La langue française

Cime

Sommaire

  • Définitions du mot cime
  • Étymologie de « cime »
  • Phonétique de « cime »
  • Évolution historique de l’usage du mot « cime »
  • Citations contenant le mot « cime »
  • Images d'illustration du mot « cime »
  • Traductions du mot « cime »
  • Synonymes de « cime »
  • Antonymes de « cime »

Définitions du mot cime

Trésor de la Langue Française informatisé

CIME, subst. fém.

A.− Extrémité supérieure d'un objet généralement élevé et terminé en pointe. La cime des monts, des montagnes, des arbres; les hautes cimes. Jusqu'aux cimes acérées où semblaient s'érafler les nuages (Genevoix, Raboliot,1925, p. 261).La cime des pins venant frissonner à la hauteur des terrasses (Barrès, Mes cahiers,t. 3, 1902-04, p. 295):
1. La brise cessa; à la plus haute cime des trembles, il n'y avait pas une feuille qui ne fût immobile. G. Sand, Lélia,1838, p. 498.
2. Le jour de la vengeance du Matterhorn, de sa libération dernière, avait sonné. En quelques minutes, flèche de cathédrale emportée derrière eux par le ciel, la cime disparut dans les nuages de la tourmente. Peyré, Matterhorn,1939, p. 278.
SYNT. a) [En gén.] La cime altière, haute, majestueuse; le haut de la cime; la cime s'élève, émerge; de la base, des pieds à la cime; au-dessus, par-dessus les cimes; la cime d'un clocher, d'un toit, d'une tour. b) [En parlant d'une montagne] La cime escarpée, éternelle, inaccessible; l'air, le vent, la lumière des cimes; gravir, escalader une cime. c) [En parlant d'un arbre] La cime d'un cyprès, d'un if, d'un sapin; la cime se balance.
P. méton. La cime du bois, les cimes de la forêt. Le discret murmure du vent sur les cimes de l'avenue (R. Martin du Gard, Les Thibault,L'Été 1914, 1936, p. 630).
P. métaph.
1. [P. réf. à une cosmogonie antique et pré-copernicienne] À la cime de la nue noire persistaient les feux éphémères (G. Kahn, Le Conte de l'or et du silence,1898, p. 85).
P. méton., souvent au plur. Dieu, les divinités. Toi [la cathédrale de Reims] dont la renommée est le chant le plus long Que le sol ait voué aux cimes! (A. de Noailles, Les Forces éternelles,1920, p. 22).
P. ext. La cime du soir, de la nuit. Une, dix, cent étoiles renaissent, une par une, à la cime de la nuit (Bernanos, Sous le soleil de Satan,1926, p. 234).
2. Les cimes des vagues, des flots, de la mer. Ces cimes bleues de la mer qui n'ont de nom sur aucune carte géographique (Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs,1918, p. 673).
3. [Au sens propre et au sens fig. (cf. B), comme le siège de la pensée et de l'intelligence] . La cime adorable de sa tête (Valéry, Eupalinos ou l'Architecte,1923, p. 22).
Poét. [Pour évoquer le Parnasse, montagne sacrée dédiée à Apollon et aux Muses, divinités de la Poésie] La double cime, le mont, le Parnasse à double cime :
3. C'était un régal minime Que Juliette ou Monime! Descends de ta double cime, Et, sous quelque pseudonyme, Fabrique une pantomime; ... Banville, Odes funambulesques,1859, p. 253.
B.− Au fig.
1. Le degré le plus élevé, le paroxysme, l'apogée.
Rem. Cime fonctionne comme un superlatif relatif puisqu'il exprime le degré le plus élevé qu'a la qualité de la substance à laquelle il s'applique. Le sublime est la cime du grand (J. Joubert, Pensées, t. 2, 1824, p. 94). La cime ardente de la canicule (Bernanos, La Joie, 1929, p. 552). Cet îlot riant d'inconscience balancé à la cime d'une catastrophe (Gracq, Un Beau ténébreux, 1945, p. 23).
Employé notamment
a) dans le domaine hist.La cime du Moyen Âge (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 1, 1840, p. 254).Je poursuis ma victoire. M'y voici! J'ai gravi la cime de l'histoire (Quinet, Napoléon,1836, p. 214).
b) dans le domaine soc. :
4. Quel festin, quand on va pouvoir rassasier son ambition! Et l'on y est presque, et l'on s'écorche avec bonheur! Puis, c'est fait, la cime est conquise, il s'agit de la garder. Zola, L'Œuvre,1886, p. 197.
SYNT. (dont l'orig. métaphorique n'est plus toujours perçue). Voler, courir vers les cimes, de cime en cime, atteindre la (les) cime(s). Suivez de votre jeune aile aventureuse le grand vol vers les cimes (Clemenceau, Vers la réparation, 1899, p. 514).
c) dans le domaine intellectuel.La cime de l'esprit (Maeterlinck, Le Trésor des humbles,1896, p. 114).La cime de la création (Bernanos, Journal d'un curé de campagne,1936, p. 1193).Les cimes de la pensée (R. Rolland, Jean-Christophe,Dans la maison, 1909, p. 959).Laissez-moi vivre à la cime de moi-même (Montherlant, Le Démon du bien,1937, p. 1342).
Spéc., dans le domaine artistique.Celui qui parvient aux cimes de la peinture (É. Faure, L'Esprit des formes,1927, p. 213).L'op. 132 [quatuor de Beethoven] (...) est une des quelques cimes de l'art du quatuor et de la musique tout entière (J. de Marliave, Les Quatuors de Beethoven,1925, p. 354).Mais à la cime de sa poésie [Ronsard] il y a deux sentiments très nobles, très purs, très intenses (Thibaudet, Réflexions sur la litt.,1936, p. 20):
5. Au grand silence qui règne autour de tous les derniers vers que je vous ai cités [de la comtesse de Noailles], à la pureté du souffle qui passe sur eux et exalte vos forces, à l'immensité des horizons environnants et dominés, vous sentez que vous vous trouvez sur une cime. Proust, Chroniques,1922, p. 192.
d) dans le domaine moral et relig.La cime de l'âme (Bremond, Hist. littér. du sentiment relig. en France, t. 4, 1920, p. 571).La cime du sacerdoce (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 1, 1840, p. 452).Deux âmes s'élèvent sans effort jusqu'à la dernière cime de l'amour, s'étreignent subtilement en Dieu (R. Martin du Gard, Jean Barois,1913, p. 228).
Rem. Employé au plur., cime peut évoquer l'idée de transcendance; sa valeur superlative en est alors renforcée et il signifie en gén. « les hauteurs, les limites ». Cette entrevue qui dépassa les cimes du cocasse (Bloy, Journal, 1901, p. 65).
2. P. méton. [En parlant de qqn ayant atteint l'apogée dans une discipline, dans un domaine particulier (cf. 1 a, b, c, d)] Je parle de la masse, non des cimes (Benad, La Trahison des clercs,1927, p. 14):
6. Je me disais que Bach est cette cime qui échappe à être une fuite, cette altière reconstruction des mondes dont la crypte se trouve au plus profond, au plus central de notre âme même. Du Bos, Journal,1924, p. 40.
Prononc. et Orth. : [sim]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Dernier quart xiies. cyme « partie la plus élevée d'un objet (ici d'un arbre) » (Myst. Adam, éd. P. Aebischer, 1120) d'où l'emploi fig. fin xiies. cime « le plus haut degré de qqc. » (Robert le diable, éd. E. Loseth, 605); 1559 cyme de dignité (Amyot, Caton ds Littré). Du lat. class. cȳma « tendron de légume », attesté en lat. médiév. au sens de « pointe d'arbre » et « sommet de colline » d'apr. Nierm.; empr. au gr. κ υ ̃ μ α « tendron de chou » proprement « chose enflée ». Fréq. abs. littér. : 1 831. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 553, b) 2 532; xxes. : a) 2 254, b) 2 042.
DÉR.
Cimeau, subst. masc.Arbre mort; grosse branche dépouillée de ses feuilles, sur laquelle viennent percher des oiseaux, qui peuvent être tirés par les chasseurs à l'affût. Autour du poste, sont plantés des arbres morts, des cimeaux, comme on les nomme (Zola, Contes à Ninon,1864, p. 153). Seule transcr. ds Littré : si-mô 1reattest. av. 1223 cimeus a. norm. « branches détachées d'un arbre » (Enq. de Ph. Aug., Cart. norm., no200 ds Gdf.) − 1481 cymeaulx; d'où 1866 cynégétique cimeau (Lar. 19e); de cime, suff. -eau*.
BBG. − Lammens 1890, p. 28. − Popinceanu (I.). Elemente nichtlateinischen Ursprungs im französischen und rumänischen Wortschatz. In : [Mél. Gamillscheg (E.)]. München, 1968, p. 423.

Wiktionnaire

Nom commun

cime \sim\ féminin

  1. Partie la plus haute d’une montagne, d’un rocher, d’un arbre, etc.
    • La cime de ces montagnes a-t-elle été de tout temps couverte de neige comme elle l’est en ce moment? — (Alexandre Dumas, Impressions de voyage, La Revue des Deux Mondes, t. 1, 1833)
    • La frontière est passée, c’est l’Apennin qui commence. Un soleil gai luit sur les arêtes vives des cimes ; la poitrine aspire un air sain. — (Hippolyte Taine, Voyage en Italie, vol. 2, 1866)
    • Le paysage était d'une indicible grandeur. De tous côtés surgissaient des montagnes plongeant à pic dans la mer, tandis que leurs cimes neigeuses se perdaient dans les nuages; […]. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, p.31)
    • Bien qu’il connût la route, il s’avançait avec précaution, dans cette avenue que bordaient d’énormes arbres dont les cimes se perdaient dans l’ombre. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)

Forme de verbe

cime \sim\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de cimer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de cimer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de cimer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de cimer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de cimer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CIME. n. f.
La partie la plus haute d'une montagne, d'un rocher, d'un arbre, etc. La cime de la montagne était couverte de neige. La cime d'un roc. Les écureuils montent jusqu'à la cime des plus grands arbres. La cime d'un clocher. Poétiq., Le mont à double cime, ou simplement La double cime, Le Parnasse.

Littré (1872-1877)

CIME (si-m') s. f.
  • 1Le haut pointu d'un arbre, d'une montagne, d'un clocher. Du Taurus escarpé nous franchissons la cime, Voltaire, Scythes, I, 3. Semblable à ces hautes montagnes dont la cime, au-dessus des nues et des tempêtes, trouve la sérénité dans sa hauteur et ne perd aucun rayon de la lumière qui l'environne, Bossuet, Louis de Bourbon. Elle-même aux cerfs pourchassés Prépare de profonds asiles Sur la cime des monts glacés Contre les chiens les plus agiles, Gombault, dans RICHELET . Ainsi d'un champ d'épis se recourbe la cime Sous l'haleine du vent qui les touche et s'enfuit, Masson, Helvétiens, VI.

    Poétiquement. Le mont à double cime, la double cime, c'est-à-dire le Parnasse. Les nymphes de la double cime, les Muses.

  • 2 Fig. On ne pourrait faire sentir que par une trop grande discussion la difficulté et le prix de ces sortes d'ouvrages, que n'estiment peut-être pas assez ceux qui ne se plaisent que sur la cime la plus élevée de la théorie, Fontenelle, Sauveur.
  • 3 Terme de botanique. Cime, voy. CYME.

HISTORIQUE

XIIe s. Li arbre qui cheü seront Se dresseront tuit contre mont ; à mont torneront lor racines ; Contre terre seront les cymes, Adam, mystère, p. 76.

XIIIe s. Lors [il] lui conte de la racine Dusqu'en la cyme ses meffais, Roman de Robert le diable.

XVe s. Iceulx supplians se prindrent à copper des cymeaulx du dit arbre, Du Cange, cimeyae.

XVIe s. Là s'eslevoit la cyme forestiere D'Ide [le mont Ida]…, Ronsard, 603. L'office de censeur, qui estoit à Rome la cyme de dignité où pouvoit atteindre un citoyen romain, Amyot, Caton.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CIME, s. f. se dit de la partie la plus élevée des grands arbres.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « cime »

(Date à préciser) Du latin cyma (« pousse, tendron du choux ») → voir cumulus et culmus (« tige ») en latin, du grec κῦμα, kuma, « ce qui est gonflé ». (fin XIIe siècle) cyme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. cim, sim, cima ; catal. cim ; espagn. et ital. cima ; portug. cimo ; du latin cyma et cuma, tendron, cœur de chou, qui dans les langues romanes, a pris le sens d'extrémité de la tige, et de là, celui de tout sommet ; du grec ϰῦμα, jeune pousse, de ϰύω, être gonflé par ce qui est engendré, par le bourgeon, par l'embryon.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « cime »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cime sim

Évolution historique de l’usage du mot « cime »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cime »

  • Si quelqu’un dans un jardin bien arrosé brise la violette, le pavot Et le lys hérissé de langues jaunes, Les fleurs fanées laissent soudain tomber leur tête flétrie, Ne se tiennent plus et regardent, de leur cime, la terre. De Ovide / Les Métamorphoses - Livre X
  • La volonté permet de grimper sur les cimes ; sans volonté on reste au pied de la montagne. De Proverbe chinois
  • Le génie, comme le cèdre du Liban, pousse sur les cimes, il grandit et se renforce dans la tempête et non dans les bas-fonds. De Mariano José de Larra / Articles de moeurs
  • Il faut croire que les grandes forêts ont le don d'attirer les prodiges, comme les cimes élevées ont celui d'attirer la foudre. De Félix Bellamy / La forêt de Brocéliande
  • Atelier pour enfant à partir de 7 ans proposé par Ecurey Pôles d'avenir.. Sur réservation : [email protected] On porte les baudriers et on monte jusqu’au houppier et à la cime d’arbre. On profite des hamacs, des chaises suspendues ou directement sur des branches. Profitons d’un moment tranquille : un bain de forêt, lire un livre, jouer d’un instrument musical, grignoter, papoter de tout et de rien... C’est un espace partagé avec une sensation riche. , Atelier grimpe d’arbre en famille : Stage, atelier Sport a Montiers sur Saulx
  • Une prestation inédite dans un cadre d’exception, perchés dans la cime des arbres … C’est la nouveauté de la Maison de la Rivière ! Unidivers, Brunch Perché – 26 juillet 2020 La Maison de la Rivière Montaigu-Vendée dimanche 26 juillet 2020
  • Monter, c’est s’immoler : toute cime est sévère. De Victor Hugo / Les contemplations
  • La mer la plus profonde a un fond, la montagne la plus haute a une cime. De Proverbe chinois
  • Dieu n'est pas le Tout-puissant dominateur, c'est le Tout-puissant captif, captif des libertés qu'il crée à la cime du monde pour que le monde puisse culminer dans l'amour. De Abbé Pierre / Miettes de vie
  • Françis Hallé est un botaniste à la carrière aussi longue que la cime des arbres qu’il aime tant admirer. Auteur de nombreux ouvrages et vidéos sur les arbres, les fleurs, et professeur aux universités d’Orsay avant de parcourir les forets tropicales du monde entier. Chasse Passion, Le projet de forêt primaire sans homme, sans chasse de Francis Hallé - Chasse Passion

Images d'illustration du mot « cime »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « cime »

Langue Traduction
Anglais top
Espagnol cima
Italien cima
Allemand wipfel
Portugais cume
Source : Google Translate API

Synonymes de « cime »

Source : synonymes de cime sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « cime »

Partager