Fatigue : définition de fatigue


Fatigue : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

FATIGUE, subst. fém.

A.− Dans le domaine physiol.
1. Diminution des forces de l'organisme, généralement provoquée par un travail excessif ou trop prolongé, ou liée à un état fonctionnel défectueux. Fatigue physique; brisé de fatigue. En sentant une petite fatigue dans les muscles (Balzac, Cous. Pons,1847, p. 158).Il ne sentait plus qu'une grande fatigue dans tous ses membres (Zola, T. Raquin,1867, p. 109).Ses traits accusèrent brusque ment la fatigue accumulée depuis des semaines (Bernanos, Mauv. rêve,1948, p. 918):
1. C'était une rangée de cadavres, debout, dans les suaires noirs. Toutes étaient exsangues, avaient des joues blanches, des paupières lilas et des bouches grises, toutes avaient des voix épuisées et tréfilées par les privations et les prières, et, la plupart se voûtaient, même les jeunes. Ah! l'austère fatigue de ces pauvres corps! se cria Durtal. Huysmans, En route,t. 1, 1895, p. 211.
P. métaph. L'extrême fatigue des âmes (Tocqueville, Corresp.,[avec Gobineau], 1858, p. 298).
SYNT. Fatigue corporelle, musculaire, cérébrale, nerveuse; fatigue soudaine, brusque, passagère, chronique; une longue, une extrême fatigue; accablé, abruti, écrasé, excédé, ivre, rompu, harassé, mort de fatigue; sentir, ressentir (de) la fatigue; craindre, éviter, épargner, supporter la fatigue. Ne ménager ni son temps ni sa fatigue; résister à la fatigue; haleter, succomber, tomber, crever, s'endormir, se tuer, n'en plus pouvoir de fatigue; signe, état, surcroît, excès, sentiment de fatigue; poids de la fatigue.
[Avec un compl. d'origine introduit par la prép. de] Il me faudra quelque temps pour me remettre de la fatigue de Paris (Lamennais, Lettres Cottu,1825, p. 168).Ses traits fléchis par la fatigue de l'heure tardive (Proust, Prisonn.,1922, p. 342):
2. Elles retraversèrent la prairie plus lentement cette fois, car la fatigue de cette promenade commençait à se faire sentir. Green, Journal,1928-34, p. 260.
2. P. méton., souvent au plur. Travail, tâche pénible (causant de la fatigue). Les fatigues de la campagne, de la guerre, d'une journée, d'un voyage; se reposer, se remettre de ses fatigues. Il avait voulu éviter à sa vieille mère les fatigues d'une longue station (France, Dieux ont soif,1912, p. 72):
3. Pour se reposer des fatigues de la fête, M. Patissot conçut le projet de passer tranquillement le dimanche suivant assis quelque part en face de la nature. Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Dimanches bourg. Paris, 1880, p. 316.
En partic. Travail pénible qui entraîne une diminution des forces :
4. Cependant qu'elle lessivait un drap ou une nappe, qu'elle astiquait soigneusement le panneau de la panetière, ou polissait un chandelier de cuivre, il lui montait du fond de l'âme ces petits mouvements de joie qui animait ses fatigues domestiques. Bachelard, Poét. espace,1957, p. 74.
Cheval de fatigue. Utilisé pour les travaux les plus durs. Il [le docteur] pouvait assigner le moment où cette âme entrerait dans le corps (...) d'un cheval de fatigue (Maupass., Dr H. Gloss,1893, p. 121).
Habit, vêtement de fatigue. Réservé pour les tâches pénibles. Il se procura un pantalon de fatigue en velours à côtes, comme ceux des ouvriers charpentiers (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Dimanches bourg. Paris, 1880, p. 287).Les habits de fatigue dans la laine des brebis (Pesquidoux, Livre raison,1925, p. 109).
Homme de fatigue. À qui on donne un travail pénible à faire. C'est prodigieux comme Millet a saisi le galbe de la paysanne, de la femme de labeur et de fatigue, penchée sur la terre et ramassant la glèbe (Goncourt, Journal,1862, p. 1130).
Spéc., vx, arg. Travail (des forçats). À la fatigue, sous l'ardent soleil du bagne, sur le lit de planches des forçats, il se replia en sa conscience et réfléchit (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 112).
B.− P. anal.
[En parlant d'une chose] Moindre résistance (d'une chose) due à une trop longue ou trop violente utilisation et pouvant aller jusqu'à empêcher son fonctionnement normal. Une certaine fatigue du ressort (Claudel, Art poét.,1907, p. 139).
P. méton. Effort imposé qui engendre une moindre résistance. Il est très important de se rendre compte de la fatigue qui sera imposée au câble (Haton de La Goupillière, Exploitation mines,1905, p. 945).
Spéc., TECHNOL. Essai de fatigue. Pour déterminer l'effort maximum possible sans qu'il y ait rupture (d'apr. Rama 1973). Synon. essai d'endurance.
C.− Au fig.
[En parlant d'une pers.] Découragement, disparition de l'envie de poursuivre ce qui a été entrepris. Je suis tout languissant, mais c'est plutôt de fatigue morale que de maladie physique (Constant, Journaux,1804, p. 83).La fatigue de n'être jamais d'accord avec le plus grand nombre (Montherl., Songe,1922, p. 111).
Prononc. et Orth. : [fatig]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Début xives. « action de fatiguer, résultat de cette action » (Aimé, Yst. de li Norm., p. 137 ds Gdf. Compl.); 2. 1555 « ce qui est cause de fatigue, travail pénible » (E. Pasquier, Le Monophile, 74ads R. Ét. rab. t. 9, p. 308). Déverbal de fatiguer*. Fréq. abs. littér. : 4 814. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 5 601, b) 7 486; xxes. : a) 7 138, b) 7 385. Bbg. Martin (R.). Les Degrés de la synon. In : Colloque sur les moyens d'enquête sur la connaissance et la diffusion du vocab. Strasbourg, 1962, pp. 21-31. − Termes techn. fr. Paris, 1972, p. 69, 85.

Fatigue : définition du Wiktionnaire

Nom commun

fatigue \fa.tiɡ\ féminin

  1. Sensation de faiblesse physique.
    • Cependant la fatigue physique commençait à lutter avec la préoccupation morale, et, lorsque onze heures et demie sonnèrent, il était temps qu’arrivât la fin de sa veille, car ses yeux se fermaient malgré lui. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Elle s’assit sur une chaise, lourdement. Un eût dit qu’une fatigue, tout d’un coup, lui avait cassé les membres. — (Octave Mirbeau, La Bonne, dans Lettres de ma chaumière, 1885)
    • Je n’en entendis pas davantage. J’étais moralement épuisé. Ma fatigue physique dépassa même toute mesure. — (Pierre Louÿs, Trois filles de leur mère, René Bonnel, Paris, 1926, chapitre IX)
  2. (Architecture, Mécanique) Perte de résistance, présence d’un point de fragilité.
  3. Trop grande dépense de force qui cause de la lassitude.
    • La Girafe, excitée à fuir, se presse, s’emporte, et est bientôt hors de vue ; mais elle ne soutient point longtemps cet effort, qu’elle ressent comme une fatigue : […]. — (Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, Quelques Considérations sur la Girafe, 1827)
    • Les nouaïb […] sont des hordes absolument indisciplinées, mais parmi lesquelles on trouve certainement d'excellents cavaliers, des fantassins durs à la fatigue et de bons tireurs. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 88)
    • Dites donc, vous autres, – les apostropha-t-il, […], – je meurs de fatigue, et je ne me tiens plus sur les jambes d’avoir été si longtemps en selle. Impossible de vous accorder une seule seconde d’entretien, je suis fourbu, esquinté. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 31 de l’éd. de 1921)
    • Les carnitines aident au transport des acides gras à longue chaîne du cytoplasme aux mitochondries, ce qui peut augmenter la production d'énergie dans les cellules et combattre la fatigue. — (F. Comhaire & A. Mahmoud, « Nutrition anti-vieillissement et compléments alimentaires », chap. II.4.14 de Traité d'andrologie à l'usage des cliniciens, ouvrage coordonné par Wolf-Bernhard Schill, ‎Roger Mieusset & ‎Frank H. Comhaire, traduction française supervisée par Roger Mieusset, Springer Verlag, 2008, page 569)

Forme de verbe

fatigue \fa.tiɡ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de fatiguer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de fatiguer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de fatiguer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de fatiguer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de fatiguer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Fatigue : définition du Littré (1872-1877)

FATIGUE (fa-ti-gh') s. f.
  • 1Sentiment douloureux avec difficulté d'agir, que cause un travail excessif ou trop prolongé. Être excédé de fatigue. Ma foi, prenons haleine après tant de fatigues, Molière, l'Ét. III, 5. Il n'est point d'artisan qui n'ait recours à cet innocent artifice [chanter], et la plus légère chanson lui fait presque oublier toutes ses fatigues, Rollin, Hist. anc. t. XI, 1re part. p. 211, dans POUGENS.

    Homme de fatigue, homme capable de supporter un travail pénible.

    Cheval de fatigue, celui qu'on applique aux plus rudes travaux.

    Habit de fatigue, celui qu'on porte pour vaquer à ses occupations ordinaires.

    Tomber de fatigue, ne pouvoir se soutenir sur ses jambes à cause d'une excessive fatigue. Des Indiens enchaînés et chargés de vivres, qu'on massacrait à l'instant où ils tombaient de fatigue, suivaient cette troupe barbare, Raynal, Hist. phil. VII, 12.

    La fatigue du cheval, de la voiture, celle que cause le mouvement du cheval, la secousse de la voiture.

  • 2Travail pénible. Fatigues, peines, maux, j'aimais tout pour leur cause, Th. Corneille, Ariane, III, 4. Un cœur qu'ont endurci la fatigue et les ans, Racine, Baj. I, 1. On se fait une fatigue des délices de votre banquet [de la communion], Massillon, Avent, Dispos. On la voit supporter la fatigue obstinée Pour laquelle on sent trop qu'elle n'était point née, Voltaire, Scythes, I, 1.
  • 3 Terme de marine. Se dit du travail des forçats qui sont hors du bagne, employés aux travaux du port. Aller à la fatigue.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Fatigue : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* FATIGUE, s. f. (Gramm.) c’est l’effet d’un travail considérable. Il se dit du corps & de l’esprit, & il se prend quelquefois pour le travail même : on dit indifféremment les travaux & les fatigues de la guerre ; cependant l’un est la cause, & l’autre l’effet. Il faut encore remarquer que dans l’exemple que nous venons d’apporter, le mot travaux peut avoir deux acceptions, l’une relative à la personne, & l’autre à l’ouvrage.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « fatigue »

Étymologie de fatigue - Wiktionnaire

Substantif dérivé du verbe latin fatigare (« fatiguer »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de fatigue - Littré

Voy. FATIGUER.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « fatigue »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fatigue fatig play_arrow

Citations contenant le mot « fatigue »

  • Sommes-nous plus fatigués que nos devanciers ? Là n’est pas la question. Le regard sur la fatigue a changé. La façon dont la fatigue est perçue et construite en société à travers les discours change, explique Georges Vigarello. Difficile de ne pas aborder désormais la fatigue sous l’angle des nouveaux effets produits par la pandémie. La COVID-19 a entraîné des formes de stress, d’insatisfactions, de pressions et d’automatismes d’un nouveau type. Cette période n’est pas de tout repos, tant s’en faut, en particulier pour ceux forcés de vivre dans la promiscuité et la pauvreté. Cependant, avant la crise, le psychologique était déjà rudement mis à l’épreuve par les injonctions répétées à la performance de plus en plus présentes dans le monde du travail. Les inquiétudes sourdes engendrées par ces idées de performance chiffrées et brandies sur des graphiques se sont propagées jusqu’à engendrer des sentiments troubles où plane le poids lourd de l’incertitude. Le Devoir, L’histoire de la fatigue n’est pas de tout repos | Le Devoir
  • J’ai également ressenti de la fatigue. Plus qu’à l’habitude, du moins. Pas assez fatigué pour ne pas être fonctionnel, mais assez pour être lunatique. Comme si j’avais dormi quatre heures, même si ma nuit a été normale.  La Tribune, Une deuxième dose qui fatigue | Chroniques | La Tribune - Sherbrooke
  • Exactement. Mais c’est aussi parce qu’au fil du temps, de nouvelles occupations sont apparues et ont engendré des fatigues qui n’existaient pas autrefois. Au XIIIe siècle, le seul éreintement auquel on pouvait songer était de nature physique. Celui du combattant, par exemple, puisque l’activité militaire était centrale à la période médiévale. Ou encore celui du pèlerin voyageant pieds nus dans les pas du Christ, en quête de rédemption. Plus tard, au XVIIe siècle, alors que s’implantent davantage l’éducation, l’administration et les lettres, apparaît pour la première fois la « fatigue de l’esprit », comme la désigne à l’époque le physicien et philosophe René Descartes. L’actualité, La grande histoire de la fatigue | L’actualité
  • Alors que l’hiver est presque là, l’épidémie de Covid-19 sévit de plus belle. Entre manque de soleil, d’activité physique ou encore d’air, les restrictions sanitaires pèsent sur le moral des français. Mais pas que ! Le corps réagit aussi à cet état de santé mentale dégradé. Résultat ? Beaucoup de fatigue. Mais comment pallier à cet éreintement ? Quels conseils peut-on appliquer ? Les réponses avec le Dr Florence Lapica, médecin généraliste à Lyon et coordinatrice pour l’URPS Médecins Libéraux Auvergne Rhône-Alpes. Ra Santé, Forme : 10 conseils anti fatigue pour compenser les restrictions sanitaires - Ra Santé
  • [DIAPORAMA] A la fin de cette année 2020 bien particulière, la fatigue a tendance à s'accumuler. On a du mal à émerger le matin, on manque d'énergie et on s'effondre sur la canapé à l'heure du couvre-feu. Nos conseils pour retrouver tonus et vitalité en attendant les beaux jours. Topsante.com, Fatigue : les bons réflexes quand le corps dit stop - Top Santé
  • Depuis le début de l'épidémie de coronavirus, la santé mentale des Français s'est dégradée. La fatigue psychique (asthénie) est ainsi de plus en plus fréquente. On fait le point avec un psychologue. Topsante.com, Fatigue psychique (asthénie) : 3 signes qui doivent vous inquiéter - Top Santé
  • Des douleurs osseuses et de la fatigue peuvent être des signes de l'ostéoporose. Les douleurs peuvent provenir de fissures osseuses mais en fonction de l'âge ... www.pourquoidocteur.fr, Essoufflement, fatigue, fibrose, perte de l'odorat... : "Tout le monde peut être atteint de séquelles à long terme de la Covid-19"
  • La fatigue n'a pas toujours été telle qu'on la connaît aujourd'hui. Il fut un temps, elle n'existait même pas dans le vocabulaire. L'historien Georges Vigarello dévoile 9 infos insolites sur la fatigue dans son livre "Histoire de la fatigue", paru en 2020. Topsante.com, 9 infos insolites sur la fatigue - Top Santé
  • Parmi les problèmes de santé les plus fréquents, 63% des ex-patients se plaignaient de fatigue ou de faiblesse musculaire, 26% de troubles du sommeil, 27% disaient éprouver encore des douleurs, et 23% souffraient d'anxiété ou de dépression. Franceinfo, Covid-19 : fatigue, dépression, douleurs… Ce que révèle l'étude du "Lancet" sur le "Covid long"
  • Seule la paresse fatigue le cerveau. De Louis Pauwels / L'apprentissage de la sérénité
  • Le travail, ça salit, ça fatigue et ça déshonore. De Jacques Dutronc / Pensées et répliques
  • Trop aboyer fatigue les oreilles les plus attentives. De Roger Molinier / L'Écologie à la croisée des chemins
  • O la grande fatigue que d'avoir une femme ! De Molière / Le médecin malgré lui
  • L’admiration est toujours une fatigue pour l’espèce humaine. De Honoré de Balzac
  • Un cerveau bien soigné ne se fatigue jamais. De Jules Renard / Journal
  • On se fatigue de tout, même d'être aimé. De André Maurois / Lettres à l'inconnue
  • Paresse : habitude prise de se reposer avant la fatigue. De Jules Renard / Journal
  • Le flatteur se fatigue plus que le laboureur. De Mencius / Livre des livres
  • De la hâte il ne reste que la fatigue. De Proverbe vénézuélien
  • La gaieté chasse la fatigue, or de la fatigue provient le découragement. De Saint Séraphin de Sarov
  • Le travail fatigue même les ânes. De Mateo Aleman / Histoire de Guzman d'Alfarache
  • La fatigue engendre les plus séduisantes grimaces. De Jacques Rigaut / Ecrits
  • L’excès de sommeil fatigue. De Homère / L’Odyssée
  • Haïr fatigue. De Jean Rostand

Traductions du mot « fatigue »

Langue Traduction
Corse stancu
Basque nekatuta
Japonais 疲れた
Russe усталый
Portugais cansado
Arabe متعب
Chinois
Allemand müde
Italien stanco
Espagnol cansado
Anglais tired
Source : Google Translate API

Synonymes de « fatigue »

Source : synonymes de fatigue sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires