Commandant : définition de commandant


Commandant : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

COMMANDANT1, ANTE, adj.

A.− Qui commande.
En partic. Rime commandante (cf. commander I B 2 b). Rime en fonction de laquelle s'organise le poème. La rime du refrain, la rime commandante en « aine » (Péguy, Clio,1914, p. 117).
Spéc., MAR. Qui est à la tête, qui dirige; où se tient le commandement, d'où émanent les décisions. Le Charlestown, frégate commandante, et le Jack, furent obligés de se rendre (Voyage de La Pérouse,t. 1, 1797, p. XXXVII):
1. J'y ai trouvé (...) un centre d'unité, qui est le commandant, ce qui assure l'exécution du plan, (...). Ce que j'ai tant désiré est enfin arrivé : une marine commandante, et une marine auxiliaire dont on a eu soin de ménager les intérêts de manière à ne pas l'humilier... Voyage de La Pérouse,t. 4, 1797, p. 245.
B.− [Avec valeur intensive] Littér.
1. [En parlant d'une pers. ou de sa manière de se comporter, de s'exprimer, etc.] Autoritaire, impérieux. Cette langue [de Napoléon] par petites phrases commandantes (...) a été prise et employée par Balzac dans la bouche de ses types militaires, gouvernementaux (E. et J. de Goncourt, Journal,1858, p. 539).Elle, sèche, noire, commandante, donne les instructions, fait fabriquer, prend les grands partis, décide (Taine, Notes sur Paris, Vie et opinions de M. F.-T. Graindorge, 1867, p. 60):
2. ... tout de suite elle [la main d'Augustin] a commencé à frapper le fer doré d'une façon droite, sûre, commandante, sèche, fine, savante, tourne la tenaille d'un coup de poignet, présente l'autre face du fer et frappe de ce côté d'une façon d'homme musclé, exigeante, pleine de désirs, forçant à son désir, obstinée, voulant obtenir... Giono, Triomphe de la vie,1941, p. 291.
2. [En parlant de la situation, du rôle d'une pers.] Qui permet d'exercer un pouvoir, une autorité. Ces bourgeois qui se sont créé un royaume, des sérails, un ministère, un gouvernement, une presse, des journaux, un théâtre, une vie commandante, vie d'orgueil et de plaisirs (E. et J. de Goncourt, Journal,1868, p. 440):
3. ... il organise sa vie autour de lui avec cette grande résistance à tous, cette force sauvage qui cherche pour lui la place toujours la plus haute et la plus commandante, (...). C'est un des plus grands soldats de la vie. Giono, Batailles dans la montagne,1937, p. 256.
Prononc. et Orth. : [kɔmɑ ̃dɑ ̃], fém. [-ɑ ̃:t]. Ds Ac. 1694-1932. Fréq. abs. littér. : 590. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 483, b) 381; xxes. : a) 713, b) 1 038.

COMMANDANT2, subst. masc.

Personne qui détient un commandement* militaire, quel que soit son grade. Commandant du fort, d'une colonne, d'un bataillon, d'un régiment, de l'artillerie. Le commandant du camp autorise les prisonniers à recevoir les visites de leurs familles (Sartre, La Mort dans l'âme,1949, p. 253).
[Dans une place, une ville de garnison] Commandant de place (vieilli), commandant d'armes. Officier ayant le plus d'ancienneté dans le grade le plus élevé et responsable des questions intéressant l'ensemble des corps de troupes de la place. Si vous voulez partir, il vous faut une autorisation du commandant de place (J. et J. Tharaud, Dingley, l'illustre écrivain,1906, p. 100).
Commandant en chef, commandant supérieur, commandant suprême. Commandant d'un groupe de troupes, de corps d'armées, d'armées. Général commandant supérieur des troupes, commandant supérieur des forces d'Afrique française libre, commandant suprême interallié. Les actes militaires du général en chef de l'armée d'Orient (...) relevaient du général commandant en chef des armées françaises (Joffre, Mémoires,t. 2, 1931, p. 335).Darlan (...) se décrète chef de l'État français en Afrique du Nord et commandant en chef des forces terrestres, navales et aériennes (De Gaulle, Mémoires de guerre,1956, p. 48).
Commandant de région. Officier qui a le commandement d'une région militaire (cf. commandement I B 5 b β). Le territoire est divisé en régions. Les généraux commandants de région exercent le commandement sur les formations d'active et de réserve de leur région (Lubrano-Lavadera, Législ. et admin. milit.,1954, p. 177).
Spécialement
[Dans les forces navales, dans l'armée de l'air] Officier qui a le commandement d'un bâtiment de guerre, d'une force navale, d'une escadrille d'aviation, quel que soit son grade. Nomination d'un amiral américain comme commandant suprême dans l'Atlantique Nord (Combat,19-20 janv. 1952, p. 4, col. 5).
SYNT. Amiral commandant général de la marine; amiral commandant en chef de la flotte de l'Atlantique; fonctions de commandant en chef des forces navales françaises libres; commandant de marine, des unités de marine, de sous-marin, d'un bateau de guerre; commandant d'une formation aérienne.
[Dans les armées de terre et de l'air] Officier supérieur entre le grade de capitaine et celui de lieutenant-colonel et dont l'insigne comporte quatre galons :
« Les nominations au grade de commandant et aux grades supérieurs ont lieu dans tous les corps exclusivement au choix, sauf en ce qui concerne le grade de commandant pour les médecins et pharmaciens de l'air. » J. O., Loi no64-662 du 2 juill. 1964, p. 5866.
SYNT. Commandant de gendarmerie, de la garde nationale, de l'air. Passer commandant (à l'ancienneté); avoir/recevoir le grade de commandant; obtenir l'épaulette de commandant.
Rem. gén. 1. ,,Dans la marine, en parlant au commandant, on dit : « Commandant » tout court, et non « Mon commandant » comme dans l'armée, l'appellation s'appliquant à la fonction et non au grade`` (Gruss 1952). 2. Le subst. fém. commandante s'emploie pour désigner l'épouse d'un commandant. Madame la commandante de place (Erckmann-Chatrian, Histoire d'un paysan, t. 2, 1870, p. 462). Fam. La commandante. Une soupe excellente que j'm'ai régalé, et la commandante aussi (Barbusse, Le Feu, 1916, p. 263).
Prononc. : [kɔmɑ ̃dɑ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1661 « chef (d'un parti) » (Corneille, Sertorius, I, 1); 2. 1671 « celui qui a quelque charge dans une armée » (Pomey); 1679 commandant du regiment (Retz, [G. E.] II, 352 ds IGLF); 1757 commandant en chef (Petit dict. de temps, ibid.). Part. prés. substantivé de commander*. Fréq. abs. littér. : 2 825 (Commandant-général : 10. Commandant-major : 4). Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 656, b) 2 032; xxes. : a) 3 880, b) 6 326.

Commandant : définition du Wiktionnaire

Adjectif

commandant \kɔ.mɑ̃.dɑ̃\

  1. Qui commande dans une place, ou qui commande des troupes, une troupe, un bâtiment de guerre.
    • Les officiers commandants.
    • Capitaine commandant.

Nom commun

commandant \kɔ.mɑ̃.dɑ̃\ masculin (pour une femme on dit : commandante)

  1. Personne en charge d’un commandement.
    • Le hasard nous fit rencontrer le commandant du croiseur-école Danois « Hemjdal », le capitaine de Frégate Godfred Hansen, qui fut un des compagnons d’Amundsen lors de son expédition du passage du Nord-Ouest. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Un commandant de place.
    • Le commandant du corps d’armée.
    • Le commandant en chef.
    • Le commandant du bord, en parlant d’un navire.
  2. (Militaire) Grade donné à un officier supérieur situé entre son supérieur hiérarchique, le lieutenant-colonel, et son subordonné, le capitaine, dans certaines armes et dans les services de l’armée de terre et dans l’armée de l’air, en France. Le code OTAN : OF-3.
    • Tristan voit un commandant qui fut à Perthes et qui, une fois de plus, incrimine l’état-major, l’automaticité rigide des ordres, imposant de loin une attaque qu'on jugerait sur place stérile et mortelle. Ce commandant perdit 400 hommes de son bataillon.— (Michel Corday, L'envers de la guerre : journal inédit 1914-1916, Flammarion, 1932, p.137)
    • Devant moi se tenait un commandant de paras en uniforme de « camouflage » et béret bleu. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
  3. Grade donné à un officier supérieur situé entre son supérieur hiérarchique, le lieutenant-colonel, et son subordonné, le capitaine, dans certaines administrations.
    • Un commandant des sapeurs-pompiers, des douanes.
  4. Officier de police sous les ordres d’un commissaire de police et supérieur hiérarchique d’un capitaine.
    • Un commandant de police.

Forme de verbe

commandant \kɔ.mɑ̃.dɑ̃\

  1. Participe présent de commander.
    • Rencontre d’une famille touareg ou mieux touareguisée, car les habitants sont fortement métissés de Soudanais, pêche de poissons dans les gueltas ou sources naturelles, poissons aujourd’hui déposés au Musée d’histoire naturelle, activités artisanales dans l’oasis de Djanet, centre administratif de cette région, au milieu d’une oasis d’un million de dattiers et où le génie constructeur de l’officier commandant le cercle a donné une impulsion à l’urbanisme du meilleur type européen, voies larges et alignements d’arbres, toutes ces scènes adoucirent l’aspect dur du paysage où les aiguilles et pitons, anciens bouchons de volcans détruits émergent de plaines de sable. — (revue Le Globe, volumes 92 à 96, 1953, page 9)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Commandant : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COMMANDANT. adj. m.
Qui commande dans une place, ou qui commande des troupes, une troupe, un bâtiment de guerre. Les officiers commandants. Capitaine commandant. Il est plus ordinairement nom. Un commandant de place. Le commandant du corps d'armée. Le commandant en chef. Le commandant du bord, en parlant d'un navire. Il se dit particulièrement des Chefs de bataillon ou d'escadron. Le grade de commandant.

Commandant : définition du Littré (1872-1877)

COMMANDANT (ko-man-dan, dan-t')
  • 1 Adj. Qui commande. Une parole commandante. Un ton commandant.

    Fig. et dans le langage recherché du temps. Un vin à séve veloutée, armé d'un vert qui n'est point trop commandant, Molière, le Bourg. IV, 1.

  • 2Qui a un commandement militaire. Officier commandant. Capitaine commandant.
  • 3 S. m. Chef. Tout parti demande un commandant, Corneille, Sertor, I, 1.
  • 4 Terme militaire. Celui qui commande. Commandant d'un détachement, d'un poste. Un commandant de place, celui qui commande une place, quel que soit son grade ; et aussi chef de bataillon attaché à l'état-major des places.

    Qualification donnée au chef de bataillon ou d'escadron.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Commandant : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

COMMANDANT, s. m. (Hist. mod. & Art milit.) Ce nom pris en général signifie un officier militaire qui a autorité sur une armée, un corps de troupes, & tant sur les officiers que sur les soldats.

En le restreignant à un sens plus particulier, il signifie dans les troupes de France un officier qui commande en chef à tout un bataillon. Chaque bataillon a un commandant, qui est ordinairement le plus ancien capitaine ou le capitaine des grenadiers de ce même bataillon. (Q)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « commandant »

Étymologie de commandant - Littré

Commander.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de commandant - Wiktionnaire

Participe présent de commander.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « commandant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
commandant kɔmɑ̃dɑ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « commandant »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « commandant »

  • Nommé pour un mandat d’un an, le futur commandant de « Barkhane » devra dès son arrivée au Sahel mettre en œuvre les objectifs qui seront fixés fin juin par les chefs d’Etat du G5 Sahel (Mauritanie, Burkina Faso, Mali, Niger et Tchad) et le président français Emmanuel Macron, lors d’un sommet à Nouakchott sur la lutte antidjihadiste. Le Monde.fr, Un nouveau commandant pour la force française « Barkhane » au Sahel
  • Le commandant de la compagnie de gendarmerie de Boulogne-Calais, Didier Bernard, quitte la région après quatre ans. Il raconte un secteur difficile, unique, et surtout enrichissant La Semaine dans le Boulonnais, Boulogne-Calais : le commandant de la compagnie de gendarmerie quitte la région
  • Le commandant des Gardiens de la Révolution de la province de Sistan et Baloutchistan, dans le sud-est de l’Iran, a été blessé dans un attentat à la bombe qui a visé deux voitures de son armée, orchestré par le groupe terroriste L’Armée de la Justice, a déclaré le député Fida Hossein Maliki à Fars News Arabic. , Un commandant des Gardiens de la Révolution iraniens visé par un attentat à la bombe - Sputnik France
  • Après près de 40 ans de service, le commandant en second de la compagnie de gendarmerie de La Valette s'en va Var-Matin, Après près de 40 ans de service, le commandant en second de la compagnie de gendarmerie de La Valette s'en va - Var-Matin
  • Le capitaine de vaisseau Guillaume Garnoix, né à Périgueux voilà 46 ans, devient le premier commandant de la frégate Alsace France Bleu, Dordogne : un Périgourdin nommé commandant de frégate
  • Jeudi dernier, le capitaine de vaisseau Henri Berling, commandant la base d’aéronautique navale (BAN) de Lanvéoc-Poulmic, a fait reconnaître le capitaine de frégate (CF) Florian Edus comme commandant de la flottille d’hélicoptères de combat et de sauvetage 33F et le capitaine de corvette (CC) François-Édouard Archambeaud comme commandant de l’École d’Instruction de Pilotage (EIP 50S). Le Telegramme, Prises de commandement à la BAN - Lanvéoc - Le Télégramme
  • Dans quelques années, les avions seront pilotés par un commandant et un chien. Le travail du chien sera de surveiller les boutons pour que le pilote ne touche à rien. De Scott Adams
  • Il y en a qui sont faits pour commander et d'autres pour obéir. Moi je suis fait pour les deux : ce midi, j'ai obéi à mes instincts en commandant un deuxième pastis. De Pierre Dac
  • Princes, régnez sur des hommes ; vous serez plus grands qu'en commandant des esclaves. De Nicolas Restif de la Bretonne / Le nouvel Emile ou l'éducation pratique
  • La tâche première d'un commandant d'hommes est de préserver ses hommes de la mort. Autrement, de commandant on devient gardien de cimetière. De Albert Londres

Images d'illustration du mot « commandant »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « commandant »

Langue Traduction
Corse cumandante ufficiale
Basque aginte ofiziala
Japonais 司令官
Russe командующий офицер
Portugais oficial comandante
Arabe ضابط قيادي
Chinois 司令
Allemand kommandierender offizier
Italien comandante in capo
Espagnol el oficial al mando
Anglais commanding officer
Source : Google Translate API

Synonymes de « commandant »

Source : synonymes de commandant sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « commandant »



mots du mois

Mots similaires