La langue française

Voluptueux

Définitions du mot « voluptueux »

Trésor de la Langue Française informatisé

VOLUPTUEUX, -EUSE, adj.

A. − [Corresp. à volupté A 1]
1.
a) [En parlant d'une pers., d'un groupe] Qui aime, recherche la volupté donnée aux sens par des objets concrets, des phénomènes physiques. Jamais l'homme le plus voluptueux n'a humé le plus délicieux parfum de l'Orient avec la suavité du plaisir que m'a causé l'odeur fétide d'une chair antédiluvienne putréfiée (J. de Maistre, Corresp., 1807, p. 500).Un seul souci régit la structure du meuble: s'adapter aux besoins d'une société voluptueuse qui n'a d'autre souci que son bien-être. Aussi les sièges épousent-ils le plus étroitement possible les formes du corps humain (Viaux, Meuble Fr., 1962, p. 95).
Empl. subst. masc. Personne qui mène une vie oisive, luxueuse. Si la fortune ne sert qu'à rendre plus sensibles l'abrutissement des voluptueux et l'incapacité des oisifs, elle peut prêter un relief éclatant aux qualités de l'esprit (Nodier, Fée Miettes, 1831, p. 155).
b) [En parlant d'une sensation] Qui est caractéristique de cette forme de volupté ou qui s'y rattache. Engourdissement voluptueux. Le sommeil est toujours précédé d'une sensation plus ou moins voluptueuse: le corps y tombe avec plaisir par la certitude d'une prompte restauration; et l'âme s'y abandonne avec confiance (Brillat-Sav., Physiol. goût, 1825, p. 200).Il l'avait connue et goûtée, cette belle Italie, dans la période la plus exaltée de sa jeunesse (...). Il savoura, comme un barbare, cette voluptueuse impression animale du soleil, si caressante à ceux dont la jeunesse a grandi sous les nuages du Nord (Bourget, Essais psychol., 1883, p. 218).
2.
a) [En parlant d'un aspect du comportement] Qui exprime cette forme de volupté. Il retomba nonchalamment sur les coussins de la bergère, et il reprit la voluptueuse attitude d'un bon croyant qui fume sa pipe à l'heure de midi. Dans cette attitude, si j'étais peintre, je peindrais le calme et le bonheur (Janin, Âne mort, 1829, p. 118).
b) [En parlant d'une chose concr., d'un phénomène physique] Qui procure cette forme de volupté. Synon. délicieux, plaisant, ravissant, savoureux; anton. déplaisant, désagréable, pénible.Chose voluptueuse. Le goût de la vanille, la saveur des amandes, le contact voluptueux du sucre sur la langue lui rappelaient (...) les agréments d'une vie qu'il avait eu le tort de ne pas défendre mieux (Estaunié, Tels qu'ils furent, 1927, p. 16).[Courbet] omet de dire la raison pour laquelle il peint ce qu'il voit: cette jouissance de manier des pâtes onctueuses et lourdes, d'élever par elles un monument à la voluptueuse matière (...): feuillage spongieux, chair grasse et drue, pelage fauve et profond, eau fraîche (Huyghe, Dialog. avec visible, 1955, p. 87).
En partic. [En parlant d'un (élément de) cadre de vie ou d'un site naturel] Décor voluptueux. Maudits soient tous les objets dont la possession nous flatte (...)! Maudit soit Mammon, quand (...), par des jouissances oisives, il nous entoure de voluptueux coussins! (Nerval, Faust, 1840, p. 69).Ceux-là (...) qui ne voient dans Tahiti qu'une île voluptueuse où tout est fait pour le plaisir des sens et la satisfaction des appétits matériels,ceux-là ne comprennent rien au charme de ce pays (Loti, Mariage, 1882, p. 34).
B. − [Corresp. à volupté A 2]
1.
a) [En parlant d'une pers.] Qui aime, recherche et/ou tend à susciter la volupté dans le domaine amoureux, sexuel. Je me disais: « Il doit être brutal... un peu vulgaire dans ses caresses (...) et son corps musclé doit sentir le velours à dix-neuf sous! » (...) Et puis, pas du tout... tu as été plus voluptueux que brutal... beaucoup plus délicat que vulgaire... tes dessous étaient soignés et ton corps sentait bon (Guitry, Veilleur, 1911, II, p. 10).Elle avait peur de lui et elle l'adorait. Toute la nuit, pressés éperdument l'un contre l'autre, l'amant sanguinaire et la voluptueuse fille se donnaient en silence des baisers furieux (A. France, Dieux ont soif, 1912, p. 175).
Empl. subst. Personne qui s'adonne aux plaisirs amoureux charnels. Synon. amoureux, libertin.Renfermez deux hommes dans une chambre, ils causeront de femmes (...); il n'y a que les cagots et les grands voluptueux qui se taisent (Flaub., 1reÉduc. sent., 1845, p. 50).Antinéa est entre mes bras. Ce n'est plus l'altière, la méprisante voluptueuse que je presse sur mon cœur. Ce n'est plus qu'une petite fille malheureuse et bafouée (Benoit, Atlant., 1919, p. 262).
b) [En parlant d'un mode de sentir (et de penser)] Qui est caractéristique de cette forme de volupté ou qui s'y rattache. Désir, rêves, souvenirs voluptueux; pensée voluptueuse; idées, images voluptueuses. Il prolongea cette attente voluptueuse, retardant le plaisir qu'il sentait là, tout proche (...). Puis le besoin d'enfoncer son visage dans ces cheveux, d'attirer contre sa poitrine ce dos élastique et tiède (...), devint si impérieux, que son sourire se figea (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 200).La puissance de l'ardeur voluptueuse renaissante sans cesse et non assouvie agit à l'égal d'une lésion, source intarissable de douleur (Valéry, Variété V, 1944, p. 186).V. baiser1ex. 10.
2. Qui exprime ou inspire cette forme de volupté. Synon. aphrodisiaque, excitant, luxurieux ; anton. austère, chaste, continent, froid, pur.
a) [En parlant du physique d'une pers.] Corps voluptueux. Le corps d'une femme dans l'état de jeunesse et de santé: ces formes arrondies et voluptueuses (...), ces joues teintes des roses de la volupté, ces yeux brillans de l'étincelle de l'amour ou du feu du génie (Cuvier, Anat. comp., t. 1, 1805, p. 2).Tu souris, semblant me dire: « Osez! Mes seins voluptueux sont friands de vos lèvres Et de larmes d'amour veulent être arrosés » (Rollinat, Névroses, 1883, p. 95).
b) [En parlant de l'expr., de la manière d'être d'une pers.] Regard, rire, visage voluptueux; abandon, balancement, charme, frémissement voluptueux; bouche voluptueuse; étreinte, grâce, langueur, vie voluptueuse. Il vit ses yeux obscurs, où s'allumait une lueur de sauvagerie, sa grande bouche passionnée aux lèvres bien ourlées, le sourire voluptueux, un peu lourd et cruel (Rolland, J.-Chr., Buisson ard., 1911, p. 1357).Il n'avait pas eu (...) un seul élan voluptueux, un de ces vindicatifs baisers qui étaient notre seul langage (Colette, Entrave, 1913, p. 300).V. amour ex. 174.
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Nul n'a peint comme lui [A. de Saint-Aubin] la femme du XVIIIesiècle dans le voluptueux de sa grâce. Nul ne l'a saisie comme lui dans sa séduction sensuelle et dans son charme tendre, et dans sa coquette spiritualité (Goncourt, Art XVIIIes., 1880, p. 383).
c) [En parlant de vêtements, du cadre de vie, etc.] Lit, parfum voluptueux; odeur, toilette voluptueuse. Je fuyais cette couche voluptueuse et misérable, ce sanctuaire de l'amour qui fut le cercueil où s'ensevelirent toutes mes illusions (Sand, Lélia, 1833, p. 175).Ces actrices aux yeux lascifs (...), à gorges étincelantes, vêtues de basquines voluptueuses à plis licencieux, à jupes courtes, montrant leurs jambes (...) chaussées de manière à mettre un parterre en émoi (Balzac, Illus. perdues, 1839, p. 331).V. neige ex. 2.
d) [En parlant d'une forme d'expr. artist., verbale] Poème voluptueux; danse, musique, peinture voluptueuse. Les cantiques voluptueux de Salomon, les pastorales lascives de Longus, la philosophie érotique d'Anacréon me semblaient parfois plus religieuses dans leur sublime nudité que les soupirs mystiques et les fanatiques hystéries de sainte Thérèse (Sand, Lélia, 1833, p. 194).Toutes les forces de la vie bouillonnent dans ce magnifique tableau, un des plus voluptueux qu'ait produits le génie voluptueux de la Renaissance (Barb. d'Aurev., Memor. 3, 1856, p. 69).
[P. méton. du subst.] Il est inexplicable qu'un tel coloriste [Renoir] n'ait pas rencontré le succès foudroyant, étant voluptueux, clair, heureux, souple et savant sans lourdeur (Mauclair, Maîtres impressionn., 1923, p. 142).
3. P. anal.
a) [En parlant d'un animal, (d'un aspect) de la nature] Des bruits étranges s'élevaient (...), des bruits de feuilles qui s'égouttaient, de gazons qui buvaient l'eau tombée. C'était un frisson universel, ce frisson voluptueux des champs dont un orage a abattu la poussière (Zola, M. Férat, 1868, p. 19).Il va, impérieux et prompt, tout droit parmi ses poules. C'est un tyran: mais voluptueux et tendre (...). S'il est sensuel, il l'est également et ne fait point de jalouses (...), il possède ses poules pour le plaisir (Pesquidoux, Chez nous, 1921, p. 246).
b) [En parlant d'une période de temps] Ces jeunes feuilles, ces doux gazons, tout ce voluptueux printemps tout plein de vie et d'amour (Michelet, Journal, 1821, p. 144).
C. − [Corresp. à volupté B]
1.
a) Rare. [En parlant d'une pers.] Qui aime, recherche la volupté inspirée par des objets abstraits. Le mystérieux Papillaud (...), collectionneur voluptueux de « petits papiers », de scandales, dont il gardait jalousement pour lui le secret (Bernanos, Gde peur, 1931, p. 247).
b) [En parlant d'une disposition d'esprit] Qui est caractéristique de cette forme de volupté ou qui s'y rattache. Joie voluptueuse. Sans doute, M. Barrès goûte-t-il dans le christianisme la poésie du cœur, mais c'est une piété indifférente au dogme, un attrait voluptueux pour les choses de l'âme, qui mêle la sensualité à la religion (Massis, Jugements, 1923, p. 226).
[En assoc. avec des termes à valeur gén. nég.] Angoisse, souffrance voluptueuse. Cette gravité qu'une mélancolie tant soit peu complaisante, voluptueuse même, arrête en deçà du tragique (...); cette poésie toute en nappes étales, où la désespérance même garde je ne sais quoi de riant (Du Bos, Journal, 1926, p. 81).
2. [En parlant d'une forme d'expr., d'une chose abstr.] Qui exprime, procure cette forme de volupté. On avait peine à quitter sa conversation caressante, trop caressante, voluptueuse, bien que le perfide [M. de Latouche] se plût toujours à vous lancer à la fin quelque parole amère qui corrompait le miel de ses cajoleries (Sainte-Beuve, Caus. lundi, t. 3, 1851, p. 480).À lire les phrases de Chavarax, hérissées d'âpres lieux communs, il goûtait des joies de fin gourmet. Ses jouissances étaient infinies, encore (...) qu'à peine un soupçon de sourire les trahît (...)! on n'eût su dire quoi au juste de tendrement voluptueux endormi en ses coins de lèvres (Courteline, Ronds-de-cuir, 1893, p. 91).
[En assoc. avec des termes à valeur gén. nég.] Mort voluptueuse. Attiré par l'idée de la souffrance, de la désagrégation, de la mort, il eût pu n'être qu'un Tristan ayant bu le philtre, condamné à se dissoudre dans un voluptueux néant (Arts et litt., 1936, p. 48-3).
REM.
Voluptuosisme, subst. masc.,hapax. Je préfère le poëte qui se met en communication permanente avec les hommes de son temps (...), malgré tous ces travaux littéraires (...), ce voluptuosisme armé de mille instruments et de mille ruses (Baudel., Art romant., P. Dupont, 1851, p. 404).
Prononc. et Orth.: [vɔlyptɥø], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1370 « (en parlant d'une chose) qui procure la volupté, la satisfaction des sens » (Nicole Oresme, Ethiques, éd. A. D. Menut, I, 6, p. 110: vie voluptuose plainne de tels delis [de delectation corporel]); 2. 1572 « (en parlant d'une personne) qui recherche la volupté, la satisfaction des sens » homme voluptueux et luxurieux (Amyot, Comm. refréner la colère, 40 ds Littré); 1669 empl. subst. (Racine, Britannicus, IV, 2: Othon, Senecion, jeunes voluptueux); 3. 1765-70 « qui exprime, qui inspire la volupté » tableaux voluptueux (domaine littér.) (Rousseau, Confessions, IX ds Œuvres, éd. B. Gagnebin et M. Raymond, t. 1, p. 345); 1800 (Geoffroy, Méd. prat., p. 383: il se présente à l'imagination quelques images voluptueuses). Empr. au lat.voluptuosus « agréable, qui charme, qui plaît ». Fréq. abs. littér.: 1 013. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 689, b) 1 278; xxes.: a) 1 858, b) 1 063. Bbg. Quem. DDL t. 34.

Wiktionnaire

Adjectif

voluptueux \vɔ.lyp.tɥø\

  1. Qui aime et qui cherche la volupté.
    • Le rapport qui existe entre la doctrine chrétienne et la rectitude des mœurs, Taine le lui avait montré : chaque fois que l’homme se fait païen, il se retrouve voluptueux et dur. — (Abbé Paul Buysse, Vers la Foi catholique : L’Église de Jésus, 1926, p. 189)
    • Sous la moustache blonde du grand gaillard, ses lèvres goulues cherchaient la bouche voluptueuse, cependant que l’autre, sans s’attarder à des bagatelles inutiles et connaissant la valeur du temps, troussait vigoureusement les jupes. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  2. Qui inspire la volupté, qui fait éprouver un sentiment de volupté.
    • Enfin son esclave hindoue, patiemment, pendant sept années, lui avait enseigné jusqu’aux derniers détails l’art complexe et voluptueux des courtisanes de Palibothra. — (Pierre Louÿs, Aphrodite, Livre I, ch. i, Mercure de France, Paris, 1896)
    • Les musiciens tirèrent de leurs instruments un air brutal et voluptueux qui, aussitôt, pénétra l’assistance d’une fiévreuse pâmoison. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
  3. Qui exprime la volupté.
    • Elle n’aimait pas plus à se sentir fraîche et voluptueuse qu’on n’aime un son répété sans but. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Tard dans la soirée, les danseurs commencèrent à s’animer. Il y eut alors quelques essais de « upa upa », qui est d’origine tahitienne, suggestive et voluptueuse. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Sébastien Chambot […] qui récolte des paquets de billets de mille avec des romans alambiqués et voluptueux, où il n’est question que de tortillements de la viande humaine saturée de cantharide. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 213)

Nom commun

voluptueux \vɔ.lyp.tɥø\ masculin (pour une femme on dit : voluptueuse) singulier et pluriel identiques

  1. Personne qui s’abandonne à la volupté.
    • C’est un voluptueux.
    • Les chats sont des voluptueux.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

VOLUPTUEUX, EUSE. adj.
Qui aime et qui cherche la volupté. Il est voluptueux dans ses repas. Cette femme est voluptueuse. Il signifie encore Qui inspire la volupté, qui fait éprouver un sentiment de volupté. Ce séjour est voluptueux. Un repas voluptueux. Mener une vie voluptueuse. Une pose, une attitude voluptueuse. Il signifie également Qui exprime la volupté. Une langueur voluptueuse. Des images voluptueuses. Une description voluptueuse.

VOLUPTUEUX s'emploie aussi substantivement et se dit d'une Personne qui s'abandonne à la volupté. C'est un voluptueux.

Littré (1872-1877)

VOLUPTUEUX (vo-lu-ptu-eû, eû-z') adj.
  • 1Qui procure la volupté, en parlant des choses. Un séjour, un repas, un parfum voluptueux. Loin d'envisager la royauté comme un rang qui justifie des mœurs voluptueuses et toutes sensuelles…, Massillon, Panégyr. St Louis. Nous sommes très portés à croire que c'est à un commencement d'asphyxie qu'il faut attribuer les sensations voluptueuses que plusieurs individus paraissent avoir éprouvées en Angleterre par la respiration du gaz oxyde d'azote, Fourcroy, Instit. Mém. scienc. t. VI, p. 331.
  • 2Qui exprime la volupté. Une langueur voluptueuse. Mes tableaux voluptueux auraient perdu toutes leurs grâces, si le doux coloris de l'innocence y eût manqué, Rousseau, Conf. IX.
  • 3Qui aime, qui cherche la volupté, en parlant des personnes. Fénelon, Montausier, Bossuet ont fait un long séjour dans une cour voluptueuse et dissolue, Diderot, Cl, et Nér. I, 46.

    Substantivement. Othon, Sénécion, jeunes voluptueux, Racine, Brit. IV, 2. Il [le monde] ne réussira jamais à faire des voluptueux tranquilles et déterminés, qu'il n'en ait fait auparavant des incrédules, Massillon, Carême, Vérité d'un avenir. Les voluptueux indolents sont pour la plupart très doux dans la société et du meilleur commerce du monde, Voltaire, Dict. phil. Ventres.

HISTORIQUE

XIVe s. Et pour ce aiment il vie voluptueuse plaine de tielx deliz [de tels plaisirs], Oresme, Éth. v, 9. Juno note la vie attive, Et Pallas la contemplative, Venus vie voluptueuse Qui est pessime et curieuse De querre tout charnel delit [plaisir], Ph. de Vitri, dans Hist. litt. de la Fr. t. XXIV, p. 715.

XVe s. Delit [plaisir] voluptueux, paresseux et oiseux, Gerson, Harengue à Charles VI, p. 15.

XVIe s. Si nous approchons de la maison d'un homme voluptueux et luxurieux, nous entendrons dès l'aube du jour une menestriere qui sonnera l'aubade, Amyot, Comm. refréner la colêre, 40. Ce que notre esprit tire de la science, ne laisse pas d'estre voluptueux, encores qu'il ne soit ny alimentant ny salutaire, Montaigne, II, 242.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

VOLUPTUEUX, adj. (Gram.) qui aime les plaisirs sensuels : en ce sens, tout homme est plus ou moins voluptueux. Ceux qui enseignent je ne sais quelle doctrine austere qui nous affligeroit sur la sensibilité d’organes que nous avons reçue de la nature qui vouloit que la conservation de l’espece & la nôtre fussent encore un objet de plaisirs ; & sur cette foule d’objets qui nous entourent & qui sont destinés à émouvoir cette sensibilité en cent manieres agréables, sont des atrabilaires à enfermer aux petites-maisons. Ils remercieroient volontiers l’être tout-puissant d’avoir fait des ronces, des épines, des venins, des tigres, des serpens, en un mot tout ce qu’il y a de nuisible & de malfaisant ; & ils sont tout prêts à lui reprocher l’ombre, les eaux fraîches, les fruits exquis, les vins délicieux, en un mot, les marques de bonté & de bienfaisance qu’il a semées entre les choses que nous appellons mauvaises & nuisibles. A leur gré, la peine, la douleur, ne se rencontrent pas assez souvent sur notre route. Ils voudroient que la souffrance précédât, accompagnât & suivît toujours le besoin ; ils croient honorer Dieu par la privation des choses qu’il a créées. Ils ne s’apperçoivent pas que s’ils font bien de s’en priver, il a mal fait de les créer ; qu’ils sont plus sages que lui ; & qu’ils ont reconnu & évité le piege qu’il leur a tendu.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « voluptueux »

(Siècle à préciser) Du latin voluptuosus (« agréable »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. voluptuosus, de voluptas, volupté.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « voluptueux »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
voluptueux vɔlyptµø

Citations contenant le mot « voluptueux »

  • C'est voluptueux, de ranger ; mais c'est tuant. De Françoise Giroud / La Rumeur du monde
  • Rien n'est plus voluptueux pour un pas-con que d'être pris pour un con par un con. De Frédéric Dard
  • S’il existe un plaisir plus gratifiant, plus voluptueux, plus extraordinaire que celui de gagner du temps, c’est bien celui d’en perdre. De Philippe Bouvard
  • Le vaniteux fait dépendre son propre bonheur de l'activité d'autrui ; le voluptueux, de ses propres sensations et l'homme intelligent, de ses propres actions. De Marc-Aurèle / Pensées pour moi-même...
  • L'incrédulité ne fait pas les voluptueux, mais la volupté fait presque toujours les incrédules. De Jean-Baptiste Massillon
  • En pleine conquête de son langage – et de la scène lyrique européenne – Wagner signe avec Tannhäuser une pièce maitresse de l’opéra romantique. Le thème : le conflit entre chair et esprit, amour voluptueux et amour courtois. Une dualité incarnée par le poète Tannhäuser qui, après s’être arraché des bras de Vénus, entame son lent retour parmi les hommes et part se laver de ses péchés au contact de Dieu et de la pure Elisabeth. Tannhäuser est aussi un artiste en quête de reconnaissance, bravant la société et l’esthétique de son temps – soit Richard Wagner lui-même, qui s’est projeté dans la peau de son héros ! entrée libre, en fonction des places disponibles. Renseignements Bureau d’informations touristiques de Saint-Pierre-en-Auge Opéra de Richard Wagner. Vidéotransmission en direct de l’Opéra de Rouen Normandie Unidivers, Tannhäuser cinéma Le Rexy Saint-Pierre-en-Auge samedi 3 octobre 2020
  • " Laissez-vous aller, allongez-vous, ne résistez pas à l'appel de la sieste, à ce plongeon voluptueux dans le sommeil diurne ! Dormez, rêvez, rompez les amarres avec la rive du quotidien chronométré ! Décidez de votre temps, siestez ! " France Bleu, Les bienfaits de la sieste
  • C’est son mari qui doit être ravi d’avoir une femme toujours aussi pétillante par les temps qui courent. Mariés depuis 1993, Arielle Dombasle et Bernard-Henri Lévy filent le parfait amour et restent très discrets. L'actrice n’utilise évidemment pas le confinement comme excuse pour négliger son apparence. «Je pars du principe que rien n’est acquis en amour. Il faut toujours éblouir, surprendre et se faire désirer. Alors je ne vais pas traînailler en pyjama… Même si mon philosophe d’époux s’isole pour travailler», a-t-elle ajouté, décrivant par ailleurs son compagnon comme «grand voyageur, aventurier et conquérant». Elle avoue profiter davantage de cette vie sans enfants. Si BHL est le père de Justine (45 ans) et d'Antonin (39 ans), Arielle Dombasle n'est effectivement jamais devenue mère. «Sans enfants, nous menons une vie privilégiée d’amoureux et nos conversations sont infinies. C’est voluptueux», a-t-elle conclu. , Arielle Dombasle confinée avec Bernard-Henri Lévy : "C'est voluptueux"
  • Bonheur des reprises de l’été 2020 qui offrent de redécouvrir des chefs-d’œuvre sur grand écran, de nouveau accessibles, de se plonger avec délice dans cette rêverie éveillée, le temps d’un émerveillement éphémère, donc précieux. Rien n’est mieux indiqué pour ce voluptueux confinement que de tirer les rideaux pourpres des Fleurs de Shanghaï, de Hou Hsiao-hsien. La Croix, « Les fleurs de Shangaï », la somptuosité retrouvée

Images d'illustration du mot « voluptueux »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « voluptueux »

Langue Traduction
Anglais voluptuous
Espagnol voluptuoso
Italien voluttuoso
Allemand üppig
Chinois 妖up的
Arabe حسي
Portugais voluptuoso
Russe сладострастный
Japonais 官能的な
Basque voluptuous
Corse voluptuosu
Source : Google Translate API

Synonymes de « voluptueux »

Source : synonymes de voluptueux sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « voluptueux »

Voluptueux

Retour au sommaire ➦

Partager