Brûler : définition de brûler


Brûler : définition du Wiktionnaire

Verbe

brûler \bʁy.le\ transitif ou intransitif 1er groupe (voir la conjugaison) (orthographe traditionnelle) (pronominal : se brûler)

  1. Consumer, corroder ou endommager par le feu, ou par produits chimiques.
    • Hippocrate sauva Athènes de la peste en brûlant dans les rues des bois aromatiques et en faisant suspendre partout des paquets de fleurs parfumées. — (Marcel Hégelbacher, La Parfumerie et la Savonnerie, 1924)
    • Nulle main laborieuse ne relèvera les toitures enfoncées ; nulle flamme ne brûlera plus aux âtres désertés. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Des stères à brûler, des fagots de rondins, des bourrées de coupilles, des tas d’ételles et des « carottes » d’épicéas s’y empilent. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Après un certains laps de temps, les femmes brûlent les défrichements au feu courant. Ensuite elles ramassent les débris et les réincinèrent en petits tas. — (Problèmes d’Afrique centrale, n°31 à 38, Institut universitaire des territoires d’outre-mer, Anvers, 1956, page 204)
    • La température à laquelle le kérosène brûle est suffisante pour faire perdre à l’acier environ 75 % de sa force. — (Louis Dubé, L’Argument déterminant et les théories du complot, dans Le Québec sceptique, n° 67, automne 2008, p. 5)
  2. Faire du feu de quelque matière.
    • Dans ce pays, on ne brûle que du charbon de terre, que de la tourbe.
    • Brûler de la cire, de la chandelle, de l’huile, du pétrole : Se servir de bougie, de chandelle, d’une lampe à huile ou à pétrole pour éclairer.
    • De l’huile à brûler. — Brûler du bois, de la paille.
  3. (Cuisine) Subir l’action trop vive ou trop prolongée du feu qui donne une couleur rousse ou noire et un goût désagréable aux mets.
    • Vous avez laissé brûler ce rôti.
  4. (Figuré) (Par hyperbole) Échauffer excessivement, causer une violente chaleur, dessécher par une chaleur excessive.
    • J’avais comme une barre à l’estomac, et dans le cerveau quelque chose qui me brûlait. Je fus près de défaillir. — (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
    • Cette liqueur me brûle le palais, le gosier, l’estomac.
    • Le soleil lui a brûlé le teint.
  5. (Figuré) Être dévoré d’une passion pressante.
    • La dame brûlait du désir d’ébruiter une nouvelle dont elle venait d’avoir la primeur. — (Nicolas Gogol, Les Âmes mortes, 1842, traduction de Henri Mongault, 1949)
    • Doña Luz est on ne peut pas plus inquiète de son oncle, elle brûle de le revoir. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Les artilleurs, qui, à la capitulation, avaient reçu l’ordre de cesser le feu, n’avaient pas quitté leur poste […] Les soldats déclarèrent qu’ils n’avaient pas eu une seule occasion de tirer, et ils brûlaient du désir de montrer ce qu’ils savaient faire. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 235 de l’éd. de 1921)
    • Sa froideur a, pour moi, tant d’attraits, qu’elle me brûle et me glace. J’ai beau savoir qu’au fond de ce regard, tout est calcul et complaisance, où qu’il m’entraîne, je le suivrai. — (Francis Carco, L’Amour vénal, Éditions Albin Michel, Paris, 1927, page 16)
    • Un question me brûle les lèvres, je ne peux pas m’empêcher de la poser.
    • Les mains lui brûlent : Il est impatient d’agir.
    • Les pieds lui brûlent : Il est impatient de sortir, de s’en aller.
  6. (Figuré) Ignorer un obstacle ou une étape pour atteindre un objectif.
    • Cette marche ressemblait à une fuite. Troppmann marchait devant nous […] Il se hâtait, évidemment, et nous autres nous nous hâtions à sa suite. […] Ainsi, nous brûlâmes le corridor, nous descendîmes un autre escalier. — (Ivan Tourgueniev, L’Exécution de Troppmann, avril 1870, traduction française de Isaac Pavlovsky, publiée dans ses Souvenirs sur Tourguéneff, Savine, 1887)
    • Lorsque notre train « brûle » les petites stations qu’il n’honore que d’un coup de sifflet au passage, le major m’eût dit si telle ou telle n’avait point été le théâtre de faits de guerre. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. VI, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Toujours aimable, Manilov expliqua au cocher — à qui dans son zèle il donna même du vous — qu’il fallait brûler deux chemins de traverse et s’engager dans un troisième. — (Nicolas Gogol, Les Âmes mortes, 1842 ; traduction de Henri Mongault, 1925, p. 56)
    • Un autre courrier monté partit immédiatement pour Rabat et brûla, en moins de six heures, les 90 kilomètres qui séparent les deux villes. — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 81)
  7. (Intransitif) Être consumé par le feu.
    • Pendant de longs siècles, la maison resta bien fragile. A peine différente d'une cabane de bois dans les forêts, bicoque de limon très souvent, elle brûlait ou elle fondait pour un rien. — (Octave Guelliot, Villages et maison des Ardennes, dans la Revue de folklore français et de folklore colonial, Librairie Larose, 1937, vol. 8, p. 188)
    • Et ils s'en retournent dans leur pays, admirant la longanimité d'Allah qui permet à une race aussi dévergondée d'opprimer les croyants, mais consolés par la certitude qu'au jugement dernier les infidèles n'échapperont pas à leur juste châtiment, qu'ils seront la proie de Chaïtân et brûleront éternellement en enfer. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 110)
  8. (Intransitif) (Simplement) Être fort chaud.
    • Touchez ses mains, elles brûlent.
  9. (Intransitif) (Plus rare) Briller, luire.
    • Une ampoule brûlait à l’extrémité du passage. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
  10. (Intransitif) (Figuré) Être près d’un objectif, toucher au but.
    • La solution n’est pas loin, nous brûlons.
  11. (Pronominal) Subir le feu.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Brûler : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BRÛLER. v. tr.
Consumer ou endommager par le feu. Brûler une maison. Brûler des papiers. Chez les Grecs et chez les Romains, on brûlait ordinairement les morts. Il fut brûlé vif, brûlé à petit feu. Ces étincelles ont brûlé le bas de ma robe. Brûler de l'encens devant une idole. Brûler des parfums, des pastilles pour répandre une bonne odeur. Ce tison m'a brûlé. Cette étincelle m'a brûlé à la main. Je me suis brûlé le bras. Il signifie aussi Faire du feu de quelque matière. Dans ce pays, on ne brûle que du charbon de terre, que de la tourbe. Brûler du bois, de la paille. Bois à brûler. Mottes à brûler. Fig., Brûler ses vaisseaux, S'engager dans une affaire, dans une entreprise, de manière à s'ôter tout moyen d'y renoncer ou de s'en désister. Par cette démarche hardie, il vient de brûler ses vaisseaux et il ne peut plus reculer. Fig., Brûler de l'encens devant quelqu'un, L'aduler, le flagorner avec de grandes démonstrations de respect. Brûler de la cire, brûler de la chandelle, brûler de l'huile, du pétrole, Se servir de bougie, de chandelle, d'une lampe à huile ou à pétrole pour éclairer. De l'huile à brûler. Fig. et fam., Brûler la chandelle par les deux bouts. Voyez BOUT. Brûler du vin, Mettre du vin sur le feu pour le distiller et en faire de l'eau-de-vie. Brûler de l'eau-de-vie, de l'esprit-de-vin, Mettre le feu à une certaine quantité d'eau-de-vie, d'esprit-de-vin, contenue dans un vase. Brûler du café, Donner aux grains du café le degré de cuisson nécessaire. Ils s'emparèrent de la ville sans brûler une cartouche, Sans tirer un coup de fusil. Brûler la cervelle à quelqu'un, Lui casser la tête d'un coup d'arme à feu tiré à bout portant. On dit de même Se brûler la cervelle. Fig. et fam., Brûler l'étape, Passer outre sans s'arrêter à un gîte, à l'étape. Brûler les étapes, Faire un travail avec une rapidité exceptionnelle et sans s'arrêter. Fig. et pop., Brûler la politesse à quelqu'un, Le quitter, s'en aller, partir sans lui dire adieu, sans le prévenir. Fig., en termes de jeu de Cartes, Brûler une carte, La mettre de côté, parce qu'elle a été vue ou parce que le joueur à qui on la propose use du droit de la refuser. Cette carte a été vue, brûlez-la. Vous ne voulez pas de la première carte : je la brûle. Carte brûlée. Il se dit également des Substances qui ont la propriété d'agir comme le feu, en consumant et corrodant les matières animales ou végétales. Les acides concentrés brûlent la peau. Brûler une excroissance de chair avec la pierre infernale. L'eau-forte brûle le linge. Il signifie encore, par exagération, Échauffer excessivement, causer une violente chaleur, dessécher par une chaleur excessive. Cela me brûle, me brûle les mains. Cette liqueur me brûle le palais, le gosier, l'estomac. Il a une fièvre qui le brûle. Le soleil a brûlé toute la campagne. Le soleil lui a brûlé le teint. L'ardeur du soleil brûle les plantes. Fig., Brûler le pavé, Aller à très vive allure. Fig., Brûler les planches signifie, en termes de Théâtre, Jouer avec beaucoup de chaleur des scènes vives et animées. Il se dit par analogie en parlant de l'Effet d'un froid excessif. La gelée a brûlé la racine des arbres. La neige brûle les souliers. Il est aussi intransitif et signifie Être consumé par le feu. Voila une maison qui brûle. Le bois sec brûle mieux que le bois vert. Faire brûler des pastilles, des parfums. Il se dit particulièrement d'une Bougie, d'une lampe, etc., qui est allumée. Il y a devant cet autel une lampe qui brûle toujours. Les cierges qui brûlaient autour du cercueil. On dit de même Le feu brûle bien, ne brûle pas, Le feu de la cheminée flambe, est animé, ou Il ne flambe pas, il n'est pas animé. Le feu sacré qui brûlait dans le temple de Vesta. Il signifie aussi simplement Être fort chaud. Touchez ses mains, elles brûlent. Les mains lui brûlent. Fig. et fam., Les mains lui brûlent, Il est impatient d'agir. Les pieds lui brûlent, Il est impatient de sortir, de s'en aller. Fig., Le tapis brûle se dit, en termes de jeu de Cartes, pour avertir qu'un des joueurs a oublié de mettre au jeu. Il se dit aussi des Mets auxquels l'action trop vive ou trop prolongée du feu donne une couleur rousse ou noire et un goût désagréable. Vous avez laissé brûler ce rôti. Fig. et fam., Le torchon brûle. Voyez TORCHON. Il signifie, au figuré, Être possédé d'une violente passion. Il brûle du désir de se signaler. C'est un homme qui brûle d'ambition. Il brûle d'amour. Il brûle pour elle. Il se dit encore pour exprimer simplement un Grand désir, une extrême impatience de faire quelque chose. Je brûle de vous revoir. Je brûle d'aller là. Il brûle d'en finir. Il brûle de se venger. Vous me faites brûler à petit feu, Vous excitez trop longtemps mon impatience. Il se dit encore à certains jeux d'enfants, lorsque celui qui cherche l'objet qu'on a caché et qu'il s'agit pour lui de découvrir vient à s'en approcher. Vous n'y êtes pas encore, mais vous brûlez.

SE BRÛLER signifie Être brûlé; ou simplement Être atteint par le feu, par un corps très chaud. Les papillons viennent se brûler à la flamme. Se brûler en remuant un tison, en touchant un fer chaud. Se brûler à la main, à la jambe. Prov. et fig., Se brûler, venir se brûler à la chandelle, S'engager, se jeter dans une situation embarrassante ou périlleuse, en parlant de quelqu'un qui est séduit par des apparences décevantes. Son participe passé

BRÛLÉ, ÉE, s'emploie souvent comme adjectif et signifie Qui a été soumis à l'action du feu. Vin brûlé, Vin qu'on a mis sur le feu avec des épices. L'eau-de-vie brûlée, Eau-de-vie à laquelle on a mis le feu. Crème brûlée, Sorte de mets délicat qui se fait avec du lait, des œufs et du sucre passé au feu. Alezan brûlé, Cheval alezan de couleur foncée ou noirâtre. Fig. et fam., BRÛLÉ se dit de Quelqu'un qui a perdu tout crédit. Espion brûlé, Espion qui étant connu ne peut plus être employé. Cerveau brûlé, cervelle brûlée. Voyez CERVEAU. Il est aussi employé comme nom. Cette bouillie sent le brûlé, a un goût de brûlé.

Brûler : définition du Littré (1872-1877)

BRÛLER (bru-lé) v. a.
  • 1Consumer par le feu. Les Romains brûlèrent Carthage. Tout est en feu jusque sur les bords de la rivière d'Oise ; nous pouvons voir de nos faubourgs la fumée des villages qu'ils nous brûlent, Voiture, Lett. 74. Brûlons ce Capitole où j'étais attendu, Racine, Mithr. III, I. Lisez ce qu'il cite d'Aristote, et vous verrez qu'après une autorité si expresse il faut brûler les livres de ce prince des philosophes ou être de notre opinion, Pascal, Prov. 4.

    Fig. Brûler ses vaisseaux, s'engager dans une affaire de manière à ne pouvoir reculer.

    Brûler ses livres, tout faire pour réussir. Locution tirée de l'alchimiste, qui, ayant tout tenté, brûle ses livres, désespéré de ne pas réussir, ou, ayant tout dépensé, brûle jusqu'à ses livres pour chauffer ses fourneaux. J'y brûlerai mes livres ou je romprai ce mariage, Molière, Pourc. I, 3. J'y brûlerai mes livres, Racine, Plaid. I, 7. Je vous la rendrai saine et entière, ou j'y brûlerai mes livres, Sévigné, 1.

  • 2 Fig. Mille convoitises le brûlent. Mais quelque ambition, quelque amour qui me brûle, Racine, Baj. II, 5. Vous me connaissez mal, la même ardeur me brûle, Corneille, Poly. I, 1. N'imputez qu'à ce feu qui brûle encor mon âme…, Voltaire, Zaïre, IV, 6. Si ton ardeur est extrême, Même ardeur vient me brûler, Béranger, Chatte.
  • 3 Terme de métier. Brûler les métaux, leur ôter leurs qualités en les laissant trop chauffer.
  • 4En parlant de quelques substances chimiques, corroder, consumer. Les acides concentrés brûlent la peau comme le fer rouge.

    Brûler la terre, en parlant d'engrais, la rendre trop chaude et l'empêcher par là de produire ; en parlant des plantes, l'épuiser rapidement.

    En parlant du froid, causer un effet assez semblable à celui de la brûlure. La gelée brûle la racine des arbres. La neige brûle les souliers.

  • 5Employer comme combustible. Brûler du bois, du charbon de terre, de la tourbe.

    Se servir d'une chose pour s'éclairer. Brûler de la chandelle, de la cire, de l'huile.

    Fig. Brûler la chandelle par les deux bouts, c'est-à-dire compromettre sa fortune par des dépenses de tout genre, ou sa santé par des excès de tout genre.

  • 6Faire subir le supplice du feu. On a longtemps brûlé les hérétiques. On prétend qu'il y a un conflit de juridiction, entre le Parlement et le Châtelet, à qui fera brûler le livre et l'auteur, Voltaire, Lett. Morellet, 23 fév. 1776.
  • 7Brûler des parfums. En vain sur les autels ma main brûlait l'encens, Racine, Phèd. I, 3.

    Fig. Brûler de l'encens devant quelqu'un, le flatter avec de grandes démonstrations de respect.

    Brûler de l'eau-de-vie, mettre le feu à de l'eau-de-vie, faire du punch.

    Brûler du vin, distiller du vin pour en faire de l'eau-de-vie.

    Brûler du café, le torréfier avant de le moudre.

    Brûler l'amorce d'un fusil, d'un pistolet, y mettre le feu.

    Sans brûler une amorce, sans tirer un seul coup de fusil. La ville fut prise sans brûler une amorce.

    Brûler la cervelle à quelqu'un, le tuer d'un coup de feu tiré dans la tête et de très près. Se brûler la cervelle, se tirer un coup de feu dans la tête.

  • 8Échauffer beaucoup, dessécher par un excès de chaleur. Un soleil ardent brûlait la campagne.

    Par extension. Il a une fièvre qui le brûle. La soif les brûlait.

    Fig. Brûler le pavé, courir, marcher très vite.

    Brûler le papier, écrire avec beaucoup de verve et une grande chaleur.

    Brûler les planches, jouer un rôle d'une manière vive et entraînante.

    Brûler les yeux, faire mal aux yeux par une excessive lumière. La première fois que je lus votre ouvrage, je fus frappé d'une lumière qui éclairait mes yeux et qui devait brûler ceux des sots et des fanatiques, Voltaire, Lett. Chatellux, 7 déc. 1772.

  • 9Brûler la politesse à quelqu'un, le quitter brusquement, rompre une affaire.

    Brûler l'étape, brûler un gîte, ne pas s'y arrêter. Nous brûlâmes ce village, et allâmes coucher plus loin. Je pris la résolution de brûler l'étape de *** et de passer tout droit, Rousseau, Conf. VI.

    À certains jeux, brûler une carte, la mettre de côté.

    En un sens analogue. Peu à peu elle [la duchesse de Bourgogne] en brûla [quelques-uns de ses cercles], et à la fin ils cessèrent sans qu'ils aient été rétablis depuis, Saint-Simon, 41, 67.

  • 10 V. n. Être consumé par le feu. Quand la maison du voisin brûle. La bûche continuait à brûler.

    Fig. Il était indécent qu'il [le duc de Bourgogne] languît dans l'oisiveté à son âge, tandis que sa maison brûlait [périclitait] de toutes parts, Saint-Simon, 195, 104.

    Flamber, être allumé. Le feu brûle. Flambeaux qui brûlent. Une lampe brûlait dans le sanctuaire.

    Donner du feu, de la lumière. Ce bois brûle bien. Cette lampe brûle mal.

  • 11Être brûlant ou très chaud. La tête lui brûle. Je m'en sens tour à tour et brûler et glacer, Tristan, Mort de Chrispe, I, 1. Je sentis tout mon corps et transir et brûler, Racine, Phèd. I, 3.

    Fig. Les pieds lui brûlent, il est impatient de sortir, de s'en aller.

  • 12 En termes de cuisine, être frappé par un feu trop vif ; ce qui se connaît par l'odeur désagréable qui s'exhale. Le rôti brûle. Cette crème brûle.

    Fig. Le rôti brûle, c'est-à-dire il n'y a pas de temps à perdre, pas de négligence à se permettre.

  • 13 Fig. Être possédé d'une passion violente. Brûler d'amour. Et si Rome savait de quels feux vous brûlez, Corneille, Nicom. I, 2. Un juste courroux dont je me sens brûler, Corneille, Cinna, V, 2. Déjanire brûla de jalousie, Fénelon, Tél. X. Je brûle, je l'adore…, Racine, Mithrid. IV, 5. Mon époux est vivant, et moi je brûle encore…, Racine, Phèd. IV, 6. Mais quelque noble ardeur dont ils puissent brûler, Racine, Athal. I, 2. Il n'en faut point douter, vous aimez, vous brûlez, Vous périssez d'un mal que vous dissimulez, Racine, Phèd. I, 1. Mon frère, ayez pitié d'une sœur égarée. Qui brûle, qui gémit, qui meurt désespérée, Voltaire, Zaïre, III, 4. Près d'un amant qu'elle aime et qui brûle à ses pieds, Voltaire, Zaïre, IV, 3. Je crois sentir les étincelles De l'amour dont Renaud brûla, Béranger, Éducation.

    Brûler pour, se dit de l'amour qu'on éprouve pour une personne. De la même ardeur dont je brûle pour elle, Elle brûle pour moi, Malherbe, V, 21. Mais quoique je l'aimasse et qu'il brûlât pour moi, Corneille, Cinna, V, 2.

  • 14Désirer ardemment. Il brûle d'être à Rome, afin d'en recevoir Du maître qu'il s'y donne et l'ordre et le pouvoir, Corneille, Sertor. I, 2. Elle brûle d'envie de revenir à Paris, Sévigné, 13. C'est qu'elle sort d'un sang qu'il brûle de répandre, Racine, Iphig. II, 5. … Vous brûlez que je ne sois partie, Racine, ib. II, 5. Mais je vois que déjà vous brûlez de me suivre, Racine, Athal. IV, 3. Il brûlait d'impatience de retrouver Mentor, Fénelon, Tél. XXII. Voici cet étranger Que vos tristes soupçons brûlaient d'interroger, Voltaire, Mérope, II, 1. Et du peuple et des grands la colère insensée Brûlait de le punir de sa faveur passée, Voltaire, Œdipe, I, 3. Peuple accablé de ta tristesse, Tu n'as plus celui qui sans cesse Brûlait de zèle pour ta loi, Malfilâtre, Ode, Élie enlevé aux cieux. Oui, mon cœur au mérite aime à rendre justice, Et je brûle qu'un nœud d'amitié nous unisse, Molière, Mis. I, 2.
  • 15Le tapis brûle, se dit à certains jeux de cartes pour avertir qu'un des joueurs a oublié de mettre au jeu.

    À certains jeux d'enfants, brûler, se dit pour être tout près de l'objet qui est caché et que l'un des joueurs cherche.

    Perdre la partie pour avoir fait trop de points. J'ai brûlé, j'ai deux points de trop.

  • 16Se brûler, v. réfl. Sardanapale se brûla lui-même avec ses femmes.

    Fig. Se brûler à la chandelle, se jeter dans le péril en s'abandonnant à de trompeuses apparences. Locution prise des papillons qui le soir viennent effectivement se brûler à la chandelle.

    Se brûler à la jambe, au pied, être atteint par un corps très chaud.

  • 17Se dessécher. Si on néglige ce premier âge, les enfants deviennent ardents et inquiets pour toute leur vie ; leur sang se brûle, les habitudes se forment, Fénelon, XVII, 13.

    PROVERBE

    Graissez les bottes d'un vilain, il dira qu'on les lui brûle, c'est-à-dire il y a des gens qui ne veulent pas reconnaître les bons offices qu'on leur rend.

HISTORIQUE

XIIe s. Sicume fus [feu] chi brulle la selve, e sicume flamme brullant les monz, Liber psalm. p. 118.

XIIIe s. Brulle mes reins et mon cuer de la flambe du Saint esprit, Psautier, f° 33.

XIVe s. Mucius ha mis sa destre dedens le feu, et, comme se il eust le courage hors du sens, il la brula, ardi et grailla, Bercheure, f° 32, recto.

XVe s. Et de grace que le poure brullé [le pauvre homme dont la maison avait été brûlée] Retenue ait et confirmacion [de sa pension], Deschamps, Supplication au roi.

XVIe s. [Il] Rendoit ma muse lente, Bien qu'elle fust bruslante De s'offrir à vos yeux, Du Bellay, J. III, 12, recto. Didon se brusle, et de son mal enclos Jà la fureur luy saccage les os, Du Bellay, J. IV, 9, recto. Ô la fureur d'une bruslante rage, Qui maintenant transporte mon courage ! Du Bellay, J. IV, 17, recto. Qui contrefaict ce Tantale mourant Bruslé de soif au milieu d'un torrent, Du Bellay, J. VII, 27, verso. Nous brulons le vilage, c'est à dire que nous faisons semblant d'estre fourriers ; nous nous mettons de deux ou trois logis tout en un pour avoir argent des autres, D'Aubigné, Faen. III, 1. De trop près se chauffe qu se brusle, Cotgrave Les criminels se viennent bruler à la chandelle, comme on dit en commun proverbe, H. Estienne, Apol. d'Hér. p. 147, dans LACURNE SAINTE-PALAYE.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BRÛLER.
9Ajoutez :

Au trésor et ailleurs, ne pas rappeler, écarter, mettre à néant les numéros qui ne répondent pas à l'appel, les articles dont on ne veut pas, etc. Il réclame à la compagnie [d'assurances contre l'incendie] le payement d'une série d'articles qu'il avait présentés à un Journal, et qui, n'ayant pas été jugés bons pour l'insertion, ont, selon la formule connue, été brûlés, P. Véron, Journ. amusant, du 18 mars 1876.

10Ajoutez :

On dit que le tabac brûle noir, quand la faculté combustible y est peu développée. Le tabac d'Algérie brûle noir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Brûler : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « brûler » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « brûler »

Étymologie de brûler - Littré

Bourguig. brelai ; provenç. bruslar ; ital. brustolare. Il y a dans l'ancien espagnol uslar, brûler, qui suppose un bas-latin ustulare, fréquentatif formé de ustum, supin de urere, brûler. Ustulare se retrouve dans l'italien br-ustolare, le provençal br-uslar, le français br-usler. Reste à expliquer br ; Diez le rattache au latin per, dans perustus, brûlé tout à fait, d'où perustulare contracté en brustulare. M. Chavée, voulant éviter le changement du p en b, y voit le préfixe ber, bar ou bre, qui a un sens péjoratif : brûler à mal, brûler tout à fait.

ÉTYMOLOGIE

Ajoutez : Ce n'est pas seulement l'anc. esp. qui a la forme uslar ; elle est aussi dans l'anc. français : XIIe s. Un grant brandon de fu [il] geta, Qui bien ot deux toises de let ; Trestout a Piercheval urlet Et le sourcil et le grenon, Perceval le Gallois, V. 39838. Urlet est pour uslet.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de brûler - Wiktionnaire

Depuis 1690, de brusler (1611), de bruller (1120), « consumer, endommager par l’action du feu ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « brûler »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
brûler bryle play_arrow

Conjugaison du verbe « brûler »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe brûler

Évolution historique de l’usage du mot « brûler »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « brûler »

  • Les pompiers sont intervenus dans la nuit de vendredi à samedi pour un feu de voiture. Quatre véhicules étaient en train de brûler à leur arrivée. Il n'y a pas eu de blessé. France Bleu, Dordogne : quatre voitures ont brûlé cette nuit à Montignac-Lascaux
  • Les militants qui luttent pour la justice raciale «brûleront le système et le remplaceront» si les autorités américaines ne répondent pas à leurs demandes, a déclaré à Fox News le 24 juin le président de la branche new-yorkaise de Black Lives Matter, Hawk Newsome. , Un chef de Black Lives Matter menace de «brûler» le système US - Sputnik France
  • Le 24 mai 2017 vers 10 heures, dans la cour du collège Le Semnoz (à Seynod, commune depuis fusionnée avec Annecy), les deux collégiennes s’étaient retrouvées un peu à l’écart. Là, la prévenue avait aspergé sa camarade d’alcool à brûler avant d’y mettre le feu avec un allume-gaz. SudOuest.fr, Annecy : 3 ans ferme requis contre l’adolescente qui avait brûlé vive une camarade au collège
  • «Dans cette culture principalement transmise oralement, le décès d’un ancien revient à brûler une encyclopédie: tout est dans la tête. C’est donc autant avec les outils de la gestion de la crise, du contexte géographique particulier et de la sauvegarde du patrimoine immatériel qu’il faut voir cette situation.» , Peuples amazoniens et Covid: «Le décès d’un ancien revient à brûler une encyclopédie» - Heidi.news
  • Vous avez décidé de rééquilibrer votre alimentation et de bouger davantage dans l’espoir de brûler la graisse que vous avez en excès ? C’est très bien ! Dans les pages suivantes, nous vous donnons quelques idées de recettes saines et savoureuses, qui vous aideront à mincir sans vous priver. Medisite, Recettes brûle-graisses : ça marche vraiment ?
  • Quel coeur ne devrait pas brûler de prêter son aide. De Pie XII
  • Plutôt que de répéter sans cesse à l’enfant que le feu brûle, consentons à le laisser un peu se brûler : l’expérience instruit plus sûrement que le conseil. De André Gide / Les faux-monnayeurs
  • Là où l'on brûle les livres, on finit par brûler des hommes. De Heinrich Heine / Les dieux en exil, 1853
  • Si vous avez à choisir entre demeurer avec votre belle-mère ou vous brûler la cervelle : N'hésitez pas, brûlez-la-lui. De Victorien Sardou
  • L'art à tort tant décrié de brûler la chandelle par les deux bouts […]. André Breton, Les États généraux, Fontaine
  • La vie est de brûler des questions. Antonin Artaud, L'Ombilic des limbes, Gallimard

Images d'illustration du mot « brûler »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « brûler »

Langue Traduction
Portugais queimar
Allemand verbrennen
Italien bruciare
Espagnol quemar
Anglais burn
Source : Google Translate API

Synonymes de « brûler »

Source : synonymes de brûler sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « brûler »


Mots similaires