La langue française

Ficher

Définitions du mot « ficher »

Trésor de la Langue Française informatisé

FICHER1, verbe trans.

[Correspond à fiche1A]
A.−
1. Faire pénétrer quelque chose (dans quelque chose) par la pointe. Ficher un pieu en terre. Ficher un clou, ficher bien avant (Ac.) Fantaisiste, il jouait avec sa ménagerie. Au coin d'un museau de lièvre, il fichait un brûle-gueule de terre (Genevoix, Raboliot,1925, p. 125):
Il essuya le sang qui avait sauté sur ses mains, parut balancer, et brusquement ficha le coutelas dans l'arbre, au-dessus de la malheureuse, avec tant de violence que la lame entrant de deux travers de doigt resta à trembler comme un jonc dans l'eau. Pourrat, Gaspard,1925, p. 72.
Emploi pronom. passif. Pénétrer (par la pointe) dans quelque chose. Des hommes lançant dans un bloc de bois des couteaux dont la pointe se fichait à la place désignée d'une façon miraculeusement précise ne l'amusèrent pas (Gautier, Rom. momie,1858, p. 237).La pâtisserie (...) se composa (...) de pâtés aussi lourds à la main que la chair elle-même, où la fourchette se fichait comme un pieu (Pesquidoux, Chez nous,1923, p. 98).
2. Fixer quelque chose sur quelque chose de pointu. Les septembriseurs se massèrent un matin devant la prison de la Force (...) décollèrent la princesse de Lamballe, fichèrent sa tête au bout d'une pique (Fargue, Piéton Paris,1939, p. 106).
3. Au part. passé
[Avec un compl. introd. gén. par sur/dans] Planté, piqué. Cierge fiché dans un bougeoir. Elles la mirent à cheval sur un piquet de bois qui était fiché au milieu du tronc (Louÿs, Aphrodite,1896, p. 157).Le jour où il s'était arraché les muscles de l'épaule en tâchant d'enrayer, de son piolet fiché dans la glace, le glissement de sa cordée (Peyré, Matterhorn,1939, p. 32).
Au fig. ,,Avoir les yeux fichés en terre, les yeux fichés sur qqc. Avoir les yeux baissés vers la terre, les avoir fixement arrêtés sur quelque chose`` (Ac.).
[Avec un compl. introd. par de] Sur lequel est planté ou piqué quelque chose. Le trafic des légumes occupait la chaussée, par tas, en hottes et en sacs fichés de plaquettes émaillées (Hamp, Marée,1908, p. 55).
Emploi abs., HÉRALD. (Croix, croisette) qui a le pied déguisé. D'or, à trois pals alésés, au pied fiché de sable (Lar. 19e).
B.− TECHNOLOGIE
MAÇONN., vx. Faire entrer, à l'aide de la fiche, du mortier entre les pierres. (Ds Ac. 1835, 1878).
En partic. PAVAGE. Introduire du sable à l'aide d'une fiche entre les pavés. (Dict. xixeet xxes.).
REM.
Fichage, subst. masc.Action de ficher les joints entre les pavés. Il ressort que ces taches seraient dues à l'action de l'humidité sur certains sels solubles existant dans le ciment employé pour le fichage (Arts et litt.,1935, p. 2005).La pose s'effectue par assises sur lit de mortier, plâtre ou ciment en observant des joints de 0,01 cm environ : c'est le fichage (Lambertie, Industr. pierre et marbre,1962, p. 96).
Prononc. et Orth. : [fiʃe], (il) fiche [fiʃ]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1130-40 « attacher, fixer » (Wace, Conception, 1656 ds Keller, p. 317b); 2. 1160 intrans. « se planter, s'enfoncer » (Eneas, 9471 ds T.-L.); 3. 1628 « donner » (Jargon de l'arg. réformé ds Sain. Sources Arg., p. 194). Du lat. vulg. *figicare puis *ficcare dér. du class. figere « enfoncer, planter; fixer, attacher » (cf. les corresp. rom. de même orig. ds REW3, 3290) utilisé comme euphémisme de foutre comme le montre la réfection du part. passé fichu sur foutu et celle de l'inf. fiche sur foutre. Bbg. Archit. 1972, p. 210.

FICHER2, verbe trans.

A.− Ficher qqc.Mettre sur fiche. Ficher un renseignement (Rob.Suppl.1970).
B.− Ficher qqn.Noter sur une fiche, des renseignements concernant quelqu'un. Il est fiché par la police. Le 28 mai 1970, pendant les manifestations pour Le Dantec et Le Bris, la police vient perquisitionner au domicile de Letourneur, conduisant ce dernier au commissariat et le fichant (illégalement) (L'École émancipée, La Répression dans l'enseign., 1972, p. 15).
Au part. passé. Elle [la Sûreté] procède aux élections à l'aide d'un personnel, soigneusement contrôlé et « fiché », qu'on désigne sous le nom : « agents confidentiels » (L. Daudet, La Police politique,1934, p. 96).C'est du jour où j'appris que j'étais fiché à la Préfecture que je pris conscience que mon destin était orienté et lié à la révolution (Abellio, Pacifiques,1946, p. 43).
REM.
Fichard, subst. masc.Partisan de l'utilisation du fichier pour la promotion des officiers lors de l'Affaire des fiches (1901-1904). On ne savait pas comment les choses allaient tourner. Si l'opposition prenait le pouvoir... Si on ordonnait des perquisitions chez les fichards et les francs-mouchards (L. Daudet, Av.-guerre,1913, p. 24).
Prononc. : [fiʃe], (il) fiche [fiʃ]. Étymol. et Hist. 1934 « mettre sur fiche » (L. Daudet, La Police pol., p. 96). Dér. de fiche*; dés. -er.

FICHER3, verbe trans.;FICHE2, substitut verbal.

Fam., supplétif euphémique de foutre.
I.− [Sans compl. second.]
A.− [Le compl. désigne une pers.] Aller se faire fiche [S'emploie pour signifier qu'on ne veut plus entendre parler de qqn/qqc.]. Synon. aller se faire foutre (pop.), aller se faire voir.« Je renonce, dit-il, de plus en plus, à être aimé par un autre que Jésus-Christ. Que tout le reste aille se faire fiche! ! ! » (Bloy, Journal,1905, p. 263).
En partic. Va te faire fiche! [S'emploie pour présenter un fait ou une situation comme contraire à ce qui était attendu] Synon. va te faire foutre (vulg.).Le jour où vous discuterez le dogme catholique, va te faire fiche, tout s'écroule! (Huysmans, Là-bas,t. 1, 1891, p. 96):
1. Et puis, la populace... C'est comme Boulanger. Ils criaient tous : « Vive Boulanger! » un beau jour, va te faire fiche! Plus personne. Paris. Allez-y comprendre quelque chose... Aragon, Beaux quart.,1936, p. 252.
B.− [Le compl. réfère à une activité] Faire. Qu'est-ce que tu fiches? Synon. fabriquer, foutre (vulg.).Des obligations, des obligations! Mais jamais!... Que voulez-vous fiche avec des obligations? C'est de la matière morte... (Zola, Argent,1891, p. 120).Comme si vous ne devriez pas avoir honte de vous faire flanquer quatre mille balles pour ne rien fiche, que rigoler tout bas et que ronfler tout haut (Courteline, Ronds-de-cuir,1893, 4etabl., 1, p. 130).Mais alors, mon excellent cher, qu'est-ce que vous fichez, depuis un mois que vous êtes ici! (Farrère, Homme qui assass.,1907, p. 49).
[Le compl. est explicité] Fiche/ficher le bordel, la pagaille. Synon. flanquer (fam.), foutre (vulg.).
Locutions
1. Ne pas en fiche/ficher une datte, une rame, une secousse. Ne rien faire. Les gens qui partiront dans trois semaines, et qui déjà « partent » moralement en n'en fichant plus une datte (Montherl., Célibataires,1934, p. 830).
2. Fiche/ficher le (son) camp
a) S'en aller promptement. Fiche le camp d'ici. Synon. déguerpir, foutre le camp (vulg.).Si le siège de Paris a lieu (ce que je crois maintenant), je suis très résolu à ficher mon camp avec le fusil sur le dos (Flaub., Corresp.,1870, p. 143).Alors, je souffre trop ici, je m'en vais. − C'est ça, fichez le camp, bon voyage! (Zola, Terre,1887, p. 417).
b) Tomber en ruines, partir en morceaux. Jean avait ramené ses regards sur le pont de bateaux, au-dessous d'eux. − Regarde donc!... Tout va fiche le camp. Jamais nous ne passerons (Zola, Débâcle,1892, p. 155).
Au fig. L'écriture de M. Dandillot se défaisait, fichait le camp de toutes parts : cadavre d'écriture (Montherl., Pitié femmes,1936, p. 1203).Quelqu'un a raconté (...) que les rentes fichent le camp (Nizan, Conspir.,1938, p. 114).
II.− [Avec un compl. prép. locatif; avec indication de mouvement] Envoyer, mettre quelque chose quelque part. Fiche, ficher à la porte; fiche, ficher qqn dehors, en l'air. Synon. flanquer (fam.), foutre (vulg.), mettre.Depuis un an (...) il n'a pas fichu les pieds chez nous (Bloy, Journal,1902, p. 91).Vous avez manqué fiche votre vin par terre (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 154):
2. La mère avait été fichue à l'eau, une pierre au cou, dans le raz de Sein. Personne n'avait pu rien voir ni rien entendre. Des goélands peut-être, pas des hommes... Queffélec, Recteur,1944, p. 186.
[Avec un datif éthique] Fiche-moi ça dehors.
Loc. Fiche/ficher (qqn) dedans*. Fiche (qqn) sur la paille*.
Emploi pronom. réfl. Synon. envoyer (s'), flanquer (se), foutre (se) (vulg.).Se fiche/ficher en l'air; se fiche (la figure) par terre. − Non, puisque je me suis retenue en me fichant sur mes reins (Balzac, E. Grandet,1834, p. 39).Chaque fois que je titubais, Que j'allais de guingois, en biais, Il manquait se ficher par terre (Ponchon,Muse cabaret, Dégustations,1920,p. 61).« ... La bagnole s'est fichue en l'air, juste à temps » (Bernanos, M. Ouine,1946, p. 1410).
III.− [Avec un compl. prép. introd. par en désignant un état physique ou psychol.] Mettre quelqu'un (dans tel ou tel état). Il m'a fichu en rogne. Synon. foutre (vulg.).Non, vrai, c'était à ficher en colère et à démoraliser le bon Dieu en personne! (Zola, Débâcle,1892, p. 246).
Emploi pronom. réfl. Je veux bien encore recevoir un billet..., sinon, M. Dupuis va se fiche en colère et il fera trembler toute la maison (Becque, Corbeaux,1882, IV, 10, p. 244).
IV.− [Avec un compl. datif]
A.− Donner. Je vous fiche ma démission. Je vous ficherai à souper et je vous coucherai (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 297).Qui est-ce qui lui avait fichu un gaillard qui se trompait sur la chaux, la brique, la meulière (Zola, Œuvre,1886, p. 342).
Je vous/t'en ficherai (!); on t'en fichera (!). [S'emploie, accompagné de la reprise des paroles de l'interlocuteur pour montrer qu'on n'est pas d'accord avec ses propos] Il veut faire l'artiste lui aussi, et discute : « Vous ne trouvez pas que les joues sont bien jaunes? » ou « Le blanc de l'œil me semble un peu froid. » Je t'en ficherai du blanc de l'œil (Romains, Hommes bonne vol.,1932, p. 78).
Loc. Fiche/ficher son billet* à qqn.
B.− [Le compl. désigne une action nuisible ou désagréable pour qqn] Donner. Fiche/ficher un coup de poing à qqn; fiche/ficher le feu*. Ficher une gifle, ficher un coup de pied (Ac.). Synon. flanquer, foutre (vulg.).C'est une frime pour me faire venir auprès de toi et pour me ficher une ratapiole (Sue, Myst. Paris,t. 3, 1842, p. 152).D'ailleurs, tu feras bien d'obéir, parce que, sans ça, je te ficherai une fessée... (Colette, Dialog. bêtes,1905, p. 50).On ne m'a pas mangé, non, mais, il s'en est fallu d'un poil qu'on me fiche un coup de fusil (Giono, Baumugnes,1929, p. 61).
Emploi pronom. réciproque. Se donner. Se fiche/ ficher des tornioles. Synon. se flanquer, se foutre (vulg.).La cuisinière dit qu'ils ont des figures, là-dedans, enfin des figures de gens qui se ficheront des claques avant ce soir (Zola, Pot-Bouille,1882, p. 216).
C.− [Le compl. désigne un état psychol. ou physique] Mettre quelqu'un (dans tel ou tel état). Ça me fiche le trac, la trouille; le cinéma lui fiche le cafard. Synon. donner, flanquer (fam.), foutre (vulg.).Jean. − Oui, mais ça m'a fichu la migraine! (Guitry, Veilleur,1911, p. 12).
En partic. Ça me/te/etc., fiche que. Ça me (te, etc.) met dans tel ou tel état, telle ou telle situation. Synon. faire.Françoise (...) ne se tourna même pas. − Qu'est-ce que ça me fiche? − Ça te fiche, que tu l'aurais pour beau-frère, et que je désire savoir s'il te plairait (Zola, Terre,1887, p. 130).
Qu'est-ce que ça peut me/te/lui/etc., fiche que... Je (tu, il, etc.) me (te, se, etc.) moque de... (Dict. xxes.).
Loc. Fiche/ficher la paix (à qqn). Laisser (quelqu'un) tranquille. Si la Ligue des Droits de l'Homme veut avoir la paix, qu'elle commence par nous la fiche (Péguy, Argent,1913, p. 1263).Vous avez le don de me porter sur les nerfs à un point que je ne saurais dire. Donc, fichez-moi la paix et que ça ne traîne pas. Je ne suis pas à la rigolade aujourd'hui, je vous en préviens (Courteline, Ronds-de-cuir,1893, 2etabl., 1, p. 60).
V.− Emploi pronom. [Avec un compl. introd. par de] Se moquer (de quelque chose, de quelqu'un). Ils se fichent de nous; on s'est fichu de leur figure. Vous ramassiez tout, jusqu'à la pièce de 40 sous, en vous fichant bien d'exposer à des privations deux petits enfants (Bloy, Journal,1899, p. 295).Je ne comprends pas du tout. À quoi ce petit bout de fossé peut-il servir? C'est se ficher du monde (Romains, Hommes bonne vol.,1938, p. 144):
3. « Quoi! Après tout on s'en fiche? » Mais il avait beau vouloir dire par là qu'après tout on se fichait des conséquences, il est probable qu'il ne s'en fichait pas tant que cela... Proust, Temps retr.,1922, p. 822.
Loc. Se fiche/ficher de qqc. comme de l'an* quarante, de colin-tampon, de sa première chemise*, d'une guigne*. N'avoir cure de quelque chose. (Dict. xxes.).
Prononc. et Orth. : [fiʃe]. Ds Ac. 1932, s.v. ficher. Les 2 formes ds Dub. et Lar. Lang. fr. Étymol. et Hist. 1. 1695 pronom. « se moquer de » (Ghérardi, Le Théâtre italien [t. V, p. 459, VI, p. 310]); 2. av. 1834 « ne pas se tourmenter » (Béranger, On s'en fiche ds Littré). V. ficher1.
STAT. − Ficher1, 2 et 3. Fréq. abs. littér. : 1 190. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 243, b) 1 253; xxes. : a) 3 646, b) 1 999.
Bbg. Orr (J.). Qq. étymol. scabreuses. Archivum linguisticum. 1950, t. 1, pp. 52-73. − Pauli 1921, p. 46. − Quem. DDL t. 1, 5.

Wiktionnaire

Verbe 1

ficher \fi.ʃe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire entrer par la pointe.
    • Il était blessé en plusieurs endroits et avait quatre flèches fichées dans le dos. — (Dillon, Voyage dans la mer du sud, Revue des Deux Mondes, 1830, tome 1)
    • Il découvrit bientôt la carcasse de l’un des monoplans asiatiques […]. La machine avait évidemment opéré une chute verticale […], et la pointe avant était fichée dans le sol. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 249 de l’éd. de 1921)
    • Au dessus de la cheminée, sur un piton de fer planté au mur, était fiché un pan de lard gras. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (Figuré) Fixer, en parlant du regard fixement arrêté sur quelque chose.
    • Avoir les yeux fichés en terre, les yeux fichés sur quelque chose.
  3. (Maçonnerie) Faire entrer du mortier dans les joints entre des pierres avec un instrument nommé fiche.

Verbe 2

ficher \fi.ʃe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se ficher)

  1. (Familier) faire ; travailler.
    • — Tu ne trouveras pas beaucoup de villes aussi faignantes que celle-ci. Parole d'honneur ! personne ne fiche rien. — (Jules Romains, Le bourg régénéré: conte de la vie unanime, Librairie Léon Vanier, 1906, p. 55)
  2. Foutre, asséner, flanquer.
    • Et voilà qu'il se met à broussiner. […].
      J'ai à peine le temps d'enclencher les essuie-glaces qu'un renard sort du fossé devant moi, me fichant une trouille bleue.
      — (Marie Meyer, Au bout de mes rêves, Éditions Déliées, 2018)
  3. (Pronominal) (s'en ficher) Ne pas s'intéresser.
    • Elle s’en fiche de lui, il ne l’intéresse plus.
  4. (Pronominal) (se ficher/fiche de quelqu'un) Se moquer (de quelqu'un).
    • Il se fichait de son ami qui avait fait tomber sa glace.

Verbe 3

ficher \fi.ʃe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Mettre en fiches.
    • Il est fiché par la police.
    • Dans un programme baptisé "Marco Polo", l'opérateur téléphonique aurait ainsi fiché 45 salariés en les classant par catégories : "dossier à construire pour faute", "clause mobilité", ou encore "à négocier départ", etc. — (Licenciement haut débit chez Free, Le Canard enchaîné, 1er juin 2016)
  2. Noter sur une fiche.
    • Ficher un renseignement.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FICHER. v. tr.
Faire entrer par la pointe. Ficher un clou. Ficher un pieu. Ficher en terre. Ficher bien avant. Fig., Avoir les yeux fichés en terre, les yeux fichés sur quelque chose, Avoir les yeux baissés vers la terre, les avoir fixement arrêtés sur quelque chose. Il se dit, en termes de Blason, des Croix et des croisettes qui ont le pied aiguisé. Popul., Ficher une gifle, ficher un coup de pied, ficher la paix, Donner une gifle, un coup de pied, laisser la paix à quelqu'un. Je m'en fiche, Je m'en moque. Se ficher de quelqu'un, Se moquer de lui. Se ficher de quelque chose, Ne pas y attacher d'importance.

Littré (1872-1877)

FICHER (fi-ché) v. a.
  • 1Faire pénétrer et fixer par la pointe, par un bout. Ficher un pieu en terre. Nos vainqueurs et nos législateurs [les Romains] ne savaient compter leurs années qu'en fichant des clous dans une muraille par la main de leur grand pontife, Voltaire, Dict. phil. Hist. 2.

    Se ficher, ficher à soi, enfoncer dans soi. Elle s'était fiché un bâton, devinez où, Sévigné, 269.

  • 2 Terme de maçon. Ficher une pierre, faire entrer, à l'aide de la fiche, du mortier sous la pierre lorsqu'elle est posée.
  • 3 Fig. Il se dit des yeux, des regards qu'on arrête sur quelqu'un ou quelque chose ; autrefois dans le style élevé, aujourd'hui dans le style familier. Il y fiche ses yeux [à cette empreinte], il la baigne, il la baise, Malherbe, I, 4.
  • 4Intercaler, mêler. Nous fichons quelquefois de l'italien dans nos lettres, Sévigné, Lett. 8 déc. 1675.
  • 5Se ficher, v. réfl. Être fiché, enfoncé. Pendant qu'un jeune prince parcourt les sentiers hérissés de buissons, une épine aiguë se fiche dans son pied, Fénelon, t. XIX, p. 467.

SYNONYME

FICHER, FIXER. Ce que l'on fiche, on l'enfonce par un bout. Ce que l'on fixe n'a pas besoin de cette condition ; c'est simplement rendre fixe.

HISTORIQUE

XIIe s. En la main destre l'a au paien fichez [un bref], Ronc. p. 24. Maint tres [tente] i o tendu et mainte aigle fichie, Sax. VII. Quant il ont en bataille fichié leur estendart, ib. XI.

XIIIe s. Que l'aleine lui faut, au bois [elle] se va fichier [enfoncer], Berte, XXXVIII. Bonnes [bornes] si sont unes choses qui sont fichées, comme pierres ou pex [pieux], et fet chascun certain par où son heritage vet [va], Liv. de just. 149. Certes tous jors en remembrance Deüsses avoir sa sentence ; Si devroient tuit homme saige, Et si fichier en lor coraige Que jamès ne lor eschapast, la Rose, 6816. Mais la sajete barbelée, Qui Biautés estoit apelée, Fu si dedens mon cuer fichie, Qu'al n'en pot estre hors sachie [tirée], ib. 1725. Se l'entendement i fichon [si nous y faisons attention], ib. 14086. Si ne fait pas richesse riche Celi qui en tresor la fiche, ib. 4992. Si verroit toutes les esteles, Cleres et reluisans et beles, Soient errans, soient fichies, En lor esperes estachies, ib. 20529. Quant les gens le conte virent ce, il lessierent l'ost, et se ficherent par desus la lice, et coururent sus aux Sarrazins à pié, Joinville, 233.

XIVe s. Fay pieux et les ficque de renc à plain pié l'un de l'autre, Modus, f° LXIX, verso.

XVe s. Bouciquaut tira tantost la dague, et soubdainement se fiche sous les bras de l'autre, qui jamais ne l'eust cuidé, Bouciq. I, 9. Le feu qui estoit fiché par les maisons, prit en peu d'heures, ib. I, 32.

XVIe s. Brutus regarda tousjours, avec les yeulx fichez, punir ses propres enfans, Amyot, Public. 8. Il ne sçavoit pas ficher un but au cours de sa prosperité, Amyot, Marius, 61. Il ne fichoit pas les bornes de son esperance à la conqueste de la Syrie ny des Parthes, Amyot, Crassus, 30. Sans mot dire, les yeulx fichez en terre, Montaigne, I, 6. Fichant les yeulx sur la frescheur de mon visage, Montaigne, I, 91. Il tiendra sa veue tousjours fichée en cest endroit, Paré, XVII, 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FICHER, v. act. (Art méch.) il désigne en général l’action de faire entrer un corps ordinairement pointu, dans un autre. Ainsi on fiche un clou dans une muraille, un pieu dans la terre, &c.

Ficher, terme de Maçonnerie, c’est faire entrer du mortier, avec une latte, dans les joints du lit des pierres lorsqu’ils sont calés, & remplir les joints montans d’un coulis de mortier clair, après avoir bouché les bords des uns & des autres avec de l’étoupe. On fiche aussi quelquefois les pierres avec moitié de mortier & moitié de plâtre clair. On appelle ficheur, l’ouvrier qui sert à couler le mortier entre les pierres, & à les jointoyer & refaire les joints. (P)

Ficher, en termes de Cardier, c’est l’action d’insérer les pointes dans les petits trous du feuillet. Voy. Feuillet.

Ficher, (Jard.) se dit de l’opération de mettre les échalas en terre ; soit le long des espaliers, pour soûtenir les seps de vigne, de verjus ; soit dans la vigne même. (K)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « ficher »

Picard, fiker ; provenç. ficar ; espagn. fijar, hincar ; portug. fincar ; ital. ficcare. Diez remarque avec raison que, bien que ce verbe roman indique le latin figere, cependant il est impossible de le tirer directement soit de figere, soit de fixus, par aucune étymologie légitime. Il faut donc supposer un développement par le suffixe icare, figicare. ou fixicare, comme dans pendicare, de pendere, pencher ; suffixe qui d'ailleurs appartient au latin (voy. fodicare, de fodere, vellicare, de vellere). Ficher ne peut venir ou être une forme de fixer, attendu que ficher est ancien, et fixer moderne.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Verbe 1) (XIIe siècle) Du latin figere (« ficher, enfoncer, planter, fixer, percer, transpercer, traverser, clouer », d’où « afficher, publier, suspendre »). Il est apparenté à pic, piquer, pioche, etc. Le participe du verbe latin fixi nous a aussi donné fixer, fixe, affixe, etc.
(Verbe 2) (XVIIe siècle) Même verbe utilisé comme euphémisme de foutre comme le montre la réfection du participe passé fichu sur foutu et celle de l'infinitif fiche sur foutre.
(Verbe 3) (1939) Dénominal de fiche.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ficher »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ficher fiʃe

Évolution historique de l’usage du mot « ficher »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ficher »

  • On ne sait pas pourquoi une idée vient se ficher dans votre tête. De Pierre Jolivet / Figaro, 8 avril 2015
  • Quinze associations dénoncent la volonté de l’État de contraindre les départements à ficher les mineurs isolés étrangers. L'Humanité, Ils n’ont pas honte !. Chantage sur le fichage des enfants | L'Humanité
  • Quatre associations LGBT ont déposé lundi un recours pour excès de pouvoir devant le Conseil d’État. Elles accusent le dossier pénal numérique de "ficher les homosexuels". SudOuest.fr, Le nouveau "dossier pénal numérique" attaqué en justice par des associations LGBT
  • Les médecins généralistes n’avaient pas vraiment été intégrés dans la stratégie de lutte contre la contamination. Le gouvernement fait désormais appel à eux pour pister, voire ficher, les patients après le déconfinement. Le projet de loi de prolongation de l’état d’urgence sanitaire, en discussion cette semaine au Parlement, prévoit que les généralistes « participent à la mise en œuvre » d’un système d’information sur les « personnes atteintes par ce virus et aux personnes ayant été en contact avec elle » [1]. Basta !, Ficher les patients Covid et leur entourage : des médecins dénoncent « un précédent très dangereux » - Basta !

Images d'illustration du mot « ficher »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « ficher »

Langue Traduction
Anglais file
Espagnol expediente
Italien file
Allemand datei
Chinois 文件
Arabe ملف
Portugais arquivo
Russe файл
Japonais ファイル
Basque fitxategia
Corse fugliale
Source : Google Translate API

Synonymes de « ficher »

Source : synonymes de ficher sur lebonsynonyme.fr

Ficher

Retour au sommaire ➦

Partager