La langue française

Semonce

Sommaire

  • Définitions du mot semonce
  • Étymologie de « semonce »
  • Phonétique de « semonce »
  • Citations contenant le mot « semonce »
  • Images d'illustration du mot « semonce »
  • Traductions du mot « semonce »
  • Synonymes de « semonce »
  • Antonymes de « semonce »

Définitions du mot semonce

Trésor de la Langue Française informatisé

SEMONCE, subst. fém.

A. − Action de sommer, d'inviter à faire quelque chose.
1. Vx. Convocation, invitation à se rendre à une cérémonie, à une assemblée. Se conformant à la semonce royale, tous deux descendirent à Tripoli, où se rendirent de leur côté Baudouin du Bourg, comte d'Édesse, et son vassal le sire de Turbessel, Jocelin de Courtenay. Les hauts barons de Syrie étaient donc au complet devant Tripoli, lorsque le roi ouvrit, probablement à Mont-Pèlerin, un plaid solennel (Grousset, Croisades, 1939, p. 85).[Le comte de Flandre] refuse, malgré qu'on lui en eût fait semonce, de venir à Paris rendre hommage au nouveau roi (Druon, Poisons couronne, 1956, p. 51).
2. MAR. Ordre donné à un navire par un navire de guerre ou par le Commandement d'un port, de se faire reconnaître en montrant ses couleurs et, éventuellement, de s'arrêter pour être visité. Initialement une semonce est une interpellation au porte-voix (Le Clère1960).
Coup de semonce. Coup de feu, à blanc ou à obus d'exercice volontairement non tiré au but, utilisé pour appuyer cet ordre et également pour rappeler à un bâtiment qu'il entre dans une zone dangereuse ou interdite (d'apr. Merrien 1958). Il y avait eu dans ce coup de semonce trop complaisamment souligné une nuance de dédain et de moquerie, et ce tir accommodant qui avait fini par soulever les rires soulagés de l'équipage ne me rassurait pas (Gracq, Syrtes, 1951, p. 239).
P. anal. (Coup de) semonce. Tir exécuté à titre d'avertissement; action militaire de portée limitée, utilisée comme mesure dissuasive. Si contre toute attente le compromis restait impossible, le plus courageux − c'est-à-dire le moins terrorisé ou le plus inconscient − déclencherait quelques coups de semonce stratégiques, d'abord peut-être dans le vide, puis si nécessaire sur des objectifs militaires ou habités. Au pire, à cette semonce répondrait une autre aussi limitée et, tout de suite, l'étendue des destructions et la frayeur des populations obligeraient à composer (Beaufre, Dissuasion et strat., 1964, p. 78).
Au fig. Avertissement, mise en garde. Depuis longtemps, je souhaitais pour Serge un coup de semonce, un petit « pépin ». Le coup de semonce est donné, mais le pépin est trop gros (H. Bazin, Lève-toi, 1952, p. 213).
B. − Propos adressés en manière d'avertissement, de réprimande, de remontrance. Recevoir une semonce; une bonne, une petite, une longue, une forte, une violente semonce. Quand l'atavisme, les ressemblances familiales seraient seules en cause, il est inévitable que l'oncle qui fait la semonce ait à peu près les mêmes défauts que le neveu qu'on l'a chargé de gronder (Proust, Sodome, 1922, p. 692).Vers neuf heures, les autorités prévenues, le commando rassemblé dans la cour au garde-à-vous le plus respectueux, nous écoutions l'oberleutnant [« lieutenant de l'armée allemande »] blanc de colère nous adresser la semonce habituelle, mêler la menace à la prière, et nous promettre finalement « la bienveillance particulière des officiers » si quelqu'un d'entre nous pouvait dire comment nos camarades s'étaient enfuis (Ambrière, Gdes vac., 1946, p. 234).
Prononc. et Orth.: [səmɔ ̃:s]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1050 summunse « exhortation » (Alexis, éd. Chr. Storey, 296); b) 1155 sumunse « invitation (à une fête) » (Wace, Brut, 10330 ds T.-L.); c) 1160-74 semonse « appel du roi ou du seigneur à ses vassaux pour l'accomplissement d'un devoir » (Id., Rou, III, 5035, ibid.); d) 1174 somunse « convocation, assignation (surtout pour la comparution en justice) » (Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, 2469, ibid.); e) 1544 « avertissement » (Amadis, V, 56 ds Hug.); 2. ca 1720 « sommation faite par un navire à un autre de se faire connaître » (De Valincourt ds Lar. 19e); 1803 coup de semonce (Boiste). Fém. subst. de semons, part. passé de semondre (ca 1050, somondre « exhorter, inviter (à faire quelque chose) », Alexis, éd. citée, 509; 1165-70 semondre, Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, 4785), encore de qq. usage à l'inf. au xviies., issu du lat. pop. *submonere « avertir secrètement », formé de sub-, préf. indiquant une action faite à la dérobée et de monere « avertir ». Pour le traitement du préf. compar. séjourner*. Fréq. abs. littér.: 60.

Wiktionnaire

Nom commun

semonce \sə.mɔ̃s\ féminin

  1. (Vieilli) Action de sommer, d’inviter quelqu’un à faire quelque chose.
  2. (Marine) Sommation faite par un navire à un autre de se faire reconnaître.
  3. Avertissement mêlé de reproches fait par quelqu’un qui a autorité.
    • Il lui a fait une semonce, une forte, une verte semonce.
    • Malgré toutes les semonces que son père lui a faites, il ne s’est point corrigé.
    • Cette fois, je ne risque pas de m’attirer une semonce. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. XXII, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)

Forme de verbe

semonce \sə.mɔ̃s\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe semoncer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe semoncer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe semoncer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe semoncer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe semoncer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SEMONCE. n. f.
Avertissement mêlé de reproches fait par quelqu'un qui a autorité. Il lui a fait une semonce, une forte, une verte semonce. Malgré toutes les semonces que son père lui a faites, il ne s'est point corrigé. En termes de Marine, il désigne une Sommation faite par un navire à un autre de se faire reconnaître. Coup de semonce, Coup de canon tiré à blanc pour appuyer cette sommation.

Littré (1872-1877)

SEMONCE (se-mon-s') s. f.
  • 1Convocation des personnes et des assemblées, telles que le ban et l'arrière-ban, qui se faisait à cri public, et pour la comparution en justice. C'est une chose agréable que l'attachement et l'amour de toute la noblesse pour lui [M. de Grignan] ; il y a très peu de gens qui pussent faire voir une si belle suite pour une si légère semonce [de l'accompagner au siége d'Orange], Sévigné, 4 déc. 1673.

    Invitation faite dans les formes pour une cérémonie. Faire la semonce d'un enterrement, c'est-à-dire inviter les parents et les amis d'y assister.

    En ces deux sens semonce a vieilli.

  • 2En général, invitation. Ulysse fit à tous [les compagnons changés en bêtes] une même semonce [de reprendre la forme humaine], La Fontaine, Fabl. XII, 1. De tous côtés se trouvant assaillie, Elle se rend aux semonces d'amour, La Fontaine, Orais. Il ne me reste plus qu'à répondre à vos semonces d'écrire à M. le duc d'Albe, Voltaire, Lett. d'Argental, 26 sept. 1773.

    Fig. et par plaisanterie. Nos cailles grasses [de Grignan] dont il faut que la cuisse se sépare du corps à la première semonce ; elle n'y manque jamais, Sévigné, à Coulanges, 9 sept. 1694.

  • 3Avertissement mêlé de reproches, fait par un supérieur. M. le Prince crut que Monsieur ne pourrait pas tenir contre une semonce du parlement ; il se trompa, Retz, Mém. t. III, liv. IV, p. 11, dans POUGENS. Je vis venir chez moi mes deux abbés gascons de la rue des Mathurins, et j'en reçus une semonce du sérieux le plus comique, Marmontel, Mém. III.
  • 4 Terme de marine. Ordre donné, au moyen du porte-voix, par un navire à un autre, de se faire connaître pour ami, pour neutre ou pour ennemi.

HISTORIQUE

XIIe s. E par cele sumunse les voleit esluignier, E à tuz diz del tut proscrire e essillier, Th. le mart. 67.

XIIIe s. Grimbert, qui ot fait la semonce, N'en ose Renart escondire, Ren. 9050. Chi commence li capitres des semonces [ajournements], Beaumanoir, II, 1.

XVe s. Et cils repondirent qu'il estoit à une semonce du comte de Hainaut contre le duc de Normandie…, Froissart, I, I, 123.

XVIe s. Ce fut au Peloponnese que cette semonce [appel à un conseil] fut premierement rejettée, Amyot, Péric. 37. Et ce qui fut lors introduit par une juste semonce du temps, s'est depuis tourné en police jusques à huy à la grande foule et oppression du peuple, Pasquier, Lett. liv. 5, édit. de 1590, p. 200.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SEMONCE, s. f. (Gram.) invitation qu’on fait à des parens d’assister à une noce, à un enterrement, &c.

Il se disoit autrefois de toutes convocations de personnes ou d’assemblées à cri public, comme pour le ban, l’arriere-ban, les états, &c. De-là, le verbe semondre, & le substantif semoneur.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « semonce »

De l’ancien français semonse, semonte, féminin substantivé de semons, le participe passé de semondre (« exhorter, inviter (à faire quelque chose), avertir »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Semondre ; provenç. somonsa, semosta, somosta, somossa. Semonce, pour semonse, est le féminin du participe passé semons, de semondre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « semonce »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
semonce sœmɔ̃s

Citations contenant le mot « semonce »

  • Il «a ensuite tiré quatre coups de semonce», a déclaré la police. News 24, Un homme de Floride ouvre le feu sur sa mère et son fils parce qu'ils `` n'étaient pas à distance sociale '' à l'hôtel de Miami - News 24
  • Mieux vaut écouter la semonce du sage qu’écouter le chant du fou. De La Bible / L’Ecclésiaste
  • PARIS (Reuters) - Renault a déclaré jeudi que ses résultats du premier semestre, marqués par la plus lourde perte de son histoire sous l’effet conjugué des difficultés de son partenaire Nissan, de l’épidémie de coronavirus et de la restructuration de ses propres activités, étaient pour lui un “coup de semonce”. FR, Renault: Perte nette record de plus de 7 milliards d'euros au premier semestre, un coup de semonce - Reuters
  • Un premier coup de semonce ce lundi 27 juillet. Les températures vont grimper cette semaine pour dépasser allégrement la barre des 30 degrés. Pas de canicule au sens météorologique du terme. Mais une hausse du mercure qui est à prendre au sérieux pour les personnes vulnérables.  France 3 Bourgogne-Franche-Comté, Météo : jusqu'à 36 degrés, une semaine de fortes chaleurs en Bourgogne-Franche-Comté
  • Coup de semonce pour la culture à Perpignan : le cinéma Castillet a décidé hier de fermer ses portes du 30 juillet au 24 août. La raison en est simple : le manque de public. L'absence de films porteurs mais surtout la peur des spectateurs d'aller dans un endroit clos auront donc poussé la société Ciné Movida de prendre cette décision douloureuse. Le Castillet et ses nombreuses salles en plein centre-ville offrent la meilleure proposition en matière de cinéma de qualité en dehors de Montpellier et Toulouse. Mais rester ouvert coûte plus cher que de fermer. Une logique économique implacable.  lindependant.fr, Perpignan : face au manque de public, le cinéma Castillet ferme du 30 juillet au 24 août - lindependant.fr

Images d'illustration du mot « semonce »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « semonce »

Langue Traduction
Anglais warning
Espagnol advertencia
Italien avvertimento
Allemand warnung
Chinois 警告
Arabe تحذير
Portugais aviso
Russe предупреждение
Japonais 警告
Basque abisua
Corse avisu
Source : Google Translate API

Synonymes de « semonce »

Source : synonymes de semonce sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « semonce »

Partager