Suavité : définition de suavité


Suavité : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

SUAVITÉ, subst. fém.

A. − Douceur extrême produisant une impression subtilement agréable sur l'un des cinq sens.
1. [L'impression s'exerce sur la vue] Synon. délicatesse, finesse, mignardise; anton. disgrâce, laideur.
a) [À propos (d'un aspect) de la nature] Quel clair de lune! (...) le paysage simplifié par une vapeur tendre et bleuâtre, était d'une grandeur, d'une suavité, d'une majesté incomparables! (Amiel, Journal, 1866, p. 486).Il semble, à entendre Gray ou Baudelaire, que le parfum de la fleur et la suavité de ses couleurs n'aient d'autre fin que de caresser l'œil ou les narines de l'homme (Gide, Journal, 1935, p. 1240).
P. méton. Ce qui est suave par son aspect, très doux à l'œil. Les orangers, couverts de bouquets qui emplissaient l'air comme d'une suavité blanche (Loti, Vertige mond., 1917, p. 102).
b) [À propos (de l'aspect extérieur) d'une pers.] Sa bouche mignonne, son menton arrondi par une courbe d'une suavité idéale (Fabre, J. Savignac, 1863, p. 163).L'éphèbe était mort (...). Adieu les pourpres et les lys des lèvres sans tache! Adieu les innocentes et fraîches suavités du sourire! (Cladel, Ompdrailles, 1879, p. 189).
c) [À propos (d'un aspect) d'une œuvre d'art plastique] Suavité de lignes. Fragonard, connu par la grâce et la suavité de ses compositions (Jouy,Hermite, t. 3,1813,p. 338).Deux miniatures si parfaites qu'elles font entrevoir le paradis. Quelle suavité! Ces couleurs ravies à la corolle des fleurs font un miel pour les yeux! (A. France, Bonnard, 1881, p. 320).
P. méton. Qualité d'un artiste qui compose des œuvres suaves, aux lignes déliées, fondues, aux nuances harmonieuses. La suavité monastique d'un Pérugin et la volupté presque attendrie d'un Prud'hon (Lorrain, Sens. et souv., 1895, p. 217).
2. [L'impression s'exerce sur le toucher] Synon. moelleux, mollesse, onctuosité, satiné, soyeux, velouté; anton. âpreté, dureté, rudesse, rugosité.Une dame inconnue (...) me mettait dans la bouche ses deux mamelons, (...) doux, suaves, d'une suavité de femme que je ne puis dire, sans lait, mais riches de je ne sais quelle volupté (Michelet, Journal, 1859, p. 460).On chemine ainsi pendant deux heures dans la suavité monotone et molle de l'air demi-clair, agité par la brise comme par les petits coups d'un éventail de plumes (Taine, Voy. Ital., t. 2, 1866, p. 431).
3. [L'impression s'exerce sur l'odorat] Synon. embaumement, fragrance.[Des fleurs] commençaient à mourir en suavités exquises, en parfums expirants, comme si de leurs couleurs fanées s'exhalaient leurs adieux odorants (Goncourt, MmeGervaisais, 1869, p. 33).Ces odeurs qui parlent à l'âme si directement dans les églises: cierges, dalles froides, et la suavité extraordinaire des lis dans la pénombre (Gracq, Beau tén., 1945, p. 80).
4. [L'impression s'exerce sur le goût] Synon. exquisité; anton. acidité, âcreté, amertume.Jamais votre bouche charmante n'aspira la suavité d'une meringue à la vanille ou à la rose; (...) si du moins vous aviez goûté (...) ces crèmes parfumées (Brillat-Sav., Physiol. goût, 1825, p. 392).Les délices de la fraise, la piquante suavité de l'ananas, la joie vineuse d'un cantaloup (Balzac, Œuvres div., t. 2, 1832, p. 573).
5. [L'impression s'exerce sur l'ouïe] Synon. harmonie; anton. discordance.
a) [À propos d'un chant, d'une pièce musicale, d'un instrument] Dans l'unisson de la flûte et du hautbois l'aigreur de celui-ci est tempérée par la suavité de celle-là (Gevaert, Orchestr., 1885, p. 116).Ce ravissant motif La Félicité (...) d'un charme pénétrant et d'une suavité idéale (Lavignac, Voy. artist. Bayreuth, 1897, p. 329).
b) [À propos d'une voix] Sa voix (...) avait (...) une suavité chantante (...) et quand elle disait certains mots, elle prenait une limpidité qui émouvait étrangement les cœurs (Genevoix, Marcheloup, 1934, p. 111).
Avec une nuance iron. Douceur affectée. Il s'était mis à sourire et il disait, avec une sifflante suavité: « Les mufles! Les mufles! » (Duhamel, Notaire Havre, 1933, p. 45).
B. − Au fig.
1. [À propos d'une pers., de son caractère, de son état d'esprit] Grande douceur morale, disposition à l'amour, à la bonté, à l'amabilité. Synon. affabilité, affection, aménité, bénignité, courtoisie, gentillesse, mansuétude, tendresse; anton. brutalité, cruauté, désobligeance, dureté, grossièreté, indélicatesse, méchanceté.Tu m'apparais toujours dans ma pensée avec une douceur exquise. Ton cœur est comme ta peau, d'une suavité chaude, étonnante (Flaub., Corresp., 1846, p. 266).Ce doux possède la terre. Il n'est que suavité, que componction, mais son vouloir flexible jamais ne rompt (Mauriac, Baiser Lépreux, 1922, p. 164).
P. méton. [À propos de l'aspect extérieur d'une pers., de son comportement] Qualité de ce qui exprime une grande douceur de caractère. La suavité de traits que donne la souffrance (Zola, Contes Ninon, 1864, p. 72).L'air délicat (...), en fuyant l'attention, elle la retenait par l'expression de suavité profonde de ses yeux doux fatigués et de sa petite bouche pure (Rolland, J.-Chr., Antoinette, 1908, p. 885).
− Domaine relig.Méditer les douceurs, les suavités de l'Esprit-Saint, du divin amour (Dupanloup, Journal, 1853, p. 169).
2. [À propos d'une chose abstr., d'un sentiment] Qualité de ce qui impressionne moralement de manière très douce, de ce qui enchante le cœur, l'esprit. Synon. agrément.La suavité de sa peine (...) lui eût été comme un baume au parfum doux, et il se fût endormi bien des soirs (...) en souriant à des souvenirs purs et reposants (Boylesve, Leçon d'amour, 1902, p. 161).Est-ce que pour le petit enfant qui repose dans son berceau (...), la vie n'est pas toute suavité, toute caresse? Elle est pourtant dure, la vie! (Bernanos, Journal curé camp., 1936, p. 1072).
En partic. [À propos d'un moyen d'expr. orale ou écrite] Anton. agressivité.L'élégance, la suavité, la rêverie, la sensibilité passionnée de ces pages offrent un mélange du génie grec et du génie germanique (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 122).J'ai lu votre ouvrage [la Porte étroite] (...). C'est un discours suave et mûr, une suavité pleine d'angoisse. Une douceur dantesque, mais avec, au-dessous, quelque chose de terriblement amer (Claudel, Corresp.[avec Gide], 1909, p. 101).
Péj. Douceur excessive. Synon. afféterie, fadaise, fadeur, niaiserie.Une petite boutique de journaux le retint: c'était (...) un étalage de gravures imbéciles, des suavités de romance mêlées à des ordures de corps de garde (Zola, L'Œuvre, 1886, p. 64).Suavité des âneries de Coppée. « Je me déplais moins qu'autrefois », dit-il. Quelle belle épigraphe! (Bloy, Journal, 1903, p. 182).
P. méton. Qualité d'un écrivain au style harmonieux. La douceur et la suavité tendre d'un Virgile ou d'un Tibulle (Sainte-Beuve, Caus. lundi, t. 1, 1850, p. 365).
Prononc. et Orth.: [sɥavite]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1200 « douceur qui se fait sentir à l'âme quand Dieu la favorise » la suauiteit de la contemplation (Moralités sur Job, éd. W. Foerster, p. 336, ligne 35); xiiies. [ms.] suavité (Bible, B. N. 901, fo10b ds Gdf. Compl.); 2. 1512 « qualité de ce qui est suave » (Juv. des Ursins, Charles VI, 1414 ds Littré); cf. 1512 (J. Lemaire de Belges, Les Illustrations de Gaules, I, XXIV ds Œuvres, éd. J. Stecher, t. I, p. 174: sa douceur [d'un fruit, la lote -c.-à-d. le lotus-] et suavité est si tresespeciale). Empr. au lat. class.suavitas « douceur, qualité agréable d'une chose »; « douceur, charme, agrément pour l'esprit, l'âme »; suavité a supplanté la forme pop. souefveté att. jusqu'au xviies. (v. Gdf.), dér de souef, v. suave. Fréq. abs. littér.: 162.

Suavité : définition du Wiktionnaire

Nom commun

suavité \sɥa.vi.te\ féminin

  1. Qualité de ce qui est suave.
    • Cette scène délicieuse, au milieu de ce magnifique paysage, y répandait une incroyable suavité. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Oh, je n'ignore pas l’anéantissante suavité qu'il y a à effleurer une peau délicate sur une étendue sans bords, ce qu'offrent presque tous les corps de femmes et beaucoup plus rarement des corps d'hommes ! — (Catherine Millet, La vie sexuelle de Catherine M. : récit, éd. Seuil, 2001, p. 48)
  2. (Spiritualité) Douceur qui se fait sentir à l’âme, quand Dieu la favorise.
    • Sainte Thérèse éprouvait des suavités merveilleuses.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Suavité : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SUAVITÉ. n. f.
Qualité de ce qui est suave. La suavité de ce parfum. La suavité de cette mélodie. La suavité de son pinceau. Les compositions de ce musicien ont une suavité enchanteresse. Il désigne, en termes de Spiritualité, Certaine douceur qui se fait sentir à l'âme, quand Dieu la favorise. Sainte Thérèse éprouvait des suavités merveilleuses.

Suavité : définition du Littré (1872-1877)

SUAVITÉ (su-a-vi-té) s. f.
  • 1Qualité de ce qui est suave. La suavité de cette odeur. La suavité d'une mélodie. Les compositions de ce peintre ont une suavité enchanteresse.

    Fig. Leur miel [de paroles] dans tous mes sens fait couler à longs traits Une suavité qu'on ne goûta jamais, Molière, Tart. IV, 5.

  • 2 Terme de spiritualité. Certaine douceur qui se fait sentir à l'âme quand Dieu la favorise. Dieu veut prendre le cœur par suavité, Bossuet, Lett. Corn. 107. Il faut que ces vœux soient dignes de vous et assez purs pour monter en odeur de suavité jusqu'aux pieds de votre trône, Massillon, Panég. St Franç. de Paule.

HISTORIQUE

XIIe s. La suaviteit de la contemplation, Job, p. 483.

XVe s. L'œuvre de justice est reformatif de toutes injures, et y met la douceur et suavité de paix, Juvénal Des Ursins, Charles VI, 1414. La suavité et doulceur qui est promise aux vrays renonçans du monde, Intern. consol. II, 20.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SUAVITÉ. Ajoutez :
3Il se dit aussi du caractère moral. Et telle était la suavité, la politesse de leurs mœurs [de Le Brun et Bourdon] que, pour se rapprocher l'un de l'autre, chacun de son côté était disposé à faire le premier pas, De Montaiglon, Hist. de l'Acad. de peinture (Mém. attribués à H. Testelin), t. II, p. 24.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « suavité »

Étymologie de suavité - Littré

Provenç. suavetat ; espagn. suavidad ; ital. suavità ; du lat. suavitatem, de suavis, suave. L'ancienne langue avait aussi soatime ou soatune, qui représente suavitudinem.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de suavité - Wiktionnaire

 Dérivé de suave avec le suffixe -ité.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « suavité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
suavité syavite play_arrow

Citations contenant le mot « suavité »

  • C’est du pur Saint-Julien dans le texte, riche, onctueux et équilibré. Il reste à visiter ce temple de Beychevelle, ce Versailles du Médoc qui regarde l’estuaire. Plusieurs options sont possibles, la master class (95 €) prévoit une dégustation de six vins… Plus confidentielle et sur mesure, la Table de Beychevelle est une expérience unique. Le must est de repartir avec le millésime 2011 (95 €), envoûtant de suavité. Visite à partir de 18 €. SudOuest.fr, Nos bonnes adresses Oenotourisme dans le Médoc
  • Dommage que le poids (2 070 kg) demeure identique, tout comme la consommation mixte en WLTP de 8,1-8,8 l/100 km. Car c’est bien un « petit tour de vis » sur les réglages de l’injection qui est la clé de cette version dégonflée. A contrario, vous bénéficiez toujours de la suavité, de la rondeur et de l’agrément du gros V6, c’est le principal ! Flottes Automobiles, Essai flash >> Volkswagen Touareg V6 TDI 231 ch
  • Olivier Barbarin aurait-il succombé à la suavité des hits africains ? Il semblerait bien ! Sous l’impulsion de son maire, la ville du Portel organise le vendredi 14 août à 18 h 30 un « Jerusalema challenge ». Il s’agit d’une chorégraphie géante basée autour du tube de l’été, Jerusalema, dont l’effervescence frappe actuellement le monde entier. Tout le monde pourra participer à ce challenge, à deux (petites) conditions toutefois : connaître un peu pas la choré et se vêtir d’un haut blanc. La Voix du Nord, Une chorégraphie à apprendre et à reproduire sur la plage : Le Portel lance le challenge !

Images d'illustration du mot « suavité »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « suavité »

Langue Traduction
Corse dolcezza
Basque gozotasuna
Japonais 甘味
Russe сладость
Portugais doçura
Arabe العذوبة
Chinois 甜味
Allemand süße
Italien dolcezza
Espagnol dulzura
Anglais sweetness
Source : Google Translate API

Synonymes de « suavité »

Source : synonymes de suavité sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « suavité »



mots du mois

Mots similaires