Subreptice : définition de subreptice


Subreptice : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

SUBREPTICE, adj.

A. − DR. Obtenu par dissimulation d'un élément concernant une affaire importante, en trompant sciemment la bonne foi de l'autorité sollicitée. Acte, contrat, décision, grâce, jugement, privilège, sentence subreptice. Contre un pacte subreptice l'insurrection est le premier des droits et le plus saint des devoirs (Proudhon, Confess. révol., 1849, p. 272).La Convention (...) condamna les substitutions, les fidéicommis (...) les majorats qui en résultaient: la perpétuation subreptice du droit d'aînesse devint ainsi impossible (Lefebvre, Révol. fr., 1963, p. 558).
DR. CANON. L'imposture de cette fausse Jeanne aurait constitué un essai subreptice et frauduleux de réhabilitation (A. France, J. d'Arc, t. 2, 1908, p. 434).En vain les pontifes les firent-ils entrer au couvent pour leur expliquer qu'ils étaient condamnés d'une manière qu'on appelle en théologie subreptice, c'est-à-dire par suite de faux renseignements et contre la vérité (Barrès, Colline insp., 1913, p. 208).
B. − Littér. Qui est fait ou obtenu à l'insu de quelqu'un et contre son gré. Synon. caché, clandestin, frauduleux.Je trouverai bien quelque moyen subreptice de pénétrer en la forteresse et d'être utile à ce brave baron (Gautier, Fracasse, 1863, p. 411).Une complicité arbitraire et secrète (...). Cette invite à clins d'œil, cette subreptice offre d'accord (...) on peut très bien les rejeter (Cassou, Arts plast. contemp., 1960, p. 174).
Prononc. et Orth.: [sybʀ εptis]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Déb. xives. lettres surreptices (Doc. hist. inédits, éd. Champollion Figeac, t. 3, p. 451); 1336 lettres subreptices (ap. Varin, Arch. administratives de Reims, t. 2, p. 752); ca 1570 subreptice « se dit d'une façon illégale de procéder » (Mémoires sur la vie du maréchal de Vieilleville par V. Carloix, VIII,6 ds Littré). Empr. au lat.subrepticius « clandestin », formé sur subreptus, part. passé de subripere « dérober » et de subrepere « se glisser sous, surprendre ». Fréq. abs. littér.: 12.

Subreptice : définition du Wiktionnaire

Adjectif

subreptice \sy.bʁɛp.tis\ masculin et féminin identiques

  1. (Droit) Qualifie une décision, une grâce, un jugement obtenu sur un faux exposé.
    • Pour qu'une dispense soit valide, il ne suffit pas qu'elle ait été accordée par celui qui a le pouvoir de dispenser : elle peut être nulle comme obreptice ou comme subreptice. La dispense obreptice est celle qu'on a obtenue sur un faux exposé, soit par rapport au fait, qu'on n'a pas représenté d'une manière conforme à la vérité; soit par rapport aux raisons, qu'on a faussement alléguées. La dispense est subreptice, lorsqu'on tait dans la supplique ce qui, suivant le style de la cour romaine, doit être exprimé sous peine de nullité. Pour que la dispense soit nulle comme subreptice ou comme obreptice, il est nécessaire que la réticence ou le faux exposé soit la cause finale et déterminante de la dispense. — (Thomas-Marie-Joseph Gousset, « Traité du sacrement de mariage », dans Théologie morale à l'usage des curés et des confesseurs, tome 2, Paris : chez Jacques Lecoffre & Cie et chez Waille, 1846, p. 580)
  2. (Par extension) Qualifie certaines choses qui se font furtivement et d’une manière illicite.
    • Il s'est mis en frais pour la nouvelle édition du Siècle de Louis XIV; il n'a épargné aucun soin; et voilà que, pour fruit de ses peines, M. de La Beaumelle fait imprimer sous main une édition subreptice à Francfort, ville impériale, malgré le privilège de l'empereur, dont Walther est en possession. — (Voltaire, Lettre n° 27, à M. Roques, d'avril 1752, dans « Correspondance générale », tome 4, dans les Œuvres de Voltaire, Paris : chez P. Pourrat frères, 1839, p. 50)
    • […] Je cite un aphorisme de Jean Claude Marin, ex-procureur de Paris et actuel procureur général près de la cour de cassation :  « L’ouverture d’une information judiciaire [c’est alors le juge d’instruction et non le procureur qui dirige l’enquête, NDLR] est la forme la plus subreptice du classement sans suite .»... — (Philippe Courroye, « « Juger, c’est nier ce que l’on croit » », Le Point, no 2378, 29 mars 2018, page 73)
    • La règle était qu’il fallait entrer à l’hôpital de la manière la plus subreptice possible, et toujours un à un. — (Amélie Nothomb, Le Sabotage amoureux, Albin Michel, Paris, 1993, p. 46)
    • Quelques jours plus tard, divulguée à grand bruit par la radio et la presse après des préparations gauchement subreptices, la malencontreuse équipée de Suez commença. — (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux, 1974, collection Folio, page 54)
  3. Qui est fait ou obtenu à l’insu de quelqu’un et contre son gré.
    • En résumé donc la définition que l'auteur donne de l'usure, — « l'accaparement subreptice, au nom du capital, de la partie des bénéfices destinée à rémunérer soit les autres parties du capital, soit le travail » — est aussi vague, aussi incolore que toutes les définitions hasardées par d'autres écrivains. — (J.-E. Horn, « Bibliographie : L'Usure, sa définition, par G. E. Marin-Darbel », dans le Journal des économistes: revue de la science économique et de la statistique, Paris : chez Guillaumin & Cie, 1859, p. 467)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Subreptice : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SUBREPTICE. adj. des deux genres
. T. de Jurisprudence et de Chancellerie. Il se dit d'une Décision, d'une grâce, d'un jugement obtenu sur un faux exposé. Sentence subreptice. Il se dit, par extension, de Certaines choses qui se font furtivement et d'une manière illicite. Édition subreptice.

Subreptice : définition du Littré (1872-1877)

SUBREPTICE (su-brè-pti-s') adj.
  • 1 Terme de jurisprudence. Obtenu sur un faux exposé, à la différence d'obreptice qui signifie obtenu sur un exposé où l'on a omis quelque chose d'essentiel. Lettres, grâces, concessions subreptices. Cette lettre [des prélats de l'assemblée du clergé] n'approuve pas la doctrine des casuistes ; c'en est assez pour être traitée de fausse et de subreptice, quelque authentique qu'elle soit, Pascal, 2e factum pour les curés de Paris.
  • 2 Par extension, qui est fait furtivement et illicitement. C'est vous qui m'apprîtes que cette édition subreptice [du Siècle de Louis XIV] était chargée de quatre lettres de la Beaumelle, dans lesquelles il outrage des officiers de la maison du roi de Prusse, Voltaire, Mél. hist. Lett. à M. Roques.

HISTORIQUE

XVIe s. La subreptice et cauteleuse façon dont on y avoit procedé, Carloix, VIII, 6. Ils ne doubtent point qu'une telle donnaison, si excessive, ne soit faulse, subreptice, ou forcée, Carloix, VIII, 32.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SUBREPTICE. - HIST. Ajoutez : XIVe s. Nonobstant quelconques lettres subreptices empetrées ou à empetrer (1346), Varin, Archives administr de la ville de Reims, t. II, 2e part. p. 1020.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Subreptice : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

SUBREPTICE, adj. (Gram. & Jurisprud.) est ce qui tend à ôter la connoissance de quelque fait ou de quelque piece que l’on a intérêt de dissimuler.

Des lettres de chancellerie sont subreptices, lorsque l’on a déguisé quelque fait essentiel qui eût empêché d’accorder les lettres.

Elles sont au contraire obreptices lorsqu’on y a avancé quelque fait contraire à la vérité, pour obtenir plus facilement ce que l’on demande. Voyez Faux, Lettres de chancellerie, Obreptice, Obreption. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « subreptice »

Étymologie de subreptice - Wiktionnaire

(Date à préciser) Du latin subrepticius, de subripio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de subreptice - Littré

Lat. subrepticius, de sub, sous, et rapere, enlever (voy. RAVIR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « subreptice »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
subreptice sybrɛptis play_arrow

Citations contenant le mot « subreptice »

  • Il est arrivé de façon subreptice dans l’amphithéâtre d’honneur des Beaux-Arts de Paris, s’est assis sous Romulus vainqueur d’Acron, grande peinture d’histoire, peint à Rome par Ingres en 1812. Comme tous les étudiants qui peuplaient ce soir-là les gradins à l’antique, il a gardé sa parka - pas de chauffage! Il a gardé aussi son élégance italienne et cet air absent qui fait son charme de dandy moqueur et d’artiste que la nuit rend songeur. Le Figaro.fr, Quand les Beaux-Arts ouvrent les débats
  • Le claquement subreptice ne sera cependant que peu de soulagement, car l’astronaute de l’Agence spatiale européenne (ESA) Paolo Nespoli, qui était un spécialiste de mission à bord de la navette spatiale Discovery en 2007, a averti qu’il y a plus d’un million d’astéroïdes qui pourraient frapper la Terre. News 24, QUATRE astéroïdes à tirer au-delà de la Terre en UN JOUR, après que l'astronaute a averti qu'il y a 1 MILLION qui peut nous frapper - News 24
  • La méthode TikTok » n’est-elle pas une façon sans violence et subreptice, d’imposer une certaine vision du monde à l’Occident ? Contrepoints, TikTok : cheval de Troie chinois chez les jeunes Américains ? | Contrepoints
  • Ecrire du théâtre, c'est aussi, sans doute, faire circuler subrepticement les images du désir. De Daniel Besnehard

Traductions du mot « subreptice »

Langue Traduction
Corse surreptitosa
Basque surreptitious
Japonais 不正な
Russe подпольный
Portugais clandestino
Arabe خفي، سري
Chinois 秘密的
Allemand heimlich
Italien surrettizio
Espagnol subrepticio
Anglais surreptitious
Source : Google Translate API

Synonymes de « subreptice »

Source : synonymes de subreptice sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « subreptice »



mots du mois

Mots similaires