La langue française

Arriver

Définitions du mot « arriver »

Trésor de la Langue Française informatisé

ARRIVER, verbe intrans.

I.− Sens spatial. [Le suj. désigne un animé, un inanimé qui se déplace] Aboutir à.
A.− MAR., vieilli. Toucher la rive, aborder; approcher de la rive ou du port (cf. Jal 1848) :
1. La tempête nous obligea de relâcher et nous arrivâmes à une plage déserte. Ac.1798-1932.
Au fig. Arriver à bon port. Parvenir heureusement à destination (cf. ex. 29).
P. ext. Arriver sur un vaisseau. ,,Aller à ce vaisseau en obéissant au vent`` (Bél. 1957).
P. anal. [En parlant d'un véhicule] :
2. Cette automobile arrive droit sur nous, elle va nous heurter. Rob., 1953.
Spéc. Élargir l'angle du cap du navire et de la direction du vent, pour augmenter l'effet du vent sur les voiles. Synon. abattre; anton. lofer.Arriver vent arrière; arriver tout plat; arriver en dépendant, en arrondissant (cf. Jal 1848) :
3. Tout à coup nous fûmes masqués par une saute de vent qui venait de Helseggen (...). Nous fîmes arriver au vent, mais nous ne pûmes jamais fendre les remous... Baudelaire, Histoires extraordinaires,trad. d'E. Poe, 1856, p. 321.
Arrive! ,,Commandement fait au timonier, quand on veut qu'il pousse la barre du gouvernail de telle sorte que le navire fasse une arrivée (...)`` Arrive un peu! (...) N'arrive pas! (...) N'arrive plus! (Jal 1848) :
4. Vers sept heures du soir les glaces deviennent de plus en plus nombreuses et d'une plus grande dimension. Nous manœuvrons pour les éviter; lof pour l'une! arrive pour l'autre! Elles deviennent bientôt assez serrées pour qu'il soit impossible de n'en pas aborder quelques-unes. P. Gaimard, Voyage en Islande et au Groënland à la recherche de« La Lilloise », rédigé par L. Méquet, 1852, p. 48.
Sans arriver! ,,Ordre donné au timonier de tenir le navire au plus près, ou de ne pas le laisser venir sous le vent de la route`` (Gruss 1952). Laisser arriver. Laisser le cap du bateau s'éloigner du lit du vent :
5. ... le Mandarin, qui avait laissé arriver vent arrière pour gagner l'entrée du golfe de Grimaud, vira de bord et approcha du port bâbord amures. Maupassant, L'Inutile beauté,Livre de bord, Paris, Libr. de France, 1935 [1890], p. 28.
P. anal. [En parlant d'un oiseau voilier] ,,Se laisser glisser`` (Guilb. Aviat. 1965).
B.− [Avec ou sans l'idée explicite d'une présence hum. au terme de l'itinéraire] Parvenir à l'étape fixée, parvenir à atteindre (qqn) après des difficultés, parvenir à destination.
1. [Avec un compl. (introd. par les prép. ou loc. prép. à, auprès de, chez, dans, en, jusqu'à, sur, etc.) exprimant la destination ou le terme d'un déplacement, parfois avec un compl. introd. par la prép. de et exprimant le point de départ] :
6. Il [Bonaparte] aborde à terre, part, arrive à Lyon, prend la route du Bourbonnais... Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 2, 1848, p. 367.
7. La foule m'empêchait d'avancer, je n'ai pu arriver auprès de lui, jusqu'à lui. Rob., 1953.
8. Des marchandises provenant de tous les pays arrivent chaque jour en France par mer, par terre, et par air. Rob., 1953.
Rem. Malgré le sens primitif et contrairement à aborder qui semble spécialisé dans le domaine mar. (cf. ex. 6), aucune prédominance n'apparaît, pour arriver, au profit du transport par eau.
P. anal. [En parlant d'une voie, d'un passage] Déboucher, donner sur :
9. Le sentier (...) arrivait sur un plateau où alternaient des pâturages et des champs en labour. Flaubert, Un Cœur simple,1877, p. 21.
P. ext. Approcher d'une personne, d'un lieu. Arriver à grands pas au lieu du rendez-vous (Lar. Lang. fr.). Atteindre une certaine taille, un certain niveau. Arriver à l'épaule de quelqu'un :
10. La rente est arrivée à cent francs. Rob., 1953.
2. Emploi abs. (sans expr. de la destination ou du terme). Arriver par le train, par la route, par mer, par avion. Arriver en auto, à cheval. Arriver à propos ou comme marée en carême :
11. Alors il [M. le Curé] nous appelait chacun à notre tour : − Jacques! Michel! Nicolas! Arrive!... Erckmann-Chatrian, Histoire d'un paysan,t. 1, 1870, p. 63.
12. Le sous-préfet arriva dans sa voiture qui stationna quelques maisons plus loin, le maire et l'adjoint étaient là également, tout ce qui comptait dans la ville, et sans doute parlaient-ils de la petite fille morte? Le corbillard arriva. Puis ce fut le cortège, qui prit un certain temps à se former... Simenon, Les Vacances de Maigret,1948, p. 101.
SP. Arriver (le) premier.
Au fig. :
13. Vous êtes ravissante. Watteau et Boucher sont distancés. Vous arrivez première au charme des yeux et des cœurs. (Almanach du Hanneton, 1867). Larch.1872, p. 32.
P. anal. [En parlant du temps] Approcher, être imminent :
14. Il n'y a pas deux ans, ayant encore quelque santé, mais éprouvant déjà les premières atteintes de l'âge, je voyais arriver avec épouvante la vieillesse... Coppée, La Bonne souffrance,1898, p. 14.
Emplois métaph. (en constr. abs. ou non). [En parlant d'un bruit, d'une nouvelle] Parvenir à frapper l'ouïe :
15. Depuis que la nouvelle de notre départ est arrivée, ce ne sont que dîners d'adieu dans notre famille. Karr, Sous les tilleuls,1832, p. 14.
16. Malheureusement miss Lydia ne comprenait pas entièrement ce que chantait le matelot. Au milieu de beaucoup de lieux communs, un vers énergique excitait vivement sa curiosité; mais bientôt, au plus beau moment, arrivaient quelques mots de patois dont le sens lui échappait. Mérimée, Colomba,1840, p. 19.
17. ... on inventa qu'il attendait une bonne occasion pour tout empocher. Un jour, on trouverait certainement les Quenu-Gradelle massacrés. On racontait que déjà, chaque soir, il y avait des querelles épouvantables entre les deux frères et la belle Lisa. Lorsque ces contes arrivèrent aux oreilles de la belle Normande, elle haussa les épaules en riant. Zola, Le Ventre de Paris,1873, p. 836.
Emploi en constr. impers. (en constr. abs. ou non). Il est arrivé un bateau de Liverpool :
18. Il arriva dans la ville un homme, la figure rouge et grêlée, le sourire sur les lèvres, plein de saluts et de sans-façons, qui traversa les rues d'un air satisfait, important, et semblait dire : La ville est à moi! Champfleury, Les Souffrances du professeur Delteil,1855, p. 5.
Rem. ,,Arriver s'emploie souvent impersonnellement avec diverses acceptions pour lesquelles le tour personnel est, lui aussi, possible`` (Lar. Lang. fr.).
C.− Emplois fig.
1. Arriver à.[Avec un compl. exprimant le but, le résultat]
a) Parvenir à (qqc.), atteindre (un certain état), réussir à.
[Le compl. est un subst.] Arriver au bout, à la fin, au terme, arriver à une conclusion, à la satiété :
19. Je ne dirai pas que nous allons, ou que nous arrivons à un tournant de l'histoire, premièrement parce que c'est un peu une métaphore, deuxièmement parce que c'est une métaphore de chevaux de bois... Péguy, L'Argent,1913, p. 1305.
Obtenir (un résultat souhaité). Arriver à un but, à ses fins, au faîte de la notoriété :
20. Alexandre Millerand, en arrivant à la présidence de la République, avait annoncé son intention d'y remplir un rôle actif... Bainville, Hist. de France,t. 2, 1924, p. 278.
Arriver à/jusqu'à une femme. Obtenir ses faveurs (cf. Lar. 19e).
Rem. Un emploi trans. dir. du verbe pris dans le sens de « réussir » est attesté régionalement : arriver des confitures (cf. Verr.-On. t. 1 1908, p. 51, et FEW t. 1, p. 146).
[Le compl. est un verbe à l'inf.] :
21. ... les imbéciles, les barbares les plus barbares qui ont l'air de tout éreinter et de ne croire à rien − sont ceux qui croient le plus « que c'est arrivé ». Seulement, ce quelque chose d'arrivé qu'on découvre tôt ou tard et à quoi on sacrifie tout le reste − ne m'intéresse pas, voilà tout. C'est le mérite universitaire, la [réussite] sociale, l'argent, etc... Peut-être vous rejoindrais-je, toi et Barrès, si je disais que quand on est arrivé à tout comprendre, on s'aperçoit que rien n'est arrivé − et que les imbéciles sont ceux qui croient que tout est arrivé. Alain-Fournier, Correspondance[avec Rivière], 1905, p. 123.
b) Aborder (un sujet) :
22. Nous arrivons ainsi à la troisième « idée » de M. de Banville, à sa théorie de la rime... Lemaitre, Les Contemporains,1885, p. 19.
c) Ne pas arriver à la cheville, à la ceinture de qqn (cf. Rob.).Ne pas pouvoir l'égaler.
Loc. (domaine didact. ou domaine situationnel, proche du sens temporel).En arriver à.
[Suivi d'un subst.] En arriver à un point, à un degré... :
23. Il en était arrivé à un point d'urémie qui ne pouvait tarder d'amener une crise. Vercors, Le Silence de la mer,1942, p. 16.
[Suivi d'un inf.] :
24. Il [l'homme] en arrive à regretter le temps de ces premières confidences dont le souvenir le torture cependant. Proust, La Prisonnière,1922, p. 90.
[Suivi d'un adv.] :
25. Regarde ce sculpteur qui (...) vient (...) de planter là sa femme, ses enfants. L'opinion l'a condamné, et certes je ne l'excuserai pas. Et pourtant comme je m'explique qu'il en soit arrivé ! A. Daudet, Les Femmes d'artistes,1874, p. 15.
Rem. ,,En arriver à, comme en venir à, insiste sur l'antécédent d'où l'on part`` (Rob.).
2. Emploi abs. (sans expr. du but).
a) [Le suj. désigne un animé ou un inanimé]
Réussir du point de vue social :
26. Les femmes que vous voyez ici, − où déjà avant la guerre un champagne buvable coûtait trois cents francs la bouteille − sont des femmes « arrivées »; à Paris, une femme « n'arrive » qu'à force d'intelligence, de finesse et de savoir, la beauté et la fraîcheur ne viennent qu'après... Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 60.
Rem. On trouve chez Larbaud (Journal, 1934, p. 279) le subst. arrivade au sens de « moyen d'arriver, de réussir » : ,,Il y avait aussi une revue remplie de racontars littéraires et politiques, avec beaucoup de fautes de syntaxe, de charabia, de jalousie pour les « arrivés » ou ceux qui « vont arriver » (c'est-à-dire dans les directions officielles, académiques, etc.). (...) Cela veut être jeune et indépendant. Mais une telle insistance sur les salons, l'académie, la politique, les « arrivades », etc., suggère le « vieux raté ». Ces préoccupations, pour ou contre, exprimées, c'est vraiment le côté latrines des Lettres.`` Plutôt que d'une formation nouvelle il s'agit sans doute d'un empr. à un dial. mérid. (cf. FEW t. 1, s.v. *arripare, et Verr.-On. t. 1 1908, s.v.) : coup d'arrivade « coup de hasard (heureux) ».
Région. Égaler (cf. Bél. 1957).,,Il travaille vite, je peux pas arriver avec lui`` (Canada1930).
Loc. Arriver en trois, en quatre bateaux. Se donner de l'importance (cf. Lar. 19e).Arriver de son pays. ,,Être naïf, gauche, embarrassé`` (Lar. 19e). Voir arriver. Duper (cf. Ch.-L. Carabelli, [Lang. pop.]).
b) [Le suj. désigne un inanimé] Région. Concorder (cf. Bél. 1957).,,J'ai examiné ces deux états, mais ça n'arrive pas`` (Canada1930).
3. [Avec ou sans compl.] Se présenter à l'esprit :
27. On eût dit que le monde extérieur n'arrivait jusqu'à moi qu'à travers des chefs-d'œuvre. Maurois, Climats,1928, p. 35.
II.− Sens temporel. Avoir lieu, survenir.
A.− Constr. pers. [Le suj. désigne un fait, un événement heureux ou malheureux] Cela peut arriver à tout le monde. Un malheur n'arrive jamais seul :
28. − Qu'est-ce qui t'a arrivé? Ta femme a accouché d'un rhinocéros? Benjamin, Gaspard,1915, p. 140.
Rem. 1. ,,Ce verbe ne prend point l'auxiliaire avoir, parce qu'il ne signifie pas une action`` (Lav. Diffic. 1846). La tournure de l'ex. 28 est pop. 2. On relève dans la docum. le néol. arrivable, adj. (Mérimée, Lettres à la famille Delessert, 1870, p. 29; suff. -able*). Susceptible d'arriver, possible.
Par menace. Que cela ne vous arrive plus! Iron. Que cela vous arrive encore!
Le cas arrivant. Le cas échéant (cf. Chateaubriand, Correspondance gén., t. 5, 1824, p. 144).Arriver comme mars en carême. Arriver nécessairement (cf. Lar. 19eet Nouv. Lar. ill.).
Fam. Croire que c'est arrivé. Montrer trop de confiance (cf. ex. 21).
B.− Constr. impers.
1. Il (m')est arrivé un malheur :
29. − Ah! C'est vous, Dantès! cria l'homme à la barque; qu'est-il donc arrivé, et pourquoi cet air de tristesse répandu sur tout votre bord? − Un grand malheur, Monsieur Morrel! répondit le jeune homme, un grand malheur, pour moi surtout : à la hauteur de Civita-Vecchia, nous avons perdu ce brave capitaine Leclère. − Et le chargement? demanda vivement l'armateur. − Il est arrivé à bon port, Monsieur Morrel, et je crois que vous serez content sous ce rapport; mais ce pauvre capitaine Leclère... − Que lui est-il donc arrivé, demanda l'armateur d'un air visiblement soulagé, que lui est-il donc arrivé, à ce brave capitaine? − Il est mort. A. Dumas Père, Le Comte de Monte-Cristo,t. 1, 1846, p. 4.
30. Que serait-il arrivé du christianisme si les images même les plus sacrées étaient autre chose que des accidents de sa substance? Bloy, La Femme pauvre,1897, p. 169.
Il arrive malheur. Il va t'arriver malheur (cf. G. Guèvremont, Le Survenant, 1945, p. 67).
Lang. fam.
Il m'en arrive une (cf. G. d'Esparbès, Les Demi-solde, 1899, p. 206).
Il en arrivera ce qu'il pourra. ,,Peu m'importe le résultat`` (Ac. 1835-1932).
2. Il (m')arrive, il arrive (à tout le monde) de + inf. [Le verbe est suivi ou précédé d'un compl. d'attrib., l'inf. a pour suj. implicite la pers. désignée par le compl. d'attrib.] :
31. − « Il vous arrive souvent d'être pris pour confident? » demanda-t-elle. − « Non. Pourquoi? ... Si, peut-être. » Il sourit : « Oui, au fond, ça m'arrive assez souvent. » R. Martin du Gard, Les Thibault,La Belle saison, 1923, p. 926.
3. Il arrive que + verbe au subj. (pour exprimer un fait simplement possible) ou à l'ind. (pour exprimer la réalité d'un fait) :
32. Nombre d'activités apparemment sociales peuvent en effet n'exprimer que des phénomènes beaucoup plus simples et il arrive même que nous les expliquions parfois sans faire intervenir la distinction entre le mort et le vivant... J. Vuillemin, Essai sur la signif. de la mort,1949, p. 5.
PRONONC. ET ORTH. : [aʀive], j'arrive [ʒaʀi:v]. Enq. : /aʀiv/ (il) arrive. Fér. 1768 : ,,arriver et ses dérivés s'écrivent avec deux rr, on n'en prononce qu'un``. Après quoi Fér. Crit. t. 1 1787 propose la graph. ariver. Gattel 1841 ajoute cependant que l'on prononce r ,,forte``.
ÉTYMOL. ET HIST. A.− a) Mil. xies. « toucher la rive, aborder » (Alexis, st. 17b, xies., G. Paris ds Gdf. : Iloc arivet sainement la nacele); ,,vieilli`` d'apr. Rob.; b) 1694 p. ext. mar. (Ac. : Arriver. Il se dit [...] en parlant d'un vaisseau qui vient sur un autre. Ce vaisseau arriva sur l'autre, & luy lascha toute sa bordée); 1675 spéc. « (d'un bâtiment) exécuter un mouvement horizontal qui tend à ouvrir l'angle d'incidence du vent sur la voilure, sans qu'on change l'orientation des voiles » (Villette, Mém., Campagne de 1675 ds Jal1: ce qui ne l'empeschoit pas d'Arriver, s'il eust voulu). B.− D'une pers. a) xiies. « toucher au terme de son voyage, parvenir au lieu où l'on voulait aller » (Roncevaux, p. 184 ds Littré : Quand arriva Richart de Vermandois); b) 1580 « atteindre, parvenir à qqc. » (Montaigne, I, 130, ibid. : S'il n'y a que moi qui t'empesche d'arriver à l'empire); d'où av. 1755 abstr. « réussir » (St Simon, 81, 49 ds Rob. : Médina Sidonia était de ces hommes à qui il ne manque rien pour cheminer et arriver dans les cours). C.− De choses a) 1665 « parvenir à destination » (Fléchier, Mémoires sur les Grands Jours de 1665 ds Dict. hist. Ac. fr. : Enfin la lettre de M. Colbert arriva, qui acheva de faire connoître les desseins du roi, touchant la prorogation et la présidence); 1674 fig. « s'offrir, se présenter à l'esprit » (Boileau, Art poét., I ds Rob. : Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément); b) 1532 « avoir lieu, survenir » (Rabelais, Pantagruel, II, 2 ds Dict. hist. Ac. fr. : Quasi pareil cas arriva en cette dicte année); d'où 1668 p. anal. « id., du temps » (La Font[aine], IV, 22 ds Rob. : L'aube du jour arrive, et d'amis point du tout); c) 1616-20 il arrive que « il se trouve que » (d'Aub[igné], Hist. III, 385 ds Littré : Et puisque, s'ils arrivoient d'estre defaits, on les traiteroit comme huguenots); 1643 « id. » (Corn[eille], Cinna, III, I ds Rob. : S'il arrive qu'Auguste avec lui la punisse). Composé de a-1* et de rive*; cf. lat. vulg. arripare (ad- et ripa « rive »), au sens A, 822 (D. Ludov. Pii imp., Guérard, Cart. de S.-Victor de Marseille, I no. 11 p. 12 ds Nierm.).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 34 931. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 47 800, b) 59 308; xxes. : a) 47 631, b) 47 346.
BBG. − Annemundus. Une Question de fr. Intermédiaire (L') des chercheurs et des curieux. 1886, t. 19, col. 97; Répline (A.). Ibid., col. 206-207. − Barber. 1969. − Bél. 1957. − Bruant 1901. − Canada 1930. − Criqui 1967 →. − Darm. Vie 1932, p. 155. − Dauzat Ling. fr. 1946, p. 13. − Gottsch. Redens. 1930, passim.Goug. Mots t. 1 1962, pp. 257-259. − Grimaud (F.). Petit gloss. du jeu de boules. Vie Lang. 1968, no191, p. 110. − Gruss 1952. − Jal 1848. − Larch. 1880. − Le Clère 1960. − Le Roux 1752. − Mauch (U.). Il arrive des gens. In : M. (U.). Geschehen « an sich » und Vorgang ohne Urheberbezug im modernen französisch. Bern, 1969, pp. 30-37. − Noter-Léc. 1912. − Pierreh. 1926. − Pierreh. Suppl. 1926. − Soé-Dup. 1906. − Wexler (P. J.). Pour l'ét. du vocab. des vaudevilles. In : [Mél. Cohen (M.)]. The Hague-Paris, 1970, p. 210. − Will. 1831.

Wiktionnaire

Verbe

arriver \a.ʁi.ve\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Parvenir à destination. — Note : Sans complément, on sous-entend que la destination est le lieu où se tient le locuteur.
    • Soudain retentit un bruit lourd de roues ; et quelques moments après, on vint nous dire que la guillotine était arrivée. Nous nous jetâmes tous dans la rue, comme réjouis. — (Ivan Tourgueniev, L’Exécution de Troppmann, avril 1870, traduction française de Isaac Pavlovsky, publiée dans ses Souvenirs sur Tourguéneff, Savine, 1887)
    • Quelquefois, lorsque j’arrive, je préviens qu’on envoie une voiture me chercher à la gare ; souvent je ne préviens pas, […]. — (Octave Mirbeau, Le colporteur,)
    • Lorsque nous arrivâmes à destination, la mer trop houleuse nous interdisait toute nouvelle tentative de débarquement. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Chaque semaine, des paquebots arrivaient de New-York et débarquaient des touristes américains qui venaient se reposer de leurs affaires, à l’abri des lois de la prohibition. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Ils arrivent par vagues successives à partir de mai pour démarier, puis biner deux fois les betteraves, certains repartent dans leur pays et reviendront au moment de l'arrachage, […]. — (Françoise Bourquelot, La main-d’œuvre saisonnière, à cent ans d'intervalle, dans deux secteurs de pointe de l'agriculture française, dans La moisson des autres: les salariés agricoles aux XIXe et XXe siècles, sous la direction de Ronald H. Hubscher & ‎Jean Claude Farcy, Créaphis éditions, 1996, p.146)
  2. Parvenir à un état, à une situation.
    • Comme autres pigistes, il y avait Jean-Joël, que je trouvais un pipoteur de première, je n’arrivais même pas à comprendre comment les gens pouvaient acheter ses bobards […]. — (Marie de Biet, Marie, un peu de biais, Mon Petit Éditeur, 2013, page 200)
    • J'ignore quel est le crétin qui est arrivé à la conclusion qu’une image vaut mille mots, et si je le savais, je trouverais le moyen de lui régler son compte en chambre noire. — (Ofir Touché Gafla, Le Monde de la fin, Éditions Actes Sud, 2015, chap. 5)
  3. Parvenir à ses fins.
    • Toutefois, pas un seul d’entre nous ne douta que nous arriverions à y prendre pied : ce n’était à nos yeux, qu’une question de patience ; […]. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Elle est arrivée à passer malgré la grille.
  4. Survenir, se produire, en parlant d'un évènement. — Note d’usage : Il s’emploie alors souvent de manière impersonnelle.
    • Il importe donc fort peu de savoir ce que les mythes renferment de détails desti­nés à apparaître réellement sur le plan de l'histoire future; […]; il peut même arriver que rien de ce qu'ils renferment ne se produise, […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.IV, La grève prolétarienne, 1908, p.166)
    • Il y a présentement ce qu’on appelle une crise dans le monde. […]. Cette crise est arrivée au moment même où le monde se sentait de nouveau prospère et confiant, […]. — (Paul Nizan, Les chiens de garde, 1932)
    • La fenaison commence généralement dès les premiers jours de juin, époque à laquelle, dans les années sèches, beaucoup des Graminées sont arrivées à maturité ; […]. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 84)
    • Il est arrivé un grand malheur.
    • La nuit arrive.
  5. (Figuré) Atteindre une étape dans l’exécution d’une tâche, dans le temps.
    • Cet enfant arrive à l’âge de la puberté.
    • Quant à la seconde objection, ne m’interrompez pas, j’y arrive. Je vais bientôt l’examiner.
  6. Atteindre un but.
    • L’ouvrier se sert d'une lame courte et tranchante, engagée dans un manche d’os, avec laquelle il pratique, au bas de l’arbre, une entaille circulaire et assez profonde pour arriver jusqu'à l’aubier. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 174)
    • Je fourre l’énorme pistolet dans mon froc et voilà le canon qui glisse dans mon slip. Je n’arrive pas, assis, à l’extirper. — (Michel-Jacques Aubin, Les Caractériels, Éditions Publibook, 2007, page 391)
  7. Venir ; s’approcher.
    • Le fracas de l'orchestre leur arrivait, assourdissant. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Enfin, comme à dessein de le rendre plus complexe, des odeurs de caroube, de denrées coloniales, de goudron, d'air marin arrivaient puissamment du port et se mêlaient à celles qui montaient des pavés et des caves. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 42)
  8. Devenir riche, de haut niveau social.
    • Il s’agit de faire son sillage dans cet encombrement de toutes les carrières. Ce n’est rien d’arriver, si l’on n’arrive vite ; on se presse, on monte les uns sur les autres. — (Gisèle d’Estoc, Lettres de Gyzèle – Six merles blancs, Le Petit Nancéien, 9 octobre 1883)
  9. (Vieilli) Aborder, approcher de la rive.
    • La tempête nous obligea de relâcher, et nous arrivâmes à une plage déserte.
    • Arriver au port.
  10. (Vieilli) (Marine) Se dit d’un bâtiment qui se dirige, qui vient sur un autre.
    • Ce vaisseau arriva sur l’autre et lui lâcha sa bordée.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ARRIVER. v. intr.
Aborder, approcher de la rive. La tempête nous obligea de relâcher et nous arrivâmes à une plage déserte. Arriver au port. Il se dit, en termes de Marine, d'un Bâtiment qui se dirige, qui vient sur un autre. Ce vaisseau arriva sur l'autre et lui lâcha sa bordée. Deux vaisseaux arrivèrent sur nous. Commandement d'arriver. Il a vieilli dans ces deux acceptions. Il signifie plus ordinairement Parvenir au lieu où l'on voulait aller ou, en parlant d'une chose, Parvenir à sa destination. Arriver au but le premier. Arriver à Paris. Arriver de bonne heure. Arriver tard. La nuit nous empêcha d'arriver à tel lieu. Arriver dans sa patrie, dans sa maison. Il arrive de voyage. Ils sont arrivés d'Espagne. Dès que ces marchandises seront arrivées. Il est arrivé à ce négociant trente balles de café. Une lettre m'est arrivée de Rome. Le paquet, la lettre n'arriva point à son adresse. Cette nouvelle n'était pas encore arrivée. Arriver à bon port. Voyez PORT. Il se prend aussi dans le sens de Venir, d'approcher. Voilà une foule qui arrive de ce côté. Il arrivait à grands pas. Nous arrivons, Nous serons bientôt au terme du voyage. Fig., La nuit arrive. Le jour fatal arrive. Arriver à la belle saison. Cet enfant arrive à l'âge de puberté. Quant à la seconde objection, ne m'interrompez pas, j'y arrive, Je vais bientôt l'examiner. Il se dit à peu près dans le même sens en parlant des Mots, des idées, etc. Les mots lui arrivent aisément. Les idées m'arrivaient en foule. Il signifie encore figurément Parvenir, atteindre à une chose. Arriver à la fin de son discours. Arriver aux honneurs, aux dignités, à une haute situation. Arriver au but qu'on s'était proposé. Arriver à la connaissance d'une chose. Arriver à connaître une chose. Arriver à la perfection. Il faut donner aux fruits le temps d'arriver à leur maturité. Fam., Arriver à ses fins, ou absolument, Arriver, Obtenir le succès que l'on désirait. Il ne peut arriver à ses fins. Avec de tels moyens on arrive. Vous aurez peine à arriver, si vous ne vous y prenez autrement. Un homme arrivé, Qui a obtenu la situation qu'il désirait. Il s'emploie aussi en parlant des accidents, des événements de la vie, et signifie Avoir lieu, survenir. La chose arriva comme je l'avais prévu. Voyez ce qui m'arrive. Cela n'arrive qu'à moi. Un malheur n'arrive jamais seul. Cela peut arriver à tout le monde, C'est à quoi tout le monde est exposé. Cela ne m'arrivera jamais, cela ne m'arrivera plus, C'est une chose que je ne ferai jamais, que je ne ferai plus. Par menace, Que cela vous arrive encore! Il s'emploie souvent comme verbe impersonnel. Il m'est arrivé de Londres une lettre, un paquet. Il nous arriva compagnie. Il arriva des personnes que nous n'attendions pas. Il m'arrive un grand malheur. Il arrive souvent que... Il est arrivé une nouvelle fâcheuse. Il vient d'arriver un étrange événement. Qu'arriva-t-il de là? Qu'en arriva-t-il? Il arrive à tout le monde de faillir, de se tromper, etc. Vous est-il jamais arrivé de... Toutes les fois qu'il m'arrive de songer à cela, je frémis. La première fois qu'il vous arrivera de parler ainsi, vous en serez puni. Il vous en arrivera malheur. Quoi qu'il arrive, je ferai mon devoir. Fam., Il en arrivera ce qu'il pourra, Peu m'importe le résultat. Prov., Fais ce que dois, advienne que pourra.

Littré (1872-1877)

ARRIVER (a-ri-vé) v. n.
  • 1Aborder. Arriver au port. Arriver à terre.

    Arriver à bon port, atteindre heureusement sa destination.

  • 2Être transporté par eau, en parlant des choses. Les convois qui devaient arriver par le Rhin. Le blé arrivera par la Seine.
  • 3Venir au lieu où l'on voulait aller. Dès qu'il fut arrivé dans la province. Ceux qui veulent arriver jusqu'aux maîtres. Vous arrivez à propos. Les hirondelles arrivent au printemps. On y arrive par une chaussée étroite. Il arriva au milieu de cette joie. Il arrivait de sa province. Vous n'étiez pas encore arrivé vers l'autel, Voltaire, Scythes, III, 1.
  • 4En parlant des choses et au figuré. Voici des présents qui t'arrivent. Il m'est arrivé une lettre de mon ami. Avant que la nouvelle de cette défaite arrivât. Si la mort arrive auparavant. L'hiver arrivait. Le temps des élections arrivait. Les idées lui arrivaient avec abondance. Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément, Boileau, Art p. I.
  • 5 Fig. Parvenir à, atteindre à. Peu d'hommes arrivent à la vieillesse. Arriver aux plus grands honneurs. Arriver au point le plus difficile. Il arriva à ses fins. Voulant arriver à la vérité. Comme on n'arrivait à rien. Le bruit en arriva aux oreilles de la police.
  • 6Avoir lieu, se faire, survenir. Il lui arriva malheur. Presque tout arriva autrement qu'on ne l'avait annoncé. De grands événements arrivent. S'il avait su ce qui devait lui arriver dans sa vieillesse. Je ne sais ce qui arrivera de votre ami. Voici tout ce qui vient d'arriver devant moi, Racine, Baj. III, 2. Vous par qui seule ici tout ce désordre arrive, Corneille, Nicom. V, 7. Le mariage ne doit jamais arriver qu'après les autres aventures, Molière, Préc. 5.
  • 7Réussir. Avec de la persévérance il est rare qu'on n'arrive pas.
  • 8Il arrive, impers. Comme il arrive ordinairement. Il arriva que je le rencontrai. S'il t'arrive jamais de passer près du palais. Quoi qu'il arrive. D'où il arrive que. S'il arrive qu'Auguste avec lui la punisse, Corneille, Cinna, III, 1. Mais s'il arrive enfin que Laodice m'aime, Corneille, Nicom. IV, 5.

    Être fait par quelqu'un, en parlant de quelque chose de mal. Il ne m'arrivera plus de parler inconsidérément. Je vous promets que cela ne lui arrivera plus. Il lui est arrivé de se fourvoyer.

    On dit par menace : que cela n'arrive plus ; et ironiquement : que cela vous arrive encore.

  • 9 En termes de marine, faire exécuter au bâtiment un mouvement horizontal qui tend à ouvrir l'angle d'incidence du vent sur la voilure, sans qu'on change l'orientement des voiles. Les Hollandais, qui ne s'imputent pas à déshonneur d'être obligés d'arriver devant une force supérieure pour se mieux ménager, Relation du combat de Lipari, 1676, dans JAL. Ce qui ne l'empêchait pas d'arriver, s'il eût voulu, Villette, Mém. 1675, dans JAL. Vander Putten, qui menait l'avant-garde des Hollandais, arriva sur nous de fort bonne grâce, ID. ib. 1690.

    Laisser arriver, commander d'arriver.

    Arriver sur un vaisseau, aller à ce vaisseau en obéissant au vent.

    Arriver vent arrière ou arriver tout plat, c'est arriver assez vite et à ce point que l'on reçoive le vent tout à fait de l'arrière.

    Arriver en dépendant ou en arrondissant, c'est arriver graduellement et par un mouvement modéré.

    Arrive, commandement fait au timonnier, quand on veut qu'il pousse la barre du gouvernail de telle sorte que le navire fasse une arrivée.

PROVERBES

Un malheur n'arrive jamais seul.

Arrive qui plante, c'est-à-dire à tout hasard. Cette locution paraît signifier : que celui qui plante arrive ; on n'a pas les intermédiaires qui expliqueraient comment cela a pu vouloir dire à tout hasard.

REMARQUES

Arriver se conjugue avec l'auxiliaire être.

C'est commettre une faute que de dire : en arrive ce qui pourra ; il faut : en arrive ce qu'il pourra. Car l'ellipse étant remplie, on a : en arrive ce qu'il pourra arriver.

SYNONYME

ARRIVER, PARVENIR. Arriver est composé avec la préposition à ; et parvenir l'est avec la préposition par. Cela fait la différence de ces verbes. L'un exprime seulement la venue à un point quelconque ; l'autre ajoute à cette idée de venue l'idée d'effort et de percée à travers quelque obstacle. Nous arrivâmes à Paris n'exprime que notre venue ; nous parvînmes à Paris exprime que cette venue était empêchée par quelque chose. Arriver peut se dire pour parvenir : mais parvenir ne peut se dire pour arriver : arrivés ou parvenus au sommet de la montagne ; mais arrivés à l'auberge.

HISTORIQUE

XIIe s. Quand arriva Richart de Vermandois, Ronc. p. 184. Or le [mon cœur] doinst Diex a droit port arriver, Car il s'est mis en mer sans aviron, Couci, X. Sainz Thomas l'endemain en sa nef en entra ; Deus li donna bon vent, à Sanwiz arriva : Car l'ariver de Dovre pur l'agait eschiwa, Th. le mart. 125.

XIIIe s. Cil a sa nef apareilée ; Entrent dedenz ; il les mena, Tant qu'al rocher les arriva, Grégoire le Grand, p. 104. Et quant ge me senti acointe De Bel-acueil et si privés, Ge cuidai bien estre arivés, la Rose, 2894. Et en très noble lieu venue et arrivée, Berte, LXXXII. Et i puet l'en sa nef ariver, et ses cordes lier as arbres, Liv. de just. 64. Le premier fait là où il mist son cors en avanture de mort, ce fu à l'ariver que nous feismes devant Damiette, Joinville, 192. Grant grace nous fist Dieu le tout puissant, quant il nous deffendi de mort et de peril à l'arriver là où nous arrivames à pié, Joinville, 216. Cil qui nous conduisoient en galie, nous arriverent devant une heberge que le soudanc avoit fet tendre sur le flum, Joinville, 244.

XIVe s. Uns vens et uns orages en la mer me leva, Qui en cheste partie mon vaissel arriva, Baud. de Seb. XI, 240.

XVe s. Angleterre est un pays moult dangereux à arriver, Froissart, II, III, 47.

XVIe s. Nous serons donc bien arrivés [avancés], d'avoir le titre de chrestiens, et que l'heritage celeste nous soit esté, Calvin, Inst. 315. À mon arriver en ce lieu, j'ai trouvé Carbon et sa compaignie, Marguerite de Navarre, Lett. 115. Tous les jours vont à la mort : le dernier y arrive, Montaigne, I, 89. S'il n'y a que moi qui t'empesche d'arriver à l'empire, Montaigne, I, 130. La despense pour l'entretien de chacun n'arriveroit à trois mille escus, Lanoue, 128. Luy mesme voulant sçavoir combien montoit tout son avoir, trouva qu'il arrivoit à la somme de sept mille cent talents, Amyot, Crassus, 12. Les autres qui ne se voulurent point desdire, poignardez et jettez dans l'Escaut, avec deffence publiée de n'en laisser arriver [aborder] aucun, D'Aubigné, Hist. II, 69. Et puisque, s'ils arrivoient [s'il leur arrivait] d'estre defaits, on les traiteroit comme huguenots, D'Aubigné, ib. III, 385.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ARRIVER. Ajoutez :

9 Terme de turf. Se dit d'un cheval quand il atteint le poteau gagnant. Le vainqueur arrive premier ; le cheval qui suit immédiatement arrive deuxième, etc.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ARRIVER, ou obéir au vent, terme de Marine. Pour arriver, on pousse la barre du gouvernail sous le vent, & on manœuvre comme si on vouloit prendre le vent en poupe, lorsqu’on ne veut plus tenir le vent : ainsi on fait arriver le vaisseau pour aller à bord d’un autre qui est sous le vent, ou pour éviter quelque banc.

Arrive ; cela se dit par commandement au timonier, pour lui faire pousser le gouvernail, afin que le vaisseau obéisse au vent, & qu’il mette vent en poupe.

Arrive sous le vent a lui, n’arrive pas ; c’est un commandement au timonier, pour qu’il gouverne le vaisseau plus vers le vent, ou qu’il tienne plus le vent.

Arrive tout ; terme de commandement que l’officier prononce, pour obliger le timonier à pousser la barre sous le vent, comme s’il vouloit faire vent arriere.

Arriver sur un vaisseau, c’est aller à lui en obéissant au vent, ou en mettant vent en poupe.

Arriver à bon port, c’est-à-dire heureusement. (Z)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « arriver »

Du latin ripa (« rive »), d’où : « venir de l’autre rive », « atteindre l’autre rive ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ad, à, et rive (voy. ce mot) ; mot à mot, venir à la rive, et, anciennement, mener à la rive. Bourguig. errivé ; Berry, anriver ; provenç. aribar, arivar ; ital. arrivare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « arriver »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
arriver arive

Évolution historique de l’usage du mot « arriver »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « arriver »

  • Tous ceux qui débutent modestement ne finissent pas par arriver. De Naguib Mahfouz / Impasse des deux palais
  • Tout peut arriver dans la vie, et surtout rien. De Michel Houellebecq / Plateforme
  • Tout ce qui va arriver, peut et doit être prévu. De Jacques Rouxel / Les Shadoks
  • Avec assez de temps, tout peut arriver, statistiquement. De Elisabeth Vonarbug / Chroniques du pays des mères
  • Pour bien arriver, il faut d'abord arriver soi-même, puis, que les autres n'arrivent pas. De Jules Renard
  • Il vaut mieux arriver en retard et louper son train, que d'arriver en avance et prendre le mauvais ! De Patrick Ducommun
  • Au fond, en littérature, on arrive, comme dans l'armée, à l'ancienneté ; le principal est de débuter. Georges Charles, dit Joris-Karl Huysmans, Lettre, 2 mars 1901
  • Ce qui arrive dans le monde n'arrive à personne, mais quelque chose arrive à quelqu'un, valant pour tout ce qui arrive dans le monde. Pierre Klossowski, Les Lois de l'hospitalité, Gallimard
  • Pour arriver, il faut mettre de l'eau dans son vin, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de vin. Jules Renard, Journal, 3 juillet 1894 , Gallimard
  • Tout peut arriver désormais. Aristophane, Les Thesmophories, 526 (traduction H. Van Daële)
  • Il vaut mieux arriver en retard qu'arriver en corbillard. De Proverbe français
  • Il n’y a que les arrivistes pour arriver. De Charles de Gaulle
  • Mieux vaut tarder que n'arriver jamais. De Denys d’Halicarnasse
  • Une petite colline te fait arriver à une grande. De Proverbe africain
  • Qui prévient le moment l'empêche d'arriver. De André Chénier / Damalis
  • Nous pouvons arriver à vaincre la pesanteur. Pas la paperasserie. De Wernher von Braun
  • Rien ne sert de courir, il suffit d'arriver. De Henri Dreyssé
  • Jamais personne ne pourra empêcher ce qui doit fatalement arriver. De Euripide / Hercule furieux
  • La nuit dure longtemps mais le jour finit par arriver. De Proverbe africain
  • Le retard de Mulan le met en salles un peu plus d’une semaine après Tenet. Auparavant, le film devait arriver la semaine après Tenet lorsque Disney l’a repoussé de la version originale de mars à la fente pleine d’espoir du 24 juillet. Mais maintenant que Tenet a été poussé de fin juillet au 12 août, le film Disney est de retour à peu près dans la même position qu’auparavant. Cela rend août un peu encombré depuis Les nouveaux mutants est également daté du 28 août, mais nous ne serions pas surpris si cela était poussé aussi. Breakingnews.fr, Mulan retardé à nouveau, maintenant prévu d'arriver après Tenet en août / Film

Traductions du mot « arriver »

Langue Traduction
Anglais arrive
Espagnol llegar
Italien arrivare
Allemand ankommen
Chinois 到达
Arabe يصل
Portugais chegar
Russe прибыть
Japonais 着く
Basque iristen
Corse ghjunghje
Source : Google Translate API

Synonymes de « arriver »

Source : synonymes de arriver sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « arriver »

Arriver

Retour au sommaire ➦

Partager