La langue française

Flamber

Définitions du mot « flamber »

Trésor de la Langue Française informatisé

FLAMBER, verbe.

I.− Emploi intrans.
A.− Qqc. flambe
1. Brûler, se consumer avec des flammes, en produisant de la lumière. Allumette, bois, bûche qui flambe; incendie qui flambe. Les tisons de son foyer [de Gobseck], toujours enterrés dans un talus de cendres, y fumaient sans flamber (Balzac, Gobseck,1830, p. 383).Un tourbillon de feu s'élança dans le grenier, perça le toit de paille (...) et toute la chaumière flamba (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Mère sauvage, 1884, p. 237):
1. Un feu clair flambait dans la cheminée, jetant de larges clartés jaunes qui dansaient au plafond et sur les murs. La pièce était ainsi éclairée d'une lueur vive et vacillante; la lampe, posée sur une table, pâlissait au milieu de cette lueur. Zola, T. Raquin,1867, p. 133.
En partic. L'alcool flambe. Brûler de sorte que le degré d'alcool se trouve atténué. L'électricité s'éteignit, le punch flambait (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 16).
Rem. La docum. atteste essentiellement la constr. faire flamber de l'alcool. Faire flamber le cognac, le rhum. Il ferait flamber tout à l'heure l'eau-de-vie dans son café (France, Bonnard, 1881, p. 395).
2. P. ext.
a) Produire une lumière éclatante, jeter une vive lueur, briller. Nos yeux se fermaient à l'éblouissement du soleil qui flambait sur les flots et chatoyait sur le sable (Flaub., Champs et grèves,1848, p. 260).Aucune aube ne blanchissait dans le ciel mort, les hauts fourneaux seuls flambaient, ainsi que les fours à coke, ensanglantant les ténèbres (Zola, Germinal,1885, p. 1142).Au loin les fenêtres à petits carreaux flambèrent une à une (Bernanos, Soleil Satan,1926, p. 75).
b) Être brûlant. La rue flambait, Mathieu eut l'impression de traverser un brasier (Sartre, Âge de raison,1945, p. 79):
2. Au-delà des tuiles blêmes de lumière, la Castille couverte de moissons flambait avec ses fleurs roussies jusqu'à l'horizon blanc. Garcia, possédé par toute cette réverbération, près de vomir d'éblouissement et de chaleur, découvrit le cimetière... Malraux, Espoir,1937, p. 540.
P. anal. [Le suj. désigne une partie du corps] Être le siège d'une sensation de brûlure. D'horribles douleurs : mal soignées et exaspérées par les prétentaines que j'avais courues, mes entrailles flambaient (Huysmans, Soir. Médan,Sac au dos, 1880, p. 142).Philippe reprit le verre et le porta à ses lèvres d'un geste négligent : son gosier flambait, ses yeux mouillaient, il but d'un seul trait (Sartre, Sursis,1945, p. 139).
3. Au fig. [Le suj. désigne un affect] Se manifester avec éclat. Un regain d'énergie, qui flambait une heure, et s'éteignait au premier souffle (Martin du G., Devenir,1909, p. 83).Mon désir, que n'avait pas épuisé ma nuit avec Gina, et qui venait de flamber un instant, retomba lentement (Abellio, Pacifiques,1946, p. 333):
3. Et comme il était arrivé tant de fois déjà, ce terrible vide intérieur de l'angoisse céda brusquement. L'instinct de la vie revint, si puissant, si impérieux, qu'il crut le sentir flamber dans ses veines, que ses lèvres desséchées, tout à coup humides, s'ouvrirent pour en savourer le goût. Bernanos, Mauv. rêve,1948, p. 957.
B.− Qqc./qqn flambe de
1. Qqc. flambe de
a) [Le suj. désigne un objet, le compl. prép. une lumière ou une couleur] Synon. chatoyer, miroiter.Ciel qui flambe d'éclairs. Un de ces grands soirs d'été, tout flambant de couleurs (Flaub., Corresp.,1847, p. 31).La chaise vernie flambait de soleil (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 34).Jamais les chasubles (...) n'avaient flambé d'un tel resplendissement de soie et d'or (Zola, Rêve,1888, p. 69).
Rem. La docum. atteste la constr. correspondante qqc. flambe dans. Sa chevelure, libre et nue, flambait dans un dernier rayon de soleil (Zola, M. Férat, 1868, p. 14). Le bariolage des étalages, l'or des bijoutiers, les cristaux des confiseurs, les soies claires des modistes, flambaient, (...) dans le coup de lumière crue des réflecteurs (Zola, Nana, 1880, p. 1259).
b) [Le suj. (qqc. 1) désigne les yeux, le visage; le compl. prép. (qqc. 2) désigne un affect] Yeux qui flambent d'ardeur, de colère, de désir, de haine; visage qui flambe de colère. Synon. étinceler, flamboyer.Aux premiers mots qu'il [d'Argenton] lut de la lettre d'Indret, ses yeux flambèrent d'une espèce de triomphe méchant (A. Daudet, Jack,t. 2, 1876, p. 75).[Philippe] sortait de ces combats, l'air hâve et exténué, mais les yeux qui flambaient de fièvre et de génie (Rolland, Âme ench.,t. 2, 1925, p. 262):
4. Tout le monde regarda Méhoul que les paroles de Finoche avaient transformé. La taille cambrée, il tournait le dos au feu; son visage flambait d'une joie violente. Aymé, Rue sans nom,1930, p. 32.
Rem. La constr. qqc. 1 flambe de qqc. 2 correspond à la constr. qqc. 2 flambe dans qqc. 1. Des yeux où flambe le vice. Il s'embrasait... le désir flambait dans ses prunelles (Mirbeau, Journal femme ch., 1900, p. 84).
[Avec effacement du compl. prép.] Prunelles qui flambent férocement. Le marquis De Bruyères tout rouge de satisfaction et dont les yeux pétillants de désir flambaient comme des escarboucles (Gautier, Fracasse,1863, p. 210).Tout à coup un paquet de sang lui monta au visage. Ses yeux flambèrent (A. Daudet, Tartarin de T.,1872, p. 30).Ses pupilles noires, aussi dénuées d'expression que celles d'un chat, flambaient avec une phosphorescence animale (Martin du G., Thib.,Été 14, 1936, p. 452).
Rem. On relève une seule attest. de le visage flambe. Elle se tourna vers Mathieu et l'interpella avec feu : (...) elle marcha sur lui, son visage flambait (Sartre, Mort ds âme, 1949, p. 149).
2. Qqn flambe de.[Le compl. prép. désigne un affect] Être vivement animé de. Leurs yeux s'allumaient de la passion du gain, tout le magasin autour d'eux alignait également des chiffres et flambait d'une même fièvre (Zola, Bonh. dames,1883, p. 500).Irène Chaulieu flambe d'entrain, grisée par sa première escarmouche (Colette, Ingénue libert.,1909, p. 169).L'air absent des foules qui vont flamber de colère (Sartre, Mort ds âme,1949, p. 290).
[Avec effacement du compl. prép.] Être animé d'une vive ardeur, de sentiments violents. Elle flambait, elle était une emballée de Jésus (Huysmans, En route,t. 2, 1895, p. 242).Ma joie sainte renaissait, j'attendais l'instant de foudre où je flamberais jusqu'à l'os (Sartre, Mots,1964, p. 160):
5. C'était un de ces jeunes Juifs, brûlés d'intelligence et d'ardeur généreuse, qui souffrent du dur milieu qui les entoure, qui se sont donné pour tâche de relever leur race, et, par leur race, le monde, qui se dévorent eux-mêmes, qui se consument de toutes parts et flambent, en quelques heures, comme une torche de résine. Rolland, J.-Chr.,Maison, 1909, p. 1004.
C.− Arg. des joueurs. Qqn flambe.Jouer gros jeu. J'vais au Raspail pour flamber. − Ah! tu vas pour flamber. Mais à quoi qu'vous jouez là-dedans? (Simonin, Bazin, Voilà taxi!1935, p. 175).Ils [les Nord-Africains de l'hôtel] flambaient aux dominos, se saoulaient la poire (Le Breton, Rififi,1953, p. 146).
II.− Emploi trans. Qqn flambe qqc.
A.− Passer à la flamme. Les grands vaisseaux couchés sur le flanc et qu'on flambait avec des broussailles pour les débarrasser des herbes de la mer (A. Daudet, Tartarin de T.,1872, p. 50).
En partic.
Flamber une volaille, un cochon. Passer à la flamme pour brûler les duvets, les poils. Tu vides, tu flambes, tu trousses ton faisan (Goncourt, Man. Salomon,1867, p. 113).Flamber le porc jusqu'à ce que les onglons se détachent (Pourrat, Gaspard,1930, p. 39).
Rem. On relève flamber qqc. [Le compl. désigne ce qui brûle] au sens de « faire brûler ». L'odeur qui remplit les cuisines quand on flambe les duvets d'un poulet (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 563).
Flamber un instrument chirurgical (ou un objet assimilé). Passer à la flamme pour stériliser. Il (...) prit une seringue à injection, alluma une lampe à alcool, flamba l'aiguille (Bourget, Sens mort,1915, p. 77):
6. Il tira de sa poche un canif, dont une lame très effilée ne formait plus qu'une sorte de court poinçon, la flamba sur une allumette et, à travers la poche de sa culotte, d'un coup, se l'enfonça dans la cuisse. Gide, Caves,1914, p. 720.
Flamber le canon d'une arme à feu. Faire partir une amorce pour sécher l'intérieur du canon avant de mettre la charge. Je flambai mon fusil, je le rechargeai (Dumas père, Chasse au chastre,1850, I, 1, p. 183).On vient de brûler la graisse intérieure des canons, de flamber les tubes (Arnoux, Roy. ombres,1954, p. 46).
B.− Spéc. Flamber un mets. Arroser de lard fondu, arroser d'alcool qu'on fait brûler. (Faire) flamber des crêpes. J'ai perçu le côté animal qu'il y a en vous, à votre façon de fixer la flamme quand on nous fait flamber une omelette au rhum (Montherl., Démon bien,1937, p. 1326).V. flamboir, infra.
C.− Au fig., fam. Flamber un bien matériel. Dépenser, dilapider follement. Il a flambé sa fortune en peu de temps (Littré).Supra I C.
REM. 1.
Flambeur, subst. masc.a) Technol. Appareil utilisé pour procéder au flambage. Flambeur à acétylène. On a imaginé de construire des flambeurs pour décortiquer les souches de vignes et détruire les parasites qui se trouvent cachés sous les écorces (Brunet, Matér. vitic.,1909, p. 354).b) Arg. Joueur (plus particulièrement qui joue gros jeu). J'essayai de lui parler [au conducteur] des courses. Car tous les chauffeurs sont des flambeurs (Trignol, Pantruche,1946, p. 159).C'étaient des flambeurs, des mordus. Ils ne lèveraient pas l'ancre avant d'avoir paumé ou affuré quelques centaines de sacs (Le Breton, Rififi,1953, p. 13).
2.
Flamboir, subst. masc.Ustensile servant à verser de la graisse sur une pièce de viande, une volaille pour la flamber. Un gros homme (...) armé d'un long flamboir rougi au feu, laissait tomber des gouttes de graisse enflammée sur un énorme gigot (Fabre, Barnabé,1875, p. 363).
Prononc. et Orth. : [flɑ ̃be]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1165 intrans. « briller, étinceler (d'un métal) » (B. de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 12431); 2. fin xiiies. [date du ms.] « brûler » (Gaimar, Hist. des Anglais, éd. Bell, 5356); 3. ca 1393 trans. « passer quelque chose à la flamme » (Ménagier, t. 2, p. 181 ds T.-L.); 4. 1676 trans. « ruiner au jeu » (Mmede Sévigné, Lettre no542, éd. M. Monmerqué, t. 4, p. 465). Dér. de flambe*; dés. -er; a remplacé l'anc. verbe flammer (début xiiies. ds T.-L.). Fréq. abs. littér. : 914. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 387, b) 1 666; xxes. : a) 2 487, b) 1 165. Bbg. Arveiller (R.). R. Ling. rom. 1972, t. 36, p. 228. − Catach (N.), Mettas (O.). Encore qq. trouvailles ds Nicot. R. Ling. rom. 1972, t. 36, pp. 367-368. − Quem. DDL t. 2, 13. − Remacle (P.). Rem. sur l'étymol. du fr. flamber. In : Rapp. annuel. B. de la Commission royale de topon. et dialectol. 1974, t. 48, p. 16.

Wiktionnaire

Verbe

flamber \flɑ̃.be\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Produire de la flamme.
    • Un livre à demi ouvert sur mes genoux croisés, je suis assis devant la cheminée, où flambe le premier feu de la saison. — (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
  2. (Figuré) Augmenter fortement.
    • Nous exportons ce coton, nous sommes donc dépendants des marchés mondiaux. En 2008, lors des émeutes de la faim, le prix du blé a flambé et notre pain importé est devenu très cher. Nous devons être autonomes au niveau alimentaire et économique. — (Julie Lallouët-Geffroy, Le Burkina a remporté la bataille contre le coton OGM, mais la lutte n’est pas finie, reporterre.net le 2 mai 2017)
  3. Se déformer dans une direction perpendiculaire à la force appliquée.
    • Le vérin avait tendance à flamber sous le poids de la charge.

flamber \flɑ̃.be\ transitif

  1. Passer sur le feu.
    • En cuisine, on flambe une volaille plumée pour enlever son duvet et ses plumes résiduelles.
    • Pour aseptiser des instruments de chirurgie, on peut les flamber en les passant à la flamme de l’alcool.
  2. (Cuisine) Arroser d’alcool fort une préparation et enflammer cet alcool.
    • Flamber une crèpe au Grand Marnier.
  3. Dépenser beaucoup d’argent, particulièrement au jeu.
    • Il était peut-être pas si loin, rue des Gravilliers chez le gros Napoléon... un rade où ça flambait lorsque le rideau de fer était baissé... que se retrouvaient là les plus purs arsouilles du secteur. — (Alphonse Boudard, Les trois mamans du petit Jésus, éd. Grasset, 2000, chap. 1)
    • - Elle flambe, dit Milan. Il expliqua à Hélène la signification que le mot a prise dans l’argot des joueurs, avec quel bonheur il exprime à la fois la flamme intérieure qui les dévore, le flux et le reflux du sang entre l’annonce et le dénouement du coup, les égarements et l’exaltation de leur passion. — (Roger Vailland, Les Mauvais Coups, Éditions Sagittaire, 1948)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FLAMBER. v. intr.
Jeter de la flamme. Ce bois ne flambe point. Faites flamber ce feu. Il est aussi verbe transitif et alors il signifie Faire passer par le feu ou par-dessus le feu. Flamber des instruments de chirurgie, Les passer à la flamme de l'alcool pour les aseptiser. En termes de Cuisine, Flamber un poulet, flamber un cochon, flamber des alouettes. Les exposer à la flamme pour brûler les restes de plumes ou de poils. Le participe passé

FLAMBÉ, ÉE, signifie, figurément et par plaisanterie, Qui est ruiné, perdu, dont il n'y a plus rien à attendre. C'est un homme flambé. Mon argent est flambé.

Littré (1872-1877)

FLAMBER (flan-bé)
  • 1 V. n. Jeter de la flamme. Le bois sec flambe promptement.

    Substantivement. Quand, au flamber du feu, trois vieilles rechignées Vinrent à pas comptés…, Régnier, Sat. X.

    Fig. Puis tout flambant de joie en France revenant, Régnier, Épît. XVI. Préférons, puisqu'enfin nos cœurs flambent encor, Aux discours larmoyants le choc des coupes d'or, Hugo, Voix, 6.

  • 2 V. a. Passer quelque chose par la flamme. Flamber des hardes.
  • 3 Terme de cuisine. Passer à la flamme d'un feu clair une volaille ou autre oiseau plumé pour en ôter les petites plumes qu'on n'a pu arracher avec la main.

    Il se dit aussi du cochon et du cochon de lait, qu'on passe à la flamme, pour en brûler les poils.

    Faire tomber sur un chapon, sur un cochon de lait, sur des alouettes, quelques gouttes de lard fondu, qu'on allume et qu'on fait flamber.

  • 4Flamber un chapeau, en brûler les longs poils.

    Flamber les cuirs, les disposer à recevoir le suif.

    Flamber un canon, faire brûler de la poudre dedans, avant de le charger, pour en faire la première épreuve.

    Flamber un fusil, des pistolets, y brûler une amorce par précaution quand il y a longtemps qu'on s'en est servi.

  • 5 Terme de marine. Flamber un navire, flamber le capitaine d'un navire, hisser le numéro du navire avec le signal du mécontentement, quand l'amiral ou le commandant d'escadre est mécontent de la manœuvre qu'a faite un bâtiment.
  • 6 Fig. Dépenser follement. Il a flambé sa fortune en peu de temps.

    Dévaliser au jeu ou autrement. Je vis l'autre jour, de mes propres yeux, flamber un pauvre célestin ; jugez comme cela paraît à moi, qui suis accoutumée à vous [Mme de Grignan, qui était joueuse], Sévigné, 279.

HISTORIQUE

XVIe s. Nicolas Nail flambé avant mourir, D'Aubigné, Hist. I, 76. Et comme le bonhomme crioit au ciel, et regardoit d'yeux flambans son parricide, il en receut quatre coups de poignard dans l'estomach, D'Aubigné, ib. II, 418. Attendu la très dangereuse combustion que pouvoit faire flamber en icelluy ceste diversité de religions, Carloix, VIII, 16. N'y voir flamber [briller] au poinct du jour les roses, Ronsard, 34. Voyant que toute apparence de peste estoit hors du chasteau de Rosny, où l'on avoit osté les meubles des lieux où il y avoit eu de la peste, et bien éventé et flambé les logements, vous y ramenastes madame vostre femme, Sully, Mém. t. I, p. 256, dans LACURNE.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

FLAMBER. Ajoutez : - REM. Flamber une bouche à feu, un fusil, des pistolets, c'est les tirer à poudre à faible charge. Cela se fait non comme épreuve, mais pour enlever l'humidité.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FLAMBER, v. n. (Gramm.) c’est donner de la flamme. Voyez l’article Flamme.

Flamber, v. act. & neut. (Art militaire.) ce terme s’employe dans l’Artillerie pour exprimer l’action de nettoyer une piece avant de la charger, en faisant brûler de la poudre dedans. (Q)

Flamber le cuir, terme de Corroyeur, qui signifie le faire passer par-dessus la flamme d’un feu clair, pour lui donner quelque façon. Les Corroyeurs flambent deux fois leurs cuirs sur un feu de paille ; la premiere, afin de les disposer à recevoir le suif ; la seconde, après qu’ils ont reçû le suif, afin de le faire pénétrer davantage. Voyez Corroyer.

Flamber un chapeau, terme de Chapelier, est la même chose que tondre le chapeau. Voyez Tondre.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « flamber »

(1546) (hapax XIIe siècle) Dénominal de flambe (« flamme haute ») qui remplace le verbe ancien français flammer, du latin flammare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Flambe. L'ancienne langue disait flamer, usité jusqu'au XVIe siècle.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « flamber »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
flamber flɑ̃be

Évolution historique de l’usage du mot « flamber »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « flamber »

  • Les amours non assouvies ne meurent pas ; elles attendent dans l'ombre l'étincelle qui les fera flamber à nouveau. De Simone Piuze / Les Noces de Sarah
  • Je viens d'une famille où l'on ne vit pas à découvert. J'en ai gardé des stigmates: je ne sais pas «claquer» ni flamber De Valérie Trierweiler / Merci pour ce moment
  • Je peux regarder des civilisations disparaître, des villes flamber ou des planètes exploser sans réagir. Mais montrez-moi une larme sur la joue d’une femme et vous ferez de moi ce que vous voudrez. De Frédéric Beigbeder / Mémoires d’un jeune homme dérangé
  • Europcar de retour à Wolfsburg ? Les discussions entre Volkswagen et Eurazeo, l'actionnaire majoritaire du loueur de voitures, n'en sont qu'au stade « préliminaire », rapportent ce mercredi Reuters et Bloomberg. Mais l'existence de contacts entre le constructeur et le fonds d'investissement a suffi à faire flamber le titre ce mercredi matin à la Bourse de Paris. Les Echos, Volkswagen convoite Europcar, qui flambe en Bourse | Les Echos
  • Interrogé par l'AFP sur le risque d'une deuxième vague, le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy s'est montré très inquiet. "Il y a un certain nombre de risques qu'il y ait un retour du virus à l'automne", a-t-il déclaré. "On est extrêmement frappé par ce qui se passe dans l'hémisphère Sud en ce moment, qui est en hiver austral : l'épidémie est en train de flamber, en Amérique du Sud, en Afrique du Sud, en Australie, qui vient de confiner Melbourne alors que ce pays était jusqu'à maintenant extrêmement protégé. On a de très grandes inquiétudes". ladepeche.fr, Deuxième vague du coronavirus : "On a de très grandes inquiétudes", affirme le Conseil scientifique - ladepeche.fr
  • Biosynex a connu un semestre sur les chapeaux de roues. Comme Novacyt et Eurobio, la medtech a rapidement proposé des tests de diagnostic du covid-19, permettant à son cours de Bourse de flamber. Entre mi-mars et mi-avril, celui-ci a bondi de 3,60 à 18,50 euros… avant de retomber vers 8,60 euros. Le Revenu, Que faire de ces sept actions qui ont flambé avec le covid-19 ? | Le Revenu

Traductions du mot « flamber »

Langue Traduction
Anglais blaze
Espagnol resplandor
Italien fiammata
Allemand flamme
Chinois 火焰
Arabe حريق
Portugais chama
Russe полыхать
Japonais ブレイズ
Basque blaze
Corse brucia
Source : Google Translate API

Synonymes de « flamber »

Source : synonymes de flamber sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « flamber »

Flamber

Retour au sommaire ➦

Partager