La langue française

Vallée

Définitions du mot « vallée »

Trésor de la Langue Française informatisé

VALLÉE, subst. fém.

A. −
1. GÉOGR., GÉOMORPHOL., [Dans les massifs montagneux] Dépression allongée, plus ou moins évasée, formée par un cours d'eau ou un glacier. Plus loin, à l'orient, au bas de la montagne que domine la Wartbourg, et entre cette montagne et l'ancienne Chartreuse consacrée à la sainte en 1394, on voit se déployer une vallée charmante arrosée par un paisible ruisseau qui coule au milieu de prairies pleines de roses et de lis (Montalembert, Ste Élisabeth, 1836, p. 111).Les routes se pressent, la contrée s'anime: c'est le commencement de la zone vivante où des vallées basses débouchent entre des coteaux exposés au soleil, en face des champs où tout vient à souhait (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 222).
SYNT. Vallée encaissée, étroite, large, longue, profonde, sinueuse; vallée rocheuse, herbeuse; vallée cultivée, fertile, sauvage; vallée en auge, en berceau, à fond plat, en V; vallée anticlinale, synclinale; vallée alluviale; fond, versant de la vallée; belle, ravissante vallée; petite vallée; descendre, entrer dans la vallée; la vallée s'étend, s'ouvre.
P. métaph. Dans les prairies du ciel, j'ai laissé courir mes pensées comme des brebis... Que ta main douce et puissante les ramène vers toi si elles s'égarent dans la vallée du doute, où demeure l'ombre de la mort (Green, Journal, 1942, p. 256).
En partic.
Vallée aveugle. ,,Vallée dont le drainage superficiel est interrompu vers l'aval par l'absorption des eaux dans le sous-sol, donc à sol plus sec à l'aval qu'une vallée normale`` (Plais.-Caill. 1958).
Vallée de faille. ,,Vallée longue et étroite, résultant de la subsidence entre des failles plus ou moins parallèles, ou bien de l'élévation d'une strate à côté de ces dernières`` (Métro 1975).
Vallée glaciaire. ,,Vallée occupée par un glacier ou vallée dont les formes résultent de l'action d'une langue glaciaire ou de l'écoulement concentré de la glace sous une calotte glaciaire`` (George 1984).
Vallée longitudinale. ,,Vallée qui sépare deux chaînes de montagnes parallèles`` (Lar. 19e-20e). Notre cercle pénètre ensuite en Sardaigne, près du cap Monte-Fava, traverse cette île parallèlement à la vallée longitudinale qui s'étend obliquement dans sa longueur et en sort par le cap Bellavista (Élie de Beaumont, Stratigraphie, 1869, p. 281).
Vallée sèche ou morte. Vallée qui n'est plus suivie aujourd'hui par un cours d'eau. Elle se montre ici avec ses futaies de hêtres, entre lesquelles se dessinent nettement quelques vallées sèches, mais propres à la culture (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 106).
Vallée suspendue. Vallée qui ,,débouche sur un abrupt ou une pente forte`` (Delp.-Dumé Stations forest. 1985).
Vallée transversale. Vallée ,,qui sépare deux parties d'une même chaîne de montagnes`` (Lar. 19e-20e). Synon. cluse.Mais partout ailleurs, sous les vignes courant en feston entre les arbres fruitiers, se succèdent de petits carrés de luzerne, blé, chanvre, maïs: une merveille de petite culture. La vallée transversale a attiré ainsi la population jusqu'au cœur des Alpes (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 259).
OCÉANOGR. Vallée médiane. ,,Dépression longitudinale occupant la partie axiale d'une dorsale océanique lente`` (GDEL). La vallée médiane (...) est formée d'une suite de bassins plus creusés et décalés à l'intersection avec les zones de fracture (GDEL).
RELIG. Vallée de Josaphat. Lieu où, selon la Bible, les morts ressusciteront. C'est la vallée de Josaphat! vallée célèbre dans les traditions de trois religions, où les Juifs, les chrétiens et les mahométans s'accordent à placer la scène terrible du jugement suprême! (Lamart., Voy. Orient, t. 1, 1835, p. 434).Le malheur est que je n'aime plus les berlingots. Mais je sens bien qu'il y en aura, pour moi, toujours, même dans la vallée de Josaphat (Duhamel, Nuit St-Jean, 1935, p. 63).
Au fig. Vallée de larmes. V. larme II C 1.
FR.-MAÇONN. ,,Dans les grades capitulaires du rite écossais ancien et accepté, ville où siège un chapitre`` (Faucher 1981). Vallée de Rennes (Faucher1981).
2. P. anal. Dépression allongée. [Le jeune seigneur] ne fut pas médiocrement étonné de voir toute grande ouverte la porte d'un corridor par lequel on entrait dans plusieurs chambres, et au bout duquel se trouvait une fenêtre donnant sur l'espèce de vallée formée par les toits de l'hôtel de Poitiers et de la Malemaison qui se réunissaient là (Balzac, MeCornélius, 1831, p. 234).
P. métaph. Au haut de l'avenue Pierre Ier, les Champs-Élysées, là-bas, étaient une vallée de lumières (Montherl., J. filles, 1936, p. 978).Entre eux [les seins d'Elzelina], dans la douce vallée qu'ils dessinent, coulera l'œil des cavaliers jusqu'aux délices d'une intimité offerte et défendue (Arnoux, Roi, 1956, p. 163).
B. −
1. Les régions les moins hautes des massifs montagneux. Ramener les troupeaux dans la vallée. À la vallée, ils ont leurs idées, qui ne sont pas toujours les nôtres, parce qu'ils vivent près d'un chemin de fer (Ramuz, Gde peur, 1926, p. 9).Antonio il y a les gens des vallées et puis ceux des montagnes. Il faut leur dire qu'on n'est plus esclaves maintenant. Là-haut, dans les pâturages, on ne sait pas, on ne sait jamais (Camus, Révolte Asturies, 1936, ii, 2, p. 414).
2. Région située sur les bords d'un fleuve, bassin d'un cours d'eau. Vallée du Pô, du Rhin, de la Seine, du Nil. Ces lacs sont à peine comblés par des sédiments argileux et calcaires que la période miocène s'ouvre par une nouvelle invasion marine, non plus cette fois dans le bassin de Paris, désormais définitivement émergé, mais dans les vallées de la Loire, de la Gironde et du Rhône (Boule, Conf. géol., 1907, p. 168).
Vallée d'Auge. Le pays d'Auge. Elles se dessinent avec netteté, chacune avec son aspect propre, dans la topographie, et s'appellent le Pays de Cau, la Vallée d'Auge, la Campagne de Caen, le Bessin (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 171).
Vx. Vallée (de misère). À Paris, lieu près du Pont-Neuf où l'on vendait la volaille et le gibier. Des camions arrivaient au trot, encombrant le marché de la vallée de cageots pleins de volailles vivantes (Zola, Ventre Paris, 1873, p. 631).
C. − P. anal.
1. MÉDECINE
a) Vallées ciliaires. ,,Sillons disposés radiairement qui séparent les uns des autres les procès ciliaires`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
b) Vallée sylvienne. ,,Partie inférieure de la scissure latérale, située dans sa totalité à la face inférieure de l'hémisphère cérébral`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
2. MINES ET CARR. ,,Descenderie de mine organisée avec un double treuil, de manière à remonter les wagons pleins et à descendre les wagons vides sur la pente que suit la couche exploitée`` (Lar. 19e). Le remorquage en rampe de la matière utile abattue n'est qu'une exception. Il constitue l'exploitation en vallée (Haton de La Goupillière, Exploitation mines, 1905, p. 793).
Prononc. et Orth.: [vale]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 judéo-fr. valede « espace entre deux montagnes ou de part et d'autre d'un cours d'eau » (Gl. de Raschi, éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1043); id. valee (Roland, éd. J. Bédier, 1449); spéc. a) termes bibliques α) 1remoit. xiies. la valedes de lermes [lacrimarum vallis; les aridités de la vallée de la Baca] qui deviendra le symbole de la vie terrestre (Psautier d'Oxford, éd. Fr. Michel, LXXXIII, 7), v. aussi Trénel, p. 451; rare jusqu'à Ac. 1718; β) xiiies. valee Iosaphat désigne la vallée du Jugement [vallis Iosaphat, Joël, IV, 12] (Bilb. Mazarine ms. 35, fol. 204 ds Trénel, p. 596), rare av. le xviies., Littré; b) géogr. 1796 vallée longitudinale, vallée transversale (Saussure, Voy. Alpes, t. VIII, p. 278 ds Littré); 1908 vallée glaciaire (W. Kilian, Sur les « vallées glaciaires », in A.F.A.S. (Clermont), ap. La Montagne, no7, juill., p. 448 ds Quem. DDL t. 22); 2. av. 1541 « bassin d'un cours d'eau » (Cl. Marot, trad. Psaumes de David, CIV, 37 ds Œuvres, éd. C. A. Meyer, t. 6, p. 438: Tu feiz descendre aux vallées les eaulx); 1721 (Trév.: La Valee d'Egypte qui s'étend le long du Nil [...] La valee dans laquelle le Jourdain coule); 3. av. 1794 (dans une région montagneuse) désigne les régions basses p. oppos. à la haute et moyenne montagne (A. Chénier, Bucoliques, p. 4: ma...: Muse. Descendons dans la vallée); 4. 1835 « descente de mine » (Baudrimont, Dict. de l'industr. manufacturière, t. 4, p. 663 d'apr. FEW t. 14, p. 137 a). Dér. de val*; suff. -ée* ayant peut-être à l'orig. une valeur augm. (Roland, 710: par ces greignurs valees); cf. lat. médiév. valleta (804 Hérault « Lavalette », topon. ds Dauzat-Rost. 1978, s.v. Laval; xies. Isère « La Valette », topon. ibid., s.v. val). Fréq. abs. littér.: 3 735. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 8 581, b) 4 604; xxes.: a) 3 809, b) 3 803. Bbg. Quem. DDL t. 27 (s.v. vallée-crevasse; vallée transversale), 36 (s.v. ski de vallée).

Wiktionnaire

Nom commun

vallée \va.le\ féminin

  1. Espace resserré entre deux ou plusieurs montagnes.
    • […]; et il s’engagea dans une sente qui, par la vallée, mène au bois de Pied-Fontaine. — (Octave Mirbeau, Rabalan,)
    • Le plateau sur lequel est assise la cité de Carcassonne commande la vallée de l’Aude, qui coule au pied de ce plateau, […]. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Nous reçûmes l’ordre de côtoyer en le remontant le ruisseau de la Tourbe, qui arrose la plus triste vallée du monde, entre des collines basses, sans arbres et sans buissons. — (Goethe, Campagne de France, 1822 ; traduction française de Jacques Porchat, Paris : Hachette, 1889, p.52)
    • La grande forêt des Ardennes est une des plus chargée de mystères. Dans sa partie orientale, elle couvre un plateau accidenté coupé de vallées et de ravins profonds. — (Georges Blond, L'Agonie de l'Allemagne 1944-1945, Fayard, 1952, p.130)
    • Une deuxième bande moins importante et discontinue commence un peu à l’W. de Fontaine-les-Luxeuil pour se terminer à la vallée de la Saône, vers Ormoy. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 13)
  2. Bassin d’un cours d’eau.
    • Les plus belles prairies naturelles du département sont celles de la vallée de l’Aisne ; elles se distinguent par leur magnifique verdure […]. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 100)
    • C’est ainsi que, dans l’Antiquité, les riches vallées du Nil et de l’Euphrate (Mésopotamie) furent toujours convoitées par des hordes conquérantes. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.163)
    • Si par malheur les crues de l’Ourthe coïncidaient avec celles de la Meuse, des inondations catastrophiques affectaient toute la vallée en aval de Liège. — (Jean Louis Kupper, Liège et l'église impériale: XIe-XIIe siècles, Librairie Droz, 1981, p.81)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

VALLÉE. n. f.
Espace resserré entre deux ou plusieurs montagnes. Descendre dans la vallée. Un torrent qui tombe dans une vallée. Une vallée fertile. En termes de l'Écriture, La vallée de Josaphat, Lieu où les morts ressusciteront. En termes de Dévotion, Vallée de larmes, Séjour d'ici-bas, la vie terrestre et ses souffrances, par opposition au Ciel, au bonheur de la vie future.

VALLÉE se dit aussi du Bassin d'un cours d'eau. L'Égypte est la vallée du Nil. La vallée de la Loire est très fertile.

Littré (1872-1877)

VALLÉE (va-lée) s. f.
  • 1Espace entre deux ou plusieurs montagnes. Ces humbles vallées qui ramassent les eaux célestes et en deviennent fécondes, Bossuet, Vêtures, pour la profess. d'une demoiselle, Préambule. On peut considérer une grande vallée comme un tronc qui jette des branches par d'autres vallées, lesquelles jettent des rameaux par d'autres petits vallons qui s'étendent et remontent jusqu'au sommet, Buffon, 4e ép. nat. Œuv. t. XII, p. 218. En montant au Montanvert on a toujours sous ses pieds la vue de la vallée de Chamouni, de l'Arve qui l'arrose dans toute sa longueur…, Saussure, Voy. Alpes, t. II, p. 394. On verra sur les cartes que même les plus grandes vallées ont presque toutes des étranglements qui forment des écluses, des fourches, des défilés, Saussure, ib. t. IV, p. 55. Observer la direction des vallées : on nomme longitudinales celles qui sont parallèles à la chaîne des montagnes où elles sont situées, transversales celles qui la coupent à angles droits, et obliques celles qui suivent une direction intermédiaire, Saussure, ib. t. VIII, p. 278.

    À la vallée, en descendant. Ils ressemblent à ceux qui courent à la vallée : leur pesanteur les emporte, et les fait aller plus loin qu'ils n'ont résolu, Malherbe, Épît. de Senèque, X.

    Vallée attire le boulet, dicton des anciens artilleurs, qui prétendaient avoir remarqué que les portées sont moins grandes quand les bouches à feu tirent au-dessus d'un vallon ou d'un ravin que quand elles tirent sur un sol à peu près horizontal.

    Fig. En termes de dévotion, la vallée de larmes, la vallée de misère, la vie présente par opposition au bonheur de la vie future. Elle [Mme de Maintenon] ne comprenait pas, disait-elle alors, qu'on pût appeler cette vie une vallée de larmes, Mme de Caylus, Souvenirs, p. 17, dans POUGENS. Ce qui fait et fera toujours de ce monde une vallée de larmes, c'est l'insatiable cupidité et l'indomptable orgueil des hommes, Voltaire, Lett. J. J. Rousseau, 30 août 1755.

    Vallée de Josaphat, lieu où les morts ressusciteront, selon l'Écriture. Parce que, ne faisant point ce qu'on ne fait pas, on croit cependant qu'on l'aurait pu faire ; ainsi la dispute durera jusqu'à la vallée où nous verrons tout, Sévigné, 12 oct. 1677. Je me moque d'eux tous, et peux, si cela m'amuse, plaider contre eux jusqu'à la vallée de Josaphat, Mirabeau, Lett. orig. t. III, p. 68.

    Nous ne nous reverrons qu'à la vallée de Josaphat, se dit à propos d'une séparation qu'on croit éternelle.

  • 2 Terme de géologie. Vallées d'érosion, longs sillons flexueux creusés dans le sol géologique par les cours d'eau.

    Vallées sèches, vallées d'érosion dont le fond n'est plus occupé par un cours d'eau. Cette plaine forme ce que l'on nomme la vallée de Montmorency, espèce de grande vallée sans col, sans rivière dans son milieu, enfin très différente des vraies vallées des pays de montagnes, Cuvier Et Brongniart, Instit. Mém. scienc. 1810, 1re sem. p. 87.

  • 3Nom donné à des pays fort vastes. L'Égypte est la vallée du Nil.

    La vallée d'Auge, contrée de Normandie.

  • 4À Paris, la Vallée, lieu près du Pont-Neuf où l'on vendait de la volaille et du gibier. La Vallée a été démolie en 1870.
  • 5La vallée d'Angoulême, terme populaire, le gosier et par suite l'appétit. D'abord buvons, ça nous ouvrira la vallée d'Angoulême, Guillemain, l'Enrôlement supposé, sc. 9 (1797) Ce dicton est fondé sur la ressemblance de ces mots avec avaler et engouler.
  • 6Poire de Vallée, sorte de poire.

SYNONYME

VALLÉE, VALLON. Vallée signifie un espace plus étendu ; vallon en marque un plus resserré.

HISTORIQUE

XIe s. Paien chevalchent par ces graignurs [plus grandes] valées, Ch. de Rol. LIV.

XIIe s. Je departirai Sicimant, e la valede des tabernacles mesurerai, Liber psalm. p. 77. Les valedes abunderunt de frument, ib. p. 83.

XVe s. Pauvre clergeon en parlement Qui ne tient ne mont ne vallée, Villon, Petit testam. Haultesse n'est point sans baisseur, comme on scet dire ; montaigne n'est point sans vallée, Intern. consol. I, 10.

XVIe s. Tu fis descendre aux vallées les eaux, Marot, IV, 312. Que aucuns ne tendent harnas à vallées [le long] de prairies ne de marets, Coust. gén. t. I, p. 813. Après grande vallée rude montée, Cotgrave

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

VALLÉE. Ajoutez :
7 Terme d'exploitation houillère. Galerie qui descend dans la couche de houille suivant la direction de son pendage, et qui aboutit à une coistresse.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

VALLÉE, (Géogr. mod.) petite ville d’Italie, dans l’Istrie, à 7 milles de la mer, & à 14 au nord de Pola ; elle est ceinte de murailles, & soumise aux Vénitiens.

Vallée, Vallon, (Synonyme.) vallée semble signifier une espace plus étendu ; vallon semble en marquer un plus resserré.

Les poëtes ont rendu le mot de vallon plus usité ; parce qu’ils ont ajouté à la force de ce mot une idée de quelque chose d’agréable ou de champêtre, tandis que celui de vallée n’a retenu que l’idée d’un lieu bas, & situé entre d’autres lieux plus élevés.

On dit la vallée de Josaphat, où le vulgaire pense que se doit faire le jugement universel ; & l’on dit souvent en poésie le sacré vallon, où la fable établit une demeure des muses. A entendre nos aimables décider d’un ton léger du mérite des poëtes anciens & modernes,

On diroit qu’ils ont seuls l’oreille d’Apollon,
Qu’ils disposent de tout dans le sacre vallon.

(D. J.)

Vallée, (Géog. sacrée.) il est parlé dans l’Ecriture de plusieurs vallées de la Judée ; nous n’en citerons ici que quelques-unes, dont les noms se lisent le plus souvent : telles sont la vallée des artisans, sur les confins des tribus de Juda & de Benjamin ; la vallée des bois, dans laquelle étoient bâties Sodome & Gomorrhe ; la vallée de Save ou Royale, ainsi dite parce que Melchisédech y rencontra Abraham ; la vallée de bénédiction, près de Jérusalem, ainsi nommée, parce que les Juifs y remercierent Dieu de la victoire qu’il avoit accordée à Josaphat, II. Paral. xx. 26. la vallée de Gad, située au-delà du Jourdain, le long de l’Arnon, II. rois, xxiv. 5. la vallée de vision, signifie Jérusalem dans le style prophétique, & par antiphrase, parce qu’elle est située sur une montagne ; la vallée grasse, étoit aux environs de Samarie qui la dominoit ; sa fertilité lui fit donner ce nom ; la vallée des passans marque le grand chemin qui étoit au pié du mont-Carmel, pour aller du levant vers la mer. Ezech. xxxix. 11. la vallée des montagnes, désigne les vallées qui étoient autour de Jérusalem, où les habitans de cette ville se sauverent, lorsqu’elle fut assiégée par les Romains ; la vallée du carnage fut ainsi nommée, parce que Josaphat y défit un grand nombre d’ennemis ; c’est la même que la vallée de Josaphat ou du jugement, dont parle Joël, iij. 14. (D. J.)

Vallée, (Géog. mod.) mot françois qui signifie la descente d’une montagne rude, escarpée, roide ; il signifie aussi un espace de terre ou de pays, situé au pié de quelque montagne ou côte. On disoit autrefois val ; mais il n’est plus en usage que dans les noms propres : le val de Galice, le val des Choux, le val Suzon. L’un & l’autre mot est formé du latin vallis, dont les Italiens ont fait leur mot val ou valle, & les Espagnols leur mot valle.

On entend ordinairement par une vallée une espece de plaine, le plus souvent traversée par une riviere, bornée à ses côtés par des collines ou des montagnes, & qui a une longueur plus ou moins grande, sans largeur considérable. Il y a des pays fort vastes nommés vallées, comme dans la Sicile, qui est divisée en trois vallées, valle di Mazzara, valle di Demona, & valle di Noto. Comme, selon le proverbe, il n’y a point de montagnes sans vallées, le mot de vallée est commun dans les montagnes, par exemple, dans la Suisse, chez les Grisons, dans une partie de la Lombardie & dans les Pyrénées. (D. J.)

Vallée de vision, la, (Critique sacrée.) la vallée de vision dans le style figuré, signifie Jérusalem. Elle est nommée vallée par antiphrase, parce qu’elle est située sur une montagne ; & on lui donne le surnom de vision, parce qu’elle est le sujet de la prophétie d’Isaïe, ou parce que le temple de Jérusalem fut bâti sur le mont Moria, qui est la montagne de vision.

Vallée de Cluyd, (Géog. mod.) vallée d’Angleterre, dans le comté de Denbig. Elle s’etend du sud-est au nord-ouest jusqu’à l’Océan, de la longueur de 17 milles, sur 5 de largeur. Elle est de toutes parts environnée de hautes montagnes, excepté le long des côtés, où elle est toute ouverte. La riviere de la Cluyd la traverse par le milieu, depuis sa source jusqu’à son embouchure.

Vallées, pays des quatre, (Géog. mod.) pays de France, dans la Gascogne, sur la gauche de la Garonne, partie dans le diocèse d’Auch, & partie dans celui de Comminge. Il renferme les vallées de la Barthe ou Nestes, Aure, Magnoac & Barousse. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « vallée »

Dérivé de val avec le suffixe -ée.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Val ; bourguig. vaulée ; provenç. vallada, valeya ; ital. vallata.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « vallée »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
vallée vale

Citations contenant le mot « vallée »

  • J'habite la montagne et j'aime à la vallée. Charles Victor Prévost, vicomte d'Arlincourt, Le Siège de Paris
  • Nulle montagne sans vallée. De Proverbe français
  • Plus la montagne est haute, Plus la vallée est profonde. De Proverbe alsacien
  • C'est au plus étroit du défilé que la vallée commence. De Proverbe persan
  • Le loup dit qu’il y a de la viande dans la vallée où il n’est pas entré. De Proverbe oubykh
  • Le monde est une vallée de pleurs, mais somme toute, bien irriguée. De Paul Morand / Fermé la nuit
  • De la vallée, on voit de grandes choses. Du sommet du pic, on n'en voit que de petites. De Gilbert Keith Chesterton
  • Tout en haut de la grande montée... Y'a une autre vallée. Tout au bout, tout au bout de la vie Y'a encore de la vie. De Jean-Louis Aubert / Tout au bout du rouleau
  • Regarder un film de Kubrick, c'est comme regarder le sommet d'une montagne depuis la vallée. On se demande comment quelqu'un a pu monter aussi haut De Martin Scorsese
  • D’abord, peut-on aimer à vingt ans ? Bien sûr qu’on peut aimer, mais à condition d’avoir lu La Princesse de Clèves, La Chartreuse de Parme, Le Lys dans la vallée ou Anna Karenine, d’avoir été formé, éduqué, habitué ou conditionné à l’amour. De Frédéric Vitoux / Les désengagés
  • Une plainte avec constitution de partie civile déposée par une cinquantaine d'habitants de la vallée de l'Arve va être instruite. L'enquête va être ouverte pour "mise en danger de la vie d'autrui", en lien avec les problèmes de pollution récurrents dans cette vallée de Haute-Savoie. France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, Pollution dans la vallée de l'Arve : une plainte pour "mise en danger de la vie d'autrui" jugée recevable
  • Le nombre d’entreprises souhaitant avoir leurs places dans la Vallée de l’informatique, située à Kocaeli, a accru de 50% depuis décembre où la voiture turque TOGG, y a été présentée. Les activités de TOGG dans cette vallée n’omt également pas échappé à l'attention des grands constructeurs de voiture. , Turquie : la voiture turque (TOGG) a accru l’intérêt à la Vallée de l’informatique | TRT Français
  • Nous accompagnons aussi des projets de services comme celui de la captation de chaleur fatale, c'est à dire de récupération. Les process de fabrication des grands industriels de la vallée engendrent la production vapeur qui n'est pas toujours utilisée. Cette vapeur sera ensuite réinjectée dans nos réseaux de chauffage urbain. C'est aussi un enjeu que de reconnecter la plateforme industrielle au territoire habité pour renforcer l'acceptabilité de ces industriels auprès de la population. Le Tout Lyon, Julien Lahaie : « La Vallée de la chimie s'inscrit dans une logique décarbonée »
  • Dimanche après-midi, à Trémel pas moins de 80 marcheurs ont participé à la randonnée du Circuit des chapelles, « de Saint-Maurice à Saint-Nicolas », au cœur de la vallée du Yar. L’Association de sauvegarde et de mise en valeur de l’église de Trémel s’est mobilisée pour cette randonnée contée et chantée durant laquelle Pol Kerrien et Pascal Dubois ont donné de la voix et fait chanter tout le monde. Sabrina Maurisson a expliqué les essences des arbres. La chapelle Saint-Maurice a été présentée par Cécile Auriac, maire de Trémel ; la chapelle Saint-Nicolas, à Plufur, par Jean-Jacques Le Corre, premier adjoint. Le Telegramme, La randonnée au cœur de la vallée du Yar plébiscitée - Trémel - Le Télégramme

Traductions du mot « vallée »

Langue Traduction
Anglais valley
Espagnol valle
Italien valle
Allemand senke
Chinois
Arabe الوادي
Portugais vale
Russe долина
Japonais
Basque bailara
Corse vaddi
Source : Google Translate API

Synonymes de « vallée »

Source : synonymes de vallée sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « vallée »

Vallée

Retour au sommaire ➦

Partager