La langue française

Crédit

Définitions du mot « crédit »

Trésor de la Langue Française informatisé

CRÉDIT, subst. masc.

A.− Domaine personnel ou subjectif.Confiance qu'inspire quelqu'un. Individu disposant d'un large crédit, crédit d'argent ou crédit moral. Sa valeur dépend de la valeur du crédit (Mounier, Traité caract.,1946, p. 556).
1. Confiance qu'inspire une personne jugée digne de foi et d'estime :
1. J'ai déjà fait observer qu'il ne peut y avoir de « toi » que pour celui qui se donne, qui fait crédit, qui « croit ». Cette foi, cette attente peut être déçue uniquement dans la mesure où le « toi » reste un « lui » dont je me réserve en quelque sorte de pouvoir dire : « le misérable! « il » m'a trompé, « il » a abusé de ma confiance ». Marcel, Journal métaphysique,1922, p. 274.
2. ... là m'apparaît la tragédie particulière d'un cas comme celui de Boylesve qui avait, lui, dans ses minutes d'exaltation, cette notion de la solitude, mais qui, et parce que Français, ne parvenait jamais tout à fait à lui faire crédit, à lui accorder confiance. Et sans doute son œuvre, du moins jusqu'à la guerre, bénéficia-t-elle de cette situation, puisque son vrai et invariable sujet − sujet si français, qui revient chez presque tous nos grands auteurs modernes -, est la pesée que la société et l'opinion publique exercent sur l'être supérieur. Du Bos, Journal,1926, p. 133.
2. P. ext.
a) Influence, ascendant qu'exerce une personne et qui est dû à sa faveur auprès de quelqu'un ou à la confiance qu'elle inspire. Avoir du crédit, user (de) son crédit. Je me flatte d'avoir quelque crédit à la cour (Montherl., Maître Sant.,1947, p. 650).
b) Confiance que mérite une personne, une maison; p. ext. renommée qui s'y attache. Le nom des Pasquier jouissait, à Nesles, d'un crédit assez modeste (Duhamel, Nuit St-Jean, 1935, p. 131).
3. Confiance qu'inspire la solvabilité de quelqu'un. Avoir du crédit, faire crédit, crédit public, le crédit de l'État. Ne faites jamais de crédit (Dabit, Hôtel Nord,1929, p. 13):
3. Les effets du commerce s'étendent encore plus loin : non-seulement il affranchit les individus, mais, en créant le crédit, il rend l'autorité dépendante. L'argent, dit un auteur français, est l'arme la plus dangereuse du despotisme, mais il est en même temps son frein le plus puissant; le crédit est soumis à l'opinion; la force est inutile; l'argent se cache ou s'enfuit; toutes les opérations de l'état sont suspendues. Le crédit n'avait pas la même influence chez les anciens... Constant, De l'Esprit de conquête,1813, p. 254.
4. Devant le vide du Trésor, il [Calonne] affecta un optimisme qu'il n'avait pas. Connaissant la nature humaine, il pensa que, pour ne pas se heurter aux mêmes oppositions que ses prédécesseurs, il fallait avoir l'économie aimable et non hargneuse (...). En même temps, au prix de quelques millions, il donnerait l'impression de la richesse, il restaurerait le crédit, un délai serait obtenu et les ressources de la France étaient assez grandes pour que l'État fût hors d'embarras au bout de quelques années. Bainville, Histoire de France,t. 2, 1924, p. 19.
B.− P. méton., domaine matériel. du dr., des fin.
1. [Avec idée de remboursement]
a) Acte par lequel une personne, généralement un banquier, met à la disposition d'une autre personne, une somme d'argent ou un bien qui devra être restitué, ou son équivalent. Ouverture de crédit, crédit privé. Crédit bancaire (cf. Chenot, Entr. national.,1956, p. 60).Lettre de crédit (cf. Baudhuin, Crédit et banque,1945, p. 125).
b) P. ext. Prêt consenti, généralement par une banque. Établissement de crédit (cf. Lesourd, Gérard, Hist. écon.,1968, p. 74 et Malraux, Cond. hum., 1933, p. 242).Il existe dans beaucoup de pays une ou des « institutions de droit public », qui pratiquent le crédit foncier sans but véritablement lucratif (Baudhuin, Crédit et banque,1945p. 211).
SYNT. Crédit agricole. Crédit immobilier (cf. L'Activité en 1958 des services du Trésor publ., 1959, p. 5); crédit à court terme (cf. Baudhuin, Crédit et banque, 1945, p. 129); crédit à moyen terme (cf. Baudhuin Crédit et banque, 1945, p. 213); crédit à long terme (cf. Baudhuin, Crédit et banque, 1945, p. 60 et Univers écon. et soc., 1960, p. 3803).
Spéc. Caisse de crédit municipal. Synon. récent de mont-de-piété (cf. Baudhuin, Crédit et banque, 1945, p. 222).
c) P. méton. Délai accordé pour le paiement (différé) d'une marchandise déjà livrée. L'huissier était en compte avec ces loups-cerviers d'Angoulême, et leur faisait un crédit de six mois (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 588).
Loc. et expr. proverbiales.
Crédit est mort, les mauvais payeurs l'ont tué (cf. A. France, Crainquebille,1905, III, 1).
Faire crédit de la main à la poche (cf. Balzac, César Birotteau,1837, p. 214).
2. [Sans idée de remboursement]
a) FIN. Autorisation de dépenser une certaine somme donnée au gouvernement par le Parlement dans le cadre du budget ou par des lois spéciales, et affectée à un usage déterminé. Vote des crédits budgétaires par l'Assemblée (Conseil S.D.N.,1938, p. 30):
5. « Il vient, je crois, simplement pour savoir si le Parti français votera ou ne votera pas les crédits militaires que le gouvernement doit demander aux Chambres, dès lundi. » Martin du Gard, Les Thibault,L'Été 1914, 1936, p. 614.
SYNT. Crédits ordinaires. Crédits extraordinaires (cf. Joffre, Mém., t. 1, 1931, p. 52); crédits hors budget (cf. Joffre, Mém. t. 1, 1931, p. 52); crédits supplémentaires (cf. Encyclop. éduc., 1960, p. 114 et 155).
b) COMPTAB. Partie d'un compte où est porté ce qui est dû à quelqu'un ou ce qu'il a versé. Porter une somme au crédit d'un compte (Ac.1835-1932).Les quelque 20 000 bureaux de poste (...) encaissent les versements à porter au crédit des comptes et effectuent les paiements en numéraire par débit des comptes (L'Admin. Postes et Télécom., 1964, p. 34):
6. Messieurs Cointet frères, se trouvant en compte courant avec Métivier, n'avaient pas besoin de faire traite. Entre eux, un effet retourné ne produisait qu'une ligne de plus au crédit ou au débit. Balzac, Illusions perdues,1843, p. 592.
C.− À crédit, loc. adv.
1. Sans payer comptant parce que le client inspire confiance; sans exiger de paiement comptant. Vente à crédit. Shelley (...) acheta la voiture à crédit (Maurois, Ariel,1923, p. 141).
Au fig. et pop.
a) [En parlant d'une femme] Faire un enfant à crédit.
Rem. Attesté ds Lar. 19e-20e.
b) [En parlant d'un homme] Prendre à crédit un pain sur la fournée. Avoir un enfant sans être marié.
Rem. Attesté ds Besch. 1845, Lar. 19e-Lar. encyclop., Littré Guérin 1892.
2. Fig., vieilli
a) ,,Inutilement, en vain, sans profit`` (Ac. 1798-1878). ,,Vous vous donnez de la peine à crédit`` (Ac. 1798-1878).
b) ,,Sans preuve, sans fondement`` (Ac. 1798-1878). ,,Vous dites cela, vous avancez cela à crédit, quelle preuve en avez-vous`` (Ac. 1798-1878).
Rem. On rencontre ds la docum. le synon. arg. crédo, subst. masc. Fallait quand même, que je trouve du bulle!... On me faisait du « crédo » nulle part (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 466).
Prononc. et Orth. : [kʀedi]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. 1. 1489-91 « influence, considération, dont jouit une personne, une opinion, etc. » (Commynes, Mémoires, éd. J. Calmette et G. Durville, t. 1, p. 12); 2. 1539 « confiance qu'inspire quelqu'un ou quelque chose » (Est.). B. 1. [1481 subst. fém. creditte « créance » (doc. de Mehun s. Yèvre, d'apr. K. Baldinger ds Z. rom. Philol., t. 67, p. 22 : credittes mobiliaires); id. dans des coutumes de 1509, 1523, 1531, ibid.]; ca 1508 vendre a credit « vendre sans exiger le paiement comptant » (J. d'Auton, Chron., IV, 395 ds Barb. Misc. 20, no6); 1563 lettre de credit « lettre dont le porteur peut toucher de l'argent chez lui à qui elle est adressée » (ds Kuhn, p. 179); 1819 crédit « somme mise à la disposition de quelqu'un dans une banque » (Boiste); 1852 p. méton. « établissement de crédit » (date de création du Crédit foncier d'apr. Lar. 19e); 2. 1636 crédit « confiance en la solvabilité de quelqu'un » (Monet); 3. 1675 terme de comptabilité, opposé à débit* (J. Savary, Le Parfait négociant, Paris, t. 1, p. 257). Empr. à l'ital. credito, attesté dep. le xives. au sens de « emprunt, dette » (Sacchetti ds Batt., cf. B; empr. au lat. class. creditum « id. », part. passé substantivé de credere au sens de « confier en prêt »), « confiance en la solvabilité de quelqu'un » (Id., ibid.), d'où « confiance » en gén. (xives., Comment. sur la Divine Comédie, ibid.) et « influence, considération, etc. » (xves., Bisticci, ibid.; d'où A). Le lat. creditum, proposé comme étymon de A par Bl.-W.5, n'a pas ce sens (v. FEW t. 2, p. 1310 b, note 52). Fréq. abs. littér. : 1 830. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 672, b) 1 698; xxes. : a) 2 042, b) 2 510. Bbg. Gall. 1955, pp. 30-31. − Gottsch. Redens. 1930, p. 73, 183. − Hope 1971, p. 36.

Wiktionnaire

Nom commun

crédit \kʁe.di\ masculin

  1. Réputation d’être solvable et de bien payer, qui fait que l’on trouve aisément à emprunter.
    • Il n’a pas d’argent comptant, mais il a du crédit. - S’il avait besoin de cent mille francs, il les trouverait sur son crédit. - Il maintient bien, il conserve bien son crédit.
    • Cette affaire compromet son crédit, a ruiné son crédit. - Le crédit public.
  2. (Par extension) Autorisation à prendre à une caisse, à une banque, jusqu’à concurrence d’une certaine somme, ou même tout l’argent dont il aura besoin.
    • Une partie des récoltes 1975 et 1976 reste invendue. Il semble qu'elles devront être supportées par les apiculteurs et les négociants et coopératives apicoles conditionnant, qui demandent du crédit, alors que les producteurs veulent du comptant. — (« Marché mondial du miel », traduit & résumé d’American Bee Journal par Richard Biette, dans La Gazette apicole, vol. 78, 1977, page 120)
    • Il m’a ouvert chez son banquier un crédit illimité. - Avoir un crédit ouvert chez un banquier, un crédit de tant sur tel banquier.
  3. (Comptabilité) Partie d’un compte où l’on écrit ce qui est dû à quelqu’un ou ce qu’on a reçu de quelqu’un.
    • Tout compte courant est tenu par débit et par crédit. - Porter un article, une somme au crédit d’un compte. - La colonne du crédit.
  4. (Finance) Activité bancaire de collecte et de prêt d’argent à intérêt.
    • Il faudrait, en premier lieu, répandre parmi nous, par le perfectionnement des institutions de crédit, l'usage des billets, des promesses, des reconnaissances. C'est dire que nos banques devraient cesser de vivre sous l’empire d'un monopole aussi absolu qu’injuste et funeste. — (Michel Gustave Partounau du Puynode, De la monnaie, du crédit et de l'impôt, 1853, page V)
    • Le fragile édifice du crédit, – qui avait des proportions que nul n’avait prévues, et qui avait tenu dans une dépendance réciproque des centaines de millions d’hommes, sans que personne s’en rendît clairement compte, – s’effondra dans la panique. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 249 de l’éd. de 1921)
    1. (Par métonymie) Délai de remboursement d’un bien vendu à un crédit.
      • […], Nath a dû contracter un crédit revolving à la con. Merci internet qui permet de trouver un crédit aussi facilement qu'une baguette dans une boulangerie. — (Laurent, Un serment au-dessus des lois: Plus qu'un livre ou un témoignage, un cri un hurlement, un SOS, Librinova, 2020)
      • Un crédit de six mois.
  5. Société de prêt sur meubles ou immeubles.
    • Établissement de crédit. - Crédit foncier. - Crédit agricole.
  6. (Administration) (France) Somme allouée sur le budget, pour un usage déterminé.
    • La première escarmouche se produit avec la discussion relative aux crédits nécessités par la création de deux ministères nouveaux : celui des Postes et Télégraphes et celui des Beaux-Arts. — (Alexandre Zévaès, Histoire de la Troisième République 1870 à 1926, Éditions Georges-Anquetil, 1926, page 209)
  7. (Figuré) Autorité ; influence ; considération.
    • La délégitimation des observances laïques, l’usure de morales d’État - celle des droits de l’homme a trop servi pour rester disponible -, le décri de la Patrie, du Progrès comme l'assurance d'un toujours mieux […], toutes ces érosions ont peu à peu sapé le crédit des credo qui unifiait tant bien que mal notre archipel, ce puzzle de méfiances communautaires. — (Régis Debray, Le siècle vert : un changement de civilisation, Tracts Gallimard, janvier 2020, page 32)
    • Il est en crédit, en grand crédit. - Avoir du crédit auprès de quelqu’un. - Cela l’a mis en crédit, lui a acquis du crédit.
    • Il y a employé tout son crédit. - Il a perdu beaucoup de son crédit, tout son crédit. - Se servir, user de son crédit.
    • Son médecin, qui n'a que peu de crédit auprès de lui quand il digère bien, le gouverne despotiquement quand il a trop mangé. — (Voltaire, Zadig ou la Destinée, XVI. Le basilic, 1748)
  8. Confiance qu’on inspire.
    • Cet historien n’a pas de crédit.
    • Nous mesurâmes alors à quel point il fallait accorder peu de crédit à la reconnaissance que ce Meyer aurait dû avoir pour mon oncle Henri qui lui avait sauvé la vie en 1916 ! — (Jean L’Hôte, La Communale, Seuil, 1957, réédition J’ai Lu, page 167)
    • (Figuré)Mettre une opinion en crédit. - Cette théorie a trouvé crédit dans de nombreux milieux. - Cette nouvelle prend, acquiert beaucoup de crédit.
  9. Attribution d'une idée, d'une œuvre, à son auteur ; reconnaissance de la qualité d'auteur.
    • Publier une photo nécessite d'en attribuer le crédit à son auteur.
    • Vous acceptez que, si vous importez du texte sous une licence CC BY-SA qui requiert une attribution, vous devez en créditer le ou les auteurs d’une façon raisonnable. (Wikipédia — aide "crédit d'auteurs")
    • Il a reçu tout le crédit qui revenait à sa femme.
  10. (Éducation) Ensemble d’unités de compte affectées à un module d’enseignement qui, une fois obtenues par un étudiant, peuvent être capitalisées et transférées d’un établissement d’enseignement à un autre.
    • Combien de crédits ECTS minimum faut il pour passer en deuxième année de licence? — (Yahoo! Questions Réponses, « Combien de crédits ects minimum faut il pour passer en deuxiéme année de licence? », 2014. « ects » corrigé en « ECTS », « deuxiéme » corrigé en « deuxième »)
    • Il vous faut 60 crédits afin de valider votre année propédeutique, puis 120 pour valider votre bachelor. Ainsi à la fin de vos trois ans de bachelor, vous aurez validé 180 crédits ou plus si vous avez eu envie d’aller voir d’autres cours. — (Université de Lausanne, Foire aux questions)
    • Au MBA à temps partiel, il n’y a pas de minimum ou de maximum de crédits à prendre dans une session, l’obligation est en termes d’année scolaire. — (Université de Sherbrooke, FAQ)
  11. (Éducation) (Par extension) Chacune de ces unités.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CRÉDIT. n. m.
Réputation d'être solvable et de bien payer, qui fait que l'on trouve aisément à emprunter. Il n'a point d'argent comptant, mais il a du crédit. S'il avait besoin de cent mille francs, il les trouverait sur son crédit. Il maintient bien, il conserve bien son crédit. Cette affaire compromet son crédit, a ruiné son crédit. Le crédit public. Prêter son crédit, Prêter son nom et fournir son obligation pour un emprunt qui doit profiter à un autre. Lettre de crédit. Voyez LETTRE. Ouvrir un crédit, faire un crédit à quelqu'un, L'autoriser à prendre à une caisse jusqu'à concurrence d'une certaine somme, ou même tout l'argent dont il aura besoin. On lui a fait, on lui a ouvert un crédit de cent mille francs sur le trésor public. Il m'a ouvert chez son banquier un crédit illimité. On dit dans le même sens Avoir un crédit ouvert chez un banquier, un crédit de tant sur tel banquier. Faire crédit, donner à crédit, Donner des marchandises, des denrées, sans en exiger sur l'heure le paiement. On dit aussi dans le même sens Prendre des marchandises à crédit. Vendre, acheter à crédit. Prov. et pop., Crédit est mort, les mauvais payeurs l'ont tué, On ne veut plus prêter ; il faut payer comptant. Il signifie, en termes d'Administration Somme allouée sur le budget, pour un usage déterminé. Crédit ordinaire. Crédit supplémentaire. Le crédit demandé pour cette dépense a été voté par la Chambre. Il se dit aussi de Sociétés de prêt sur meubles ou immeubles. Établissement de crédit. Crédit mobilier. Crédit foncier. Crédit agricole. Crédit national. En termes de Comptabilité, il désigne, par opposition à Débit, la Partie d'un compte où l'on écrit ce qui est dû à quelqu'un ou ce qu'on a reçu de quelqu'un. Tout compte courant est tenu par débit et par crédit. Porter un article, une somme au crédit d'un compte. La colonne du crédit. Il signifie au figuré Autorité, influence, considération. Il est en crédit, en grand crédit. Avoir du crédit auprès de quelqu'un. Cela l'a mis en crédit, lui a acquis du crédit. Il y a employé tout son crédit. Il a perdu beaucoup de son crédit, tout son crédit. Se servir, user de son crédit. Abuser de son crédit. User son crédit. User du crédit de quelqu'un. Mettre son crédit au service de quelqu'un. Avoir du crédit sur quelqu'un, sur l'esprit de quelqu'un, Avoir du pouvoir sur son esprit. Il se dit encore de la Confiance qu'on inspire. Cet historien n'a point de crédit. Fig., Mettre une opinion en crédit. Cette théorie a trouvé crédit dans de nombreux milieux. Cette nouvelle prend, acquiert beaucoup de crédit. Fig., Faire crédit à quelqu'un, Lui faire confiance, lui donner le temps de montrer ce qu'il est capable de faire. Ce jeune homme ne fait que débuter : il faut lui faire crédit.

Littré (1872-1877)

CRÉDIT (kré-di ; le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel, l's se lie : les cré-di-z ouverts) s. m.
  • 1Confiance en la solvabilité. Le crédit est l'âme du commerce. Notre trio [de marchands] poussa maint regret inutile, Ou plutôt il n'en poussa point ; Le plus petit marchand est savant sur ce point : Pour sauver son crédit, il faut cacher sa perte, La Fontaine, Fabl. XII, 7. Les Allemands que le fidèle Sancy avait levés sur son propre crédit, Anquetil, Ligue, III, 84. L'on sait qu'une personne qui a du crédit emprunte à meilleur marché qu'une personne qui n'en a pas, J. B. Say, Traité, 1841, p. 388.

    Faculté d'obtenir des prêts ; disposition des détenteurs de capitaux à en faire l'avance à ceux qui les demandent. Le crédit règne dans un pays lorsque les prêts y sont abondants et faciles. Un particulier a du crédit lorsqu'il emprunte facilement les fonds dont il a besoin.

    Crédit personnel, celui qui dépend du caractère personnel et des facultés de l'emprunteur. Crédit réel, celui qui repose sur des sûretés spéciales. Crédit hypothécaire.

    Crédit agricole, industriel, commercial, celui qui procure des avances à l'agriculture, à l'industrie, au commerce. Crédit foncier, territorial, celui qui prête à la propriété foncière.

    Société générale du crédit mobilier, société destinée à faire des prêts sur dépôts de valeurs mobilières, actions, coupons de rentes, etc.

    Crédit public, confiance dont jouit un gouvernement pour le payement des intérêts de sa dette, pour les emprunts à faire, etc. La France et l'Espagne ont leurs trésors ; l'Angleterre, un grand crédit national, Raynal, Hist. phil. XVIII, 50. L'usage du crédit public, quoique ruineux pour tous les États, ne l'est pas pour tous au même point, Raynal, ib. XIX, 11. Le crédit public, comme le crédit personnel, consiste dans la persuasion où est le public, que le débiteur, qui est l'État, s'acquittera fidèlement des engagements qu'il a contractés envers ses créanciers, J. B. Say, Cours, t. II, p. 443, 1840.

    Prêter son crédit à quelqu'un, engager sa signature, s'obliger pour faire emprunter à quelqu'un une somme.

    Crédit est mort, on ne prête plus, c'est-à-dire on ne vend que contre argent.

    Fig. Notre siècle vit sur le crédit du siècle de Louis XIV, Voltaire, Lett. à Mme Dubocage, 3 sept. 1758.

  • 2Terme que le créancier accorde à son débiteur. Accorder un long crédit. Acheter, vendre des marchandises à crédit, c'est-à-dire sans payement immédiat. Mais nous avons là vingt bouteilles, Et le traiteur nous fait crédit, Béranger, Fortune. On achète des étoffes à crédit, Pascal, Prov. 8. Je lui ferai crédit de trois mois, Sévigné, 74. Votre plaisir serait-il qu'à crédit J'en puisse avoir, non pas pour grosse somme ? La Fontaine, Comment l'espr. Les sauvages, pendant l'été, mettent leurs chiens en pension, à crédit, chez des gardiens, Chateaubriand, Amér. 275. Mon hôte à crédit me traite ; J'ai bonne chère et vin vieux, Béranger, Homme rangé.

    Familièrement. Faire crédit de la main à la bourse, ou depuis la main jusqu'à la bourse, ne livrer sa marchandise que contre payement.

    Fig. Faire crédit d'une chose, en dispenser. Je fais crédit à mon fils de cette reconnaissance, Sévigné, dans le Dict. de BESCHERELLE.

    Fig. À crédit, inutilement, sans fondement. C'est jouer en amour un mauvais personnage Et se rendre après tout misérable à crédit, Molière, le Dép. I, 2. Mais les gens de mon air, marquis, ne sont pas faits Pour aimer à crédit et faire tous les frais, Molière, Mis. III, 1. Qui peut trouver moyen d'être fait de la sorte Ne soupire guère à crédit, Molière, Psyché, III, 1. Cela se dit à crédit et sans démonstration, Patin, Lettres, 727.

    Elle a pris à crédit un pain sur la fournée, se dit d'une fille devenue grosse avant le mariage.

  • 3Somme mise à la disposition de quelqu'un dans une banque, chez un commerçant.

    Ouvrir un crédit à quelqu'un, et aussi faire un crédit à quelqu'un, l'autoriser à toucher à une caisse, jusqu'à concurrence d'une somme déterminée, et aussi s'obliger à prêter sur demande à la personne désignée une somme à des conditions déterminées. Avoir un crédit chez un banquier, être autorisé à toucher chez lui une certaine somme.

    Lettre de crédit, lettre dont le porteur peut toucher de l'argent chez ceux à qui elle est adressée.

    Terme d'administration. Somme allouée, pour tel usage déterminé, par voie de budget. Crédit ordinaire, supplémentaire, extraordinaire, etc.

  • 4La page droite d'un livre de compte qui s'intitule avoir, et où l'on écrit ce qui est dû à quelqu'un, ce qu'on a reçu de quelqu'un par opposition à débit, partie d'un compte où l'on porte ce qui a été fourni à quelqu'un ou payé à quelqu'un. Tout compte courant est tenu par crédit et par débit. Portez cet article à mon crédit.

    Avoir crédit en banque, être inscrit comme créancier sur les livres de la banque.

    Crédit se dit aussi pour signifier la note de ce qu'un marchand doit faire entrer à son profit dans le tableau d'un compte, et encore la note de tous les articles qui doivent être portés en recette sur un compte.

  • 5 Terme de commerce et de banque. Confiance dont jouissent certains effets sur la place. Les billets de cette compagnie prennent crédit.
  • 6Considération, influence dont jouit une personne. Elle aura du crédit en l'empire d'amour, Régnier, Sat. VII. La fameuse Macette, à la cour si connue, Qui s'est aux lieux d'honneur en crédit maintenue, Régnier, Sat. XII. Quelque peu de crédit que chez vous il obtienne, Corneille, Poly. I, 3. Et vous pensez par là leur ôter tout crédit, Corneille, Nicom. III, 5. Mais pour peu qu'il m'aimât, du moins il m'aurait dit Que je garde en son âme encor quelque crédit, Corneille, Tite et Bérén. II, 7. Certes, vous m'allez mettre en crédit par la ville, Corneille, le Ment. III, 5. [Il] Passe pour homme illustre et se met en crédit, Corneille, ib. I, 6. Si mon crédit peut obtenir sa grâce, Rotrou, Bélis. I, 2. Ah ! ma sœur ! si sur vous je puis avoir crédit, Molière, le Dép. II, 3. Rome où Diana [un casuiste] est en si grand crédit, Pascal, Prov. 6. Par le crédit qu'ils ont dans le monde, Pascal, ib. 15. Si j'avais du crédit en France, Pascal, ib. 2. Sauver la vérité sans perdre notre crédit, Pascal, ib. Les jésuites ont assez bonne opinion d'eux-mêmes, pour croire qu'il est utile et comme nécessaire au bien de la religion, que leur crédit s'étende partout et qu'ils gouvernent toutes les consciences, Pascal, ib. 5. Ils s'acquirent un grand crédit par la pureté de leur doctrine, Bossuet, Hist. II, 5. M. Colbert commença à prendre auprès du roi le crédit qui le rendit depuis le premier homme de l'État, La Fayette, Henriette d'Anglet. Œuvres, t. III, p. 112, dans POUGENS. Pour se mettre en crédit auprès du roi, Hamilton, Gramm. 8. Par l'entremise de quelque personne d'autorité et de crédit sur son esprit, Fléchier, Serm. I, 295. Je vois mes honneurs croître et tomber mon crédit, Racine, Brit. I, 1. Princesse, en leur faveur employez mon crédit, Racine, Esth. III, 5. Son adroite vertu ménage son crédit, Racine, Brit. IV, 4. … à peine elle vous vit Que votre exil d'abord signala son crédit, Racine, Phèd. I, 1. Ils ne souhaitent point de voir les méchants en crédit, Fénelon, Tél. VIII. Un amant mort pour nous nous mettrait en crédit, Regnard, Joueur, II, 11. Le crédit impérieux qui voudrait envahir avec orgueil et violence des honneurs destinés à la réunion du mérite et des vertus, D'Alembert, Éloges, Lang. de Gergy. Alvarez aurait-il assez peu de crédit ? Voltaire, Alz. IV, 3. Ce crédit si vanté doit-il durer toujours ? Voltaire, Tancr. I, 4.
  • 7Autorité dont jouit une chose. Mettre une nouvelle, une opinion en crédit, la répandre, lui donner de l'autorité ; lui donner du crédit, la confirmer. Quand cette femme aurait dit vrai Dans une chambre tapissée, On s'en serait moqué ; la vogue était passée Au galetas ; il avait le crédit, La Fontaine, Fabl. VII, 15. Et voir si ce n'est point une vaine chimère Qui sur ses sens troublés ait su prendre crédit, Molière, Amph. III, 1. La fable en son nom la demande ; Vous savez quel crédit ce mensonge a sur nous, La Fontaine, Fabl. VII, dédic. Tant d'autres histoires qui ont eu crédit au monde, Pascal, Juifs, 5. C'est de la prose rimée qu'Horace a mise en crédit, Sévigné, 293. Votre rang ne donnait-il pas du crédit à vos passions et à vos exemples ? Massillon, Myst. Misér.
  • 8Créance, confiance. Je crois sur sa parole et lui dois tout crédit, Corneille, Sert. II, 4. Donnez-vous à l'erreur encor quelque crédit ? Corneille, Héracl. IV, 4. N'écoute pas tout ce qu'on dit, Et souviens-toi qu'une âme forte Donne malaisément crédit à ces bruits indiscrets où la foule s'emporte, Corneille, Imit. I, 4. Quand son instruction est salutaire et bonne, Donne-lui prompt crédit, Et, sans examiner quel maître te la donne, Songe à ce qu'il te dit, Corneille, ib. I, 5. Des gens à qui l'on peut donner quelque crédit, Molière, Éc. des maris, II, 3.

SYNONYME

CRÉDIT, FAVEUR. Le crédit est, proprement et étymologiquement, la confiance qu'inspire notre solvabilité, et qui fait qu'on nous prêtera de l'argent et, figurément, qu'on aura pour nos avis ou nos demandes une déférence méritée par notre caractère, par notre position, par notre talent, etc. Au contraire la faveur est toute gratuite ; c'est un sentiment favorable qu'on a pour nous. On dit la faveur du prince, le crédit d'un ministre. Le crédit de Sully triompha souvent de la faveur des maîtresses.

HISTORIQUE

XVe s. Deux chevaliers qui avoient grant credit avecques ledit conte de Charolois, Commines, I, 2. Ceux qui gouvernoient ledit roy appellerent en cour, en authorité et à credit, ledit duc de Lorraine, pour en avoir part et aide, Commines, VII, 1.

XVIe s. Qui pour acquerir le nom de sçavans, traduisent à credit les langues, dont jamais ils n'ont entendu les premiers elements, Du Bellay, J. I, 9, recto. Qu'on aille donc maintenant baiser les reliques au credit de si lourds menteurs, Calvin, Instit. 151. Les oracles avoient commencé à perdre leur crédit, Montaigne, I, 42. Qu'il ne loge rien en sa teste par simple auctorité et à credit, Montaigne, I, 162. Et craignoient tous, à credit, un que personne n'avoit veu, La Boétie, 56. Et si on considere combien la pluspart des hommes sont aujourd'hui mal montez et mal dextres à la lance, on aura honte de les mettre en un corps simple, qui est autant que se faire battre à credit, Lanoue, 293. Quand ces paradoxes auront esté bien examinez, aucuns leur donneront paravanture autant de credit qu'à l'opinion vulgaire, Lanoue, 307. En ce pays-là le charroy n'a point de credit, et n'y en peult-on mener, Carloix, X, 24. Nous croyons, jugeons, agissons, vivons, et mourons à credit, selon que l'usage public nous apprend, Charron, Sagesse, I, 17. Homme et femme conjoincts par mariage sont uns et communs en biens, meubles, debtes et credits faits tant devant leur mariage que durant, Coust. génér. t. I, p. 919. Toutes leurs debtes et credites, ib. t. II, p. 260. Je m'adresseray à ceux qui n'en parlent point à credit, ains semblent avoir de quoy payer, H. Estienne, Apol. d'Hérod. Préface. Servir Dieu à credit et par procureur, Cotgrave Assez a qui bon credit a, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CRÉDIT, s. m. (Morale & Comm.) Le crédit étant en général la faculté de faire usage de la puissance d’autrui, on peut le définir plus particulierement en fait de commerce & de finance, la faculté d’emprunter sur l’opinion conçûe de l’assûrance du payement.

Cette définition renferme l’effet & la cause immédiate du crédit.

Son effet est évidemment de multiplier les ressources du débiteur par l’usage des richesses d’autrui.

La cause immédiate du crédit est l’opinion conçûe par le prêteur de l’assûrance du payement.

Cette opinion a pour motifs des sûretés réelles ou personnelles, ou bien l’union des unes & des autres.

Les sûretés réelles sont les capitaux en terres, en meubles, en argent, & les revenus.

Les sûretés personnelles sont le degré d’utilité qu’on peut retirer de la faculté d’emprunter ; l’habileté, la prudence, l’œconomie, l’exactitude de l’emprunteur.

Ces causes, quoiqu’ordinaires, ne sont cependant ni constantes, ni d’un effet certain ; parce que dans toutes les choses où les hommes ne se sont pas dépouillés de leur liberté naturelle, ils n’obéissent souvent qu’à leurs passions. Ainsi il arrive que les sûretés réelles & personnelles ne font pas toûjours sur l’esprit des hommes une impression proportionnée à leur étendue ; on les méconnoît où elles sont, on les suppose où elles n’existerent jamais.

Par une conséquence nécessaire de ce que nous venons de dire, tout crédit a ses bornes naturelles ; il en a d’étrangeres qu’il n’est pas possible de déterminer.

Quoique les sûretés personnelles soient moins évidentes que les sûretés réelles, souvent elles n’en méritent pas moins de confiance : car en général elles tendent continuellement à procurer des sûretés réelles à celui qui les possede.

De cette considération il résulte, que si l’un & l’autre crédit excede sa proportion connue, le danger est moindre respectivement au crédit personnel.

L’objet du crédit réel ne peut disparoître, il est vrai ; c’est un grand avantage, & l’unique motif de préférence sur l’autre qui peut cesser d’exister pendant quelque tems sans qu’on le sache.

Cette différence emporte avec elle trois sortes de risques de la part du crédit personnel : l’un est attaché à la nature des moyens qu’a l’industrie d’employer les richesses d’autrui ; le second regarde la prudence de l’emprunteur ; le troisieme, sa bonne foi.

Le premier risque s’évanoüit si le second est nul : il est constant que l’industrie ne s’exerce que pour acquérir des sûretés réelles ; que tout homme prudent gagne dans la masse générale de ses entreprises ; car un homme prudent ne cherche de grands profits, que lorsqu’il est en état de soûtenir de grandes pertes.

Le troisieme risque est le plus frappant, & le moindre cependant, si les lois sont exécutées. Le crime est facile sans doute ; mais le crédit est si favorable à l’industrie, que son premier soin est de le conserver.

Après la religion, le plus sûr garand que les hommes puissent avoir dans leurs engagemens respectifs, c’est l’intérêt. La rigueur des lois contient le petit nombre d’hommes perdus, qui voudroient sacrifier des espérances légitimes à un bénéfice présent, mais infâme.

Des différences qui se trouvent entre le crédit réel & le crédit personnel, on peut conclure qu’il est dans l’ordre :

1°. Que les sûretés réelles procurent un crédit plus facile & moins coûteux, mais borné le plus ordinairement à la proportion rigide de ces sûretés.

2°. Que les sûretés personnelles ne fassent pas un effet aussi prompt ; pouvant disparoître à l’insçû des prêteurs, ce risque doit être compensé par des conditions plus fortes : mais lorsque l’impression de ces sûretés est répandue dans les esprits, elles donnent un crédit infiniment plus étendu.

Si ces deux fortes de sûretés peuvent chacune en particulier former les motifs d’un crédit, il est évident que leur union dans un même sujet sera la base la plus solide du crédit.

Enfin moins ces sûretés se trouveront engagées, plus dans le cas d’un besoin l’opinion conçûe de l’assûrance du payement sera grande.

Tout citoyen qui joüit de la faculté d’emprunter fondée sur cette opinion, a un crédit qu’on peut appeller crédit particulier.

Le résultat de la masse de tous ces crédits particuliers, sera nommé le crédit général : l’application de la faculté dont nous venons de parler, à des compagnies exclusives bien entendues & à l’état, sera comprise sous le mot de crédit public.

Il est à propos d’examiner le crédit sous ses divers aspects, d’après les principes que nous avons posés, afin d’en tirer de nouvelles conséquences. Je supplie le lecteur d’en bien conserver l’ordre dans sa mémoire, parce qu’il est nécessaire pour l’intelligence de la matiere.

Crédit général. Commençons par le crédit général. On peut emprunter de deux manieres : ou bien le capital prêté est aliéné en faveur du débiteur avec certaines formalités ; ou bien le capital n’est point aliéné, & le débiteur ne fournit d’autre titre de son emprunt qu’une simple reconnoissance.

Cette derniere maniere de contracter une dette appellée chirographaire, est la plus usitée parmi ceux qui font profession de commerce ou de finance.

La nature & la commodité de ces sortes d’obligations, ont introduit l’usage de se les transporter mutuellement par un ordre, & de les faire circuler dans la société. Elles y sont une promesse authentique d’opérer la présence de l’argent dans un lieu & dans un tems convenus : ces promesses réparent son absence dans le commerce, & d’une maniere si effective, qu’elles mettent les denrées en mouvement à des distances infinies.

Au terme limité ces promesses reviennent trouver l’argent qu’elles ont représenté : à mesure que ce terme approche, la circulation en est plus rapide ; l’argent s’est hâté de passer par un plus grand nombre de mains, & toûjours en concurrence avec les denrées dont il est attiré, & qu’il attire réciproquement. Tant que le commerce répartira l’argent dans toutes les parties de l’état où il y a des denrées, en proportion de la masse générale, ces obligations seront fidélement acquittées : tant que rien n’éludera les effets de l’activité du commerce dans un état, cette répartition sera faite exactement. Ainsi l’effet des obligations circulantes dont nous parlons, est de répéter l’usage de la masse proportionnelle de l’argent dans toutes les parties d’un état : dès-lors elles ont encore l’avantage de n’être le signe des denrées, que dans la proportion de leur prix avec la masse actuelle de l’argent ; parce qu’elles paroissent & disparoissent alternativement du commerce, qu’elles indiquent même qu’elles n’y sont que pour un tems ; au lieu que les autres représentations d’espece restent dans le public comme monnoie : leur abondance a l’effet même de l’abondance de la monnoie ; elle renchérit le prix des denrées sans avoir enrichi l’état. L’avantage des signes permanens n’est pas d’ailleurs intrinsequement plus grand pour la commodité du commerce, ni pour son étendue.

Car tout homme qui peut représenter l’argent dans la confiance publique, par son billet ou sa lettre de change, donne autant que s’il payoit la même somme avec ces représentations monnoies. Il est donc à souhaiter que l’usage des signes momentanés de l’argent s’étende beaucoup, soit en lui accordant toute la faveur que les lois peuvent lui donner, soit peut-être en astreignant les négocians qui ne payent pas sur le champ avec l’argent, de donner leur billet ou une lettre de change. Dans les endroits où l’argent est moins abondant, cette petite gêne auroit besoin qu’on prolongeât les jours de grace ; mais elle auroit des avantages infinis, en mettant les vendeurs en état de joüir du prix de la vente avant son terme.

L’accroissement des consommations est une suite évidente de la facilité de la circulation des denrées, comme celle-ci est inséparable de la circulation facile de la masse d’argent qui a paru dans le commerce. Chaque membre de la société a donc un intérêt immédiat à favoriser autant qu’il est en lui le crédit des autres membres.

Le chef de cette société ou le prince, dont la force & la félicité dépendent du nombre & de l’aisance des citoyens, multiplie l’un & l’autre par la protection qu’il accorde au crédit général.

La simplicité, la rigueur des lois, & la facilité d’obtenir des jugemens sans frais, sont le premier moyen d’augmenter les motifs de la confiance publique.

Un second moyen, sans lequel même elle ne peut exister solidement, sera la sûreté entiere des divers intérêts qui lient l’état avec les particuliers, comme sujets ou comme créanciers.

Après avoir ainsi assûré le crédit des particuliers dans ses circonstances générales, ceux qui gouvernent ne peuvent rien faire de plus utile que de lui donner du mouvement & de l’action. Tous les expédiens propres à animer l’industrie, sont la seule méthode de remplir cette vûe, puisque l’usage du crédit n’aura lieu que lorsque cet usage deviendra utile. Il sera nul absolument dans une province qui n’aura ni rivieres navigables, ni canaux, ni grands chemins praticables ; où des formalités rigoureuses & de hauts droits détruiront les communications naturelles ; dont le peuple ne saura point mettre en œuvre les productions de ses terres ; ou bien dont l’industrie privée de l’émulation qu’apporte la concurrence, sera encore refroidie par des sujétions ruineuses, par la crainte qu’inspirent les taxes arbitraires ; dans tout pays enfin dont il sortira annuellement plus d’argent, qu’il n’y en peut rentrer dans le même espace de tems.

Crédit public, premiere branche. Nous avons observé plus haut, que la faculté d’emprunter sur l’opinion conçûe de l’assûrance du payement étant appliquée à des compagnies exclusives & à l’état, porte le nom de crédit public ; ce qui le divise naturellement en deux branches.

Les compagnies exclusives ne sont admises chez les peuples intelligens que pour certains commerces, qui exigent des vûes & un système politique dont l’état ne veut pas faire la dépense ou prendre l’embarras ; & que la rivalité ou l’ambition des particuliers auroit peine à suivre. Le crédit de ces compagnies a les mêmes sources que celui des particuliers, il a besoin des mêmes secours ; mais le dépôt en est si considérable, il est tellement lié avec les opérations du gouvernent, que ses conséquences méritent une considération particuliere, & lui assignent le rang de crédit public.

Le capital des compagnies exclusives dont nous parlons, se forme par petites portions, afin que tous les membres de l’état puissent y prendre commodément intérêt. La compagnie est représentée par ceux qui en dirigent les opérations, & les portions d’intérêt le sont par une reconnoissance transportable au gré du porteur.

Cette espece de commerce emporte de grands risques, de grandes dépenses ; & quelque considérables que soient les capitaux, rarement les compagnies sont-elles en état de ne point faire usage de la puissance d’autrui.

Il en résulte deux sortes d’engagemens de la compagnie avec le public : les uns sont les reconnoissances d’intérêt dans le capital ; les autres sont les reconnoissances des dettes contractées à raison des besoins. Ces deux sortes d’engagemens, dont l’un est permanent & l’autre momentané, ont cours comme signes de l’argent.

Si la somme des dettes s’accroît à un point & avec des circonstances qui puissent donner quelque atteinte à la confiance, la valeur d’opinion de l’un & de l’autre effet sera moindre que la valeur qu’ils représentoient dans l’origine.

Il en naîtra deux inconvéniens, l’un intérieur, l’autre extérieur.

Dans une pareille crise, les propriétaires de ces reconnoissances ne seront plus réellement aussi riches qu’ils l’étoient auparavant, puisqu’ils n’en retrouveroient pas le capital en argent. D’un autre côté le nombre de ces obligations aura été fort multiplié ; ainsi beaucoup de particuliers s’en trouveront porteurs : & comme il n’est pas possible de les distinguer, le discrédit de la compagnie entraînera une défiance générale entre tous les citoyens.

Le trouble même qu’apporte dans un état la perte d’une grande somme de crédit, est un sûr garant des soins qu’un gouvernement sage prendra de le rétablir & de le soûtenir. Ainsi les étrangers qui calculeront de sang-froid sur ces sortes d’évenemens, acheteront à bas prix les effets décriés, pour les revendre lorsque la confiance publique les aura rapprochés de leur valeur réelle. Si chez ces étrangers l’intérêt de l’argent est plus bas de moitié que dans l’état que nous supposons, ils pourront profiter des moindres mouvemens dans ces obligations, lors même que les spéculateurs nationaux regarderont ces mouvemens d’un œil indifférent.

Le profit de cet agiotage des étrangers sera une diminution évidente du bénéfice de la balance du commerce, ou une augmentation sur sa perte. Ces deux inconvéniens fournissent trois observations, dont j’ai déjà avancé une partie comme des principes ; mais leur importance en autorise la répétition.

1°. Tout ce qui tend à diminuer quelque espece de sûreté dans un corps politique, détruit au moins pour un tems assez long le crédit général, & dès-lors la circulation des denrées, ou en d’autres termes la subsistance du peuple, les revenus publics & particuliers.

2°. Si une nation avoit la sagesse d’envisager de sang-froid le déclin d’une grande somme de crédit, & de se prêter aux expédiens qui peuvent en arrêter la ruine totale, elle rendroit son malheur presque insensible. Alors si les opérations sont bonnes, ou si l’excès des choses n’interdit pas toute bonne opération, ce premier pas conduira par degrés au rétablissement de la portion de crédit qu’il sera possible de conserver.

3°. Le gouvernement qui veille aux sûretés intérieures & extérieures de la société, a un double motif de soûtenir, soit par les lois, soit par des secours prompts & efficaces, les grands dépôts de la confiance publique. Plus l’intérêt de l’argent sera haut dans l’état, plus il est important de prévenir les inégalités dans la marche du crédit.

Crédit public, deuxieme branche. Le crédit de l’état, ou la deuxieme branche du crédit public, a en général les mêmes sources que celui des particuliers & des compagnies ; c’est-à-dire les sûretés réelles de l’état même, & les sûretés personnelles de la part de ceux qui gouvernent.

Mais ce seroit se tromper grossierement que d’évaluer les sûretés réelles sur le pié du capital général d’une nation, comme on le fait à l’égard des particuliers. Ces calculs poussés jusqu’à l’excès par quelques écrivains Anglois, ne sont propres qu’à repaître des imaginations oisives, & peuvent introduire des principes vicieux dans une nation.

Les sûretés réelles d’une nation, sont la somme des tributs qu’elle peut lever sur le peuple, sans nuire à l’agriculture ni au commerce ; car autrement l’abus de l’impôt le détruiroit, le desordre seroit prochain.

Si les impôts sont suffisans pour payer les intérêts des obligations ; pour satisfaire aux dépenses courantes, soit intérieures, soit extérieures ; pour amortir chaque année une partie considérable des dettes : enfin si la grandeur des tributs laisse encore entrevoir des ressources en cas qu’un nouveau besoin prévienne la libération totale, on peut dire que la sûreté réelle existe.

Pour en déterminer le degré précis, il faudroit connoître la nature des besoins qui peuvent survenir, leur éloignement ou leur proximité, leur durée probable ; ensuite les comparer dans toutes leurs circonstances avec les ressources probables que promettroient la liquidation commencée, le crédit général, & l’aisance de la nation.

Si la sûreté n’est pas claire aux yeux de tous, le crédit de l’état pourra se soûtenir par habileté jusqu’au moment d’un grand besoin. Mais alors ce besoin ne sera point satisfait, ou ne le sera que par des ressources très-ruineuses. La confiance cessera à l’égard des anciens engagemens ; elle cessera entre les particuliers d’après les principes établis ci-dessus. Le fruit de ce desordre sera une grande inaction dans la circulation des denrées : développons-en les effets.

Le capital en terres diminuera avec leur produit ; les malheurs communs ne réunissent que ceux dont les espérances sont communes : ainsi il est à présumer que les capitaux en argent & meubles précieux seront mis en dépôt dans d’autres pays, ou cachés soigneusement ; l’industrie effrayée & sans emploi ira porter son capital dans d’autres asyles. Que deviendront alors tous les systèmes fondés sur l’immensité d’un capital national ?

Les sûretés personnelles dans ceux qui gouvernent peuvent se réduire à l’exactitude ; car le degré d’utilité que l’état retire de son crédit, l’habileté, la prudence, & l’œconomie des ministres, conduisent toutes à l’exactitude dans les petits objets comme dans les plus grands. Ce dernier point agit si puissamment sur l’opinion des hommes, qu’il peut dans de grandes occasions suppléer aux sûretés réelles, & que sans lui les sûretés réelles ne font pas leur effet. Telle est son importance, que l’on a vû quelquefois des opérations contraires en elles-mêmes aux principes du crédit, suspendre sa chûte totale lorsqu’elles étoient entreprises dans des vûes d’exactitude. Je n’entens point cependant faire l’éloge de ces sortes d’opérations toûjours dangereuses si elles ne sont décisives ; & qui, réservées a des tems de calamité, ne cessent d’être des fautes que dans le cas d’une impossibilité absolue de se les épargner ; c’est proprement abattre une partie d’un grand édifice, pour soustraire l’autre aux ravages des flammes : mais il faut une grande supériorité de vûes pour se déterminer à de pareils sacrifices, & savoir maîtriser l’opinion des hommes. Ces circonstances forcées sont une suite nécessaire de l’abus du crédit public.

Après avoir expliqué les motifs de la confiance publique envers l’état, & indiqué ses bornes naturelles, il est important de connoître l’effet des dettes publiques en elles-mêmes.

Indépendamment de la différence que nous avons remarquée dans la maniere d’évaluer les sûretés réelles d’un état & des particuliers, il est encore entre ces crédits d’autres grandes différences.

Lorsque les particuliers contractent une dette, ils ont deux avantages : l’un de pouvoir borner leur dépense personnelle jusqu’à ce qu’ils se soient acquittés ; le second, de pouvoir tirer de l’emprunt une utilité plus grande que l’intérêt qu’ils sont obligés de payer.

Un état augmente sa dépense annuelle en contractant des dettes, sans être le maître de diminuer les dépenses nécessaires à son maintien ; parce qu’il est toûjours dans une position forcée relativement à sa sûreté extérieure. Il n’emprunte jamais que pour dépenser ; ainsi l’utilité qu’il retire de ses engagemens, ne peut accroître les sûretés qu’il offre à ses créanciers : au moins ces occasions sont très-rares, & ne peuvent être comprises dans ce qu’on appelle dettes publiques. On ne doit point confondre non plus avec elles, ces emprunts momentanés qui sont faits dans le dessein de prolonger le terme des recouvremens, & de les faciliter : ces sortes d’œconomies rentrent dans la classe des sûretés personnelles ; elles augmentent les motifs de la confiance publique. Mais observons en passant que jamais ces opérations ne sont si promtes, si peu coûteuses, & n’ont moins besoin de crédits intermédiaires, que lorsqu’on voir les revenus se libérer.

C’est donc uniquement des aliénations dont il s’agit ici.

Dans ce cas, un corps politique ne pouvant faire qu’un usage onéreux de son crédit, tandis que celui des particuliers leur est utile en général, il est facile d’établir entre eux une nouvelle différence. Elle consiste en ce que l’usage que l’état fait de son crédit peut nuire à celui des sujets ; au lieu que jamais le crédit multiplié des sujets ne peut qu’être utile à celui de l’état.

L’usage que l’état fait de son crédit, peut porter préjudice aux sujets de plusieurs manieres.

1°. Par la pesanteur des charges qu’il accumule ou qu’il perpétue ; d’où il est évident de conclure que toute aliénation des revenus publics est plus onéreuse au peuple, qu’une augmentation d’impôt qui seroit passagere.

2°. Il s’établit à la faveur des emprunts publics, des moyens de subsister sans travail, & réellement aux dépens des autres citoyens. Dès-lors la culture des terres est négligée ; les fonds sortent du commerce, il tombe à la fin, & avec lui s’évanoüissent les manufactures, la navigation, l’agriculture, la facilité du recouvrement des revenus publics, enfin imperceptiblement les revenus publics mêmes. Si cependant par des circonstances locales, ou par un certain nombre de facilités singulieres, on suspend le déclin du commerce, le desordre sera lent, mais il se fera sentir par degrés.

3°. De ce qu’il y a moins de commerce & de plus grands besoins dans l’état, il s’ensuit que le nombre des emprunteurs est plus grand que celui des prêteurs. Dès-lors l’intérêt de l’argent se soûtient plus haut que son abondance ne le comporte ; & cet inconvénient devient un nouvel obstacle à l’accroissement du commerce & de l’agriculture.

4°. Le gros intérêt de l’argent invite les étrangers à faire passer le leur pour devenir créanciers de l’état. Je ne m’étendrai pas sur le préjugé puérile qui regarde l’arrivée de cet argent comme un avantage : j’en ai parlé assez au long en traitant de la circulation de l’argent. Les rivaux d’un peuple n’ont pas de moyen plus certain de ruiner son commerce en s’enrichissant, que de prendre intérêt dans ses dettes publiques.

5°. Les dettes publiques emportent avec elles des moyens ou impôts extraordinaires, qui procurent des fortunes immenses, rapides, & à l’abri de tout risque. Les autres manieres de gagner sont lentes au contraire & incertaines : ainsi l’argent & les hommes abandonneront les autres professions. La circulation des denrées à l’usage du plus grand nombre est interrompue par cette disproportion, & n’est point remplacée par l’accroissement du luxe de quelques citoyens.

6°. Si ces dettes publiques deviennent monnoie, c’est un abus volontaire ajoûté à un abus de nécessité. L’effet de ces représentations multipliées de l’espece, sera le même que celui d’un accroissement dans sa masse : les denrées seront représentées par une plus grande quantité de métaux, ce qui en diminuera la vente au dehors. Dans des accès de confiance, & avant que le secret de ces représentations fût connu, on en a vû l’usage animer tellement le crédit général, que les réductions d’intérêt s’opéroient naturellement : ces réductions réparoient en partie l’inconvénient du surhaussement des prix relativement aux autres peuples qui payoient les intérêts plus cher. Il seroit peu sage de l’espérer aujourd’hui, & toute réduction forcée est contraire aux principes du crédit public.

On ne sauroit trop le répéter, la grande masse des métaux est en elle-même indifférente dans un état considéré séparément des autres états ; c’est la circulation, soit intérieure, soit extérieure, des denrées qui fait le bonheur du peuple : & cette circulation a besoin pour sa commodité d’une répartition proportionnelle de la masse générale de l’argent dans toutes les provinces qui fournissent des denrées.

Si les papiers circulans, regardés comme monnoie, sont répandus dans un état, où quelque vice intérieur repartisse les richesses dans une grande inégalité, le peuple n’en sera pas plus à son aise malgré cette grande multiplicité des signes : au contraire les denrées seront plus cheres, & le travail pour les étrangers moins commun. Si l’on continue d’ajoûter à cette masse des signes, on aura par intervalle une circulation forcée qui empêchera les intérêts d’augmenter : car il est au moins probable que si les métaux mêmes, ou les représentations des métaux n’augmentoient point dans un état où leur répartition est inégale, les intérêts de l’argent remonteroient dans les endroits où la circulation seroit plus rare.

Si l’on a vû des réductions d’intérêts dans des états où les papiers monnoie se multiplioient sans cesse, on n’en doit rien conclure contre ces principes, parce qu’alors ces réductions n’étoient pas tout-à-fait volontaires ; elles ne peuvent être regardées que comme l’effet de la réflexion des propriétaires sur l’impuissance nationale. Ceux qui voudront voir l’application de ces raisonnemens à des faits, peuvent recourir au discours préliminaire qui se trouve à la tête du Négociant Anglois.

Les banques sont du ressort de la matiere du crédit : nous ne les avons point rangées dans la classe des compagnies de commerce, parce qu’elles ne méritent pas proprement ce nom, n’étant destinées qu’à escompter les obligations des commerçans, & à donner des facilités à leur crédit.

L’objet de ces établissemens indique assez leur utilité dans tout pays où la circulation des denrées est interrompue par l’absence du crédit, & si nous les séparons des inconvéniens qui s’y sont presque toûjours introduits.

Une banque dans sa premiere institution est un dépôt ouvert à toutes les valeurs mercantiles d’un pays. Les reconnoissances du dépôt de ces valeurs, les représentent dans le public, & se transportent d’un particulier à un autre. Son effet est de doubler dans le commerce les valeurs déposées. Nous venons d’expliquer son objet.

Comme les hommes ne donnent jamais tellement leur confiance qu’ils n’y mettent quelque restriction, on a exigé que les banques eussent toûjours en caisse un capital numéraire. Les portions de ce capital sont représentées par des reconnoissances appellées actions, qui circulent dans le public.

Le profit des intéressés est sensible : quand même la vaine formalité d’un dépôt oisif seroit exécutée à la rigueur, la banque a un autre genre de bénefice bien plus étendu. A mesure qu’il se présente des gages, ou du papier solide de la part des négocians ; elle en avance la valeur dans ses billets, à une petite portion près qu’elle se réserve pour l’intérêt. Ces billets représentent réellement la valeur indiquée dans le public ; & n’ayant point de terme limité, ils deviennent une monnoie véritable que l’on peut resserrer ou remettre dans le commerce à sa volonté. A mesure que la confiance s’anime, les particuliers déposent leur argent à la caisse de la banque, qui lui donne en échange ses reconnoissances d’un transport plus commode ; tandis qu’elle rend elle-même ces valeurs au commerce, soit en les prêtant, soit en remboursant ses billets. Tout est dans l’ordre ; la sûreté réelle ne peut être plus entiere, puisqu’il n’y a pas une seule obligation de la banque qui ne soit balancée par un gage certain. Lorsqu’elle vend les marchandises sur lesquelles elle a prêté, ou que les échéances des lettres de change escomptées arrivent, elle reçoit en payement, ou ses propres billets, qui dès-lors sont soldés jusqu’à ce qu’ils rentrent dans le commerce, ou de l’argent qui en répond lorsque le payement sera exigé, & ainsi de suite.

Lorsque la confiance générale est éteinte, & que par le resserrement de l’argent les denrées manquent de leurs signes ordinaires, une banque porte la vie dans tous les membres d’un corps politique : la raison en est facile à concevoir.

Le discrédit général est une situation violente dont chaque citoyen cherche à se tirer. Dans ces circonstances la banque offre un crédit nouveau, une sûreté réelle toûjours existante, des opérations simples, lucratives, & connues. La confiance qu’elle inspire, celle qu’elle prête elle-même, dissipent en un instant les craintes & les soupçons entre les citoyens.

Les signes des denrées sortent de la prison où la défiance les renfermoit, & rentrent dans le commerce en concurrence avec les denrées : la circulation se rapproche de l’ordre naturel.

La banque apporte dans le commerce le double des valeurs qu’elle a mises en mouvement : ces nouveaux signes ont l’effet de toute augmentation actuelle dans la masse de l’argent, c’est-à-dire que l’industrie s’anime pour les attirer. Chacune de ces deux valeurs donne du mouvement à l’industrie, contribue à donner un plus haut prix aux productions, soit de l’art, soit de la nature ; mais avec des différences essentielles.

Le renouvellement de la circulation de l’ancienne masse d’argent, rend aux denrées la valeur intrinseque qu’elles auroient dû avoir relativement à cette masse, & relativement à la consommation que les étrangers peuvent en faire.

Si d’un côté la multiplication de cette ancienne masse, par les représentations de la banque, étoit en partie nécessaire pour la faire sortir, on conçoit d’ailleurs qu’en la doublant on hausse le prix des denrées à un point excessif en peu de tems. Ce surhaussement sera en raison de l’accroissement des signes qui circuleront dans le commerce, au-delà de l’accroissement des denrées.

Si les signes circulans sont doublés, & que la quantité des denrées n’ait augmenté que de moitié, les prix hausseront d’un quart.

Pour évaluer quel devroit être dans un pays le degré de la multiplication des denrées, en raison de celle des signes, il faudroit connoître l’étendue des terres, leur fertilité, la maniere dont elles sont cultivées, les améliorations dont elles sont susceptibles, la population, la quantité d’hommes occupés, de ceux qui manquent de travail, l’industrie & les manieres générales des habitans, les facilités naturelles, artificielles & politiques pour la circulation intérieure & extérieure ; le prix des denrées étrangeres qui sont en concurrence ; le goût & les moyens des consommateurs. Ce calcul seroit si compliqué, qu’il peut passer pour impossible ; mais plus l’augmentation subite des signes sera excessive, moins il est probable que les denrées se multiplieront dans une proportion raisonnable avec eux.

Si le prix des denrées hausse, il est également vrai de dire que par l’excès de la multiplication des signes sur la multiplication des denrées, & l’activité de la nouvelle circulation, il se rencontre alors moins d’emprunteurs que de prêteurs ; l’argent perd de son prix.

Cette baisse par conséquent sera en raison composée du nombre des prêteurs & des emprunteurs.

Elle soulage les denrées d’une partie des frais que font les négocians pour les revendre. Ces frais diminués sont l’intérêt des avances des négocians, l’évaluation des risques qu’ils courent, le prix de leur travail : les deux derniers sont toûjours réglés sur le taux du premier, & on les estime communément au double. De ces trois premieres diminutions résultent encore le meilleur marché de la navigation, & une moindre évaluation des risques de la mer.

Quoique ces épargnes soient considérables, elles ne diminuent point intrinsequement la valeur premiere des denrées nationales ; il est évident qu’elles ne la diminuent que relativement aux autres peuples qui vendent les mêmes denrées en concurrence, soutiennent l’intérêt de leur argent plus cher en raison de la masse qu’ils possedent. Si ces peuples venoient à baisser les intérêts chez eux dans la même proportion, ce seroit la valeur premiere des denrées qui décideroit de la supériorité, toutes choses égales d’ailleurs.

Quoique j’aye rapproché autant qu’il a dépendu de moi les conséquences de leurs principes, il n’est point inutile d’en retracer l’ordre en peu de mots.

Nous avons vû la banque ranimer la circulation des denrées, & rétablir le crédit général par la multiplication actuelle des signes : d’où résultoit une double cause d’augmentation dans le prix de toutes choses, l’une naturelle & salutaire, l’autre forcée & dangereuse. L’inconvénient de cette derniere se corrige en partie relativement à la concurrence des autres peuples par la diminution des intérêts.

De ces divers raisonnemens on peut donc conclure, que par tout où la circulation & le crédit joüissent d’une certaine activité, les banques sont inutiles, & même dangereuses. Nous avons remarqué en parlant de la circulation de l’argent, que ses principes sont nécessairement ceux du crédit même, qui n’en est que l’image : la même méthode les conserve & les anime. Elle consiste, 1°. dans les bonnes lois bien exécutées contre l’abus de la confiance d’autrui. 2°. Dans la sûreté des divers intérêts qui lient l’état avec les particuliers comme sujets ou comme créanciers. 3°. A employer tous les moyens naturels, artificiels, & politiques qui peuvent favoriser l’industrie & le commerce étranger ; ce qui emporte avec soi une finance subordonnée au commerce. J’ai souvent insisté sur cette derniere maxime, parce que sans elle tous les efforts en faveur du commerce seront vains. J’en ai précédemment traité dans un ouvrage particulier, auquel j’ose renvoyer ceux qui se sentent le courage de développer des germes abandonnés à la sagacité du lecteur.

Si quelqu’une de ces regles est négligée, nulle banque, nulle puissance humaine n’établira parmi les hommes une confiance parfaite & réciproque dans leurs engagemens : elle dépend de l’opinion, c’est-à-dire de la persuasion ou de la conviction.

Si ces regles sont suivies dans toute leur étendue, le crédit général s’établira sûrement.

L’augmentation des prix au renouvellement du crédit, ne sera qu’en proportion de la masse actuelle de l’argent, & de la consommation des étrangers. L’augmentation des prix par l’introduction continuelle d’une nouvelle quantité de métaux, & la concurrence des négocians, par l’extension du commerce, conduiront à la diminution des bénéfices : cette diminution des bénéfices & l’accroissement de l’aisance générale feront baisser les intérêts comme dans l’hypothèse d’une banque : mais la réduction des intérêts sera bien plus avantageuse dans le cas présent que dans l’autre, en ce que la valeur premiere des denrées ne sera pas également augmentée.

Pour concevoir cette différence, il faut se rappeller trois principes déjà répétés plusieurs fois, sur-tout en parlant de la circulation de l’argent.

L’aisance du peuple dépend de l’activité de la circulation des denrées : cette circulation est active en raison de la répartition proportionnelle de la masse quelconque des métaux ou des signes, & non en raison de la répartition proportionnelle d’une grande masse de métaux ou de signes : la diminution des intérêts est toûjours en raison composée du nombre des prêteurs & des emprunteurs.

Ainsi à égalité de répartition proportionnelle d’une masse inégale de signes, l’aisance du peuple sera relativement la même ; il y aura relativement même proportion entre le nombre des emprunteurs & des prêteurs, l’intérêt de l’argent sera le même.

Cependant la valeur premiere des denrées sera on raison de l’inégalité réciproque de la masse des signes.

Malgré les inconvéniens d’une banque, si l’état se trouve dans ces momens terribles, & qui ne doivent jamais être oubliés, d’une crise qui ne lui permet aucune action ; il paroît évident que cet établissement est la ressource la plus promte & la plus efficace, si on lui prescrit des bornes. Leur mesure sera la portion d’activité nécessaire à l’état pour rétablir la confiance publique par degrés : & il semble que des caisses d’escompte rendroient les mêmes services d’une maniere irréprochable. Une banque peut encore être utile dans de petits pays, qui ont plus de besoins que de superflu, ou qui possedent des denrées uniques.

Nous n’avons parlé jusqu’à présent que des banques solides, c’est-à-dire dont toutes les obligations sont balancées par un gage mercantil. Les états qui les ont regardées comme une facilité de dépenser, n’ont joüi de leur prospérité que jusqu’au moment où leur crédit a été attaqué dans son principe. Dans tous les tems & dans tous les pays, la ruine d’un pareil crédit entraînera pour long tems celle du corps politique : mais avant que le jour en soit arrivé, il en aura toûjours résulté un ravage intérieur, comme nous l’avons expliqué plus haut en parlant des dettes publiques. Art. de M. D. V. F. Voyez les Elemens du Commerce du même auteur.

* Crédit, (Morale.) La définition du crédit, que M. Duclos a donnée dans ses considérations sur les mœurs, étant générale, l’auteur de l’article précédent n’a eu besoin que de la restraindre pour l’appliquer au commerce. Le crédit d’un homme auprès d’un autre, ajoûte M. Duclos, marque quelqu’infériorité dans le premier. On ne dit point le crédit d’un souverain, à moins qu’on ne le considere relativement à d’autres souverains, dont la réunion forme à son égard de la supériorité. Un prince aura d’autant moins de crédit parmi les autres, qu’il sera plus puissant & moins équitable ; mais l’équité peut contrebalancer la puissance, & je ne suis pas éloigné de croire que cette vertu ne soit par conséquent aussi essentielle à un souverain, sur-tout s’il est puissant parmi les autres souverains, qu’à un commerçant dans la société. Rien ne feroit plus d’honneur à un grand, que le crédit qu’il accorderoit à un honnête-homme, parce que le crédit étant une relation fondée ou sur l’estime ou sur l’inclination, ces sentimens marqueroient de la conformité soit dans l’esprit soit dans le cœur. Voyez le chapitre du crédit dans l’ouvrage que nous citons ; si vous êtes un grand, vous y apprendrez à bien choisir ceux à qui vous pourrez accorder du crédit ; si vous êtes un subalterne en faveur, vous y apprendrez à faire un usage convenable du crédit que vous avez.

Crédit, (Jurisprud.) signifie en général tout ce qui est confié à autrui.

Faire crédit, vendre à crédit, c’est donner quelque chose & accorder terme pour le payement, soit que ce terme soit fixé ou indéfini.

En matiere de Commerce, le terme de crédit est opposé à celui de débit ; le crédit est ce qui est dû au marchand, le débit est ce qu’il doit de sa part ; il distingue l’un & l’autre sur le grand livre de raison, qui contient autant de comptes particuliers que le marchand a de débiteurs. On fait un article pour chacun ; le crédit du marchand est marqué au verso d’un feuillet du grand livre, & le débit de ce même marchand, à l’égard de son créancier, est marqué sur le recto du feuillet suivant, desorte que l’on peut voir d’un coup d’œil le crédit marqué à gauche & le débit à droite.

Donner crédit sur soi, c’est se reconnoître débiteur envers quelqu’un. Quand le Roi crée des rentes sur ses revenus il donne crédit aux prevôt des marchands & échevins de Paris sur lui, pour aliéner de ces rentes au profit des acquéreurs jusqu’à concurrence d’une certaine somme. Le clergé & les états des provinces accordent aussi quelquefois crédit sur eux au Roi, comme on voit dans l’arrêt du conseil & lettres patentes du 15 Décembre 1746, qui autorisent le traité fait entre les commissaires du Roi & ceux des états de Languedoc, le 1 Décembre 1746, au sujet du crédit que cette province avoit accordé sur soi à S. M. pour six millions.

Prêter son crédit, signifie prêter son nom & fournir son obligation pour emprunter des deniers qui doivent tourner au profit d’une autre personne ; on en voit un exemple dans un arrêt du conseil du 25 Août 1733, concernant un emprunt de deux millions, pour lequel la province de Languedoc avoit prêté son crédit à S. M.

Lettre de crédit, est une lettre missive qu’un marchand négociant ou banquier adresse à un de ses correspondans établi dans une autre ville, & par laquelle il lui mande de fournir à un tiers porteur de cette lettre une certaine somme d’argent, ou bien indéfiniment tout ce dont il aura besoin.

Ceux qui ont reçu de l’argent en vertu de ces sortes de lettres, sont contraignables au payement de même que si c’étoient des lettres de change.

Il est facile d’abuser de ces lettres, quand l’ordre de fournir de l’argent est indéfini, ou quand il est au porteur ; car la lettre peut être volée : on doit donc prendre des précautions pour limiter le crédit que l’on donne, & pour que le correspondant paye sûrement en lui désignant la personne de façon qu’il ne puisse être trompé.

Crédit, (droit de) La plûpart des seigneurs avoient ce droit dans leurs terres, qui consistoit en ce qu’ils pouvoient prendre chez eux des vivres & autres denrées à crédit, c’est-à-dire sans être obligés de les payer sur le champ, mais seulement après un certain tems marqué : ils étoient quelquefois obligés de donner des gages pour la sûreté du payement.

Il est parlé de ce droit de crédit dans plusieurs anciennes chartres, entr’autres dans celle que Philippe Auguste accorda en 1209 pour l’établissement de la commune de Compiegne. Il ordonne que les habitans seront crédit à l’abbé pendant trois mois, de pain, chair & poisson ; que s’il ne paye pas au bout de ce terme, on ne sera pas obligé de lui rien donner qu’il n’ait payé.

Robert comte de Dreux & de Montfort, seigneur de Saint-Valery, ordonna par des lettres de l’an 1219, que toutes les fois qu’il séjourneroit à Dieppe, on seroit tenu de lui faire crédit pendant quinze jours, de 10 liv de monnoie usuelle.

A Boiscommun & dans plusieurs autres endroits, le Roi avoit crédit pendant quinze jours pour les vivres qu’il achetoit des habitans ; & celui auquel il avoit donné des gages pour sa sûreté, & en général quiconque avoit reçu des gages de quelqu’un, pouvoit, en cas qu’il ne fût pas payé, les vendre huit jours après l’échéance du payement, comme il paroît par des lettres du roi Jean, du mois d’Avril 1351.

Plusieurs seigneurs particuliers avoient droit de crédit pendant le même tems, tels que le comte d’Anjou, le seigneur de Mailli-le-château & sa femme, & le seigneur d’Ervy.

Ce qui est de singulier, c’est que dans quelques endroits de simples seigneurs avoient pour leur crédit un terme plus long que le Roi ne l’avoit à Boiscommun & autres lieux du même usage.

Par exemple, à Beauvoir le Dauphin avoit crédit pendant un mois pour les denrées qu’il achetoit pour la provision de son hôtel ; mais il étoit obligé de donner au vendeur un gage qui valût un tiers plus que la chose vendue.

Quelques seigneurs avoient encore un terme plus long.

Les seigneurs de Nevers avoient droit de prendre dans cette ville des vivres à crédit, sans être obligés de les payer pendant quarante jours, passé lesquels, s’ils ne les payoient pas, on n’étoit plus obligé de leur en fournir à crédit, jusqu’à ce qu’ils eussent payé les anciens. Il en est parlé dans une ordonnance de Charles V. alors régent du royaume, du mois de Février 1356.

La même chose s’observoit pour les comtes d’Auxerre : on trouve seulement cela de particulier pour eux, que s’ils étoient un an sans payer, celui qui leur avoit fourni des vivres, en recevoit le prix sur le produit du cens.

Le seigneur d’Aussonne en Bourgogne ne pouvoit rien prendre à crédit dans les jardins potagers de la ville, à moins qu’il ne donnât des gages. Lorsqu’il prenoit à crédit des denrées chez des gens qui les avoient achetées pour les revendre, il devoit aussi donner des gages ; & si après quarante jours il ne payoit pas ce qu’il avoit pris, le marchand qui avoit reçu les gages, pouvoit les vendre, comme il paroît par des lettres du roi Jean, du mois de Janvier 1361.

Il y avoit, comme on voit, une différence entre les denrées provenant du crû de celui chez qui on les avoit prises à crédit, & celles qu’il avoit achetées pour les revendre. Le terme que le seigneur avoit pour payer les premieres, n’étoit pas marqué, & il n’étoit pas dit que faute de payement le vendeur pourroit vendre les gages ; au lieu que pour les denrées qui n’étoient pas de son crû, si on ne les payoit pas dans le terme de quarante jours, il pouvoit vendre les gages. Cette différence étoit fondée sur ce que celui qui vend des denrées de son crû, n’ayant rien déboursé, peut attendre plus long-tems son payement ; au lieu que celui qui a acheté des denrées pour les revendre, ayant déboursé de l’argent, il est juste qu’il soit payé dans un tems préfix, & que faute de payement il puisse faire vendre les gages.

Le seigneur de Chagny avoit crédit, comme les précedens, pendant quarante jours, passé lesquels, s’il n’avoit pas payé, on n’étoit pas obligé, jusqu’à ce qu’il l’eût fait, de lui donner autre chose à crédit. Si quelqu’un cachoit sa marchandise, de peur d’être obligé de la donner à crédit au seigneur, on le condamnoit à l’amende ; ce qui feroit penser que le crédit du seigneur étoit apparemment déjà bien usé. Si les officiers du seigneur nioient qu’on leur eût fait crédit, celui qui prétendoit l’avoir fait, étoit reçu à le prouver par témoins, & les officiers étoient admis à faire la preuve contraire : mais les officiers du seigneur ne pouvoient acheter des vivres des habitans, qu’ils n’en donnassent le prix courant & ordinaire, & ne les payassent sur le champ.

A Dommart (diocese d’Amiens) le seigneur pouvoit prendre du vin chez un bourgeois pour le prix qu’il revenoit à celui-ci, & ce seigneur n’étoit obligé de le payer que lorsqu’il sortoit de la ville ; s’il ne le payoit pas alors, il étoit obligé de le payer au prix que le vin se vendoit dans le marché, & il avoit crédit de quinze jours. S’il achetoit une piece de vin il n’en payoit que le prix qu’elle avoit coûté au bourgeois ; mais il falloit qu’il payât sur le champ. Lorsqu’il n’avoit point d’avoine, il pouvoit faire contraindre par le maïeur les bourgeois à lui en vendre au prix courant, & il avoit crédit de quinze jours, en donnant caution ; s’il ne payoit pas à ce terme, il n’avoit plus de crédit, jusqu’à ce qu’il eût satisfait au premier achat.

A Poiz en Picardie, les bourgeois qui vendoient des denrées étoient obligés une fois en leur vie d’en fournir à crédit au seigneur, lorsqu’il le demandoit, sans qu’il fût tenu de leur donner des gages ; mais cette charge une fois acquittée par les bourgeois, il ne pouvoit plus prendre des denrées sans gages, & dans ces deux cas il ne pouvoit se servir du droit de crédit sur les denrées qui excédoient la valeur de cinq sous, à moins que le vendeur n’y consentît.

L’archevêque de Vienne avoit moins de crédit que les autres seigneurs ; car il ne pouvoit rien acheter qui ne fût en vente, & qu’il n’en payât le prix qu’un autre en donneroit.

Dans les lieux où le seigneur n’avoit point ce droit de crédit, il y avoit des réglemens pour qu’il ne pût obliger les habitans de lui porter des denrées, qu’il ne pût les prendre si elles n’étoient exposées en vente ; que s’il étoit obligé d’en user autrement, ce ne seroit que par les mains des consuls, & en payant le prix suivant l’estimation.

Tous ces usages singuliers, quoique différens les uns des autres, prouvent également la trop grande autorité que les seigneurs particuliers s’étoient arrogée sur leurs sujets ; & présentement que le royaume est mieux policé, aucun seigneur ni autre personne ne peut rien prendre à crédit que du consentement du vendeur. Voyez le recueil des ordonnances de la troisieme race, tomes IV. V. VI. VII. & VIII. à la table, au mot Crédit.

Credit vel non : on appelloit réponses par credit vel non, celles ou le témoin se contentoit de répondre qu’il croyoit qu’un fait étoit tel, sans dire affirmativement si le fait étoit vrai ou non. Ces sortes de réponses ont été abrogées par l’ordonnance de 1539, art. xxxvj. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « crédit »

Ital. credito, du latin credere, croire (voy. CROIRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin creditum, supin du verbe credo. Donc littéralement la croyance que celui qui emprunte pourra rembourser.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « crédit »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
crédit kredi

Évolution historique de l’usage du mot « crédit »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « crédit »

  • Il ne faut pas trop se hâter de juger les hommes, il faut leur faire crédit jusqu'à l'absurde, jusqu'à la lie. Antonin Artaud, Lettre à Jacques Rivière, 6 juin 1924 , Gallimard
  • Achetez à crédit et vendez comptant. De Proverbe français
  • Le crédit honore celui qui le reçoit. De Anonyme
  • Vivre c'est faire crédit. De Jacques Chardonne / Attachements
  • Avoir la foi, c'est faire crédit à Dieu. De Gustave Thibon
  • Ne fait pas de crédit, vous vivrez en liberté. De Proverbe oriental
  • L’argent est la carte de crédit du pauvre. De Marshall Mc Luhan
  • Trop de femmes qui se déshabillent au comptant s'habillent à crédit. De Louis Féraud
  • La carte du tendre a été remplacée par la carte de crédit. Ca fait gagner du temps. De José Artur
  • On perd le crédit que donnent les richesses, à proportion qu'elles diminuent. De Proverbe oriental
  • Beaucoup de femmes élégantes s’habillent à crédit et se déshabillent au comptant. De Pierre Doris
  • Pour sauver son crédit, il faut cacher sa perte. De Jean de La Fontaine / La chauve-souris, le buisson, et le canard
  • Un ami, c'est un homme qui a plus de crédit que personne quand il dit du mal de nous. De Jean Rostand / Journal d'un caractère
  • Un grand amour est un crédit ouvert à une puissance si vorace, que le moment de la faillite arrive toujours. De Honoré de Balzac / Béatrix
  • Les conteurs d'histoires ressemblent aux gens qui vivent d'emprunt, leur crédit ne dure pas. De Duc de Lévis / Maximes et réflexions
  • Un prêt est « usuraire » lorsqu’il est consenti à un taux effectif global ou TAEG (comprenant le coût du crédit en lui-même ainsi que le coût de l’assurance emprunteur, les frais de dossier…) qui excède, au moment où il est accordé, de plus du tiers le taux effectif moyen pratiqué au cours du trimestre précédent par les banques (en fonction de la durée des prêts). , Magazine Immobilier | Un très léger mieux côté crédit
  • Encore en hausse au mois de mai, les taux des crédits immobiliers se sont en moyenne établis à 1,25% selon l'observatoire Crédit Logement/CSA, organisme de référence qui associe les principales banques françaises. En 6 mois, l’inflation a donc été conséquente. Pour rappel, le plancher de novembre 2019 avait atteint 1,12%. Preuve supplémentaire que les conditions de crédit se sont resserrées, le nombre de nouveaux prêts immobiliers a chuté de 40% sur tout le mois par rapport à un an plus tôt. Les banques, dans un contexte de crise économique, sont bien moins enclines à faire tourner la machine à crédit. Capital.fr, Crédit immobilier : quels taux pouvez-vous négocier dans votre département ? - Capital.fr
  • Le pire n’est pas dans cette apparente cécité, et rien ne permet de penser que le gouvernement n’ouvrira pas les yeux, et que les voix des acteurs ne finiront pas par être moins dissonantes qu’elles le sont aujourd’hui. Le pire, c’est la politique de distribution des crédits immobiliers, qu’on sait largement pilotée par les autorités de tutelle des banques. Elles évoluent dans un univers plus contraint qu’on l’imagine, naviguant entre les lignes fixées par la Banque de France et les consignes, pudiquement appelées recommandations, des autorités prudentielles, dont le Haut conseil pour la stabilité financière. On sait la consanguinité de ces institutions avec l’État, et singulièrement avec le ministère de l’Economie. Ainsi, Bruno le Maire préside la Haut conseil, par exemple, où siège François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, qu’il a maintes fois croisé dans leurs carrières respectives au sommet de l’État. Comment notre très efficace ministre de l’Economie, dont le pays a constaté le sang froid et la pertinence au cœur de la crise, qui en fait encore une analyse sans concession, peut-il valider des choix pour la distribution du crédit de nature à abîmer l’activité immobilière ? Capital.fr, Crédit immobilier : le gouvernement doit inciter les banques à desserrer la vis - Capital.fr
  • L'Assemblée nationale a voté mardi 30 juin au soir un crédit d'impôt à destination des ménages, sous conditions de ressources, pour un premier abonnement à un titre de presse d'information politique et générale, afin de soutenir la filière qui "souffre énormément" selon le gouvernement. RTL.fr, Presse : création d'un crédit d'impôt pour un premier abonnement à un journal
  • Pour éviter un refus de la banque, mieux vaut préparer votre dossier entre trois et six mois à l’avance : soldez vos éventuels crédits à la consommation, ne laissez pas vos comptes à découvert, alimentez régulièrement votre compte épargne (Livret A, LDDS). Disposer d’un apport personnel est conseillé mais pas rédhibitoire, notamment si l’emprunteur est jeune. Certains établissements accordent en effet jusqu’à 110 % du prix du bien immobilier pour couvrir les frais annexes. Dossier Familial, Crédit immobilier : les précautions à prendre avant de signer | Dossier Familial
  • Sofinco Partner, marque de Crédit Agricole Consumer Finance en France dédiée aux professionnels et filiale du Crédit Agricole spécialisée en crédit à la consommation, accompagne Lapeyre, en proposant une large gamme d'offres de financement -vente à crédit, crédit renouvelable et paiement fractionné- à destination de ses clients finaux. Bourse Direct, Crédit Agricole : Lapeyre et Sofinco Partner font la paire !
  • Côté demande, les promoteurs et les constructeurs de maisons regrettent que les autorités financières maintiennent des restrictions sur les crédits immobiliers. Capital.fr, Permis de construire, crédit : les signaux négatifs s'accumulent pour le logement neuf - Capital.fr
  • Contracter un crédit immobilier ne sera pas plus facile cet été. Dans un contexte de crise économique, le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF), présidé par le ministre de l'Economie et des Finances, a annoncé ce jeudi 18 juin qu’il maintenait ses recommandations formulées en décembre 2019 sur le resserrement des conditions d’octroi des crédits à l’habitat. Elles seront réévaluées lors de la prochaine réunion trimestrielle. Pour rappel, en fin d’année dernière, le HCSF, avait recommandé l’application stricte de la règle d’endettement de 33% pour les particuliers contractant un crédit. C'est-à-dire que le montant des mensualités ne puisse pas dépasser un tiers de revenus nets du ménage. Une règle, qui jusqu'à l’an dernier, était loin d’être toujours respectée par les banques, ces dernières gardant une certaines souplesse dans leur politique de crédit. Les prêts de plus de 25 ans ont également été proscrits. Capital.fr, Crédit immobilier : les banques ne sont pas près de faciliter les conditions d’emprunt - Capital.fr
  • NOS CONSEILS - Au-delà d’une sensible remontée des taux, c’est surtout le resserrement des conditions d’accès au crédit qui inquiète. Le Figaro.fr, Crédit immobilier: entre espoirs et inquiétudes

Images d'illustration du mot « crédit »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « crédit »

Langue Traduction
Anglais credit
Espagnol crédito
Italien credito
Allemand anerkennung
Chinois 信用
Arabe ائتمان
Portugais crédito
Russe кредит
Japonais クレジット
Basque kreditu
Corse creditu
Source : Google Translate API

Synonymes de « crédit »

Source : synonymes de crédit sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « crédit »

Crédit

Retour au sommaire ➦

Partager