La langue française

Détente

Sommaire

  • Définitions du mot détente
  • Étymologie de « détente »
  • Phonétique de « détente »
  • Évolution historique de l’usage du mot « détente »
  • Citations contenant le mot « détente »
  • Images d'illustration du mot « détente »
  • Traductions du mot « détente »
  • Synonymes de « détente »
  • Antonymes de « détente »

Définitions du mot détente

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉTENTE, subst. fém.

A.− Action de relâcher ce qui est tendu, spécialement en permettant soit la mise en jeu rapide d'un mécanisme, soit l'action vigoureuse des muscles opérant certaines performances.
1. [En parlant d'un mécanisme] Brusque, soudaine détente; détente d'un arc, d'un ressort, d'un piège. L'énergie extérieure est, dans les montres, empruntée à la détente d'un gros ressort, introduit dans le barillet et armé par un remontage (Andrade, Horlog.,1924, p. 151).
P. méton. Objet opérant cette action. Détente d'une arbalète.
a) Pièce d'une arme à feu maintenant un ressort bandé, qui, actionné par le doigt, fait partir le coup. Double détente. Mécanisme de précision qui fait partir le coup en deux temps. Détente d'un fusil, d'un pistolet; lâcher, presser la détente; avoir le doigt sur la détente. Raboliot pressa la détente. Une double détonation retentit, formidable (Genevoix, Raboliot,1925, p. 277).
P. ext. Action de lâcher la détente. Fusil qui est dur, qui est fort, qui est aisé à la détente (Ac.1798-1878).Au fig. et fam. Être dur à la détente. Être avare; laisser partir difficilement l'argent. On serait plutôt mort que de s'adresser [pour un emprunt] aux Lorilleux, parce qu'on les savait trop durs à la détente (Zola, Assommoir,1877, p. 753).P. ext. Acquiescer difficilement aux désirs d'autrui. Mère Ubu, seule. − Vrout, merdre, il a été dur à la détente, mais vrout, merdre, je crois pourtant l'avoir ébranlé (Jarry, Ubu,1895, I, 1, p. 37).
Rem. Cet emploi a est le seul figurant ds Ac. 1798-1878. L'expr. fig. et fam. est introduite dès Ac. 1835.
b) HORLOG. Pièce d'une pendule, d'une horloge qui en se détendant déclenche la sonnerie.
2. [En parlant d'un muscle, d'un organe contracté] Brusque détente nerveuse; détente de la jambe, des reins; détente brusque des organes vocaux (cf. appuyé ex. 3). Anton. contraction.Les jambes allongées, dans l'instant de suspension et d'extension qui suit la détente de la jambe arrière (Montherl., Olymp.,1924, p. 260):
1. Il [Goupil] eut un roidissement instinctif et désespéré de tout son être, une détente formidable de tous ses muscles pour tenter de se faire lâcher de Lisée et de prendre sa fuite à travers la forêt. Pergaud, De Goupil à Margot,1910, p. 29.
Avoir de la détente, une belle détente (en parlant d'un lanceur, boxeur, sauteur, etc.). Être en mesure d'effectuer instantanément un mouvement d'extension rapide, vigoureux. Sentez-vous ce coup de reins qui nous envoie à huit pieds dans l'air? (...) Quel bond! Quelle détente! (Claudel, Protée,1914, II, 5, p. 351).
PHONÉT. ,,Dernière phase de l'articulation d'un phonème, pendant laquelle les organes vocaux abandonnent la position prise pendant l'émission pour passer à la position d'indifférence ou pour préparer l'émission du phonème suivant`` (Mar. Lex. 1961).
B.− PHYS. et MÉCAN. Action de diminuer la pression d'un fluide.
1. Phase d'expansion d'un gaz qui était sous pression, amenant un refroidissement. Détente isotherme; détente adiabatique (cf. Maurain, Météor., 1950, p. 50); chambre de détente ou chambre de Wilson, en phys. nucl. (cf. Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 338).
2. [En parlant d'une machine à vapeur] Chute progressive de la pression de la vapeur dans le cylindre quand on ne l'a admise que pendant une fraction de la course du piston. Machine à détente. Anton. compression.En effet dans le mouvement du tiroir, aller et retour, on trouve quatre périodes : admission de la vapeur, détente, échappement, compression (Poincaré, Thermodyn.,1892, p. 277).
3. [En parlant d'un moteur à explosion] Troisième temps du cycle d'un moteur à explosion.
C.− P. ext. et au fig. Diminution ou perte d'une tension quelconque. Détente de la température. Froid, 6 degrés. Détente et neige le soir (Maine de Biran, Journal,1816, p. 250).
1. [Surtout en parlant de la pers. phys. et mor.] Action de se détendre, état agréable qui suit. Détente physique, morale, nerveuse; détente complète; impression de détente; amener une détente; éprouver, connaître une détente. La détente physique qui s'était produite chez l'un et chez l'autre, l'abandon, l'espèce de lassitude qui suit un entretien mouvementé (R. Bazin, Blé,1907, p. 145):
2. Il se laissait aller paresseusement sur sa chaise, les jambes allongées, et dans son corps une détente, et au dedans de lui cette même détente, comme si des doigts autour de son cou s'étaient desserrés, et une main à sa poitrine, et à son front une autre main. Ramuz, Aimé Pache, peintre vaudois,1911, p. 179.
P. ext. Repos, loisir entrecoupant les occupations. Heures, moments, jours de détente; tenue de détente; avoir besoin de détente. [Le logis] un coin de détente, de repos, de sommeil, d'oubli; ce sera aussi le nid étroit, béni, des jours heureux (Pesquidoux, Livre raison,1925, p. 148).
Permission de détente. Permission accordée tous les quatre mois aux soldats de 1914-18. Fig. et fam. Prendre une permission de détente. Ne rien faire.
PARAD. a) (Quasi-)synon. Abandon, allégresse, allégement, apaisement, calme, délassement, euphorie, lassitude, loisir, rémission, repos. b) (Quasi-)anton. concentration, contraction, effort, excès, tension.
2. [Dans les rapports internationaux] Apaisement des tensions existant entre deux ou plusieurs États. Détente internationale, générale; indices de prochaine détente; signes de détente; une politique de détente. L'atmosphère est à la détente (Éd.1967).Dans les sphères gouvernementales russes, on pensait généralement qu'une détente devait être assez vite obtenue par les voies diplomatiques (Martin du G., Thib.,Été 14, 1936, p. 248).
P. anal., domaine écon. et soc.,,Fin d'un processus inflationniste`` (Romeuf 1956). Détente de la bourse. Détente du marché du travail (Belorgey, Gouvern. et admin. Fr.,1967, p. 132).
Prononc. et Orth. : [detɑ ̃:t]. Ds Ac. 1740-1932. Étymol. et Hist. 1. 1386 « pièce qui sert à détendre un ressort » (Froissart, Poésies, éd. A. Scheler, I, 63, 357); 1826 fig. être dur à la détente « avare » (Mozin-Biber); 2. 1718 « action de détendre » (Ac.); 1757 fig. (Lanoue, Coquette corrigée, éd. Cazin, III, 4, p. 139). Empr. à un part. passé * detendita de detendere (v. détendre), sur le modèle de entendre/entente. Fréq. abs. littér. : 533. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 94, b) 317; xxes. : a) 982, b) 1 425. Bbg. Gottsch. Redens. 1930, p. 284. − Rog. 1965, p. 95.

Wiktionnaire

Nom commun

détente \de.tɑ̃t\ féminin

  1. Diminution progressive de la pression d’un gaz ou d’une vapeur qui augmente de volume, ou bien de la tension d’un ressort qui revient à son équilibre.
    • La détente d'un gaz, effectuée dans une enceinte dont la paroi serait parfaitement perméable à la chaleur, opérée avec une lenteur extrême permettant au calorique de passer en quantité suffisante à travers la paroi, peut se faire isothermiquement : …. — (Aimé Witz, Le mouvement perpétuel de deuxième espèce, dans La Revue scientifique, 2e sem. 1910)
  2. Petite pièce de fer ou d’acier qui maintient un ressort bandé et qui, en s’écartant, lui permet de se détendre, en parlant spécialement des armes à feu.
    • La pulsation archiprécipitée des artères du malheureux Durandin, plutôt que l’envie de se défaire d’un homme qui en voulait à sa vie, lui firent lâcher la détente de l’arme qui tremblait dans sa main ; mais le hasard le servit mieux que son adresse, et, le coup parti, Rouzé tomba frappé. — (Honoré de Balzac, Croquis et fantaisies : Une charge de dragons, 1831, in Œuvres complètes, tome XXI, Calmann Lévy, Paris, 1879, p. 523)
    • Un capitaine réglait le feu : « A vous, Judin! » Le petit lignard visait soigneusement, lâchait la détente. — (Paul et Victor Margueritte, Le Désastre, p.168, 86e éd., Plon-Nourrit & Cie)
    • Le doigt sur la détente de nos armes, tous les muscles tendus, ne respirant plus, nous attendons... et il me semble qu'il se passe une éternité... — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 47)
  3. Action de lâcher la détente et de l’effort que fait cette pièce lorsqu’elle vient à se détendre.
    • Un fusil qui est dur, qui est fort, qui est aisé à la détente.
    • Il est à craindre que ce ressort ne se rompe à la détente.
  4. (Mécanique) Travail développé par la vapeur dans le cylindre d’une machine.
  5. (Figuré) Relâchement d’une tension physique, morale ou intellectuelle et Moment de calme, de répit qui en résulte.
    • Après cette crise, il s’est produit une détente de l’organisme, une légère détente, une sérieuse détente.
    • Ces deux hommes se haïssaient sans se connaître : il y a dans leurs rapports une détente visible.
    • Après un long travail, il faut se donner quelques jours de détente.
    • La détente s’accentue entre le gouvernement et l’opposition.
  6. (Sport) Ressort, capacité à bondir.
    • Ce sportif saute haut, il a une bonne détente.
    • Excusez-moi... balbutia-t-il, dressé d'une détente. Je ne voulais pas être importun... — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. VIII, Gallimard, 1937)
  7. (Sport) Coup de poing donné par un boxeur qui détend son bras.
    • L'autre, sans se presser, lui plaçait crochets et directs comme s'il était à l'entraînement, devant un sparring-partner, et quand le rouquin l'atteignait d'une détente farouche, il encaissait le coup, massivement. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉTENTE. n. f.
Diminution progressive de la pression d'un gaz ou d'une vapeur qui augmente de volume, ou bien de la tension d'un ressort qui revient à son équilibre. Une machine à vapeur à détente variable. Il se dit encore d'une Petite pièce de fer ou d'acier qui maintient un ressort bandé et qui, en s'écartant, lui permet de se détendre. Il se dit spécialement quand il s'agit des Armes à feu. La détente d'une carabine. Il se dit aussi de l'Action de lâcher la détente et de l'Effort que fait cette pièce lorsqu'elle vient à se détendre. Un fusil qui est dur, qui est fort, qui est aisé à la détente. Il est à craindre que ce ressort ne se rompe à la détente. En termes de Mécanique, il désigne le Travail développé par la vapeur dans le cylindre d'une machine. Fig. et pop., Être dur à la détente, Être avare, avoir de la peine à donner de l'argent, à payer. Figurément, il signifie Relâchement d'une tension physique, morale ou intellectuelle et Moment de calme, de répit qui en résulte. Après cette crise, il s'est produit une détente de l'organisme, une légère détente, une sérieuse détente. Ces deux hommes se haïssaient sans se connaître : il y a dans leurs rapports une détente visible. Après un long travail, il faut se donner quelques jours de détente. La détente s'accentue entre le gouvernement et l'opposition.

Littré (1872-1877)

DÉTENTE (dé-tan-t') s. f.
  • 1Pièce de la batterie d'une arme à feu, qui sert à détendre le ressort. Presser la détente. Tirer la détente.

    Les armuriers donnent le nom de pièce d'écusson ou de pièce de détente à une pièce qui, placée sous le pontet, est fendue pour laisser passer la détente. La pièce de détente et le pontet forment la sous-garde, Legoarant

    Terme d'horlogerie. Levier qui fait partie de la sonnerie d'une pendule.

    Fig. C'est [les larmes] chez elle un ressort, un jeu dont la détente s'échappe à volonté, Lanoue, Coquette corrigée, III, 4.

  • 2Action de lâcher la détente. Fusil dur, aisé à la détente.

    Fig. Être dur à la détente, être avare, ne se résoudre que difficilement à payer, à donner de l'argent. Cette expression a le même sens que être dur à la desserre (voy. DESSERRE) ; mais elle est moins exacte.

  • 3Relâchement de quelque tension morale ou intellectuelle. Il y avait sur son visage une détente visible d'esprit et d'inquiétude.

REMARQUE

Lâcher la détente est une expression impropre, en ce que cette pièce ne fonctionne nullement comme un ressort. C'est un simple levier qui sert à faire partir la gâchette contre la grande branche de laquelle il agit à l'intérieur de la platine, Legoarant

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DÉTENTE. Ajoutez :
4 Terme de mécanique. Augmentation de volume d'un gaz ou d'une vapeur, d'où résulte une diminution de pression.

Nom donné aux différentes dispositions employées pour produire la détente dans les machines à vapeur.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

DÉTENTE, s. f. terme d’Arquebusier, c’est un petit morceau de fer long de deux pouces, large & plat par en-haut, troüé au milieu pour y passer une goupille : le bas est plus étroit & plat. Cette détente est attachée en bascule avec une goupille qui traverse le bois du fusil, & qui passe dans le trou qui est au milieu du côté le plus large de la piece, qui est dans une mortaise pratiquée au-dessous de la poignée du fusil, de façon que l’autre côté de cette piece sort au-dehors. Cette détente sert pour faire partir la gachette en élevant un peu la branche, & laissant à la noix un cours libre.

Détente, dans l’Horlogerie, signifie une espece de levier qui sert à faire détendre ou partir la sonnerie. il y en a de plusieurs formes. Voyez Pl. III. fig. 15. de l’Horlogerie. Voyez Horloge, Pendule, Sonnerie, Détentillon, Bascule, &c. (T)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « détente »

Détendre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1386) « pièce qui sert à détendre un ressort » ; (1826) être dur à la détente, « être avare » ; (1718) « action de détendre » : du latin *detendita, participe passé féminin de detendere.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « détente »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
détente detɑ̃t

Évolution historique de l’usage du mot « détente »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « détente »

  • La détente : faut surtout pas appuyer dessus ! De Pierre Desproges / Fonds de tiroir
  • Que sont les loisirs, dans une vie où le travail même est une détente ? De Amadou Koné / Les Frasques d'Ebinto
  • Tout homme qui aurait conscience de ses actes ne pourrait pour rien au monde presser du doigt la détente d'un fusil. De Henry Miller / Réunion à Brooklin
  • Il semble qu'il y ait, dans toute destinée, comme un rythme régulateur des événements, et qu'à chaque période de violence et de tumulte succède inévitablement une période de détente et de stagnation. De Paul Bourget / Le démon de midi
  • La Table, c'est l'endroit de détente et de convivialité par excellence... C'est pourquoi, il faut également utiliser son imagination pour venir compléter les efforts de la cuisine. De Bernard Loiseau
  • On la surnomme "La Reine des Pyrénées", un titre de noblesse que mérite bien cette ville thermale au pied de la station de Superbagnères. Vingt-cinq ans avant J.C., elle est déjà connue sous le nom d’Illixon et accueille les Romains venus tremper dans ses eaux sulfurées. Sous le Second Empire, le baron d’Etigny relance le thermalisme à Luchon. De nombreuses têtes couronnées viennent y prendre les eaux. Elles ont été remplacées, ces dernières années, par les stars du petit écran venu pour le festival des créations audiovisuelles qui a lieu en février. La plupart d’entre elles, entre deux séries et deux descentes à ski, font une halte au centre de remise en forme. Le centre thermal vient de bénéficier des nombreux aménagements pendant le confinement et accueillera de nouveau des curistes à partir du 6 juillet. Luchon tire ses eaux sulfurées de trois forages qui jaillissent à 72 degrés. Elles sont reconnues pour leurs propriétés curatives en rhumatologie et pour les maladies respiratoires. Pour ceux qui souhaitent seulement profiter de quelques jours de détente, piscine et cabines de soins esthétiques les attendent au centre balnéo. Luchon possède aussi le plus grand bain de vapeur naturel d’Europe avec le Vaporarium, des galeries aménagées dans la roche où la température atteint 40 degrés. petitbleu.fr, Luchon Détente au pied des Pyrénées - petitbleu.fr
  • Michel Moenner, patron régional d’Aqualand, et Danny Forster, représentant d’Asso Faculté, ont organisé une journée détente au parc de Saint-Cyr pour remercier la "première ligne" durant le Covid. Photo DR Var-Matin, Une journée détente pour remercier forces de l’ordre, soignants et pompiers du Var et des Bouches-du-Rhône - Var-Matin
  • À Lacanau (Gironde), c’est déjà le temps des premiers vacanciers, sous le signe de la détente, mais pas du relâchement. Car le covid-19 est encore bien présent dans tous les esprits. Au Lacanau surf Club, Fabien de Morais, moniteur, déclare : "personne dans les toilettes, personne dans les douches, tout le monde se change dehors avec sa petite serviette". Franceinfo, Vacances : de la détente, mais pas de relâchement face au coronavirus

Images d'illustration du mot « détente »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « détente »

Langue Traduction
Anglais relaxation
Espagnol relajación
Italien rilassamento
Allemand entspannung
Chinois 松弛
Arabe استرخاء
Portugais relaxamento
Russe отдых
Japonais リラクゼーション
Basque erlaxazioa
Corse rilassamentu
Source : Google Translate API

Synonymes de « détente »

Source : synonymes de détente sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « détente »

Partager