Câliner : définition de câliner


Câliner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CÂLINER, verbe.

I.− Emploi trans.
A.− [Le suj. désigne gén. une pers., plus rarement un animal]
1. [L'obj. désigne une pers., gén. un enfant ou un être cher] Bercer de gestes, de regards, de paroles tendres, caressants. Serre-moi fort, câline-moi... oui, berce-moi (R. Martin du Gard, Les Thibault,La Belle saison, 1923, p. 1029).Synon. caresser, choyer, dorloter :
1. À ce moment, l'un des enfants, qui était tombé, vint se réfugier en criant et se cacher dans la robe de sa mère... celle-ci le prit dans ses bras, le berça avec des paroles gentilles, le câlina, l'embrassa tendrement, et le renvoya apaisé, souriant, avec les deux autres. Mirbeau, Le Journal d'une femme de chambre,1900, p. 322.
Emploi abs. Tripoter, c'est très mal! mais câliner c'est très bien (Montherlant, Celles qu'on prend dans ses bras,1950, p. 796).
2. Rare. [Avec parfois une nuance péj.] Amadouer, enjôler quelqu'un pour en obtenir un avantage :
2. − Vois, dit madame du Tillet à sa sœur, on nous dit fausses. Mon mari câline monsieur Nathan, et c'est lui qui veut le faire mettre en prison. Balzac, Une Fille d'Ève,1839, p. 77.
Emploi intrans. Faire le câlin devant quelqu'un pour en obtenir un avantage. C'est à lui [le père Simaise] qu'on s'adresse en câlinant : « Papa, j'ai besoin d'un chapeau... papa, il me faut une robe » (A. Daudet, Les Femmes d'artistes,1874, p. 153).
[Avec une idée d'hypocrisie] Il est vrai, monseigneur, répondit le loup en câlinant; je vous suivois dans l'espérance de vous intéresser à mes vues bénévoles et philosophiques (Nodier, Trésor des fèves et fleurs des pois,1833, p. 41).
B.− P. méton.
1. [Le suj. désigne une partie du corps, un sens, etc.] Avoir envers quelqu'un ou quelque chose une expression, une attitude, un comportement tendre, caressant. Son regard câline les formes aimées (R. Martin du Gard, Devenir,1909, p. 114).
Rem. L'emploi de l'adj. en ant est attesté en ce sens. Par paroles câlinantes et douces, petit à petit j'essayerais de la rattacher à la vie (F. Fabre, Le Chevrier, 1867, p. 324).
2. [L'obj. désigne un inanimé concr.] Deux ramiers sur un pin, câlinaient leurs plumes (G. d'Esparbès, Les Derniers lys,1898, p. 73).
II.− Emploi pronom. réfl.
A.− Vx. Être inactif, rester dans l'indolence, se dorloter. Il passe le temps à se câliner dans un fauteuil (Ac.1798-1878);cf. câlin I A 2.
B.− Se câliner à, se câliner contre.Se blottir tendrement contre quelqu'un. Il y a beau temps qu'il se fût envolé dans les airs, pour venir se câliner à ses joues (Montherlant, Le Démon du bien, 1937, p. 1325); en venant se câliner contre moi, comme une femme aimée (Amiel, Journal intime,1866, p. 246).
P. métaph. :
3. Alors elle se repentit d'avoir été si dure envers le malheureux être, et elle éprouva le besoin de se câliner à son dévouement, comme elle se caressait les mains dans la fourrure [de son ourse]. J. Richepin, Miarka, la fille à l'ourse,1883, p. 278.
Prononc. et Orth. : [kɑline], (je) câline [kɑlin]. Ds Ac. 1740-1932. Ac. 1740 écrit caliner. Étymol. et Hist. 1. 1616 [date donnée par l'éd.] pronom. se caliner « en prendre à ses aises, être indolent » (La Comédie des Proverbes ds Anc. théâtre fr., éd. Bibl. Elzévirienne, t. 9, p. 72 : Il se caline, ma foy! il se goberge); 1740 « se tenir dans l'inaction, dans l'indolence » (Ac.); 2. 1808 trans. (Hautel : Caliner. Faire le câlin, flatter, carresser quelqu'un). Prob. empr. au norm. caliner (Decorde : Caliner. Se dit des animaux qui se reposent à l'ombre dans les grandes chaleurs), dér. (avec dés. -er) du norm. caline (ibid.; Moisy) « chaleur étouffante, lourde » correspondant à l'a. et au m. fr. chaline, attesté du xiies. (B. de Ste Maure, Ducs Normandie, éd. Fahlin, 21427) au xives. (P. de Crescens ds Gdf.), relevé par Cotgr. 1611 et encore en usage en poit. (Lalanne), d'un lat. vulg. *calina dér. du rad. de calere « être chaud » (v. REW3, no1517); cf. norm. caliner « faire des éclairs de chaleur », calin « éclair de chaleur » (Moisy). Pour l'évolution du sens de « chaleur » à celui de « paresse, indolence » cf. chômer (v. FEW t. 2, pp. 538b-539a); la longueur du a de câliner est peut-être le reflet d'une prononc. dial. − L'hyp. de Gamillscheg (EWFS2) selon laquelle câliner remonterait à l'a. fr. chadeler « conduire, mener qqn » (lat. capitellare, de caput), par l'intermédiaire d'une forme *cadliner supposée à partir du norm. cadeler « choyer, caresser » (Moisy) et de l'empr. m. angl. to caddle « id. » (Cotgr. 1611), fait difficulté du point de vue phonét.; pour les mêmes raisons, l'étymon lat. catellus « petit chien » (Spitzer ds Z. rom. Philol., t. 40, 1920, pp. 697-699; REW3, no1763) ne semble pas recevable. Fréq. abs. littér. Câliner : 59. Câlinant : 11.
DÉR. 1.
Câlinage, subst. masc.,rare. Action de câliner, d'attirer la sympathie de quelqu'un par des manières douces et tendres. Elle s'imagina qu'avec un peu de câlinage et de cajolerie elle ferait revenir son mari de cette résolution (Soulié, Les Mémoires du diable,t. 2, 1837, p. 147).Attesté ds Besch. 1845, Lar. 19e, Nouv. Lar. ill., Lar. 20e, Rob., s.v. câliner. 1reattest. 1837, supra; de câliner, suff. -age*. Fréq. abs. littér. : 1.
2.
Câlinement, subst. masc.Action de câliner; douceur, tendresse. Il le jalousait ce mari trompé qui était installé près d'elle pour toujours, dans les habitudes de sa maison et dans le câlinement de son contact (Maupassant, Fort comme la mort,1889, p. 132). [kɑlinmɑ ̃]. 1reattest. 1889 id.; de câliner, suff. -ment1*.
3.
Câlineur, subst. et adj.Homme se complaisant aux manières câlines et aux caresses. Elle avait eu de nombreux soupirants et une demi-douzaine de câlineurs qui l'avaient embrassée, caressée, tripotée (L. Daudet, Les Bacchantes,1931, p. 87).Emploi adj. Qui câline. Des mots gentils et câlineurs (Montherlant, Les Jeunes filles,1936, p. 1031). [kɑlinœ:ʀ]. 1reattest. 1931, supra; de câliner, suff. -eur2* ou peut-être forme francisée de calignaire*. Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. − Guiraud (P.). Pier, argot. Cah. lexicol. 1968, no12, p. 90. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 344.

Câliner : définition du Wiktionnaire

Verbe

câliner \kɑ.li.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se câliner)

  1. Traiter avec douceur, caresser quelqu’un.
    • Il câline trop cet enfant, il le gâtera. Une petite fille aime à se faire câliner.
  2. (Intransitif) (Vieilli) Vivre dans l’inaction, l’oisiveté[1].
  3. (Pronominal) (Vieilli) Être indolent, prendre ses aises[1].
  4. (réciproque) Échanger avec douceur, des caresses.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Câliner : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CÂLINER. v. tr.
Traiter avec une douceur excessive, caresser quelqu'un. Il câline trop cet enfant, il le gâtera. Une petite fille aime à se faire câliner.

Câliner : définition du Littré (1872-1877)

CÂLINER (kali-né) v. a.
  • 1Dorloter en cajolant. Il aime à être câliné.

    Absolument. Il répondit en câlinant.

    Terme familier.

  • 2Se câliner, v. réfl. Faire le câlin, se dorloter. Il passe le temps à se câliner dans un fauteuil.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « câliner »

Étymologie de câliner - Littré

Câlin ; picard, caliner, faire reposer les moutons dans un champ pour le fumer ; calinant, d'une santé chancelante.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de câliner - Wiktionnaire

(Date à préciser) Probablement emprunt au normand caliner (« se reposer à l’ombre »), dérivé de caline (« chaleur lourde, étouffante »), du latin populaire *calina, dérivé de calere (« être chaud »).
Pour l’évolution du sens de « chaleur » à « paresse, indolence » → voir chômer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « câliner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
câliner kalɛ̃e play_arrow

Conjugaison du verbe « câliner »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe câliner

Évolution historique de l’usage du mot « câliner »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « câliner »

  • Cette magnifique chatte senior est très affectueuse. Elle aime se faire câliner mais à sa demande exclusivement. , Insolite | SPA Strasbourg: Enza, 14 ans, cherche un foyer
  • Le dimanche 7 juin 2020, sur Instagram, la présentatrice a partagé deux photographies adorables en sa compagnie. Deux images très similaires, sur lesquelles elle est de dos, en train de câliner sa fille... sauf que sept ans séparent les clichés ! "La vie m'a apporté le plus beau cadeau sur cette terre : tes bras autour de mon cou pour faire oublier tout ce qui fait mal, écrit-elle les yeux plein d'étoiles. Ma plus belle histoire d'amour c'est toi." , Laurence Boccolini maman : rare photo de sa fille Willow, 6 ans et demi - Purepeople
  • Ensuite, à chaque mouvement de l’enfant, le toutou commence à la câliner, toujours avec beaucoup de douceur. Le tout sous le regard attendri et attentif du papa qui filme toute la scène, non sans une certaine émotion.  Wamiz, Il ouvre la porte pour aller réveiller son bébé, mais son Husky se précipite à l’intérieur… - Vidéos - Wamiz
  • Une Canadienne a trouvé un moyen ingénieux de serrer sa mère dans ses bras en toute sécurité, en dépit de la pandémie de coronavirus : avec un "gant à câliner", une bâche en plastique à quatre manches suspendue à une corde à linge. euronews, Coronavirus : un "gant à câliner" pour embrasser ses proches en toute sécurité | Euronews
  • Très propre, elle sait vivre à l’intérieur mais apprécie également les grandes promenades. Elle aime par-dessus tout être en présence des humains et se faire câliner tout à loisir. Elle est pleine de joie de vivre, elle comblera ses nouveaux maîtres. Jaily sera le chien idéal pour les amoureux des super chiens. , Strasbourg | Jaily, 7 ans, cherche un maître
  • Etre parent, c'est vouloir à la fois câliner et étrangler son enfant. De Bill Watterson / Calvin et Hobbes - Debout, tas de nouilles !

Images d'illustration du mot « câliner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « câliner »

Langue Traduction
Portugais abraçar
Allemand kuscheln
Italien coccolare
Espagnol abrazar
Anglais cuddle
Source : Google Translate API

Synonymes de « câliner »

Source : synonymes de câliner sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « câliner »



mots du mois

Mots similaires