La langue française

Atteler

Définitions du mot « atteler »

Trésor de la Langue Française informatisé

ATTELER, verbe trans.

I.− Emploi trans.
A.−
1. Atteler (un animal de trait) à (une voiture) :
[L'obj. désigne l'animal, l'obj. indir. une chose] Attacher un cheval, un bœuf à une voiture, une charrue, etc., qu'il doit tirer. Atteler un cheval à une carriole; atteler les cavales ailées au char rapide (Moréas, Sylves,1896, p. 167):
1. Ici, le véritable animal de trait n'est pas le cheval; je n'ai pas encore vu d'âne : c'est le chien, le chien courageux et docile qu'on attelle à de petites voitures et qui les traîne au grand trot, en tirant la langue et en baissant la queue. Du Camp, En Hollande,1859, p. 17.
2. Sachant que, pour pousser haut, le blé doit s'enraciner profond, il attelle les bœufs les plus puissants à la charrue la plus lourde, et il défonce le sol jusqu'en ses couches vierges de tout le poids des bêtes et du fer. Pesquidoux, Chez nous,1921, p. 137.
[Sans obj. second.] :
3. Le postillon attelle les chevaux dans la cour. Gide, Les Nourritures terrestres,1897, p. 207.
4. ... Mmede Séryeuse, ne pouvant tenir en place, avait fait atteler et donné l'ordre d'une promenade dont elle n'avait pas l'habitude. Radiguet, Le Bal du comte d'Orgel,1923, p. 125.
SYNT. Chevaux attelés de front (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 164). Rosses attelées en arbalète (Maupassant, Contes et nouvelles, t. 1, La Bête à Maît'Belhomme, 1885, p. 194). Deux chevaux, attelés en flèche (Zola, Nana, 1880, p. 1382).
P. méton. [L'obj. désigne le véhicule auquel on attelle les animaux] Atteler le break, le cabriolet, le traîneau; cabriolet bien attelé (emploi part. passé pris comme adj.).
Absol. Atteler à six chevaux; atteler à huit; atteler à la daumont.
Arg. Atteler à deux, à trois, à quatre, à plusieurs. ,,Avoir plusieurs maîtresses`` (Bruant 1901, p. 300) :
5. Et les Maltais? Encore dans le secteur [de la prostitution à Londres]? − Oui... chacun attelé à cinq, six gonzesses. A. Le Breton, Du Rififi chez les Hommes,1953, p. 128.
2. P. anal.
a) [L'obj. désigne un véhicule] Atteler la locomotive à son convoi :
6. ... au pont de l'Europe, il lui [à la Lison] fallut attendre; et il n'était que l'heure réglementaire, lorsque l'aiguilleur l'envoya sur l'express de six heures trente, auquel deux hommes d'équipe l'attelèrent solidement. Zola, La Bête humaine,1890, p. 117.
P. ext. Atteler un wagon :
7. À la recette inférieure du plan incliné se tient un receveur qui détache les wagons pleins et attelle les wagons vides... J.-N. Haton de La Goupillière, Cours d'exploitation des mines,1905, p. 903.
b) Rare. [L'obj. désigne une pers.] :
8. Les hommes, attelés à la corde à court intervalle les uns des autres, arc-boutés dans les trous de l'herbage, tiraient à l'unisson. − Ensemble! Criaient-ils, balançons-le! ... Une! ... Deux! Leurs huit bras ne faisaient qu'une chair brune, qu'une courroie veineuse et musclée. Alors quelque chose d'insolite se passa dans l'ormeau. Puis, avec indifférence, sa cime oscilla, parut se déplacer. Châteaubriant, M. des Lourdines,1911, p. 16.
SYNT. [Homme] attelé à la charrette (Giono, Regain, 1930, p. 74). Hâleur attelé à une péniche (R. Martin du Gard, Les Thibault, Épilogue, 1940, p. 906).
Spéc., arg. ,,Unir deux détenus transférés au moyen d'une chaîne à cadenas (Forban 1829)`` (Esn. 1966).
P. métaph. Atteler qqn à son char, au char de qqn. Le placer sous son autorité, en faire son collaborateur. Atteler au même char. Mettre ensemble :
9. Si l'on attèle au même char des hommes qui ont des volontés et des sentiments opposés dans ce qui tient au gouvernement en général et à la ligne de conduite à suivre pour l'assurer, on sera dans l'anarchie et le trouble. Maine de Biran, Journal,1816, p. 130.
10. Ainsi, pour mes mœurs et mon art, C'est la période védique Qui seule a bon droit revendique Ce que j'en « attelle à ton char ». Laforgue, L'Imitation de Notre-Dame la Lune,1886, p. 237.
11. L'influence qu'il [M. Thorez] exerce sur la classe ouvrière, le désir qu'éprouve l'opinion et que je ressens moi-même de le voir revenir à la nation, me déterminent à lui donner sa place dans le travail de redressement. Ruant, mordant, se cabrant, mais attelé entre les bancards et subissant le mors et la bride, il va donc, lui aussi, tirer la lourde charrette. C'est mon affaire de tenir les rênes. De Gaulle, Mémoires de Guerre,1959, p. 99.
Péj. Se laisser atteler au char de l'ennemi (Romains, Les Hommes de bonne volonté,Le 6 octobre, 1932, préface, p. XX).
Atteler l'audace à leur talent (Murger, Scènes de la Vie de bohème,1851, p. 13).
B.− P. ext.
1. TECHN. Atteler (une chose) à (une autre). L'y attacher de manière qu'elle lui communique son mouvement ou son énergie :
12. Les moteurs d'épuisement à commande directe... sont attelés en tandem aux pompes qu'ils actionnent. J.-N. Haton de La Goupillière, Cours d'exploitation des mines,1905, p. 577.
2. Au fig. Atteler qqn à (une tâche, un travail). L'en charger de manière qu'il en prenne la responsabilité. Consciences difficiles à atteler à une grande œuvre (Renan, L'Avenir de la sc.,1890, p. 521):
13. ... à peine rentrées, on nous attelle à des exercices de ronde et de bâtarde en vue des examens proches. Colette, Claudine à l'école,1900, p. 63.
II.− Emploi pronom.
A.− Emploi pronom. à sens passif, rare. [En parlant d'un animal] Un âne... qui pouvait s'atteler à tous les véhicules (Alain-Fournier, Le Grand Meaulnes,1913, p. 215).
À sens actif. [En parlant d'un homme] :
14. Lorsque le fleuve est profond et que les perches ne peuvent en atteindre le lit, les matelots se jettent à la nage, une corde aux dents, puis se réunissent sur le rivage, s'attellent au long câble rattaché au mât de la barque et la tirent en allant à la file comme des chevaux de halage. Du Camp, Le Nil,1854, p. 88.
B.− Au fig.
1. Emplois métaph. :
15. L'œuvre intellectuelle cesse de la sorte d'être un monument pour devenir un fait, un levier d'opinion. Chacun s'attelle au siècle pour le tirer dans sa direction; ... Renan, L'Avenir de la sc.,1890, p. 227.
Spéc. S'atteler au char de qqn. Le suivre, accepter d'être placé sous son autorité :
16. Les peuples ont revu César; Les rois s'attellent à son char. Quinet, Napoléon,1836, p. 169.
2. S'atteler à une besogne, à une tâche. En prendre l'initiative et/ou la responsabilité. S'atteler aux grandes réformes indispensables (De Gaulle, Mémoires de Guerre,1959, p. 591).S'atteler immédiatement à cette tâche urgente (Joffre, Mémoires,1931, p. 37).
PRONONC. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [atle], j'attelle [ʒatεl]. 2. Forme graph. − Fait partie des verbes en -eler qui doublent la consonne l devant un e muet : j'attelle.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1165-70 « attacher une bête à une voiture » (Chr. de Troyes, Erec et Enide, éd. W. Foerster, 4731 ds T.-L. : Erec ont sus couchié anvers, S'i ont deus chevaus atelez); 1210-40 « (l'objet désigne un moyen de locomotion), munir (un véhicule) de bêtes de trait » (Gui de Bourgogne, éd. E. Guessard et H. Michelant, 50 ibid. : Les chars ont fait estruire et mult bien ateler); 2. 1676, 17 mai, pronom. fig. fam. « s'associer (avec qqn) » (Mmede Sévigné, Lettres à Mmede Grignan ds Dict. hist. Ac. fr. : Il faut que M. de la Garde ait de bonnes raisons pour se porter à l'extrémité de s'atteler avec quelqu'un; je le croyais libre, et sautant, et courant dans un pré; mais enfin il faut venir au timon, et se mettre sous le joug comme les autres); av. 1850 « se consacrer, se dévouer (à qqc.) » (Balzac ds Lar. 19e: On pouvait compter que ces deux fractions de l'opposition s'attelleraient de tout cœur au succès d'un candidat aussi ridicule). Du lat. *attelare, issu, avec substitution de préf., du b. lat. protelare, attesté dep. Tertullien (Poenit., 4 ds Forc.) au sens de « conduire jusqu'au bout », mais qui a prob. pris ultérieurement le sens de « atteler » d'apr. le subst. protelum, attesté au sens de « attache de l'attelage » dep. Caton (cité par Nonnius, p. 363, 6, ibid.) et de « attelage » dep. Pline (Hist. Nat., 9, 15, 17, 45, ibid.).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 453. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 482, b) 1 031; xxes. : a) 862, b) 441.
BBG. − Atteler des chevaux sur un duc. Intermédiaire (L') des chercheurs et des curieux. 1882, t. 15, col. 37, 84-85. − Barb.-Cad. 1963. − Bél. 1957. − Canada 1930. − Dul. 1968. − Esn. 1966. − Fén. 1970. − Forest. 1946. − Gottsch. Redens. 1930, p. 120, 265, 271, 323. − Goug. Mots t. 1 1962, p. 228. − Le Breton 1960. − Pope 1961 [1952] § 729, 926. − Sandry-Carr. 1963.

Wiktionnaire

Verbe

atteler \a.tle\ ou \a.tə.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’atteler)

  1. Attacher des bêtes de trait à une voiture, à une charrue, etc.
    • Pendant que dans la grande cour de l'hôtel de la Poste on attelait les chevaux de la lourde diligence et qu'on chargeait les colis, les adieux vingt fois répétés étaient de part et d'autre comme une série d'arrachements. — (René Vallery-Radot, La vie de Pasteur, Hachette, 1900, Flammarion, 1941, p. 16)
    • (Par ellipse) Atteler un charriot, une voiture.
    • (Absolument)Guillaume, dit-il au valet qui vint enlever les tasses, faites atteler. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
  2. (Par extension) Attacher un tracteur à une remorque ou à un outil aratoire.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  3. (Pronominal) (Figuré) Commencer une tâche.
    • Les chimistes organiciens, conscient de l’aspect ludique propre aux synthèses chimiques — […] — se sont attelés par défi à la création d’hydrocarbures dont le squelette carboné correspond aux polyèdres régulier que sont les solides platoniques. — (Paul Depovere, Oh, la Chimie !, Dunond, Paris, 2004, page 125)
    • Depuis plusieurs années, de nombreuses voix appellent à s’atteler à cette question. — (Mathilde Damgé, Un cargo pollue-t-il autant que toutes les voitures françaises ?, Le Monde. Mis en ligne le 14 novembre 2018)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ATTELER. (J'attelle; nous attelons.) v. tr.
Attacher des bêtes de trait à une voiture, à une charrue, etc. Atteler un cheval. Ces bœufs s'attellent difficilement. On dit aussi elliptiquement Atteler un chariot, une voiture. On l'emploie aussi absolument. Faites atteler. Fig., S'atteler à un travail, à sa besogne. Fig., C'est une charrette mal attelée, se dit en parlant d'Associés qui ne s'accordent pas, qui n'agissent pas de concert dans leur entreprise.

Littré (1872-1877)

ATTELER (a-te-lé), j'attelle, j'attelais, j'attellerai, j'attellerais, attelant, attelé v. a.
  • 1Attacher des animaux de trait. Atteler des chevaux à un carrosse. Cérès présentait aux hommes une charrue et faisait atteler des bœufs, Fénelon, Tél. XVII.

    Absolument. C'est d'ordinaire le cocher qui attelle. Nous fîmes atteler.

    On dit aussi atteler une voiture, une charrue.

  • 2 Par extension. Il fit atteler à son char les rois qu'il avait vaincus, Fénelon, Tél. XI. Il [Napoléon] attelait des rois au char de ses victoires, Hugo, Odes, II, 4.
  • 3S'atteler, v. réfl. Il se dit par extension des personnes. Ils s'attelèrent au chariot et le traînèrent.

    Fig. S'atteler au char de la puissance, servir les puissants.

HISTORIQUE

XIIe s. Quatre escuiez des miex enparentés Ont lor roncins au tinel atelez, Bat. d'Aleschans, 3746. Iloc au jour se voudra asteler [préparer, disposer], Ronc. p. 8.

XIIIe s. Quant la vieille fu arse, Tybert [ils] font ateler [à la claie], Berte, XLVII. En leu de chevaus atelés, Ot es limons huit colombiaus Pris en son colombier moult biaus, la Rose, 15986. Car Eolus, li diex des vens, Quant il les a bien atelés [les nuages], Lor met es piez si bonnes eles Que nus oisiaus n'ot onques teles, ib. 18208. Ens en la croute à voute en est li Turs alés, Puis à l'eschiele prise, au chief s'est atelés, Ch. d'Ant. VI, 501.

XIVe s. Lors le fit Tulles lier à deux charretes, et à chascune ateler six chevaux, Bercheure, f° 16, verso. Lequel Colin, pource qu'il estoit haïz de tout le peuple, aucuns mire ne cirurgien ne le voult [voulut] aler remuer, et n'y eut que une femme qui atela ses jambes, Du Cange, astula.

XVIe s. Il part donc à minuit avec la fleur de son armée, et deux canons bien astelez, D'Aubigné, Hist. II, 277. Et les os fracturés estant reduits, bandés, et astelés ainsi qu'il appartient, le bras sera pendu en escharpe, Paré, XIII, 18.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ATTELER. - HIST. Ajoutez :

XVe s. Les beufz de Pierre Caurin hatellés aux trahynes [charrettes] chargées dudit bois, Du Cange, trainare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ATTELER, c’est joindre des chevaux à une voiture pour la tirer. (V)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « atteler »

(Date à préciser) Du latin protelare (« conduire jusqu’à, faire parvenir ») qui a probablement pris le sens de « atteler » d’après protelum (« attache de l’attelage ») et qui, avec substitution de préfixe, est devenu *attelare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bas-lat. astellare. On donnait le nom d'astelet au bois du collier des chevaux ; de là atteler ; ce mot vient donc de astele ou, comme nous écrivons aujourd'hui, attelle (voy. ce mot). Ainsi il faut complétement rejeter l'étymologie de pro-telum qui en latin signifie attelage ; nous ne connaissons pas en cette langue de mot attelum, qui ait pu produire le mot français ; et si l'on invoquait dételer, nous remarquerions que estele s'est dit pour astele, et que dételer est pour desteler. Comparez le Berry âte, s. f. timon d'une voiture à bœufs.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « atteler »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
atteler atœle

Évolution historique de l’usage du mot « atteler »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « atteler »

  • Les législatives en Serbie ont conforté la domination du Parti du progrès serbe (SNS) au pouvoir et le président Aleksander Vucic a désormais la voie plus libre pour s’atteler à cette question très sensible. Communes, régions, Belgique, monde, sports – Toute l'actu 24h/24 sur Lavenir.net, Fort de son succès électoral, le président serbe se prépare à parler du Kosovo (Namur)
  • La tâche à laquelle nous devons nous atteler, ce n’est pas de parvenir à la sécurité, c’est d’arriver à tolérer l’insécurité. De Erich Fromm
  • Antoine Balzeau, paléontologue au Musée national d'Histoire naturelle, a décidé de s'atteler à les contrecarrer. En publiant son livre « 33 idées reçues sur la Préhistoire », il diffuse les connaissances actualisées sur certains des mythes les plus ancrés. L'humain chassait-il le mammouth ? Les hommes étaient-ils les seuls à chasser, laissant aux femmes la garde des enfants ? Découvrez cinq idées reçues débunkées dans notre vidéo. Futura, Brève | Connaissez-vous ces mythes sur la Préhistoire ?
  • Jean-Paul Rivière peut désormais s'atteler à préparer la prochaine édition de l'Armada, dont les dates ont aussi été fixées : du 8 au 18 juin 2023 sur les quais de Seine à Rouen. tendanceouest.com, Rouen. Jean-Paul Rivière prend la tête de l'Armada, du 8 au 18 juin 2023
  • Salla Fanyi a annoncé que dans le cadre de l’exécution de sa lettre de mission, son département va s’atteler à finaliser les projets en cours. Mosaiqueguinee.com, Salla Fanyi, nouvelle ministre de l’hôtellerie et du tourisme : « J’aborde mes fonctions sans idées préconçues » - Mosaiqueguinee.com
  • Plutôt que de s’atteler à un énième mercato des compétences entre les différents niveaux de collectivités, le groupe PS au Sénat souhaite évacuer l’Etat du terrain de jeu, hors compétences régaliennes. De quoi doper selon lui les politiques publiques locales et inciter les collectivités à collaborer entre elles. Courrier des maires, Brider l’Etat pour mieux libérer les collectivités, la décentralisation rêvée des sénateurs PS
  • Remaniera ou pas ? La question apparaît essentielle aux yeux des observateurs de la vie politique. Mais l’est-elle vraiment aux yeux des citoyens ? Le contexte actuel agité avec la reprise des débats, violents, juste après le confinement invite à penser que les attentes sont fortes et ailleurs que dans le casting de l’exécutif. La rue qui bruisse depuis de longs mois attend des réponses, espère des décisions pour améliorer un quotidien qu’elle estime malmené, voire dénigré parfois. Quel que sera l’homme, puisqu’il semble inévitable de remanier pour marquer une nouvelle séquence, il devra s’atteler à "réparer" ce vivre ensemble, loué pendant la crise du coronavirus, et qui résiste mal aux réalités économiques. Car le socle est là : sans une économie ragaillardie point d’apaisement social, point d’élan commun. Celui qui manque pour mener de grands projets de transformation. Et qui ne se produiront qu’en sortant du sentiment qu’ils s’effectuent les uns contre les autres. midilibre.fr, Un élan commun - midilibre.fr

Traductions du mot « atteler »

Langue Traduction
Anglais harness
Espagnol aprovechar
Italien imbracatura
Allemand geschirr
Chinois 马具
Arabe ظفيرة
Portugais arreio
Russe упряжь
Japonais ハーネス
Basque arnesa
Corse arnesi
Source : Google Translate API

Synonymes de « atteler »

Source : synonymes de atteler sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « atteler »

Atteler

Retour au sommaire ➦

Partager