La langue française

Sommet

Sommaire

  • Définitions du mot sommet
  • Étymologie de « sommet »
  • Phonétique de « sommet »
  • Citations contenant le mot « sommet »
  • Images d'illustration du mot « sommet »
  • Traductions du mot « sommet »
  • Synonymes de « sommet »
  • Antonymes de « sommet »

Définitions du mot sommet

Trésor de la Langue Française informatisé

SOMMET, subst. masc.

A. −
1.
a) Point le plus élevé ou partie supérieure d'une chose considérée dans sa verticalité. Synon. cime, haut2, extrémité, faîte, pointe.À l'Île-de-France j'ai vu les noirs monter au sommet des cocotiers avec la plus grande facilité (Bern. de St-P., Harm. nat., 1814, p. 66):
1. ... des cimes d'arbres et des toits de pavillons (...) ils semblent inviter l'hôte à pénétrer leur secret (...). Qu'un couple de cigognes en surmonte le sommet ouvragé, le calice du toit n'ombrage point une salle si déserte qu'un bâton d'encens à demi consumé n'y fume ou qu'une fleur oubliée ne s'y décolore. Claudel, Connaiss. Est, 1907, p. 61.
SYNT. Sommet d'un arbre, d'un tronc, d'un mât, d'une échelle, d'un escalier, d'une tour, d'une voûte, d'un toit; sommets des arbres; au sommet de qqc.
[À propos d'un élément du relief] Synon. arête, cime, coupeau1(vx), crête, front, haut2, pic3, pointe, sommité (vx ou littér.); anton. bas1, pied.Je suis né libre au fond du golfe aux belles lignes Où l'Hybla plein de miel mire ses bleus sommets (Heredia, Trophées, 1893, p. 47).V. abîme ex. 8, gravir A 1 ex. de Staël.
SYNT. Sommet d'une côte, d'un coteau, d'une colline, d'une falaise, d'un mamelon, d'un mont, d'une (haute) montagne, d'un pic, d'un plateau, d'un rocher, d'un talus, d'un tertre; sommets des collines, des monts, des montagnes; le plus haut sommet; atteindre, gravir le sommet.
[À propos d'une masse liquide] Synon. de cime; anton. creux.Sommet d'une vague, des vagues, des lames. [Les] longues houles de l'océan, dont les creux et les sommets reflètent de façon différente les nuages qui courent dans le ciel (Carrel, L'Homme, 1935, p. 148).
[À propos d'une partie du corps] Sommet de la tête, du crâne. Ces yeux étranges et ce sommet de joues si expressif qui me rappellent P, mais plus brûlantes, plus incendiées (Barb. D'Aurev., Memor. 2, 1838, p. 358).
b) P. anal. Partie haute d'une rue, d'une ville, d'un village. Synon. haut2, hauteur; anton. bas1.J'ouvrais ma fenêtre pour entendre (...) la rumeur inconnue qui grondait au-dessus de cette ville si vivante en bas, et déjà par ses sommets tout entière plongée dans la nuit (Fromentin, Dominique, 1863, p. 131).Elle courait, à demi aveugle, dans l'obscurité. Au sommet de l'avenue, pourtant, des lumières apparurent, puis descendirent vers elle en zigzaguant (Camus, Exil et Roy., 1957, p. 1572).
2. En partic.
a) Masse ou relief faisant saillie par rapport au terrain qui l'entoure ou à une chaîne de montagnes; p. méton., massif montagneux. Synon. cime, coupeau1(vx), crête, mont, pic3, pointe, puy, sommité (vx ou littér.).Ces groupes de sommets en dos d'âne, en dents de scie, dont la masse tourne, ayant obéi, on dirait, à un mouvement voulu, et semble travaillée et comme fouillée à coup de pouce (Pesquidoux, Livre raison, 1925, p. 174).V. archipel ex. 1, gravissement rem. 2 s.v. gravir.
SYNT. Sommet d'un cap, d'une île; sommet aigu, aplati, arrondi, aride, désert, escarpé, lointain, pointu, le plus élevé (d'une chaîne, d'un massif); le sommet du Calvaire, du Golgotha; sommets aigus, élevés, arrondis, couverts de neige, arides, déserts, glacés, inaccessibles; le plus haut sommet; le haut d'un sommet; au-dessus d'un sommet; atteindre, gravir un sommet; arriver, atteindre, parvenir au sommet; monter, s'asseoir au sommet; approcher, descendre d'un sommet; les plus hauts, les derniers sommets; sommets des Alpes, de l'Himalaya.
b) Au plur., abs. La (haute) montagne. Le tonnerre tombe où il veut, et quand il veut. Mais les sommets l'attirent. Certains lieux − certaines âmes − sont des nids d'orages: ils les créent ou les aspirent de tous les points de l'horizon (Rolland, J.-Chr., Révolte, 1907, p. 381):
2. Je suis comme ces lacs des Alpes qui s'agitent aux brises des vallées (à ce qui souffle d'en bas à ras du sol); mais les grands vents des sommets passent par-dessus sans rider leur surface et ne servent au contraire qu'à chasser la brume. Flaub., Corresp., 1853, p. 414.
3. Spécialement
a) ANAT. Extrémité supérieure d'un organe. Synon. pointe.Sommet du poumon. Vous avez de petites lésions tuberculeuses, principalement au sommet gauche, voilà tout. Vous en guérirez, comme tant d'autres ont guéri (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 383).
[À propos du cœur] Synon. de pointe.La balle lui était entrée par l'omoplate gauche, et elle était ressortie sous le sein après avoir traversé le sommet du cœur (Ambrière, Gdes vac., 1946, p. 253).
Sommet de l'acromion. ,,Angle arrondi formé par la réunion des deux bords de l'acromion`` (Lov.-Veill. 1954). V. acromion ex. 3.
b) BOT. Partie supérieure d'un organe. Anton. base.Une hampe unique s'élève, et déchire en étoile son propre sommet (Colette, Pays. et portr., 1954, p. 266).V. anthère ex. 3.
c) CONCHYLIOL. Point de départ des valves, chez les bivalves; point d'aboutissement de la spire chez les univalves. Le ligament est, comme dans l'huître, placé entre les sommets (...): comme le sommet occupe une partie considérable de la coquille, on ne peut ouvrir que très-peu les deux battans, sans s'exposer à les rompre (Voy. La Pérouse, t. 4, 1797, p. 121).
d) DOCUMENTOL. ,,Désignation des points (i.e. de la position des mots-clé), dans un « schème » documentaire; ancêtres communs de deux ou plusieurs termes, dans une organisation paradigmatique univoque, ou ancêtre de tous les termes d'une arborescence`` (Cros-Gardin 1964). Un « graphe marqué du 1erdegré » est un graphe terminal où: a) à chaque sommet correspond un certain « élément » (...); b) les arêtes correspondant aux relations de subordination sont orientées; c) on privilégie un ou plusieurs sommets appelés sommets majeurs (Coyaud, Introd. ét. lang. docum., 1966, p. 60).
e) GÉOMORPHOL., HYDROL. Sommet d'un delta, d'un méandre. Partie supérieure. On place, par convention, le sommet du delta [de la rivière] (...), à la première bifurcation (Baulig1956).La courbure (...) est maximale au sommet du méandre (...). Elle se renverse au point d'inflexion (Baulig1956).
f) MATHÉMATIQUES
ALG. Sommet d'un graphe orienté (S, U) ou d'un graphe non orienté (S, E). Élément de S; point isolé d'un graphe (d'apr. Bouvier-George Math. 1979 et Le Garff 1975). Dans le graphe de la figure, l'ensemble E est constitué des sommets A, B, C, D, E, F. Deux sommets sont adjacents s'ils sont distincts et reliés par un arc (Le Garff1975).
GÉOM. Dans l'espace affine euclidien, point d'intersection des côtés d'une figure; point commun aux génératrices d'une figure.
Sommet d'un angle, sommets d'un polygone. Point(s) d'intersection des côtés d'un angle, d'un polygone. Une feuille de papier sur laquelle étaient dessinés des hexagones concentriques. Il m'expliqua qu'il fallait trouver, avant 1946, six disciples (un pour chaque sommet du premier hexagone dont, lui, il occupait le centre) (Abellio, Pacifiques, 1946, p. 323):
3. ... la tactique de l'armée de Versailles, dont les lignes, cette nuit-là, formaient un immense angle rentrant, le sommet à la place de la Concorde, les deux extrémités, l'une, sur la rive droite, à la gare des marchandises de la Compagnie du Nord, l'autre, sur la rive gauche, à un bastion des remparts, près de la porte d'Arcueil. Zola, Débâcle, 1892, p. 615.
Angles opposés par le sommet, au sommet (vx). V. opposé II A 1.
Sommet(s) d'un triangle. Point(s) d'intersection des côtés de chacun de ses angles; en partic., point d'intersection des côtés de l'angle opposé au côté pris pour base. La houppette de ses cheveux gris, son œil dont le sourcil était relevé par le monocle et qui souriait, sa boutonnière en fleurs rouges, formaient comme les trois sommets mobiles d'un triangle convulsif et frappant (Proust, Guermantes 2, 1921, p. 269).
Sommet d'un angle solide, d'un cône. Point commun aux génératrices d'un angle solide, d'un cône. Le cône des rayons qui d'un point lumineux quelconque se rendent à la pupille, forme, après avoir traversé le cristallin, un autre cône dont le sommet frappe la rétine lorsque l'œil est bien constitué (Cuvier, Anat. comp., t. 2, 1805, p. 366).
Sommet(s) d'un polyèdre. Point(s) commun(s) à trois faces au moins d'un polyèdre. V. polyèdre I ex. de Hist. gén. sc.
Sommet(s) d'une (courbe) conique propre (p. ex. une parabole, une ellipse). Point(s) d'intersection de la conique avec son axe (ou ses axes) de symétrie (d'apr. Bouvier-George Math. 1979). Sommets d'une ellipse. Le vent de l'équateur qui passe par-dessus les vents alizés et qui trace une parabole dont le sommet est toujours à l'ouest (Hugo, Travaill. mer, 1866, p. 347).
g) MUS. Registre le plus aigu. Synon. haut2; anton. bas1, grave.[La poésie] ne hante ni les sommets ni les abîmes de la voix (Valéry, Pièces sur art, 1931, p. 52).
h) OBSTÉTR. Présentation du sommet. À l'accouchement, présentation de l'enfant à la vulve par la tête. Dans le temps qui, dans la présentation du sommet, correspond au dégagement de la tête, le coccyx subit un mouvement de rétropulsion (Gérard, Anat. hum., 1912, p. 178).V. présentation II A 2 a ex. de Encyclop. univ.
i) PHONÉT. ,,Partie de l'articulation qui présente le maximum d'acuité, d'intensité ou de perceptibilité`` (Mar. Lex. 1951). Sommet d'une syllabe, sommet syllabique. L'accent, le ton, la sonorité de la syllabe peuvent être à sommet (...) ou à double sommet (Mar. Lex.1951).Le centre ou sommet de la syllabe, dit quelquefois phonème syllabant, est d'ordinaire un élément vocalique, mais peut être aussi une sonante (l dans angl. able), ou même une consonne (s dans l'interjection fr. pstt!) (Mar. Lex.1951).
B. −
1.
a) P. anal. Point culminant, limite, apogée de quelque chose. Synon. faîte, summum, zénith, apogée, maximum, haut2.
[À propos d'un mouvement ascensionnel, d'une trajectoire] Le soleil Qui au sommet de sa course entre les deux Océans Se tient immobile un moment en une solennelle hésitation (Claudel, Soulier, 1929, 1rejournée, 6, p. 674).
b) Au fig. [À propos d'un sentiment, d'un état, de l'évolution d'un phénomène; fonctionne comme superl. expr. de subst. abstr.; base d'un syntagme nom., est suivi d'un compl. déterminé par un art. déf. ou un adj. poss.] Point suprême, degré très élevé ou le plus élevé qui puisse être atteint dans un ordre de valeurs intellectuel, psychologique, moral ou spirituel, ou dans un domaine particulier. Synon. apogée, cime, comble1, faîte, fin du fin (v. fin2II B 2), maximum, paroxysme, perfection, plénitude, summum, zénith.Atteindre, parvenir au sommet de la gloire; les sommets de la vie; le sommet de la vie de qqn; au sommet de la Création. Il trouvait ce temple admirable, (...) il y voyait l'aboutissement et le sommet de toute la carrière de Bach (Gide, Faux-monn., 1925, p. 1084).V. hiérarchie ex. 5.
− Dans le domaine hist. (ou à propos d'une époque de la vie de qqn).Ce n'est pas une glorification du Moyen-Âge qu'on prétend faire, c'est le signalement et la reconnaissance, au sein du Moyen-Âge et à son sommet, d'un mouvement unique et trop rapide d'émancipation, d'expansion et de fécondité (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 7, 1864, p. 183).
− Dans le domaine des sentiments.Le sommet du bonheur, de la joie. Une passion à son sommet s'exalte des plus grands obstacles. À son déclin, le plus petit obstacle la fait fléchir et douter (Faure, Espr. formes, 1927, p. 135).
Péj., rare. [Le sentiment est d'ordre nég.] Synon. de comble1.Mettre en fuite Némésis, quel triomphe effrayant! Louis Bonaparte eut cette gloire, qui est le sommet de sa honte (Hugo, Hist. crime, 1877, p. 74).
− Dans le domaine mor. ou relig.Synon. de cime.Cet amour de la vertu (...) est posé dans tous les livres dont l'enfance moderne fait sa nourriture, comme le plus haut sommet où une âme distinguée puisse monter (Baudel., Paradis artif., 1860, p. 375).La méditation mystique est au sommet de la vie intérieure, qu'elle gouverne et qu'elle éclaire en toutes ses parties (L. Daudet, Rêve éveillé, 1926, p. 238).
− Dans le domaine des rel. soc., de la vie publique ou professionnelle.Au sommet de l'échelle, de la hiérarchie; du sommet à la base, de la base au sommet. M. Levrault aspirait en outre à devenir un personnage dans le gouvernement. Les sommets l'attiraient (...). Des fantômes provocants le poursuivaient partout, jusque dans son sommeil. C'étaient des ministres, des pairs de France, des gentilshommes de la veille (Sandeau, Sacs, 1851, p. 1).La mainmise continue et héréditaire sur les grandes affaires de quelques familles choisies avait à la longue laissé s'accumuler au sommet du corps social en stagnation (...), les principes volatils élaborés dans les profondeurs de ce marécage sans âge qu'était devenue la ville (Gracq, Syrtes, 1951, p. 143).
− Dans le domaine intellectuel.Le sommet d'une œuvre; le sommet de l'art; les sommets de la science, de l'esprit. Chatterton se suicide parce que le lord maire lui a offert une place de valet de chambre. Cette extrême sensibilité pour l'extérieur prouve une certaine humilité d'âme et témoigne que ceux qui l'éprouvent n'ont pas encore atteint les hauts sommets philosophiques (Renan, Avenir sc., 1890, p. 401).
c) P. méton., au plur. Parties remarquables en leur genre. Synon. hauteurs (v. hauteur).Ce qui en un sens fait la grandeur unique des sommets de l'œuvre proustienne, c'est cet effort − comment dire? − pour équivaloir à Dieu en dehors de lui par la mystique aperception de l'essence du temps (Du Bos, Journal, 1927, p. 378).
Sujets, propos élevés, pointus. Nous avons une bien belle conversation, dit-il ironiquement, je ne sais pas pourquoi nous abordons ces « sommets » (Proust, Swann, 1913, p. 672).
2. Point suprême, degré le plus élevé. L'homme est le sommet de la Création (Claudel, Fig. et parab., 1936, p. 149).
Rem. Les métaph. sont nombreuses où le mot est empl. avec des termes opposés comme abîme, gouffre, centre, foyer, pente: Le calvaire que nous gravissons est la plus grande épreuve de notre Histoire. Mais nous savons de quel abîme nous émergeons et vers quels sommets nous montons (De Gaulle, Mém. guerre, 1956, p. 702).
C. −
1. Loc. adj. Au sommet. Au niveau le plus élevé, entre personnes ayant les plus hautes responsabilités dans un domaine particulier. Réunion, rencontre au sommet. Comment James Naismith aurait-il pu imaginer que le sport qu'il avait enfanté serait l'objet, soixante-quinze années plus tard, d'une compétition au sommet entre deux colosses du monde moderne, les États-Unis et l'URSS? (Jeux et sports, 1967, p. 1347).
2. Conférence au sommet. Rencontre officielle entre les chefs d'État ou de gouvernement ou des ministres de deux ou plusieurs nations, souvent des grandes puissances, en vue de traiter de grands problèmes communs à leurs nations respectives. Une Agence de développement véritablement internationale, fonctionnant dans le cadre de l'ONU, accordant des prêts plutôt que des dons. C'est d'ailleurs ce que la France a réclamé à plusieurs reprises (plan Faure à la Conférence au sommet de 1955; plan Pineau, mai 1956; conférence de presse du Général de Gaulle de mars 1959) (Univers écon. et soc., 1960, p. 40-13).
P. ell. Sommet francophone. L'idée d'un sommet euro-arabo-africain, qui rassemblerait quatre-vingts États et aurait pour tâche d'élaborer une « charte de paix et de solidarité » (Le Nouvel Observateur, 12 mai 1980, p. 64, col. 4).
REM.
Sommital, -ale, -aux, adj.,géomorphol. Propre à un sommet; qui se trouve au sommet d'un élément du relief. Pourquoi ne pas pousser jusqu'au sommet (...)? Atteindre la lèvre d'un cratère en éruption, cela valait bien le risque. (...) je découvris enfin l'arête sommitale. À ce moment précis, une demi-douzaine de paquets de magma, pâteux encore, s'y abattaient. Deux d'entre eux roulèrent sur la déclivité (H. Tazieff, Cratères en feu, 1951, p. 101).[Les couches frontales des deltas fluviaux] sont recou-vertes par les couches proprement fluviales (...), [couches sommitales] (Baulig1956, p. 40).Au fig., pol. Qui est au sommet. Les pouvoirs n'étaient pas superposés en une pyramide absolument dominée par une monarchie sommitale (Le Monde,26 juill. 1973ds Clé Mots).
Prononc. et Orth.: [sɔm(m)ε]. Martinet-Walter 1973: [mm] (10/18). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Déb. du xiies. « point le plus élevé d'une chose verticale » (Benedeit, S. Brendan, éd. I. Short et Br. Merrilees, 495: sumet); b) ca 1170 sumet d'un munt (Rois, éd. E. R. Curtius, p. 53); c) 1306 sommet du chief (Guillaume Guiart, Royaux Lignages, II, 119, 67 ds T.-L.); d) 1833 méd. présentation du sommet (J. de méd. et de chir. pratiques, IV, p. 102 ds Quem. DDL t. 8); 2. a) 1357 fig. sommet d'honneur (Guillaume de Machaut, Confort d'ami, 2976 ds Œuvres, éd. E. Hoepffner, t. 3, 105); b) α) 1925 au sommet de « au niveau le plus élevé des responsables » (B. Souvarine, À contre-courant, Ecrits, 1925-29, 78-9 ds doc. DDL); β) 1958 conférence au sommet (Mauriac, Nouv. Bloc-Notes, p. 81); 3. 1680 sommet de la piramide (Rich., s.v. piramide); 1691 sommet d'une courbe (Ozanam d'apr. FEW t. 12, p. 429a). Dér. de l'a. fr. som « sommet » (ca 1135, Couronnement de Louis, éd. Y. G. Lepage, Rédaction AB, 2498); du lat. summum « le sommet, le plus haut, le point le plus élevé », neutre pris subst. de l'adj. summus « qui est au point le plus haut », v. aussi somme1; suff. -et*. Conférence au sommet est prob. un empr. à l'angl. summit conference (v. Rey-Gagnon Anglic. 1981). Fréq. abs. littér.: 3 623. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 7 405, b) 5 485; xxes.: a) 3 555, b) 4 011. Bbg. Blochw.-Runk. 1971, p. 410, 428. − Hasselrot 1957, p. 170. − Quem. DDL t. 8, 27.

Wiktionnaire

Nom commun

sommet \sɔ.mɛ\ masculin

  1. Partie la plus élevée de quelque chose.
    • Celui qui, au sommet de l'Etna promène à loisir ses yeux autour de lui, est principalement affecté par l’étendue et par la diversité du tableau. — (Edgar Poe, Eureka, 1848, traduction de Charles Baudelaire,)
    • …la nuit n'était troublée que par les brusques paraboles des fusées éclairantes qui montaient aux deux côté du marécage et, parvenues au sommet de leur courbe, ouvraient leurs cône blancs et s'épanchaient doucement comme des lys renversés. — (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p.102)
    • Le roi n’eût jamais souffert qu’un pavillon, autre que le sien, flottât à une corne d’artimon ou au sommet du grand mât. — (Étienne Dupont, Le vieux Saint-Malo : Les Corsaires chez eux, Édouard Champion, 1929, p.53)
    • Tout au sommet de la dune, une vigie recouvre, très au loin, le pays; rien ne peut lui échapper. — (Louis Frèrejean, ‎Mauritanie, 1903-1911: mémoires de randonnées et de guerre au pays des Beidanes, Karthala, 1995, page 210)
    • Toutes les fois que nous atteignons le sommet d’une côte, nous n’apercevons devant nous qu’une autre côte pareille, […]. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 27)
  2. Degré le plus haut.
    • C’est que je veux me hisser aux sommets d’où l’on écrase les autres ! — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • Je l’ai rencontrée alors qu’elle était au sommet de la gloire.
    • Une conférence au sommet, c’est une réunion, à laquelle participent les plus hauts responsables.
  3. (Géométrie) En géométrie, point commun aux deux côtés d’un angle.
    • 2°- Les alluvions dites des hautes terrasses, formant une immense plate-forme triangulaire au relief largement étalé et dont les sommets seraient marqués par les villages de Franchevelle, La Chapelle-lès-Luxeuil et Froideconche. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 14)
  4. Rassemblement de dirigeants, pour discuter de certains sujets.
    • Lors de la rencontre au sommet sur l’Ukraine à Paris. John Kerry et Sergueï Lavrov, les chefs de la diplomatie russe et américain, s’entretiendront en tête à tête.
    • Rencontre au sommet initiée pendant la guerre froide, expression inventée par Winston Churchill en 1950 par analogie aux alpinistes qui tentent de conquérir l’Everest dont l’accès est autorisé par le Népal la même année.
    • Une conférence au sommet du Conseil économique supérieur eurasiatique se tiendra le 5 mars.
    • Le sommet du G7 est la réunion entre les dirigeants des sept pays les plus industrialisés.
  5. (Théorie des graphes) Point d’un graphe.
    • Dans la littérature récente de la théorie des graphes, les points sont appelés les sommets (en référence aux polyèdres) ou les nœuds (en références à la loi des nœuds).
  6. (Électrotechnique) Section unitaire d’un jeu de barres, qui ne peut être divisée par un appareillage.
    • La souplesse d’exploitation voudrait que tout départ, ligne ou transformateur, puisse être raccordé indépendamment avec tout autre départ. Cette exigence conduirait à installer dans un poste un nombre de sommets d’autant plus élevé que le nombre de combinaisons de liaisons raccordées est grand. Dans la pratique, le nombre de sommets est rarement supérieur à quatre. — (Jean-Michel Delbarre, Postes à haute et très haute tension → lire en ligne)
  7. (Mathématiques) Dans un arbre binaire, chacun des points d’où part zéro, une ou deux arêtes. Syn. : noeud.
    • Introduisons un peu de terminologie mathématique : les segments de l’arbre sont appelés « arêtes » et leurs extrémités « sommets ». — (Benoît Rittaud, Quand les maths se font discrètes, Éditions Le Pommier, Paris, 2008, p. 103)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SOMMET. n. m.
Point le plus élevé d'une montagne, d'un rocher, d'une tour, d'un arbre, de la tête, etc. Sur le sommet d'une montagne. Au sommet d'un rocher. Les sommets des Alpes, des Pyrénées. Le sommet de la tête. Poétiquement, Le double sommet, Le Parnasse. Fig., Le sommet des grandeurs, de la gloire, Le comble des grandeurs, de la gloire. En termes de Géométrie, Le sommet d'un angle, Le point de rencontre des deux côtés d'un angle. Angles opposés par le sommet, Angles dont les sommets sont opposés et dont les côtés de l'un sont les prolongements de ceux de l'autre. Le sommet d'un triangle, d'une pyramide, Le sommet de l'angle opposé au côté qui est pris comme base. Le sommet d'une courbe, Le point de la courbe où la courbure est maxima ou minima.

Littré (1872-1877)

SOMMET (so-mè ; le t ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des so-mè-z aigus ; sommets rime avec paix, succès, traits, etc.) s. m.
  • 1La partie la plus élevée de certaines choses. [L'or et les grandeurs] Véritables vautours que le fils de Japet Représente enchaîné sur son triste sommet, La Fontaine, Phil. et Bauc. Et ne savez-vous pas que, sur ce mont sacré [le Parnasse], Qui ne vole au sommet tombe au plus bas degré ? Boileau, Sat. IX. Ils montent au sommet de la fatale église, Boileau, Lutr. III. Ô mont de Sinaï, conserve la mémoire De ce jour à jamais auguste et renommé, Quand sur ton sommet enflammé…, Racine, Athal. I, 4. Cet inconnu qu'on nommait Cléomènes avait erré quelque temps dans le milieu de l'île, montant sur le sommet de tous les rochers, et considérant de là l'espace immense des mers avec une tristesse profonde, Fénelon, Tél. XXIV. Sur un rocher désert, l'effroi de la nature, Dont l'aride sommet semble toucher les cieux, Rousseau J.-B. Cantate, Circé. Plus la montagne est haute, plus son sommet est froid, Voltaire, Phil. Newt. II, 5. Les îles du cap Vert ne sont que des sommets de montagnes, Buffon, Hist. nat. Pr. th. terr. t. II, p. 207. Cet oiseau [le figuier à tête rouge] a le sommet de la tête d'un beau rouge, Buffon, Ois. t. IX, p. 416. La montagne [montagne de glace qui flotte dans les mers polaires] balance sur les flots ses sommets lumineux et ses arbres de neige, Chateaubriand, Gén. II, I, 14.

    Fig. Toi ! sois bénie à jamais ! Ève qu'aucun fruit ne tente, Qui de la vertu contente Habites les purs sommets, Hugo, Crépusc. 36.

    Poétiquement, le double sommet, le Parnasse, la poésie.

  • 2 Fig. Il se dit de ce qui est le plus haut dans l'ordre moral, intellectuel. Voilà l'état où se trouve l'âme… presque au sommet de la perfection, Bossuet, Ét. d'orais. IX, 5. Puisses-tu, de toi-même éternelle victime… Trouver sur le sommet de tes grandeurs stériles, Un plus affreux désert que ceux où tu m'exiles ! Delavigne, Paria, V, 5.
  • 3 Terme d'obstétrique. Présentation du sommet, la présentation de la tête du fœtus, dans le commencement de l'accouchement.
  • 4Il se dit quelquefois pour extrémité. Elle coupa le sommet des ailes de l'Amour, Montesquieu, Céphis et l'Am.
  • 5 Terme de botanique. La partie supérieure d'une tige, d'une feuille, d'un pétale, etc.

    Sommet du fruit, le point d'où le style tire son origine, et qui ne correspond pas toujours au sommet géométrique.

    Sommet se disait autrefois pour anthère.

  • 6 Terme de zoologie. Sommet d'une coquille, le point par lequel elle commence à se développer

    Sommet des élytres, la partie qui avoisine l'anus.

  • 7 Terme de géométrie. Le sommet d'un angle, le point où se coupent les deux côtés.

    Angles opposés au sommet, angles dont les côtés sont dans le prolongement les uns des autres.

    Le sommet d'une courbe, le point où sa courbure, s'arrondissant symétriquement, en borne l'extension. Le sommet d'une parabole.

    Sommet d'un triangle, l'angle opposé à la base.

    Se dit de même de la pointe d'une pyramide.

SYNONYME

SOMMET, CIME. Sommet est plus général que cime. Sommet se dit de toute partie la plus élevée ; cime, des montagnes, des rochers, des grands arbres : la cime ou le sommet d'une montagne ; mais le sommet de la tête et non la cime.

HISTORIQUE

XIIe s. Lors se traistrent ensemble Abner e si cumpaignon, e esturent serréement, cume en eschiele [en escadron], el sumet de une hoge, Rois, p. 127.

XIVe s. Mais je te jur et te promet Qu'il estoit en si haut sommet D'honneur…, Machaut, p. 104. Et s'il y a femme qui gise [soit en couche], Soit tantost ton enseigne mise Sur le sommet de la maison, Machaut, p. 115.

XVe s. Et si avoit [le duc d'Orléans assassiné] deux grans plaies de taille en la teste, l'une au travers du front tellement que on lui veoit le servel, et l'autre derriere le sommet de la teste, Bibl. des ch. 6e série, t. I, p. 226.

XVIe s. Qui en sçait les devoirs [de l'amitié] et les exerce… il a attainct le sommet de la sagesse humaine et de nostre bonheur, Montaigne, IV, 151.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SOMMET, s. m. (Géom.) c’est en général le point le plus élevé d’un corps ou d’une figure, comme d’un triangle, d’une pyramide, &c. Le sommet d’un angle est le point où viennent se réunir les deux lignes qui forment cet angle. On dit que deux angles sont opposés au sommet, quand l’un est formé par le prolongement de côtés de l’autre. Le sommet d’une figure est le sommet & l’angle opposé à la base. Tel est le point M (Planc. géom. fig. 19.) opposé à la base K L. Voyez Base.

Sommet d’une courbe, est proprement l’extrémité de l’axe d’une courbe qui a deux parties égales & semblables également & semblablement situées par rapport à son axe. Ainsi, (fig. 26. sect. con.) A est le sommet de la courbe MAM.

Sommet en général est le point où une courbe est coupée par son axe ou son diametre. Ainsi une courbe a autant de sommets sur le même axe ou le même diametre, qu’il y a de points où elle est coupée par cet axe ou ce diametre. (O)

Sommet, (Botan.) les sommets terminent l’extrémité supérieure des étamines, & sont autant de capsules chargées d’une poussiere très-fine qu’elles répandent, lorsque la maturité les fait entre-ouvrir. Cette poussiere étant vue par le microscope, paroît composée de petits grains d’une figure uniforme dans chaque espece de plante. (D. J.)

Sommet, (Conchyl.) en latin apex, cacumen, vertex ; c’est la pointe ou l’extrémité du haut d’une coquille.

Sommet de la tête, en Anatomie, est la partie la plus haute & moyenne de la tête. Voyez Tête.

Sommet, (Archit.) c’est la pointe de tout corps, comme d’un triangle, d’une pyramide, d’un fronton, d’un pignon, &c.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « sommet »

Du latin summum (« point le plus haut ») et -et → voir somme.
(1100-1125) somet.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dimin. de l'anc. franç. som, qui signifiait le point le plus élevé, qui subsiste encore dans quelques noms de montagne, le grand Som, le petit Som, dans le Dauphiné auprès de la Grande Chartreuse, et qui vient du latin summus, le plus élevé. Le diminutif provençal est somelh. Summus est pour sup-mus, superlatif de super.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « sommet »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sommet sɔmɛ

Citations contenant le mot « sommet »

  • De la vallée, on voit de grandes choses. Du sommet du pic, on n'en voit que de petites. De Gilbert Keith Chesterton
  • Des travaux de réhabilitation sont en cours au sommet du Ventoux, "le panneau a été déplacé le temps du chantier", explique la gérante de restaurant. D'après elle, il était plus facilement accessible. France Bleu, Le mythique panneau au sommet du Ventoux une nouvelle fois dérobé
  • Qui ne vole au sommet tombe au plus bas degré. Nicolas Boileau dit Boileau-Despréaux, Satires
  • La lutte elle-même vers les sommets suffit à remplir un cœur d'homme. Il faut imaginer Sisyphe heureux. Albert Camus, Le Mythe de Sisyphe, Gallimard
  • La cerise est amère au sommet du cerisier. De Proverbe géorgien
  • La place d’une femme est au sommet. De Anonyme / Expédition sur l’Annapurna - 1980
  • Les seules conférences au sommet qui riment à quelque chose sont celles des alpinistes ! De Bernard Cusseta
  • La fortune des hommes est une roue et ne laisse pas toujours les mêmes au sommet. De Hérodote
  • Qui veut s'élever au sommet doit chercher la base en la caverne. De Isha Schwaller de Lubicz
  • La liane parvient au sommet d’un grand arbre en s’appuyant sur lui. De Proverbe tibétain
  • Il n’y a jamais un sommet d’où la vue ne soit pas belle. De Sylvain Tesson
  • Au sommet de la puissance, on ne voit plus rien du tout. De Louis Pauwels / Président Faust
  • A chaque sommet on est toujours au bord d'un précipice. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • Un sommet européen aux Pays-Bas, ça vous donne le niveau... De Laurent Ruquier / Le mois par moi
  • On ne peut désigner le sommet d'une pyramide sans localiser sa base. De Jacques Attali / Lignes d'horizon
  • Ma vie entière a été déterminée par deux idées antagoniques : le sommet et le fond. De Salvador Dali
  • La meilleure huile est au sommet, le meilleur vin au milieu et le meilleur miel est au fond. De Macrobe / Saturnales
  • De la plante des pieds jusqu'au sommet de notre tête, rien n'est sain en nous. De Saint Bernard / Oeuvres
  • À une dizaine de kilomètres de Calais, perché à plus de 134 m de haut, la falaise de craie du cap Blanc-Nez fait face à l’Angleterre. À son sommet, par temps clair, on peut y voir les falaises anglaises de Douvres. Peut-être même que l’autoradio de votre voiture vous proposera d’écouter les ondes britanniques ou que votre opérateur téléphonique vous souhaitera la bienvenue en Angleterre. Et si une visite du cap Blanc-Nez offre bien une bouffée d’air frais dépaysante, cette falaise fait bien partie d’un des joyaux de la Côte d’Opale. La Voix du Nord, Au sommet du cap Blanc-Nez, une balade synonyme de bouffée d’air frais
  • Pour arracher un tel accord, de nombreuses concessions ont dû être faites. D’abord aux Etats dits « frugaux » (Pays-Bas, Autriche, Danemark, Suède, auxquels s’est ajoutée la Finlande pendant le sommet). Ceux-ci contestaient aussi bien les sommes en jeu que la philosophie du dispositif, quitte à rouvrir les plaies creusées par la crise de l’euro, après le naufrage de la Grèce voici dix ans. Ce groupe de pays a obtenu une réduction du montant des subventions au profit des prêts remboursables, ainsi que le maintien de substantiels rabais sur leur contribution au budget de l’UE. Le Monde.fr, Sommet de Bruxelles : le signal sans ambiguïté des Vingt-Sept sur leur volonté de préserver l’Union
  • Pour la 26ème édition des Sommets de l'Espoir organisée par l'association Semons L'Espoir et le CHU de Besançon, huit malades franc-comtois atteints de cancer partent direction le sommet du Grand Paradis, à 4061 mètres d'altitude. Un voyage pour donner de l'espoir aux patients et à leur famille. France Bleu, Huit patients francs-comtois, atteints de cancer à l'assaut du sommet Le Grand Paradis
  • Mais qui a donc réinstallé une croix au sommet du Pic Carlit ? Ces derniers jours, les randonneurs qui se hissent jusqu'au point culminant des Pyrénées-Orientales découvrent une croix flambant neuve surplombant un paysage à couper le souffle. Lourde de plusieurs dizaines de kilos, elle a été montée à dos d'homme, visiblement de nuit, à 2.921 mètres d'altitude.  France Bleu, Une croix réapparaît mystérieusement au sommet du Pic Carlit, point culminant des Pyrénées-Orientales
  • En juillet 2018, l’imposante croix implantée par les militaires du  Centre National d'Entrainement Commando 1er Choc de Mont-Louis au sommet du pic Carlit était déboulonnée et disparaissait corps et biens. Elle avait déjà fait, à trois reprises, l’objet de détérioration.  Dans un souci d'apaisement, le CNEC avait décidé, en accord avec l’évêché et la Préfecture, de ne plus réinstaller de croix. Deux ans après, presque jour pour jour, une croix très semblable à celle qui avait été déboulonnée, est mystérieusement apparue sur le sommet culminant du département (2921 mètres). Le nouveau maire d’Angoustrine, Christian Pallares, a indiqué qu’aucune demande d’autorisation ne lui était parvenue. Le CNEC de son côté, n’assume pas la paternité de cette croix. Qui donc  alors ? lindependant.fr, Pyrénées-Orientales : une croix revient mystérieusement au sommet du Carlit - lindependant.fr
  • Pour rendre le futur encore plus attirant, une nouvelle technologie – internet – offrait des rêves de lucre vertigineux. Les « dot-com » révolutionnaient l’économie et notre mode de vie… en apparence en tout cas. Le Nasdaq, quant à lui, s’envolait à de nouveaux sommets quasiment tous les jours. La Chronique Agora, Le sommet de l’or est encore loin
  • Les expéditions commerciales ciblent toujours les mêmes sommets. Les 8.000 qui suscitent le plus d’intérêt, comme l’Everest ou le Manaslu. Ou les montagnes plus accessibles, dont l’ascension a tout de la randonnée. On les appelle même les « trekking peaks ». Parmi les plus fréquentés : l’Island Peak ou le Mera Peak au Népal. Pendant des décennies, seuls les alpinistes professionnels ou les amateurs de haut niveau imaginaient s’attaquer à des sommets ou des voies jamais ouvertes. Pendant que les « touristes » se « contentaient » des « trekking peaks » et des 8.000 « sécurisés » par les nombreux sherpas. Désormais, des agences d’expéditions proposent des montagnes non gravies dans leur catalogue. Gravir un sommet vierge deviendrait donc accessible ? Altitude News, Sommet vierge : grimper une montagne jamais gravie est possible !

Images d'illustration du mot « sommet »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « sommet »

Langue Traduction
Anglais mountain peak
Espagnol pico de la montaña
Italien picco di montagna
Allemand gipfel
Chinois 山峰
Arabe قمة الجبل
Portugais pico da montanha
Russe горная вершина
Japonais 山頂
Basque mendi tontorra
Corse cime di muntagna
Source : Google Translate API

Synonymes de « sommet »

Source : synonymes de sommet sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « sommet »

Partager