La langue française

Éterniser

Sommaire

  • Définitions du mot éterniser
  • Étymologie de « éterniser »
  • Phonétique de « éterniser »
  • Évolution historique de l’usage du mot « éterniser »
  • Citations contenant le mot « éterniser »
  • Traductions du mot « éterniser »
  • Synonymes de « éterniser »
  • Antonymes de « éterniser »

Définitions du mot éterniser

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTERNISER, verbe trans.

A.− Emploi trans.
1. Rendre éternel, faire durer. Éterniser la gloire, la mémoire de qqn. Le désir de perpétuer et d'éterniser ce qu'on aime (Michelet, Insecte,1857, p. 298):
1. Léopold [le duc] a toujours voulu créer, éterniser son âme. Par la pierre, d'abord : il bâtissait des murs, murs d'églises et de couvents. Barrès, Colline insp.,1913, p. 277.
Spéc. Acquérir une valeur d'éternité. Le travail même de nos esprits, de nos cœurs et de nos mains (...) ne sera-t-il pas, lui aussi, en quelque façon, « éternisé », sauvé?... (Teilhard de Ch., Milieu divin,1955, p. 40).
2. Faire durer longtemps, prolonger indéfiniment. Éterniser un conflit, une guerre, un malentendu, une négociation, un procès, une querelle. Il y a toujours comme cela une dernière plaie qui ne veut pas se fermer et qui éternise les pansements (Hugo, Misér.,t. 2, 1862, p. 596).
B.− Emploi pronom.
1. Se rendre éternel. Nous avons vu (...) comment la philosophie, parvenue au plus haut point de sa période scholastique, eut besoin de se populariser et de s'éterniser par les chants d'un poète (Ozanam, Philos. Dante,1838, p. 85).
2. Durer trop longtemps, n'en plus finir. L'hiver, la nuit s'éternisait; la situation ne pouvait s'éterniser. L'attente s'allonge, s'éternise (Barbusse, Feu,1916, p. 266):
2. La journée s'éternisait, et elle passait pourtant, sans qu'il sût de quelle façon coulaient les heures. Zola, Joie de vivre,1884, p. 977.
3. P. hyperb., fam. Rester quelque part, n'en plus sortir; s'attarder au-delà du temps convenable. S'éterniser à la campagne, à table, dans un fauteuil. Montesquieu passa, comme on sait, deux années en Angleterre, puis il vint s'éterniser à La Brède (Stendhal, Mém. touriste,t. 2, 1838, p. 103).L'abbé s'éternisait sur des sujets de pure conversation (Malègue, Augustin,t. 1, 1933, p. 261).Emploi abs. Pardonnez-moi, madame, je m'éternise, j'abuse de... (Bernstein, Secret,1913, I, 6, p. 10).
Rester indéfiniment, persister. Mais quoi! Conviendrait-il de s'éterniser en de vains et stériles regrets? (Courteline, Ronds-de-cuir,1893, 6etabl., II, p. 234).
Rem. On rencontre ds la docum. a) Éternisé, ée, part. passé adj. Qui semble devenu éternel. Mes soirs éternisés. Les sombres rideaux aux plis éternisés (Rodenbach, Règne silence, 1891, p. 194). b) Éternisation, subst. fém. α) Fixation dans l'art d'un moment esthétique. L'art est l'éternisation, la fixation dans une forme suprême, absolue, définitive d'un moment, d'une fugitivité, d'une particularité humaine (Goncourt, Journal, 1866, p. 275). β) Prolongement d'un état. La maîtresse, c'est le coït, si court! La femme aimée, l'éternisation de la jouissance (Michelet, Journal, 1857, p. 336).
Prononc. et Orth. : [etε ʀnize]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1544 « rendre éternel » (Mellin de Sainct-Gelays, Poés., I, 291 ds R. Hist. litt. Fr. t. 12, p. 142). Dér. du rad. du lat. class. aeternus « éternel »; suff. -iser*. Fréq. abs. littér. : 245. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 321, b) 204; xxes. : a) 522, b) 339.

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTERNISER, verbe trans.

A.− Emploi trans.
1. Rendre éternel, faire durer. Éterniser la gloire, la mémoire de qqn. Le désir de perpétuer et d'éterniser ce qu'on aime (Michelet, Insecte,1857, p. 298):
1. Léopold [le duc] a toujours voulu créer, éterniser son âme. Par la pierre, d'abord : il bâtissait des murs, murs d'églises et de couvents. Barrès, Colline insp.,1913, p. 277.
Spéc. Acquérir une valeur d'éternité. Le travail même de nos esprits, de nos cœurs et de nos mains (...) ne sera-t-il pas, lui aussi, en quelque façon, « éternisé », sauvé?... (Teilhard de Ch., Milieu divin,1955, p. 40).
2. Faire durer longtemps, prolonger indéfiniment. Éterniser un conflit, une guerre, un malentendu, une négociation, un procès, une querelle. Il y a toujours comme cela une dernière plaie qui ne veut pas se fermer et qui éternise les pansements (Hugo, Misér.,t. 2, 1862, p. 596).
B.− Emploi pronom.
1. Se rendre éternel. Nous avons vu (...) comment la philosophie, parvenue au plus haut point de sa période scholastique, eut besoin de se populariser et de s'éterniser par les chants d'un poète (Ozanam, Philos. Dante,1838, p. 85).
2. Durer trop longtemps, n'en plus finir. L'hiver, la nuit s'éternisait; la situation ne pouvait s'éterniser. L'attente s'allonge, s'éternise (Barbusse, Feu,1916, p. 266):
2. La journée s'éternisait, et elle passait pourtant, sans qu'il sût de quelle façon coulaient les heures. Zola, Joie de vivre,1884, p. 977.
3. P. hyperb., fam. Rester quelque part, n'en plus sortir; s'attarder au-delà du temps convenable. S'éterniser à la campagne, à table, dans un fauteuil. Montesquieu passa, comme on sait, deux années en Angleterre, puis il vint s'éterniser à La Brède (Stendhal, Mém. touriste,t. 2, 1838, p. 103).L'abbé s'éternisait sur des sujets de pure conversation (Malègue, Augustin,t. 1, 1933, p. 261).Emploi abs. Pardonnez-moi, madame, je m'éternise, j'abuse de... (Bernstein, Secret,1913, I, 6, p. 10).
Rester indéfiniment, persister. Mais quoi! Conviendrait-il de s'éterniser en de vains et stériles regrets? (Courteline, Ronds-de-cuir,1893, 6etabl., II, p. 234).
Rem. On rencontre ds la docum. a) Éternisé, ée, part. passé adj. Qui semble devenu éternel. Mes soirs éternisés. Les sombres rideaux aux plis éternisés (Rodenbach, Règne silence, 1891, p. 194). b) Éternisation, subst. fém. α) Fixation dans l'art d'un moment esthétique. L'art est l'éternisation, la fixation dans une forme suprême, absolue, définitive d'un moment, d'une fugitivité, d'une particularité humaine (Goncourt, Journal, 1866, p. 275). β) Prolongement d'un état. La maîtresse, c'est le coït, si court! La femme aimée, l'éternisation de la jouissance (Michelet, Journal, 1857, p. 336).
Prononc. et Orth. : [etε ʀnize]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1544 « rendre éternel » (Mellin de Sainct-Gelays, Poés., I, 291 ds R. Hist. litt. Fr. t. 12, p. 142). Dér. du rad. du lat. class. aeternus « éternel »; suff. -iser*. Fréq. abs. littér. : 245. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 321, b) 204; xxes. : a) 522, b) 339.

Wiktionnaire

Verbe

éterniser \e.tɛʁ.ni.ze\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’éterniser)

  1. Rendre éternel, faire durer pour toujours.
    • Je ne sais si j’en demande trop, ou si je n’en demande pas assez : ce sera à vous de décider, et de faire frapper une médaille qui éternisera vos succès et vos bienfaits. — (Voltaire, lettre à Catherine II, 20 juiller 1770, dans Œuvres complètes, L. Hachette, 1893, t. 43, p. 114)
    • Les tombeaux, parmi les hommes, sont les feuillets de leur histoire ; la nature, au contraire, n’imprime que sur la vie : il ne lui faut ni granit, ni marbre, pour éterniser ce qu’elle écrit. — (François-René de Chateaubriand, Génie du christianisme, 1802, 1re partie, livre 5, chap. 6)
    • Fuyez surtout la solitude peuplée de fantômes qui éterniseraient vos regrets. — (Henry Murger, Scènes de la vie de bohème, 1848, chap. 4)
    • Éterniser une seule heure de l’amour, ― la plus belle, ― celle, par exemple, où le mutuel aveu se perdit sous l’éclair du premier baiser, oh ! l’arrêter au passage, la fixer et s’y définir ! y incarner son esprit et son dernier vœu ! ne serait-ce donc point le rêve de tous les êtres humains ? — (Auguste de Villiers de L’Isle-Adam, L’Ève future, 1886, Eugène Fasquelle, 1909, livre 5, chap. 2, p. 224-225)
    • Si le printemps s’éternisàit, ― on croirait aisément à Dieu, à l’amour, au bonheur et à la vie ! — (Alfred Delvau, Au bord de la Bièvre : impressions et souvenirs, R. Pincebourde, 1873, p. 92)
  2. Prolonger outre mesure, faire durer trop longtemps.
    • Puis les haines, les vengeances, le point d’honneur, éternisèrent les guerres entre les familles, les tribus. — (Charles-Augustin Sainte-Beuve, Nouveaux Lundis, tome XIII, Michel Lévy frère, 1870, p. 49)
    • À quoi bon éterniser une situation dans laquelle il n’y a d’amour ni d’un côté ni de l’autre ? — (Georges Feydeau, Je ne trompe pas mon mari, 1914, acte II, scène 4)
    • Ces efforts n’aboutissaient guère, l’opinion, qui s’était émue d’abord, devenait indifférente, depuis que la grève s’éternisait, très calme, sans drames passionnants. — (Émile Zola, Germinal, G. Charpentier, 1885, 4e partie, chap. 5, p. 283)
  3. (En parlant d’une personne) (Pronominal) Demeurer trop longtemps ; s’attarder plus qu’il ne convient.
    • Une église se trouvait dans ce faubourg ; le porche en était encombré de fidèles attendant de pouvoir pénétrer dans le lieu saint, où tous ceux qui avaient pu y trouver place s’éternisaient dans la prière. — (Adolphe d’Ennery, Seule !, J. Rouff, 1898, t. 2, p. 1247)
    • Ne laisse pas mon mari s’éterniser chez toi. Il a du travail sur son bureau. — (Paul Hervieu, La Course du flambeau, 1901, acte I, scène 10)
    • Jugeant d’ailleurs qu’il valait mieux qu’elle ne s’éternisât pas dans cette position sédentaire, je la pris par les mains pour la remettre debout. — (Paul-Jean Toulet, Mon amie Nane, Le Divan, 1922, p. 1247)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉTERNISER. v. tr.
Rendre éternel. Éterniser son nom. Éterniser sa mémoire. Il signifie aussi Prolonger outre mesure. Éterniser un débat, un différend, une discussion. C'est ainsi que les abus s'éternisent.

S'ÉTERNISER peut signifier figurément Demeurer trop longtemps. On croirait qu'il veut s'éterniser chez nous.

Littré (1872-1877)

ÉTERNISER (é-tèr-ni-zé) v. a.
  • 1Faire durer sans fin. [Que] Le ciel, grand conquérant, éternise tes jours ! Rotrou, Bélis. I, 2. Il ne faut pas que le roi se persuade que ce palais superbe qui occupe aujourd'hui tant d'esprits et qui lasse tant de mains, éternise son nom, Ménage, Préface aux œuvres de Malherbe. Cet ouvrage est un monument qui éternisera sa honte, Fénelon, Tél. XXII. Ils cherchent à éterniser sa mémoire par des titres et des inscriptions, Massillon, Car. Riche. Ce n'est point un tableau, c'est une estampe ; cela n'est fait qu'avec du noir de fumée, on en tire cent copies en un jour, et ce secret éternise les tableaux que le temps consume, Voltaire, Dial. XII. Heureux qui, satisfait de lumières bornées, à d'utiles travaux consacre ses années, Ignorant le désir d'éterniser son nom, Gilbert, Ode au roi. Qu'une haine éternelle éternise la guerre ! Delille, Én. IV. De vengeance affamé, constant dans son courroux, Voudrait-il, prolongeant son effroyable joie, Ainsi que sa colère éterniser sa proie ? Delille, Parad. perdu, X.

    Éterniser se dit aussi de la durée indéfinie d'une race, d'une famille. S'il vous faut de Bélus éterniser le sang, Si la jeune Azéma prétend à ce haut rang, Voltaire, Sémir. II, 7. Je veux dans ma famille éterniser l'empire, Legouvé, M. de Nér. IV, 5.

    Donner une gloire sans fin. Ou que d'un beau trépas la mémoire durable, Éternisant des jours si noblement finis…, Racine, Phèdre, III, 5. Cette supériorité qu'une régence mémorable éternisera dans nos annales, Massillon, Or. fun. Madame.

  • 2Prolonger indéfiniment, traîner en longueur. Éterniser un procès. D'abord sa politique, assurant sa puissance, Semblait d'un fils docile éterniser l'enfance, Voltaire, Henr. II. Dion proposait-il des voies d'accommodement avec Denys, on le soupçonnait d'intelligence avec ce prince ; cessait-il d'en proposer, on disait qu'il voulait éterniser la guerre, afin de perpétuer son autorité, Barthélemy, Anach. ch. 60.
  • 3S'éterniser, v. réfl. Se donner une durée sans fin. Il aurait voulu pouvoir s'éterniser sur la terre dans l'usage des voluptés, Massillon, Car. Avenir. Vous voudriez vous éterniser dans cette vallée de larmes, Massillon, Car. Riche.

    Se perpétuer. C'est ainsi que les abus s'éternisent. Puisse votre maison s'éterniser, comme vous avez immortalisé votre nom ! Voltaire, Lett. Richelieu, 11 fév. 1764.

    Se donner une renommée éternelle. Pour vous éterniser sous ces arcs glorieux Qu'une savante main taille aux victorieux, Tristan, Mort de Chrispe, I, 3.

    Familièrement. Rester longtemps, trop longtemps. Le cardinal Fleury s'éternisa au ministère. On aurait cru qu'il voulait s'éterniser chez nous.

HISTORIQUE

XVIe s. Je veux brusler, pour m'envoler aux cieux, Tout l'imparfait de mon escorce humaine, M'eternisant comme le fils d'Alcmeine, Ronsard, 89. Tousjours, tousjours, sans que jamais je meure, Je voleray cyne par l'univers, Eternisant les champs où je demeure De mes lauriers honorez et couvers, Ronsard, 576.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « éterniser »

(Date à préciser) De éternel et du suffixe -iser.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bas-latin, aeternisare, de aeternus, éternel (voy. ÉTERNEL).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « éterniser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
éterniser etɛrnize

Évolution historique de l’usage du mot « éterniser »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « éterniser »

  • Une dette, une plaie et le feu ne doivent pas s'éterniser. De Proverbe indien
  • La mort n'a pas de voix, elle entre discrètement en nous pour dissoudre la faiblesse et éterniser la vie. De Dielle Doran / Maryse
  • Conviendrait-il de s'éterniser en de vains et stériles regrets ? De Georges Courteline / Messieurs les ronds-de-cuir
  • Lorsque Dieu veut instruire de leur néant les idolâtres d'eux-mêmes, il se contente d'éterniser les adieux qu'ils disent à leur moi. De Roger Judrin / Ténèbres d'or
  • Ce que l'homme cherche dans la religion, c'est de sauver sa propre individualité, de l'éterniser, ce qu'on n'obtient ni avec la science, ni avec l'art, ni avec la morale. De Miguel de Unamuno / Le sentiment tragique de la vie
  • Une salle de 35 personnes dont une sympathique alcôve pour un repas entre amis ou en famille et, lorsque la météo le permet, une belle terrasse où les discussions peuvent s’éterniser. gourmandiz.be, Jules et Charles à Woluwe-Saint-Pierre: l’art de se faire un prénom | gourmandiz.begourmandiz.be
  • Si Sergio Rico a prolongé son contrat avec le PSG jusqu'à la fin de la saison 2019/2020, le gardien numéro 2 du club parisien cette saison, prêté par Séville, ne devrait pas s'éterniser dans la capitale française au-delà. Il est connu depuis plusieurs mois déjà par la presse que le club de la capitale ne souhaite pas lever l'option d'achat fixée à 10M€ au sujet du gardien espagnol, auteur de huit rencontres toutes compétitions confondues sous la tunique rouge et bleue. Il y a deux semaines, le quotidien sévillan El Desmarque indiquait de son côté que cette option d'achat pourrait être revue à la baisse et réécrit la même information ces dernières heures sur son site internet. Aucun nouveau montant n'est toutefois indiqué.  CulturePSG, Mercato : L'agent de Rico évoque deux pistes en Turquie | CulturePSG
  • Amazon est une nouvelle fois aux commandes de cette promotion qui ne devrait pas s'éterniser. Ainsi, faisons rapidement le tour des modalités en précisant que la livraison à domicile est gratuite en France métropolitaine. La garantie de base est valable pendant deux ans pour tout le monde. Le produit en question est disponible en plusieurs coloris, mais le prix changera selon votre choix. C'est pour cela que nous allons nous attarder sur ce beau casque blanc. Clubic.com, Grosse réduction de 44% sur le casque Bluetooth JBL Tune 500BT chez Amazon
  • La saison prochaine le TFC va retrouver la Ligue 2 suite à sa relégation. Un championnat que lesToulousains n'avaient plus vu depuis 2003. Et ils ne comptent pas s'y éterniser. Afin de se renforcer offensivement, les Violets s'intéresseraient à l'attaquant suisse Michaël Frey d'après La Dépêche du Midi.  Foot National, Toulouse : Un attaquant suisse dans le viseur
  • Pour afficher de tels prix dans une ville où les burgers "maison" atteignent facilement 13 euros, le petit restaurant mise sur le faible coût des matières premières. Tout, ou presque, y est fait maison. "La farine, les œufs et l’eau pour le pain sont des matières premières qui ne coûtent pas cher", explique le gérant dans la vidéo de FlorianOnAir. Et bien sûr, un certaine quantité de clients est nécessaire pour que l'affaire soit rentable. Le nom du restaurant — "Mangez et cassez-vous" — fait certes sourire, mais il invite surtout à ne pas trop s'éterniser. Business Insider France, Ce restaurant de burgers à 2,70 euros ferme à cause de son succès, suite à une vidéo TikTok
  • Après avoir réussi à conserver Mehdi Mostefa, le club biterrois et son entraîneur, Didier Santini, peuvent se satisfaire d’avoir obtenu l’accord du milieu de terrain formé à l’OL et ancien du SC Lyon pour prolonger l’aventure. Les qualités de cet excellent manieur et distributeur de ballon ne seront pas de trop dans une division où l’ASB ne souhaitera pas s’éterniser.` Actufoot, Enzo Reale prolonge son aventure en National 2

Traductions du mot « éterniser »

Langue Traduction
Anglais eternalize
Espagnol eternizar
Italien immortalare
Allemand verewigen
Chinois 永恒
Arabe خلود
Portugais eternizar
Russe увековечивать
Japonais 永遠にする
Basque betikotzen
Corse eternizza
Source : Google Translate API

Synonymes de « éterniser »

Source : synonymes de éterniser sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « éterniser »

Partager