Maltraiter : définition de maltraiter


Maltraiter : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MALTRAITER, verbe trans.

A.− [L'agent est une pers.]
1.
a) [Le compl. d'obj. désigne un animé] Faire subir de mauvais traitements à quelqu'un (ou à un animal), avec plus ou moins de violence, physique ou non. Synon. battre, brutaliser, frapper, malmener, molester, rosser.Maltraiter un enfant, un animal. Tel était pourtant l'homme que dans nos cercles l'on disait si grossier, si brutal, maltraitant tout son service, et jusqu'aux dames du palais même (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 1, 1823, p. 806).Une femme (...) maltraitée par son mari (Arts et litt.,t. 2, 1936, p. 56-5):
1. Et comme on reparlait de Cladel, Daudet disait que Gill, le caricaturiste, qui était un bohème, mais qui avait au fond des qualités de cœur distinguées, n'avait pas voulu retourner chez lui, pour l'avoir vu, un jour où il déjeunait chez lui, pousser sa femme tout en larmes à table, avec la brutalité d'un bouvier maltraitant un bestiau. Goncourt, Journal,1892, p. 285.
Vieilli. [En parlant d'une femme] Traiter avec rigueur (son soupirant). Faire rendre justice à mes sentiments par celle qui m'a si maltraité! (Balzac, A. Savarus,1842, p. 131).Cet amoureux maltraité, qui se tortille sur son lit au lieu de dormir (Alain, Propos,1908, p. 36).
[P. méton., le sujet désigne une décision, une loi] La femme anglaise, maltraitée par la loi de succession (Michelet, Journal,1834, p. 125).
b) P. anal. [Le compl. d'obj. désigne une chose, notamment un mécanisme, une automobile] . Aucune précaution particulière n'est à prendre : conduire normalement la voiture, ne pas lui demander d'efforts violents, ne pas la maltraiter, surveiller le tableau de bord, déceler les bruits semblant anormaux (Chapelain, Techn. automob.,1956, p. 325).
2. En partic. Traiter quelqu'un ou son œuvre avec sévérité, par la parole ou des écrits. Synon. critiquer.Si vous pensez si mal de moi, Fanchon Fadet, c'est sans doute que mon frère Landry m'a bien maltraité dans ses paroles (Sand, Pte Fad.,1849, p. 309).Peu de grands règnes ont été plus maltraités [que celui de Marc-Aurèle] par l'histographie (Renan, Marc-Aurèle,1881, p. 271).L'Église catholique est fort maltraitée dans ce dernier ouvrage (Verlaine, Œuvres compl.,t. 5, Biogr. [Louis-Xavier de Ricard], 1896, p. 420).
− Dans le domaine de la crit. littér.Aussi M. Guinguené, en maltraitant le Génie du christianisme dans la Décade, déclarait que la critique venait trop tard, puisque mon rabâchage était déjà oublié (Chateaubr., Mém.t. 2, 1848, p. 41).
3. Au fig. [Le compl. d'obj. désigne une chose] Soumettre à des mesures de rigueur. En même temps la censure préalable était rétablie. Quant aux journaux et écrits périodiques, ils étaient plus maltraités encore. Le nombre des journaux politiques de Paris fut réduit à quatre (Civilis. écr.,1939, p. 44-6):
2. Durant toute la période directoriale, les conseils délibérèrent sur les moyens d'arbitrer entre les intérêts opposés (...) mais, en pareil cas, les dommages des possédants ne se peuvent restaurer complètement. La propriété bâtie se vit plus maltraitée encore. Par exemple, le décret du 3 messidor an III, qui vint au secours des propriétaires fonciers, maintint le paiement des loyers en assignats au pair... Lefebvre, Révol. fr.,1963, p. 563.
En partic. [L'obj. maltraité est une production langagière] Déformer, rendre méconnaissable. La déposition de Dunois cause aussi quelque déception (...) Il faut que sa déposition ait été bien maltraitée par le traducteur et par les scribes (A. France, J. d'Arc,t. 1, 1908, p. xxiii).Ainsi le degré de déformation ne crée pas de différences essentielles entre les mots maltraités par l'étymologie populaire (Saussure, Ling. gén.1916, p. 240).
B.− Gén. au passif. [L'agent est un phénomène naturel, une maladie ou plus gén. la nature, le sort] . Être rudement malmené par, ne pas être épargné par, subir des dommages par le fait de.
a) [L'obj. maltraité est une chose] . Cette terre [le Rouergue], maltraitée et du froid et du chaud dans la variété de ses expositions et de ses climats, gercée de précipices (Michelet, Tabl. Fr.,1833, p. 30).La face méridionale de cet arc de triomphe [à Orange] a été fort maltraitée; le vent de mer a rongé la pierre, et les bas-reliefs sont beaucoup plus dégradés que ceux du nord (Stendhal, Mém. touriste,t. 2, 1838, p. 151):
3. Mais les bouleversements de l'écorce terrestre les ont torturées [les couches], déchirées, déchiquetées, coupées de failles et renversées parfois au point que le mur est devenu un toit. La tâche qui incombe dès lors au mineur est non seulement de cheminer dans cette zone, si maltraitée qu'elle soit (...) mais encore de poursuivre ce cheminement suivant un plan rationnel. E. Schneider, Charbon,1945, p. 230.
b) [L'obj. maltraité est un être animé ou une collectivité] Être maltraité par le sort. Je commence l'hiver par des douleurs et des rhumatismes. Pour éviter pourtant d'être aussi maltraitée que l'année dernière, je me couvre de flanelle, gilet, bas de laine (Sand, Corresp.,t. 1, 1826, p. 26).Quand on a été aussi maltraitée de la nature, on doit être jalouse de tout le monde! (Dumas père, Kean,1836, I, 3, p. 108).Ces chiffres n'en montrent pas moins combien le mal est répandu, combien on a de chances de devenir tuberculeux à Paris! Il ne faudrait pas croire que le mal est spécial à Paris; on le retrouve aussi grave, ou à peu près, dans toutes les grandes villes de l'Europe; Vienne et Bruxelles sont encore plus maltraitées (Nocard, Tubercul. bovine,1903, p. 2).
Rem. Maltraiter/traiter mal. ,,Les synonymistes qui ont comparé ces deux mots ne voient en général qu'une différence de degré entre maltraiter et traiter mal. Il y en a une autre cependant : traiter mal c'est ne pas traiter suivant les conventions, les usages, comme parler mal, c'est parler contrairement aux règles. On maltraite ses domestiques lorsqu'on les frappe, on les traite mal lorsqu'on ne les nourrit pas bien. On traite mal quelqu'un non seulement en lui faisant faire mauvaise chère, comme le dit Beauzée, mais encore en manquant de politesse à son égard`` (Guizot 1864).
Prononc. et Orth. : [maltʀ εte], (il) maltraite [maltʀ εt]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1269-78 mal trester (Jean de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 17170). Comp. de mal2* et de traiter*, d'apr. le lat. médiév. maletractare « maltraiter » (643, Edictum Rothari ds Nierm.). Fréq. abs. littér. : 375. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 835, b) 768; xxes. : a) 374, b) 241.

Maltraiter : définition du Wiktionnaire

Verbe

maltraiter \mal.tʁe.te\ ou \mal.tʁɛ.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Traiter durement en actions ou en paroles, malmener, frapper.
    • Ce mari maltraite sa femme.
  2. (Par extension) Traiter quelqu’un d’une façon défavorable.
    • Cet arrêt a fort maltraité la partie plaignante.
    • Cet auteur a été très maltraité par la critique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Maltraiter : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MALTRAITER. v. tr.
Traiter durement en actions ou en paroles, malmener, frapper. Ce mari maltraite sa femme. Il signifie, par extension, Traiter quelqu'un d'une façon défavorable. Cet arrêt a fort maltraité la partie plaignante. Cet auteur a été très maltraité par la critique.

Maltraiter : définition du Littré (1872-1877)

MALTRAITER (mal-trè-té) v. a.
  • 1Faire un mauvais traitement, en actions ou en paroles. Seul vous le maltraitez [votre fils] après ce qu'il a fait, Corneille, Hor. IV, 5. On craint qu'après sa sœur [qu'il avait tuée] il n'en maltraite d'autres, Corneille, ib. V, 3. Mon Dieu, ne le maltraitez point ; je vois à sa mine qu'il est honnête homme, et que, sans se faire mettre en prison, il vous découvrira ce que vous voulez savoir, Molière, Avare, V, 2. Le concile d'Éphèse n'est pas le seul que notre auteur ait maltraité, Bossuet, Rem. kist. conciles, II, 11. À Athènes on punissait sévèrement, quelquefois même de mort, celui qui avait maltraité l'esclave d'un autre, Montesquieu, Esp. XV, 17. La puissance souveraine peut maltraiter un rave homme, mais non pas le déshonorer, Voltaire, Louis XIV, 11.
  • 2Se dit des rigueurs d'une femme pour un homme qui l'aime. Une personne qui avait une passion violente, qui venait d'en donner des marques à un homme qu'elle en jugeait indigne, et à un autre qu'elle maltraitait pour l'amour de lui, La Fayette, Princ. de Clèves, Œuv. t. II, p. 120, dans POUGENS.
  • 3Faire éprouver un dommage, une perte. Il a été très maltraité dans cette banqueroute. Le régiment fut très maltraité dans le combat.

SYNONYME

MALTRAITER, TRAITER MAL. Maltraiter signifie faire outrage à quelqu'un soit de la parole, soit de coups de main. Traiter mal signifie faire faire mauvaise chère à quelqu'un, ou n'en pas user avec lui à son gré.

HISTORIQUE

XVIe s. Ma femme me picotte toujours sur ce sujet, et me presse de maltraiter [Mme de Verneuil]…, Henri IV, dans le Dict. de DOCHEZ.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « maltraiter »

Étymologie de maltraiter - Littré

Mal, et traiter ; provenç, maltractar ; espagn. maltratar ; ital. maltrattare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de maltraiter - Wiktionnaire

De mal et traiter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « maltraiter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
maltraiter maltrɛte play_arrow

Conjugaison du verbe « maltraiter »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe maltraiter

Citations contenant le mot « maltraiter »

  • S’il n’a pas l’élégance du premier volet, ce dernier chapitre de la vie de Ip Man s’en sort très honorablement. Tout repose naturellement sur Donnie Yen, toujours aussi impeccable dans le rôle mais aussi sur quelques seconds rôles dont Vanda Margraf dans le rôle de la jeune fille qui se fait maltraiter et Danny Kwok-Kwan Chan en Bruce Lee. Le film n’est par ailleurs pas un prétexte à la castagne (et même si l’introduction de certains combats est forcée), puisqu’il cherche à représenter l’époque pour la population chinoise en Amérique. Il bénéficie donc d’un vrai scénario, traitant ouvertement du racisme et de la place des asiatiques dans la culture américaine des années 60. , Critique : Ip Man 4, le Dernier Combat – CloneWeb
  • « Il est difficile de maltraiter une femme financièrement indépendante dans un couple !!! », a-t-elle tweeté.   AfrikMag, "Il est difficile de maltraiter une femme financièrement indépendante dans un couple", dixit une Nigériane, les internautes lui répondent!
  • Elle a dit qu’il continuait de la maltraiter verbalement, notamment en disant: « Quand nous atterrirons, je peux appeler des frères noirs qui peuvent vous foutre si vous êtes si désespéré. » News 24, Amber Heard raconte au tribunal comment Johnny Depp «l'a maltraitée physiquement et mentalement» | Actualités Ents & Arts - News 24
  • "putain" ! mais arretez de maltraiter ces animaux !!!! ladepeche.fr, Dordogne : 30 chiens de chasse maltraités, retrouvés attachés dans les bois - ladepeche.fr

Traductions du mot « maltraiter »

Langue Traduction
Corse maltrattamentu
Basque mistreat
Japonais 虐待する
Russe дурно обращаться
Portugais maltratar
Arabe سوء المعاملة
Chinois 虐待
Allemand misshandeln
Italien trattare male
Espagnol maltratar
Anglais mistreat
Source : Google Translate API

Synonymes de « maltraiter »

Source : synonymes de maltraiter sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « maltraiter »


Mots similaires