La langue française

Agir

Définitions du mot « agir »

Trésor de la Langue Française informatisé

AGIR, verbe.

I.− Emploi verbal
A.− Emplois intrans.
1. [Le suj. exprimé ou non, est un animé, une pers. ou fonction de la pers. hum.] Pouvoir propre à l'homme de transformer ce qui est, de s'exprimer par des actes :
1. Dès lors votre doctrine me paraît enfin remplir toutes les conditions essentielles de la religion, telle que vous l'avez définie, puisqu'elle convient également aux trois grandes parties de notre existence, aimer, penser, agir, qui ne furent jamais autant combinées. A. Comte, Catéchisme positiviste,1852, p. 60.
2. Vouloir, agir, opérer, produire : ainsi sommes-nous peu à peu entraînés vers des développements peut-être imprévus, mais sûrement conformes à l'aspiration profonde du vouloir primitif. L'expression de l'acte, si imperceptible qu'elle soit à l'origine, est le germe d'une immense croissance. M. Blondel, L'Action,1893, p. 211.
3. Attelés, comme des bœufs de labour, à une lourde tâche, nous sentons le jeu de nos muscles et de nos articulations, le poids de la charrue et la résistance du sol : agir et se savoir agir, entrer en contact avec la réalité et même la vivre, mais dans la mesure seulement où elle intéresse l' œuvre qui s'accomplit et le sillon qui se creuse, voilà la fonction de l'intelligence humaine. H. Bergson, L'Évolution créatrice,1907, p. 192.
4. Agir, nous semble-t-il, c'est émettre une certaine quantité de force, c'est surtout extérioriser. Une telle définition est liée à la représentation instrumentaliste et implique les mêmes contradictions. Mais elle a ses racines dans la nature même de la vie personnelle; d'où ce qu'il y a en elle d'inévitable. On rejoindrait, en approfondissant ceci, l'idée de la volonté comme détente que j'ai cherché autrefois à dégager. G. Marcel, Journal métaphysique,1920, p. 251.
5. Ainsi cette intelligence trouve son dernier mot dans le déni. Loin de voir là je ne sais quelle « excroissance démesurée de la faculté compréhensive », nous sommes bien plutôt disposés à n'y voir qu'une sorte de rétrécissement. C'est faire de l'intelligence un usage contre nature que d'en user seulement pour détruire et pour nier. D'elle-même elle aspire à affirmer, c'est-à-dire à être. Elle nous est donnée pour connaître, pour agir, pour éclairer nos sentiments, et non point pour les obscurcir et nous éloigner du réel. H. Massis, Jugements,t. 1, 1923, p. 167.
6. Juger, décider, agir, voilà les fonctions de l'âme. « Mais, dit l'homme libre, l'âme n'est peut-être rien autre chose qu'une santé, un équilibre, une force du corps. Rien ne prouve que ce qui juge et veut soit séparable, et doive survivre. Vous nous jetez dans d'autres peurs. » Aussi n'ai-je rien annoncé de pareil, ... Alain, Propos,1924, p. 612.
7. L'être humain ne se rencontre nulle part dans la nature. Nous n'y observons que l'individu. Celui-ci se distingue de l'être humain en ce qu'il est une réalité concrète. C'est lui qui agit, aime, souffre, combat, meurt. Au contraire, l'être humain est une idée platonicienne. Il vit dans notre esprit et dans nos livres. Il se compose des abstractions étudiées par les physiologistes, les psychologistes, les sociologues. Ses caractères sont des universaux. A. Carrel, L'Homme, cet inconnu,1935, p. 283.
8. Tout ce qui travaille, crée, agit, souffre, fermente et couve dans la nuit de notre âme inconsciente, − tout ce qui s'y manifeste, d'une part dans la vie de notre organisme, d'autre part dans les influences que nous recevons des autres âmes et de l'univers entier, − ... tout cela monte, avec un accent tout particulier, de la nuit inconsciente à la lumière de la vie consciente; et ce chant, cette merveilleuse confidence de l'inconscient au conscient, nous l'appelons : sentiment. A. Béguin, L'Âme romantique et le rêve,1939, p. 137.
9. Il est d'une part le présent de la présence irrécusable, pleine, d'un monde déjà-là, par delà toute attente, toute exigence, toute construction idéale. Mais, d'autre part, dans ce présent indéductible, j'œuvre, j'opère des présences, je suis auteur d'événements : j'agis. P. Ricœur, Philosophie de la volonté,1949, p. 191.
Rem. a) Synon. créer, fabriquer, œuvrer, opérer, produire, travailler; b) Anton. être (au sens statique); c) Autres assoc. paradigm. fréq. (gén. rel. aux autres catégories de la vie hum.) aimer, connaître, juger, penser, sentir, souffrir, vouloir.
a) En partic. [En liaison avec des éléments contextuels mettant en relief tel aspect de l'action.]
Sortir de l'inaction, se mettre à l'œuvre :
10. 14 septembre fini le mémoire, que je crois bon. Il a fait un très bon effet, m'a dit Juliette. Je me suis mis en tête une nouvelle tentative de carrière aventureuse. Nous verrons. Je voudrais à tout prix agir. Je suis las d'écrire. B. Constant, Journaux intimes,sept. 1814, p. 409.
11. Jamais un banquier ne bavarde : il agit, pense, médite, écoute et pèse. Ainsi, pour avoir bien l'air d'un banquier, ne dis rien, ou dis des choses insignifiantes. Éteins ton œil égrillard et rends-le grave, au risque de le rendre bête. H. de Balzac, César Birotteau,1837, p. 168.
12. george. − Fallait-il imprimer une tache à mon nom? m. mercier. − Il fallait... il fallait... on ne va pas si vite, que diable! on prend conseil, et l'on agit ensuite. F. Ponsard, L'Honneur et l'argent,1853, II, 10, p. 53.
13. La médecine d'observation contemple, la médecine expérimentale agit. On peut comme le grand prêtre dire : « La foi qui n'agit point, est-ce une foi sincère? La médecine inerte, est-ce la médecine? » Non, la vraie médecine est celle qui agit pour arrêter le mal. C. Bernard, Principes de médecine expérimentale,1878, p. 18.
14. (...) Cristi, ce n'est pas le moment de s'endormir; agissons. » L. Cladel, Ompdrailles,1879, p. 244.
15. Antoine vacilla, et, cédant à une seconde de panique, descendit précipitamment quelques marches. Il respirait avec effort : une tendresse, surgie des profondeurs, se dilatait soudain dans sa poitrine, l'étouffait. Et tous ces inconnus... Que faire? Partir? Il se ressaisit : le goût de la lutte le poussait en avant : ne pas remettre, agir. R. Martin du Gard, Les Thibault,La Sorellina, 1928, p. 1199.
16. Au retour d'Allemagne, il ne peut plus agir; il ratiocine. Je tiens la métaphysique allemande pour responsable de ses irrésolutions. De ses maîtres de là-bas, son esprit a pris la clef des champs de la spéculation abstraite, qui, si spécieusement, au champ de l'action se superpose. Et cette petite question si simple se charge de signification et d'angoisse : « Oh! prince Hamlet, qu'alliez-vous faire à Wittenberg? » A. Gide, Journal,1931, p. 1063.
17. Il écrasa sa cigarette dans le cendrier, et s'étira. « Voilà le docteur Thibault qui reparaît », fit-il en souriant. « Eh bien! Vivre, c'est agir, après tout! Ça n'est pas philosopher... Méditer sur la vie? À quoi bon? La vie, on sait bien ce que c'est : un amalgame saugrenu de moments merveilleux et d'emmerdements! La cause est entendue, une fois pour toutes... vivre, ça n'est pas remettre toujours tout en question... » R. Martin du Gard, Les Thibault,L'Été 1914, 1936, p. 146.
18. À force d'analyser les motifs plus ou moins compliqués de Pierre et de Paul, nous sommes en train de crever; Freud nous emmerde avec ses ambivalences (c'est un mot qui avait fait fortune entre nous). À force de raffiner sur l'ambiguïté, nous oublions l'essentiel, qui est d'agir... R. Abellio, Heureux les pacifiques,1946, p. 33.
Rem. Anton. s'attarder (sur des détails), contempler, délibérer, méditer, penser, philosopher, ratiociner, réfléchir, rêver, spéculer (cf. action).
Se remuer, se dépenser :
19. ... quand on est agité, pressé d'agir à chaque instant, que la vie est irrégulière, qu'il n'y a aucune suite dans les occupations et les idées qui la partagent, qu'on voudrait toujours arriver au temps qui n'est pas encore, qu'on précipite tout par impatience, qu'on gaspille le temps, ce temps semble s'être traîné avec une inconcevable lenteur, quand on mesure par la pensée l'intervalle entre deux points. Maine de Biran, Journal,1816, p. 230.
20. ... et moi, monsieur, moi son père, croyez-vous que ça m'amuse? Que voulez-vous que nous pensions, que nous devenions? Pouvons-nous vivre comme ça? Où le chercher? Voyons, dites, parlez!... Agissez! morbleu! retrouvez-le! c'est votre affaire. S'il vous est égal de savoir où est votre femme, moi je veux savoir où est mon fils, et de suite encore!... Ah! vous vous en mêlerez! vous nous le rendrez! j'irai partout, entendez-vous bien? Je remuerai tout, j'ai des amis, des protections, Morel va nous guider, j'irai chez le ministre, chez le roi s'il le faut, je mettrai dans les journaux... G. Flaubert, La Première éducation sentimentale,1845, pp. 190-191.
21. Femmes, enfants, sont là penchés sur l'eau sombre, le dos dans le soleil, leurs haïks retroussés au-dessus du genou, leur voile attaché par derrière, emplissant et vidant les écuelles, faisant ruisseler les entonnoirs, ficelant les outres gonflées. Tout ce monde grouille, agit, s'empresse; mais avec si peu de paroles, que, pour la plupart, on les dirait muets. E. Fromentin, Un Été dans le Sahara,1857, p. 151.
22. Évidemment non, ce n'est pas la question que je me pose. Mais je ne veux rien expliquer. « Il concluait, me dit l'autodidacte d'un ton consolant en faveur de l'optimisme volontaire. La vie a un sens si l'on veut bien lui en donner un. Il faut d'abord agir, se jeter dans une entreprise. Si ensuite l'on réfléchit, le sort en est jeté, on est engagé. Je ne sais ce que vous en pensez, monsieur? » « Rien », dis-je. Ou plutôt je pense que c'est précisément l'espèce de mensonge que se font perpétuellement le commis-voyageur, les deux jeunes gens et le monsieur aux cheveux blancs. J.-P. Sartre, La Nausée,1938, p. 145.
23. Toute formation spirituelle qui jette l'introverti hors de lui lui est bonne. « Se perdre pour se trouver » doit être sa formule de vie. Il lui faut agir, se dévouer, créer, s'oublier dans les choses et parmi les hommes. E. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 335.
24. annenkov. − Je suis heureux, Stepan, que le parti t'ai envoyé ici. stepan. − Il le fallait. J'étouffais. Agir, agir enfin ... (il regarde Annenkov.) Nous le tuerons, n'est-ce pas? annenkov. − J'en suis sûr. A. Camus, Les Justes,1950, I, p. 309.
25. Le jour où il prononça le mot de mariage, je fis longuement le bilan de ce qui nous séparait : « Jouir de belles choses lui suffit; il accepte le luxe et la vie facile, il aime le bonheur. Moi, il me faut une vie dévorante. J'ai besoin d'agir, de me dépenser, de réaliser : il me faut un but à atteindre, des difficultés à vaincre, une œuvre à accomplir. Je ne suis pas faite pour le luxe. Jamais je ne pourrais me satisfaire de ce qui le satisfait. » S. de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée,1958, p. 216.
Se conduire, se comporter.
[Avec un compl. indiquant la pers. avec laquelle est faite l'action] Agir avec, envers qqn :
26. Quel prix peut-on d'ailleurs attacher aux passagères affections d'un pareil être? Cela vaut-il la peine de mettre un masque et de se dégrader jusqu'à introduire de petits et vils calculs dans le plus noble et le plus haut des sentiments? Ce ne sera jamais ainsi que j'agirai avec toi, Adèle; je t'aime avec fierté parce que je t'aime avec candeur; je crois qu'un détour nous abaisserait tous deux et que ton cœur est assez grand pour comprendre un grand amour. Réponds avec cette confiance et cette franchise à la question que je viens de te faire. Tout dépend de là. V. Hugo, Lettres à la fiancée,1821, p. 59.
27. Quoique M. de Montmorency me fût peu favorable, il agit envers moi (je l'ai dit) selon l'impulsion de son sang et de sa vertu : en prenant congé de l'empereur, il l'invita à moins s'effrayer de ma personne. F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 3, 1848, p. 160.
[Avec un compl. précisant la manière dont se comporte le suj.] Agir en + subst. inactualisé; agir comme + subst. actualisé par l'art. un ou par un pron. (tel, etc.) :
28. − Vous ne pouvez donc vous résoudre à quitter le canton qui vous a vu naître? − Tous mes amis ont disparu de cette terre : les hommes qui les ont chassés sont violens et cruels; ils parlent de liberté, mais ils agissent en tyrans : oh! sans doute, je quitterois sans peine des lieux que je ne reconnois plus!... Mmede Genlis, Les Chevaliers du cygne,t. 1, 1795, p. 196.
29. Le lendemain, Leuwen agit absolument comme un fou. Les lieutenants, ses camarades, redevenus méchants, se disaient : « Ce beau dandy de Paris n'est pas accoutumé au champagne, il est encore détraqué d'hier; ... » Stendhal, Lucien Leuwen,t. 2, 1836, p. 8.
30. « ... cette petite-fille de Jean Croissy est la dernière personne au monde que vous puissiez épouser. Vous seriez donc très coupable de troubler son cœur et de laisser naître et grandir dans le vôtre une passion sans issue. Vous êtes un honnête homme. Votre présence chez moi le prouve. Agissez en honnête homme. » P. Bourget, Nos actes nous suivent,1926, p. 84.
31. − Quand on y pense, dit un jour Rosenthal, cette dénonciation ne nous a paru étrange que parce que nous pensions au caractère phénoménal de Pluvinage, mais il y a sans doute beaucoup à dire sur son caractère intelligible. Qui n'est pas double? Laforgue trouva cette parade de foire révoltante et dit à son ami : − Pas de kantisme, je t'en prie! Peut-être avons-nous agi comme des salauds!... P. Nizan, La Conspiration,1938, p. 180.
32. D'un bond de fauve, il [l'évêque] fut sur moi, l'index braqué : − Vous m'avez promis obéissance ainsi qu'à mes successeurs. Vous êtes mon vicaire général et vous agirez comme tel! A. Billy, Introïbo,1939, p. 160.
Rem. Parfois, dans des syntagmes du type agir comme (qqn), agir ainsi, le sens du verbe s'affaiblit jusqu'à n'être plus que le substitut (comparable à l'emploi class. du verbe faire) d'un verbe ou d'un syntagme déjà exprimé dont on veut éviter la répét. :
33. Apprenez donc (...) que cette coutume vient des Romains, qui divinisaient le commencement de l'année. En sorte qu'agir comme eux est se faire idolâtre. Lar. Lang. fr.1971.
Exercer une influence. Agir sur qqn (plus rarement sur qqc.).(Cf. infra 2) :
34. Additionner, comme je disais tout à l'heure, toutes les générations d'hommes les unes au bout des autres, toutes les races, tous les peuples, ne donnera qu'un chiffre, et ne donnera pas l'humanité. Considérer que les hommes agissent et réagissent les uns sur les autres, et par suite voir, dans ces générations qui s'ajoutent les unes aux autres, comme une sorte d'être abstrait qui croît et se développe, cela est vrai et juste; mais pourtant où est l'être, l'être véritable? D'être véritable, je ne vois que les hommes, les individus, les êtres particuliers; je ne vois rien qui ait vie, sentiment, conscience, intelligence, responsabilité, ... P. Leroux, De l'Humanité,t. 1, 1840, p. 251.
35. En effet, si le médecin considérait l'organisme comme un tout indivisible et qu'il voulût agir sur lui, il verrait qu'il n'agit pas constamment et qu'il y a même d'assez nombreuses exceptions. C. Bernard, Principes de médecine expérimentale,1878, p. 279.
36. Il est aisé de comprendre pourquoi « la matière » − qui n'est qu'un mécanisme spécial entre beaucoup d'autres − a pu paraître si facilement à l'homme la réalité par excellence. Elle se présente comme d'elle-même à la connaissance spontanée. L'homme s'y heurte, la touche, la voit, il agit sur elle, et elle agit sur lui, elle est « le familier » par excellence. R. Ruyer, Esquisse d'une philosophie de la structure,1930, p. 43.
37. L'homme, aux yeux de Marx, n'est pas un produit passif du milieu, il est actif, il agit sur le milieu pour le transformer, − mais « dans le sens fixé par l'évolution économique et sociale ». Voilà ce qui importe ici. J. Maritain, Humanisme intégral,1936, p. 141.
38. La réalité n'est pas figée, dit Dubreuilh. Elle a un avenir, des possibilités. Seulement pour agir sur elle et même pour la penser, il faut s'installer en elle et non s'amuser à des petits rêves. S. de Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 554.
39. ... l'Occident s'est voulu exclusivement utilitaire, tout entier tourné vers la possession du monde extérieur. Il en est obsédé; par la science, la recherche des lois physiques, il veut agir sur lui, le domestiquer; il entend faire de lui l'instrument de ses désirs, être conquérant de l'univers et de ses secrets en même temps que d'espaces et de peuples! R. Huyghe, Dialogue avec le visible,1955, pp. 30-31.
Agir auprès de qqn.Essayer par des démarches, etc., d'user de son influence sur quelqu'un :
40. Il n'est question que de faire agir nos amis en France auprès des deux grands philosophes... C. Desmoulins, Le Vieux Cordelier,1793-1794, p. 65.
Déployer son énergie. Agir contre qqn :
41. De ces abominables forfaits, si quelques élus aujourd'hui sont avertis, il nous est indispensable, madame, de compter sur leur discrétion parfaite, sur leur pleine et entière soumission à l'indication qui leur sera donnée en temps opportun. Agir sans nous, c'est agir contre nous. Et, en plus de la désapprobation ecclésiastique qui pourra entraîner... Qu'à cela ne tienne : l'excommunication, toute initiative individuelle se heurtera aux démentis catégoriques et formels de notre parti. Il s'agit ici, madame, d'une croisade; oui, mais d'une croisade cachée. A. Gide, Les Caves du Vatican,1914, p. 752.
42. mariana. − Tout ce qui est fait contre lui, il y aide. Et vous le prétendez égoïste! bernal. − Il agit contre soi, parce qu'il y trouve son plaisir. H. de Montherlant, Le Maître de Santiago,1947, II, 3, p. 638.
43. Tout cela n'était pas sans ruse. Libre aux pasteurs de se conduire avec lui comme des prêtres! Mais ne devaient-ils pas reconnaître en lui la tradition protestante, la voix même des fondateurs : « Rétracter quoi que ce soit, je ne puis ni ne veux, avait dit Luther, ... car agir contre sa conscience, ce n'est ni sûr ni honnête. » J. Guéhenno, Jean-Jacques,Grandeur et misère d'un esprit, prol., 1952, p. 126.
Rem. L'expr. semble d'orig. jur. Cf. infra et Ac. 1798-1932 : ,,Il a été obligé d'agir contre son tuteur.``
b) DROIT
Agir en justice. ,,Prendre l'initiative de soumettre une prétention à un tribunal. On peut agir soit par voie de requête, sans appeler aucun adversaire, soit, au contraire, par voie d'assignation. Celui qui agit est appelé demandeur, celui contre qui on agit est appelé défendeur. Agir ou défendre, c'est ester en justice.`` (Cap. 1936). Agir criminellement, civilement (Ac. 1798-1932).
Rem. Attesté aussi ds Ac. 1798-1932, Besch. 1845, Lar. 19e, Littré, Bél. 1957 Rob., Bar 1960, Pt Rob.; cf. intenter une action.
Agir d'office. Agir sans être requis, par le seul devoir de sa charge.
Rem. Attesté ds Ac. 1835, Besch. 1845, Ac. 1878-1932.
2. [Le suj. désigne un inanimé dont l'activité est comparable à celle de l'homme] Produire un effet, un résultat :
44. [Jordan] : − (...) L'univers n'est-il pas un immense atelier où l'on ne chôme jamais, où les infiniment petits font chaque jour un labeur géant, où la matière agit, fabrique, enfante sans relâche... É. Zola, Travail,t. 1, 1901, p. 195.
45. le docteur (à voix basse). − « Le bromure agit, la nuit va être plus calme. » Lourdement MmeBarois se lève et, sur la pointe des pieds, s'approche de la porte : appuyée au vantail, le masque inerte et douloureux, les paupières à demi baissées, elle regarde fixement dans la chambre éclairée. R. Martin du Gard, Jean Barois,1913, p. 209.
46. Si l'on montre de la viande à un chien adulte, le flux de salive se produit encore; l'aliment agit à distance, la sensation visuelle suffit à déclencher le réflexe. Il est d'ailleurs de connaissance courante que le seul aspect d'un plat appétissant fait venir l'eau à la bouche. J. Rostand, La Vie et ses problèmes,1939, p. 89.
47. Quand il s'agit de littérature ou de musique, nous n'avons aucune raison d'espérer que la postérité en jugera mieux que les contemporains. Dans un siècle, les raisons qui nous interdisent l'accès d'une œuvre sublime risquent de jouer encore et La Veuve joyeuse continuera d'enchanter les foules futures. Il en va tout autrement de la politique. Ici, le temps agit dans le sens de la vérité parce qu'il dissipe la fumée des batailles partisanes : la poussière du combat retombe, les passions s'apaisent, les faits restent. F. Mauriac, Le Bâillon dénoué,1945, p. 487.
Faire, laisser agir qqc. :
48. Laissons agir mes lettres, et le temps... Cerise regarda sir Williams avec enthousiasme et lui dit : − Ah! comment ne vous aimerait-elle pas, rien qu'à vous voir? P.-A. Ponson du Terrail, Rocambole,t. 1, L'Héritage mystérieux, 1859, p. 387.
49. ... la science est une règle d'action qui réussit, au moins généralement et, j'ajoute, tandis que la règle contraire n'aurait pas réussi. Si je dis, pour faire de l'hydrogène, faites agir un acide sur du zinc, je formule une règle qui réussit : j'aurais pu dire, faites agir de l'eau distillée sur de l'or; cela aurait été aussi une règle, seulement elle n'aurait pas réussi. H. Poincaré, La Valeur de la science,1905, pp. 218-219.
Agir sur qqc. ou qqn (cf. supra 1 a).Exercer une influence :
50. Il me semble impossible de séparer le besoin d'un perfectionnement social du désir de s'améliorer soi-même; et, pour me servir du titre de l'ouvrage de Bossuet, dans un sens différent de celui qu'il lui donne, la politique est sacrée, parce qu'elle renferme tous les mobiles qui agissent sur les hommes en masse, et les rapprochent ou les éloignent de la vertu. G. de Staël, Considérations sur les principaux événements de la Révolution française,t. 2, 1817, p. 280.
51. La solitude agit toujours ainsi sur l'intelligence; elle développe la poésie qui est toujours dans l'homme; tout pâtre est rêveur. J'ai donc écrit ce conte bleu dans le lieu même, caché dans le ravin-fossé, assis sur un bloc qui a été un rocher jadis, qui a été une tour au douzième siècle et qui est redevenu un rocher,... V. Hugo, Le Rhin,1842, p. 186.
52. ... chaque jour amène des générations nouvelles, chaque fait accompli enfante un droit récent qui combat un ancien droit, chaque heure commence une légitimité : le temps a deux pouvoirs; d'une main il renverse, de l'autre il édifie. « Enfin le temps agit sur les esprits par cela seul qu'il marche : on se sépare violemment du pouvoir; on l'attaque; on le boude, puis la lassitude survient; le succès réconcilie à sa cause : bientôt il ne reste plus en dehors que quelques âmes élevées dont la persévérance met mal à l'aise ceux qui ont failli... » F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 4, 1848, p. 319.
53. 23 mardi. Je lis ta lettre et je suis pénétré de ce charme ravissant, de cette profonde attraction; elle agit sur moi de part en part. La douce tendresse de tes refus briserait mes désirs les plus impétueux; d'autre part, elle les augmente... Un parfum angélique de sagesse et d'amour est dans toute cette lettre, et j'en suis enivré. J. Michelet, Journal,janv. 1849, p. 12.
54. Il est possible que deux poisons ne puissent pas agir en même temps sur le même système nerveux. Dans certains états près de l'agonie, les individus ne sont plus susceptibles de réactions; ils peuvent avoir impunément des perforations intestinales sans péritonite ni douleur (la section du sympathique ne fait plus rien dans les effets calorifiques chez ces animaux près de mourir...). C. Bernard, Principes de médecine expérimentale,1878, p. 234.
Rem. Syntagmes fréq. 1. Subst. + verbe : besoin d'agir (R. Rolland, Beethoven, t. 1, 1928, p. 163); difficulté d'agir (V. de Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin, t. 2, 1812, p. 92); façon d'agir (Stendhal, Lucien Leuwen, t. 1, 1836, p. 204); faculté d'agir (H. Bergson, L'Évolution créatrice, introd., 1907, p. V); liberté d'agir (Maine de Biran, Journal, 1816, p. 125); manière d'agir (Stendhal, De l'Amour, 1822, p. 98); moment d'agir (J.-A. Brillat-Savarin, Physiologie du goût, 1825, p. 372; G. Leroux, Le Mystère de la chambre jaune, 1907, p. 64); motif d'agir (M. Van der Meersch, Invasion 14, 1935, p. 499); moyen d'agir (Stendhal, Lamiel, 1842, p. 121); nécessité d'agir (Stendhal, Lucien Leuwen, t. 1, 1836, p. 335); pouvoir d'agir (Maine de Biran, loc. cit.); raison d'agir (R. Rolland, Jean-Christophe, Dans la maison, 1909, p. 1010); temps d'agir (A. de Musset, À quoi rêvent les jeunes filles, 1832, II, 1, p. 359; F. Mauriac, Le Nœud de vipères, 1932, p. 178); volonté d'agir (Ch. Maurras, Kiel et Tanger, 1914, p. 236). 2. Verbe + verbe : faire agir. Mettre en action, en œuvre, entraîner, manœuvrer, pousser à (P.-A. Ponson du Terrail, Rocambole, t. 5, Les Exploits de Rocambole, 1859, p. 253). 3. Verbe + adv. ou compl. prép. de manière : bien agir (J. Péladan, Le Vice suprême, 1884, p. 186); agir à sa guise (É. Estaunié, L'Ascension de Monsieur Baslèvre, 1919, p. 212); agir de concert (J.-H. Bernardin de Saint-Pierre, Harmonies de la nature, 1814, p. 316); agir contre sa conscience (ex. 43); mal agir (H. de Montherlant, La Reine morte, 1942, p. 145); agir sans délibération, sans détermination préalable (J.-B. Lamarck, Philosophie zoologique, t. 2, 1809, p. 336); agir sans discernement (V. de Jouy, ibid., t. 3, 1813, p. 111); agir selon l'impulsion de (G. Sand, Histoire de ma vie, t. 1, 1855, p. 14); agir d'autorité. ,,Employer son autorité pour faire quelque chose.`` (Land. 1834; attesté aussi ds Ac. 1835-1932, Besch. 1845, Rob.); de cause : agir par concupiscence (E. Renan, Drames philosophiques, L'Eau de jouvence, 1881, I, 1, p. 447); agir par traîtrise (M. Proust, À la recherche du temps perdu, Le Côté de Guermantes 1, 1920, p. 179); de but : agir pour le mieux (G. Bernanos, Monsieur Ouine, 1943, p. 1486); agir pour mon bien (S. de Beauvoir, Les Mandarins, 1954, p. 418). 4. Verbe + conj. de subordination : agir de telle sorte (Ch. Péguy, Victor-Marie, comte Hugo, 1910, p. 827).
B.− PHILOS., littér., emploi trans. Activer, actionner, conditionner (qqn.).
1. Forme active, rare :
55. Au lieu de se trouver seul avec sa sagesse, il [Tolstoï] s'est retrouvé seul avec son erreur et il l'a agie, comme il faisait tout, passionnément. L. Daudet, L'Hérédo,1916, p. 204.
2. Forme passive :
56. On soupçonnera trop qu'il n'est pas libre dans son action et qu'elle est « agie » par des ressorts inférieurs. Ch. Maurras, L'Avenir de l'Intelligence,1905, p. 73.
57. Oui, là est tout mon problème. Problème bizarre, presque contre nature, je veux dire contre ma nature qui partout ailleurs − songeons à l'art, à l'exaltation, au travail créateur − non seulement accepte d'être mue, d'être agie, mais témoigne même de l'inquiétude lorsque c'est elle qui meut et qui agit. L'anomalie est due à ce que ne voulant pas cette fois revenir par la porte du sacrement de la pénitence, j'ai − comme il en va toujours avec moi − été trop loin dans l'autre direction. Ch. Du Bos, Journal,avr. 1927, p. 240.
58. Ainsi nous trouvons-nous, semble-t-il, devant une double nécessité contradictoire : tout instrument n'étant utilisable − et même saisissable − que par le moyen d'un autre instrument, l'univers est un renvoi objectif indéfini d'outil à outil. En ce sens la structure du monde implique que nous ne puissions nous insérer dans le champ d'ustensilité qu'en étant nous-mêmes ustensile, que nous ne puissions agir sans être agis. J.-P. Sartre, L'Être et le néant,Paris, Gallimard, 1943, p. 388.
Rem. Les dict. ne mentionnent pas cet emploi, à l'exception de Lar. 19e(qui le définit ainsi : ,,Dans le langage philosophique, Poussé, mis en mouvement``, l'illustre par des ex. de Bossuet et de Fénelon, en précisant ,,ne se dit plus``), de Littré (qui déclare : ,,Ce participe n'est pas en usage. Cependant l'autorité de Bossuet et de Fénelon pourrait en justifier l'emploi dans le langage philosophique``) et Lar. Lang. fr. (qui le déclare ,,rare``, et cite un ex. de Ch. Maurras). Les philosophes mod. ont remis en honneur cet emploi (cf. surtout ex. 58).
C.− Emploi pronom. (impers.). S'agir.
1. Spéc., vx ou vieilli
Vieux
Il s'agit si. ,,Se dit par ellipse pour il s'agit de savoir si.`` (Besch. 1845).
Rem. Attesté aussi ds Lar. 19e, Littré, Bél. 1957.
Dont s'agit. ,,Locution encore en usage au barreau, et qui s'emploie pour dont il s'agit.`` (Nouveau Lar. ill.).
Rem. Attesté aussi ds Besch. 1845, Littré.
Vieilli ou littér.
S'agissant de (loc. conj.). Vu qu'il s'agit de :
59. La même retenue devenait impossible à conserver, s'agissant d'accusations énormes portées contre lui. Saint-Simon 502.78 (Littré).
Rem. Attesté ds Lar. 19e, Bél. 1957, Rob., Pt Rob., Lar. Lang. fr.
2. Il s'agit de (ou que).
Il s'agit de + subst. ou inf. Il est question de :
60. S'agit-il de bijoux, je suis bien sûr de vous apprendre que Mellerio est le premier homme du monde pour les bagues hiéroglyphiques et lithologiques; Nitot pour le dessin et la monture des boucles d'oreilles; ... V. de Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 1, 1811, p. 77.
61. Il faut finir et cependant que j'ai encore de choses à te dire! Ne me parle plus de toi, ma bien-aimée Adèle, comme d'une femme ordinaire; sois modeste tant que tu voudras, mais ne me force pas à l'être quand il s'agit de toi. V. Hugo, Lettres à la fiancée,1821, p. 61.
62. don carlos, faisant un pas. − Duc, ce n'est pas d'abord de cela qu'il s'agit. Il s'agit de la mort de Maximilien, empereur d'Allemagne. V. Hugo, Hernani,1830, I, 3, p. 22.
63. Il s'inclina distraitement devant le procureur, cherchant le regard du juge qui répondit par un signe imperceptible. − Vous permettez? J'accompagne Monsieur le Curé quelque pas. − De quoi s'agit-il? Qu'est-ce qui se passe? − Je crois que je puis avoir confiance en vous, murmura le prêtre sur le même ton. Je désirerais vous parler. G. Bernanos, Un Crime,1935, p. 771.
Il s'agit de + inf. Il importe de (nuance impér.) :
64. Pour le coup, j'éclatai : « Comment, madame, il est nécessaire que je me ruine pour tenir l'enfant d'une femme que je connais à peine, et qui croit aux prédictions de MlleLenormand! − Il ne fallait pas accepter; vous l'avez fait, il s'agit de vous en tirer honorablement. » V. de Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 1, 1811p. 26.
65. ... le comte Ludwig marchait vivement vers un café. − Si tu veux faire le brutal avec moi, je te plante là... Il s'agit d'empêcher que, par quelque tour de passe-passe, ce maudit Parisien ne nous mette dans notre tort, et par suite ne se moque de nous. Stendhal, Lucien Leuwen,t. 2, 1836, p. 197.
66. Enfin, enfin, je sais, un peu, comme tout le monde, ce qu'est la douleur. Si la douleur est agréable, ce n'est plus la douleur. Il s'agit de s'entendre. Et s'il est une puissance surnaturelle capable de nous rendre la douleur délectable, que cette puissance, alors, se manifeste. Qui songerait à la récuser? G. Duhamel, Journal de Salavin,1927, p. 143.
67. Il s'agit d'en finir avec cette espèce d'ignorance hagarde au milieu de laquelle tout le théâtre contemporain avance, comme au milieu d'une ombre, où il ne cesse pas de trébucher. A. Artaud, Le Théâtre et son double,1939, p. 155.
Fam. (Il) (ne) s'agit (pas) que. Il (ne) faut (pas) que :
68. Le vieux, ragaillardi, racontait alors par le menu des histoires de l'asile. Tout à coup, il jetait un coup d'œil sur la pendule. D'un geste maladroit, il prenait sa canne et sa casquette. − S'agit pas que je rentre en retard, parce que alors... fini les sorties! E. Dabit, L'Hôtel du Nord,1929, p. 232.
Rem. Sauf exception (Pt Rob.), cet emploi est gén. ignoré des dict.
II.− PHILOS., emploi subst. masc. (seulement au sing. et toujours précédé de l'art. masc. sing. le). Faculté d'agir spécifiquement humaine; exercice de cette faculté :
69. ... le sentir est fonction de l'agir. Mais alors je suis mon corps ne signifierait-il pas : « Je suis une certaine puissance d'agir qui s'appréhende elle-même comme instrument, et se saisit d'autre part en tant qu'inhibée ou au contraire favorisée dans son exercice par les conditions extérieures »? interprétation « énergétique » du corps. G. Marcel, Journal métaphysique,1920, p. 252.
70. ... l'agir porte le désirer. Je crois que nous ne savons pas bien désirer ce que nous ne pouvons faire, et que l'espérance non aidée est toujours triste. C'est pourquoi la vie privée est toujours triste, si chacun attend le bonheur comme quelque chose qui lui est dû. Alain, Propos,1923, p. 479.
71. Toute philosophie politique, comme toute philosophie morale, sont ainsi une sorte de limite abstraite, la science des lois naturelles de l'agir humain. En fait cependant, l'homme n'est pas dans un état purement naturel, mais dans l'état de nature déchue et de nature réparée; la règle de conduite de la vie individuelle et sociale ne peut donc pas faire abstraction de l'ordre surnaturel. J. Maritain, Primauté du spirituel,1927, p. 190.
72. Cette exclusion mutuelle du penser au sens le plus large et de l'agir se justifierait ainsi : l'intentionalité en tant que telle est adynamique : le penser est une lumière, l'agir est une force; les mots force, efficacité, énergie, empire, production, effort, etc. appartiendraient donc à une toute autre dimension du sujet que la visée non-productrice de la perception, du souvenir, du désir, du vœu, du commandement, et par conséquent que la visée également non-productrice du projet. P. Ricœur, Philosophie de la volonté,1949, pp. 192-193.
73. En lui [le mysticisme chrétien] se manifeste un étonnant équilibre entre l'agir et le pâtir, entre la possession du monde et son abandon, entre le goût des choses et leur mépris. P. Teilhard de Chardin, Le Milieu divin,1955, p. 144.
Rem. 1. L'emploi subst. de agir ne figure que dans qq. dict. (Lar. 19e, Goblot 1920, Foulq.-St-Jean 1962). 2. Cet emploi, spécifique de la lang. philos. (qui l'a calqué sur l'all., où de tels usages sont communs à la lang. philos. et à la lang. commune) est à la fois verbal et subst. En tant qu'il est verbal : a) Il laisse au verbe sa valeur abs. (absence de compl. d'obj.); b) Il conserve l'aspect imperf.-dérivatif propre à l'inf. dit « présent »; c) Il confère à celui-ci une valeur intemporelle. En tant qu'il s'agit d'un emploi subst., une épithète est possible : l'agir humain (ex. 71). Cf. en outre : ,,agir est un verbe neutre qui ne comporte pas, comme un verbe actif, de régime direct. (...). Aussi est-ce là une raison primordiale de la supériorité métaphysique de l'expression pur agir sur celle d'acte pur. Agir suggère à la fois ce qui, n'étant point statique et lié à une production définitive, est dynamique, tout en restant intérieur à soi.`` (M. Blondel, L'Action, 1936, p. 170, d'apr. Foulq.-St-Jean 1962).
Prononc. − 1. Forme phon. : [aʒi:ʀ], j'agis [ʒaʒi]. Enq. : /aʒi/, /zéro (prés. 123, impér. 2), ʀe1, ʀa, ʀõ, ʀe1(D), ʀiõ, ʀie1/; /aʒis/, /zéro (prés. 6, subj. 1236), õ, e1, e1(D), iõ, ie1/; inf. /aʒiʀ/; part. /aʒisã, aʒi/. 2. Dér. et composés : agissant, agissement(s), réagir.
Étymol. ET HIST. − 1. 1450 « produire » (Dialog. entre le Maheustre et le Manant, fo6 vods Gdf. Compl. : Il n'y a que Dieu... qui puisse agir telle conversion). − 1611, Cotgr.; 2. 1600 s'agir à, impers. « être question de » (O. de Serres, Théâtre d'agric., VI, 1 ds Hug. : Puis qu'il ne s'agit qu'à façonner Jardins, leur peu de contenue se pourra accommoder sans excessive despense); 3. 1680 (Rich. t. 1 : Agir. Faire, se comporter, se conduire d'une certaine manière − agir en galant homme, en ami, en homme d'honneur... Agir de concert avec quelqu'un. Ils ont agi comme pour eux...). Dér. du lat. agere av. chang. de conjug. Agere attesté au sens 1 dep. Plaute, Bac., 479 ds Oxford Latin dict., s.v. 89 b : nullo pacto res mandata potest. agi?; au sens 2 impers. agitur de ds Cicéron, Man., 14, ibid., 90 a; au sens 3 dep. Terence, Ev., 1066 : non cognosco vostrum tam superbum ... − sic ago.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 19 250. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 26 396, b) 19 607; xxes. : a) 23 818, b) 34 514.
BBG. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Boiss.8. − Bonnaire 1835. − Bruant 1901. − Canada 1930. − Cap. 1936. − Caput 1969. − Darm. Vie 1932, p. 193. − Dup. 1961. − Fér. 1768. − Foulq.-St-Jean 1962. (s.v. acte, action). − Girard 1756. − Goblot 1920. − Grev. Probl. t. 3 1964. − Guilb. Aviat. 1965. − Guizot 1864. − Hanse 1949. − Kold. 1902. − Laf. 1878. − Lav. Diffic. 1846. − Le Breton 1960. − Littré-Robin 1865. − Miq. 1967 (s.v. acte). − Nysten 1814-20. − Rog. 1965, p. 128, 163. − Sardou 1877. − Sommer 1882. − Synon. 1818. − Thomas 1956.

Wiktionnaire

Verbe

agir \a.ʒiʁ\ intransitif 2e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’agir)

  1. Faire quelque chose.
    • Il n’est jamais sans agir.
  2. Se dit souvent par opposition aux paroles, aux discours, etc., et signifie procéder à l’exécution de quelque chose.
    • C’est trop délibérer, il faut agir, agissons, il est temps d’agir, etc.
    • Il sait mieux agir que parler.
  3. Opérer, produire quelque effet ou faire quelque impression.
    • La houille est généralement assez impure et contient des pyrites et des matières argileuses qui agissent d'une manière fâcheuse dans plusieurs opérations industrielles. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 91)
    • Faire agir une machine, un ressort.
    • C’est un remède qui agit puissamment.
    • L’acide nitrique agit sur l’étain.
    • Le soleil agit sur les planètes.
    • L’éloquence agit sur les esprits.
    • L’exemple des supérieurs agit fortement sur les inférieurs.
    • La foi agit en nous d’une manière mystérieuse et inexplicable.
    • Le médicament doit agir, je ne me sens plus malade du tout.
  4. Négocier, s’employer en quelque affaire.
    • Il agissait auprès du ministre pour les intérêts de ses commettants.
    • Il a tout pouvoir d’agir.
    • Je vous prie d’agir pour moi.
    • Agir au nom de quelqu’un.
    • N’agissez pas contre moi.
    • Agir d’autorité.
    • Agir d’office.
    • Faire agir quelqu’un dans une affaire.
  5. Poursuivre en justice.
    • Agir criminellement.
    • Agir civilement.
    • Il a été obligé d’agir contre son tuteur.
  6. Se conduire, se comporter.
    • […], on pourrait dire que le soldat était convaincu que la moindre défaillance du moindre des troupiers pouvait compromettre le succès de l’ensemble et la vie de tous ses camarades - et que le soldat agissait en conséquence. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. VII, La Morale des producteurs, 1908, p. 351)
    • Manière ou façon d’agir.
    • C’est mal agir.
    • Ce n’est pas bien agir.
    • Il a bien agi avec moi, envers moi, à mon égard.
    • J’agirai sévèrement à leur égard.
    • Agir contre ses intérêts, contre son opinion, etc.
  7. (Pronominal) (Impersonnel) (avec de) Sert à marquer de quoi il est question.
    • Il fallait que Jimmy l’aidât à se mettre debout, qu’il le brossât en s’excusant, le secouât et, finalement, lui expliquât de quoi il s’agissait. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Je sais […] que Leconte de l’Isle quand il s’agissait de retrancher des lettres, était pour qu’on en ajoutât […] — (Émile Faguet, Simplification simple de l’orthographe, 1905)
    • En 1910, Ehrlich avait réussi à obtenir le premier exemple d'un médicament antimicrobien purement synthétique. Il s'agissait du salvarsan, en l'occurrence un composé contenant de l'arsenic (…). — (Graham L. Patrick, Chimie pharmaceutique, traduit par Paul Depovere, De Boeck, 2002, page 376)

agir \a.ʒiʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. (Philosophie) (Littéraire) Activer.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

agir \a.ʒiʁ\ masculin

  1. Fait de faire quelque chose.
    • La mise en mots est une mise à distance. Elle permet d’agir sur une ou des situations jusqu’alors vécues de façon passive. Cet agir, ajouté au regard, à l’interprétation, à la présence rassurante du thérapeute, a une vertu apaisante, rassurante. — (Jean-Luc Aubert, Les Sept Piliers de l’éducation, Albin Michel, 2009, page 14)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AGIR. v. intr.
Faire quelque chose. Il n'est jamais sans agir. Il se dit souvent par opposition aux Paroles, aux discours, etc., et signifie Procéder à l'exécution de quelque chose. C'est trop délibérer, il faut agir, agissons, il est temps d'agir, etc. Il sait mieux agir que parler. Il signifie aussi Opérer, produire quelque effet, faire quelque impression. Ce ressort agit de telle manière. Faire agir une machine, un ressort. C'est un remède qui agit puissamment. L'acide nitrique agit sur l'étain. Le soleil agit sur les planètes. L'éloquence agit sur les esprits. L'exemple des supérieurs agit fortement sur les inférieurs. La foi agit en nous d'une manière mystérieuse et inexplicable. Il signifie encore Négocier, s'employer en quelque affaire. Il agissait auprès du ministre pour les intérêts de ses commettants. Il a tout pouvoir d'agir. Je vous prie d'agir pour moi. Agir au nom de quelqu'un. N'agissez pas contre moi. Agir d'autorité. Agir d'office. Faire agir quelqu'un dans une affaire. Il signifie particulièrement Poursuivre en justice. Agir criminellement. Agir civilement. Il a été obligé d'agir contre son tuteur. Il signifie aussi Se conduire, se comporter. Agir en homme d'honneur. Agir en homme d'esprit. Manière ou façon d'agir. C'est mal agir. Ce n'est pas bien agir. Il a bien agi avec moi, envers moi, à mon égard. J'agirai sévèrement à leur égard. Agir contre ses intérêts, contre son opinion, etc.

IL S'AGIT DE, verbe impersonnel, sert à marquer De quoi il est question. Il s'agit de savoir... Il s'agissait de choisir l'un ou l'autre. Quand il s'agira de votre service. Il ne s'agit pas de cela. Il s'agit de bien autre chose. De quoi s'agit-il? Il s'agit du salut de l'État. Il s'est agi de cette affaire dans le Conseil.

Littré (1872-1877)

AGIR (a-jir. Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir) v. n.
  • 1Faire quelque chose. Le moment d'agir est venu. Il faut agir et non délibérer. Il sait mieux parler qu'agir. Tout le mérite de la vertu consiste à agir. Rester sans agir. Homme que l'ambition seule fait agir. [Un grand homme] il a fait, il a agi avant que de savoir, ou plutôt il a su ce qu'il n'avait jamais appris, La Bruyère, 2. Il n'y a point de péché qui ne méritât des larmes éternelles, si la divine miséricorde n'agissait en notre faveur, Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 343. Ils se livrent au penchant naturel, ils suivent l'attrait, ils entreprennent, ils agissent…, Bourdaloue, ib. p. 280. Ils croient et pour cela ils agissent ; et, parce qu'ils agissent, leur foi croît à mesure, Bourdaloue, ib. p. 178. Un défaut qui empêche les hommes d'agir, c'est de ne sentir pas de quoi ils sont capables, Bossuet, Pensées chrét. 33. Ce n'est pas notre intérêt qui nous fait agir, Pascal, Prov. 8. Laissons donc agir ce serpent et cette Éve, Pascal, édit. Cous. La foi qui n'agit point, est-ce une foi sincère ? Racine, Athal. I, 1. La sagesse seule agissait en eux, Fénelon, Tél. v. Ma vertu tout entière agit sans s'émouvoir, Corneille, Cinna, IV, 6. La force et la vengeance agiront à leur tour, Corneille, Sertor. II, 5. Fais agir ta constance en ce coup de malheur, Corneille, Cid, II, 3. En vain on fait agir la force ou la prudence, Corneille, ib. II, 3. Rends-moi mon Curiace ou laisse agir ma flamme, Corneille, Hor. IV, 5. C'est lui qui de Pyrrhus fait agir le courroux, Racine, Andr. III, 4.
  • 2Opérer un effet, produire une impression. Les plantes qui agissent le plus énergiquement. Les remèdes agissent moins vite que les maux. Laisse agir le remède. L'état de l'atmosphère agit sur les hommes. Rien n'agit plus puissamment sur la multitude que la superstition. Toutes les autres grâces qui sans ce brillant et sans ce bruit agissent intérieurement sur l'âme…, Bourdaloue, Pensées, t. II, p. 118. Cela vous persuade que le péché est détruit, lorsqu'il vit en nous plus que jamais, lorsqu'il y agit et qu'il y domine, Bourdaloue, ib. t. I, p. 390. Dans la dévotion même, il y a toujours, si l'on n'use d'une extrême vigilance, quelque chose d'humain et un fond de notre nature corrompue qui s'y glisse et qui agit imperceptiblement, Bourdaloue, ib. p. 433. Le temps avait agi, La Fontaine, Matr. Et le ciel qui pour moi fit pencher la balance, Dans ce temps-là sans doute agissait sur son cœur, Racine, Esth. I, 1. Il ne veut point sur lui faire agir sa justice, Corneille, Poly. III, 2.
  • 3Négocier, s'employer en quelque affaire. Il agit beaucoup auprès de l'archevêque de Chieti, Bossuet, Lett. quiét. 253. L'intérêt va faire agir le Sénat, Bossuet, Hist. II, 12. Mais songe à bien agir pour moi, Molière, l'Étour. I, 10. On fit agir tant de femmes, qu'il y eut, après la bulle, plus de jansénistes que jamais, Voltaire, Louis XIV, 37. Ils servent à l'envi la passion d'un homme Qui n'agit que pour soi, feignant d'agir pour Rome, Corneille, Cinna, III, 1. Agis de ton côté, je la laisse avec toi, Corneille, Héracl. IV, 5. Il fit agir Pompée et son autorité, Corneille, Pomp. I, 3. … il me reste un moyen De faire agir pour toi son crédit et le mien, Corneille, Cinna, I, 4.
  • 4Se comporter de telle ou telle manière. Agir avec toute la rigueur du droit. Agir en citoyen. Vous avez agi en ami. Agir sagement. Il n'a pas bien agi à votre égard. Il a mal agi dans cette circonstance. Est-ce là agir en père ? Agissez donc enfin, madame, en souveraine, Corneille, D. Sanche, III, 4. Tout chrétien qu'on est, on agit en païen, Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 210. … qui, dans toutes leurs paroles et dans toutes leurs manières d'agir, prennent soigneusement garde à n'offenser personne, Bourdaloue, ib. p. 197. Cet esprit religieux et pieux me fera toujours résoudre, toujours agir avec moralité, avec modération et retenue, avec droiture de cœur, avec réflexion et avec sagesse, Bourdaloue, ib. p. 413. Les criminels doivent agir différemment envers un juge qu'ils ne feraient avec un père, Bossuet, Pensées détachées, 21.
  • 5Agir contre, lutter contre. Or, encore une fois, quand il nous verra agir contre ses ennemis et pour ses intérêts, nous abandonnera-t-il ? Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 375.
  • 6Agir, poursuivre en justice. Agir contre quelqu'un.

    S'AGIR, v. réfl. Il ne s'emploie que sous la forme impersonnelle : il s'agit, il s'est agi, il s'agissait, il s'agirait. Je ne voulais pas qu'il s'agît de cette affaire, qu'il s'en fût agi ; je n'ai pas voulu qu'il s'en soit agi. Il s'agit de vos intérêts. Il s'agit de la gloire du peuple romain. Il s'agit de vous en cette affaire. Voici ce dont il s'agit. De quoi s'agit-il ? Il s'agit du salut de l'État.

    Avec de et un infinitif : Il s'agit de savoir, il ne s'agit pas seulement de parler.

    Avec que et le subjonctif : Il ne s'agit pas que vous écriviez, il faut que vous alliez vous-même.

    Avec si : Il ne s'agit point s'il viendra ou ne viendra pas. La vie d'un seul homme n'est rien, quand il s'agit d'assurer celle de tant de rois, Fénelon, Tél. XX. Quand il s'agissait de traiter avec ce souverain maître et d'aller à lui…, Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 424. S'il s'agissait ici de le faire empereur, Corneille, Héracl. IV, 1. Ô ciel ! puisqu'il s'agit de mort, fais-moi la grâce de n'être point pris pour un autre, Molière, le Fest. II, 10.

    S'agissant, loc. conj. Vu qu'il s'agit, puisqu'il s'agit : bonne locution, et qui abrége beaucoup. La même retenue devenait impossible à conserver, s'agissant d'accusations énormes portées contre lui, Saint-Simon, 502, 78. J'en ferai d'autant moins de difficulté [de vous écrire notre conversation], que, s'agissant d'un prince pour lequel j'ose disputer avec vous-même de respect, rien de tout ce que je pense ne pourra vous blesser, Saint-Simon, 265, 46. J'ai rassemblé ces autres acceptions de que, parce que, s'agissant d'une particule d'un si grand usage, j'ai cru…, R. Desmarais, Tr. X, § 17. Et vouloir ôter au pape la puissance avant l'assemblée où l'on voulait, disait-on, lui faire son procès, n'était-ce pas un trop inique préjugé, surtout ne s'agissant pas d'un crime personnel du pape, mais de la doctrine qu'il avait reçue de ses prédécesseurs depuis tant de siècles ? Bossuet, Variat. 5.

REMARQUE

1. Ne dites pas : votre frère en a mal agi envers moi ; dites, votre frère a mal agi envers moi, ou en a mal usé. On voit, dans une lettre de Racine à son fils, qui était fort jeune, qu'il le reprend d'avoir dit en agir pour en user bien ou mal avec quelqu'un. Bouhours, qui condamne expressément cette façon de parler, dit que plusieurs provinciaux s'en servent.

2. Ne dites pas : l'affaire dont s'agit ; dites, l'affaire dont il s'agit ; il ne peut pas être supprimé.

3. On dit agir d'autorité, et non pas agir de puissance, comme l'a dit Corneille : Agissez donc, seigneur, de puissance absolue, Voltaire, sur Pertharite, a. IV, sc. 3. La critique de Voltaire est trop rigoureuse.

4. Les grammairiens disent que s'agir n'est pas usité ; cependant on ne voit pas pourquoi on ne dirait pas : Il doit s'agir d'affaires importantes dans cette réunion.

HISTORIQUE

XVIe s. Si l'imaginer et desirer un agir plus noble que le nostre, produisoit la repentance…, Montaigne, III, 268. La dignité de la cause qui s'agit [dont il s'agit] est aussi quelquesfois telle, et la qualité des associez si grande, que…, Lanoue, 566.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

AGIR. - REM. 1. Ajoutez : En agir, condamné par Racine et Bouhours, l'est justement ; car on ne peut pas dire agir de, tandis qu'on dit user de, ce qui justifie en user. Les exemples suivants sont donc des fautes. Les conjurés en agissent rondement les uns avec les autres, Voltaire, Lett. à d'Argental, 16 juill. 1764. On s'en rapporta… à la pluralité des voix, et on ne pouvait en agir autrement, Voltaire, t. XLVI, p. 412, éd. Beuchot. C'est ainsi qu'en agiraient les royalistes, Chateaubriand, t. XXIX, p. 71, éd. Pourrat. Il avait un second motif d'en agir ainsi, Thiers, Hist. du Consulat et de l'Empire, t. XIII, p. 306. Il faut voir comment, dans une lettre ferme, il [Boissonade] remit au pas Chateaubriand ou l'éditeur de Chateaubriand qui en avaient agi trop lestement avec lui, Sainte-Beuve, Constitutionnel du 28 sept. 1863. M. Cousin se sert de cette forme, Traduction de Platon, t. III, p. 204 et 292. Dans toutes ces phrases, pour les rendre correctes, il suffit de supprimer en. Au reste la faute est ancienne. Voici le passage où Racine la relève : Petite critique sur un mot de votre dernière lettre. « Il en a agi avec toute la politesse du monde, » il faut dire : il en a usé. On ne dit point : il en a bien agi, et c'est une mauvaise façon de parler (Lexique, éd. Paul Mesnard).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

AGIR, v. act. (Morale.) Qu’est-ce qu’agir ? c’est, dit-on, exercer une puissance ou faculté ; & qu’est-ce que puissance ou faculté ? c’est, dit-on, le pouvoir d’agir : mais le moyen d’entendre ce que c’est que pouvoir d’agir, quand on ne sait pas encore ce que c’est qu’agir ou action ? on ne dit donc rien ici, si ce n’est un mot pour un autre : l’un obscur, & qui est l’état de la question ; pour un autre obscur, & qui est également l’état de la question.

Il en est de même de tous les autres termes qu’on a coûtume d’employer à ce sujet. Si l’on dit qu’agir, c’est produire un effet, & en être la cause efficiente & proprement dite. Je demande, 1°. ce que c’est que produire ; 2°. ce que c’est que l’effet ; 3°. ce que c’est que cause ; 4°. ce que c’est que cause efficiente, & proprement dite.

Il est vrai que dans les choses matérielles & en certaines circonstances, je puis me donner une idée assez juste de ce que c’est que produire quelque chose & en être la cause efficiente, en me disant que c’est communiquer de sa propre substance à un être censé nouveau. Ainsi la terre produit de l’herbe qui n’est que la substance de la terre avec un surcroît ou changement de modifications pour la figure, la couleur, la flexibilité, &c.

En ce sens-là je comprens ce que c’est que produire ; j’entendrai avec la même facilité ce que c’est qu’effet, en disant que c’est l’être dont la substance a été tirée de celle d’un autre avec de nouvelles modifications ou circonstances ; car s’il ne survenoit point de nouvelles modifications, la substance communiquée ne differeroit plus de celle qui communique.

Quand une substance communique ainsi à une autre quelque chose de ce qu’elle est, nous disons qu’elle agit : mais nous ne laissons pas de dire qu’un être agit en bien d’autres conjonctures, où nous ne voyons point qu’une substance communique rien de ce qu’elle est.

Qu’une pierre se détache du haut d’un rocher, & que dans sa chûte elle pousse une autre pierre qui commence de la sorte à descendre, nous disons que la premiere pierre agit sur la seconde ; lui a-t-elle pour cela rien communiqué de sa propre substance ? C’est, dira-t-on, le mouvement de la premiere qui s’est communiqué à la seconde ; & c’est par cette communication de mouvement que la premiere pierre est dite agir. Voilà encore de ces discours où l’on croit s’entendre, & où certainement on ne s’entend point assez ; car enfin comment le mouvement de la premiere pierre se communique-t-il à la seconde, s’il ne se communique rien de la substance de la pierre ? c’est comme si l’on disoit que la rondeur d’un globe peut se communiquer à une autre substance, sans qu’il se communique rien de la substance du globe. Le mouvement est-il autre chose qu’un pur mode ? & un mode est-il réellement & physiquement autre chose que la substance même dont il est mode ?

De plus, quand ce que j’appelle en moi mon ame ou mon esprit ; de non pensant ou de non voulant à l’égard de tel objet, devient pensant ou voulant à l’égard de cet objet ; alors d’une commune voix il est dit agir. Cependant & la pensée & la volition n’étant que les modes de mon esprit, n’en sont pas une substance distinguée ; & par cet endroit encore agir n’est point communiquer une partie de ce qu’est une substance à une autre substance.

De même encore si nous considérons Dieu en tant qu’ayant été éternellement le seul être, il se trouva par sa volonté avec d’autres êtres que lui, qui furent nommés créatures ; nous disons encore par-là que Dieu a agi : dans cette action ce n’est point non plus la substance de Dieu qui devint partie de la substance des créatures. On voit par ces différens exemples que le mot agir forme des idées entierement différentes : ce qui est très-remarquable.

Dans le premier, agir signifie seulement ce qui se passe quand un corps en mouvement rencontre un second corps, lequel à cette occasion est mis en mouvement, ou dans un plus grand mouvement, tandis que le premier cesse d’être en mouvement, ou dans un si grand mouvement.

Dans le second, agir signifie ce qui se passe en moi, quand mon ame prend une des deux modifications dont je sens par expérience qu’elle est susceptible, & qui s’appellent pensée ou volition.

Dans le troisieme, agir signifie ce qui arrive, quand en conséquence de la volonté de Dieu il se fait quelque chose hors de lui. Or en ces trois exemples, le mot agir exprime trois idées tellement différentes, qu’il ne s’y trouve aucun rapport, sinon vague & indéterminé, comme il est aisé de le voir.

Certainement les Philosophes, & en particulier les Métaphysiciens, demeurent ici en beau chemin. Je ne les vois parler ou disputer que d’agir & d’action ; & dans aucun d’eux, pas même dans M. Loke, qui a voulu pénétrer jusqu’aux derniers replis de l’entendement humain, je ne trouve point qu’ils aient pensé nulle part à exposer ce que c’est qu’agir.

Pour résultat des discussions précédentes, disons ce que l’on peut répondre d’intelligible à la question. Qu’est-ce qu’agir ? je dis que par rapport aux créatures, agir est, en général, la disposition d’un être en tant que par son entremise il arrive actuellement quelque changement ; car il est impossible de concevoir qu’il arrive naturellement du changement dans la nature, que ce ne soit par un être qui agisse ; & nul être créé n’agit, qu’il n’arrive du changement, ou dans lui-même, ou au-dehors.

On dira qu’il s’ensuivroit que la plume dont j’écris actuellement devroit être censée agir, puisque c’est par son entremise qu’il se fait du changement sur ce papier qui de non écrit devient écrit. A quoi je réponds que c’est de quoi le torrent même des Philosophes doivent convenir, dès qu’ils donnent à ma plume en certaine occasion le nom de cause instrumentale ; car si elle est cause, elle a un effet ; & tout ce qui a un effet, agit.

Je dis plus : ma plume en cette occasion agit aussi réellement & aussi formellement qu’un feu soûterrain qui produit un tremblement de terre ; car ce tremblement n’est autre chose que le mouvement des parties de la terre excité par le mouvement des parties du feu : comme les traces formées actuellement sur ce papier ne sont que de l’encre mûe par ma plume, qui elle-même est mûe par ma main, il n’y a donc de différence, sinon que la cause prochaine du mouvement de la terre est plus imperceptible, mais elle n’en est pas moins réelle.

Notre définition convient encore mieux à ce qui est dit agir à l’égard des esprits, soit au-dedans d’eux-mêmes par leurs pensées & volitions, soit au-dehors par le mouvement qu’ils impriment à quelque corps ; chacune de ces choses étant un changement qui arrive par l’entremise de l’ame.

La même définition peut convenir également bien à l’action de Dieu dans ce que nous en pouvons concevoir. Nous concevons qu’il agit entant qu’il produit quelque chose hors de lui ; car alors c’est un changement qui se fait par le moyen d’un être existant par lui-même. Mais avant que Dieu eût rien produit hors de lui, n’agissoit-il point, & auroit-il été de toute éternité sans action ? question incompréhensible. Si, pour y répondre, il faut pénétrer l’essence de Dieu impénétrable dans ce qu’elle est par elle-même, les Savans auront beau nous dire sur ce sujet que Dieu de toute éternité agit par un acte simple, immanent & permanent ; grand discours, & si l’on veut respectable, mais sous lequel nous ne pouvons avoir des idées claires.

Pour moi qui, comme le dit expressément l’Apôtre Saint Paul, ne connois naturellement le Créateur que par les créatures, je ne puis avoir d’idée de lui naturellement qu’autant qu’elles m’en fournissent ; & elles ne m’en fournissent point sur ce qu’est Dieu, sans aucun rapport à elles. Je vois bien qu’un être intelligent, comme l’auteur des créatures, a pensé de toute éternité. Si l’on veut appeller agir à l’égard de Dieu, ce qui est simplement penser ou vouloir, sans qu’il lui survienne nulle modification, nul changement ; je ne m’y oppose pas ; & si la Religion s’accorde mieux de ce terme agir, j’y serai encore plus inviolablement attaché : mais au fond la question ne sera toûjours que de nom ; puisque par rapport aux créatures je comprends ce que c’est qu’agir, & que c’est ce même mot qu’on veut appliquer à Dieu, pour exprimer en lui ce que nous ne comprenons point.

Au reste je ne comprends pas même la vertu & le principe d’agir dans les creatures ; j’en tombe d’accord. Je sai qu’il y a dans mon ame un principe qui fait mouvoir mon corps ; je ne comprends pas quel en est le ressort : mais c’est aussi ce que je n’entreprends point d’expliquer. La vraie Philosophie se trouvera fort abrégée, si tous les Philosophes veulent bien, comme moi, s’abstenir de parler de ce qui manifestement est incompréhensible.

Pour finir cet article, expliquons quelques termes familiers dans le sujet qui fait celui de ce même article.

1°. Agir, comme j’ai dit, est en général, par rapport aux créatures, ce qui se passe dans un être par le moyen duquel il arrive quelque changement.

2°. Ce qui survient par ce changement s’appelle effet ; ainsi agir & produire un effet, c’est la même chose.

3°. L’être considéré en tant que c’est par lui qu’arrive le changement, je l’appelle cause.

4°. Le changement considéré au moment même où il arrive, s’appelle par rapport à la cause, action.

5°. L’action en tant que mise ou reçûe dans quelque être, s’appelle passion ; & entant que reçûe dans un être intelligent, qui lui-même l’a produite, elle s’appelle acte ; de sorte que dans les êtres spirituels on dit d’ordinaire que l’acte est le terme de la faculté agissante, & l’action l’exercice de cette faculté.

6°. La cause considérée au même tems, par rapport à l’action & à l’acte, je l’appelle causalité. La cause considérée entant que capable de cette causalité, je l’appelle puissance ou faculté. Cet article est tiré du Traité des premieres vérités, dans le Cours des Sciences du P. Buffier, Jésuite.

Agir est d’usage en Méchanique & en Physique : on dit qu’un corps agit pour produire tel ou tel effet. Voyez Action. On dit aussi qu’un corps agit sur un autre, lorsqu’il le pousse ou tend à le pousser Voyez Percussion. (O)

Agir, en terme de Pratique, signifie poursuivre une demande ou action en Justice. Voyez Action & Demande [1]. (H)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « agir »

(1459) Emprunt savant au latin agere. L’ancien français avait aussi agirable (« actif ») attesté en 1415 qui laisse à penser que l’usage de agir est de peu antérieur à la première attestation du verbe en 1459.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Apparenté au mot parthe « adur », « feu ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Agere ; ἄγειν, pousser, presser ; sanscrit, aj, mouvoir. Agir ne paraît d'abord que dans des textes du XVIe s. Cependant on a peine à croire qu'il ne soit pas plus ancien. Ce qui le fait penser, c'est le changement de conjugaison : au XVIe s. agere aurait donné ager ; et agir, qui suppose un verbe agire, doit remonter au temps où le latin était remanié pour devenir du français.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « agir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
agir aʒir

Évolution historique de l’usage du mot « agir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « agir »

  • L'homme ne peut agir que parce qu'il peut ignorer. Mais il ne voudrait agir qu'en connaissance de cause - funeste ambition. Jean Grenier, Lexique, Gallimard
  • On trouve toujours l'épouvante en soi, il suffit de chercher assez profond. Heureusement, on peut agir. André Malraux, La Condition humaine, Gallimard
  • Presque jamais l'homme n'agit par acte naturel de son caractère, mais par une passion secrète du moment, réfugiée, cachée dans les derniers replis du cœur. Napoléon Ier, Cité par Las Cases dans le Mémorial de Sainte-Hélène
  • Attendre d'en savoir assez pour agir en toute lumière, c'est se condamner à l'inaction. Jean Rostand, Inquiétudes d'un biologiste, Stock
  • L'homme n'est point fait pour méditer mais pour agir. Jean-Jacques Rousseau, Correspondance, à un jeune homme
  • Que de choses il faut ignorer pour agir  ! Paul Valéry, Choses tues, Gallimard
  • Agir librement, c'est reprendre possession de soi, c'est se replacer dans la pure durée. Henri Bergson, Essai sur les données immédiates de la conscience, P.U.F.
  • Agir en primitif et prévoir en stratège. René Char, Feuillets d'Hypnos, Gallimard
  • Pour agir il faut une forte dose de défauts. Un homme sans défauts n'est bon à rien. Jacques Boutelleau, dit Jacques Chardonne, Propos comme ça, Grasset
  • Personne n'est sujet à plus de fautes que ceux qui n'agissent que par réflexion. Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues, Réflexions et Maximes
  • Quand on veut rester pur, il ne faut point se mêler d'agir sur les hommes. Alfred, comte de Vigny, Cinq-Mars
  • Celui qui désire mais n'agit point engendre la pestilence. William Blake, The Marriage of Heaven and Hell
  • Il vaut mieux faire la chose la plus insignifiante du monde que de tenir une demi-heure pour négligeable. Johann Wolfgang von Goethe, Maximes et réflexions Maximen und Reflexionen
  • Agis au plus tôt pour éviter le mirage de raisonnements qui n'éclairent que les idées. Huang Zongxi, Traduction D. Tsan
  • Tout homme est sensible quand il est spectateur. Tout homme est insensible quand il agit. Émile Chartier, dit Alain, Vigiles de l'esprit, Gallimard
  • Bien que nous ne puissions avoir des démonstrations certaines de tout, nous devons néanmoins prendre parti, et embrasser les opinions qui nous paraissent les plus vraisemblables, touchant toutes les choses qui viennent en usage, afin que, lorsqu'il est question d'agir, nous ne soyons jamais irrésolus. Car il n'y a que la seule irrésolution qui cause les regrets et les repentirs. René Descartes, Correspondance, à Élisabeth, 15 septembre 1645
  • Il n'est pas difficile à un homme de faire quelques bonnes actions ; ce qui est difficile, c'est d'agir bien toute sa vie, sans jamais rien faire de mal. Mao ZedongMao Tsö-tongMao Tsé-toung, Citations du président Mao Tsé-Toung, XXIV
  • Celui qui peut, agit. Celui qui ne peut pas, enseigne. George Bernard Shaw, Maxims for Revolutionists
  • Mieux vaut agir que discourir. De Proverbe français
  • Le sage, sans agir, oeuvre. De Lao-Tseu
  • Vivre, c'est agir. De Anatole France / Le jardin d'Epicure
  • Exister c'est agir. De Miguel de Unamuno / Le sentiment tragique de la vie
  • Le sage réfléchit avant d'agir. De Proverbe persan
  • Voir loin, parler franc, agir ferme. De Pierre de Coubertin
  • Aimer, c'est agir. De Victor Hugo / Œuvres complètes, 1970
  • Pour agir, il faut se sentir observé. De Jacques Languirand / Tout compte fait
  • On croit agir, on est entraîné. De Jacques Chardonne / L'amour, c'est beaucoup plus que l'amour
  • Avant de commencer à agir, il faut délibérer. De Salluste
  • Pour agir efficacement, la première condition est d’avoir des données fiables pour prendre ses décisions. C’est la raison pour laquelle dès le 20 mars dernier, le Médiateur des entreprises et Le RAMEAU ont lancé une démarche collective pour capitaliser à la fois les besoins des acteurs / actions d’intérêt général, et les programmes d’urgence & de relance pour y répondre. L’outil d’inventaire qui référence plus de 250 données est librement accessible sur la plateforme « l’innovation territoriale en actions », et plus largement, le bilan de la démarche a été publié en avant-première sur CAREnews (cf. article du 23 juin « Bilan de 3 mois d’anticipation de sortie de crise »). , Sortie de crise : des données pour agir efficacement ! | Carenews
  • À quoi reconnaît-on une crise cyber ? Elle surgit à n’importe quel moment et touche n’importe qui. Nul besoin de posséder des données qui valent de l’or pour voir fondre sur soi les attaques. Mais comment une entreprise peut-elle réagir lorsqu’un tel événement se produit ? Les Echos, Cyberattaque : comment agir en cas de crise ? | Les Echos
  • Jeanne Barseghian Notre liste incarne une nouvelle génération d’élus et un renouvellement des pratiques démocratiques. Nous avons mis en place, par exemple, une gouvernance démocratique durant toute la campagne, qui devra irriguer la nouvelle municipalité dans le respect de l’opposition, à laquelle je proposerai de coprésider la commission finance. Sur toutes les grandes orientations budgétaires, des ateliers s’organiseront en présence d’experts, d’associations et de citoyens. Il faut redonner aux gens le pouvoir d’agir. L'Humanité, Strasbourg. Jeanne Barseghian : « Il faut redonner aux gens le pouvoir d’agir » | L'Humanité
  • Nous agirons pour maintenir le point d’accueil touristique durant l’été et valoriser les animations de la commune qui diversifient l’offre d’accueil sur le territoire en toute saison. , Cinq questions à Aurélie Rio, tête de la liste « Agir pour Pluvigner » | La Gazette du Centre Morbihan

Traductions du mot « agir »

Langue Traduction
Anglais act
Espagnol actuar
Allemand handeln
Portugais agir
Source : Google Translate API

Synonymes de « agir »

Source : synonymes de agir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « agir »

Agir

Retour au sommaire ➦

Partager