Travailler : définition de travailler


Travailler : définition du Wiktionnaire

Verbe

travailler \tʁa.va.je\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Tourmenter ; soumettre à une gêne ; causer de la peine ; torturer psychologiquement.
    • Elle disait très souvent qu’il lui suffisait de le voir entrer dans une pièce pour qu’elle fût travaillée du désir de le gifler, et qu’elle se contraignait alors à réciter mentalement les actes d’amour et de charité. — (Julien Green, Le voyageur sur la terre, 1927, Le Livre de Poche, page 28)
    • Mais Loïse, sa fille, insiste pour demeurer : elle aime la forêt, paraît-il, […], le père cède. Non qu’il ne pressente pas qu’autre chose travaille cette jeunesse. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (Vieilli) Agiter, exciter au mécontentement, à la révolte.
    • Travailler les esprits, le peuple, l’armée.
  3. Contraindre à certains exercices.
    • […] ; c'était une semaine après cette nuit alcoolisée, et Camila était en train de travailler son art funambulesque, vêtue d'un bermuda marron qui laissait voir la blancheur presque transparente de ses mollets. — (Joao Tordo, Le Domaine du Temps, traduit du portugais par Dominique Nédellec, éd. Actes Sud, 2010)
    • Ce cheval a été trop travaillé.
  4. Soumettre une matière à un travail, la façonner.
    • Il fut reconnu, plus tard, que les tabacs de Morlaix étaient mal travaillés et qu’aux ateliers royaux de cette ville, la mouillade des feuilles était faite avec de l’eau de mer très sale, puisée dans le port vaseux. — (Étienne Dupont, Le Vieux Saint-Malo : Les Corsaires chez eux, Édouard Champion, 1929, page 121)
  5. Soigner, exécuter avec soin.
    • Vous n’avez pas assez travaillé ce mémoire.
  6. (Familier) Étudier.
    • Travailler le piano, le violon.

travailler intransitif

  1. Se donner de la peine ou faire un effort soutenu pour exécuter quelque chose ; faire un travail, un ouvrage.
    • Depuis deux heures Rabalan travaillait avec acharnement. Son casse-pierres se levait et s’abaissait en un mouvement rythmique, sur les cailloux. — (Octave Mirbeau, Rabalan)
    • Tous les bras disponibles travaillaient à la confection d’un mât, auquel les électriciens du Vaterland accrocheraient les longues antennes de l’appareil de télégraphie sans fil […] — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 270 de l’éd. de 1921)
    • À part ça, n’importe comment, qu’on ait des tarares ou qu’on n’en ait point, la vie de tous les jours, c’est quand même de travailler. On travaille pour gagner sa vie, oui, et puis on travaille pour travailler, parce que c’est tout ce qu’on sait faire. Moi, je ne me plains pas. J’aime de travailler et je suis servi pour longtemps. — (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 150)
    • Rien dans ses agissements, ses relations, n'était douteux. Plusieurs heures durant, vingt limiers du Bureau Central avaient travaillé d'arrache-pied sur cette matière, cherchant la faille par où pourrait s'insinuer le soupçon. Pour aboutir à délivrer vingt certificats de bonne vie et mœurs... — (Léo Malet, Johnny Metal et le dé de jade, Paris : G. Ventillard, 1947 & Paris : Fleuve Noir, 1984, chap. 17)
    • Comme une sentinelle du plaisir, la « chandelle » attend, jusqu'au bout de la nuit, l’éventuel client dans une encoignure de porte, où travaillaient l'après-midi des occasionnelles ou prétendues telles en tailleur de ville. — (Patrice Bollon, Pigalle, le roman noir de Paris, éd. Hoëbeke, 2004, page 158)
  2. (Spécialement) (Éducation) Apprendre, fournir un effort pour l’école.
    • J’ai travaillé toute cette matinée pour préparer mes examens.
  3. Avoir de l’occupation, de l’ouvrage, en parlant de ceux qui exercent quelque profession ; et par extension, en parlant de l'établissement dans lequel se déroule cette activité.
    • Après avoir signalé (8, 9) les résultats de nos premiers essais de chloration du kerdane et de l’heptane normal, nous avons poursuivi ces essais en travaillant soit à des températures plus élevées, soit sous pression. — (Bulletin de la Société chimique de France, Masson et Cie, 1963, p. 306)
    • Siwa était très attaché aux conquêtes syndicales et aux fêtes chrétiennes. Il n’aurait pas travaillé un Premier Mai ou un jeudi de l'Ascension, lui eût-on fait un pont d'or. Cet arrangement convenait à Chapotot : […]. — (Jean Dutourd , Portraits de femmes, éd. Flammarion, 2013)
    • Dans le langage de la pègre, « travailler » a toujours eu pour signification « voler ». — (Pierre Souvestre et Marcel Allain, Fantômas, La Guêpe rouge, 1912, Éditions Robert Laffont, Bouquins, tome 5, page 684)
  4. Être en mouvement et produire un effet utile.
    • Cette machine travaille.
  5. Fructifier, produire intérêt, en parlant des richesses.
    • Son argent travaille sans cesse,car il est continuellement replacé, il produit toujours un nouvel intérêt.
  6. Fermenter, en parlant du vin, de la bière, du cidre, etc.
    • Ce vin a travaillé.
  7. (Figuré) Être dans une sorte d’agitation causée par quelque projet, par quelque ouvrage, en parlant de la pensée.
    • (Par analogie)Si je passais des nuits blanches, pleines de cauchemards que j'avais attribués jusqu'alors à une mauvaise digestion, j'en connaissais enfin la raison.
      C'était « mon cancer » qui travaillait.
      — (Sophie Vax, Perverse Marie-Thé, Éditions SEDICO, 1958, chapitre 1)
    • Son esprit travaille, sa tête travaille.
  8. Subir un effort, se déformer sous l’action de l’humidité, de la chaleur, etc., en parlant des matériaux de construction.
    • « L’horloge est toujours en retard les hivers, dit-il, à cause du fer qui travaille. » — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • En plusieurs endroits, en effet, la marqueterie avait éclaté. Mais de quoi me plaindrais-je ? S’il est une chose qu’un écrivain porté au farniente ne saurait regretter, c’est d’avoir un bureau qui travaille. — (Pierre Daninos, Objet sincère, in Daninoscope, 1963)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Travailler : définition du Littré (1872-1877)

TRAVAILLER (tra-va-llé, ll mouillées, et non tra-va-yé) v. a.
  • 1Causer du malaise, de la souffrance physique. Êtes-vous travaillé de la lycanthropie ? Régnier, Sat. X. Pouvons-nous n'apercevoir pas ce que nous perdons sans cesse avec les années ? le repos et la nourriture ne sont-ce pas de faibles remèdes de la continuelle maladie qui nous travaille ? Bossuet, Mar.-Thér. Sans cesse elle est travaillée par des peines insupportables, Bossuet, Anne de Gonz. Quelque léger dégoût vient-il le travailler…, Boileau, Sat. x. La médecine [donnée par le médecin Philippe] le travailla [Alexandre] de telle sorte que les accidents qui s'ensuivirent fortifièrent l'accusation de Parménion, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 222, dans POUGENS. La fièvre le travaillait quand nous partîmes, avec le médecin par-dessus, Marivaux, le Legs, sc. 14.

    Fig. Puisque par vos conseils la France est gouvernée, Tout ce qui la travaille aura sa guérison, Malherbe, IV, 2.

  • 2Tourmenter, inquiéter. Un oracle m'assure, un songe me travaille, Corneille, Hor. IV, 4. L'ambition ne me travaille point ; je ne crains guère de choses, et ne crains aucunement la mort, La Rochefoucauld, Portrait. De quel démon est donc leur âme travaillée ? Molière, le Dép I, 6. Ne trouvez-vous donc pas que l'inquisition est une manière bien sûre et bien commode pour travailler ses ennemis, quelque innocents qu'ils soient ? Pascal, Prov. XI. Quand je considère, mes sœurs, les diverses agitations de l'esprit humain et tant d'occupations différentes qui travaillent inutilement les enfants des hommes, Bossuet, Vêture prêchée le jour de la Nat. de la Ste Vierge, Préambule. Mais pourquoi vainement travailler ma vieillesse ? Pourquoi pour un ingrat me tourmenter sans cesse ? Baron, Andrienne, v, 5. L'inquiétude qui me travaillait ne me permettant pas de demeurer dans la chapelle, j'en sortis, Lesage, Guzm. d'Alf. VI, 4. Les Grecs nous parlent toujours de ce grand nombre de citoyens qui travaillent la république, Montesquieu, Esp. XXIII, 26.

    Se travailler l'esprit, l'imagination, s'inquiéter, se tourmenter.

  • 3Occuper, préoccuper. Et de tous les pensers qui travaillent son âme…, Malherbe, I, 4. Dans ces saints empressements de la charité qui travaillaient l'âme du P. Bourgoing d'une pieuse inquiétude pour les membres affligés de Jésus-Christ, Bossuet, Bourgoing. Mon esprit… ne se résoudrait jamais à se jeter parmi tant d'horreurs… mais en même temps, chrétiens, un autre soin me travaille ; ce n'est pas un ouvrage humain que je médite, Bossuet, Reine d'Anglet.
  • 4Agiter, exciter au mécontentement, à la révolte. Travailler les esprits, le peuple, l'armée.
  • 5Travailler un pays en finance, se disait pour exercer avec rigueur les droits du fisc. J'ai fait quelques progrès par mon expérience Dans l'art de travailler un royaume en finance, Voltaire, Poëmes, Finances.
  • 6Travailler un cheval, le manier ou le fatiguer.

    Travailler un cheval aux quatre coins ou de quart en quart, lui faire faire un tour à chaque coin du carré de la volte, en marquant toujours ce même carré sans s'arrêter.

    Travailler un cheval ferme à ferme, manier un cheval sans bouger de place, comme au piaffer.

    Travailler un cheval dans la main ou de la main à la main, le changer de main ; le conduire par le seul effet de la bride.

  • 7Façonner la pierre, un métal, etc. Les Mexicains et les Péruviens savaient fondre et travailler l'or avant l'arrivée des Espagnols, et ils ne connaissaient pas le fer, Buffon, Hist. min. introd. Œuv. t. VII, p. 37. Un miroir dont la surface serait égale à celle d'un autre, brûlerait à dix lieues à peu près aussi bien que le premier brûlerait à dix pieds, s'il était possible de le travailler sur une sphère de quarante lieues, comme on peut travailler l'autre sur une sphère de quarante pieds, Buffon, ib. p. 193.

    Les boulangers disent dans un sens analogue : travailler la pâte.

    Il se dit semblablement des agents naturels. Cette époque où le feu, et le feu seul, pénétrait et travaillait le globe, Buffon, Min. t. VI, p. 163.

    Populairement. Travailler les côtes à quelqu'un, le maltraiter.

  • 8Soigner, exécuter avec soin. Travailler un mémoire, une affaire. Quant aux vers, on n'en a point vu de moi que j'aie travaillés avec plus de soin, Corneille, Othon, au lecteur. Voici celle de mes tragédies que je puis dire que j'ai le plus travaillée ; cependant j'avoue que le succès ne répondit pas d'abord à mes espérances, Racine, Brit. 2e préf. M. de la Motte pense beaucoup et ne travaille pas assez ses vers ; Rousseau ne pense guère, mais il travaille ses vers beaucoup mieux, Voltaire, Lett. en vers et en prose, 8.
  • 9 V. n. Se donner de la peine pour exécuter quelque chose, faire un ouvrage. Travailler de corps, d'esprit. Travailler à la terre. Travailler à un tableau. Prends Corbie, Espagnol, prends-la, que nous importe ? Tu la rends à mon roi plus puissante et plus forte… Et s'il t'a par pitié permis une victoire, Ta victoire elle-même a travaillé pour lui, Corneille, Inscript. Reprise de Corbie. Depuis dix ans dessus l'F on travaille [à l'Académie], Et le destin m'aurait fort obligé, S'il m'avait dit : tu vivras jusqu'au G, Boisrobert, dans RICHELET. Celui-là qui se plaint qu'il travaille trop, s'il était délivré de cet embarras, ne pourrait souffrir son repos, Bossuet, Serm. Impénit. 2. Ne dites pas à ce zélé magistrat qu'il travaille plus que son grand âge ne le peut souffrir, Bossuet, le Tellier. Je sens [quand j'écris une satire] que mon esprit travaille de génie, Boileau, Sat. VII. On ne peut pas toujours travailler, prier, lire ; Il vaut mieux s'occuper à jouer qu'à médire, Boileau, Sat. X. Travaillez à loisir, quelque ordre qui vous presse, Boileau, Art p. I. Est-ce pour travailler que vous êtes prélat ? Boileau, Lutr. I. À voir les vers de Corneille si pompeux, et ceux de Racine si naturels, on ne devinerait pas que Corneille travaillait facilement, et Racine avec peine, Montesquieu, Goût, Beautés qui résultent d'un certain embarras de l'âme. Il vaut mieux mourir que de traîner dans l'oisiveté une vieillesse insipide ; travailler, c'est vivre, Voltaire, Lett. Thiriot, 8 déc. 1760. La mienne [fortune] prend un tour si diabolique à la chambre des comptes, que je serai peut-être obligé de travailler pour vivre, après avoir vécu pour travailler, Voltaire, Lett. à Mme de Bernière, 1724. Comme les Lacédémoniennes ne doivent pas travailler, elles font filer la laine par des femmes attachées à leur service, Barthélemy, Anach. ch. 42.

    Fig. et par plaisanterie. Nous sommes cinq amis que la joie accompagne, Qui travaillons ce soir en bon vin de Champagne, Regnard, le Distr. I, 6.

    Travailler en grand, travailler sur un vaste plan, d'après des idées étendues, générales.

  • 10Plus spécialement, avoir de l'occupation, de l'ouvrage, en parlant de ceux qui exercent une profession mécanique ou industrielle. Les maçons travaillent très peu en hiver. Quand on sait travailler, on craint peu la misère, Favart, Annette et Lubin, 8.

    Fig. Labranche : Et toi, Crispin, travailles-tu toujours ? - Crispin : Non ; je suis, comme toi, un fripon honoraire, Lesage, Crispin rival, 3.

  • 11 Terme de mécanique. Se dit d'une machine en mouvement et produisant un effet utile, et aussi de la vapeur.

    Il se dit, en un sens analogue, des agents naturels. Les temps où le volcan travaille et jette au dehors des vapeurs enflammées ou des matières brûlantes, Buffon, Théor. terr. Œuv. t. IX, p. 361.

  • 12 Terme de musique. Se dit d'une partie qui a beaucoup à faire.
  • 13Travailler de rivière, ramollir une peau par le moyen de l'eau.

    Travailler à la main, former le corps d'un cierge avec de la cire qui n'a pas été fondue.

  • 14 Terme de marine. Deux ou plusieurs cordages travaillent ensemble ou séparément, selon que leur effort est égal et réuni ou séparé.
  • 15Il se dit du compte qu'un ministre rend au prince, qu'un commis rend au ministre, etc. Quand je reçus hier votre lettre, le roi travaillait dans ma chambre avec M. Voisin, Maintenon, Lett. au card. de Noailles, 17 nov. 1707. J'ai travaillé aujourd'hui avec M. de Chamillart pour les affaires de Saint-Cyr, Maintenon, ib. 12 oct. 1695. Il [M. de Chamillart] emploiera nos amis, et ne se fera pas un chagrin, comme M. de Louvois et son fils, de travailler avec le roi en bonne compagnie, Maintenon, Lett. à Mme de St-Géran, 2 mars, t. II, p. 154, dans POUGENS.
  • 16 Fig. Travailler pour, travailler contre, diriger ce qu'on fait pour, contre quelqu'un ou quelque chose. Et de quelle façon est-ce écouter des vœux, Qu'obliger un amant à travailler contre eux ? Corneille, Perthar. II, 2. Alexandre ne croyait pas travailler pour ses capitaines, ni ruiner sa maison par ses conquêtes, Bossuet, Hist. III, 7. Vous n'aviez sous mon nom travaillé que pour vous, Racine, Brit. IV, 2.
  • 17 Fig. Travailler à, s'occuper de, tendre à. Je travaille à le perdre [Rodrigue] et le perds à regret, Corneille, Cid, I, 3. Tout vainqueur insolent à sa perte travaille, La Fontaine, Fabl. VII, 13. Je travaille à mettre en madrigaux toute l'histoire romaine, Molière, Préc. 10. Cléone, avec horreur je m'en veux séparer [de Pyrrhus] ; Il n'y travaillera que trop bien, l'infidèle, Racine, Andr. II. Je viens de travailler à ma fortune, Lesage, Crispin rival, 1.

    Travailler à, signifie aussi s'occuper de, pour amender. Vous savez que je ne puis souffrir que les vieilles gens disent : Je suis trop vieux pour me corriger… je veux tous les jours travailler à mon esprit, à mon âme, à mon cœur, à mes sentiments, Sévigné, 7 oct. 1671.

  • 18En parlant du bois, se déjeter. Cette poutre, cette porte travaille.

    Terme de maçonnerie. Se dit d'un bâtiment mal construit dont les murs bouclent et sortent de leur aplomb.

    Dans l'exploitation des mines, il se dit d'un toit qui s'affaisse tout doucement.

  • 19Se dit des pièces d'une machine qui supportent le plus grand poids, la plus forte pression.
  • 20 Terme de marine. Supporter un grand effort, souffrir des mouvements violents qu'imposent le roulis et le tangage. Un navire travaille à l'ancre ou sous voile. Une ancre travaille, quand le câble en éprouve une tension très grande. Un cordage travaille quand il est fortement tendu par le vent, la mer, le cabestan, etc.
  • 21Son estomac travaille, il a de la peine à digérer.
  • 22En parlant du vin, des liqueurs, etc. fermenter. Quand la vigne est en fleur, le vin travaille.

    Terme de peinture. Se dit des couleurs qui changent avec le temps.

    Fig. Sa tête, son esprit travaille, il est fortement agité, préoccupé. Les malades ont des bizarreries ; on le sait, leur tête travaille, ils attachent quelquefois leur soulagement à des choses qui n'ont pas le sens commun, Diderot, Lett. à Mlle Voland, 23 sept. 1762.

  • 23Produire un revenu, en parlant d'argent placé en spéculations, en prêts, etc. Cependant notre argent [de la charge de Ch. de Sévigné] nous brûle et ne travaille point, Sévigné, 26 janv. 1683. Je travaille jour et nuit à faire travailler mon argent, afin qu'il augmente, Dancourt, 2e chap. du Diable boît. Prol. sc. 1. Oui, pour des ladres comme vous, qui ne connaissent d'autre bonheur que celui d'amasser du bien, et de faire travailler leur argent à gros et très gros intérêt, Regnard, Sérénade, 1.
  • 24Se travailler, v. réfl. Être travaillé, façonné. Cette substance ne se travaille pas facilement.
  • 25Se fatiguer. Il [Jésus] va, au péril de sa vie, chercher sa brebis égarée, il la rapporte sur ses épaules, parce que, errant de çà et de là, elle s'était extrêmement travaillée, Bossuet, 2e serm. Quinq. 1.
  • 26Faire des efforts, se tourmenter. J'eus honte de brûler pour une âme glacée, Et, sans me travailler à lui faire pitié, Restreignis mon amour aux termes d'amitié, Malherbe, VI, 32. Plus l'esprit s'y travaille [dans les œuvres de Dieu], et plus il s'y confond, Corneille, Imit. IV, 18. Elle [la grenouille] qui n'était pas grosse en tout comme un œuf, Envieuse, s'étend, et s'enfle, et se travaille Pour égaler l'animal [un bœuf] en grosseur, La Fontaine, Fabl. I, 3. Hé quoi ! dit-il, cette canaille Se moque impunément de moi ! Je vais, je viens, je me travaille, J'imagine cent tours, La Fontaine, Fabl. XI, 3. Il est guindé sans cesse, et, dans tous ses propos, On voit qu'il se travaille à dire de bons mots, Molière, Mis. II, 5. Ceux qui se travailleront de ce soin [l'immortalité de l'âme], Pascal, Pens. IX, 1, édit. HAVET. Si bien que les plus sages, après que cette première ardeur qui donne l'agrément aux choses du monde est un peu ralentie par le temps, s'étonnent le plus souvent de s'être si fort travaillés pour rien, Bossuet, Sermons, Loi de Dieu, 3.

HISTORIQUE

XIe s. Cis qui custivent la terre ne deit l'um travailer [tourmenter], se de lour droite cense non, Lois de Guill. 33. Pai tantes teres [il] ad sun cors traveillet, Ch. de Rol. X. Karles se dort cum hume traveillet, ib. CLXXXI.

XIIe s. Od [avec] tei serai, et Israël te liverai, et le lignage David travaillerai, Rois, p. 280. Ne velt mie plus lonc cachier [chasser], Ne ses hommes plus travillier, Wace, Brut, 14879. Se j'en travail [souffre], je n'en sai qui blasmer, Couci, II. Merci, Amours : trop m'avez traveillé, ib. VII.

XIIIe s. Ele [la reine Blanche] aime tant son petit enfançon [Louis IX], Que ne veut pas qu'il se travaut souvent En departir l'avoir de sa maison, Hues de la Ferté, Romancero, p. 182. Cil chasteaus les traveilla mout longuement, et ne pourquant tant i sistrent que rendu leur fu…, Villehardouin, CXXXV. La royne [ils] ne vourent [voulurent] longuement traveiller [fatiguer], Berte, X. Se il ne fussent si traveillié [las] comme il estoient, H. de Valenciennes, V. Grant faim [il] avoit, si l'a mangié [un morceau] ; Molt l'avoit la mer [la navigation] traveillié, Lai de Melion. S'aucuns me preste son ceval por fere mon labor ou por cevaucier, et je le rent plus megre et plus traveillié qu'il n'estoit quant je l'empruntai, Beaumanoir, XXXVII, 4. Guillaume de Biaumont vint à li et li dit : vous vous traveillés pour nient : car le seneschal est mort, Joinville, 277. Il breoient aussi comme femmes qui traveillent d'enfant, Joinville, 237. Qui ne velt travailler, Si ait petit loier, Marcoul et Salemon, ms. de St Germ. f° 116, dans LACURNE.

XIVe s. Mains travaillées et ensanglantées de sang humain, Chr. de St Denis, t. II, f° 6.

XVe s. Ils ne firent oncques en leur vie autre chose fors que traveiller de royaume en royaume pour trouver et avoir faits d'armes, Froissart, II, III, 19. Et tant travellai et chevauchai en querant de tous costés nouvelles que…, Froissart, II, III, 1. En Angleterre, Henry, fils de Henry de Lancastre, qui travailla France, Chastelain, Éloge du duc Philippe. Quand l'imagination est travaillée de plusieurs choses, elle rend l'entendement comme tout aveugle, Bouciq. IV, 11. Pour lors avoit envoyé le roy devers l'empereur Jehan Tiercelin seigneur de la Brosse pour travailler qu'il ne s'appoinctast avec le duc de Bourgongne, Commines, IV, 3.

XVIe s. Si n'estoit point besoing de se travailler pour amasser de grandes richesses en lieu où l'opulence n'estoit aucunement utile ne prisée, Amyot, Lyc. 52. Les maulx qui ont accoustumé de travailler les hommes, Amyot, Numa, 32. La poesie d'Antimachus et la peinture de Dionysius sont bien pleines de nerfs et de vigueur ; mais on voit incontinent, que ce sont choses travaillées et faittes avec peine et labeur, Amyot, Timol. 47. Par lequel changement apperra le fonds emploié en bois servir autant que celui qui travaille en bleds, ou en vins, De Serres, 785. Une damoiselle qui travailloit fort d'une ardeur d'urine, Dial. de Tahureau, p. 159, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Travailler : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

TRAVAILLER, v. n. (Gram.) s’occuper à quelque ouvrage, faire ou exécuter quelque chose qui demande de la peine & du travail. Voyez Travail.

Travailler à la tâche. C’est faire marché & être payé à tant par piece d’un certain ouvrage. Voyez Tache.

Travailler à la journée. C’est faire prix à tant par jour, sans être fixé à une certaine quantité d’ouvrage.

Travailler se dit aussi dans le commerce des marchands qui font un négoce considérable, & qui sont fort achalandés : on dit en ce sens qu’un négociant travaille beaucoup ; l’argent travaille lorsqu’on ne le laisse point oisif dans un coffre fort, & qu’on en sait un emploi continu qui le multiplie.

Travailler, v. act. (Archit.) ce terme a plusieurs significations dans l’art de bâtir. On dit qu’un bâtiment travaille, lorsque n’étant pas bien fondé ou construit, les murs bouclent & sortent de leur à-plomb, que les voutes s’écartent, que les planchers s’affaissent, &c. on dit aussi que le bois travaille, lorsqu’étant employé verd, ou mis en œuvre dans quelque lieu trop humide, il se tourmente, ensorte que les panneaux s’ouvrent & se cambrent, les languettes quittent leurs rainures, & les tenons leurs mortaises. Voici les autres significations de ce terme.

Travailler à la piece. C’est faire des pieces pareilles pour un prix égal, comme bases, chapiteaux, balustres, &c. qui ont chacun leur prix.

Travailler à la tâche. C’est pour un prix convenu, faire une partie d’ouvrage, comme la taille d’une pierre où il y a de l’architecture, de la sculpture, &c.

Travailler à la toise. C’est marchander de l’entrepreneur ou du bourgeois, la toise courante, ou superficielle de différens ouvrages, comme taille de pierre, gros & legers ouvrages de maçonnerie, &c.

Travailler par épaulées. C’est reprendre peu-à-peu & non de suite, quelque ouvrage par sous-œuvre, ou fonder dans l’eau. C’est aussi employer beaucoup de tems à construire quelque bâtiment, parce que les matieres ou les moyens ne sont pas en état pour l’exécuter diligemment. Daviler. (D. J.)

Travailler, (Marine) on dit que la mer travaille. lorsqu’elle est fort agitée ; qu’un vaisseau travaille, lorsqu’il tangue & roule si fort, qu’il ne peut faire route.

Travailler, en Musique, on dit qu’une partie travaille quand elle fait beaucoup de notes & de diminutions, tandis que d’autres parties font des tenues, ou marchent plus posément. Voyez Parties, Tenue. (S)

Travailler a la main, en terme de Cirier, c’est former le corps d’un cierge, &c. avec de la cire qui n’a point été fondue, mais qui est assez molle pour être appliquée & pressée le long de la meche. On roule ces sortes d’ouvrages, & on les finit comme les autres.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Travailler : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « travailler » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « travailler »

Étymologie de travailler - Wiktionnaire

(1080) De l’ancien français traveillier, traveiller « faire souffrir », par extension « tourmenter, battre, molester », qui remonte par nivellement vocalique au latin populaire *tripāliāre « torturer avec le tripalium ou trepalium », ce dernier étant un outil de torture tripale. À rapprocher du catalan treballar et du gascon tribalhar.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de travailler - Littré

Travail ; provenç. trebalhar, trebailhar ; espagn. trabajar ; portug. trabalhar ; ital. travagliare. Travailler a eu le sens de voyager ; sens qui se lie à celui de peine, de fatigue ; c'est de cette acception que dérive l'anglais to travel, voyager.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « travailler »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
travailler travaje play_arrow

Conjugaison du verbe « travailler »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe travailler

Citations contenant le mot « travailler »

  • Une autre façon de travailler pour les cadre : choisir de partager ses compétences, son expérience, son savoir-faire et son métiers entre plusieurs employeurs, pour une ou plusieurs activités salariées. Unidivers, Travailler en temps partagé Cité des Métiers de Saint-Quentin-en-Yvelines Trappes mardi 15 décembre 2020
  • Il se définie simplement par le fait d'exercer une activité professionnelle en dehors de son lieu de travail. Pour la majorité des télétravailleurs, il s'agit généralement de travailler à domicile ou en espace coworking. A l'opposé on parlera d'un travail sur site, c'est-à-dire au sein de l'entreprise qui nous embauche. Le JCM | Journal du Community Manager, Le guide du télétravail : Comment travailler à domicile efficacement ?
  • Les jeux, quoi de mieux pour s’évader du quotidien ? Une petite partie permettra toujours de se changer les idées et de s’imaginer dans un autre monde ! Mais saviez-vous que certains jeux de société ont été créés avec pour objectif principal de faire travailler votre imagination ? On vous en propose trois dans cet article ! Journal du Geek, [Dossier] 3 jeux de société qui font travailler l'imagination | Journal du Geek
  • Le ministre suédois de la Santé et l’agence de santé publique ont annoncé des directives mises à jour pour l’automne, y compris une recommandation continue de travailler à domicile. 2051.fr, La Suède exhorte les employés à continuer de travailler à domicile tout au long de l'automne - 2051.fr
  • Avec kDrive, vos données sont stockées dans le Cloud, et vous pouvez y accéder depuis Internet, votre ordinateur (Windows, macOS, Linux) ou un mobile (iOS, Android). On peut donc synchroniser ses données et travailler facilement dessus à plusieurs en même temps. Vous pouvez ajouter des commentaires ou encore discuter d’un travail dans le chat intégré afin de faciliter la collaboration avec vos collègues. Daily Geek Show, Nous avons testé kDrive, l’alternative à Dropbox pour travailler en ligne sur des documents Office
  • https://www.capital.fr/entreprises-marches/chez-honda-les-employes-de-bureau-sommes-de-travailler-a-lusine-1376966 Capital.fr, Chez Honda, les employés de bureau sommés de travailler à l’usine - Capital.fr
  • La vie est trop courte pour travailler triste. De Jacques Séguéla
  • Il ne fait pas bon travailler quand la cigale chante. De Proverbe provençal
  • Bien boire et bien manger font bien travailler. De Proverbe français
  • On ne peut pas travailler à Paris. On ne peut pas travailler à la campagne. Remplacer ces formules par On peut travailler partout. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • Si vous ne voulez pas travailler, il vous faudra travailler pour gagner l’argent qui vous permettra de ne pas travailler. De Ogden Nash
  • J’ai trop d’énergie pour travailler. De Marcel Achard
  • Comme il faut travailler pour être naturel ! De Louis Jouvet
  • Se taire, prier, travailler, sourire. De Josemaria Escriva de Balaguer
  • Travailler avec les chevaux, c’est travailler avec du vivant. De Jérôme Garcin / Evene.fr - Novembre 2004
  • Si quelqu'un ne veut pas travailler, qu'il ne mange pas non plus. , Saint Paul, Épître aux Thessaloniciens, IIe, III, 10
  • La vie n'est pas le travail : travailler sans cesse rend fou. Charles de Gaulle, Propos recueillis par André Malraux dans Les Chênes qu'on abat, Gallimard
  • Il faut travailler, sinon par goût, au moins par désespoir, puisque, tout bien vérifié, travailler est moins ennuyeux que s'amuser. Charles Baudelaire, Mon cœur mis à nu
  • Je n'aime pas travailler, mais j'admets que les autres travaillent. Arthur Adamov, Le Ping-pong, Gallimard
  • J'ai trop d'énergie pour travailler. Marcel Achard, Domino, I, 9, Domino , Gallimard

Images d'illustration du mot « travailler »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « travailler »

Langue Traduction
Corse travaglià
Basque lanera
Japonais 働く
Russe работать
Portugais trabalhar
Arabe للعمل
Chinois 上班
Allemand arbeiten
Italien lavorare
Espagnol trabajar
Anglais to work
Source : Google Translate API

Synonymes de « travailler »

Source : synonymes de travailler sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « travailler »


Mots similaires