Plier : définition de plier


Plier : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PLIER, verbe

I. − Empl. trans.
A. −
1. Rabattre sur elle-même une matière souple (étoffe, papier, etc.) afin d'obtenir deux ou plusieurs épaisseurs. Synon. replier; anton. déplier, déployer, développer, étaler, étendre.Plier une couverture, des draps, du linge; plier un journal, une lettre, une carte routière; plier en deux, en trois, en éventail, en triangle. Personne ne savait plier une chasuble mieux que moi (Stendhal,Rouge et Noir, 1830, p.192).Il plia le papier en quatre et le posa devant son voisin, exactement entre ses deux coudes (Green,Moïra, 1950, p.164):
1. Enfin il déposa les couverts sur la table, régulièrement, l'un en face de l'autre; il plia les serviettes dessus avec soin, en bateau et en bonnet d'évêque, se plaçant tantôt à droite, tantôt à gauche, pour juger de la symétrie. Erckm.-Chatr.,Ami Fritz, 1864, p.23.
Empl. abs., TECHNOL. Ma mère, malade, se fit brocheuse, coupa, plia (Michelet,Peuple, 1846, p.23).Les machines à coudre et à plier dotaient la reliure industrielle des outils qui, sans cesse améliorés, allaient lui permettre un constant développement (Civilis. écr., 1939, p.10-16).
Empl. pronom. réfl. Un seul ruban d'écume, qui se plie et se déplie au gré des mouvements du sol sur les pentes lentes ou rapides de ses collines (Lamart.,Voy. Orient, t.2, 1835, p.258).
Empl. pronom. à sens passif. Ces branches se pliaient facilement et volontiers pour entrer dans la fournaise (Bloy,Journal, 1903, p.205).
2. Expr. vieillies
Plier sur la main. Enrouler de la laine, du fil, etc. autour des mains écartées d'un aide, afin de former un écheveau. (Dict.xixes., Lar. 20e, Lar. encyclop.).
Plier la toilette (fam.). Voler les vêtements (de quelqu'un); p.ext., dévaliser (quelqu'un). (Ds J.-F. Rolland, Dict. mauv. lang., 1813, p.106).
3. P. méton., région. Emballer, rassembler, ranger (quelque chose). Plier ses affaires, ses livres; plier qqc. dans du papier de soie. Elle plia dans la serviette une tartine de pain bis qui était également restée sur la table (Zola,Faute Abbé Mouret, 1875, p.1227).Gilbert avait plié ses copies, et s'apprêtait à partir (Arland,Ordre, 1929, p.338):
2. ... [Napoléon] est donc arrivé tranquillement jusqu'aux bords du Niémen. Là, il a amusé l'Empereur et son Chancelier par de vaines négociations, puis il a traversé le fleuve sans coup férir, et, le 25 juin, il est entré à Vilna, chassant devant lui l'Empereur, qui à peine eut le temps de plier sa vaisselle. J. de Maistre,Corresp., 1812, p.169.
P. métaph. Je la connais, leur honnêteté. La grosse la plie tous les matins dans son armoire à glace, pour ne pas la salir (Zola,Ventre Paris, 1873, p.839).
Plier bagage. V. bagage I C 3.
Arg. Plier ses chemises. Mourir. (Ds France 1907). Synon. plier bagage*.
B. − Rapprocher les parties articulées (d'un objet, d'un ensemble) en les rabattant les unes sur les autres. Synon. replier, refermer; anton. déplier, déployer, dresser, ouvrir.Plier un éventail, un paravent, une table. Elle plia l'escabeau, que Catherine alla porter derrière le maître-autel (Zola,Faute Abbé Mouret, 1875, p.1283).L'homme (...) plia son couteau qui fit un déclic sec (Genevoix,Raboliot, 1925, p.196).
Empl. pronom. à sens passif. Un de ces fauteuils en fer qui se plient comme celui que j'avais emporté en Italie (Mérimée,Abbé Aubain, 1847, p.157).
En partic. [L'obj. désigne une partie articulée du corps] Plier les bras, les jambes, les jarrets, les pattes. Les oiseaux pliaient leurs ailes humides et se réfugiaient dans les broussailles (Sand,Lélia, 1833, p.197).Il plia les genoux, ferma doucement ses paupières, et mourut (Flaub.,St Julien l'Hospitalier, 1877, p.98):
3. Le mouvoir est l'agir en tant qu'il s'applique à l'organe et non en tant qu'il se termine (...) aux choses et au monde (...). Je passe constamment d'un point de vue à l'autre; par exemple je puis dire: je suspens un tableau, je tiens un marteau, je plie les doigts. Ricoeur,Philos. volonté, 1949, p.199.
Empl. pronom. à sens passif. La manière dont se plient ou se plissent les ailes mérite quelques considérations (Cuvier,Anat. comp., t.1, 1805, p.461).
Plier le(s) genou(x). Adopter une attitude d'adoration, de respect, de soumission. Déjà parlait une voix qui avait fait découvrir toutes les têtes et plier tous les genoux (Goncourt,MmeGervaisais, 1869, p.95).
C. − Courber fortement une chose flexible au moyen d'une charge ou en exerçant une pression. Synon. arquer, incurver, ployer, tordre; anton. redresser.Plier une branche, un roseau, de l'osier, une lance. Sa force était telle qu'il [Léonard de Vinci] pliait facilement un fer de cheval (Stendhal,Hist. peint. Ital., t.1, 1817, p.183).Un enfant qui plie un jonc sur son genou (Romains,Vie unan., 1908, p.84):
4. Une haleine passait dans le souffle des vents; Leur aile frissonnante aux sauvages allures Qui brise dans les bois les grands feuillages roux, En pliant les rameaux courbait des chevelures... Banville,Cariat., 1842, p.162.
1. En partic. [L'obj. désigne tout ou partie du corps] Incliner, fléchir. Plier le buste, le dos, la nuque; plier l'échine sous un fardeau. Il plia le cou et baisa la main appuyée sur son épaule gauche (Zola,E. Rougon, 1876, p.178).Son corps adolescent se penchait sur des pupitres d'enfant qui le pliaient en deux (Green,Autre sommeil, 1931, p.12).
HIPP. Plier un cheval. Lui amener la tête en dedans ou en dehors, afin de lui assouplir l'encolure. (Dict. xixeet xxes.). Synon. mettre un cheval dans un bon pli (v. pli1).
Au fig. [Avec une idée de respect, de soumission] Si leurs études leur avaient suffi pour se trouver eux-mêmes, ils n'auraient jamais rendu de culte à des idoles, n'auraient jamais plié le cou devant une créature ou redressé la tête contre leur créateur (Gilson,Espr. philos. médiév., 1932, p.15).
Empl. pronom. réfl. Ces réflexions brisèrent moralement Émile, comme un homme qui, se pliant un jour, ne peut se redresser et se trouve courbé en deux pour le reste de sa vie (Duranty,Malh. H. Gérard, 1860, p.119).De grosses dames impudiques se plient dans la pâleur des tangos, tournent dans la valse (Aragon,Beaux quart., 1936, p.192).
2. Au fig. Soumettre à une influence, à une autorité; faire céder, accoutumer à (faire) quelque chose. Synon. assujettir, discipliner.
[L'obj. désigne une pers.] Plier qqn à de nouvelles habitudes. Quelques jours après, il vint un poney pour Jacques, que son père, excellent cavalier, voulait plier lentement aux fatigues de l'équitation (Balzac,Lys, 1836, p.136).Il a enfin plié tous ses élèves à une discipline excellente et pour le corps et pour l'âme (Huysmans,Oblat, t.1, 1903, p.82):
5. C'est dès la prime enfance que les parents doivent veiller à ne pas favoriser ces fixations. Il faut pour cela qu'ils renoncent non pas à leur autorité, mais à l'égocentrisme qui y déborde plus ou moins largement. «L'exercice de l'autorité» est pour beaucoup d'entre eux le plaisir de plier un être faible à leurs caprices. Mounier,Traité caract., 1946, p.99.
[L'obj. désigne l'esprit hum., les réalités abstr. qui s'y rattachent] Ils accordent plus de réalité à la logique qu'aux faits, et ils veulent plier les faits à la théorie au lieu de plier la théorie suivant les faits (Cl. Bernard, Princ. méd. exp., 1878, p.220).Je préfère ne plus rien écrire, plutôt que de plier mon art à des fins utilitaires (Gide,Journal, 1932, p.1149):
6. ... je me laisse très facilement tromper aux apparences et j'ai un esprit trop raide, trop maladroit pour pouvoir le plier à comprendre les détours des autres, du tien surtout. De là ces reproches que tu m'as souvent faits, de ne pas saisir à demi-mot, d'avoir besoin toujours d'explications. Rivière,Corresp.[avec Alain-Fournier], 1909, p.131.
Empl. pronom. réfl. Se plier à qqc.Synon. s'adapter, se soumettre à qqc.Se plier aux circonstances, aux lois, aux usages; se plier de bonne grâce à qqc. Vous savez ce qu'il en coûte à l'esprit pour se plier à des formes vulgaires, pour déroger, pour s'amoindrir (Reybaud,J. Paturot, 1842, p.65).Cette collectivité est ainsi contrainte de se plier à des attitudes conçues en vue de satisfaire une réalité qui n'est plus la sienne (Gaultier,Bovarysme, 1902, p.144):
7. ... plutôt que de rester inactif, je me demande si Robert ne finirait pas par les rejoindre [les communistes]. Je n'aime pas cette idée. Ça lui serait plus dur qu'à n'importe qui de se plier à des mots d'ordre avec lesquels il ne serait pas d'accord. Beauvoir,Mandarins, 1954, p.49.
II. − Empl. intrans.
A. − Se courber, s'incliner (sous l'effet d'une pression, d'une charge). Synon. fléchir, ployer.
1. [Le suj. désigne une réalité concr.] Branche, rameau, lame, planche qui plie. Le grand mât résista à peine deux secondes, plia... se rompit avec un bruit éclatant (Sue,Atar-Gull, 1831, p.3).Le bouleau perdit ses feuilles, le sapin plia sous la neige (Tharaud,Ombre de la Croix, 1917, p.274).
2. [Avec un compl. prép. introd. par sous] Plier sous la charge, le fardeau. Si leur dieu avait tant de puissance, dit Pharaon (...), les laisserait-il ainsi captifs, humiliés et pliant comme des bêtes de somme sous les plus durs travaux? (Gautier,Rom. momie, 1858, p.326).Des orangers en avenue plient sous le poids des oranges vertes (Gide,Voy. Congo, 1927, p.711):
8. ... l'enfant (...) resta creusé ainsi pendant de longues secondes, secoué de frissons et de tremblements convulsifs, comme si sa frêle carcasse pliait sous le vent furieux de la peste et craquait sous les souffles répétés de la fièvre. Camus,Peste, 1947, p.1392.
P. métaph. Les maisons de la Croix-Rousse descendent en escalier vers un fleuve pliant sous le joug de ses trente-huit ponts (Morand,Chron. homme maigre, 1941, p.49).
B. − P. anal. [Le suj. désigne une armée, une troupe de soldats] Abandonner le terrain, battre en retraite. Synon. fléchir, reculer.Quelques bataillons hanovriens plièrent (Hugo,Misér., t.1, 1862, p.400).L'attaque autrichienne fit instantanément plier le front italien sur une étendue de 60 kilomètres (Joffre,Mém., t.2, 1931, p.287).
C. − Au fig. [Le suj. désigne une pers. ou un groupe de pers., son comportement, ses sentiments] Céder, se soumettre. Synon. fléchir.Plier devant une contrainte, des exigences, une volonté. La femme réussit quelquefois où l'homme succombe, car elle sait plier (About,Grèce, 1854, p.104).Elle a un esprit hautain, contradicteur, qui ne veut jamais plier et cherche à faire plier les autres (Duranty,Malh. H. Gérard, 1860, p.212):
9. ... [la reine Victoria] sentait maintenant l'opinion hostile à une hégémonie allemande sur le continent. Pour prévenir une nouvelle guerre, elle écrivit de sa main à l'Empereur Guillaume et au Tsar (...) Bismarck plia, mais dit avec vigueur ce qu'il pensait de la famille royale d'Angleterre. Maurois,Édouard VII, 1933, p.69.
Proverbe. [P. allus. à la fable de La Fontaine, Le Chêne et le Roseau] Mieux vaut plier que rompre. Il est préférable de céder plutôt que de résister. [P. réf. à ce proverbe] Sans la reine qu'eût fait Mazarin? (...) Pour elle, il résistera, il pliera sans rompre, il gagnera la partie (Brasillach,Corneille, 1938, p.261).L'aristocratie ne s'imagine pas sans un peu de distance à l'égard de soi-même et de sa propre vie. On meurt s'il le faut, on rompt plutôt que de plier. Mais moi, je plie, parce que je continue de m'aimer (Camus,Chute, 1956, p.1512).
III. − Empl. part. passé adj. (Être) plié.[Le suj. désigne tout ou partie du corps] D'autres [députés] pliés au bord de leurs pupitres comme sous l'ennui de cette corvée d'une séance publique, battaient doucement l'acajou du bout de leurs doigts (Zola,E. Rougon, 1876, p.13).
Être plié en deux. Rire au point d'avoir le corps courbé en deux. Luce (...) se tord sur une banquette, pliée en deux, pleurant de joie, et, sur la figure, une telle expression de bonheur sans ombre, que le rire me gagne, moi aussi (Colette,Cl. école, 1900, p.317).La compagnie tout entière a éclaté de rire. Broucke étouffait, plié en deux (Dorgelès,Croix de bois, 1919, p.69).
Prononc. et Orth.: [plije], (il) plie [pli]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Trans. 1. 881 pleier «contraindre quelqu'un à céder» (Eulalie, 9 ds Henry Chrestomathie, p.3); 2. ca 1100 «rabattre (une chose souple) sur elle-même, mettre en double une ou plusieurs fois» (Roland, éd. J. Bédier, 2677); 3. a) ca 1150 «rabattre l'une sur l'autre (les parties d'un ensemble articulé); fermer (cet ensemble)» (Charroi de Nîmes, éd. D. McMillan, 723); b) 1420 pliant adj. «articulé de manière à pouvoir se plier» (Inventaire du Louvre ds Havard: chayère ployant); 1507 chaize pliant (Inventaire du duc de Bourbon, ibid.); 1658 pliant subst. «siège de toile sans dossier ni bras, à pieds articulés en X» (Abbé Audren, Inventaire du mobilier du château de Vitré, 64 ds IGLF); c) 1753 plié subst. chorégr. (Encyclop. t.3, s.v. chorégraphie, p.367b); 4. 1erquart du xiiies. «courber (une chose flexible)» (Renclus de Molliens, Carité, 108, 2 ds T.-L.). B. Intrans. 1. Ca 1140 «céder, faiblir» (Geffrei Gaimar, Histoire des Anglais, éd. A. Bell, 901); 2. 1160-74 «se courber, fléchir» (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, III, 8733). Du lat. plicare «plier», devenu en a. fr. pleier, ploier, d'où ont été refaites, d'après des verbes à alternance vocalique comme nier* ou prier*, d'abord les formes à rad. accentué (ca 1165, [Chrétien de Troyes], Guillaume d'Angleterre, éd. M. Wilmotte, 2585 < : die > , ca 1180, Vie de S. Gilles, éd. G. Paris et A. Bos, 3 04 < : finie > ;, etc.), puis les formes à finale accentuée (déb. du xiiies. plier, Philippe de Thaon, Comput, éd. E. Mall, 138, var. du ms. S, xiiies. replier, Faits des Romains, éd. L.-F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, p.95, 14, début du xives. desplier, Roland, ms. de Châteauroux, éd. W. Foerster, p.379, 27, xives. desplié, Floovant, éd. S. Andolf, 2388). Au xviies., on a essayé d'introduire une différenciation sém. entre plier et ployer, v. FEW t.9, p.73a; Fouché Morphol., pp.51-52. Fréq. abs. littér. Plier: 1765. Plié: 850. Fréq. rel. littér. Plier: xixes.: a) 2267, b) 2945; xxes.: a) 2459, b) 2514. Plié: xixes.: a) 727, b) 1500; xxes.: a) 1456, b) 1314.
DÉR.
Pliable, adj.Susceptible d'être plié. a) [Le suj. désigne un obj.] Dont les parties articulées peuvent se rabattre les unes sur les autres. V. emboutible rem. s.v. emboutir ex. de Céline.b) Au fig. [Le subst. désigne l'esprit hum., ses manifestations] Capable de céder, disposé à se soumettre à un pouvoir, une volonté. Synon. accommodant, docile, soumis.Croyez-moi, rien n'est plus doux, plus pliable, plus aimant qu'une âme pieuse (E. de Guérin,Lettres, 1838, p.154).Convictions intransigeantes qui cachaient mal le caractère le plus pliable et le plus complaisant qui soit (Gide,Geneviève, 1936, p.1360). [plijabl̥]. Att. ds Ac. dep. 1694. 1resattest. a) ca 1200 ploiable «qui peut être plié aisément» (Dialogues Grégoire, 184, 9 ds T.-L.), xves. pliable (Gloss. lat.-fr., B.N., lat. 7679 ds Gdf. Compl.), b) 1543 fig. ployable (Marot, Psaumes, LXXXVI, 58 ds OEuvres compl., éd. C. A. Mayer, t.6, p.427); de plier, ployer, suff. -able*.
BBG.Dauzat Ling. fr. 1946, p.14. _ Gary-Prieur (M.-N.). Contribution à l'ét. de qq. règles sém. Thèse, Paris, 1979, pp.427-433, 441-444. _ Lanly (A.). Morphol. hist. des verbes fr. Paris, 1977, pp.103-104. _ Rothemberg (M.). Les Verbes à la fois trans. et intrans. en fr. contemp. The Hague-Paris, 1974, p.179, 194.

Plier : définition du Wiktionnaire

Verbe

plier \pli.je\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se plier)

  1. Mettre en double une ou plusieurs fois, en parlant du linge, des étoffes, du papier, etc.
    • Plier des vêtements, des draps de lit, des serviettes.
    • Plier des feuilles imprimées.
  2. Rabattre l’une sur l’autre les parties d’un objet.
    • C’est ouvert, dis-je en pliant mon journal. — (Sabrina Daubigny, Un meurtre presque parfait…, in Nouvelles policières, éditions Balthazar, avril 2003)
    • Plier une tente.
  3. Courber, fléchir.
    • Plier la branche d’un arbre.
    • Plier les genoux.
    • Plier le bras.
    • (Figuré) Dans cette circonstance, il n’y a qu’à plier les épaules et à prendre patience.
    • (Figuré) Plier les genoux devant le veau d’or : Faire servilement la cour à un homme riche, à une personne puissante ; faire des bassesses pour acquérir des honneurs, de la fortune.
  4. (Figuré) Assujettir, soumettre, faire céder, accoutumer.
    • Il faudra plier ce jeune homme à la règle.
    • Plier son esprit, son humeur aux volontés, aux désirs d’autrui.
  5. (Équitation) Amener la tête du cheval en dedans ou en dehors, afin de lui rendre l’encolure souple et de lui donner de la facilité dans les épaules.
    • Plier un cheval,
  6. (Familier) Terminer.
    • L’affaire est pliée.
    • Comme Christophe Castaner l’a lui-même reconnu, cette enquête de Pôle emploi ne suffit pas à plier le débat. — (Adrien Sénécat, Conseil de Macron à un chômeur : derrière les chiffres des emplois non pourvus, Le Monde. Mis en ligne le 17 septembre 2018)
  7. (Parler gaga) Emballer, empaqueter.
    • J’vous l’plie ? (je vous l’emballe ?)
  8. (Intransitif) Devenir courbé.
    • Un roseau, un bâton, une baguette qui plie.
    • La planche pliait sous lui.
    • De même, au figuré, plier se dit absolument : plions sous le joug de la foi (Boss.), c’est-à-dire ployons d’abord et entièrement. « L’empereur plia en tout sous la volonté de Charles XII. » Volt. Ployer, au contraire, se dit relativement et signifie plier peu à peu ou un peu, sous quelque rapport. « C’est à force de voir ces merveilles que le monde entier a enfin ployé sous le joug de la religion. » Fén. « Malgré toute la droiture qu’elle étale, la vertu du monde saura bien ployer, quand il faudra de la faveur. » Boss. — (Pierre Benjamin de Lafaye, Dictionnaire des synonymes de la langue française, Librairie de L. Hachette et Cie, Paris, 1861, deuxième édition, revue et corrigée)
    • Le mât de flèche plie sous l’effort et à sec de toile, le bateau roule terriblement. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  9. (Intransitif) (Figuré) Être surchargé d’affaires, être accablé par l’âge.
    • Plier sous le poids des affaires, sous le poids des années,
    • Plié en deux se dit, par exagération, d’un Homme que l’âge ou la maladie empêche de se tenir droit.
  10. (Intransitif) (Figuré) Céder ; se soumettre.
    • Voyez les difficultés de la Commission européenne pour faire plier les Gafa, qui ne payent quasiment pas d’impôts dans les pays où ils sont implantés. — (Pascal Chabot, interview dans Télérama n° 3558, 21 mars 2018, page 4)
    • Si Hostrup faisait marche arrière aujourd'hui, toutes les mésaventures qu'il avait subies pour faire plier Mørk n'auraient plus aucun sens et rimeraient tout au plus avec fiasco. Hostrup ne pouvait plus faire marche arrière. — (Anders Bodelsen, Mauvais Calcul, traduit du danois par Anne Renon, éd. Autrement, 2014)
    • C’est un roseau qui plie à tout vent : Se dit d’une personne qui n’a point de fermeté, qui cède à toutes les impulsions qu’on veut lui donner.
    • Il vaut mieux plier que rompre : Il vaut mieux céder que de se perdre en résistant ; il est souvent plus avantageux de céder que de résister trop opiniâtrement.
    • Plier sous l’autorité, sous les ordres de quelqu’un.
    • Plier sous les lois de la nécessité.
    • Il fait tout plier sous sa volonté.
  11. (Intransitif) (Figuré) Reculer en parlant des troupes qui reculent dans un combat.
    • Ce corps d’armée plia sous le nombre.
    • L’aile droite fut la première à plier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Plier : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PLIER. v. tr.
Mettre en double une ou plusieurs fois, en parlant du Linge, des étoffes, du papier, etc. Plier du linge. Plier des vêtements, des draps de lit, des serviettes. Plier des feuilles imprimées. Plier en quatre, en huit, en seize, etc. Plier bagage se dit d'une Armée qui décampe, qui se retire devant une autre. L'armée a plié bagage. Les ennemis, sachant qu'on marchait à eux, songèrent à plier bagage. Fig. et fam., Plier bagage, S'en aller. Il s'emploie aussi très familièrement dans le sens de Mourir.

PLIER signifie aussi Rabattre l'une sur l'autre les parties d'un objet. Plier un paravent. Plier une tente. Il signifie encore Courber, fléchir. Plier de l'osier. Plier la branche d'un arbre. Plier les genoux. Plier le bras. L'endroit où le bras, où la jambe se plie. Se plier en deux. Fig., Dans cette circonstance, il n'y a qu'à plier les épaules et à prendre patience. Fig., Plier les genoux devant le veau d'or, Faire servilement la cour à un homme riche, à une personne puissante; faire des bassesses pour acquérir des honneurs, de la fortune.

PLIER s'emploie figurément et signifie Assujettir, soumettre, faire céder, accoutumer. Il faudra plier ce jeune homme à la règle. Plier son esprit, son humeur aux volontés, aux désirs d'autrui. Se plier à la volonté, à l'humeur, aux caprices de quelqu'un. Se plier aux circonstances. Je ne saurais me plier à cela. En termes de Manège, Plier un cheval, Lui amener la tête en dedans ou en dehors, afin de lui rendre l'encolure souple et de lui donner de la facilité dans les épaules.

PLIER est aussi Intransitif et signifie Devenir courbé. Un roseau, un bâton, une baguette qui plie. La planche pliait sous lui. Le plancher pliait sous le faix. Cet arbre plie sous le poids de ses fruits. Faire plier un arc. Fig., Plier sous le poids des affaires, sous le poids des années, Être surchargé d'affaires, être accablé par l'âge. Plié en deux se dit, par exagération, d'un Homme que l'âge ou la maladie empêche de se tenir droit. Fig., C'est un roseau qui plie à tout vent se dit d'une Personne qui n'a point de fermeté, qui cède à toutes les impulsions qu'on veut lui donner. Fig., Il vaut mieux plier que rompre, Il vaut mieux céder que de se perdre en résistant; il est souvent plus avantageux de céder que de résister trop opiniâtrement.

PLIER s'emploie aussi intransitivement au figuré, et signifie Céder, se soumettre. Plier sous l'autorité, sous les ordres de quelqu'un. Plier sous les lois de la nécessité. Il fait tout plier sous sa volonté. Il ne pliera pas. Vous ne le ferez pas plier. Il signifie encore figurément Reculer, et, en ce sens, il se dit proprement des Troupes qui reculent dans un combat. Ce corps d'armée plia sous le nombre. L'aile droite fut la première à plier.

Plier : définition du Littré (1872-1877)

PLIER (pli-é), je pliais, nous pliions, vous pliiez ; que je plie, que nous pliions, que vous pliiez v. a.
  • 1Mettre en un ou plusieurs doubles et avec un certain soin du linge, des étoffes, du papier. Plier des serviettes, des hardes, une lettre. J'ouvrirai la valise, et vous, sans le plier, Tout du long au-dessus vous mettrez le papier, Hauteroche, Esp. fol. II, 7.

    Plier les étoffes, faire un pli au milieu dans toute leur longueur, et en faire ensuite plusieurs dans la largeur également distants les uns des autres, qu'on range alternativement en dedans et en dehors. Les femmes ne cessent jamais, ou de filer les laines, ou de faire des dessins de broderie, ou de plier les riches étoffes, Fénelon, Tél. III.

    Il se dit aussi pour remettre une étoffe en ses premiers plis.

    Plier sur la main, faire tenir les mains en l'air et un peu éloignées l'une de l'autre, et faire passer tout autour du fil, de la soie, du galon. Plier un écheveau.

    Plier des soies, mettre les écheveaux de soie, au sortir de la teinture, en deux ou en trois suivant la longueur qu'on veut donner aux bottes.

    Plier un éventail, le monter et y mettre le bois.

  • 2Serrer, fermer ce qui était étendu, déployé. La Nuit, qu'il me faut avertir, N'a plus qu'à plier tous ses voiles, Molière, Amph. I, 4.

    Plier bagage, serrer les tentes, les bagages, et, par suite, décamper, se retirer, en parlant d'un corps de troupes.

    Fig. Plier bagage, s'en aller, fuir à la hâte, furtivement. Tout est perdu, Cliton, il faut plier bagage, Corneille, Ment. V, 2.

    Populairement. Plier bagage, mourir.

    On dit aussi : plier son paquet, mourir.

    Plier la toilette, faire un paquet de la toilette, et, par suite, voler, emporter toutes les hardes d'une personne. Il y avait chez elle la plus grande liberté du monde… il y en a même qui lui ont volé tantôt sa bourse, tantôt sa pelotte d'argent… et jamais il n'y eut demoiselle du Marais à qui on ait si souvent plié la toilette, Tallemant, Historiettes, t. IX, p. 92.

    On a dit aussi : plier la serviette. Il la défend [une fille] dans ce métier Du commissaire du quartier, Et qu'un filou ne la maltraite, Ou n'aille plier sa serviette, le Voyage de Mercure, p. 92, dans FR. MICHEL, Argot.

    Plier toilette, s'est dit aussi dans le sens de plier bagage. Didon… Que la tyrannie et la haine De son frère Pygmalion… Contraignit de plier toilette, Et de déloger sans trompette, Scarron, Virg. I. Tous les dieux, de Paphos délogeant sans trompette, S'en vinrent habiter ces lieux ; Et même les Amours plièrent la toilette Avec ce que leur mère eut de plus précieux, Rousseau J.-B. Vers à Mme la comtesse de B***

  • 3Fléchir, courber. Plier les genoux. Plier le bras. Je pousse mon cheval et par haut et par bas, Qui pliait des gaulis aussi gros que le bras, Molière, Fâch. II, 7.

    Fig. Il faut plier les épaules, il faut se soumettre.

    Fig. Plier les genoux devant le veau d'or, voy. VEAU.

    Terme de manége. Plier un cheval, plier le cou d'un cheval, lui amener la tête en dedans ou en dehors, afin de lui rendre l'encolure souple.

    Plier les jarrets, manier sur les jarrets.

    Plier les reins, se dit du cheval qui aplatit sa croupe en galopant.

  • 4 Fig. Assujettir, faire céder, accoutumer. Tant Bucer avait réussi par ses discours ambigus à plier les esprits, de sorte qu'ils pussent se tourner de tous côtés, Bossuet, Variat. III, 13. Ces âmes inflexibles qu'on ne peut plier, et qui n'ont de l'état religieux que la clôture et que l'habit, Bourdaloue, Exhort. sur l'obéiss. relig. t. I, p. 272. Elle le plia avec douceur sous le joug de l'autorité maternelle, Fléchier, Duc de Mont. Etes-vous en état de discerner, entre vos conseillers, ceux qui suivent religieusement les règles, d'avec ceux qui voudraient les plier selon leurs vues ? Fénelon, t. XXII, p. 269. Tu dois à ton état plier ton caractère, Voltaire, Alz. I, 4. Elles plient à leur gré la volonté de leur amant, Diderot, Claude et Nér. I, 47. Un règne absolu de soixante-douze ans [de Louis XIV] avait plié deux ou trois générations à l'obéissance et à la crainte, Duclos, Œuv. t. v, p. 337. Qu'il plie, en approchant de ces superbes fronts, Sa tête à la prière et son âme aux affronts, Chénier, Élég. XVI.

    Accommoder. Il [l'homme] plia jusqu'aux métaux à son usage, Bossuet, Hist. I, 2. C'est la langue qui plie en tons articulés les sons vagues qui ne seraient que des chants ou des cris, Buffon, Ois. t. XI, p. 154.

    Porter, engager. Il n'y a ni poste, ni crédit, ni richesses, ni titres, ni autorité, ni faveur qui aient pu vous plier à faire ce choix [choisir la Bruyère], La Bruyère, Disc. à l'Acad. franç.

  • 5 V. n. Devenir courbe. Faire plier un are. Une lame d'épée qui plie jusqu'à la garde. Les vents me sont moins qu'à vous redoutables ; Je plie et ne romps pas, La Fontaine, Fabl. I, 22. L'arbre tient bon ; le roseau plie, La Fontaine, ib. Et sous les pas nombreux de leur danse légère Faire à peine plier la mousse et la fougère, Perrault, dans RICHELET. À cinq heures 39 minutes, la pièce [de bois] n'avait encore plié que de deux pouces, quoique chargée de seize milliers, Buffon, Hist. nat. Part. exp. Œuv. t. VIII, p. 174.

    Fig. C'est un roseau qui plie à tout vent, se dit d'une personne qui n'a point de fermeté, qui cède à toute personne ou à toute chose.

    Terme de marine. Incliner sur un côté, en parlant d'un navire que le poids du vent dans ses voiles fait pencher plus que de raison.

  • 6S'affaisser, ne pas pouvoir porter. Le plancher pliait sous le faix. Cet arbre plie sous le poids de ses fruits.

    Fig. Contemplez-le [un heureux] dans le jour même où il a été nommé à un nouveau poste… voyez… comme il plie sous le poids de son bonheur, La Bruyère, VIII. Ces gens lisent toutes les histoires, et ignorent l'histoire… ils plient sous le faix, leur mémoire en est accablée, La Bruyère, XIII. On voit tous les jours plier sous les maux des hommes que le ciel n'épargne pas, Diderot, Claud. et Nér. II, 56.

    Fig. Plier sous le poids des années, être accablé par l'âge.

  • 7 Fig. Céder, se soumettre. Tout plia devant la cour : Mme de Longueville se sauva par mer en Hollande, Retz, Mém. liv. III, p. 140, dans POUGENS. Louis, en une infinité de rencontres, est contraint de plier sous les coups de sa mauvaise fortune, Bossuet, 2e panég. St Franç. de P. I. Qui ne veut jamais plier casse tout à coup, Bossuet, Politique, IV, II, 2. A-t-il plié [Montausier] sous la grandeur, lorsqu'elle s'est trouvée injuste ? Fléchier, duc de Montaus. C'en est fait, mon orgueil est forcé de plier, Racine, Esth. III, 5. Dans la société, c'est la raison qui plie la première ; les plus sages sont souvent menés par le plus fou et le plus bizarre, La Bruyère, V. Vous dites qu'il faut être modeste… faites seulement que les hommes n'empiètent pas sur ceux qui cèdent par modestie, et ne brisent pas ceux qui plient, La Bruyère, XI. Il fallut que le pape pliât : il fut forcé d'envoyer son neveu, le cardinal Chigi, en qualité de légat à latere, faire satisfaction au roi, Voltaire, Louis XIV, 7. Il est impossible de rompre en visière aux gens qui plient, Mirabeau, Lett. orig. t. III, p. 554. Il est temps que les lois prohibitives plient sous l'impérieuse loi de la nécessité, Raynal, Hist. phil. XIII, 55.
  • 8En parlant des troupes, reculer dans un combat. La cavalerie ennemie, fondant sur la nôtre, la fit plier, Pellisson, Lett. hist. t. II, p. 408, dans POUGENS. Ils avaient en tête Aristide et Thémistocle, qui les soutinrent longtemps avec un courage intrépide, mais qui furent enfin obligés de plier, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. III, p. 147, dans POUGENS.

    En termes de marine, on dit qu'un bâtiment de guerre plie lorsqu'il quitte le combat, qu'il fuit le champ de bataille. Le combat commença par les deux vaisseaux de la tête des deux avant-gardes ; Ruyter agit en homme qui voulait faire plier la nôtre, à quelque prix que ce fût, Mém. de Villette, 1676, dans JAL.

  • 9Se plier, v. réfl. Se courber, être fléchi. Le bois se plie peu à peu, Bossuet, Conn. V, 4. Les monnaies, qui ne doivent ni se plier, ni s'effacer, ni s'étendre, auraient tous ces inconvénients si elles étaient fabriquées d'or pur, Buffon, Min. t. IV, p. 264. J'étais comme un arbre qu'on transporterait d'une forêt dans un jardin, et dont les branches ne pourraient qu'à la longue se plier au gré du jardinier, Barthélemy, Anach. ch. 3.

    Fig. La croyance des hommes s'est pliée par là, Pascal, Miracles, 30, éd. FAUGÈRE. Un homme d'esprit qui saurait se tourner et se plier en mille manières agréables et réjouissantes, La Bruyère, IX. Les uns à un certain âge ne peuvent plus se plier eux-mêmes contre certaines habitudes qui ont vieilli avec eux, Fénelon, Tél. XVI.

  • 10 Fig. S'accommoder, déférer à. Il se plie sans cesse au gré des passions d'autrui, Massillon, Mystères, Passion. Tout se plie à mes principes, Montesquieu, Esp. XXVIII, 6. Il faut donc [pour le théâtre] se plier au goût d'une nation d'autant plus difficile qu'elle est depuis longtemps rassasiée de chefs-d'œuvre, Voltaire, Mérope, Lett. La grande âme de ce digne homme, toute républicaine et fière, ne pouvait se plier que sous le joug de l'amitié, Rousseau, Confess. XI. La raison sans guide assuré, se pliant toujours vers l'intérêt personnel dans les choses douteuses, Rousseau, Paix perp. Les Tartares, qui s'étaient pliés aux mœurs et au gouvernement de la Chine, Raynal, Hist. phil. V, 18.

    PROVERBE

    Il vaut mieux plier que rompre, c'est-à-dire il vaut mieux obéir, céder, que s'exposer à être maltraité, à tout perdre.

REMARQUE

Des grammairiens ont essayé de distinguer plier et ployer. Le fait est que ces deux mots sont identiques, n'étant que deux variétés de prononciation, l'i, dans la langue du moyen âge, se changeant souvent en oi, suivant les dialectes : lier, loier, prier, proier, etc. L'usage aurait pu y introduire des différences ; mais il ne l'a pas fait ; tout se réduit à ce que, en certaines locutions, plier est plus usité que ployer, et ployer que plier.

HISTORIQUE

Xe s. Ne ule cose non la pouret [pouvait, potuerat] omque pleier, Eulalie.

XIe s. Si l'en dunez cest gant ad or pleiet [ainsi donnez-lui pour cela ce gant à or plié], Ch. de Rol. CLXXXIX.

XIIe s. Justamonz passe avant, son gant au poing li plie ; Guiteclins le reçoit et la bataille otrie [octroie], Du Cange, Gloss. français.

XIVe s. Mauvaisement son sens emploie Li conseillieres [des princes], quand il ploie Aussi com li rosiaus au vent, Jean de Condé, t. III, p. 275. Il ne me chault qu'il en aviengne ; Qui ne pourra ploier, si brise, J. Bruyant, dans Ménagier, t. II, p. 7.

XVIe s. Une fine toille de cypre, toute battue d'or, curieusement pliée comme si feust ung rochet de cardinal, Rabelais, Sciomach. Il plie et forme tous nos sens pour les assujettir à son empire, Calvin, Instit. 720. Si tous plioient le genouil devant Jesus Christ, Calvin, ib. 751. Si vous ne la formez de bonne heure, la langue ne se peult plier, Montaigne, I, 164. Plier le corps à toutes façons et coustumes, Montaigne, I, 184. Plions bagages, Montaigne, I, 279. Ils se plieront mieulx à ce conseil, Montaigne, I, 280. Clore et plier une lettre, Montaigne, I, 293. Elles eslevoient leurs enfants sans les attacher ne plier, Montaigne, II, 163. Plier soubs le faix, Montaigne, II, 168. Il [Romulus] avoit baillé le signe pour commencer le ravissement, quand il plieroit un pan de sa robbe, et puis le desplieroit, Amyot, Rom. 20. Leurs espées [des Gaulois] estoient forgées de fer fort mol, de sorte qu'elles se courboient et plioient incontinent, Amyot, Cam. 70. Il plia soubs le joug, et se remeit de toutes choses à la mercy des Romains, Amyot, P. Aem. 13. Les soldats, avec leurs harquebuses les meches estaintes, et les drappeaux pliez dans les coffres, D'Aubigné, Hist. II, 156. Plier le coude [aimer à boire], Oudin, Dict.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Plier : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

PLIER, v. act. (Gramm.) c’est par l’emploi de la flexibilité d’un corps, lui faire prendre une direction contraire à celle qu’il affecte naturellement, & cela sans le briser. On plie la branche d’un arbre. On plie le caractere d’un enfant au bien ou au mal.

On plie aussi une étoffe ; plier, en ce sens, signifie former des plis.

Il semble qu’on confond assez dans l’usage, les verbes plier & ployer, & qu’on pourroit attacher à plier, l’acception de faire un pli, & à ployer, l’acception de courber. L’aîle droite a plié, c’est-à-dire qu’elle s’est laissée enfoncer ou renverser.

Plier, Courber, (Synonymes.) ces deux mots signifient proprement, mettre quelque chose hors de la ligne droite : tous deux s’emploient également au propre & au figuré, en prose & en vers. On dit : ce ministre plie ou courbe sous le poids des affaires. Un de nos Poëtes a dit :

Lâches ambitieux, nous plions les génoux
Devant un homme foible & mortel comme nous.

Tout le monde connoît ces beaux vers de Corneille dans sa Toison d’or.

A vaincre tant de fois, mes forces s’affoiblissent ;
L’état est florissant, mais les peuples gémissent.
Leurs membres décharnés courbent sous mes hauts faits,
Et la grandeur du trône accable les sujets.

Campistron les a travestis bien clairement dans sa Tragédie de Tiridate, acte II. scene ij.

Je sais qu’en triomphant les états s’affoiblissent ;
Le monarque est vainqueur, & les peuples gémissent :

Dans le rapide cours de ses vastes projets,
La gloire dont il brille accable les sujets. (D. J.)

Plier les étoffes, (Commerce.) c’est leur faire prendre un pli au milieu dans toute leur longueur, & leur en faire ensuite plusieurs dans leur largeur, également distans les uns des autres, qu’on range alternativement en dedans & en dehors.

Plier se dit aussi chez les Marchands, pour remettre une étoffe dans ses premiers plis.

On plie aussi les soies, les fils ; c’est-à-dire les écheveaux de soie & de fil en deux ou trois, selon la longueur qu’on veut donner aux bottes. Dict. de comm.

Plier, en terme d’Epinglier-Aiguilletier, c’est ramener l’extrémité d’une aiguille, de maniere qu’elle vienne entrer dans la châsse, en formant un angle. On se sert pour cela d’un outil de grandeur proportionnée à celle de la piece, nommé plioir. Voyez Plioir.

Plier, en terme de faiseur de cardes, c’est courber le fil d’abord en deux, de maniere que la courbure forme deux angles distans l’un de l’autre d’environ une ligne, & deux branches qui sont pliées de nouveau toutes deux à la même hauteur. On se sert des doublets pour cette opération. Voyez Doublets.

Plier un éventail, terme d’Eventailliste, c’est le monter, y mettre le bois. Il se dit quelquefois seulement des plis qui se font au papier, pour le mettre en état de recevoir la monture.

Plier les jarrets, en terme de Manege, se dit d’un cheval qui manie sur les hanches. Plier les hanches, voyez Hanches. Plier un cheval à droite ou à gauche, c’est l’accoutumer à tourner sans peine à ces deux mains. Plier le col d’un cheval, c’est le rendre souple, afin que le cheval obéisse plus promptement quand on veut le tourner ; mais c’est une très-mauvaise maxime, lorsqu’on ne fait pas suivre les épaules.

Plier les pieces de bois, (Marine.) c’est les faire courber en les chauffant : on dit les frais du feu pour chauffer le brai & le goudron, & pour plier les pieces de bois.

Plier le côté. Un vaisseau qui plie le côté, c’est-à-dire que ce vaisseau a le côté foible, & qu’il porte mal la voile. Ainsi il ne demeure pas droit ; mais il se couche lorsque le vent est frais. Notre navire porte mal la voile, car il plie le côté au moindre vent.

Plier le pavillon, plier les voiles, c’est les attacher, & ne laisser ni voltiger le pavillon, ni les voiles etendues.

Plier, (Relieur.) c’est mettre les feuilles de la grandeur que le livre doit avoir ; in-folio, la feuille se plie en deux ; in-4°. elle se plie en quatre ; in-8°. elle se plie en huit ; in-12, elle se plie en douze, ainsi des autres grandeurs : on se sert de plioir. Voyez Plioir.

Plier sur la main, v. act. terme de Marchand de galons, c’est faire tenir les mains suspendues & un peu éloignées l’une de l’autre, & faire passer tout autour du galon ou de la soie, pour en faire un écheveau.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « plier »

Étymologie de plier - Littré

Wallon, ploy ; picard, plicher, plier, céder ; Berry, pléger, pleyer ; provenç. plegar, pleiar ; espagn. plegar ; portug. pregar ; ital. piegare ; du lat. plicare ; grec, πλέϰειν ; sanscr. prĭc, mêler, joindre, courber (voy. PLOYER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de plier - Wiktionnaire

(1530) De l’ancien français pleier, pleiier (1080), issu du latin plicare (« plier, enrouler »), apparenté à plectere « plier, tresser, fléchir ». Doublet de ployer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « plier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
plier plije play_arrow

Conjugaison du verbe « plier »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe plier

Citations contenant le mot « plier »

  • Le rapport d’étude de marché mondial Papier machines à plier couvre les informations statistiques du marché, la vue d’ensemble géographique, les défis du marché auxquels sont confrontés les nouveaux entrants, les facteurs de risque, la consommation d’import / export. Les tendances du marché Papier machines à plier, la part, les revenus des principaux acteurs clés, le taux de croissance, les stratégies et politiques d’expansion du marché, etc. , Analyse détaillée de la taille du marché Papier machines à plier 2020, dernières tendances, types, applications, facteur de croissance et prévisions jusqu’en 2025 – The Fordactu
  • De cette aventure « passionnante », où il découvre de nouveaux métiers et apprend à « conduire des gens de travaux ou de chantier », il apprécie les jours qui se suivent mais qui ne se ressemblent jamais. Il a su conserver « une bonne bibliothèque des savoirs, tout en sachant plier les rétroviseurs pour aller de l'avant. » Celui qui se souvenait de Roanne depuis la nationale 7, quand il allait à Bourges ou Moulins, s'est bien acclimaté au territoire. Il a rejoint assez rapidement la fédération du bâtiment du département qui lui a permis de se familiariser à ce nouvel environnement et de construire un réseau. L'Essor Loire, Patrick Protière : « Savoir plier les rétroviseurs pour aller de l'avant »
  • Comment la femme pourrait-elle échapper à ses penchants serviles et perfides quand l'éducation l'a façonnée dès l'enfance à étouffer son caractère pour se plier à celui du premier venu que le hasard, l'intrigue ou l'avarice lui choisiront pour époux ? De Charles Fourier
  • La femme rend lâche. C'est elle qui conseille au gréviste de rentrer à l'usine, à l'artiste de faire du commerce, au soldat de plier le dos. Parce qu'elle ne pense qu'à la pâtée, qu'elle a un pot-au-feu dans le coeur. De Roland Dorgelès / Le Château des brouillards
  • Quand le coeur est le guide, même le plus vieux des guerriers fait plier le géant, mais il lui faut charger sa pirogue d'une cargaison de patience. De Dominique Sylvain / Manta Corridor
  • Se connaître nous fait plier le genou, posture indispensable à l'amour. Car la connaissance de Dieu engendre l'amour, et la connaissance de soi engendre l'humilité. De Mère Teresa
  • Il ne faut pas céder à l'impulsion : il faut, au contraire, la plier au devoir de chaque instant. C'est indispensable à l'harmonie du couple. De Roland Lorrain / Perdre la tête
  • Je refuse de me plier à un destin aveugle. La chance va et vient, il faut la saisir, il faut la surmonter. De Jean Van Hamme / Largo Winch - H
  • Enseigner c'est, qu'on le veuille ou non, opprimer, c'est plier ou rompre, par la persuasion ou la douceur, des volontés. De Marc Gendron / Louise ou la nouvelle Julie
  • Le plus haut degré de la sagesse humaine est de savoir plier son caractère aux circonstances et se faire un intérieur calme en dépit des orages extérieurs. De Daniel Defoe / Robinson Crusoë
  • Un homme du monde qui veut ses amis conserver, doit accepter d'à quelques règles se plier pour ses connaissances inviter... De Benoît Poelvoorde
  • L'homme de bien est droit et juste, mais non raide et inflexible ; il sait se plier mais pas se courber. De Confucius
  • La jeunesse et la beauté sont partout des idoles qui nous font plier le genou. De George Sand / La dernière Aldini
  • Il est plus facile de plier un jeune plant Que de redresser un arbre. De Proverbe français
  • Mieux vaut plier que casser. De Proverbe écossais
  • Mieux vaut plier que rompre. De Proverbe français

Images d'illustration du mot « plier »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Vidéos relatives au mot « plier »

Traductions du mot « plier »

Langue Traduction
Corse plegà
Basque tolestu
Japonais を折りたたむ
Russe складывать
Portugais dobrar
Arabe لأضعاف
Chinois 折叠
Allemand falten
Italien piegare
Espagnol doblar
Anglais to fold
Source : Google Translate API

Synonymes de « plier »

Source : synonymes de plier sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « plier »


Mots similaires