La langue française

Puissance

Sommaire

  • Définitions du mot puissance
  • Étymologie de « puissance »
  • Phonétique de « puissance »
  • Citations contenant le mot « puissance »
  • Images d'illustration du mot « puissance »
  • Traductions du mot « puissance »
  • Synonymes de « puissance »
  • Antonymes de « puissance »

Définitions du mot puissance

Trésor de la Langue Française informatisé

PUISSANCE, subst. fém.

A. −
1. Faculté de produire un effet, capacité; la force ou le caractère qui en résulte. Puissance humaine, lyrique, morale; une puissance considérable, illimitée, immense, incomparable; puissance de l'esprit; avoir une grande puissance intellectuelle; puissance de création, de destruction, de diffusion, d'expansion, d'extension, de production; par la puissance de qqc. La puissance musicale qui réside dans l'homme (Prod'homme, Symph. Beethoven, 1921, p. 450).
Vieilli. De toutes les puissances de. De toutes les forces de. Mais aujourd'hui je t'aime de toutes les puissances de mon âme (Balzac, Langeais, 1834, p. 213).
[Avec un compl. prép. de] Capacité, pouvoir (de faire, de devenir quelque chose). L'homme ne naît pas actuellement bon, mais avec la puissance de devenir bon, pas plus qu'il ne naît savant, mais avec la puissance de devenir savant (Renan, Avenir sc., 1890, p. 336).
[Avec un nom d'action, de sentiment] Puissance d'action, d'analyse. [Lebrun] eut une puissance de travail étonnante (Gautier, Guide Louvre, 1872, p. 175).
[En parlant d'une œuvre artist.] Puissance poétique; puissance de l'art, des mots, de la musique, de la parole. Chez les modernes, il [le roman] s'est développé avec ampleur et puissance dès la première formation d'une société polie (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 2, 1862, p. 444).La Plage d'Honfleur (...) toile d'une grande puissance (Castagnary, Salons, t. 2, 1872, p. 25).La puissance d'un ton: l'éclat dû au ton lui-même ou au contraste du voisinage (Hugues,Expr. atelier,s.d.).
Spécialement
PSYCHOL. ,,Force psychique`` (Morf. Philos. 1980). La lutte antithétique entre les puissances de l'âme et les puissances de l'instinct (Faure, Espr. formes, 1927, p. 23).La puissance de l'exemple (Lal.1968).
PHILOS., MÉTAPHYS. (notamment aristotélicienne ou scolastique). [P. oppos. à acte2] Virtualité. V. acte2ex. 1.Puissance active. ,,Capacité ou faculté actuelles d'accéder à une certaine forme d'être`` (Foulq.-St-Jean 1962).
Puissance passive. ,,Simple possibilité de devenir ce qu'on n'est pas (...), non par soi-même, mais grâce à l'intervention d'un agent extérieur`` (Foulq.-St-Jean 1962). Synon. possibilité (ibid.).
Loc. En puissance
Loc. adv. Virtuellement. Anton. effectivement, en acte.Cette multiplicité, cette distinction, cette hétérogénéité ne contiennent le nombre qu'en puissance, comme dirait Aristote (Bergson, Essai donn. imm., 1889, p. 99).Un chêne porte en puissance, par tous ses glands, une forêt entière (Plantefol, Bot. et biol. végét., t. 1, 1931, p. 550).
Loc. adj. Synon. potentiel, virtuel.L'homme sain est donc un névrotique en puissance, mais le rêve semble le seul symptôme qu'il soit capable de former (Freud, Introd. psychanal., trad. par S. Jankélévitch, 1959 [1922], p. 489).L'enfant n'est pas seulement un adulte en puissance, mais bien un enfant (Philos., Relig., 1957, p. 50-1).
2. MATH. [En parlant de la valeur que peut prendre un nombre, un point]
Puissance d'un nombre. Produit de deux ou plusieurs facteurs égaux à ce nombre. L'exposant, petit chiffre placé à droite et un peu au-dessus du nombre, en exprime la puissance (E. Leclerc, Nouv. manuel typogr., 1932, p. 407).Le produit de deux puissances d'un même nombre est une puissance de ce nombre ayant pour exposant la somme des exposants (Laitier1969).
À la puissance n. ,,Un nombre à la puissance n est le produit de n nombres égaux à lui-même`` (Sc. 1962). On y changera les signes de tous les termes où l'inconnue se trouvera élevée à une puissance impaire (Lagrange, Résol. équations num., 1808, p. 3).La règle peut être ainsi exprimée: ajouter 1 à 1, élever le résultat à la puissance n (Berkeley, Cerveaux géants, 1957, p. 252).
Au fig., parfois fam. À la (ennième) puissance. À un très haut degré. Le vidame [de Pamiers] était un chevalier de Valois élevé à la dixième puissance, entouré de tous les prestiges de la fortune (Balzac, Cabinet ant., 1839, p. 60).Il est ennuyeux à la 15epuissance (Larch.Suppl.1880, p. 15).Le moi haïssable est du narcissisme à la troisième puissance (Choisy, Psychanal., 1950, p. 117).
P. ext., arg. scol. Puissance d'un taupin. ,,Nombre d'années qu'il a passées dans la classe de Mathématiques spéciales, y compris l'année en cours`` (Moch, X-Lex., 1878, p. 50).
GÉOM. Puissance d'un point par rapport à un cercle ou à une sphère. ,,On appelle puissance d'un point M par rapport à un cercle ou une sphère (...), de centre O et de rayon R, l'expression OM2-R2`` (Uv.-Chapman 1956). Ce produit, précédé du signe + si le point A est extérieur, du signe - si ce point est intérieur, est dit la puissance du point par rapport à la sphère (Hadamard, Géom. ds espace, 1921 [1901], p. 145).
3. GÉOL., MINES. Épaisseur (d'une couche ou d'une série de couches) mesurée perpendiculairement à la stratification, épaisseur réelle par opposition à l'épaisseur apparente qui peut être relevée dans un sondage oblique à la stratification (d'apr. Fouc.-Raoult Géol. 1980). On nomme puissance (...) l'épaisseur du gisement (Haton de La Goupillière, Exploitation mines, 1905, p. 5).La puissance de la couche de charbon, sa dureté, la tenue des terrains (E. Schneider, Charbon, 1945, p. 264).
B. − SC., PHYS. Force, pouvoir d'action (d'un appareil, d'un mécanisme); en partic., quantité de travail ou d'énergie produite, consommée ou transférée par unité de temps et s'exprimant généralement en watts. Puissance électrique, mécanique; puissance explosive d'une bombe; puissance de freinage; accroître, augmenter, déterminer une puissance; faible, forte, grande puissance; transfert de puissance. Le retour du courant [électrique] par la terre est inadmissible dans les mines, en raison de la puissance transmise, et des dangers (Haton de La Goupillière, Exploitation mines, 1905, p. 600).La puissance d'un moteur se mesure en absorbant le travail produit par ce moteur (Champly, Nouv. encyclop. prat., t. 1, 1927, p. 81).Les nouveaux turbopropulseurs donnent les puissances de 5 500 à 6 000 CV difficilement réalisables avec le moteur à explosion (Rougeron, Aviat., 1951, p. 232).
Puissance absorbée. ,,Puissance active fournie à une machine ou à une installation`` (Siz. 1968). La puissance absorbée s'élevait à 13 chevaux et même plus, car cette scie pouvait à certains moments caler à elle seule le moteur à vapeur (Soulier, Gdes applic. électr., 1916, p. 128).
Puissance effective, au frein, réelle d'un moteur. Travail (du moteur) par unité de temps, mesuré à l'aide d'un frein dynamométrique (d'apr. Guerber 1967, s.v. puissance effective). On peut se demander quelle puissance effective il est possible de tirer de ce dispositif par mètre carré de surface offerte à la force des vagues? (Romanovsky, Mer, source én., 1950, p. 111).Souvent le même moteur se monte indifféremment sur des véhicules de catégories différentes: la puissance réelle n'en est pas modifiée (Chapelain, Techn. automob., 1956, p. 284).
Puissance instantanée. ,,En courant alternatif, limite de la puissance moyenne lorsque l'intervalle de temps considéré devient infiniment petit; c'est le produit du courant instantané par la tension instantanée`` (Siz. 1968). La puissance instantanée p(t) caractérise la rapidité du transfert de l'énergie (Ferry-Mich.1981).V. infra puissance moyenne ex. de Decaux.
Puissance moyenne. ,,Quotient d'une énergie par le temps pendant lequel elle a été mise en jeu`` (Siz. 1968). Puissance moyenne totale d'un moteur. La puissance moyenne débitée n'est que le millième de la puissance instantanée (Decaux, Mesure temps, 1959, p. 43).
Puissance nominale. ,,Puissance maximale que peut fournir (ou absorber) un équipement producteur (ou consommateur) d'énergie`` (Vauge 1980). Le moteur fournissant la puissance nominale pour laquelle il a été construit (Ambroise, Monteur mécan., 1949, p. 82).
Puissance normale (d'une machine). Puissance en vue de laquelle une machine est construite afin de remplir toutes les caractéristiques de sa spécification, dans des conditions d'échauffement conformément à certaines spécifications (d'apr. Siz. 1968). Les locomotives du système Thomson-Houston (...) ont une puissance normale de 700 chevaux (Soulier, Gdes applic. électr., 1916, p. 164).
Puissance utile (d'une machine). Puissance fournie au circuit d'utilisation dans le cas d'une génératrice, d'une commutatrice ou d'un convertisseur, et sur l'arbre dans le cas d'un moteur (d'apr. Siz. 1968). La puissance utile d'une pile ou d'une dynamo est le nombre de watts utilisables qu'elle produit (H. Fontaine, Électrolyse, 1885, p. 40).Tout autant que la puissance utile reçue, l'importance relative des bruits constitue un élément essentiel et irréductible de la qualité d'écoute (Matras, Radiodiff. et télév., 1958, p. 32).
Puissance fiscale (ds le domaine admin.). Puissance d'un moteur évaluée en chevaux fiscaux, calculée d'après une formule administrative pour servir de base à l'imposition fiscale. Bloc refroidi par l'air, système employé pour des véhicules de faible puissance fiscale, moteur s'apparentant au moteur de motocyclette (Chapelain, Techn. automob., 1956, p. 28).
[Selon le type d'énergie mise en jeu]
Puissance acoustique. Somme des flux d'énergie acoustique passant au travers d'une surface entourant un point. Le niveau de puissance acoustique permet de caractériser une source de bruit (Envir.1976).
Puissance calorifique, calorique. Nombre de calories fournies par unité de temps. La puissance calorique du charbon. La presque totalité de la puissance calorifique du coke (Quéret, Industr. gaz, 1923, p. 246).
Puissance massique. Puissance produite par unité de masse de combustible. Malgré l'augmentation considérable de la puissance massique des chaudières modernes on préfère pour des raisons de sécurité en installer au moins deux (Le Masson, Mar., 1951, p. 108).
Puissance volumique. ,,Puissance thermique produite par unité de volume au cœur d'un réacteur`` (Nucl. 1975).
ÉLECTR., ÉLECTROMAGN. Puissance d'émission. On trouve en Europe un grand nombre d'émetteurs de puissance d'une grande portée de réception qui offrent à l'auditeur un choix très varié de programmes (Vocab. radioph., [1933-52]). Lorsque la puissance de l'émetteur est élevée, la portée maxima est grande, mais il existe une portée minima, en deçà de laquelle l'écoute est très inconfortable (Matras, Radiodiff. et télév., 1958, p. 25).
P. anal.
INFORMAT. Puissance de calcul. ,,Capacité d'un système informatique à traiter une application de taille déterminée dans un temps donné`` (Morvan Informat. 1981). Puissance d'un ordinateur.
ACOUST., PHONÉT. Puissance phonétique de parole. ,,Valeur de la puissance vocale moyenne pour une voyelle ou une consonne pendant une durée de 0,01 s`` (Pir. 1964). Puissance vocalique instantanée. ,,Valeur moyenne de l'énergie acoustique émise par un orateur à tout instant donné`` (Pir. 1964). Puissance vocalique moyenne. ,,Pour tout intervalle de temps donné, valeur moyenne des puissances vocaliques instantanées pendant cet intervalle`` (Pir. 1964).
OPT. Puissance d'un système optique, d'une lentille; la puissance du télescope du mont Palomar. Savoir tout c'est l'impossible; il y a toujours plus grand que le plus grand, et plus petit que le plus petit. Quelle que soit la puissance du télescope ou du microscope, le problème est toujours le même (Alain, Propos, 1933, p. 1191).
C. − Pouvoir d'exercer de l'influence, d'imposer son autorité (sur quelqu'un, quelque chose); p. méton., l'état, la situation qui en résulte, l'autorité elle-même. Une puissance redoutable; une faible, une grande, une haute, une infinie puissance; une puissance sans bornes, sans emploi, sans limite; puissance économique, industrielle, militaire, politique, sociale; puissance féodale, impériale, royale; puissance de l'État, de la presse; instinct de puissance, l'exercice de la puissance; parvenir au faîte de la puissance. Je t'ai obéi, je ne m'en repens point, car je n'ai pas en ma puissance les moyens de te résister (Cottin, Mathilde, t. 2, 1805, p. 240).Nous ne sommes déjà plus, par le nombre, qu'à un rang très inférieur en Europe; et le nombre, aujourd'hui, c'est plus que jamais la puissance (Zola, Fécondité, 1899, p. 15).Les inégalités de richesse et de puissance entre nations ne sont pas immuables (Univers écon. et soc., 1960, p. 40-6).
Locutions
Avoir de la puissance. Exercer de l'autorité, régner. Marguerite: (...) Vous savez que le roi mon seigneur et maître arrive demain, ainsi, si vous avez quelque grâce à demander à la régente, hâtez-vous, car je n'ai plus qu'un jour de puissance (Dumas père, Tour Nesle, 1832, ii, tabl. 3, 3, p. 30).
Avoir une personne, une chose en sa puissance. ,,En être le maître, le possesseur, en pouvoir disposer à son gré`` (Ac. 1835-1935). Tenir (qqn) en puissance. (Le) dominer. Bérengère: Et qu'exigeriez-vous pour tant d'obéissance? Yagoub: Qu'exiger de celui qui nous tient en puissance? Je n'exigerais rien (Dumas père, Charles VII, 1831, iii, 2, p. 275).
Être sous la puissance de qqn, de qqc. Être sous la domination, sous l'effet de quelqu'un, de quelque chose. Bénédict, êtes-vous sous la puissance d'un rêve, ou, moi-même, ne suis-je pas bien éveillée? (Sand, Valentine, 1832, p. 131).
Vieilli. Être en puissance de.Ce jeune homme est en puissance de père et de mère (Ac.). Il est sous l'autorité de ses parents, ne peut disposer de rien sans leur consentement.
[En parlant d'une femme] Être en puissance de mari. Être sous l'autorité du mari ou sur le point de se marier. Cette femme étant en puissance de mari, le réméré sera nul (...) Gobseck m'interrompit par un signe de tête (Balzac, Gobseck, 1830, p. 414).
DROIT
Puissance exécutive. Partie des pouvoirs publics qui applique les lois et les administre. Synon. pouvoir* exécutif.Art. 13 − La personne du roi est inviolable et sacrée. Ses ministres sont responsables. Au roi seul appartient la puissance exécutive (Charte constitutionnelle, 1814ds Doc. hist. contemp., p. 147).
Puissance législative. Partie des pouvoirs publics qui établit les lois. Synon. pouvoir* législatif.Art. 4 − La puissance législative s'exerce collectivement par le président de la République, le Sénat et le corps législatif (Constitution de 1852,ds Doc. hist. contemp., p. 8).
Puissance paternelle. Ensemble des droits et des devoirs que la loi assigne au père et à la mère de famille vis-à-vis de leurs enfants mineurs non émancipés (d'apr. Lafon 1969). [Formule remplacée par celle de autorité parentale* en 1970 (d'apr. Quillet Suppl. 1971)].
Vx. Puissance du glaive (Ac. 1798-1878). Droit de punir, en partic. de punir de mort.
ADMIN., DR. Puissance publique. Ensemble des pouvoirs exercés par l'État et les diverses personnes de droit public (d'apr. Barr. 1974). Les inégalités découlant des collusions entre les pouvoirs industriels, les pouvoirs financiers et la puissance publique de l'État ou des collectivités inférieures (Perroux, Écon. XXes., 1964, p. 290).Prérogatives de puissance publique (Favr.-Vettr.1981).
PHILOS. Volonté de puissance (surtout p. réf. à Nietzsche). Volonté de dominer le monde, d'être plus puissant, d'être supérieur aux autres au mépris des scrupules moraux. S'enivrant des notions de surhomme, de volonté de puissance, etc., l'humanité pensante a continué de faire comme si Nietzsche n'avait porté nul diagnostic sur une maladie peut-être mortelle (Du Bos, Journal, 1927, p. 228).
P. ext. Besoin d'être tenu pour supérieur, de dominer les autres. La volonté de puissance envahit son homme, redresse le héros, lui rappelle sa mission toute personnelle, sa fatalité propre (Valéry, Variété IV, 1938, p. 230).
THÉOLOGIE
Puissance divine. Pouvoir absolu de Dieu. Quelque chose enfin qui ne peut s'expliquer que par un jeu miraculeux de la puissance divine (Bremond, Hist. sent. relig., t. 4, 1920, p. 482).
Puissance des clefs (vx). ,,Le pouvoir de remettre ou de retenir les péchés, donné par Jésus-Christ à son Église, en la personne de saint Pierre et en celle des apôtres`` (Ac. 1878). Synon. pouvoir des clefs (v. clef).Il reconnaît la puissance des clefs, la valeur de l'excommunication, et celle des vœux (Ozanam, Philos. Dante, 1838, p. 276).
D. − P. méton. Personne, groupement, entité qui a de la puissance. Les puissances industrielles, sociales:
Les « grands » de la chimie sont des puissances financières et techniques qui n'ont d'équivalent que dans la métallurgie, et la complexité de leurs fabrications crée des liens entre eux, par des filiales communes, des participations innombrables. Lesourd, Gérard, Hist. écon., 1966, p. 561.
1. DR. Puissance publique. ,,Ensemble des personnes publiques`` (Jur. 1981). Intervention de la puissance publique.
2. État souverain, considéré du point de vue de ses ressources, de son potentiel militaire. Les grandes puissances; les grandes puissances nucléaires; les puissances alliées, européennes, maritimes; les anciennes puissances coloniales. Les changements apportés d'un commun accord avec l'une des puissances signataires des traités avec la Chine (Traité de Tien-Tsin, 1858ds Doc. hist. contemp., p. 129).Les États-Unis, la Grande-Bretagne et d'autres puissances (...) discutent actuellement des mesures à prendre dans le cas où l'on ne parviendrait pas à conclure l'armistice en Corée (Combat, 19-20 janv. 1952, p. 4, col. 4).Les représentants diplomatiques des puissances étrangères sont accrédités auprès du chef des Français Libres, Président du Comité National (De Gaulle, Mém. guerre, 1954, p. 617).
[Dans une négociation] Traiter de puissance à puissance. Se trouver sur un pied d'égalité avec un autre État, un autre gouvernement, ou traiter d'égal à égal en parlant du gouvernement, de forces politiques, syndicales, financières. Ce Montessuy, qui (...) gouverna deux grands établissements de crédit (...) et traita de puissance à puissance avec le gouvernement (A. France, Lys rouge, 1894, p. 23).
3. P. anal. [En parlant de pers.] Personne, groupement de personnes qui ont un grand pouvoir dans la société. Depuis qu'Eugène Sue est devenu le romancier prolétaire, Béranger le visite, et madame Sand le reconnaît. Ce sont de grandes puissances qui se traitent désormais d'égal à égal (Sainte-Beuve, Corresp., t. 5, 1843, p. 323).Vous vous serez présentés chez une puissance littéraire du siècle, osant à peine poser le pied à terre, et le corps humblement plié en deux (Nerval, Bohême gal., 1855, p. 227).
4. Loc., vieilli ou littér.
Les puissances célestes. La divinité, les êtres supérieurs. Les temples, les autels, premières nécessités pour les Italiens qui ont toujours quelque chose à demander aux puissances célestes (A. France, Pierre bl., 1905, p. 363).
Les puissances infernales; les puissances des ténèbres (Marcel 1938). Sur cette montagne est bâti un palais, ouvrages des Puissances infernales (Chateaubr., Natchez, 1826, p. 142).Les puissances de l'enfer. Les démons. (Ds Marcel 1938).
Les puissances occultes, surnaturelles. Êtres surnaturels qui, selon les occultistes, exercent une influence sur les événements (d'apr. Marcel 1938).
5. THÉOL. Les Puissances. Un des neuf chœurs des anges. Les Trônes, les Puissances, les Dominations (Ac.).On donne (...) dans les Écritures, le nom de puissances (...) aux êtres angéliques, en tant qu'ils sont considérés comme les recteurs du cosmos (Bouyer1963).
REM.
Puissanciel, -elle, adj.,rare. Puisque ces unités [dialectiques] sont identiques, leur transposition ne saurait altérer la forme du groupe, ce qui n'aurait plus lieu, si elles étaient en raison équivalente, puissancielle ou progressive (Proudhon, Créat. ordre, 1843, p. 223).
Prononc. et Orth.: [pɥisɑ ̃:s]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1130-40 « force, pouvoir (d'une personne) » (Wace, Ste Marguerite, éd. E. A. Francis, 233); b) ca 1282 (Gouvernement des rois, 30, 28 ds T.-L.: puissances de l'ame); c) 1306 « force armée » (Joinville, Vie de St Louis, éd. N. L. Corbett, p. 122); d) 1585 « pouvoir détenu par quelqu'un (dans un domaine particulier) » (Noël Du Fail, Contes d'Eutrapel, éd. J. Assézat, t. 2, p. 360); 2. a) ca 1485 les Puissances nom d'un des chœurs des Anges (Mystère Viel Testament, éd. J. de Rothschild, 51); b) 1530 la puissance des ténèbres (Lefèvre d'Étaples, Bible, Luc, 22, 53); 3. 1579 être en puissance de père et de mère (Larivey, Le Morfondu, I, 2 ds Œuvres, éd. Viollet-le-Duc, t. 5, p. 303); 4. 1580 math. (Le P. B. Lamy, Traité de la Grandeur... ds Fr. mod. t. 14, p. 292); 5. 1639 philos. en puissance « virtuellement » (Mersenne, Les Nouvelles pensées de Galilée, éd. Costabel et Lerner, p. 64); 6. 1660 « état souverain » (Corneille, Toison d'or, Prol., III, 115, éd. Ch. Marty-Laveaux, t. 6, p. 259). De puissant*. Fréq. abs. littér.: 11 521. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 22 220, b) 9 137; xxes.: a) 11 520, b) 18 212. Bbg. Gohin 1903, p. 356. − Quem. DDL t. 11. − Tournier (M.). Un Vocab. ouvrier en 1848. Thèse, 1975, t. 1, pp. 136-140.

puissance « état de celui qui est puissant; caractère de ce qui est puissant »

Wiktionnaire

Nom commun

puissance \pɥi.sɑ̃s\ féminin

  1. Pouvoir d’imposer son autorité.
    • La puissance du faible qui peut se glisser partout est plus grande que celle du fort qui se repose sur ses canons. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  2. Domination, empire.
    • Mais quand l’Église, profitant de l’effondrement de la puissance romaine et du désarroi provoqué à travers les Gaules par les invasions barbares, s’installa dans le pays sans que nul n’y prît garde, son premier soin fut de s’assurer de la possession des terres. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  3. État souverain.
    • Il jouait bien involontairement un rôle sinistre et mystérieux – le rôle d’espion international. Il surprenait des secrets ; il menaçait, en fait, les projets d’une puissance non moindre que l’Empire Germanique ; il se jetait étourdiment dans le foyer ardent de la WeltPolitik. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 112 de l’éd. de 1921)
    • L'Autriche déclarait en outre, qu'elle trouvait inadmissible que, dans l'article 3, les puissances se congratulassent de la signature de la paix entre la Prusse et le Danemarck, les hostilités ayant formellement repris. — (Eugène de Guichen, Les grandes questions européennes et la diplomatie des puissances sous la seconde république française, Paris : chez Victor Attinger, 1929, p. 112)
    • Au total, la Révolution n’est restée maîtresse du terrain qu’en Russie, après une lutte acharnée des Rouges contre les Blancs, ceux-ci soutenus par les puissances occidentales. — (Jacques Delpierrié de Bayac, Histoire du Front populaire, Fayard, 1972, p. 13)
    • Au moment où prenaient fin les principaux affrontements de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis, sur le plan militaire, s’étaient substitués dans le monde entier à la plupart des autres puissances capitalistes. — (Armando Uribe, Le livre noir de l’intervention américaine au Chili, traduction de Karine Berriot & Françoise Campo, Seuil, 1974)
  4. (Familier) (Au pluriel) Ceux qui possèdent les premières dignités de l’État.
    • Avoir accès auprès des puissances.
    • Il ne faut pas se brouiller avec les puissances.
    • Il est bien avec toutes les puissances du jour.
  5. Pouvoir de faire une chose.
    • Leur pouvoir était illimité ; ils guérissaient les malades abandonnés des médecins, rendaient fécondes les terres stériles, arrêtaient les épidémies de bestiaux, mais ils n’étaient point toujours d’humeur à ces sorcelleries bienfaisantes, et, plus volontiers, ils se servaient de leur puissance magique pour tourmenter les hommes et les bêtes. — (Octave Mirbeau, Rabalan)
    • On voulait voir dans son fait de la superstition et de la magie ; on lui reprochait d’attribuer à certains objets, à ses armes, à son étendard, à ses anneaux, une puissance miraculeuse : […]. — (Jacques Porchat, La vie et la mort de Jeanne d’Arc, racontées a la jeunesse, p. 145, Borrani & Droz, 1852)
    • À l’état naturel, les résineux comme les feuillus ont une grande puissance de conquête et une grande longévité. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p. 16)
  6. Force.
    • Il affirme ainsi sa puissance, un peu par défi contre ceux de Vencimont ou de Vinemme, des Belges qui viennent se vanter en France de leurs forces pour enjôler les filles. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  7. (Sociologie) Probabilité, potentiel, capacité d’un acteur d’imposer sa volonté à un autre.[1]
  8. (Figuré) Ce qui exerce beaucoup d’empire sur l’âme ou sur l’esprit.
    • Le général se croyait sous la puissance d’un songe, quand il se trouva les mains liées et jeté sur un ballot comme s’il eût été lui-même une marchandise. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Il est donc impossible pour le vétérinaire légiste, s’il n’a recueilli aucun renseignement, de pouvoir affirmer, à l’examen d’une morsure, si cette morsure a été faite par un animal sain ou un animal en puissance de rage. — (Alfred Gallier, Médecine légale vétérinaire, 1895)
  9. Efficacité qu’on attribue à certains remèdes, à certaines substances. Vertu, propriété.
    • Le quinquina a la puissance de guérir la lièvre. - L’aimant a la puissance d’attirer le fer.
  10. (Philosophie) Possibilité qui n’est pas encore réalisée.
    • Réduire la puissance en acte.
    • Un gland est un chêne en puissance, parce qu’un gland peut devenir un chêne.
    • Mais le frisson n’était pas une qualité naissante, un passage de la puissance à l’acte; c’était une chose; une chose-frisson se coulait dans l’arbre, s’en emparait, le secouait, et soudain l’abandonnait, s’en allait plus loin tourner sur elle-même. — (Jean-Paul Sartre, La Nausée, 1938)
  11. (Mécanique) Ensemble de forces motrices, de tout ce qui imprime ou peut imprimer un mouvement.
    • Dans un moulin à eau, l’eau est la puissance.
    • Toutes les puissances mécaniques se réduisent au levier et au coin.
    • Puissance motrice.
  12. (Optique) Portée d’un instrument d’optique.
    • Si, avec un télescope d’une profonde puissance, nous examinons soigneusement le firmament, nous découvrirons une ceinture de groupes faite de ce que nous avons jusqu’à présent nommé des nébuleuses, […]. — (Edgar Poe, Eureka, 1848, traduction de Charles Baudelaire, 1864)
  13. (Physique) Quantité d’énergie ou de travail fourni, ou susceptible d’être fourni ou consommé, par unité de temps, mesurée en watts.
    • Malgré la marche extrêmement régulière du moteur, malgré son déploiement absolu de puissance, j’ai dû arracher le manche de toute la force de mes deux bras. — (Dieudonné Costes et Maurice Bellonte, Paris-New-York, 1930)
    • Le 15 janvier 1924, la centrale produit ses premiers kilowattheures. La station affiche bientôt une puissance de 124 MW. — (Ludovic Dupin, « La centrale qui a électrifié la Bavière », dans L’Usine nouvelle, n°3252, 8 septembre 2011, page 8)
  14. (Par extension) (Familier) Consommation d’un appareil électrique.
    • La puissance de cette ampoule est de 40 watts.
  15. (Géologie) Épaisseur d’une couche de minerai exploitable entre deux couches de roches.
    • Elle se présente en couches d’épaisseur très-variable, qui quelquefois n’ont que 4 à 5 mètres de puissance, et d’autres fois dépassent 50 mètres ; mais il est à remarquer que les couches les plus puissantes sont rarement les plus avantageuses pour l’exploitation. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 17)
  16. (Au pluriel) (Religion) Une des hiérarchies des anges.
    • Afin d’en finir avec cette orfèvrerie symbolique, disons encore que […] la sarde évoque les Séraphins, la topaze les Chérubins, le jaspe les Trônes, la chrysolithe les Dominations, le saphir les Vertus, l’onyx les Puissances, le béryl les Principautés, le rubis les Archanges et l’émeraude les Anges. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
  17. (Mathématiques) Produit d’une quantité un nombre entier de fois par lui-même, la quantité pouvant être un nombre réel ou complexe, une indéterminée, etc.
    • 128 est une puissance de 2.
  18. (Mathématiques) Nombre de fois qu’on multiplie une quantité par elle même.
    • 3 élevé à la puissance 4 vaut 81.
  19. (Droit) ?
    • Cette femme est en puissance de mari, (Droit) Elle ne peut contracter ni disposer de rien sans être autorisée de son mari.
    • De notre pleine puissance, (Histoire) Formule dont le roi se servait en certaines lettres patentes.
    • Gusman (parlant de Don Juan) --... jusqu’à forcer dans sa passion l’obstacle sacré d’un couvent, pour mettre Done Elvire en sa puissance. — (Molière, Don Juan, acte I scène I)
  20. (Équitation) Concours de saut d’obstacles de quatre à six obstacles dont un mur, ou un vertical de remplacement, qui doit être l’obstacle le plus haut.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PUISSANCE. n. f.
Pouvoir d'imposer son autorité. Puissance absolue, tyrannique. Pisistrate usurpa sur les Athéniens la puissance souveraine. Puissance sans bornes. Conserver, augmenter, accroître sa puissance. Perdre sa puissance. Sa puissance s'affaiblit, diminue, décline. Sa puissance est détruite, anéantie. La puissance d'un État, d'un empire. La puissance d'un ministre. C'est un homme qui s'est élevé à une grande puissance. Il a fondé sa puissance sur la crainte. L'édifice de sa puissance s'est écroulé. Il n'avait qu'une puissance précaire, momentanée. La puissance publique. La puissance maternelle. La puissance maritale. Puissance temporelle, spirituelle. Puissance civile, ecclésiastique. Puissance législative, exécutive. User avec sagesse de la puissance. Abuser de la puissance. Toute-puissance, Puissance sans bornes. Il ne se dit proprement que de Dieu. Dieu a créé le monde par sa toute-puissance. Avoir une personne, une chose en sa puissance, En être le maître, le possesseur, en pouvoir disposer à son gré. Ce jeune homme est en puissance de père et de mère, Il ne peut disposer de rien sans le consentement de son père, de sa mère. Cette femme est en puissance de mari, Elle ne peut contracter ni disposer de rien sans être autorisée de son mari. De notre pleine puissance, Formule dont le roi se servait en certaines lettres patentes. De notre certaine science, pleine puissance et autorité royale, avons ordonné...

PUISSANCE signifie aussi Domination, empire. Cyrus soumit à sa puissance la plus grande partie de l'Asie. La puissance de ce prince s'étend fort loin. Les Grecs furent soumis à la puissance des Romains. La puissance des anciens Romains était formidable. Il signifie encore État souverain. Puissance continentale. Puissance maritime. Deux puissances rivales. Les puissances alliées. Les puissances belligérantes. Les hautes puissances contractantes. Fig., Traiter de puissance à puissance, Traiter d'égal à égal.

PUISSANCE se dit aussi, familièrement, de Ceux qui possèdent les premières dignités de l'État. Avoir accès auprès des puissances. Il ne faut pas se brouiller avec les puissances. Il est bien avec toutes les puissances du jour. Fam., Il devient une puissance se dit d'un Homme qui acquiert du crédit et du pouvoir. Il croit, il se figure être une puissance se dit d'un Homme qui croit mal à propos avoir de l'autorité, du crédit.

PUISSANCE signifie encore Pouvoir de faire une chose. Il a envie de vous obliger, mais il n'en a pas la puissance. Il n'est pas en sa puissance de me faire céder. Il a une grande puissance de travail. Il n'y a pas de puissance humaine qui vienne à bout de sa résistance. La jeunesse manque de sagesse pour délibérer, et la vieillesse de puissance pour exécuter. Il signifie aussi Force. La puissance du vent, des flots. La puissance de sa voix. Il se dit aussi, au figuré, en parlant des Choses qui exercent beaucoup d'empire sur l'âme ou sur l'esprit. Telle est la puissance de la vertu. Je n'ai pu résister à la puissance de ses paroles. La puissance de ses charmes. La puissance de l'habitude est telle, que... La puissance de l'imagination. Il se dit, en parlant de Certains remèdes, de certaines substances, de l'efficacité qu'on leur attribue. Le quinquina a la puissance de guérir la lièvre. L'aimant a la puissance d'attirer le fer. On dit plus ordinairement : Vertu, Propriété. En termes de Philosophie scolastique, il désigne une Possibilité qui n'est pas encore réalisée; en ce sens il s'oppose à Acte. Réduire la puissance en acte. Un gland est un chêne en puissance, parce qu'un gland peut devenir un chêne. En termes de Mécanique, il se dit des Forces motrices, de tout ce qui imprime ou peut imprimer un mouvement. La puissance et la résistance. Dans un moulin à eau, l'eau est la puissance. Toutes les puissances mécaniques se réduisent au levier et au coin. Puissance motrice. En termes de Physique, il se dit de la Portée d'un instrument d'optique, de la force d'une machine, etc. La puissance d'un microscope, d'un télescope. Ce moteur a une grande puissance. La puissance d'un explosif. En termes de Mathématiques, il désigne les Différents degrés auxquels on élève une grandeur, une quantité en la multipliant toujours par elle-même. Quatre est la seconde puissance de deux, huit est la troisième. Élever un nombre à la seconde, à la troisième puissance.

PUISSANCES, au pluriel, se dit, dans le langage religieux, d'Une des hiérarchies des anges. Les Trônes, les Puissances, les Dominations.

Littré (1872-1877)

PUISSANCE (pui-san-s') s. f.
  • 1Droit ou acte par lequel on commande aux autres, autorité. Toute puissance est faible à moins que d'être unie, La Fontaine, Fabl. IV, 18. [Pascal disait] que, dans un État où la puissance royale est établie, on ne pouvait violer le respect qu'on lui doit que par une espèce de sacrilége, puisque c'est non-seulement une image de la puissance de Dieu, mais une participation de cette même puissance, Vie de Pascal, par Mme PÉRIER. Soit qu'il [Dieu] élève les trônes, soit qu'il les abaisse, soit qu'il communique sa puissance aux princes, soit qu'il la retire à lui-même et ne leur laisse que leur propre faiblesse, Bossuet, Reine d'Anglet. La maison des Césars …exerce une puissance absolue, Bossuet, Hist. III, 7. Je ne sais de tout temps quelle injuste puissance Laisse le crime en paix et poursuit l'innocence, Racine, Andr. III, 1. Et moi, vous le savez, je tiens sous ma puissance Cette foule de chefs, d'esclaves, de muets…, Racine, Baj. II, 1. Il y a dans chaque nation un esprit général sur lequel la puissance même est fondée ; quand elle choque cet esprit, elle se choque elle-même, Montesquieu, Rom. 22. La puissance de tous les rois de l'Europe consistait alors à voir marcher un grand nombre de vassaux sous leurs ordres, et non à posséder assez de trésors pour les asservir, Voltaire, Mœurs, 51. La postérité fait une grande différence entre la puissance et la gloire, Voltaire, ib. 163. Le pistolet qu'il [le voleur] tient est aussi une puissance, Rousseau, Contr. soc. I, 3. Quand on a la puissance, on croit tout possible ; on ne sait point se méfier de ses lumières, et, parce qu'on a commandé, on n'imagine pas devoir trouver des obstacles, Condillac, Comm. gouv. I, 17. Mes amis, J'ai soumis L'enfer à ma puissance, Béranger, Colibri. Les dieux à sa vertu mesuraient sa puissance, P. Lebrun, Ulysse, II, 3.

    Fig. Néanmoins ils dormiront tous deux dans la puissance du sépulcre, et ils seront tous deux mangés des vers, Sacy, Bible, Job, XXI, 26.

    De notre pleine puissance, formule dont le roi se servait en certaines lettres patentes.

    De puissance absolue, en vertu de la puissance absolue. Agissez donc, seigneur, de puissance absolue, Corneille, Perth. IV, 3. Pour l'obliger [le comte de Gormaz] de puissance absolue à réparer l'offense avec une satisfaction digne de la personne offensée, Sentiments de l'Académie sur le Cid.

    Avoir, tenir une personne, une chose en sa puissance, en être le maître, le possesseur, en pouvoir disposer à son gré. Faut-il que vous naissiez en la puissance de vos ennemis ? Bossuet, Duch. d'Orl. Je tiens le fils des rois, le vôtre, en ma puissance, Voltaire, Orphel. V, 4.

    Ce jeune homme est en puissance de père et de mère, il ne peut disposer de rien sans le consentement de son père et de sa mère.

    Cette femme est en puissance de mari, elle ne peut contracter ni disposer de rien sans être autorisée de son mari.

    Un mari dit plaisamment qu'il est en puissance de femme, un père qu'il est en puissance de fille, pour exprimer qu'il fait ce que sa femme, sa fille veut.

  • 2Toute-puissance, voy. TOUTE-PUISSANCE.
  • 3La puissance législative, la partie des pouvoirs publics qui a le droit de faire des lois ; la puissance exécutive, celle qui applique les lois et administre. La puissance exécutrice disposant de tous les emplois, Montesquieu, Esp. XIX, 27. La puissance législative est le cœur de l'Etat ; la puissance exécutive en est le cerveau, qui donne le mouvement à toutes les parties, Rousseau, Contr. social, III, 11.

    Les deux puissances, le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel, ou la puissance ecclésiastique et la puissance séculière. La séparation des deux puissances. Ces deux puissances [le spirituel et le temporel] d'un ordre si différent ne s'unissent pas, mais s'embarrassent mutuellement quand on les confond ensemble, Bossuet, Reine d'Anglet. La source la plus empoisonnée de tous les malheurs des Grecs, c'est qu'ils ne connurent jamais la nature ni les bornes de la puissance ecclésiastique et de la séculière, Montesquieu, Rom. 22.

    Puissance du glaive, autorité qu'a le souverain de condamner à mort, et qu'il fait exercer suivant les lois.

    Puissance des clefs, pouvoir de remettre ou de retenir les péchés donné par Jésus-Christ à son Église en la personne de saint Pierre et des apôtres.

  • 4Puissance de fief, les différents droits qu'un seigneur suzerain pouvait exercer sur ses vassaux en vertu de son fief.
  • 5Domination, empire. Alexandre soumit l'Asie à sa puissance. La puissance de ce prince s'étend fort loin. Rome victorieuse… réduit tout l'univers sous sa puissance, Bossuet, Hist. III, 7.
  • 6État souverain. Les grandes puissances. Les petites puissances. Les puissances continentales. Tu vois comme déjà ces deux hautes puissances Que Mars semblait plonger en d'immortels discords…, Corneille, Tois. d'or, Prol. 3. Tous les grands empires ont commencé par des hameaux, et les puissances maritimes par des barques de pêcheurs, Voltaire, Mœurs, 164. Je ne sais quel ministre de je ne sais quelle puissance ou quelle faiblesse chrétienne à la Porte Ottomane demanda un jour audience au grand vizir pour lui apprendre…, Voltaire, Lett. d'Argental, 23 déc. 1764. Lycurgue trouva neuf mille citoyens dans Sparte, et trente mille dans la Laconie ; par conséquent, si nous jugeons de Lacédémone par Athènes, cette république n'aura jamais eu qu'environ quarante mille citoyens ; voilà cependant les deux grandes puissances de la Grèce, Condillac, Hist. anc. I, 17. Si les puissances du premier ordre commettent rarement des fautes impunies, Raynal, Hist. phil. XII, 32.

    Hautes puissances contractantes, titre que les princes souverains prennent dans les traités qu'ils font entre eux.

    Hautes Puissances (avec deux majuscules), nom qu'on donnait aux états généraux des Provinces-Unies ou Hollande. Nobles Puissances (avec deux majuscules), titre que prenaient les états particuliers de chacune des sept provinces.

    Traiter de puissance à puissance, d'égal à égal.

  • 7 Au plur. Les puissances, ou les puissances supérieures, ou les puissances suprêmes, les rois, les princes, les grands. Bien que nous devions tout aux puissances suprêmes, Madame, nous devons quelque chose à nous-mêmes, Corneille, Othon, III, 1. Que tout le monde soit soumis aux puissances supérieures ; car il n'y a point de puissance qui ne vienne de Dieu, et c'est lui qui a établi toutes celles qui sont sur la terre, Sacy, Bible, St Paul, Épît. aux Rom. XIII, 1. Considérez ces grandes puissances que nous regardons de si bas, Bossuet, Duch. d'Orl. Obéissez aux puissances : si cela veut dire, Cédez à la force, le précepte est bon, mais superflu ; je réponds qu'il ne sera jamais violé ; toute puissance vient de Dieu, je l'avoue ; mais toute maladie en vient aussi ; est-ce à dire qu'il soit défendu d'appeler le médecin ? Rousseau, Contr. soc. I, 3. Convenons donc que force ne fait pas droit, et qu'on n'est obligé d'obéir qu'aux puissances légitimes, Rousseau, ib.

    Les puissances de la terre, les hommes puissants. Puissances de la terre, avez-vous des parents ? Voltaire, Triumv. I, 5.

    Absolument et familièrement. Les puissances, ceux qui possèdent les premières dignités de l'État. Je ne veux pas me commettre avec les puissances. On m'a desservi auprès des puissances, Beaumarchais, Barb. de Sév. I, 2.

    Flatter les puissances, flatter les gens en crédit.

    Se croire une puissance, se croire un personnage important.

    Il devient une puissance, se dit d'un homme qui acquiert du crédit, du pouvoir.

  • 8Il se dit pour force militaire ou navale. Je ne sais que vous dire de votre flotte ; depuis… que cette puissance est en mer, nous n'en savons rien ici, Sévigné, 31 août 1689.
  • 9Il se dit de la divinité et des êtres divins. La puissance divine, qui donne, quand il lui plaît, des bornes secrètes aux passions des hommes les plus emportés, Bossuet, Reine d'Anglet. Attestez, s'il le faut, les puissances célestes Contre un sang malheureux né pour vous tourmenter, Racine, Mithr. I, 2. Ô puissance éternelle ! Vous faites-vous un jeu des pleurs d'une mortelle ? Voltaire, Olymp. II, 3. Puissances du ciel ! J'avais une âme pour la douleur, donnez m'en une pour la félicité, Rousseau, Hél. I, 5. Et je commande en maître aux puissances de l'onde, Delille, Énéide, I.

    Les puissances du ciel, les anges.

    Les puissances des ténèbres, de l'enfer, les démons. La solitude leur servait de retranchement, la religion leur donnait des armes, le jeûne les fortifiait, l'austérité les rendait terribles aux puissances de l'enfer, Bourdaloue, Dimanche de la Septuagésime, Dominic. t. I, p. 360.

    Terme de théologie. Nom d'une des hiérarchies des anges (qu'on écrit avec une majuscule, et qu'on ne dit qu'au pluriel). Les Trônes, les Puissances, les Dominations.

  • 10Pouvoir de faire quelque chose. Il n'est pas en ma puissance de dissimuler ma joie, Guez de Balzac, liv. I, lett. 7. Toutes nos puissances sont si faibles et si limitées, que nous ne sommes capables que de choses médiocres, Voiture, Œuv. t. II, p. 312, dans POUGENS. Marcelle, qui vous sert de toute sa puissance, Corneille, Théod. IV, 1. Notre intelligence tient dans l'ordre des choses intelligibles le même rang que notre corps dans l'étendue de la nature ; bornés en tout genre, cet état qui tient le milieu entre deux extrêmes se trouve en toutes nos puissances, Pascal, Pens. I, 1, éd. HAVET. Locke a eu très grande raison d'appeler la liberté puissance, Voltaire, Dict. phil. Franc arbitre. L'homme n'a connu que tard l'étendue de sa puissance, et même il ne la connaît pas encore assez, Buffon, 7e époq. nat. Œuv. t. XII, p. 362. Il y a des moments où l'on se croit la puissance de ce qu'on désire, Staël, Corinne, XIV, 3.
  • 11 Fig. Empire exercé sur l'âme, sur l'esprit. La puissance de la parole. Adieu, vos pleurs sur moi prennent trop de puissance, Corneille, Poly. I, 2. Les passions de l'âme troublent les sens… il faut commencer par là le chapitre des puissances trompeuses, Pascal, Pens. III, 19. Et quelque autre puissance [motif] Lui fait du fils d'Hector embrasser la défense, Racine, Andr. II, 2. Un peu de violence M'a fait de vos raisons combattre la puissance, Racine, Andr. II, 4.
  • 12Efficacité, vertu. Après cela doutez de la puissance Des oraisons…, La Fontaine, Or. Quelques sucs bienfaisants dont la puissance active Rappelle en notre esprit sa clarté fugitive [de la raison], Ducis, Lear, IV, 5.
  • 13Faculté. On dit dans l'école que l'objet meut, émeut la puissance. La mémoire est une des puissances de l'entendement. Peut-être qu'il y a en moi quelque faculté ou puissance propre à produire ces idées sans l'aide d'aucunes choses extérieures, Descartes, Méd. III, 9. Que l'esprit ne peut être forcé de croire ce qu'il sait être faux, ni la volonté d'aimer ce qu'elle sait qui la rend malheureuse ; que ces deux puissances sont donc libres…, Pascal, Entret. avec M. de Saci. Il y avait dans son cœur une grande puissance d'aimer, Staël, Corinne, XI, 3.

    Il se dit, en un sens analogue, des facultés corporelles. Une âme qui revient à Dieu après les égarements du monde et des passions doit se regarder comme un malade frappé dans toutes ses puissances, Massillon, Carême, Pâques. Déterminer la proportion des puissances effectives du mâle et de la femelle en toute reproduction, Buffon, Quadrup. t. VIII, p. 7. Avec ses grandes puissances pour le vol et son instinct voyageur, la grue…, Buffon, Ois. t. XIII, p. 440.

  • 14 Terme de philosophie. Possibilité de devenir acte, par opposition à l'acte lui-même. Passer de la puissance à l'acte. Le gland est un chêne en puissance. Mais peut-être aussi que je suis quelque chose de plus que je ne me l'imagine, et que toutes les perfections que j'attribue à la nature d'un Dieu sont en quelque façon en moi en puissance, quoiqu'elles ne se produisent pas encore et ne se fassent point paraître par leurs actions, Descartes, Médit. III, 19.
  • 15 Terme d'économie rurale. L'aptitude de la terre à produire, aptitude résultant d'un certain état physique, de l'ameublissement du sol, de l'état d'agrégation des particules, de la composition chimique du sol.
  • 16 Terme de minéralogie. Épaisseur d'une couche ou d'un filon. La principale mine de mercure connue dans l'Amérique méridionale… est, dit-on, une couche ou un filon de grés imbibé de cinabre ; il a cinquante mètres de puissance et traverse une montagne de grès, Brongniart, Traité de min. t. II, p. 247, dans POUGENS.
  • 17 Terme de mécanique. Toute force dont on dispose pour équilibrer ou vaincre une autre force. La puissance et la résistance. Puissance motrice. La vitesse et la direction d'un corps qui se meut d'un mouvement composé se mesurent par la diagonale d'un parallélogramme dont deux des côtés représentent les puissances, Brisson, Traité de phys. t. I, p. 141.
  • 18 Terme de physique. Se dit de la portée d'un instrument d'optique, du degré de grossissement ou de rapprochement qu'il procure. La puissance d'un microscope.

    Terme de chimie. Énergie d'un alcali ou d'un acide. Les nombres qui expriment les quantités d'acide muriatique qui ont été nécessaires pour neutraliser 100 parties pondérales de chaque alcali, représentent les puissances comparatives de ces alcalis, Berthollet, Instit. Mém. scienc. 1806, 1er sem. p. 272.

  • 19 Terme de mathématique. Chaque degré auquel on élève une quantité en la multipliant par elle-même. 4 = 2 x 2, c'est la seconde ou deuxième puissance ; 8 = 2 x 2 x 2 ; c'est la troisième puissance ; 16 = 2 x 2 x 2 x 2, c'est la quatrième puissance, et ainsi pour tous les nombres. 9 est la deuxième puissance de 3, parce qu'il vaut 3 x 3 ; 27 en est la troisième puissance, parce qu'il vaut 3 x 3 x 3. La deuxième puissance et la troisième puissance ont reçu les noms particuliers de carré et de cube.
  • 20 Terme de trictrac. Prendre son coin par puissance, prendre son coin, lorsque l'adversaire n'a pas le sien, en diminuant un point sur chacun des dés amenés.

HISTORIQUE

XIIe s. Gerins s'adobe come hom de grant puissance, Ronc. p. 52. Li rois qui nous gouverne est de mout grant puissance, ib. p. 197. Se j'eüsse de moi venger puissance, Couci, XVI. Et Diex vouloir ne m'en doinst ne poissance ! ib. XVII. Deus abat les puissances e les feluns pensez, Th. le mart. 43. En ne m'amés-vous par fianche ? - Oïl, de toute ma poissanche, Lai d'Ignaur.

XIIIe s. Et toute la puissance [armée] du soudan se logerent sur le fleuve de Rexi d'autre part, Joinville, 220.

XIVe s. Le continent a puissance de non faire contre raison pour delettacions corporeles, Oresme, Eth. 216. Donques les choses de quoy l'on conseille sont celles qui sont en notre puissance, et qui puevent estre ouvrées ou faites par nous, Oresme, ib. 66. Et tuit [tous] en louent Dieu de toute leur puissance, Girart de Ross. v. 6618.

XVe s. Là n'avoient les riches hommes de la ville, ni les notables, nulle puissance [autorité], Froissart, II, II, 57. Cil y vint à grand puissance de gens d'armes, Froissart, I, I, 160. Seigneur, j'ay fait ma puissance ; or faites la vostre [j'ai fait ce que j'ai pu ; maintenant faites ce que vous pourrez], Perceforest, t. IV, f° 48. [Mot de Charles V : ] Je ne say en signorie felicité, excepté en une seule chose. - Plaise vous nous dire en quoi ? - Certes en puissance de faire bien à autruy, Christine de Pisan, Charles V, III, 30.

XVIe s. Pource que Dieu exerce par les anges son empire par tout le monde, selon ceste raison ils sont nommez maintenant Principautez, maintenant Puissances, maintenant Seigneuries, Calvin, Instit. 105. La flatterie ne suit point les pauvres ou petites personnes, et qui n'ont aucune puissance, Amyot, Comm. discern. le flatt. 3.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PUISSANCE, s. f. en Méchanique, se dit d’une force, laquelle étant appliquée à une machine, tend à produire du mouvement, soit qu’elle le produise actuellement ou non. Voyez Machine.

Dans le premier cas, elle s’appelle puissance mouvante ou mobile ; & dans le second, elle est nommée puissance résistante.

Si la puissance est un homme ou un animal, elle est dite puissance animée.

Si c’est l’air, l’eau, le feu, la pesanteur, l’élasticité ou le ressort, on la nomme puissance inanimée.

Puissances conspirantes. Voyez Conspirant.

Le mot puissance est aussi d’usage dans les méchaniques, pour exprimer quelqu’une des six machines simples, comme le levier, la vis, le plan incliné, le tour, le coin & la poulie, que l’on appelle particulierement puissances méchaniques ou forces mouvantes. Voyez Puissances méchaniques.

Voyez aussi chaque puissance à l’article qui lui est particulier, comme aux mots Levier, Balance, &c.

Il est à propos de remarquer que les puissances ou forces qui meuvent les corps, ne peuvent agir les unes sur les autres que par l’entremise des corps mêmes qu’elles tendent à mouvoir : d’où il s’ensuit que l’action mutuelle de ces puissances n’est autre chose que l’action même des corps animés par les vitesses qu’elles leur donnent, ou qu’elles tendent à leur donner. On ne doit donc entendre par l’action des puissances, & même par le terme de puissance dont on se sert communément en Méchanique, que le produit d’un corps par sa vitesse ou par sa force accélératrice. De cette définition & des lois de l’équilibre & du mouvement des corps, on conclut aisément que deux puissances égales & directement opposées se font équilibre ; que deux puissances qui agissent en même sens, produisent un effet égal à la somme des effets de chacune ; que si trois puissances agissant sur un point commun sont en équilibre entr’elles, & qu’on fasse sur les directions de ces puissances un parallélogramme, la diagonale de ce parallélogramme sera dans la direction prolongée de la troisieme puissance, & que les rapports de ces trois puissances seront ceux de la diagonale aux côtés, &c. & plusieurs autres théorèmes semblables qui ne sont pas toujours démontrés dans la pratique avec toute la précision possible, parce qu’on y donne communément une notion un peu confuse du mot de puissance. Voyez dans les mém. de l’acad. de Petersbourg, tom. I. un écrit de M. Daniel Bernoulli, intitulé examen principiorum Mechanicæ. (O)

Puissance, en terme d’Arithmétique, se dit du produit d’un nombre ou d’une autre quantité multipliée par elle-même un certain nombre de fois. Voyez Nombre & Quantité.

Ainsi le produit du nombre 3 multiplié par lui-même, c’est-à-dire 9, est la seconde puissance de 3 ; le produit de 9 multiplié par 3 ou 27, est la troisieme puissance, & le produit de 27 encore multiplié par 3 ou 81, est la quatrieme puissance, & ainsi à l’infini. Par rapport à ces produits ou à ces puissances, le nombre 3 est appellé la racine ou la premiere puissance. Voyez Racine.

La seconde puissance s’appelle le quarré, dont 3 est la racine quarrée. Voyez Quarré.

La puissance 27 est appellée le cube, dont 3 est la racine cubique. Voyez Cube.

La quatrieme puissance 81 est appellée biquadratique ou quarré quarré, dont 3 est la racine quarrée-quarrée.

Le nombre qui indique combien de fois la racine est multipliée par elle-même, pour former la puissance, ou combien de fois la puissance doit être divisée par sa racine, pour parvenir à cette racine, est appellé l’exposant de la puissance ; ainsi dans la seconde puissance 2 est l’exposant, 3 dans la troisieme. Remarquez que nous disons que ce nombre indique combien de fois la racine doit être multipliée par elle-même, & non pas que ce nombre exprime le nombre de fois que la racine doit être multipliée ; car dans la troisieme puissance, par exemple, la racine n’est multipliée que 2 & non 3 fois par elle-même, dans la seconde puissance, la racine n’est multipliée que 1 fois ; ainsi le nombre de fois que la racine doit être multipliée par elle-même, est égal à l’exposant diminué d’une unité. Voyez Exposant.

Les modernes, après Descartes, se sont contentés de distinguer la plus grande partie des puissances par leurs exposans ; ainsi ils disoient premiere, seconde, troisieme puissance, &c. Ce sont les Arabes qui ont donné les premiers les noms particuliers des différentes puissances, comme quarré, cube, ou quarré-quarré, sur-solide, quarré-cube, second sur-solide, quarré-quarré-quarré, cube-cube, quarré-sur-solide, troisieme sur-solide, &c.

Ces noms qu’a donné Diophante, & qu’ont suivis Viete & Oughtred, sont le côté ou la racine, le quarré, le cube, le quarré de quarré, le quarré-cube, le cube-cube, le quarré-quarré-cube, le quarré-cube-cube, le cube-cube-cube, &c.

Les caracteres avec lesquels on désigne les différentes puissances, suivant la maniere des Arabes & celle de Descartes, sont exposés dans les notes suivantes :

2, 4, 8, 16, 32, 64, 128, 256, 512, 1024.
R, q, c, bq, s, qc, Bs, tq, bc, sq. Arab.
a, a2, a3, a4, a5, a6, a7, a8, a9, a10. Desc.

D’où il suit qu’élever une quantité à une puissance donnée, c’est la même chose que de trouver le produit qui vient en multipliant cette quantité, un certain nombre de fois par elle-même. Par exemple, élever 2 à la troisieme puissance, c’est la même chose que de trouver le produit 8, dont les facteurs ou les composans sont 2, 2, 2. Voyez Quarré, Cube, &c.

Les puissances du même degré sont l’une à l’autre dans le rapport de leurs racines multipliées autant de fois que leur exposant contient d’unités : ainsi les quarrés sont en raison doublée, les cubes en raison triplée ; les quarrés-quarrés ou les quatriemes puissances sont en raison quadruplée. Voyez Raison & Rapport.

Les puissances des quantités proportionnelles sont aussi proportionnelles l’une à l’autre. Voyez Proportion.

D’une puissance donnée extraire la racine, c’est la même chose que de trouver un nombre, par exemple, 2, lequel multiplié un certain nombre de fois par lui-même, comme deux fois, produise la puissance donnée, telle que la troisieme puissance ou 8. Voyez Racine.

Pour multiplier ou diviser une puissance quelconque par une autre puissance de même racine, voici la regle : 1°. Pour les multiplier, ajoutez les exposans des facteurs, la somme est l’exposant du produit ; ainsi qu’on le voit dans l’exemple suivant :

Facteurs.

Produits,


2°. Pour les diviser, ôtez l’exposant de la puissance du diviseur de l’exposant du dividende, le reste est l’exposant du quotient. Voyez les exemples suivans :

Divid. ( ( (
Divis.

(E)

Commensurable en puissance se dit de deux quantités qui ne sont point commensurables, mais dont les quarrés ou quelque autre puissance le sont ; ainsi la diagonale d’un quarré & son côté sont commensurables en puissance, parce que le quarré de l’une est double du quarré de l’autre, mais la diagonale & le côté sont incommensurables. Voyez Commensurable & Diagonale.

Puissance d’une hyperbole équilatere dans les sections coniques, c’est le quarré de la ligne droite CI ou AI des coniq. fig. 20.

La puissance de l’hyperbole est la moitié du quarré du demi-axe. Voyez Hyperbole. (O)

Puissances des lignes sont leurs quarrés, cubes, &c. ainsi la seconde puissance de la ligne a est représenté par le quarré a2 fait sur cette ligne la troisieme puissance par le cube a3 dont cette ligne est un côté, &c. (E)

Puissance, s. f. (Droit natur. & polit.) ce mot se prend en différens sens ; 1°. il marque la supériorité & les droits qu’un individu a sur d’autres, alors c’est un synonyme de pouvoir ; c’est ainsi qu’on dit la puissance paternelle, la puissance maritale, la puissance souveraine, la puissance législative, &c. Voyez Pouvoir. 2°. Par puissance on entend la somme des forces d’un état ou d’une société politique ; c’est sous ce point de vue que nous allons la considérer.

La puissance d’un état est toujours relative à celle des états avec qui il a des rapports. Une nation est puissante lorsqu’elle peut maintenir son indépendance & son bien-être contre les autres nations qui sont à portée de lui nuire.

La puissance d’un état est encore relative au nombre de ses sujets, à l’étendue de ses limites, à la nature de ses productions, à l’industrie de ses habitans, à la bonté de son gouvernement ; de-là vient que souvent un petit état est beaucoup plus puissant qu’un état plus étendu, plus fertile, plus riche, plus peuplé, parce que le premier saura mettre à profit les avantages qu’il a reçus de la nature, ou compensera par ses soins ceux qui lui seront refusés.

La principale source de la puissance d’un état est sa population ; il lui faut des bras pour mettre ses champs en valeur, pour faire fleurir ses manufactures, sa navigation, son commerce ; il lui faut des armées proportionnées à celles que ses voisins peuvent mettre sur pié ; mais il ne faut point pour cela que l’agriculture & les autres branches de sa puissance souffrent. Un sol fertile, une situation favorable, un pays défendu par la nature contribueront beaucoup à la puissance d’un état. Enfin, il est essentiel qu’il jouisse de la tranquillité dans son intérieur ; jamais un peuple déchire par des factions, en proie aux cabales, aux intrigues, à l’anarchie, à l’oppression, n’aura le degré de puissance qui lui est nécessaire pour repousser les entreprises de ses ennemis.

Mais c’est en vain qu’un empire jouira de tous ces avantages, si une mauvaise administration lui en fait perdre les fruits. Le souverain est l’ame qui donne le mouvement & la vie à l’état, c’est l’usage ou l’abus qu’il fait de ses forces qui décide de sa puissance ou de sa foiblesse. Envain commandera-t-il à des peuples nombreux ; en vain la nature lui aura-t-elle prodigué les richesses du sol ; envain l’industrie de ses sujets lui amenera-t-elle les trésors du monde ; ces avantages seront perdus, si une bonne administration ne les met à profit. Les Ottomans commandent à de vastes états, qui jouissent du ciel le plus favorable ; depuis le Danube jusqu’à l’Euphrate tout reconnoît leurs lois ; cependant leur puissance n’approche point de celle d’un grand nombre d’états d’Europe, qui sont renfermés dans des bornes plus étroites que la plûpart des royaumes soumis à l’empire des sultans. L’Egypte, la Grece, qui font aujourd’hui les moindres parties de cet empire, avoient, sous leurs premiers maîtres, des forces auxquelles on ne peut point comparer la totalité de celles des despotes modernes qui ont asservi ces pays : ceux-ci commandent à de vils esclaves, accablés sous leurs fers, qui ne travaillent que pour satisfaire les caprices d’un tyran, d’un visir, d’un eunuque ; les premiers commandoient à des citoyens échauffés par l’amour de la patrie, de la liberté, de la gloire. Combien de fois la Grece a-t-elle ébranlé les trônes de ces monarques asiatiques, soutenus par des millions de bras ? Les armées innombrables des Xerxès, des Darius, sont venus briser leurs forces contre la puissance athénienne. Tous les efforts de la monarchie espagnole, soutenue par les richesses des deux mondes, ont échoué contre la vigueur des Hollandois généreux.

C’est de l’esprit dont un souverain sait animer ses peuples que dépend sa vraie puissance. S’il leur inspire l’amour de la vertu, de la gloire ; s’il leur rend cher sa patrie par le bonheur dont il les y fait jouir ; s’il les excite aux grandes actions par des récompenses ; s’il effraie les mauvais citoyens par des peines, l’état sera puissant, il sera respecté de ses voisins, ses armées seront invincibles. Mais s’il souffre que le luxe & le vice corrompent les mœurs de ses sujets ; s’il permet que leur ardeur guerriere s’amollisse ; si la subordination, les lois, la discipline sont méprisées ; si l’on dégrade les ames des peuples par l’oppression ; alors l’avidité prendra la place de l’honneur ; l’amour des richesses succédera à celui de la patrie, de la gloire ; il n’y aura plus de citoyens ; chacun ne s’occupera que de ses intérêts particuliers ; on oubliera le bien général auquel toutes les volontés doivent concourir pour rendre une nation puissante. Alors ni le nombre des armées, ni l’immensité des trésors, ni la fertilité des champs ne pourront procurer à l’état une puissance réelle.

Ainsi que les hommes robustes, les nations sont souvent tentées d’abuser de leurs forces. Ceux qui les gouvernent font consister leur puissance à étendre leurs conquêtes ; à faire la loi à leurs voisins ; à entrer dans toutes les querelles qui agitent les autres peuples ; à entreprendre des guerres longues & sanglantes, auxquelles des passions injustes ou frivoles ont souvent plus de part que les intérêts de l’état ; ainsi, pour faire une vaine parade de puissance, on épuise des forces réelles qui devroient être réservées pour le soutien de la nation. Voyez Paix.

Puissance législative, Executrice & de juger, (Gouvernement politique.) on nomme puissance dans un état la force établie entre les mains d’un seul, ou de plusieurs.

On distingue dans chaque état trois sortes de pouvoirs ou de puissance ; la puissance législative, la puissance exécutrice des choses qui dépendent du droit des gens, autrement dite la puissance exécutrice de l’état, & la puissance exécutrice de celles qui dépendent du droit civil.

Par la premiere, le prince ou l’état fait des lois pour un tems ou pour toujours, & corrige ou abroge celles qui sont faites. Par la seconde, il fait la paix ou la guerre, envoie ou reçoit des ambassades, établit la sureté, prévient les invasions. Par la troisieme, il punit les crimes, ou juge les différends des particuliers, c’est pourquoi nous appellons cette derniere la puissance de juger.

La liberté doit s’étendre à tous les particuliers, comme jouissant également de la même nature ; si elle se borne à certaines personnes, il vaudroit mieux qu’il n’y en eût point, puisqu’elle fournit une triste comparaison qui aggrave le malheur de ceux qui en sont privés.

On ne risque pas tant de la perdre, lorsque la puissance législative est entre les mains de plusieurs personnes qui different par le rang & par leurs intérêts ; mais là où elle se trouve à la discrétion de ceux qui s’accordent en ces deux choses, le gouvernement n’est pas éloigné de tomber dans le despotisme de la monarchie. La liberté ne sauroit jamais être plus assurée que là où la puissance législative est confiée à diverses personnes si heureusement distinguées, qu’en travaillant à leur propre intérêt, elles avancent celui de tout le peuple ; ou pour me servir d’autres termes, que là où il n’y a pas une seule partie du peuple qui n’ait un intérêt commun, du moins avec une partie des législateurs.

S’il n’y a qu’un seul corps de législateurs, cela ne vaut guere mieux qu’une tyrannie ; s’il n’y en a que deux, l’un risque d’être englouti avec le tems, par les disputes qui s’éleveront entr’eux, & ils auront besoin d’un troisieme pour faire pancher la balance. Il y auroit le même inconvénient à quatre, & un plus grand nombre causeroit trop d’embarras. Je n’ai jamais pu lire un passage dans Polybe, & un autre dans Cicéron sur cet article, sans goûter un plaisir secret à l’appliquer au gouvernement d’Angleterre, auquel il se rapporte beaucoup mieux qu’à celui de Rome. Ces deux grands auteurs donnent la préférence au gouvernement composé de trois corps, du monarchique, de l’aristocratique, & du populaire. Ils avoient sans doute en vue la république romaine, où les consuls représentoient le roi, les sénateurs, les nobles, & les tribuns le peuple. Ces trois puissances qu’on voyoit à Rome, n’étoient pas si distinctes & si naturelles qu’elles paroissoient dans la forme du gouvernement de la Grande-Bretagne. Il y avoit cet abus dans le gouvernement de la plûpart des républiques anciennes, que le peuple étoit en même tems & juge & accusateur. Mais dans le gouvernement dont nous parlons, le corps législatif y étant composé de deux parties, l’une enchaîne l’autre par sa faculté naturelle d’empêcher, & toutes les deux sont liées par la puissance exécutrice, qui l’est elle-même par la puissance législative. Voyez-en le détail dans l’ouvrage de l’esprit des lois, l. II. ch. vj. C’est assez pour moi de remarquer en général que la liberté politique est perdue dans un état, si le même homme, ou le même corps des principaux, ou des nobles, ou du peuple exercent les trois puissances, celle de faire des lois, celle d’exécuter les résolutions publiques, & celle de juger les crimes ou les différends des particuliers. (D. J.)

Puissances de l’Europe, (Politiq.) c’est ainsi qu’on nomme les divers états souverains de cette partie du monde. L’intérêt forme leurs nœuds, l’intérêt les rompt. Aujourd’hui alliées, demain engagées dans une guerre funeste, dont les peuples payent le jeu. (D. J.)

Puissance, (Jurisprud.) est le pouvoir que quelqu’un a sur la personne ou sur les biens d’autrui.

Toute puissance sur la terre a été établie de Dieu pour maintenir chaque chose dans l’ordre où elle doit être.

On distingue deux sortes de puissances, la spirituelle & la temporelle ou séculiere.

La puissance spirituelle est celle qui s’étend sur les personnes relativement aux choses purement spirituelles, telles que les sacremens. Celles-ci appartiennent aux ministres de l’Eglise, lesquelles n’ont, pour se faire obéir, que les armes spirituelles. Voyez Censure, Église, Excommunication, Interdit.

La puissance ecclésiastique, est celle qui appartient à l’Eglise ; elle comprend, outre la puissance spirituelle, celle que les princes ont donnée à l’Eglise dans certaines matieres qui ont quelque rapport aux choses spirituelles. Voyez Jurisdiction ecclésiastique.

La puissance temporelle est celle qui s’étend sur les personnes & les biens relativement à des intérêts temporels.

On divise la puissance temporelle en puissance publique & particuliere de plusieurs especes ; savoir, la puissance paternelle & la puissance maritale, celle des tuteurs, curateurs, gardiens, & autres administrateurs ; celle des maîtres sur leurs esclaves & domestiques ; ces diverses sortes de puissances particulieres sont les plus anciennes de toutes : le gouvernement domestique étant aussi plus ancien que le gouvernement politique.

L’union de l’autorité avec les forces forme ce que l’on appelle puissance publique.

La puissance souveraine ou publique est celle qui a le gouvernement d’un état ; elle se subdivise en puissance monarchique, puissance aristocratique & puissance démocratique. Voyez Monarchique & Royaume, Aristocratie, Etat & Démocratie.

L’objet de toute puissance publique est de procurer le bien de l’état au-dedans & au-dehors.

Les droits de la puissance publique consistent dans tous les droits de souveraineté.

Dans tous les états, celui ou ceux en qui réside la puissance publique, ne pouvant seuls en remplir tous les devoirs, ils sont obligés de se décharger sur différentes personnes d’une partie des fonctions attachées à cette puissance : tous les ordres émanent médiatement ou immédiatement de la puissance publique ; ainsi ceux qui exercent quelque portion du gouvernement militaire, ou de celui de justice ou de finances, sont autant de dépositaires d’une partie de la puissance publique, & qui agissent au nom de cette puissance.

Le devoir de tous ceux qui ont quelque part à la puissance publique, est de maintenir le bon ordre, de faire rendre à chacun ce qui lui appartient, d’empêcher les abus qui peuvent troubler l’harmonie politique. Voyez la loi 215. au digeste de verb. signific. Richerius, de potestate eccles. & politicâ ; les loix civiles, tome II. & les mots Etat, Gouvernement, Souverain, Souveraineté ; les mots Puissance maritale, paternelle, Royale, &c.

Puissance de fief, est le droit que le seigneur du fief dominant a sur le fief servant, tant pour le saisir féodalement, faute d’homme droit & devoirs non-faits & non-payés, que pour le répandre par droit de retrait féodal, en cas d’aliénation de la part du vassal. Voyez Fief, Retrait féodal, Saisie féodal, Seigneur, Vassal.

Puissance des maîtres sur leurs domestiques, est l’autorité que les maîtres ont sur ceux qui les servent pour leur commander ou défendre de faire quelque chose. Les domestiques doivent avoir de la soumission & du respect pour leur maître, & ceux qui s’écartent du respect qu’ils leur doivent sont punis de la peine du carcan, ou autres peines plus séveres, selon la qualité du délit : les maîtres ne doivent point maltraiter leurs domestiques ; lorsqu’ils en reçoivent quelque sujet de mécontentement, ils ont seulement le droit de leur faire une réprimande, de leur ordonner de faire leur devoir ; ils peuvent aussi les congédier quand bon leur semble, même rendre plainte contr’eux, s’il y échet ; mais ils ne peuvent pas se faire justice eux-mêmes.

Les domestiques sont aussi libres de quitter leurs maîtres, lorsqu’ils le jugent à-propos, sauf les dommages intérêts du maître, au cas qu’ils se fussent loués pour un certain tems, & que par l’inexécution de la convention, le maître souffrît un dommage réel. Voyez le réglement du parlement de Rouen du 26 Juin 1722. rapporté dans les pieces justificatives du code rural, tome II.

La puissance des maîtres sur les esclaves est plus étendue que celles qu’ils ont sur de simples domestiques. Voyez ce qui en a été dit ci-devant aux mots Affranchissement, Esclure, Manumission

Puissance maritale, est celle que le mari a sur la personne, & les biens de sa femme.

La femme est naturellement & de droit divin dans la dépendance de l’homme : sub viri potestate eris, & ipse dominabitur tui. Genèse, c. iij. vers. 16.

Cette dépendance étoit telle chez les Romains, que la fille qui n’étoit plus sous la puissance paternelle & qui n’étoit pas encore mariée, demeuroit toujours sous la tutelle, soit de ses proches, soit des tuteurs, qui lui avoient été donnés par le juge ; telle étoit la disposition de la loi des douze tables.

La loi attilia ordonnoit que le préteur & les tribuns donnassent des tuteurs aux femmes & aux pupilles.

Mais il y avoit cette différence entre les tuteurs des pupilles & ceux des filles ou femmes puberes, que les premiers avoient la gestion des biens, au lieu que les tuteurs des femmes interposoient seulement leur autorité.

Or, de même que la femme non-mariée étoit en la puissance d’un tuteur, la femme mariée étoit en la puissance de son mari ; cela s’appelloit être en la main du mari ; & cette puissance maritale s’établissoit en la forme indiquée par Ulpien, tit. de his qui in manu sunt, in manum convenire, venir en la main du mari.

La maniere la plus solemnelle & la plus parfaite de contracter mariage étoit celle où la femme passoit en la main de son mari ; elle étoit appellée mater familias, parce qu’elle étoit réputée de la famille de son mari, & y tenir la place d’héritier ; au lieu que celle qui étoit mariée autrement, étoit seulement qualifiée de matrone, matrona. On voit par ce qui vient d’être dit, que la puissance maritale ne différoit pas alors de la puissance paternelle.

Mais le dessein de faciliter le mariage, ou plutôt la liberté du divorce, ayant fait peu-à-peu tomber en non-usage les formalités par lesquelles la femme venoit en la main de son mari, la puissance maritale fut grandement diminuée.

Tout ce qui est resté de l’ancien droit, c’est que le mari est le maître de la dot, c’est-à-dire qu’il en a l’administration & qu’il fait les fruits siens ; car du reste il ne peut aliéner ni hypothéquer le fonds dotal, même du consentement de sa femme, si ce n’est dans le ressort du parlement de Paris, suivant l’édit du mois d’Avril 1664, qui permet au mari l’hypotheque & l’aliénation des biens dotaux, quand elle se fait conjointement avec son mari.

La femme est seulement maîtresse en pays de droit écrit de ses paraphernaux.

Les effets ordinaires de la puissance maritale en pays coutumier sont 1° que la femme ne peut passer aucune obligation, ni contrat, sans l’autorité expresse du mari ; elle ne peut même accepter sans lui une donation, quand même elle seroit séparée de biens. 2° Elle ne peut pas ester en jugement sans le consentement de son mari, à moins qu’elle ne soit autorisée ou par justice au refus de son mari, ou qu’elle ne soit séparée de biens, & la séparation exécutée. 3° Le mari est le maître de la communauté, de maniere qu’il peut vendre, aliéner ou hypothéquer tous les meubles & conquêts immeubles sans le consentement de sa femme, pourvu que ce soit au profit de personne capable & sans fraude. Cout. de Paris, art. 223, 224 & 225. Voyez Communauté, Conquêts, Dot, Mari, Femme, Paraphernal, Propres, Remplacer, Velleien. (A)

Puissance papale, (Gouvern. ecclésiast.) l’autorité que l’on voudroit attribuer aux papes, ne paroît pas raisonnable à tout le monde On ne sauroit considérer sans étonnement, que le chef de l’église, qui n’a que les armes spirituelles de la parole de Dieu, & qui ne peut fonder ses droits que sur l’Evangile, où tout prêche l’humilité & la pauvreté, ait pû aspirer à une domination absolue sur tous les rois de la terre : mais il est encore plus étonnant que ce dessein lui ait réussi. Tout le mon de la fait cette observation, mais Bayle l’a démontré contre l’auteur de l’Esprit des cours de l’Europe, qui prétendit, dans le dernier siecle, que la puissance papale n’est pas une chose bien merveilleuse, & que leurs conquêtes, dans certains tems, n’ont pas dû être difficiles. Rapportons ici ces raisons & les réponses de l’auteur du dictionnaire critique. On peut diviser en deux parties les réflexions de l’anonyme qui a mis au jour en 1699 le livre que j’ai cité. Il paroît que, dans la premiere partie, il se contente de railler finement la puissance papale ; mais dans la seconde, il établit sérieusement la facilité de s’aggrandir, qu’il suppose qu’ont eue les pontifes de Rome.

Les ironies ingénieuses de la premiere partie sont telles qu’un docteur ultramontain y pourroit être attrapé, & les employer tout de bon comme des preuves. C’est pourquoi il ne sera pas hors de propos de les discuter. « N’est-il pas dit (c’est l’anonyme qui parle) que tout genouil terrestre fléchira au nom du chef invisible ? Comment le chef visible ne terrassera-t-il pas tous ses ennemis ? Comment n’auroit-il pas confondu tous ceux qui ont osé lui résister ? Le chef visible n’agit que par le pouvoir du chef invisible : si le maître est toujours victorieux, il faut bien que le vicaire le soit aussi. Ce miracle est un article de foi : c’est trop peu dire, il est le grand mobile de la religion. La religion ne doit pas moins assujettir le corps que l’esprit à son empires personne ne le dispute : elle a droit sur l’homme tout entier : comme les récompenses sont proposées à la substance matérielle, aussi-bien qu’à la spirituelle, l’une & l’autre doivent subir également le joug des lois, & les menaces regardent indifféremment toutes les deux. Ce principe une fois renversé, que deviendroit la sainte inquisition ? Ce divin tribunal n’auroit plus d’autre fondement qu’une cruauté barbare ; & cet arsenal sacré ne renfermeroit pas une arme qui n’eût été forgée au feu de l’enfer. Le pape est donc le maître des corps aussi-bien que des ames ; & comme son autorité sur les consciences n’a point de bornes, son pouvoir sur les corps doit être invincible ; d’ailleurs n’étoit-il pas de la juste économie du salut que la puissance ne fût pas moins étendue que la lumiere ? De quoi serviroit à un chef divinement établi de connoître tout, s’il n’avoit pas le pouvoir de disposer de tout ? Il seroit fort inutile à cet Hercule d’écraser les monstres de l’erreur, s’il n’avoit pas droit de terrasser les monstres de l’impiété : ce droit embrasse les rois & les empereurs, qui, pour commander à des peuples, ne sont pas moins les sujets de l’Église. Les papes ont tenu tête à ces premiers sujets toutes les fois qu’ils se sont révoltés contre cette bonne mere : ils leur ont opposé une puissance infinie ; comment les papes auroient-ils eû le dessous ? Et voilà le véritable dénouement des glorieux & inimaginables succès de la nouvelle monarchie romaine ».

Ce discours étant pris sans ironie, formeroit ce raisonnement sérieux ; que des-là que les évêques de Rome ont été considérés comme les vicaires de Jesus-Christ, dont la puissance sur les corps & sur les ames n’a point de bornes, il a fallu que leur empire se soit établi facilement sur les peuples, & même sur le temporel des souverains. Une distinction suffira pour résoudre cette difficulté. Qu’on avance tant qu’on voudra que Jesus-Christ a établi un vicariat dans son Église, le bon sens, la droite raison ne laisseront pas de nous apprendre qu’il l’a établi, non pas en qualité de souverain maître, & de créateur de toutes choses, mais en qualité de médiateur entre Dieu & les hommes, ou en qualité de fondateur d’une religion qui montre aux hommes la voie du salut, qui promet le paradis aux fideles & qui menace de la colere de Dieu les impénitens. Voilà donc les bornes de la puissance du vicaire que Jesus-Christ auroit établi. Ce vicaire ne pourroit tout-au plus que décider de la doctrine qui sauve ou qui damne. Il faudroit qu’après avoir annoncé les promesses du paradis & les menaces de l’enfer, & après les instructions, les censures, & telles autres voies de persuasion & de direction spirituelle, il laissât à Dieu l’exécution des menaces non-seulement à l’égard des peines à l’autre vie, mais aussi à l’égard des châtimens corporels dans ce monde-ci. Jesus-Christ lui-même n’en usoit pas autrement. Il suivit dans la derniere exactitude le véritable esprit de la religion, qui est d’éclairer & de sanctifier l’ame, & de la conduire au salut par les voies de la persuasion sans empiéter sur la politique, l’autorité de punir corporellement les opiniâtres & les incrédules, dont il trouvoit un nombre infini ; car il n’est pas vrai qu’à cet égard le chef & le maître de l’Église soit toujours victorieux.

Ainsi ceux-mêmes qui ont été le plus fortement persuadés que le pape est le vicaire de Jesus-Christ, ont dû regarder comme un abus du vicariat tout ce qui sentoit la jurisdiction temporelle & l’autorité de punir le corps. Et de-là devoient sortir naturellement une infinité d’obstacles aux principes contraires. Il n’est pas inutile de connoître tout, encore que l’on n’ait pas le pouvoir de disposer de tout. C’est assez que la religion fasse connoître sûrement ce qu’il faut croire, & ce qu’il faut faire ; c’est assez qu’elle puisse clairement réfuter l’erreur, & ce n’est qu’en ce sens-là que l’autorité de terrasser les monstres de l’hérésie & de l’impiété lui appartient. Si les hommes résistent à ses lumieres, c’est à Dieu à les en punir comme des inexcusables. Ce n’est point l’affaire de la religion, ni une partie du ministere établi par Jesus-Christ. Voici la seconde partie de la réflexion de l’anonyme.

« Ne volons pas si haut, & parlons plus humainement, il n’y a rien de si surprenant dans la grandeur des papes. A la faveur de quelques passages de l’Ecriture, des entousiastes ont persuadé le monde de leur divinité ; cela est-il nouveau ? Jusqu’où les hommes ne se laissent-ils pas entraîner en fait de religion ? Ils aiment sur-tout à diviniser leur semblable. Le Paganisme le démontre. Or posé une fois que les papes ayent pû facilement établir les divins privileges de leur charge, n’étoit-il pas naturel que les peuples se déclarassent pour eux contre toutes les autres puissances ? Pour moi, bien-loin d’être surpris de leur élévation, j’admire comment ils ont pû manquer la monarchie universelle : le nombre des princes qui ont secoué le joug romain me confond ; quand j’en cherche la raison, je ne puis me prendre qu’à ces deux causes si générales & si connues, que l’homme n’agit pas toujours conséquemment à ses principes, & que la vie présente fait de plus fortes impressions sur son cœur que celle qui est à venir ».

Laissons croire, dit M. Bayle, à l’auteur anonyme de l’Esprit des cours de l’Europe, à cet écrivain fin & subtil, que les papes ont pu aisément persuader qu’ils étoient des dieux en terre, c’est-à-dire qu’en qualité de chefs visibles de l’Eglise, ils pouvoient déclarer authentiquement, cela est hérétique, cela est orthodoxe, régler les cérémonies & commander à tous les évêques du monde chrétien. Résultera-t-il de-là qu’ils ayent pu aisément établir leur autorité sur les monarques, & les mettre sous leur joug avec la derniere facilité ? C’est ce que je ne vois point. Je vois au contraire que, selon les apparences, leur puissance spirituelle devoit courir de grands risques par l’ambition qu’ils avoient d’attenter sur le temporel des rois. Prenez garde, dit-on un jour aux Athéniens, que le soin du ciel ne vous fasse perdre la terre ; tout au rebours, on auroit dû dire aux papes : « Prenez garde que la passion d’acquérir la terre ne vous fasse perdre le ciel : on vous ôtera la puissance spirituelle, si vous travaillez à usurper la temporelle ». On sait que les princes les plus orthodoxes sont plus jaloux des intérêts de leur souveraineté que de ceux de la religion. Mille exemples anciens & modernes nous l’apprennent : il n’étoit donc point probable qu’ils souffriroient que l’Eglise s’emparât de leurs domaines & de leurs droits, & il étoit probable qu’ils travailleroient plutôt à amplifier leur autorité au préjudice de l’Eglise, qu’ils ne laisseroient amplifier la puissance de l’Eglise au préjudice de leur puissance temporelle.

Cette dispute devoit donc être fatale aux usurpateurs de l’autorité temporelle ; car il est aisé de montrer, & par des textes formels de l’Ecriture, & par l’esprit de l’Evangile, & par l’ancienne tradition, & par l’usage des premiers siecles, que les papes ne sont nullement fondés dans leurs prétentions de disposer des couronnes, & de partager en tant de choses les droits de la souveraineté. Cela peut même frayer le chemin à ébranler leur autorité spirituelle ; & en les mettant sur la défensive à l’égard de ce point-là, dans quel embarras les jette-ton ? Quel péril ne leur fait-on pas courir par rapport même aux articles que les peuples s’étoient laissé persuader d’adopter ? Il ne faut pas compter pour peu de chose la disposition, qu’il est probable qu’auront à servir les princes, les ecclésiastiques, que la cour de Rome veut contraindre à ne se point marier. Le nombre de ceux qui trouvent ce joug trop dur, est innombrable : les incontinens honnêtes sont ceux qui ont le plus à cœur le privilege de se marier ; car, pour ceux qui n’ont guere de conscience, ils se dédommagent par le concubinage.

Mais lisons l’histoire des papes, nous verrons qu’ils n’ont avancé dans leur chemin & qu’ils n’ont gagné du terrein qu’en renversant des obstacles qu’ils ont rencontrés à chaque pas. On leur a opposé des armées & des livres, on les a combattus & par des prédications, & par des libelles & par des prophéties ; on a tout mis en usage pour arrêter leurs conquêtes, & tout s’est trouvé inutile. Mais pourquoi ? C’est à cause qu’ils se sont servi de tous les moyens imaginables. Les armes, les croisades, les tribunaux de l’inquisition ont secondé en leur faveur les foudres apostoliques ; la ruse, la violence, le courage & l’artifice ont concouru à les protéger. Leurs conquêtes ont couté la vie à autant de gens, ou peu s’en faut, que celles de la république romaine. On voit beaucoup d’écrivains qui appliquent à la nouvelle Rome, ce que Virgile a remarqué touchant l’ancienne.

Multa quoque & bello passus dùm conderet urbem
Inferretque deos latio.

Æneïd. lib. I. vers. 3.

Concluons que la puissance où les papes sont parvenus est un des plus grands prodiges de l’histoire humaine, & l’une de ces choses qui n’arrivent pas deux fois. Si elle étoit à faire, je ne crois pas qu’elle se fît. Une singularité de tems aussi favorable dans cette entreprise ne se rencontreroit point dans les siecles à venir, comme elle s’est rencontrée dans les siecle passés ; & si ce grand édifice se détruisoit & que ce fût à recommencer, on n’en viendroit pas à bout. Tout ce que peut faire présentement la cour de Rome, avec la plus grande habileté politique qui se voie dans l’univers, ne va qu’à se maintenir : les acquisitions sont finies. Elle se garde bien d’oser excommunier une tête couronnée, & combien de fois faut-il qu’elle dissimule son ressentiment contre le parti catholique qui dispute aux papes l’infaillibilité, & qui, fait brûler les livres qui lui sont les plus favorables ? Si elle tomboit aujourd’hui dans l’embarras de l’antipapat, je veux dire dans ces confusions de schismes où elle s’est trouvée tant de fois, & où l’on voyoit pape contre pape, concile contre concile, infestisque obvia signis signa, pares aquilas, & pila minantia pilis, elle n’en sortiroit pas avec avantage : elle échoueroit dans un siecle comme le nôtre avec toute sa dextérité : elle a perdu les plus beaux fleurons de sa couronne, & les autres sont bien endommagés. (D. J.)

Puissance paternelle, est un droit accordé par la loi au pere ou autre ascendant mâle & du côté paternel, sur la personne & les biens de leurs enfans & petits-enfans nés en légitime mariage, ou qui ont été légitimés, soit par mariage subséquent, ou par lettres du prince.

On entend quelquefois par puissance paternelle le droit de supériorité & de correction que les peres ont sur leurs enfans ; droit qui appartient également aux meres, avec cette différence seulement que l’autorité des meres est subordonnée à celle des peres, à cause de la prééminence du sexe masculin. Grotius, lib. I. Ic. v. n°. 1.

La puissance des pere & mere, considérée sous ce point de vûe, est de droit naturel.

L’homme en naissant est si foible de corps, & sa raison est encore enveloppée de tant de nuages, qu’il est nécessaire que les pere & mere ayent autorité sur leurs enfans pour veiller à leur conservation, & pour leur apprendre à se conduire.

On peut donc regarder la puissance paternelle comme la plus ancienne puissance établie de Dieu sur la terre.

En effet, les premieres sociétés des hommes n’étoient composées que d’une même famille, & celui qui en étoit le chef en étoit tout-à-la-fois le pere, le juge ou arbitre, & le souverain ; & cette puissance des peres n’avoit aucune autre puissance humaine au-dessus d’elle, jusqu’à ce qu’il s’élevât quelques hommes ambitieux qui s’arrogeant une autorité nouvelle & jusqu’alors inconnue, sur plusieurs familles répandues dans une certaine étendue de pays, donnerent naissance à la puissance souveraine.

Ce n’est pas seulement ce droit naturel qui accorde aux pere & mere une certaine puissance sur leurs enfans, elle a été également admise par le droit des gens ; il n’est point de nation qui n’accorde aux pere & mere quelque autorité sur leurs enfans, & une autorité plus ou moins étendue, selon que les peuples se sont plus ou moins conformé à la loi naturelle.

Le droit divin est venu fortifier en nous ces principes ; le Décalogue apprend aux enfans qu’ils doivent honorer leurs pere & mere, ce qui annonce que ceux-ci ont autorité sur leurs enfans.

Mais comme les enfans ne restent pas toujours dans le même état, & que l’homme a ses différens âges, l’autorité des pere & mere a aussi ses différens degrés.

On doit relativement à la puissance paternelle distinguer trois âges.

Dans le premier, qui est celui de l’enfance où l’homme n’est pas encore capable de discernement, les pere & mere ont une autorité entiere ; & cette puissance est un pouvoir de protection & de défense.

Dans le second âge, que l’on peut fixer à la puberté, l’enfant commence à être capable de réflexion ; mais il est encore si volage, qu’il a besoin d’être dirigé : la puissance des pere & mere devient alors un pouvoir d’administration domestique & de direction.

Dans le troisieme âge, qui est celui où les enfans ont coutume de s’établir, soit par mariage, soit en travaillant pour leur compte particulier, ils doivent toujours se ressouvenir qu’ils doivent à leurs pere & mere la naissance & l’éducation ; ils doivent conséquemment les regarder toute leur vie comme leurs bienfaiteurs, & leur en marquer leur reconnoissance par tous les devoirs de respect, d’amitié & de considération dons ils sont capables : c’est sur ce respect & sur l’affection que les enfans doivent avoir pour leurs pere & mere, qu’est fondé le pouvoir que les pere & mere conservent encore sur leurs enfans dans le troisieme âge.

Le droit naturel, le droit des gens & le droit divin ne donnent point aux pere & mere d’autre puissance sur leurs enfans que celle qu’on vient d’expliquer ; tout ce qui est au-delà provient de la disposition des hommes, & est purement arbitraire.

Ainsi ce que l’on entend en droit par puissance paternelle, entant que cette puissance attribue au pere certains droits singuliers sur la personne & les biens des enfans, est une prérogative émanée du droit civil, & dont l’exercice plus ou moins étendu dépend des lois de chaque pays.

C’est par cette raison que Justinien observe que la puissance que les Romains avoient sur leurs enfans étoit particuliere à ces peuples, parce qu’en effet il n’y avoit aucune autre nation où les peres eussent un pouvoir aussi étendu.

Ce qui étoit de particulier aux Romains n’étoit pas l’autorité en général que les peres ont sur leurs enfans, mais cette même autorité modifiée & étendue telle qu’elle avoit lieu parmi eux, & que l’on peut dire n’avoir ni fin, ni bornes, du-moins suivant l’ancien droit.

Elle n’avoit point de fin, parce qu’elle duroit pendant toute la vie du fils de famille.

Elle n’avoit point de bornes, puisqu’elle alloit jusqu’au droit de vie & de mort, & que le pere avoit la liberté de vendre son enfant jusqu’à trois fois.

Le pere avoit aussi le droit de s’approprier tout ce que son fils acquéroit, sans distinction.

Ces différens droits furent dans la suite restraints & mitigés.

On ôta d’abord aux peres le droit de vie & de mort, & celui de vendre & aliéner leurs enfans ; il ne leur demeura à cet égard que le droit de correction modérée.

Le droit même d’acquérir par leurs enfans & de s’approprier tout ce qu’ils avoient, fut beaucoup restraint par l’exception que l’on fit en faveur des fils de famille de leurs pécules castrense, quasi castrense, & autres semblables. Voyez Pécule.

La puissance paternelle, telle qu’elle étoit réglée, suivant le dernier état du droit romain, a encore lieu dans tous les pays du droit écrit, sauf quelques différences qu’il y a dans l’usage de divers parlemens.

Le premier effet de la puissance paternelle, est que ceux qui sont soumis à cette puissance, & qu’on appelle enfans de famille, ne peuvent point s’obliger pour cause de prêt quoiqu’ils soient majeurs ; leurs obligations ne sont pas valables, même après la mort de leur pere. Voyez Fils de famille & Senatus consulte macédonien.

Le 2d. effet de la puissance paternelle, est que les enfans de famille ne peuvent tester, même avec la permission de leur pere, & leur testament n’est pas valable, même après la mort de leur pere ; on excepte seulement de cette regle les pécules castrenses & quasi castrenses.

Le troisieme effet, est que le pere jouit des fruits de tous les biens de ses enfans étant en sa puissance, de quelque part que leur viennent ces biens, à l’exception pareillement des pécules castrenses & quasi castrenses.

Il y a aussi des cas où il n’a pas l’usufruit des biens adventifs ; savoir, 1°. lorsqu’il succede conjointement avec ses enfans à quelqu’un de ses enfans prédécédé, il ne jouit pas de l’usufruit des portions de ses enfans, parce qu’il a une virile en propriété : 2°. lorsqu’il refuse d’autoriser ses enfans pour accepter une succession, donation ou legs : 3°. il en est de même des biens donnés ou légués à ses enfans, à condition qu’il ne jouira pas des fruits.

Le quatrieme effet de la puissance paternelle, est que tout ce que le fils de famille acquiert du profit des biens qu’il avoit en ses mains, appartenant au pere, est acquis au pere, non seulement en usufruit, mais aussi en pleine propriété, sur-tout si le fils faisoit valoir ce fonds aux risques du pere.

Le cinquieme effet, est que le pere ne peut faire aucune donation entre vifs & irrévocable, aux enfans qu’il a sous sa puissance, si ce n’est par le contrat de mariage du fils de famille.

Le sixieme, est que le pere qui marie son fils étant en sa puissance, est responsable de la dot de sa belle-fille, soit qu’il la reçoive lui-même, ou que son fils la reçoive.

Le septieme effet, est que le pere pour prix de l’émancipation de son fils, retient encore quelque droit sur ses biens. Suivant la loi de Constantin, il avoit le tiers des biens en propriété ; Justinien au-lieu de ce tiers lui donne la moitié en usufruit.

Enfin le huitieme effet, est que le pere a droit de jouir en usufruit, d’une portion virile des biens qui écheoient à ses enfans par le décès de la mere, après leur émancipation. Les docteurs sont d’avis qu’il en est de même des biens qui écheoient d’ailleurs aux enfans.

Le pere ne peut pas renoncer en fraude de ses créanciers, à l’usufruit qu’il a par droit de puissance paternelle ; mais ses créanciers ne peuvent l’empêcher d’émanciper ses enfans sans aucune réserve d’usufruit.

L’émancipation est un des moyens qui font finir la puissance paternelle.

Nous ne parlerons point ici de la forme de l’émancipation, on peut voir ce qui en a été dit ci-devant à la lettre E.

Les autres moyens qui font finir la puissance paternelle, sont la mort naturelle ou civile du pere ou du fils, la profession religieuse de l’un ou de l’autre, les grandes dignités ; en droit il n’y avoit que la dignité de patrice qui exemptoit de la puissance paternelle, celle de sénateur n’avoit pas cet effet.

En France les premieres dignités de l’épée & de la cour émancipent, & dans la robe celles de président, procureur & avocats-généraux.

A l’égard des dignités ecclésiastiques, il n’y a que l’épiscopat qui fasse cesser la puissance paternelle, les dignités d’abbé, de prieur, de curé n’émancipent point.

L’habitation séparée ne fait pas seule finir la puissance paternelle, si ce n’est dans quelques endroits où il y a un usage singulier.

Pour ce qui est du mariage, il émancipe dans les pays de droit écrit du ressort du parlement de Paris, & dans toutes les coutumes, mais non pas dans les parlemens de droit écrit.

M. de Lauriere, sur la regle 37 de Loisel, emploie de bonnes autorités pour prouver que dans toute la France coutumiere, les peres avoient anciennement une telle puissance sur leurs enfans qu’ils pouvoient les vendre ; mais que la barbarie s’étant abolie peu-à-peu sous les rois de la troisieme race, les enfans furent traités avec tant de douceur, qu’Accurse qui vivoit vers l’an 1200, écrit que de son tems ils étoient en France comme affranchis de la puissance paternelle, ut prorsus absolutos.

Quelques auteurs qui ont mal entendu ces termes d’Accurse, ont cru qu’il avoit nié que les François admissent la puissance paternelle, quoiqu’il ait seulement voulu dire qu’elle y étoit extrèmement mitigée.

Loisel parlant de l’usage du pays coutumier, dit que droit de puissance paternelle n’a lieu.

Coquille en son institution, dit qu’elle n’est que superficiaire en France, & que nos coutumes en ont retenu quelques petites marques avec peu d’effet.

Dumolin, §. 2. de l’anc. cout. glos. 2. dit que les François en usent en quelque sorte seulement quadamtenus tantum, & dans ses commentaires sur Decius, il ne fait consister cette puissance qu’en honneur dû au pere, & dans le droit d’assister ses enfans & de les autoriser pour agir & pour contracter.

Il est évident que cet auteur n’a entendu parler que de ce que la qualité de pere opere plus communément parmi nous.

En effet, nous avons plusieurs coutumes qui admettent expressément un droit de puissance paternelle, en vertu duquel le pere fait les fruits siens du bien de ses enfans.

Cette puissance, telle qu’elle a lieu présentement dans les pays de coutume, est un composé du droit des gens, du droit romain, dont les peuples, suivant leur goût, ont emprunté plus ou moins ; c’est un mélange de la tutelle & du droit de garde.

Par exemple, dans la coutume de Berri, les enfans sont sous la puissance paternelle ; mais cette puissance ne dure que jusqu’à 25 ans, quand les enfans ne sont pas mariés, & finit plutôt quand ils sont mariés avant cet âge. Les seuls effets de cette puissance sont que les enfans qui y sont encore soumis, ne peuvent ester en jugement, agir ni disposer. Du reste, ce n’est de la part du pere qu’un droit de protection, & une tutelle naturelle ; car il ne gagne pas les fruits des biens de ses enfans, si ce n’est après le décès de sa femme, pendant qu’il est légitime administrateur. Mais cette administration, qui est commune à la mere, n’est proprement qu’un droit de garde ; elle ne dure que jusqu’à 18 ans pour les mâles, & 14 pour les filles ; au-lieu que la puissance paternelle dure jusqu’à 25 ans, quand les enfans ne sont pas mariés.

Dans la coutume de Montargis, les enfans sont en la puissance de leur pere, mais cette puissance cesse à 20 ans & un jour, & même plutôt si les enfans sont mariés, ou si le pere ou la mere meurt ; alors les enfans tombent en garde, & s’ils sont nobles, la garde emporte perte de fruits : cette puissance n’est encore qu’un droit d’autorité & de protection.

Les coutumes de Châlons & de Reims sont plus mélangées. Leurs dispositions sont émanées de différentes sources ; les enfans y sont en la puissance de leur pere, ce qui est du droit des gens ; mais ils cessent d’être en cette puissance dès qu’ils ont l’âge de 20 ans, ou qu’ils sont mariés, ou qu’ils tiennent maison & feu à-part au vû & au sçû de leur pere : ceci est du droit coutumier. Si pendant que cette puissance dure on donne à l’enfant quelque héritage, les fruits en appartiennent au pere : ceci est du droit romain. Si la mere meurt, la puissance du pere est convertie en tutelle, ce qui est conforme au droit commun.

Les dispositions de la coutume de Bretagne sur la puissance paternelle, tiennent plus du droit romain. Le fils y est en la puissance du pere, fût-il âgé de 60 ans ; il n’y a que le mariage contracté du consentement du pere, ou une émancipation expresse, requise par l’enfant âgé de 20 ans, qui puisse les en faire sortir. Tout ce que l’enfant acquiert appartient au pere de plein droit ; mais pour les autres biens des enfans, le pere n’en jouit qu’à la charge de rendre compte quand ils ont atteint l’âge de 25 ans.

Dans la coutume de Poitou la puissance paternelle dure tant que le fils n’est point marié, pourvû que le pere lui-même ne se remarie point ; en sorte qu’un fils non marié, âgé de 30, 40 & 50 ans, est toujours sous la puissance du pere, lequel gagne les fruits des biens patrimoniaux de ses enfans jusqu’à ce qu’ils aient 25 ans, au cas qu’ils soient mariés, & indéfiniment lorsqu’ils ne le sont pas.

Mais les enfans quoique en la puissance de leur pere, peuvent acquérir ; & même s’ils ont alors 25 ans, le pere n’a rien dans ces acquêts ; s’ils acquierent au-dessous de 25 ans, les meubles appartiennent au pere avec l’usufruit des acquêts immeubles jusqu’à 25 ans.

L’enfant qui est en puissance, peut dans cette même coutume, disposer par testament ; savoir, pour les immeubles, les garçons à 20 ans, les filles à 18 ; & pour les meubles, les garçons à 17, & les filles à 15 ans accomplis, à moins qu’il ne soient mariés plutôt.

La coutume d’Auvergne tient beaucoup du droit romain sur cette matiere, ainsi que sur plusieurs autres. Le fils de famille y est sous la puissance du pere ; mais à 25 ans il peut ester en jugement, tant en demandant qu’en défendant, sans l’autorité ou licence du pere ; mais le jugement ne porte aucun préjudice au pere pour les droits qu’il a sur les biens de ses enfans ; car le pere est administrateur légitime de leurs biens maternels & adventifs, & fait les fruits siens, & cette jouissance dure nonobstant que l’enfant décede avant son pere.

Le statut de la puissance paternelle, en tant qu’il met le fils de famille dans une incapacité d’agir, de contracter & de tester, est un statut personnel dont l’effet se regle par la loi du lieu où le pere avoit son domicile au tems de la naissance du fils de famille, & ce statut étend son empire sur la personne du fils de famille, en quelque lieu que le pere ou le fils aillent dans la suite demeurer.

Mais ce même statut, en tant qu’il donne au pere la jouissance des biens du fils de famille, est un statut réel, qui n’a conséquemment de pouvoir que sur les biens de son territoire. Voyez aux instit. le tit. de patria potestate ; Bretonnier en ses quest. Bodin dans sa république, livre I. chap. iv. Argou, Ferrieres, Boulenois, dissertations, xx. question, & les mots Fils de famille, Pere, Pécule, Senatus-consulte macédonien

Puissance royale, est l’autorité souveraine du roi. Dans le préambule des ordonnances, édits, déclarations & lettres-patentes, le roi met ordinairement ces mots, de notre certaine science, pleine puissance & autorité royale, nous avons dit, déclaré & ordonné, &c. Voyez ci-devant les mots Autorité, Gouvernement, Monarchie, Prince, & ci-après Roi, Souverain. (A)

Puissance sacrée, (Hist. de Rome.) nom qu’on donnoit à Rome au pouvoir des tribuns du peuple, parce que ces magistrats étoient sacrés ; en sorte que si quelqu’un les offensoit de parole ou d’action, il étoit regardé comme un impie, un sacrilege, & ses biens étoient confisqués. On sait d’ailleurs que les tribuns du peuple en vertu de la puissance sacrée dont ils étoient revêtus, s’opposoient non seulement à tout ce qui leur déplaisoit, comme aux assemblées par tribus, & à la levée des soldats ; mais ils pouvoient encore assembler, quand ils le vouloient, le sénat & le peuple, & semblablement en rompre les assemblées : en un mot, leur puissance sacrée étoit un pouvoir immense. (D. J.)

Puissances, (Théolog.) terme usité dans les Peres, dans les Théologiens, & dans la liturgie de l’église romaine, pour exprimer les anges du second ordre, de la seconde hiérarchie. Voyez Ange & Hiérarchie.

On croit qu’ils sont ainsi nommés à cause du pouvoir qu’ils ont sur les anges inférieurs ; qu’ils restraignent la puissance des démons, & qu’ils veillent à la conservation du monde.

Puissances hautes, (Hist. mod.) titre qui commença à être donné aux états des Provinces-unies des Pays-bas vers l’an 1644, pendant les conférences de la paix de Munster. Depuis que leur souveraineté a été établie & reconnue par l’Espagne, par le traité conclu en cette ville en 1648, les rois d’Angleterre & du Nord ont donné aux états-généraux le titre de hautes-puissances ; les électeurs & princes de l’empire les ont qualifiés de même, mais l’empereur & le roi d’Espagne se sont abstenus de leur accorder ce titre, excepté depuis que la branche d’Autriche étant éteinte en Espagne, celle qui subsistoit en Allemagne n’a pas cru devoir ménager les honneurs à une république dont l’alliance lui étoit nécessaire. Les rois de France, en traitant avec les Hollandois, les ont autrefois qualifiés de leurs états-généraux, & leur donnent maintenant le titre de seigneurs états-généraux ; mais l’Espagne qui ne les traite d’ailleurs que de seigneuries, leur a toujours constamment refusé le titre de hautes-puissances, apparemment pour ne pas paroître abandonner les anciens droits qu’elle prétend avoir sur eux.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « puissance »

Puissant.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Dérivé de puissant.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « puissance »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
puissance pµisɑ̃s

Citations contenant le mot « puissance »

  • La puissance ne consiste pas à frapper fort ou souvent, mais à frapper juste. Honoré de Balzac, Physiologie du mariage
  • Toute puissance est faible à moins que d'être unie. Jean de La Fontaine, Fables, le Vieillard et ses Enfants
  • L'étendue est la marque de ma puissance. Le temps est la marque de mon impuissance. Jules Lagneau, Célèbres Leçons de Jules Lagneau
  • La puissance dépend de l'empire de l'onde. Antoine Marin Lemierre, Le Commerce
  • La puissance ne se montre que si l'on en use avec injustice. Raymond Radiguet, Le Diable au corps, Grasset
  • Il faut être très poli avec les puissances mystérieuses. Romain Rolland, Correspondance, Lettre à Cosette Padoux, 1908 , Albin Michel
  • Quand on est riche, toutes les gaffes sont permises ; elles sont même recommandées si l'on veut avoir le sentiment de sa puissance. Jules Supervielle, Le Voleur d'enfants, Gallimard
  • Sur un seul point la puissance de Dieu est en défaut : il ne peut faire que ce qui a été réalisé ne le soit pas. Agathon, Fragment cité par Aristote, Éthique à Nicomaque (VII, 2, 6)
  • Il n'est pas possible, Athéniens, non, il n'est pas possible de constituer par l'injustice, par le parjure, par le mensonge, une puissance qui dure. Démosthène, Olynthiennes, II, 10 (traduction M. Croiset)
  • L'humilité sert à agir avec puissance. LaoziLao-tseu, Tao-tö-king, LXI
  • La puissance de l'état est une puissance de concentration. La propriété au rebours est une puissance de décentralisation. De Pierre Joseph Proudhon / Qu'est-ce que la propriété ?
  • Plaisir : sensation d’un accroissement de puissance. De Friedrich Nietzsche / La volonté de puissance
  • La critique est la puissance des impuissants. De Alphonse de Lamartine
  • Une utopie est une réalité en puissance. De Edouard Herriot
  • La connaissance est en elle-même puissance. De Francis Bacon / Méditations religieuses
  • Où est la pensée, là est la puissance. De Victor Hugo / William Shakespeare
  • La lâcheté commence là ou cesse la puissance. De Gérard Klein / Histoires comme si
  • L'abus marche souvent auprès de la puissance. De Antoine-François Le Bailly / Fables
  • On reconnaît le vrai à son efficacité, à sa puissance. De Robert Bresson / Notes sur le cinématographe
  • Un dissident en essence est un décédant en puissance. De Serge Koster / Une histoire qui ne finira jamais
  • Les amis sont les meilleurs traîtres en puissance. De Amélie Nothomb / Métaphysique des tubes
  • La puissance des médias enjambe allègrement toutes les frontières. De Roger Molinier / L'Écologie à la croisée des chemins
  • La force d’inertie, c’est la puissance du larvaire. De Amélie Nothomb / Métaphysique des tubes
  • Les masses sont l'inertie, la puissance du neutre. De Jean Baudrillard / Le Monde de l'éducation - Juillet - Août 2001
  • Le droit des autres est une concession faite par notre sentiment de puissance au sentiment de puissance de ces autres. De Friedrich Nietzsche / Aurore
  • En effet, ce mot a toujours eu beaucoup de puissance vitale, venue de Dieu voire auparavant d'Apollon, dieu grec de la médecine, et d'Artémis, déesse qui se battait contre la mort et protégeait les femmes qui accouchaient. Mais il y a aussi une très forte valeur poétique. Franceinfo, Le sens des mots. "Réanimation", puissance vitale et valeur poétique
  • « On constate une résurgence sur le territoire de cas géographiquement disséminés. Ce qui nous oblige à contrôler le respect des mesures sanitaires, notamment le port du masque obligatoire dans les établissements recevant du public ». Laurent Palmarini, chef de la Sûreté départementale, est revenu sur les contrôles effectifs depuis le 20 juillet mais qui sont montés en puissance depuis le week-end dernier. Le Telegramme, Port du masque obligatoire : montée en puissance des contrôles - Lorient - Le Télégramme
  • Si l’on compare les moteurs des Kawasaki Z1 de 1982 (1000cc, préparée pour le Superbike) et celui de l’actuelle ZX-10RR de Superbike, avec sa puissance estimée à 230ch, on note que dans ces deux moteurs, la BMEP (Brake Mean Effective Pressure – pression moyenne appliquée uniformément sur les pistons de haut en bas de chaque course motrice, produisant la puissance réelle du moteur), est très similaire : 14,61 et 14,13 bars. Paddock GP, Technique : Les limites de la puissance, ou quand solutionner un problème en créé d’autres - Paddock GP

Images d'illustration du mot « puissance »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « puissance »

Langue Traduction
Anglais power
Espagnol potencia
Italien potere
Allemand leistung
Chinois 功率
Arabe قوة
Portugais poder
Russe мощность
Japonais パワー
Basque power
Corse putenza
Source : Google Translate API

Synonymes de « puissance »

Source : synonymes de puissance sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « puissance »

Partager