La langue française

Autorité

Sommaire

Définitions du mot autorité

Trésor de la Langue Française informatisé

AUTORITÉ, subst. fém.

Pouvoir d'agir sur autrui. L'autorité de l'homme sur l'homme :
1. L'autorité. − La plus cruelle des « nécessités » pour M. Godeau était celle qui lui venait des autres. Pourquoi se serait-il irrité davantage cependant contre l'autorité d'un homme et moins contre la hauteur d'une montagne qui se dressait devant lui sur son chemin? S'il était fatigué, autant que possible, il l'évitait; s'il ne pouvait l'éviter, il s'élevait par elle au-dessus d'elle. Et quand il avait mis ses deux pieds sur le front de la montagne, pour laquelle il éprouvait plus d'amour que de haine, il se retournait pour voir le paysage du monde et découvrait l'horizon le plus lointain. L'autorité des autres devait être utilisée par M. Godeau comme un moyen : celui qui le commandait devait d'abord le servir. Jouhandeau, M. Godeau intime,1926, p. 121.
A.− [Autorité acquise en vue du gouvernement des pers. ou des choses]
1. Domaine gouvernemental, admin., etc.
a) [Autorité par voie légale] Pouvoir légalement conféré à une personne, à un groupe humain de régir l'ensemble ou une partie du corps social, de régler les affaires publiques. L'autorité de l'État, du roi :
2. Les voilà donc enfin, ces ministres audacieux, décriés par leur ineptie, avilis par leurs déprédations, abhorrés par leurs excès, et proscrits par l'indignation publique! Traîtres à leur maître, traîtres à leur pays, ils ont, à force de forfaits, compromis l'autorité, et poussé l'État sur le bord de l'abîme. Naguère encore leurs lâches suppôts répétaient, avec insolence, que les Monarques ne tiennent leur pouvoir que de Dieu et de leur épée, qu'ils sont maîtres de leur sujets, comme un berger est maître de ses moutons, (...). (...) le temps est passé, où l'homme abruti se croyait esclave. Honteux de leurs funestes maximes, les suppôts de la tyrannie gardent le silence; de toutes parts les sages élèvent la voix, ils répètent aux Monarques, qu'en tout état, la souveraine puissance réside dans le corps de la Nation, que de lui émane toute autorité légitime, que les princes ont été établis pour faire observer les loix, qu'ils y sont soumis eux-mêmes, qu'ils ne règnent que par la justice, et qu'ils la doivent au dernier de leurs sujets. Marat, Les Pamphlets,Offrande à la Patrie, 1789, pp. 2-3.
3. Là où le pouvoir suprême, la souveraineté, appartient à tous ou à plusieurs, la société est démocratique ou aristocratique; là où un seul est souverain et n'a au-dessous de lui que des pouvoirs subordonnés, elle est monarchique. Mais toujours faut-il une souveraineté, un pouvoir suprême qui ait le droit de commander et à qui l'on doive obéir, pour qu'il existe une société quelconque : et déjà l'on conçoit que toute secte qui refuse de reconnoître un pareil pouvoir, qui nie l'autorité et proclame l'indépendance individuelle, n'est point une société, ... Lamennais, De la Religion,2epart., 1826, p. 56.
4. ... une diversité de races sociales est alors reconnue à la base de la hiérarchie des fonctions sociales et des relations d'autorité, qu'il s'agisse de l'autorité politique dans l'état ou des autres sortes d'autorité qui interviennent dans la vie sociale et économique du pays. On peut dire qu'au Moyen Âge, l'autorité temporelle était conçue avant tout selon le type de l'autorité paternelle dans les conceptions elles-mêmes sacrales de la famille, (...). (...) le père exerce son autorité comme une fonction sacrée, et revêt pour ainsi dire la personne de Dieu. Le sacre du roi le constitue père de la multitude, et confirme dans l'ordre de la grâce son autorité naturelle de chef de la cité, en attestant qu'il gouverne au temporel au nom du souverain roi. Maritain, Humanisme intégral,1936, pp. 163-164.
Principe d'autorité (cf. Flaubert, L'Éducation sentimentale, t. 2, 1869, p. 241; Barrès, Mes cahiers, t. 6, 1908, p. 295).
Régime d'autorité (cf. Bainville, Histoire de France, t. 2, 1924, p. 226 : ... un régime à poigne, un régime d'autorité).
[L'autorité légale dans ses manifestations extérieures] Une autorité sans bornes, gouverner avec autorité, représenter l'autorité :
5. Les traits de rudesse et de tristesse qui l'obscurcissent lui sont imprimés par l'ennui, mais surtout par une position toujours fausse vis-à-vis de la Nation et par la comédie nécessaire de l'autorité. L'autorité absolue qu'exerce un homme le contraint à une perpétuelle réserve. Il ne peut dérider son front devant ses inférieurs, sans leur laisser prendre une familiarité qui porte atteinte à son pouvoir. Il se retranche l'abandon et la causerie amicale, de peur qu'on ne prenne acte contre lui de quelque aveu de la vie ou de quelque faiblesse qui serait de mauvais exemple. Vigny, Servitude et grandeur militaires,1835, p. 25.
6. Aurelle imagina les cheveux gris également divisés, les traits fins du général, l'or et la pourpre des parements souillés par la boue ignoble des batailles. « Tant de dignité aisée, pensait-il, tant d'autorité courtoise, et demain une charogne que les soldats fouleront aux pieds sans le savoir. » Maurois, Les Silences du colonel Bramble,1918, p. 164.
Acte, coup d'autorité. Coup de force manifestant l'exercice d'une autorité absolue (cf. Baudry des lozières Voyage à la Louisiane, 1802, p. 280 : ... injustices (...) coups d'autorité).
P. méton.
Personne, groupe de personnes qui exerce légalement une certaine autorité à l'échelon national ou local. Les autorités compétentes, constituées, locales :
7. Les bruits des pas et des voix, le grondement des élèves se levant tous à la fois à l'entrée des autorités, − il entendait tout cela, et l'incertitude et l'anxiété l'affolaient. Et ces bruits se répétaient de proche en proche. Voici que ces messieurs entraient dans la salle voisine. Enfin c'était le tour de la classe de Léniot. Les autorités, en redingote et en chapeau haut de forme, faisaient leur entrée; les élèves et le professeur se levaient. « Asseyez-vous, messieurs », disait le Préfet des études qui prenait un air solennel. Larbaud, Fermina Marquez,1911, p. 50.
Mod. Organisme d'intérêt économique, scientifique, etc. qui exerce officiellement une certaine autorité à l'échelon national ou international :
8. Il propose que toutes les étapes dangereuses (du point de vue de la fabrication des armes atomiques) soient soustraites à la compétence des états et confiées à une autorité internationale. Cette autorité serait propriétaire des mines et des matériaux nucléaires et aurait la gestion des usines de production de combustibles nucléaires, ainsi que des piles productrices d'énergie, tandis que des inspecteurs internationaux auraient pour mission de déceler les activités clandestines éventuelles. (...) L'autorité envisagée devait être un organisme supranational possédant en propre une grande industrie, l'exploitant et la développant au nom et dans l'intérêt de toutes les nations; en somme, un échantillon de gouvernement mondial dans une affaire de portée mondiale. Goldschmidt, L'Aventure atomique,1962, pp. 65-66.
P. ext. Force de tout acte émanant d'une autorité. Les coutumes locales et arbitraires cédaient à l'autorité générale des ordonnances des princes, à l'autorité savante de la jurisprudence romaine. (Ozanam, Essai sur la philos. de Dante,1838, p. 27).
SYNT. a) Autorité + adj. : autorité centrale, civile, despotique, directe, économique, étrangère, illimitée, légale, militaire, monarchique, municipale, nationale, nécessaire, nulle, publique, responsable, royale, sociale, souveraine, suprême; adj. + autorité : grande, haute, pleine autorité. b) Autorité + des/du + subst. : autorité du comité, des institutions, du patron, du pays; subst. + d'autorité : par voie d'autorité; subst. + de l'autorité : agent, dépositaires, exercice, habitude, représentant, respect, source de l'autorité; subst. + des autorités : intervention des autorités; c) Verbe + autorité : donner autorité (à); verbe + son/l'autorité : admettre, affirmer, conférer, conserver, défendre, établir, étendre, perdre, reconnaître, rejeter, respecter, rétablir, tenir son/l'autorité; verbe + de son/l'autorité : abuser, s'affranchir, revêtir, user de son/l'autorité; verbe + à l'autorité : se soumettre, se soustraire à l'autorité; verbe + aux autorités : s'adresser, faire appel aux autorités. − PARAD. a) (Quasi-)synon. absolutisme, autocratie, césarisme, commandement, despotisme, dictature, domination, férule, majesté, omnipotence, oppression, ordre, suprématie, totalitarisme. b) Anton. anarchie, assujettissement, impuissance, liberté, servitude, soumission, subordination, sujétion.
b) En partic., péj. [Autorité contraire à la loi] Pouvoir qu'une personne s'attribue par voie illégale. Abus d'autorité :
9. Tandis que la tyrannie s'étoit glissée à Athènes, elle avoit aussi levé l'étendard en Sicile. Tranquille possesseur d'une autorité usurpée par la ruse, Denys l'Ancien soutint trente-huit années sa puissance par des vices et des vertus; avec les premiers il extermina ses ennemis; avec les secondes il rendit son joug supportable : en cela, comme Auguste, il proscrivit et régna. Chateaubriand, Essai sur les Révolutions,t. 2, 1797, p. 125.
P. méton. Personne qui exerce le pouvoir illégalement :
10. Mon fils, sommé par l'autorité et en vertu d'un décret du tyran, d'aller prêter le serment de fidélité, s'est présenté, d'après mes conseils, avec plusieurs de ses camarades à la sous-préfecture, pour déclarer qu'il ne pouvait pas prêter un serment contraire à l'honneur et à la conscience. (...) Il est venu dîner avec ses camarades, satisfaits de leur démarche et de la réponse du Sous-Préfet. Nos révolutionnaires se sont grossièrement trompés, et quoique leur erreur soit bien funeste pour notre repos et recule peut-être de plusieurs années nos progrès vers le bien, elle leur coûtera peut-être encore plus cher qu'à nous. Ils se sont fait une illusion complète sur les dispositions et les sentiments des Français en général, lorsqu'ils ont espéré d'associer la multitude à leurs fureurs, à toutes leurs passions insensées et féroces, à leur haine invétérée pour toute autorité légitime; ... Maine de Biran, Journal,1815, pp. 90-91.
SYNT. Verbe + l'autorité : usurper, prendre l'autorité. − PARAD. (Quasi-)synon. arbitraire, contrainte.
c) Parfois péj. [Autorité sans réf. à la loi, à la légalité] Pouvoir qu'une personne s'attribue sans ratification officielle.
(Agir) de sa propre autorité. (Agir) de son propre chef, sans référence au droit positif, sans consulter personne :
11. Ce Wallstein, à la vérité, ne porta jamais les armes que pour la maison d'Autriche : mais l'armée qu'il commandait était à lui, réunie en son nom, payée par ses ordres, et avec les contributions qu'il levait sur l'Allemagne, de sa propre autorité. Il négociait comme un potentat, du sein de son camp, avec les monarques ennemis de l'empereur. Il voulut enfin s'assurer, de droit, l'indépendance dont il jouissait de fait; et s'il échoua dans cette entreprise, il ne faut pas attribuer sa chute à l'insuffisance des moyens dont il disposait, mais aux fautes que lui fit commettre un mélange bizarre de superstition et d'incertitude. Constant, Wallstein,1809, p. IX.
(Agir) d'autorité (cf. Barante, Hist. des ducs de Bourgogne, t. 1, 1824, p. 143 : agir de force et d'autorité);(Agir) de son propre chef, sans référence au droit positif, sans consulter personne. (agir) de son autorité privée (cf. Michelet, Hist. romaine, t. 2, 1831, p. 81).(Agir) de son propre chef, sans référence au droit positif, sans consulter personne.
2. Jur. Pouvoir légalement conféré aux magistrats ou à certaines personnes, de régir, conformément à la loi, les individus ou les biens relevant de leur juridiction ou responsabilité. L'autorité (...) des jurisconsultes (Courier, Pamphlets pol.,Pétition aux deux chambres, 1816, p. 5).
P. méton. Magistrat investi de ce pouvoir :
12. ... il déclare qu'il n'y a plus de pouvoir, plus de gouvernement, plus rien, qu'il n'existe qu'une seule autorité : le juge d'instruction armé du cabriolet... E. et J. de Goncourt, Journal,1896, p. 919.
P. ext. Force exécutoire de tout acte émanant d'une autorité judiciaire. Autorité d'un jugement :
13. L'autorité de l'homme sur l'homme est-elle juste? Tout le monde répond : non; l'autorité de l'homme n'est que l'autorité de la loi, laquelle doit être justice et vérité. La volonté privée ne compte pour rien dans le gouvernement, qui se réduit d'une part, à découvrir ce qui est vrai et juste, pour en faire la loi; d'autre part, à surveiller l'exécution de cette loi. Proudhon, Qu'est-ce que la propriété?1840, p. 152.
Autorité de la chose jugée. Force exécutoire de ce qui est définitivement jugé et ne peut se remettre en cause :
14. 1350. La présomption légale est celle qui est attachée par une loi spéciale à certains actes ou à certains faits; tels sont, 1. les actes que la loi déclare nuls, (...); 3. l'autorité que la loi attribue à la chose jugée; 4 la force que la loi attache à l'aveu de la partie ou à son serment. 1351. L'autorité de la chose jugée n'a lieu qu'à l'égard de ce qui a fait l'objet du jugement. Il faut que la chose demandée soit la même; que la demande soit fondée sur la même cause; que la demande soit entre les mêmes parties, et formée par elles et contre elles en la même qualité. Code civil,1804, p. 245.
Rem. S'emploie au fig. en parlant du comportement d'une pers. (cf. Balzac, Eugénie Grandet, 1834, p. 17).
Vente par autorité de justice (Flaubert, L'Éducation sentimentale,t. 2, 1869, p. 243).
SYNT. a) Autorité + adj. : autorité judiciaire, législative; b) Autorité + subst. : autorité de la famille, des parents, du père.
B.− [Autorité acquise ou naturelle de manière à exercer une influence d'ordre intellectuel, mor., psychique]
1. Force de considération s'attachant :
a) À une personne, à une collectivité qui représente ou promeut certaines valeurs (généralement reconnues comme telles par une société donnée) et qui joue un rôle important dans l'opinion publique. L'autorité de l'Église, du pape :
15. Une situation d'esprit exceptionnelle se paye toujours chèrement. Nous venons de voir la rançon de celle-ci. Elle a aussi ses avantages. Le plus incontestable est l'autorité. L'homme qui possède ce don de l'autorité peut devenir impopulaire. Il peut être haï, calomnié. Il n'en garde pas moins ce prestige singulier, presque indéfinissable, qui ajoute un poids considérable à chaque parole tombée de sa bouche, à chaque écrit échappé de sa plume. Ce qui assure cette sorte de pouvoir au philosophe isolé dans son système, c'est précisément cet isolement et la qualité de certitude qu'il suppose. P. Bourget, Essais de psychol. contemp.,1883, p. 162.
16. On dirait, ma parole, qu'ils prennent pour une supériorité, non seulement leur fortune, mais leur habitude de bien vivre, leur goût du confort, de la « qualité »! ça devient pour eux un mérite personnel! un mérite qui leur crée des droits sociaux! et ils trouvent parfaitement légitime cette « considération » dont ils jouissent! légitimes, leur autorité, l'asservissement d'autrui! oui, ils trouvent tout naturel de « posséder »! R. Martin du Gard, Les Thibault,L'Été 1914, 1936, p. 123.
P. méton. Personne qui jouit d'une grande considération, dont on invoque l'exemple à l'appui d'une thèse :
17. Vous me citez des autorités. C'est un argument, mais un faible argument. On a toujours des autorités. J'ai pour ces Hugo, ces Lamartine la plus respectueuse admiration, une admiration que je voudrais dire filiale, mais ils n'obligent pas ma raison. Ils sont de grandes forces sentimentales. Je ne les admire pas s'ils deviennent de grandes forces pleurardes. Barrès, Mes cahiers,t. 6, 1908, p. 333.
b) À une chose. L'autorité d'une chose. Pouvoir de s'imposer comme valeur, référence.
[Chose concr.] L'autorité de l'Écriture :
18. Il importerait d'examiner si ces livres français qui ont tant de popularité en Europe, tant d'autorité, représentent vraiment la France, ... Michelet, Le Peuple,1846, p. 11.
[Chose abstr.] L'autorité de l'expérience, de la tradition :
19. ... elle affirme qu'avec une certaine personne, à elle et à moi connue, je retrouverai le goût à la vie qui s'est trop affaibli en mon cœur. Bref, Philine me répète les exhortations que je me suis maintes fois adressées, mais qui n'ont pour moi de valeur, d'autorité, de gravité que lorsqu'elles me reviennent du dehors. Me défiant absolument de moi-même, j'ai besoin d'être encouragé par l'amitié dans le sens de mes secrètes aspirations. Amiel, Journal intime,1866, p. 125.
Spéc., PHILOS. Méthode d'autorité ou l'autorité. Par opposition à la critique individuelle, au libre examen, à la raison :
20. ... il [Jansénius] expose et met en présence les deux méthodes de pénétrer les mystères de Dieu : l'une des philosophes et par la seule raison, voie très-trompeuse, l'autre des Chrétiens, très-sûre, et dans laquelle intervient, que dis-je? à laquelle préside la charité; car il ne distingue pas la méthode dite d'autorité, de cette méthode de charité. (...). De sorte qu'aux philosophes spéculatifs, et qui n'étudient que pour étudier, à ces Chrétiens d'opinion si communs de nos jours et qui, selon le mot de Saint-Cyran, ne veulent que découvrir des terres nouvelles, à ceux-là, pour les rabattre et les humilier dans leur science même et sur le trône si creux de leur intelligence où ils se complaisent, il suffit de dire avec saint Augustin, avec Jansénius, avec ceux qui parlent des Enfants de Dieu, étant eux-mêmes de ces enfants : On ne comprend (absolument, à la limite et dans la plénitude), on ne comprend que ce qu'on croit. On ne comprend que ce qu'on aime. Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 2, 1842, p. 125.
P. méton. Chose qui, par sa valeur reconnue, peut servir de référence, d'appui à une démonstration :
21. Je me souviens d'avoir lu dans le livre De L'Esprit, qui n'est pas toujours le livre du bon sens, qu'on pouvait raisonner fort juste en partant d'un principe très-faux. Helvétius, pour démontrer cette proposition, va chercher ses exemples dans l'Inde; que ne citait-il son propre ouvrage? Pour moi, si j'étais chargé de mettre cette vérité en lumière, je me ferais une autorité de la lettre du professeur de Picpus sur le mélodrame. Je ne crois pas qu'il soit possible d'employer plus d'esprit, plus d'adresse et plus d'instruction à défendre une mauvaise cause; ... Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 5, 1814, p. 274.
Faire autorité. S'imposer comme règle, avoir force de preuve (cf. R. Martin du Gard, Les Thibault, Épilogue, 1940, p. 954 : faire autorité [...] servir [...] de base aux recherches).
SYNT. a) Autorité + adj. : autorité divine, ecclésiastique, incontestée, infaillible, morale, religieuse, sainte, spirituelle, supérieure. b) Autorité + de + subst. : autorité de l'âge, de la foi, de la religion. c) Verbe + l'autorité : invoquer l'autorité de. − PARAD. a) (Quasi-)synon. appui, célébrité, crédit, éminence, garantie, importance, influence, notabilité, prépondérance, renom, renommée, réputation, témoignage. b) Anton. discrédit, infériorité.
2. Force de caractère qui permet à une personne d'inspirer le respect, l'admiration, d'imposer sa personnalité à son entourage :
22. Elle a une autorité singulière, voilà la vérité. Partout où elle passe, elle imprime sa marque. − C'est une femme forte selon l'Évangile... dit l'abbé. − Oui; mais, cette force, j'ai le sentiment qu'elle peut la mettre au service du mal comme au service du bien, et que ce sera la même force, la même violence... Daniel-Rops, Mort, où est ta victoire?1934, p. 56.
[L'autorité psychique dans ses manifestations extérieures] Air, geste, ton d'autorité :
23. Ses yeux à lui, brillants d'autorité, de maîtrise et d'intelligence, la dominent cette fois, l'intimident et la soutiennent en même temps. Malègue, Augustin,t. 2, 1933, p. 51.
D'autorité (cf. supra A 1 c). De façon impérative (cf. Maine de Biran, Journal, 1817, p. 92); arg. d'autor = d'autorité (cf. Céline, Mort à crédit, 1936, pp. 161, 264, 266, 275, 363, 414, 464, 563, 670, 696).
Péjoratif :
24. L'enfant est, pour la mère, un homme indéfini, maniable, sur qui l'imagination travaille sans limites, bref une réduction de l'idéal. C'est pourquoi, aux yeux de la mère, le mari tombe au second rôle, devient un fournisseur de l'enfant, un premier domestique. L'autorité s'est renversée dans le mariage. Les caractères s'étant adoucis, l'homme n'est plus assez ferme pour supporter le chagrin de la femme; il cède par pitié. Le travail s'étant accru, l'homme est trop las pour résister à la volonté obsédante de la femme : il cède par fatigue. Taine, Notes sur Paris,Vie et opinions de M. T. Graindorge, 1867, p. 301.
Rare. Empire sur soi-même. Autorité sur soi :
25. Je songeai avec stupeur, avec horreur à ce que j'avais fait, me demandant d'où viennent ces tempêtes de l'âme où l'homme perd toute notion des choses, toute autorité sur lui-même, et agit dans une sorte d'ivresse affolée, sans savoir ce qu'il fait, sans savoir où il va, comme un bateau dans un ouragan. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, La Confession, 1884, p. 462.
SYNT. a) Autorité + adj. : autorité méconnue, personnelle; adj. + autorité : douce autorité. b) Subst. + d'autorité : absence, manque d'autorité; c) Verbe + autorité : imposer son autorité. − PARAD. a) (Quasi-)synon. aplomb, arrogance, ascendant, assurance, décision, emprise, énergie, fermeté, fierté, superbe. b) Anton. humilité, modestie, mollesse.
PRONONC. : [otɔ ʀite] ou [ɔ-]. Cf. autoriser et aussi Buben 1935, p. 54, § 44. Enq. : /otoʀite/.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1121 fig. « texte, écrit authentique, ici : l'Écriture » (Ph. de Thaon, Bestiaire, éd. Walberg, 960 ds T.-L. : Mais oz tu, om de Dé, Entent auctorité E oies escripture), seulement au Moy. Âge; xiiies. « force obligatoire de ce qui est jugé, décidé » (Livre de justice, 7 ds Littré : Loys roi dit que costume doit valoir loi; quant aucune doutance est de la loi, ele doit avoir l'autorité des choses qui tozjors sunt jugies...); 2. 1174 « pouvoir d'imposer l'obéissance » (G. de Pont Ste Maxence, Vie de St Thomas, éd. Hippeau, 4869 ds T.-L. : De celui [evesque] d'Everwic qui par s'autorité Out sustreit a l'iglise de Sainte Ternité Des reis l'enunctïon); 3. 1267-68 « crédit, réputation d'un auteur ou d'un personnage important auquel l'on se réfère » (Brunetto Latini, Li Livres dou Trésor, liv. III, 1repart., c. 34 ds Dict. hist. Ac. fr. : Porce que li maistres veult plus apertement demonstrer ce que il a dit, metra il uns viels exemples de grant auctorité, sor quoi fu dit par plusors sages); 4. 1559 « crédit, considération dont on jouit et qui impose l'obéissance » (Amyot, trad. de Plutarque, Vie d'Alcibiade, c. 6, ibid. : Il leur donna secrètement espérance de l'alliance et ligue des Athéniens, et les exhorta de ce faire en parlant avecques ceulx qui avoyent aucthorité et crédit envers le peuple); 5. 1699 « organe du pouvoir, gouvernement » (Racine, Esther, III, 3 ds Littré : Quand la suprême autorité Dans ses conseils a toujours auprès d'elle La justice et la vérité); 6. fin xviiies. au plur. « magistrats, hauts fonctionnaires chargés d'une partie quelconque de l'administration publique » (Turgot, Formation des bureaux de charité, art. Ier, § 1 ds Dict. hist. Ac. fr. : Tous les hommes et toutes les autorités se réuniront sans doute avec empressement pour y concourir). Empr. au lat. auctoritas attesté dep. la Loi ds XII Tables ds TLL s.v., 1213, 85; cont. jur. usus auctoritas « droit de possession acquis par l'usage »; 1 « garantie de la chose écrite », cont. relig. (Tertullien, Spect., 3, ibid., 1224, 73 : quorundam... fides ... de scripturis auctoritatem exposcit); d'où auctoritas, synon. de Sacra Scriptura (S. Augustin, Civ., 12, 3, ibid., 1225, 31 : in nostris autoritatibus legitur); 2 « pouvoir d'imposer l'obéissance » (Nep., Milt. 8, 4, ibid., 1215, 74 : in Miltiade erat ... magna auctoritas apud omnes civitates); 3 « garantie, crédit d'un écrivain » (Rhet. Her. 4, 7, ibid., 1223, 4 : probarent quemlibet ... vel poetam vel oratorem, cuius auctoritate niterentur); 5 « autorité du gouvernement » (Cicéron, Verr., 4, 81, ibid., 1228, 39 : eius omnes res gestas ... publica auctoritate defendimus); 4 « dignité, crédit » (Térence, Hec., 47, ibid., 1215, 64 : facite ut vestra auctoritas meae auctoritati fautrix adjutrixque sit); 6 au plur. « hauts personnages exerçant l'autorité » (Cicéron, Verr., 1, 52, ibid., 1225, 38 : circumstant te summae auctoritates).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 6 654. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 12 597, b) 7 144; xxes. : a) 6 848, b) 9 602.
BBG. − Ac.-Can.-Fr. 1968. − Allmen 1956. − Bach.-Dez. 1882. − Barr. 1967. − Bastin 1970. − Bellet (R.). Formation et développement du vocab. chez Jules Vallés journaliste (1848-1871). In : COLL. DU CENTRE DE LEXICOL. POL. 1968 Saint-Cloud. Cah. Lexicol. 1969, no15, pp. 9-10. − Birou 1966. − Blanche 1857. − Bouillet 1859. − Bouyer 1963. − Bruant 1901. − Cap. 1936. − Dub. Pol. 1962, pp. 74, 75, 169. − Dupin-Lab. 1846. − Éd. 1913. − Éd. 1967. − Foi t. 1 1968. − Foulq.-St-Jean 1962. − Goblot 1920. − Gramm. t. 1 1789. − Lacr. 1963. − Lafon 1969. − Lal. 1968. − Lar. comm. 1930. − Le Breton Suppl. 1960. − Marcel 1938. − Métrol. 1969. − Mucch. Sc. soc. 1969. − Paré (G.). Le Roman de la Rose et la scolastique courtoise. Paris. Ottawa, 1941, pp. 23-25. − Pierreh. Suppl. 1926. − Pol. 1868. − Porot 1960. − Réau-Rond. 1951. − St-Edme t. 2 1825. − Sill. 1965. − Spr. 1967. − Springh. 1962. − Tez. 1968. − Théol. bibl. 1970.

Wiktionnaire

Nom commun

autorité \o.tɔ.ʁi.te\ féminin

  1. Pouvoir ou droit de commander, d’obliger quelqu’un à quelque chose.
    • — Il n’importe. Vous ne savez pas quel est votre bien. L’autorité le sait pour vous et vous le donne à votre insu, malgré vous, c’est là son rôle.
      — Quand personne ne la réclame ?
      — L’autorité s’exerce. Elle ne défère point. Elle seule discute son droit, limite son domaine et décide son action.
      — (Pierre Louÿs, Les Aventures du roi Pausole, 1901)
    • Et même au bled el-makhzen, où le Sultan règne en autocrate absolu, les révoltes contre son autorité ne sont pas rares. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 10)
    • Durant l’avant-midi, l’adolescente n'avait pu s'empêcher de se plaindre de l’indiscipline de ses deux frères qui acceptaient mal son autorité. — (Michel David, Au bord de la rivière, tome 1 : Baptiste, Kennes Éditions, 2017/Éditions Hurtebise inc, 2011)
  2. (Absolument) Administration, gouvernement considéré principalement dans ses rapports avec les citoyens.
    • En réalité, au 1er siècle après Jésus on ne note encore sur le territoire gaulois, que la présence de quelques judéens de marque, déportés en Gaule par ordre de l’autorité romaine […]. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • […] ; il y a eu, sur ces rives du Tarn, une petite patrie autonome, très florissante, très fière, à laquelle, convenons-en, l’autorité centralisatrice venue du Nord n’a point été salutaire. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Peut-être parce que, depuis le XIe siècle, la seule théorie politique de l’islam a été celle de l’obéissance passive à toute autorité de facto, le gouvernement par consentement reste un concept inconnu : l’autocratie a été la véritable et, pour l’essentiel, l’unique expérience. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p. 38)
  3. Crédit, considération, influence sur les personnes et sur les choses.
    • Les mots sans liaison dont ces phrases étaient formées, bizarrement enchâssés dans les axiomes de sa morale et de sa politique, leur prêtèrent une autorité qu’ils n’auraient pu avoir par eux-mêmes. — (Jean-Jacques Ampère, La Chine et les travaux d’Abel Rémusat, Revue des Deux Mondes, 1832, tome 8)
    • Ce principe de la philosophie cartésienne, je pense, donc je suis, est ce que les adversaires du cartésianisme ont attaqué avec le plus de persévérance ; et cela se conçoit, car ce principe admis, l’autorité de la conscience et de la raison s’ensuit nécessairement. — (Jules Simon, Introduction de : « Œuvres de Descartes », édition Charpentier à Paris, 1845)
    • Malgré sa corpulence excessive, l’autorité de M. Hector sur ses subordonnés n’est guère contestable. Il la doit surtout à sa placidité étudiée, au ton solennel et ampoulé qu’il affecte en s’exprimant, à cette indémontrable apparence de bonhomie qui dérobe son intransigeance absolue, son despotisme maniaque, la secrète satisfaction d’être redouté. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  4. Capacité d’expliquer et de convaincre.
    • La réputation de ce grand homme reposait principalement sur l’autorité avec laquelle il démontrait que l’éternument était une prévoyance de la nature, au moyen de laquelle les penseurs trop profonds pouvaient chasser par le nez le superflu de leurs idées ; […]. — (Edgar Poe, Eureka, 1848, traduction de Charles Baudelaire, 1864)
  5. Sentiment d’un auteur, ou d’un personnage important, que l’on rapporte pour confirmer ce que l’on dit.
    • Ils étaient tous splendidement armés, et mon autorité saxonne (le manuscrit de Wardour) rapporte en détail leurs devises, leurs couleurs, et les broderies de leurs harnais.
      Il est inutile de nous étendre sur ce sujet.
      — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Pour réfuter ce dernier, Scot Érigène fait appel à l’autorité des Pères, mais aussi de la raison […]. — (Louis Rougier, Histoire d’une faillite philosophique: la Scolastique, 1966)
    • Les Wahhabites, en Arabie, à la fin du XVIIIe siècle, par exemple, recourant à l’autorité de certains théologiens médiévaux, lancèrent un mouvement virulent d’islam purifié […]. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p. 96)
  6. (Au pluriel) Les magistrats, les hauts fonctionnaires chargés d’une partie quelconque de l’administration publique.
    • Mais cette effervescence sociale n’est pas du goût des autorités de l’Empire. L’activisme de Camélinat lui vaut quelques démêlés avec la justice. — (Rosa Moussaoui, Zéphyrin Camélinat (1840-1932) Un long chemin, de la commune au communisme, dans L’Humanité, 7 septembre 2011)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AUTORITÉ. n. f.
Pouvoir ou droit de commander, d'obliger à quelque chose. L'autorité des magistrats. L'autorité des lois. L'autorité absolue. L'autorité souveraine. Autorité paternelle. Avoir de l'autorité. Se maintenir en autorité. Abuser de son autorité. Abus d'autorité. Se prévaloir de son autorité. Interposer son autorité. Cela s'est fait par autorité publique. Blesser l'autorité des juges. User d'autorité. Perdre, compromettre son autorité. Conserver, maintenir son autorité. Étendre son autorité. Sous votre autorité. Par autorité de justice. Un coup d'autorité. Agir d'autorité. Faire acte d'autorité. Prendre un ton d'autorité. Homme sans autorité. De notre pleine puissance et autorité. Il veut tout emporter d'autorité, se dit d'un Homme accoutumé à parler, à agir d'une manière impérieuse. Faire une chose de son autorité privée, d'autorité, de sa propre autorité, La faire sans en avoir le droit ou sans observer les formes accoutumées. En termes de jeu de Cartes, Jouer d'autorité, Jouer sans demander de nouvelles cartes. Il se dit aussi absolument de l'Administration, du gouvernement considéré principalement dans ses rapports avec les citoyens. Les agents de l'autorité. Censurer les actes de l'autorité. Il y fut contraint par décision de l'autorité. Recourir, s'adresser à l'autorité. L'autorité supérieure. Les autorités constituées, ou simplement Les autorités, Les magistrats, les hauts fonctionnaires chargés d'une partie quelconque de l'administration publique. Les autorités assistèrent en corps à la cérémonie. Les autorités civiles et militaires. Il signifie en outre Crédit, considération, influence. Il a bien de l'autorité dans ce corps, dans sa famille. Être en grande autorité. L'autorité de l'âge et de la situation. Il s'applique aux choses dans le même sens. Ces opinions ont acquis beaucoup d'autorité. De telles circonstances donnent à cette preuve, à ce témoignage une grande autorité. L'autorité de ses paroles. Il se dit aussi du Sentiment d'un auteur, ou d'un personnage important, que l'on rapporte pour confirmer ce que l'on dit. Vous trouverez plus d'une autorité dans les Pères de l'Église pour appuyer votre sentiment. Alléguer des autorités. J'ai cent bonnes autorités pour prouver ce que j'avance. Il affirme cela sans autorité. Faire autorité, Faire loi, servir de règle en quelque matière. Les décisions de ce jurisconsulte font autorité. Un si médiocre écrivain ne fera jamais autorité.

Littré (1872-1877)

AUTORITÉ (ô-to-ri-té) s. f.
  • 1Pouvoir de se faire obéir. L'autorité paternelle. L'autorité des magistrats. Maintenir son autorité sur les siens. Usant de son autorité sur ses subordonnés. Faire acte d'autorité. Quelque chose de plus violent se remuait dans le fond des cœurs ; c'était un dégoût secret de tout ce qui a de l'autorité, Bossuet, Reine d'Angl. Elle savait persuader et convaincre aussi bien que commander, et faire valoir la raison non moins que l'autorité, Bossuet, ib. Vous, fortunés du siècle, à qui la faveur, les richesses, le crédit et l'autorité fait trouver la vie si commode, Bossuet, Panég. Ste Thérèse. S'il eût été contraint d'user de son autorité, Bossuet, Lett. 6. Avoir autorité sur les autres, Bossuet, Amb. 1. L'autorité qu'il avait au-dessus des autres, Bossuet, Hist. II, 12. Il tâchait de reprendre son ancienne autorité, Fénelon, Tél. XII. Vous croyez qu'abusant de mon autorité, Je prétends attenter à votre liberté, Racine, Mithr. I, 2.

    Faire une chose de son autorité privée, la faire sans en avoir le droit. C'est à l'opinion publique à faire justice de ces petits tribunaux qui s'élèvent de leur propre autorité, Bernardin de Saint-Pierre, Préamb. Ch. ind. Décider la question de son autorité, Bossuet, Hist. I, 11. Il agit de son autorité, Bossuet, ib. I, 11.

    Coup d'autorité, acte décisif d'un pouvoir, coup que frappe un pouvoir. Quelques coups d'autorité que l'on ait faits de nos jours en France sur les monnaies, les Romains en firent plus, Montesquieu, Esp. XXII, 11. Si par un coup d'autorité ils ne bannissent ce mot, Pascal, Prov. 1. La Providence fait quelquefois des coups d'autorité qui me plaisent assez, Sévigné, 72.

    Faire une chose de pleine autorité, la faire comme y étant pleinement autorisé. Il se fait ouvrir la porte avec autorité, Fénelon, Tél. X.

    D'autorité, par un coup d'autorité, sans permettre de remontrance. On nous arrête d'autorité pour souper chez M. de Marsillac, Sévigné, 174.

  • 2Pouvoir public, gouvernement. Exercer l'autorité royale. L'autorité absolue, souveraine ou suprême. La cité passa sous l'autorité d'une oligarchie. Dépouiller quelqu'un de son autorité. Tu verras ton père reprendre l'autorité dans Ithaque, Fénelon, Tél. XIX. Non, non, l'autorité ne veut pas de partage, Voltaire, Alz. I, 1. Quand la suprême autorité Dans ses conseils a toujours auprès d'elle La justice et la vérité, Racine, Esth. III, 3.
  • 3L'administration publique. Les agents, les actes de l'autorité.

    S. f. plur. Les autorités civiles et militaires, les magistrats, les officiers investis du pouvoir.

    Être en autorité, être revêtu d'un pouvoir. Des hommes injustes qui sont en autorité, Fénelon, Tél. XXIV. Butis qui était en autorité sur les autres esclaves, Fénelon, Tél. II. D'un caractère impérieux qui ne serait pas plutôt en autorité qu'il bannirait les plaisirs de la cour, Anquetil, Ligue, I, p. 26.

    Autorités constituées, les pouvoirs, les fonctionnaires établis par une constitution pour gouverner. Elles furent appelées constituées (en 1789), par opposition à l'autorité constituante qui les établit.

  • 4Crédit, considération, poids. Les hommes sages et d'une autorité aussi grande que la vôtre. Quelle autorité dans ses paroles ! Avoir de l'autorité auprès de quelqu'un. Nous ne devons donner aucune autorité à des fables. L'autorité de l'expérience. Une parole grave et pleine d'autorité, Fénelon, Tél. X. Ce particulier est M. le maréchal de Vauban, dont l'autorité aurait pu être opposée, s'il l'eût fallu, à celle de toute l'Europe, comme l'autorité de Caton à celle des Dieux, Fontenelle, Marsigli. Soit qu'ainsi cet hymen eût plus d'autorité, Corneille, Rod. I, 6. Quand on a compté sur un mariage de cette autorité, il ne se trouve plus de porte de derrière, Saint-Simon, 3, 55. Elles ont ce caractère de vérité qui se fait voir avec autorité, Sévigné, 16. Vous savez l'autorité que je donne à cette philosophie, Sévigné, 39.
  • 5Créance qu'inspire un homme, une chose. Un historien dont l'autorité est imposante. D'après l'autorité de Villehardouin. Des bruits sans autorité. Savant qui fait autorité. Une expression vicieuse ne peut pas faire autorité. Remarquons les autorités que Didon emploie dans ses prières, Chateaubriand, Génie, II, III, 2. Nous consumons le peu de jours que nous avons à chercher des autorités à nos passions, Massillon, Immut. Aucune prophétie ne saurait faire autorité pour moi, Rousseau, Ém. IV. Il a droit d'exiger que son témoignage fasse autorité parmi tout un peuple, Rousseau, Ém. III. Les historiens ne sont pas d'une si grande autorité, Bossuet, Hist. I, 8. Saint François, un évêque d'une si grande autorité, Bossuet, Or. 8. Ayant établi sa foi sur une autorité si ferme, Bossuet, Hist. II, 13.

    Homme qui fait autorité. Une grande autorité. Une autorité grave, imposante.

  • 6Autorisation. Sous votre autorité souffrez qu'on le publie, Corneille, Cid, IV, 5. … j'osai l'employer sans votre autorité, Corneille, ib.

SYNONYME

AUTORITÉ, POUVOIR. Ces deux mots sont très voisins l'un de l'autre dans une partie de leur emploi ; et pouvoir monarchique, autorité monarchique disent quelque chose de très analogue. Pourtant, comme autorité est ce qui autorise, et pouvoir ce qui peut, il y a toujours dans autorité une nuance d'influence morale qui n'est pas nécessairement impliquée dans pouvoir. La locution : de son autorité privée, le fait sentir ; c'est un droit qu'on s'arroge : de son pouvoir privé n'irait pas aussi bien ; car qu'importerait que le pouvoir fût privé, s'il était réel ? Dans le langage politique, pouvoir a en certains cas une signification plus générale ; quand on dit : l'autorité a fait fermer cet établissement, cela s'entend de l'autorité générale et des autorités inférieures en ce sens qu'elles en font partie ; mais si l'on dit : le pouvoir a pris de l'ombrage de l'opinion exprimée dans ce livre, cela s'entend du gouvernement même, considéré dans son esprit et dans son système.

HISTORIQUE

XIIe s. C'est l'amirals [l'émir] de grant auctorité, Ronc. p. 117.

XIIIe s. Je meïsmes d'autorité Vos don de chanter poesté, Ren. 3243. La renommée de cil saint home ala tant qu'ele vint à l'apostole Innocent, et l'apostoles li manda qu'il sermonnast de la croix par s'auctorité, Villehardouin, L. Car chose droituriere et juste, Selon l'autorité Saluste, Qui nous dit par sentence voire…, la Rose, 15379. Loys roi dit que costume doit valoir loi ; quant aucune doutance est de la loi, ele doit avoir l'autorité des choses qui tozjors sunt jugies, Livre de just. 7. Sans loier pot ele parler por li ou por ses enfans ou por aucun de son lignage, mais que ce soit de l'actorité de son baron, se ele a baron, Beaumanoir, V, 17.

XIVe s. Je ne me mervoille pas si vostre auctorité est vaine et po prisée, Bercheure, f° 58, recto.

XVe s. En tout cas soit gardée auctorité ; Qui trop humble est, c'est default de science, Deschamps, Comment les rois et les princes etc. Et ainsi puis qu'ils ne gaignoient rien, il falloit qu'ils pillassent et robbassent ; et aussi le faisoient-ils de leur auctorité pure privée, Juvénal Des Ursins, Ch. VI, 1413. Tanneguy du Chastel, qui depuis a esté gouverneur du Roussillon et a eu auctorité en ce royaulme, Commines, I, 1. Il [Louis XI] congnoissoit toutes gens d'auctorité et de valleur qui estoient en Angleterre, en Espaigne, Commines, I, 10. Homme estimé en auctorité, Commines, II, 2.

XVIe s. Autant qu'il estoit en son auctorité [pouvoir], Montaigne, I, 22. C'est à moi de leur donner quelque auctorité [poids], qui en donne si peu à nostre prudence, Montaigne, I, 47. … Lesquels tous assemblez commencerent à revoquer par edict public toutes les authoritez données au duc de Maiene, D'Aubigné, Hist. III, 338.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* AUTORITÉ, pouvoir, puissance, empire, (Gram.) L’autorité, dit M. l’abbé Girard dans ses Synonymes, laisse plus de liberté dans le choix ; le pouvoir a plus de force ; l’empire est plus absolu. On tient l’autorité de la supériorité du rang & de la raison ; le pouvoir, de l’attachement que les personnes ont pour nous ; l’empire, de l’art qu’on a de saisir le foible. L’autorité persuade ; le pouvoir entraîne ; l’empire subjugue. L’autorité suppose du mérite dans celui qui l’a ; le pouvoir, des liaisons ; l’empire, de l’ascendant. Il faut se soûmettre à l’autorité d’un homme sage ; on doit accorder sur soi du pouvoir à ses amis ; il ne faut laisser prendre de l’empire à personne. L’autorité est communiquée par les lois ; le pouvoir par ceux qui en sont dépositaires ; la puissance par le consentement des hommes ou la force des armes. On est heureux de vivre sous l’autorité d’un prince qui aime la justice ; dont les ministres ne s’arrogent pas un pouvoir au-delà de celui qu’il leur donne, & qui regarde le zele & l’amour de ses sujets comme les fondemens de sa puissance. Il n’y a point d’autorité sans loi ; il n’y a point de loi qui donne une autorité sans bornes. Tout pouvoir a ses limites. Il n’y a point de puissance qui ne doive être soûmise à celle de Dieu. L’autorité foible attire le mépris ; le pouvoir aveugle choque l’équité ; la puissance jalouse est formidable. L’autorité est relative au droit ; la puissance aux moyens d’en user ; le pouvoir à l’usage. L’autorité réveille une idée de respect ; la puissance une idée de grandeur ; le pouvoir une idée de crainte. L’autorité de Dieu est sans bornes ; sa puissance éternelle ; & son pouvoir absolu. Les peres ont de l’autorité sur leurs enfans ; les rois sont puissans entre leurs semblables ; les hommes riches & titrés sont puissans dans la société ; les magistrats y ont du pouvoir.

Autorité politique. Aucun homme n’a reçû de la nature le droit de commander aux autres. La liberté est un présent du ciel, & chaque individu de la même espece a le droit d’en joüir aussi-tôt qu’il joüit de la raison. Si la nature a établi quelque autorité, c’est la puissance paternelle : mais la puissance paternelle a ses bornes ; & dans l’état de nature elle finiroit aussi-tôt que les enfans seroient en état de se conduire. Toute autre autorité vient d’une autre origine que de la nature. Qu’on examine bien, & on la fera toûjours remonter à l’une de ces deux sources : ou la force & la violence de celui qui s’en est emparé ; ou le consentement de ceux qui s’y sont soûmis par un contrat fait ou supposé entr’eux, & celui à qui ils ont déféré l’autorité.

La puissance qui s’acquiert par la violence, n’est qu’une usurpation, & ne dure qu’autant que la force de celui qui commande l’emporte sur celle de ceux qui obéissent ; ensorte que si ces derniers deviennent à leur tour les plus forts, & qu’ils secouent le joug, ils le font avec autant de droit & de justice que l’autre qui le leur avoit imposé. La même loi qui a fait l’autorité, la défait alors : c’est la loi du plus fort.

Quelquefois l’autorité qui s’établit par la violence change de nature ; c’est lorsqu’elle continue & se maintient du consentement exprès de ceux qu’on a soûmis : mais elle rentre par là dans la seconde espece dont je vais parler ; & celui qui se l’étoit arrogée devenant alors prince, cesse d’être tyran.

La puissance qui vient du consentement des peuples, suppose nécessairement des conditions qui en rendent l’usage légitime, utile à la société, avantageux à la république, & qui la fixent & la restraignent entre des limites : car l’homme ne doit ni ne peut se donner entierement & sans reserve à un autre homme ; parce qu’il a un maître supérieur au-dessus de tout, à qui seul il appartient tout entier. C’est Dieu, dont le pouvoir est toûjours immédiat sur la créature, maître aussi jaloux qu’absolu, qui ne perd jamais de ses droits, & ne les communique point. Il permet pour le bien commun & pour le maintien de la société, que les hommes établissent entre eux un ordre de subordination, qu’ils obéissent à l’un d’eux : mais il veut que ce soit par raison & avec mesure, & non pas aveuglément & sans réserve, afin que la créature ne s’arroge pas les droits du créateur. Toute autre soûmission est le véritable crime d’idolatrie. Fléchir le genou devant un homme ou devant une image, n’est qu’une cérémonie extérieure, dont le vrai Dieu qui demande le cœur & l’esprit, ne se soucie guere, & qu’il abandonne à l’institution des hommes pour en faire, comme il leur conviendra, des marques d’un culte civil & politique, ou d’un culte de religion. Ainsi ce ne sont point ces cérémonies en elles-mêmes, mais l’esprit de leur établissement, qui en rend la pratique innocente ou criminelle. Un Anglois n’a point de scrupule à servir le roi le genou en terre ; le cérémonial ne signifie que ce qu’on a voulu qu’il signifiât : mais livrer son cœur, son esprit & sa conduite sans aucune réserve à la volonté & au caprice d’une pure créature, en faire l’unique & le dernier motif de ses actions, c’est assûrément un crime de lese-majesté divine au premier chef : autrement ce pouvoir de Dieu, dont on parle tant, ne seroit qu’un vain bruit dont la politique humaine useroit à sa fantaisie, & dont l’esprit d’irreligion pourroit se joüer à son tour ; de sorte que toutes les idées de puissance & de subordination venant à se confondre, le prince se joueroit de Dieu, & le sujet du prince.

La vraie & légitime puissance a donc nécessairement des bornes. Aussi l’Ecriture nous dit-elle : « que votre soûmission soit raisonnable » ; sit rationabile obsequium vestrum. « Toute puissance qui vient de Dieu est une puissance reglée » ; omnis potestas à Deo ordinata est. Car c’est ainsi qu’il faut entendre ces paroles, conformément à la droite raison & au sens littéral, & non conformément à l’interprétation de la bassesse & de la flatterie qui prétendent que toute puissance quelle qu’elle soit, vient de Dieu. Quoi donc ; n’y a-t-il point de puissances injustes ? n’y a-t-il pas des autorités qui, loin de venir de Dieu, s’établissent contre ses ordres & contre sa volonté ? les usurpateurs ont-ils Dieu pour eux ? faut-il obéir en tout aux persécuteurs de la vraie religion ? & pour fermer la bouche à l’imbécillité, la puissance de l’antechrist sera-t-elle légitime ? Ce sera pourtant une grande puissance. Enoch & Elie qui lui résisteront, seront-ils des rebelles & des séditieux qui auront oublié que toute puissance vient de Dieu ; ou des hommes raisonnables, fermes & pieux, qui sauront que toute puissance cesse de l’être, dès qu’elle sort des bornes que la raison lui a prescrites, & qu’elle s’écarte des regles que le souverain des princes & des sujets a établies ; des hommes enfin qui penseront, comme S. Paul, que toute puissance n’est de Dieu qu’autant qu’elle est juste & reglée ?

Le prince tient de ses sujets mêmes l’autorité qu’il a sur eux ; & cette autorité est bornée par les lois de la nature & de l’état. Les lois de la nature & de l’état sont les conditions sous lesquelles ils se sont soûmis, ou sont censés s’être soûmis à son gouvernement. L’une de ces conditions est que n’ayant de pouvoir & d’autorité sur eux que par leur choix & de leur consentement, il ne peut jamais employer cette autorité pour casser l’acte ou le contrat par lequel elle lui a été déférée : il agiroit dès-lors contre lui-même, puisque son autorité ne peut subsister que par le titre qui l’a établie. Qui annulle l’un détruit l’autre. Le prince ne peut donc pas disposer de son pouvoir & de ses sujets sans le consentement de la nation, & indépendamment du choix marqué dans le contrat de soûmission. S’il en usoit autrement, tout seroit nul, & les lois le releveroient des promesses & des sermens qu’il auroit pû faire, comme un mineur qui auroit agi sans connoissance de cause, puisqu’il auroit prétendu disposer de ce qu’il n’avoit qu’en dépôt & avec clause de substitution, de la même maniere que s’il l’avoit eu en toute propriété & sans aucune condition.

D’ailleurs le gouvernement, quoique héréditaire dans une famille, & mis entre les mains d’un seul, n’est pas un bien particulier, mais un bien public, qui par conséquent ne peut jamais être enlevé au peuple, à qui seul il appartient essentiellement & en pleine propriété. Aussi est-ce toûjours lui qui en fait le bail : il intervient toûjours dans le contrat qui en adjuge l’exercice. Ce n’est pas l’état qui appartient au prince, c’est le prince qui appartient à l’état : mais il appartient au prince de gouverner dans l’état, parce que l’état l’a choisi pour cela ; qu’il s’est engagé envers les peuples à l’administration des affaires, & que ceux-ci de leur côté se sont engagés à lui obéir conformément aux lois. Celui qui porte la couronne peut bien s’en décharger absolument s’il le veut : mais il ne peut la remettre sur la tête d’un autre sans le consentement de la nation qui l’a mise sur la sienne. En un mot, la couronne, le gouvernement, & l’autorité publique, sont des biens dont le corps de la nation est propriétaire, & dont les princes sont les usufruitiers, les ministres & les dépositaires. Quoique chefs de l’état, ils n’en sont pas moins membres, à la vérité les premiers, les plus vénérables & les plus puissans, pouvant tout pour gouverner, mais ne pouvant rien légitimement pour changer le gouvernement établi, ni pour mettre un autre chef à leur place. Le sceptre de Louis XV. passe nécessairement à son fils aîné, & il n’y a aucune puissance qui puisse s’y opposer : ni celle de la nation, parce que c’est la condition du contrat ; ni celle de son pere par la même raison.

Le dépôt de l’autorité n’est quelquefois que pour un tems limité, comme dans la république Romaine. Il est quelquefois pour la vie d’un seul homme, comme en Pologne ; quelquefois pour tout le tems que subsistera une famille, comme en Angleterre ; quelquefois pour le tems que subsistera une famille par les mâles seulement, comme en France.

Ce dépôt est quelquefois confié à un certain ordre dans la société ; quelquefois à plusieurs choisis de tous les ordres, & quelquefois à un seul.

Les conditions de ce pacte sont différentes dans les différens états. Mais par-tout, la nation est en droit de maintenir envers & contre tous le contract qu’elle a fait ; aucune puissance ne peut le changer ; & quand il n’a plus lieu, elle rentre dans le droit & dans la pleine liberté, d’en passer un nouveau avec qui, & comme il lui plaît. C’est ce qui arriveroit en France, si par le plus grand des malheurs la famille entiere régnante venoit à s’éteindre jusque dans ses moindres rejettons ; alors le sceptre & la couronne retourneroient à la nation.

Il semble qu’il n’y ait que des esclaves dont l’esprit seroit aussi borné que le cœur seroit bas, qui pussent penser autrement. Ces sortes de gens ne sont nés ni pour la gloire du prince, ni pour l’avantage de la société : ils n’ont ni vertu, ni grandeur d’ame. La crainte & l’intérêt sont les ressorts de leur conduite. La nature ne les produit que pour servir de lustre aux hommes vertueux ; & la Providence s’en sert pour former les puissances tyranniques, dont elle châtie pour l’ordinaire les peuples & les souverains qui offensent Dieu ; ceux-ci en usurpant, ceux-là en accordant trop à l’homme de ce pouvoir suprème, que le Créateur s’est reservé sur la créature.

L’observation des lois, la conservation de la liberté & l’amour de la patrie, sont les sources fécondes de toutes grandes choses & de toutes belles actions. Là se trouvent le bonheur des peuples, & la véritable illustration des princes qui les gouvernent. Là l’obéissance est glorieuse, & le commandement auguste. Au contraire, la flatterie, l’intérêt particulier, & l’esprit de servitude sont l’origine de tous les maux qui accablent un état, & de toutes les lâchetés qui le deshonorent. Là les sujets sont misérables, & les princes haïs ; là le monarque ne s’est jamais entendu proclamer le bien-aimé ; la soûmission y est honteuse, & la domination cruelle. Si je rassemble sous un même point de vûe la France & la Turquie, j’apperçois d’un côté une société d’hommes que la raison unit, que la vertu fait agir, & qu’un chef également sage & glorieux gouverne selon les lois de la justice ; de l’autre, un troupeau d’animaux que l’habitude assemble, que la loi de la verge fait marcher, & qu’un maître absolu mene selon son caprice.

Mais pour donner aux principes répandus dans cet article, toute l’autorité qu’ils peuvent recevoir, appuyons-les du témoignage d’un de nos plus grands rois. Le discours qu’il tint à l’ouverture de l’assemblée des notables de 1596, plein d’une sincérité que les souverains ne connoissent guere, étoit bien digne des sentimens qu’il y porta. « Persuadé, dit M. de Sully, pag. 467. in-4°. tom. I. que les rois ont deux souverains, Dieu & la loi ; que la justice doit présider sur le throne, & que la douceur doit être assise à côté d’elle ; que Dieu étant le vrai propriétaire de tous les royaumes, & les rois n’en étant que les administrateurs, ils doivent représenter aux peuples celui dont ils tiennent la place ; qu’ils ne régneront comme lui, qu’autant qu’ils régneront en peres ; que dans les états monarchiques héréditaires, il y a une erreur qu’on peut appeller aussi héréditaire, c’est que le souverain est maître de la vie & des biens de tous ses sujets ; que moyennant ces quatre mots, tel est nôtre plaisir, il est dispensé de manifester les raisons de sa conduite, ou même d’en avoir ; que, quand cela seroit, il n’y a point d’imprudence pareille à celle de se faire haïr de ceux auxquels on est obligé de confier à chaque instant sa vie, & que c’est tomber dans ce malheur que d’emporter tout de vive force. Ce grand homme persuadé, dis-je, de ces principes que tout l’artifice du courtisan ne bannira jamais du cœur de ceux qui lui ressembleront, déclara que pour éviter tout air de violence & de contrainte, il n’avoit pas voulu que l’assemblée se fît par des députés nommés par le souverain, & toûjours aveuglément asservis à toutes ses volontés ; mais que son intention étoit qu’on y admît librement toutes sortes de personnes, de quelqu’état & condition qu’elles pussent être ; afin que les gens de savoir & de mérite eussent le moyen d’y proposer sans crainte, ce qu’ils croiroient nécessaire pour le bien public ; qu’il ne prétendoit encore en ce moment leur prescrire aucunes bornes ; qu’il leur enjoignoit seulement de ne pas abuser de cette permission, pour l’abaissement de l’autorité royale, qui est le principal nerf de l’état ; de rétablir l’union entre ses membres ; de soulager les peuples ; de décharger le thrésor royal de quantité de dettes, auxquelles il se voyoit sujet, sans les avoir contractées ; de modérer avec la même justice, les pensions excessives, sans faire tort aux nécessaires, afin d’établir pour l’avenir un fonds suffisant & clair pour l’entretien des gens de guerre. Il ajoûta qu’il n’auroit aucune peine à se soûmettre à des moyens qu’il n’auroit point imaginés lui-même, d’abord qu’il sentiroit qu’ils avoient été dictés par un esprit d’équité & de desintéressement ; qu’on ne le verroit point chercher dans son âge, dans son expérience & dans ses qualités personnelles, un prétexte bien moins frivole, que celui dont les princes ont coûtume de se servir, pour éluder les reglemens ; qu’il montreroit au contraire par son exemple, qu’ils ne regardent pas moins les rois pour les faire observer, que les sujets, pour s’y soûmettre. Si je faisois gloire, continua-t-il, de passer pour un excellent orateur, j’aurois apporté ici plus de belles paroles que de bonne volonté : mais mon ambition a quelque chose de plus haut que de bien parler. J’aspire au glorieux titre de libérateur & de restaurateur de la France. Je ne vous ai donc point appellés, comme faisoient mes prédécesseurs, pour vous obliger d’approuver aveuglément mes volontés : je vous ai fait assembler pour recevoir vos conseils, pour les croire, pour les suivre ; en un mot, pour me mettre en tutele entre vos mains. C’est une envie qui ne prend guere aux rois, aux barbes grises & aux victorieux, comme moi : mais l’amour que je porte à mes sujets, & l’extrème desir que j’ai de conserver mon état, me font trouver tout facile & tout honorable.

» Ce discours achevé, Henri se leva & sortit, ne laissant que M. de Sully dans l’assemblée, pour y communiquer les états, les mémoires & les papiers dont on pouvoit avoir besoin. »

On n’ose proposer cette conduite pour modele, parce qu’il y a des occasions où les princes peuvent avoir moins de déférence, sans toutefois s’écarter des sentimens qui font que le souverain dans la société se regarde comme le pere de famille, & ses sujets comme ses enfans. Le grand Monarque que nous venons de citer, nous fournira encore l’exemple de cette sorte de douceur mêlée de fermeté, si requise dans les occasions, où la raison est si visiblement du côté du souverain, qu’il a droit d’ôter à ses sujets la liberté du choix, & de ne leur laisser que le parti de l’obéissance. L’Edit de Nantes ayant été vérifié, après bien des difficultés du Parlement, du Clergé & de l’Université, Henri IV. dit aux évêques : Vous m’avez exhorté de mon devoir ; je vous exhorte du vôtre. Faisons bien à l’envi les uns des autres. Mes prédécesseurs vous ont donné de belles paroles ; mais moi avec ma jaquette, je vous donnerai de bons effets : je verrai vos cahiers, & j’y répondrai le plus favorablement qu’il me sera possible. Et il répondit au Parlement qui étoit venu lui faire des remontrances : Vous me voyez en mon cabinet où je viens vous parler, non pas en habit royal, ni avec l’épée & la cappe, comme mes prédécesseurs ; mais vêtu comme un pere de famille, en pourpoint, pour parler familierement à ses enfans. Ce que j’ai à vous dire, est que je vous prie de vérifier l’édit que j’ai accordé à ceux de la religion. Ce que j’en ai fait, est pour le bien de la paix. Je l’ai faite au-dehors ; je la veux faire au-dedans de mon royaume. Après leur avoir exposé les raisons qu’il avoit eues de faire l’édit, il ajoûta : Ceux qui empêchent que mon édit ne passe, veulent la guerre ; je la déclarerai demain à ceux de la religion ; mais je ne la ferai pas ; je les y enverrai. J’ai fait l’édit ; je veux qu’il s’observe. Ma volonté devroit servir de raison ; on ne la demande jamais au prince, dans un état obéissant. Je suis roi. Je vous parle en roi. Je veux être obéi. Mém. de Sully, in-4°. p. 594. tom. I.

Voilà comment il convient à un Monarque de parler à ses sujets, quand il a évidemment la justice de son côté ; & pourquoi ne pourroit-il pas ce que peut tout homme qui a l’équité de son côté ? Quant aux sujets, la premiere loi que la religion, la raison & la nature leur imposent, est de respecter eux-mêmes les conditions du contrat qu’ils ont fait, de ne jamais perdre de vûe la nature de leur gouvernement ; en France de ne point oublier que tant que la famille régnante subsistera par les mâles, rien ne les dispensera jamais de l’obéissance, d’honorer & de craindre leur maître, comme celui par lequel ils ont voulu que l’image de Dieu leur fût présente & visible sur la terre ; d’être encore attachés à ces sentimens par un motif de reconnoissance de la tranquillité & des biens dont ils joüissent à l’abri du nom royal ; si jamais il leur arrivoit d’avoir un roi injuste, ambitieux & violent, de n’opposer au malheur qu’un seul remede, celui de l’appaiser par leur soûmission, & de fléchir Dieu par leurs prieres ; parce que ce remede est le seul qui soit légitime, en conséquence du contrat de soûmission juré au prince régnant anciennement, & à ses descendans par les mâles, quels qu’ils puissent être ; & de considérer que tous ces motifs qu’on croit avoir de résister, ne sont à les bien examiner, qu’autant de prétextes d’infidélités subtilement colorées ; qu’avec cette conduite, on n’a jamais corrigé les princes, ni aboli les impôts ; & qu’on a seulement ajoûté aux malheurs dont on se plaignoit déja, un nouveau degré de misere. Voilà les fondemens sur lesquels les peuples & ceux qui les gouvernent pourroient établir leur bonheur réciproque.

Autorité dans les discours & dans les écrits. J’entens par autorité dans le discours, le droit qu’on a d’être crû dans ce qu’on dit : ainsi plus on a de droit d’être crû sur sa parole, plus on a d’autorité. Ce droit est fondé sur le degré de science & de bonne foi, qu’on reconnoît dans la personne qui parle. La science empêche qu’on ne se trompe soi-même, & écarte l’erreur qui pourroit naître de l’ignorance. La bonne-foi empêche qu’on ne trompe les autres, & réprime le mensonge que la malignité chercheroit à accréditer. C’est donc les lumieres & la sincérité qui sont la vraie mesure de l’autorité dans le discours. Ces deux qualités sont essentiellement nécessaires. Le plus savant & le plus éclairé des hommes ne mérite plus d’être crû, dès qu’il est fourbe ; non plus que l’homme le plus pieux & le plus saint, dès qu’il parle de ce qu’il ne sait pas ; de sorte que S. Augustin avoit raison de dire que ce n’étoit pas le nombre, mais le mérite des auteurs qui devoit emporter la balance. Au reste il ne faut pas juger du mérite, par la réputation, surtout à l’égard des gens qui sont membres d’un corps, ou portés par une cabale. La vraie pierre de touche, quand on est capable & à portée de s’en servir, c’est une comparaison judicieuse du discours avec la matiere qui en est le sujet, considérée en elle-même : ce n’est pas le nom de l’auteur qui doit faire estimer l’ouvrage, c’est l’ouvrage qui doit obliger à rendre justice à l’auteur.

L’autorité n’a de force & n’est de mise, à mon sens, que dans les faits, dans les matieres de religion, & dans l’histoire. Ailleurs elle est inutile & hors d’œuvre. Qu’importe que d’autres ayent pensé de même, ou autrement que nous, pourvû que nous pensions juste, selon les regles du bon sens, & conformément à la vérité ? Il est assez indifférent que votre opinion soit celle d’Aristote, pourvû qu’elle soit selon les lois du syllogisme. A quoi bon ces fréquentes citations, lorsqu’il s’agit de choses qui dépendent uniquement du témoignage de la raison & des sens ? A quoi bon m’assûrer qu’il est jour, quand j’ai les yeux ouverts, & que le soleil luit ? Les grands noms ne sont bons qu’à ébloüir le peuple, à tromper les petits esprits, & à fournir du babil aux demi-savans. Le peuple qui admire tout ce qu’il n’entend pas, croit toûjours que celui qui parle le plus & le moins naturellement est le plus habile. Ceux à qui il manque assez d’étendue dans l’esprit pour penser eux-mêmes, se contentent des pensées d’autrui, & comptent les suffrages. Les demi-savans qui ne sauroient se taire, & qui prennent le silence & la modestie pour des symptomes d’ignorance, ou d’imbécillité, se font des magasins inépuisables de citations.

Je ne prétens pas néanmoins que l’autorité ne soit absolument d’aucun usage dans les sciences. Je veux seulement faire entendre qu’elle doit servir à nous appuyer & non pas à nous conduire ; & qu’autrement, elle entreprendroit sur les droits de la raison : celle-ci est un flambeau allumé par la nature, & destiné à nous éclairer ; l’autre n’est tout au plus qu’un bâton fait de la main des hommes, & bon pour nous soûtenir en cas de foiblesse, dans le chemin que la raison nous montre.

Ceux qui se conduisent dans leurs études par l’autorité seule, ressemblent assez à des aveugles qui marchent sous la conduite d’autrui. Si leur guide est mauvais, il les jette dans des routes égarées, où il les laisse las & fatigués, avant que d’avoir fait un pas dans le vrai chemin du savoir. S’il est habile, il leur fait à la vérité parcourir un grand espace en peu de tems ; mais ils n’ont point eu le plaisir de remarquer ni le but où ils alloient, ni les objets qui ornoient le rivage, & le rendoient agréable.

Je me représente ces esprits qui ne veulent rien devoir à leurs propres réflexions, & qui se guident sans cesse d’après les idées des autres, comme des enfans dont les jambes ne s’affermissent point, ou des malades qui ne sortent point de l’état de convalescence, & ne feront jamais un pas sans un bras étranger.

Autorité, s. f. se dit des regles, des lois, des canons, des decrets, des décisions, &c. que l’on cite en disputant ou en écrivant.

Les passages tirés d’Aristote sont d’une grande autorité dans les écoles ; les textes de l’Ecriture ont une autorité décisive. Les autorités sont une espece d’argument que les rhétoriciens appellent naturels & sans art ou extrinseques. Voyez Argument.

Quant à l’usage & à l’effet des autorités, voy. Préjugé, Raison, Preuve, Probabilité, Foi, Révélation, &c.

En Droit, les autorités sont les lois, les ordonnances, coûtumes, édits, déclarations, arrêts, sentimens des jurisconsultes favorables à l’espece dans laquelle on les cite.

Autorité, s’employe aussi quelquefois comme synonyme à autorisation. Voyez ci-dessus. Voyez aussi Puissance maritale. (H[1]

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « autorité »

Emprunté au latin auctoritas.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. actoritat, auctoritat, autoritat ; espagn. autoridad ; ital. autorità ; de auctoritatem, de auctor (voy. AUTEUR). D'après Palsgrave, p. 57. on écrivait auctorité, et l'on prononçait outorité.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « autorité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
autorité otɔrite

Évolution historique de l’usage du mot « autorité »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « autorité »

  • Que chacun se soumette aux autorités en charge. Car il n'y a point d'autorité qui ne vienne de Dieu, et celles qui existent sont constituées par Dieu. , Saint Paul, Épître aux Romains, XIII, 1
  • On conduit les enfants par la raison de l'autorité et les hommes par l'autorité de la raison : c'est au fond, la même chose, car la raison est la première autorité, et l'autorité la dernière raison. De Louis de Bonald
  • La compétence sans autorité est aussi impuissante que l’autorité sans compétence. De Gustave Le Bon / Hier et demain
  • Quand les autorités défendent l’idée que le sexe est un péché, il y a une importante leçon à retenir : ne pas faire l’amour avec les autorités. De Matt Groening
  • Sans l'autorité d'un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L'autorité d'un seul, c'est un crime. De Louise Michel / Plaidoirie - 22 Juin 1883
  • Il faut toujours accepter les décisions de l'autorité, parce que c'est l'autorité qui doit prendre en dernier ressort les décisions. De Gérard Bessette / Les Pédagogues
  • La démocratie, plus qu'aucun autre régime, exige l'exercice de l'autorité. Marie-René Alexis Saint-Leger Leger, dit, en diplomatie, Alexis Leger, et, en littérature Saint-John Perse, Discours sur Briand, New York University
  • L'Anglais respecte la loi et repousse ou méprise l'autorité. Le Français, au contraire, respecte l'autorité et méprise la loi. De Chamfort / Maximes et pensées, caractères et anecdotes
  • L'autorité, c'est moins la qualité d'un homme qu'une relation entre deux êtres. Maurice Barrès, L'Ennemi des lois, Plon
  • […] Certains hommes répandent, pour ainsi dire de naissance, un fluide d'autorité dont on ne peut discerner au juste en quoi il consiste […] Il en va de cette matière comme de l'amour qui ne s'explique point sans l'action d'un inexprimable charme. Charles de Gaulle, Le Fil de l'épée, Plon
  • Rien ne rehausse l'autorité mieux que le silence, splendeur des forts et refuge des faibles […]. Charles de Gaulle, Le Fil de l'épée, Plon
  • La compétence sans autorité est aussi impuissante que l'autorité sans compétence. Gustave Le Bon, Hier et demain, Flammarion
  • Aussitôt qu'un roi se relâche sur ce qu'il a commandé, l'autorité périt, et le repos avec elle. Louis XIV, Mémoires
  • Je n'ai point l'autorité d'être cru, ni ne le désire, me sentant trop mal instruit pour instruire autrui. Michel Eyquem de Montaigne, Essais, I, 26
  • L'homme fait pour les affaires et l'autorité ne voit point les personnes ; il ne voit que les choses, leur poids et leur conséquence. Napoléon Ier, Cité par Las Cases dans le Mémorial de Sainte-Hélène
  • Plus un homme accepte d'obéir à l'autorité accréditée, moins il accepte qu'une personne sans autorité accréditée lui donne des ordres. De George Bernard Shaw / Sainte-Jeanne
  • Le grade confère autorité et non supériorité. De Jean-Paul Sartre
  • Quiconque nie l’autorité et le combat est anarchiste. De Sébastien Faure
  • L’habit donne de l’autorité à l’homme, l’argent donne de l’audace. De Proverbe chinois
  • Je croyais que le grade donnait de l'autorité : il en ôte. De Jules Vallès
  • Une race sans autorité ni pouvoir est une race sans respect. De Marcus Garvey / Philosophie et opinions
  • La loi doit avoir autorité sur les hommes, et non les hommes sur la loi. De Pausanias
  • L'autorité doit aller de pair avec la responsabilité. De James O. McKinsey
  • Le succès donne du talent et l'autorité du courage. De Frédéric Dard
  • Au fond, ce que notre pays sait moins bien pratiquer que d’autres, c’est le jeu où, nous trouvant exposés à des situations non réglées d’avance – notamment par les autorités dirigeantes (Etat ou employeur) –, nous en prenons notre parti et nous acceptons de discuter in situ les règles que nous convenons de nous donner pour faire face. Le Monde.fr, « La crise sanitaire a imposé l’autorité des situations »
  • BRUXELLES/MANILLE (Reuters) - La Commission européenne va saisir l'autorité européenne de supervision des marchés financiers pour vérifier d'éventuels manquements de la part du régulateur financier allemand dans le dossier Wirecard, au coeur d'un scandale pour irrégularités comptables. BFM Bourse, Marché : La BaFin visée par l'autorité européenne des marchés dans le dossier Wirecard - BFM Bourse
  • Ensuite, et c’est une innovation par rapport aux travaux sur le sujet, nous avons noté que les hommes ont plus souvent un statut d’autorité que les femmes lorsqu’ils sont interrogés. L’autorité est une notion fondamentale dans cette étude, elle renvoie à la capacité à représenter les autres, parler au nom de plusieurs personnes, ou encore incarner une position de savoir ou de pouvoir. 80 % des hommes sont représentés avec des statuts d’autorité forte, contre seulement 55 % de femmes. Concrètement, les femmes interrogées seront des « Madame Tout le Monde » beaucoup plus fréquemment que les hommes. La Croix, Inégalités : « Les hommes ont, plus que les femmes, un statut d’autorité dans les médias »
  • L'autorité de la concurrence britannique se penche sur l'acquisition à 400 millions de dollars de Giphy par Facebook. Les régulateurs mondiaux sont globalement devenus plus regardants vis-à-vis des Gafa. Les Echos, L'autorité de la concurrence britannique suspend l'acquisition du « roi du GIF » par Facebook | Les Echos

Traductions du mot « autorité »

Langue Traduction
Anglais authority
Espagnol autoridad
Italien autorità
Allemand behörde
Chinois 权威
Arabe سلطة
Portugais autoridade
Russe власть
Japonais 権限
Basque autoritate
Corse autorità
Source : Google Translate API

Synonymes de « autorité »

Source : synonymes de autorité sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « autorité »

Partager