonne courage, confiance » (Hugo, Rayons et ombres, p. 1121); 3. 1701 hortic. (Fur., s.v. reschauffement). Dér. de échauffer*; préf. re-*. Fréq. abs. littér.: 898. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 245, b) 1 540; xxes.: a) 1 109, b) 1 263.
DÉR. 1.
Réchauffage, subst. masc.Action de réchauffer (un objet, une substance); résultat de cette action. Réchauffage de l'air. Un réchauffage très poussé de l'eau d'alimentation (Le Masson,Mar., 1951, p. 108).Métall. ,,Chauffage d'un métal n'atteignant pas la température d'une zone de transformation, suivi d'un refroidissement rapide ou lent, avec, pour seul but, la réduction des tensions internes et le dégazage des produits décapés à l'acide`` (Bader-Th. 1962). [ʀeʃofa:ʒ]. 1resattest. a) 1800 « vieux donné comme du neuf » (Boiste), b) 1811 « plagiat » (Wailly d'apr. Robert (G.)), c) 1842 « action de réchauffer » (Ac. Compl.); de réchauffer, suff. -age*.
2.
Réchauffeur, subst. masc.,domaine techn.Appareil destiné à chauffer, à réchauffer, à maintenir chaude une substance, en particulier de l'eau. Les chaudières sont souvent pourvues de réchauffeurs destinés à élever la température de l'eau d'alimentation (Ser,Phys. industr., 1890, p. 13).Empl. adj. Serpentin réchauffeur (Boullanger,Malt., brass., 1934, p. 240).Rare, domaine non techn.L'été réchauffeur des déserts (Rollinat,Névroses, 1883, p. 217). [ʀeʃofœ:ʀ]. 1resattest. a) 1501 « réchaud » (Invent. de l'Hôtel-Dieu, Soc. d'Archéol. de Beaune, 1874, p. 163 ds Gdf.), b) 1861 technol. (Armengaud, Moteurs à vapeur, t. 2, pp. 129-130), c) 1862 « celui, ce qui réchauffe » (Michelet, Hist. de France, t. 14, p. 307); de réchauffer, suff. -eur2*.
3.
Réchauffoir, subst. masc.,vieilli. a) ,,Fourneau qui sert à réchauffer les plats qu'on apporte d'une cuisine éloignée`` (Ac. 1798-1878). b) Local où l'on peut réchauffer des plats avant de les y consommer. (Ds Lar. 20eet Lar. encyclop.). [ʀeʃofwa:ʀ]. Att. ds Ac. 1740-1878. 1reattest. 1455 (Doc., Tournai ds Gdf.); de réchauffer, suff. -oir*.

Wiktionnaire

Verbe

réchauffer \ʁe.ʃo.fe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Rendre chaud ce qui est froid ou refroidi.
    • La nuit est froide. Je me réchauffe en arpentant le pont à grands pas pendant une demi-heure. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. IV, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • […] en cuisine, un de leurs camarades cuit des pommes de terre et réchauffe des kippers, ces harengs ouverts par le dos salés et fumés. — (Jacky Durand, « La nuit où le hareng sort », dans Libération (journal) du 29 novembre 2010, p.30-31)
    • Lorsque Bishop revint et posa un gobelet fumant devant elle, Anise referma les mains dessus pour se réchauffer ; il faisait trente-cinq degrés à l'ombre, et pourtant elle tremblait de froid. — (Kay David, L'ombre du doute, traduit de l'anglais par B. Dufy, en recueil avec La machination de Harper Allen, éd. Harlequin (coll. Black Rose), 2009, chap. 12)
  2. (Figuré) Animer, réanimer, intensifier.
    • Ces bons procédés ont réchauffé son amitié.
    • Son zèle s’est réchauffé.
  3. (Figuré) Animer, rendre plus chaleureuse une ambiance en général.
  4. (Figuré) Réconforter.
    • Malgré tout, la pensée de Catherine me réchauffait le cœur, et bientôt je découvris les premières maisons des Quatre-Vents. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • Fallait que je me les caille assez pour que Mathis veuille bien me réchauffer à l'horizontale, mais pas trop ! Ça faisait une bonne heure que je poireautais et j'avais pas de réseau sur mon portable... — (J. Arden, Les chaînes du passé, vol. 3 : Les sentinelles de l'ombre, Rebelle Éditions, 2014, chap. 41)
    • Mais leur existence a été réchauffée par la parole de Jésus en chemin. — (Bruno Chenu, Disciples d'Emmaüs, Bayard, Paris, 2003, p. 80)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

RÉCHAUFFER (ré-chô-fé) v. a.
  • 1Chauffer ce qui était refroidi. Et, sans considérer quel sera le loyer D'une action de ce mérite, Il l'étend [le serpent engourdi de froid] le long du foyer, Le réchauffe, le ressuscite, La Fontaine, Fabl. VI, 13. On les fait réchauffer [les eaux de Vichy] dans le puits le plus bouillant de ceux qui sont ici [à Bourbon], Sévigné, 25 sept. 1687. La mère les mène avec la même sollicitude que la poule mène ses poussins, elle les réchauffe sous ses ailes…, Buffon, Ois. t. III, p. 202.

    Fig. Vous animez le médisant [en l'écoutant], vous réchauffez le serpent qui pique, afin qu'il pique plus sûrement, Fléchier, Dauphine. Quels hommes que ces missionnaires qui réchauffèrent de leur sang les sillons glacés de la nouvelle France ! Chateaubriand, Génie, IV, IV, 8.

    Fig. C'est un serpent que j'ai réchauffé dans mon sein, c'est un ingrat qui tourne contre moi mes propres bienfaits.

  • 2Il se dit quelquefois simplement pour échauffer. … quand l'aquilon nous souffle la froidure, Ces chênes, ces ormeaux, dont les feuillages verts Rafraîchissaient l'été, réchauffent nos hivers, Delille, Trois règn. I.
  • 3 Fig. Exciter la chaleur de cœur. Réchauffez un cœur glacé sous la jalousie, remuez toutes ces fausses imaginations, Sévigné, 17 juill. 1680. J'irai, Seigneur, dans vos temples Réchauffer par mes exemples Les mortels les plus glacés, Rousseau J.-B. Odes, I, 10.

    Exciter le zèle. Ses amis s'étaient refroidis, mais cette bonne nouvelle les a réchauffés

    Ranimer, en parlant de sentiments. Cela est divin et réchauffe la foi, Sévigné, 611. Mme de Coulanges… se propose de jouir cet hiver de votre voisinage et de réchauffer votre ancienne amitié, Sévigné, à Mme de Grignan, 13 oct. 1680. Ce discours, que soutient l'embonpoint du visage, Rétablit l'appétit, réchauffe le courage, Boileau, Lutr. IV.

    Donner une plus grande chaleur. Je suis au désespoir que vous ayez eu Bajazet par d'autres que par moi… je voulais vous envoyer la Champmeslé pour vous réchauffer la pièce, Sévigné, 16 mars 1672. Et tous ces lieux communs de morale lubrique Que Lulli réchauffa des sons de sa musique, Boileau, Sat. X.

  • 4 Terme de manége. Réchauffer un cheval, se servir des aides un peu vigoureusement, pour le rendre plus actif.
  • 5 Terme de jardinage. Réchauffer une couche, y mettre du fumier neuf.
  • 6Se réchauffer, v. réfl. Échauffer son corps, qui s'était refroidi. Il avait froid, il s'est réchauffé à courir.

    Fig. Reprendre une nouvelle vivacité. Le bourgeois du Mans se réchauffa pour la comédie, Scarron, Rom. com II, 17. Il n'y a rien de plus vrai, que l'amitié se réchauffe quand on est dans les mêmes intérêts, Sévigné, à Pompone, 11 oct. 1661. Les dissensions [à Rome] se réchauffent par les prétentions du peuple, Bossuet, Hist. III, 7. Mes anciens amis, flattés de cette espèce de succès, se réchauffèrent pour moi, Staal, Mém. t. III, p. 72. Dans un âge où le cœur a déjà perdu sa chaleur naturelle, celui de ce bon vieillard se réchauffa pour moi d'une façon qui surprit tout le monde, Rousseau, Confess. XI.

HISTORIQUE

XIIe s. E pur ço tut adès chaudement se vesteit, Qu'il n'enchaïst [ne tombât] en mal par achaisun de freit, E que tost rechaufast quant batre se faiseit, Th. le mart. 155.

XIIIe s. Diverses viandes reschauffées, Rutebeuf, 257. Bien m'avez reschaufée et mout bien repeüe, Berte, LII.

XVIe s. Le duc fit rechauffer la batterie de neuf pieces pour haster la capitulation, D'Aubigné, Hist. II, 141. Les differences des salades selon leur saison, celle qui doibt estre reschauffée, celle qui veult estre servie froide, Montaigne, I, 381.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « réchauffer »

(Date à préciser) Dérivé de échauffer avec le préfixe re-[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Re…, et échauffer ; wallon, rehâdi ; picard, récaufer ; normand, recofer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « réchauffer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
réchauffer reʃofe

Citations contenant le mot « réchauffer »

  • Si tu supportes la fumée, tu te réchaufferas avec la braise. De Proverbe africain
  • Aucune doctrine inventée par les hommes, hors celle de l'Evangile, ne pourra jamais réchauffer le monde. De Jean Montaurier
  • Les conseils de la vieillesse éclairent sans réchauffer comme le soleil d'hiver. De Vauvenargues / Réflexions et maximes
  • Les désirs inachevés, ça empoisonne la vie. Les désirs imaginaires, ça doit rester imaginaire, juste pour réchauffer le coeur. De Jean-François Somain / La vraie couleur du caméléon
  • Un bouillon de culture pour réchauffer ce début d’année frisquet, avec des lettres, de la musique et une échappée belle sur Mars. Bonne écoute ! Le Monde.fr, Chanter, lire, rêver et s’évader : des podcasts pour réchauffer l’hiver
  • Raclette, ramen, saucisse-aligot, couscous: les 10 plats pour se réchauffer à se faire livrer à Paris LEFIGARO, Raclette, ramen, saucisse-aligot, couscous: les 10 plats pour se réchauffer à se faire livrer à Paris
  • Si tout le monde adore la galette (ou la brioche) des rois, saviez-vous qu'il existe une façon de la rendre encore meilleure ? Avant de la servir à vos convives, pensez à la réchauffer. Au visuel, votre galette sera encore plus brillante. À la texture, la réchauffer permet de la rendre plus souple et plus moelleuse. Et une fois réchauffée, impossible de résister car la galette libère encore plus d'arômes pour que l'on profite pleinement de ses saveurs. Femme Actuelle, L'erreur que l'on fait tous avec la galette des rois : Femme Actuelle Le MAG
  • Après tout un week-end sans chauffage, les habitants d’environ 200 logements ont pu se réchauffer au Palais des rencontres. En attendant la réparation. Journal L'Union abonné, Coup de froid au quartier blanchard à Château-Thierry
  • RECETTES - L’heure de l’hiver a sonné, le froid s’est déjà installé. Pour se réchauffer en ce lundi 21 décembre qui marque le solstice d’hiver, Le Huffpost vous propose de découvrir des recettes de couscous. Ce plat emblématique de l’Afrique du Nord, qui vient d’ailleurs d’être inscrit au patrimoine immatériel de l’Unesco, peut se déguster seul ou à plusieurs. En voici plusieurs déclinaisons pour régaler vos papilles et impressionner vos invités. Le Huffington Post, 3 recettes de couscous qui vont réchauffer vos soirées d'hiver | Le Huffington Post LIFE

Traductions du mot « réchauffer »

Langue Traduction
Anglais warm up
Espagnol calentar
Italien riscaldamento
Allemand sich warm laufen
Chinois 暖身
Arabe تسخين
Portugais aquecer
Russe разогревать
Japonais 準備し始める
Basque berotu
Corse riscaldà
Source : Google Translate API
Partager