La langue française

Capitaine

Définitions du mot « capitaine »

Trésor de la Langue Française informatisé

CAPITAINE, subst. masc.

A.− Littér. Chef militaire. Les capitaines illustres :
1. Un homme de génie est toujours un grand capitaine, témoin César et tant d'autres qui n'avaient pas fait la guerre avant de commander en chef. Mérimée, Lettres à la comtesse de Montijo,t. 2, 1870, p. 140.
1. P. ext., péj., littér.
a) Chef d'une bande. Capitaine de brigands. Quand les Anglais sont chassés [de France au XVesiècle] les écorcheurs et capitaines d'aventure vivent sur le paysan, le rançonnement et le pillent à plaisir (Taine, Philos. de l'art,t. 1, 1865, p. 128).
b) Souvent péj. Chef d'une grande entreprise industrielle ou commerciale. Ces capitaines du commerce qui ne savent pas à la fin d'une journée s'ils ont perdu ou gagné (Alain, Propos,1921, p. 302):
2. ... personne ne respecte plus les grands producteurs, ou les capitaines d'industrie, comme on dit, que les hommes qui jouent dans le jeu de furet des capitaux des rôles de courtiers et de confidents de tragédie; ... Nizan, La Conspiration,1938, p. 136.
2. P. anal.
a) HISTOIRE
Gouverneur d'une maison royale. Capitaine de Fontainebleau.
Officier qui s'occupe de la chasse, généralement dans une circonscription donnée (cf. veneur). Capitaine des chasses, de louveterie. Norbert, Louis, Ogier, marquis d'Hautecœur, (...) gouverneur de Normandie, pourvu de la charge de capitaine général de la vénerie et de l'équipage du sanglier (Zola, Le Rêve,1888, p. 151).
b) SP. Chef d'une équipe. Pour être bon capitaine, pas besoin d'être un joueur émérite (Montherlant, Les Olympiques,1924, p. 291).
B.− Officier commandant une compagnie ou un escadron, et, p. ext., officier des armées de terre ou de l'air dont le grade est intermédiaire entre celui de lieutenant et celui de commandant ou de chef de bataillon :
3. Une compagnie allemande est mise en fuite par les nôtres et laisse sur le terrain son capitaine et dix soldats morts. De Gaulle, Mémoires de guerre,1956, p. 278.
SYNT. Capitaine d'artillerie, de cavalerie, de dragons; capitaine d'habillement; capitaine-instructeur; médecin-capitaine; mon capitaine; capitaine en second.
HIST. Capitaine adjudant major (cf. adjudant). Capitaine-lieutenant. Officier qui commandait une compagnie dont un membre de la famille royale était le capitaine. Le général [Nansouty] ... fut nommé ... capitaine-lieutenant de la première compagnie des mousquetaires (Chateaubriand, Mél. hist.,1827, p. 413).
P. anal. Capitaine des pompiers. Sous un globe de cristal le casque du père de mademoiselle qui n'était rien de moins que capitaine de pompiers (Claudel, L'Ours et la lune,1919, 2, p. 603).
C.− MARINE
1. MAR. MILIT.
a) HIST. Officier commandant un navire. Synon. mod. commandant.
Capitaine d'armes. Cf. arme II B.Capitaine de pavillon. Officier commandant le vaisseau amiral.
b) Mod. Capitaine de corvette, de frégate, de vaisseau. Grades correspondant à ceux de commandant ou chef de bataillon, de lieutenant-colonel, de colonel des armées de terre et de l'air.
2. MAR. MARCHANDE. Officier commandant un navire de commerce (cf. commandant, maître, patron). Capitaine au cabotage; capitaine de navigation fluviale, capitaine au long cours :
4. Comme toujours, Davis avait laissé le soin à Haynes de former l'équipage. Un matin, le second capitaine était allé trouver le vieux Pallant. Celui-ci, capitaine au long-cours, ex-commandant de paquebot, recrutait pour le compte de la transocéanique. Peisson, Parti de Liverpool,1932, p. 35.
Spéc. Capitaine d'armement. Capitaine qui inspecte les navires pour le compte d'une compagnie. Capitaine de port. Capitaine commandant la police maritime d'un port.
Rem. On rencontre ds la docum. le subst. masc. capiston, arg. des casernes. Synon. de capitaine (cf. Gyp, Souvenirs d'une petite fille, 1927, p. 228).
Prononc. et Orth. : [kapitεn]. Littré et DG indiquent pour la voyelle de syll. finale une longueur. Fér. 1768 marque son hésitation à cet égard : ,,l'ai se prononce comme un è moyen; il est douteux pour la quantité``. Selon Nyrop Phonét. 1951, p. 61, ,,on a dit autrefois captaine, on le dit encore souvent dans le peuple``. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1288 « chef militaire » (Jacquemard Gielee, Renart le Nouvel, éd. Méon, v. 5754 ds T.-L.); 2. a) 1540 mar. milit. (Copie de lettres patentes de François 1er, 17 oct., A.M. de Saint-Malo ds Jal, s.v. capitaine général et maître pilote); b) 1723 mar. de comm. (J. Savary des Bruslons, Dict. universel de comm., Paris); 3. ca 1570 « officier qui commande une compagnie » (V. Carloix, Mém. de la vie de François de Scépeaux, Paris, 1757, t. 5, p. 32 ds Littré); 4. a) ca 1590 « gouverneur de résidence royale » (Brantôme, Grands capitaines français, III, 408 ds Hug., s.v. capitainerie); b) 1671 capitaine des chasses (Cardinal de Retz, Œuvres, éd. Feillet, Gourdault et Chantelauze, t. 8, p. 409); dignités abolies en 1789. Empr. au b. lat. capitāneus « qui est en tête, qui domine; important, capital », dér. avec suff. -āneus de caput, -itis « tête », (vies., Cassiodore ds TLL s.v., 347, 8 : « initial, en parlant d'une ligne de texte »; subst. « chef militaire », Actes du Concile d'Ephèse [431] ds Blaise). L'aboutissant rég. en a. fr. est *chatain, attesté sous la forme chastain, avec -s- purement graphique (Godefroy de Bouillon éd. Hippeau, Paris, 1877, p. 149) forme demi-savante : chevetain (xiies. ds Gdf. s.v. : cheveteins); réfection d'apr. le lat. médiév. : capitain (1360-70 ds T.-L.). Les formes comportant le suff. -aigne, -aine (chastaigne, cataigne, chevetaigne; chataine, cataine, chevetaine, capitaine) résultent d'un traitement différent du même suff. lat. -aneus (cf. Fouché, pp. 939-943). Fréq. abs. littér. : 6 371. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 10 639, b) 12 010; xxes. : a) 8 976, b) 6 181. Bbg. Arveiller (R.). Sur qq. mots d'empr. Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1973, t. 11, no1, pp. 125-130. − Bach.-Dez. 1882. − Becker 1970, p. 24. − Boulan 1934, p. 25. − Bréal (M.). Notes d'étymol. B. Soc. Ling. 1910/11, t. 16, p. 62. − Dauzat Ling. fr. 1946, p. 15. − Goug. Lang. pop. 1929, p. 3. − Gruss 1952. − Kemna 1901, p. 128. − Le Clère 1960. − Pauli 1921, p. 43 (s.v. capiston). − Sain. Lang. par. 1920, p. 112, 148 (s.v. capiston). − Tracc. 1907, p. 121.

Wiktionnaire

Nom commun

capitaine \ka.pi.tɛn\ masculin et féminin identiques

  1. (Militaire) Grade donné à un officier subalterne dans l’armée de terre, l’armée de l’air et la gendarmerie nationale de France, situé entre son supérieur hiérarchique, le commandant (armée de terre, armée de l’air) ou le chef d’escadron (gendarmerie), et son subordonné, le lieutenant, et qui commande une compagnie d’infanterie, un escadron de cavalerie, une batterie d’artillerie, etc. Ce grade correspond à celui de lieutenant de vaisseau dans la Marine nationale française. Le code OTAN : OF-2. Note : Les grades de la Marine nationale comprenant ce mot sont officiers supérieurs.
    • Quelles fonctions plus pénibles et plus dispendieuses que celles de capitaine et de chef de bataillon de la garde nationale, dans une commune de campagne ? — (François-Vincent Raspail, Organisation ruineuse ou féconde de la dépense, dans Le Réformateur, 5 fév. 1835)
    • Un capitaine réglait le feu : « A vous, Judin! » Le petit lignard visait soigneusement, lâchait la détente. — (Paul et Victor Margueritte, Le Désastre, p. 168, 86e éd., Plon-Nourrit & Cie)
    • Je suis habitué à ces fantaisies d’officiers. À la caserne, on est fréquemment convoqué par un capitaine inconnu qui veut connaître sans délai l’horaire de paquebots pour la Chine […] — (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    • Le capitaine Dominique Prieure était enceinte. — (Bernard Cerquiglini, Le Ministre est enceinte, Paris : Le Seuil, 2018, citant Le Canard enchaîné, mai 1988)
    • Capitaine des chasses : Celui qui avait le soin de ce qui regarde la chasse dans une certaine étendue de pays.
    • Capitaine de louveterie.
  2. Celui ou celle qui commande un navire de guerre ou de commerce.
    • Nous eûmes dans la matinée une audience publique du vice-roi. […]. Il nous reçut poliment , accorda au capitaine la relâche , et aux passagers la permission de se promener en ville. Après l'audience nous fîmes des visites militaires et nous revîmes dîner à bord. — (Évariste de Parny, « Lettre à son frère, de Rio-Janéiro, septembre 1773 », dans le recueil Œuvres d'Évariste Parny, tome 1, Paris : chez Debray, impr. Didot l'aîné, 1808, p. 212)
    • Si l'un des pèlerins venait à mourir sur le bateau, le capitaine devrait ne point pratiquer aussitôt l’immersion, mais bien atterrir quelque part et faire ensevelir le défunt dans un cimetière. — (« Pèlerinage en Terre Sainte au temps jadis », dans Jérusalem, tome 4, 1911, page 368)
    • La tête en l’air, qui suit à Oxford quelques cours de botanique, se prépare à devenir pasteur quand une chance imprévue s’offre à elle : on lui propose de partir, au titre d’homme de compagnie du capitaine Robert Fitz-Roy, âgé de vingt-six ans et au caractère difficile, pour un très long voyage d’étude. — (Jean d'Ormesson, C’est une chose étrange à la fin que le monde, 2010, ISBN 978-2-221-12336-2)
    • Il comprend que, quand le bateau coule, le capitaine doit rester le dernier à bord. — (Maurice Zundel, Silence, parole de vie, éd. Anne Sigier, 1990, p. 113)
    • Capitaine de pavillon : Celui qui commande le vaisseau monté par un contre-amiral ou par un vice-amiral.
    • Capitaine d’armes. → voir armes
    • Capitaine de port, Officier préposé à la police maritime d’un port de commerce.
  3. Chef ou cheffe militaire qui possède des qualités nécessaires pour le commandement.
    • Ce roi était un grand capitaine.
  4. (Sport) Le joueur qui représente les joueurs de son équipe auprès de l'arbitre.
    • La capitaine de l'équipe de volley féminin.
  5. (Zoologie) Nom d’usage du poisson Polydactylus quadrifilis.
  6. (Zoologie) Synonyme de perche du Nil (poisson).
  7. (Zoologie) (Île Maurice) Nom donné aux poissons du genre Lethrinus.
    • Autour de sa taille, elle porte une liane tressée où elle a accroché ses proies, quatre poissons, une dame berri, un capitaine, deux gueules pavées. — (J. M. G. Le Clézio, Le Chercheur d'or, Gallimard, 1985)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CAPITAINE. n. m.
Officier qui commande une compagnie d'infanterie, un escadron de cavalerie, une batterie d'artillerie, etc. Capitaine de gendarmerie, de cuirassiers, de dragons, etc. Capitaine aviateur. Capitaine commandant. Capitaine en second. Capitaine instructeur. Le grade de capitaine. Il se dit aussi de Celui qui commande un bâtiment de guerre ou de commerce. Capitaine de vaisseau, de frégate. Le capitaine d'un bâtiment marchand. Capitaine marchand. Capitaine au long cours. Capitaine de pavillon, Celui qui commande le vaisseau monté par un contre-amiral ou par un vice-amiral. Capitaine d'armes. Voyez ARMES. Capitaine de port, Officier préposé à la police maritime d'un port de commerce. Capitaine des chasses, Celui qui avait le soin de ce qui regarde la chasse dans une certaine étendue de pays. On dit dans un sens analogue Capitaine de louveterie. Il se dit aussi d'un Chef militaire qui possède des qualités nécessaires pour le commandement. Ce roi était un grand capitaine. En termes de Sport, il désigne Celui qui choisit les joueurs et les dispose.

Littré (1872-1877)

CAPITAINE (ka-pi-tê-n') s. m.
  • 1Chef militaire. C'était un vaillant capitaine, un vieux capitaine. Il était plus soldat que capitaine. Et si Flaminius en est le capitaine, Corneille, Nicom. II, 3. Joignez à vos vertus celles d'un capitaine, Corneille, Cid, I, 7. Ruiter qui est le plus grand capitaine de la mer, Sévigné, 138. À la nuit qu'il fallut passer en présence des ennemis, comme un vigilant capitaine, il reposa le dernier, Bossuet, Louis de Bourbon. Sous lui se sont formés tant de renommés capitaines que ses exemples ont élevés aux premiers honneurs militaires, Bossuet, ib. Il tenait pour maxime qu'un habile capitaine peut bien être vaincu, mais qu'il ne lui est pas permis d'être surpris, Bossuet, ib. Leur subtil conducteur [Cromwell] qui, en combattant, en dogmatisant, en mêlant mille personnages divers, en faisant le docteur et le prophète aussi bien que le soldat et le capitaine, Bossuet, Reine d'Anglet.
  • 2Dans un sens plus spécial, chef d'une compagnie dans un régiment. Capitaine d'infanterie, de cavalerie.

    On nommait capitaine-lieutenant celui qui commandait une compagnie dont le roi, la reine ou un prince était censé capitaine ; ainsi que le lieutenant de la compagnie colonelle d'un régiment.

    Capitaine des gardes, celui qui commandait une des quatre compagnies des gardes du roi, et capitaine aux gardes, l'officier qui commandait une compagnie du régiment des gardes françaises.

  • 3Celui qui commande un bâtiment de mer. Capitaine de vaisseau, de frégate. Capitaine d'un navire de commerce.

    Capitaine de pavillon, capitaine du vaisseau-pavillon ou vaisseau qui porte le pavillon d'un officier général.

    Capitaine de port, officier préposé au commandement d'un port.

    Capitaine de prise, officier qu'un bâtiment capteur détache sur un navire capturé pour le commander.

    Capitaine au long cours, titre du marin qui peut commander pour les longs voyages les navires marchands de toutes les grandeurs.

    Capitaine d'armes, autrefois officier, aujourd'hui sous-officier chargé de la police du bord.

  • 4 Familièrement. Capitaine renard allait de compagnie Avec son ami bouc des plus hauts encornés, La Fontaine, Fabl. III, 5. Écoute, mouchard, mon ami, Je suis ton capitaine, Béranger, Faridond.
  • 5Chef d'une capitainerie ou circonscription territoriale.

    En Espagne, capitaine général, le plus haut grade militaire.

    Dans les colonies, commandant supérieur.

    Capitaine de louveterie, celui qui a soin de ce qui regarde la chasse dans une certaine étendue de pays.

  • 6Nom qu'on donnait au gouverneur de certaines résidences royales (on dit présentement gouverneur), et à celui qui était chargé d'une capitainerie de chasses.
  • 7Capitaine de voleurs, de bohèmes, etc. le chef d'une troupe de voleurs, etc.

HISTORIQUE

XIe s. À Rolant le cataigne, Ch. de Rol. CXXXVII. Il te donat [Durandal] à un comte cataigne, ib. CLXIX. Demanderont : où est li quens [comte] cataigne ? ib. CCV. Cent mille sont de nos meilleurs cataignes, ib. CCXXIII.

XIIIe s. L'emperere ot bien envoié cent chevaliers ; de cels si fu chevetaine Machaires de Ste Manehalt, Villehardouin, dans le Dict. de DOCHEZ.

XIVe s. Faisons et establissons par ces presentes lettres capitain general, Du Cange, capitaneus. Serjens et mestres capitaines, Du Cange, ib. Se il devroit plus obeir à l'ordenance du capitaine de l'ost que à son pere, Oresme, Eth. 261. Robert Brambore en fu cappitain redoubté, Guesclin, 842.

XVe s. C'est un bon homme d'armes pour le present et un grand capitaine, Froissart, II, III, 15.

XVIe s. Il avait gaigné neuf batailles estant capitaine general d'Athenes, Amyot, Péricl. 73. Le premier qui se prit à courir pour charger, fut C. Crassianus, capitaine de cent vingt et cinq hommes, Amyot, Pomp. 101. En France, le lieutenant et enseigne d'une compaignie de gens de pied, porte ce titre de capitainne ; aux autres nations, non, Carloix, V, 32. Boviez, sergent du queitaine, D'Aubigné, Faen. I, 6. Nulle paix n'a jamais apporté un tel calme, jusques à ce que les moindres capitaineaux de France eussent obtenu des edicts, D'Aubigné, Hist. III, 214. Capitaine estoit anciennement le seul nom qu'on donnoit à ceux qui commandoient des trouppes d'infanterie ; à quoy on a substitué ceux de mestre de camp et de colonel, Brantôme, Capit. fr. t. IV, p. 48 et 55, dans LACURNE. Il ne s'esmerveilloit si les gens de guerre estoient mauvais et sujects à la pince, veu qu'il avoit remarqué qu'aujourd'hui les soldats n'appelloient celui qui leur commande, non capitaine, mais mon cayntene ; que cela le faisoit penser qu'ils veulent dire que ce nom est venu de Caïn, qui fut le premier capitaine qui suivit la guerre, Bouchet, Serées, liv. III, p. 42, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CAPITAINE, s. m. (Art milit.) le titre de Capitaine en matiere de guerre, a toûjours signifié un commandant ou un chef de troupe ; ce mot vient du Latin caput, qui signifie chef.

Capitaine d’une compagnie, est un officier subalterne, qui commande une compagnie de cavalerie ou d’infanterie, sous les ordres du colonel. Voyez Compagnie & Colonel.

Nous disons dans le même sens un capitaine de dragons, de grenadiers, de marine, d’invalides. Voy. Dragon, Grenadier, &c. Les capitaines des gardes à pié & à cheval du Roy d’Angleterre ont le titre de colonel ; parce que ce sont pour l’ordinaire gens du premier rang & des officiers généraux.

Dans la compagnie colonelle d’un régiment ou premiere compagnie, dont le colonel est lui-même capitaine, l’officier commandant est appellé capitaine-lieutenant. Voyez Capitaine-Lieutenant.

Lieutenant capitaine, est le capitaine en second ou l’officier qui commande la compagnie sous les ordres du capitaine, & pendant son absence. Voyez Lieutenant. On l’appelle dans quelques compagnies, capitaine-lieutenant.

Capitaine lieutenant, est celui qui commande une troupe ou compagnie, au nom & à la place de quelqu’autre, qui en a la commission avec le titre, les honneurs & la paye ; mais qui est dispensé à cause de son rang d’exercer les fonctions de ce poste.

Le colonel étant ordinairement capitaine de la premiere compagnie de son régiment, il la fait commander par un subalterne avec le titre de capitaine lieutenant.

En France & en Angleterre, &c. le roi, la reine, le dauphin, les princes, &c. ont pour l’ordinaire les titres & les dignités de capitaines des gardes, des gens-d’armes, &c. quoique les capitaines lieutenans en exercent véritablement les fonctions.

Capitaine-Lieutenant, est donc dans les gendarmes & les chevau-légers de la garde du Roi, dans les deux compagnies de mousquetaires, celle des grenadiers à cheval & les compagnies des gendarmes d’ordonnance, le commandant de chacune de ces compagnies ; parce que c’est le Roi qui est le capitaine.

Il y a deux raisons de ce titre de capitaine-lieutenant : la premiere est l’autorité que le roi donne aux commandans des compagnies qui le portent, & qui est le même que celle du capitaine dans les autres compagnies ; & la seconde, que le capitaine-lieutenant a les gages de capitaine & ceux de lieutenant.

Les compagnies de la gendarmerie, qui portent le nom de quelques princes, comme les gendarmes de Bretagne, de Berry, &c. ont également des capitaines-lieutenans, quoiqu’il n’y ait point actuellement de prince de ce nom ; parce que le Roi en est censé le capitaine.

Capitaine réformé, est un officier dont la place & la charge ont été réformés, mais qui conserve cependant le grade de capitaine en second, & sans aucun commandement. Voyez Réformé.

Capitaine général d’une armée, est celui qui la commande en chef. Voyez Général.

Ce dernier mot est seul en usage par une espece d’ellipse. Le Stathouder a pourtant titre de capitaine général des provinces unies.

Capitaine de milice, est celui qui commande une compagnie de milice. Voyez Milice.

Capitaine des guides, est celui qui est chargé du détail des chemins de l’armée. Il doit être très-habile dans la carte & dans la topographie des lieux où se fait la guerre. Les capitaines des guides sont sous les ordres des maréchaux des logis de l’armée. Il y a aussi des capitaines de mineurs, qui ont soin d’instruire & de fournir les mineurs ; un capitaine des charrois, pour les attelages & les chariots des vivres & de l’artillerie, &c. (Q)

Capitaine de vaisseau, ou Capitaine des vaisseaux, (Marine.) c’est un officier employé en cette qualité sur l’état du Roi, dont il tient sa commission, pour commander les vaisseaux de guerre.

Les devoirs & les fonctions du capitaine de vaisseau, sont renfermés dans 47 articles du titre 7 du livre Ier de l’Ordonnance de Louis XIV. pour les armées navales & arsenaux de marine, du 15 Avril 1689. Nous croyons qu’il est inutile de copier cette Ordonnance, qui est commune & connue de tout le monde.

Lorsque les capitaines des vaisseaux du roi se trouvent servir sur terre, ils roulent avec les colonels, suivant l’ancienneté de leur commission.

Quoique le nombre des capitaines ne soit pas absolument fixé, le roi en a toûjours au moins 110 ou 120, employés sur l’état de la marine.

Lorsqu’un capitaine monte un vaisseau pavillon, c’est-à-dire un vaisseau monté par un officier général ; c’est au capitaine à faire faire le détail du service.

Les connoissances d’un capitaine des vaisseaux du roi doivent être fort étendues. Il doit savoir la construction & la bâtisse des vaisseaux ; il doit posséder toutes les manœuvres qu’il convient faire dans les différentes situations où il peut se trouver à la mer, soit dans le mauvais tems, soit pour attaquer ou éviter l’ennemi : il doit savoir les évaluations navales convenables pour marcher en corps d’armée, ou en escadre ; l’hydrographie & toutes ses opérations lui doivent être familieres. Enfin c’est un métier perpétuel d’étude, de réflexion, & d’attention ; & on ne parvient au grade de capitaine, qu’après avoir passé successivement par tous les autres grades de la marine, tels que ceux de garde de la marine, enseigne, & lieutenant.

Capitaine en second ; il fait les mêmes fonctions que le capitaine qui commande le vaisseau en son absence ; le capitaine en second est moins ancien que le commandant.

Capitaine de Vaisseau marchand, ou Capitaine de navire. Voyez Maitre & Patron.

Capitaine de port, c’est l’officier établi dans quelque port considérable, où il y a un arsenal de marine, & qui y commande une garde pour la sûreté de toutes choses. Dans les désarmemens qui se font au retour des voyages, les capitaines & les officiers qui ont monté des vaisseaux, les remettent à la charge & à la garde du capitaine du port ; c’est lui qui a soin de l’amarrage des navires de guerre, & qui oblige les vaisseaux qui arrivent, à rendre les saluts ordinaires. Il fait les rondes nécessaires autour des bassins, pour veiller à la conservation des vaisseaux du roi, & doit coucher toutes les nuits à bord. Il doit visiter les vaisseaux à armer & en dresser l’état de radoub & de carene. Il est obligé de mener en rade les vaisseaux du premier & du deuxieme rang, son lieutenant, ceux des troisieme & quatrieme rang, & l’enseigne aux au-dessous. Il y a présentement en France six capitaines de port, à Toulon, Rochefort, Brest, le Havre, Dunkerque, & Port-Louis.

Le détail de ce qui concerne toutes les fonctions de capitaines de port se trouve renfermé en 15 articles du livre XII. titre iij. de l’Ordonnance de Louis XIV. pour les armées navales & arsenaux de marine, du 15 Avril 1689.

Capitaine de Marine, c’est celui qui commande les soldats gardiens d’un port. Il y en a dans chaque port où il y a des soldats gardiens.

Capitaine d’armes, c’est un bas officier qui a soin des soldats sur les vaisseaux : il est immédiatement au-dessus des sergens, & a l’inspection sur les menues armes du vaisseau ; comme aussi sur les bales, bandolieres, pertuisanes, espontons, haches d’armes, & autres choses semblables qu’il distribue selon les besoins.

C’est au capitaine d’armes d’avoir soin des menues armes, & de se mettre à la tête des soldats lorsqu’il faut combattre ; il doit sur-tout visiter leurs mousquets, & voir s’ils sont chargés comme il faut, & si les soldats ont leurs petites gargousses toutes prêtes. C’est lui qui pose la sentinelle devant la chambre du capitaine, & au haut de la tire-vieille.

Capitaine des Matelots, c’est un officier marinier qui commande aux matelots sous le maître d’équipage.

Capitaine garde-côtes, ce sont ceux qui commandent la milice que l’on établit pour garder les côtes, & pour empêcher les ennemis de faire quelques descentes. (Z)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « capitaine »

(Date à préciser) Du bas latin capitaneus (« qui est en tête »), dérivé de caput (« tête »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. capitani ; catal. capitá ; espagn. capitan ; portug. capitão ; ital. capitano ; anc. ital. cattano ; angl. chieftain ; bas-lat. capitanus, et aussi, dans un document du VIe siècle, capitaneus, de caput, tête, chef (voy. CHEF). La plus ancienne forme est cataine, qui se conserva dans le langage populaire (voy. les textes de d'Aubigné et de Bouchet).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « capitaine »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
capitaine kapitɛn

Évolution historique de l’usage du mot « capitaine »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « capitaine »

  • L'intelligence est un capitaine qui est toujours en retard d'une bataille. Et qui discute après la bataille. Léon-Paul Fargue, Sous la lampe, Gallimard
  • Comme un vol de gerfauts hors du charnier natal, Fatigués de porter leurs misères hautaines, De Palos de Moguer, routiers et capitaines Partaient, ivres d'un rêve héroïque et brutal. […] Et les vents alizés inclinaient leurs antennes Aux bords mystérieux du monde occidental. […] Ou penchés à l'avant des blanches caravelles, Ils regardaient monter en un ciel ignoré Du fond de l'océan des étoiles nouvelles. José Maria de Heredia, Les Trophées, les Conquérants , Lemerre
  • Avant d’être capitaine il faut être matelot. De Proverbe québécois
  • Quand la mer est tranquille, chaque bateau a un bon capitaine. De Proverbe suédois
  • Il n'y aurait de capitaine s'il n'y avait de laboureur. De Calderon / L'alcade de Zalamea
  • La science est le capitaine, et la pratique, ce sont les soldats. De Léonard de Vinci
  • Au théâtre, on ne gagne pas en solitaire. D'où le rôle central du capitaine, le metteur en scène. De Daniel Besnehard
  • Mon sentiment devenait océanique. La vie est une traversée et l'amour est le capitaine. De Alice Ferney / Le règne du vivant
  • Quiconque n’est pas révolutionnaire à seize ans, n’a plus à trente ans assez d’énergie pour faire un capitaine de pompiers. De André Maurois
  • Les âmes sont des navires dont Dieu est le capitaine. Il leur faut de l'intrépidité pour courir les aventures qu'il leur propose. De Léo-Paul Desrosiers / L'Ampoule d'or
  • L'homme est en effet le seul mammifère suffisamment évolué pour penser enfoncer des tisonniers dans l'oeil d'un lieutenant de vaisseau dans le seul but de lui faire avouer l'âge du capitaine. De Pierre Desproges / Dictionnaire superflu
  • A la caserne, tout le monde est mien. J'ai "mon" adjudant, "mon" lieutenant, "mon" capitaine, "mon" colonel. Ce qui n'empêche pas qu'au bout du compte, c'est moi qui suis possédé. De Jacques Grello
  • La plupart des grands capitaines sont devenus tels par degrés. De Voltaire / Le siècle de Louis XIV
  • N'oublions pas que les petites émotions sont les grands capitaines de nos vies et qu'à celles-là nous y obéissons sans le savoir. De Vincent Van Gogh / Lettre à son frère Théo
  • N'oublions pas que les petites émotions sont les grands capitaines de nos vies et qu'à celles-ci nous obéissons sans le savoir. De Vincent Van Gogh / Lettres à son frère Théo
  • Depuis plus d’un siècle, la statue du capitaine surplombe le boulevard Jacquard. Son histoire renvoie à la période très controversée de la colonisation française en Algérie. Nord Littoral, Le capitaine Dutertre doit-il craindre pour sa statue à Calais ?
  • Dernier week-end de permanence pour le commandant de l’Escadron départemental de sécurité routière de Tarn-et-Garonne (EDSR 82). Le capitaine Cédric Blanc va en effet bénéficier d’une dernière permission dans le département avant de s’envoler pour la somme. Arrivé le 1er août 2016, il rejoindra ensuite le commandement de l’EDSR de la Somme, en Picardie, basé à Amiens. Il aura alors sous son autorité 135 militaires contre 38 actuellement et veillera sur quatre autoroutes dont l’A1, "la voie rapide la plus empruntée d’Europe", pointe le capitaine Blanc. "Durant mes quatre années ici, j’ai vécu de nombreux événements forts. Au niveau de l’ordre public, j’ai connu les manifestations d’agriculteurs ou des Gilets jaunes. Je retiens aussi l’année record 2018, avec douze tués sur les routes en zone gendarmerie ou encore les rallyes moto en collaboration avec le CIEC de Castelsarrasin qui ont connu un très grand succès", relate le Toulousain d’origine de 41 ans. ladepeche.fr, Le capitaine Blanc, patron de l’EDSR, part dans la Somme - ladepeche.fr
  • Il n’est pas étranger à la guerre, mais le capitaine Sir Tom Moore s’est retrouvé au centre d’une bataille entre deux détaillants britanniques. News 24, M&S et John Lewis se disputent le capitaine Tom Moore pour leurs publicités de Noël - News 24
  • Ce n'est plus un secret, Thiago Silva quittera le PSG dans quelques semaines. Pas tout de suite, avec la perspective de jouer les deux finales de coupe et la Ligue des champions sous la tunique rouge et bleue. Et ce sera avec le brassard de capitaine, encore et toujours. Si certains avaient des doutes à ce sujet, le coach parisien n'en a strictement aucun. «Depuis le premier jour, ça a été un plaisir d’être son coach, savoure Thomas Tuchel, en conférence de presse. Et ça ne changera pas. J’en suis convaincu. Il est super professionnel, c'est notre capitaine et il restera notre capitaine jusqu’à la fin. Je suis sûr qu'il reste un joueur clé pour nous, important dans le vestiaire et pour moi. Entre lui et moi, c'est une grande relation de confiance. Il est super fiable au quotidien, super professionnel. C'est un vrai capitaine.» Rappelons que l’international brésilien de 35 ans arrivait à la fin de son bail au 30 juin. Présent à la reprise lundi dernier, il devrait prolonger jusqu’à la fin de la C1. «Maintenant, le plus important est de profiter des derniers deux mois, d'avoir les plus grands succès possibles. On peut gagner trois titres en cinq matches avec lui, et seulement avec lui, glisse Tuchel. Je suis très content qu'il reste.» Courtisé en Angleterre et en Italie, Thiago Silva avait rejoint Paris en 2012. Il y a disputé 310 matches (17 buts) et remporté sept titres de champion de France, un record. Sport24, Tuchel sur Thiago Silva : «Il restera notre capitaine jusqu’à la fin» - Fil info - Ligue 1 - Football
  • La crise sanitaire bouleverse le sport à l'échelle mondiale. Et la dernière victime du coronavirus est la Coupe Davis. En effet, quelques minutes après avoir annoncé le report à 2021 de la phase finale de la Fed Cup, l'ITF aux côtés de Kosmos Tennis ont mis fin au suspense. La phase finale de la Coupe Davis, prévue à Madrid en novembre prochain aura finalement lieu en novembre 2021, toujours à la Caja Magica. Alors que les circuits ATP et WTA vont reprendre dans le courant du mois d'août pour préparer l'US Open, le capitaine de l'équipe de France Sébastien Grosjean est revenu dans un entretien accordé au quotidien L'Equipe sur ce report. « Je ne m'attendais pas à ce que ce soit annulé pour novembre, parce que normalement il va y avoir la reprise au mois d'août aux États-Unis et que ça s'annonce plutôt pas trop mal pour la période sur terre battue en Europe, en septembre », a confié celui qui a remporté l'édition 2001 de l'épreuve avec les Bleus. Orange Sports, Coupe Davis : Le report déçoit le capitaine des Bleus Sébastien Grosjean
  • Utku Altunay, le capitaine de l'Union Sportive de Changé (N3), a décidé de rejoindre l'US Lavalloise (R3). Une bonne pioche pour le club lavallois. France Bleu, Football : le capitaine de l'US Changé quitte le club de N3

Traductions du mot « capitaine »

Langue Traduction
Anglais captain
Espagnol capitán
Italien capitano
Allemand captain
Portugais capitão
Source : Google Translate API

Synonymes de « capitaine »

Source : synonymes de capitaine sur lebonsynonyme.fr

Capitaine

Retour au sommaire ➦

Partager