Romanesque : définition de romanesque


Romanesque : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ROMANESQUE1, adj. et subst.

A. − LITTÉRATURE
1. Adjectif
a) Qui est constitué par les romans. Genre, lectures romanesque(s). Que l'on songe (...) aux femmes, si avides de tout ce qui est imaginaire, et le succès de la littérature romanesque sera expliqué (Reybaud, J. Paturot, 1842, p. 60).L'éducation de la paysanne au couvent (...), l'influence romantique, agissant sur elle par les lectures (...), sont les causes (...) de l'avidité sentimentale (...) de la jeune fille. (...) on a pu voir en MmeBovary le procès de l'éducation romanesque (Gaultier, Bovarysme, 1902, p. 29).
b) [En parlant d'une œuvre littér. ou de l'un de ses aspects] Qui a la forme d'un roman; qui constitue, caractérise le roman; qui appartient ou se rattache au roman. Comédie, création, fiction, intérêt, invention, œuvre, personnage romanesque. L'idée de Mauriac (...) c'est que la matière romanesque est fournie au romancier (...) par ce qu'il s'est interdit de vivre (...), la création du romancier consistant (...) à donner l'être successivement à toutes les possibilités qu'il porte en lui (Du Bos, Journal, 1925, p. 369):
1. ... on a toujours considéré que le romanesque se séparait de la vie et qu'il l'embellissait en même temps qu'il la trahissait. La façon (...) la plus commune d'envisager l'expression romanesque consiste donc à y voir un exercice d'évasion (...). La gravité indiscutable du monde romanesque, notre obstination à prendre au sérieux (...) les mythes innombrables que nous propose depuis deux siècles le génie romanesque, le goût de l'évasion ne suffit pas à l'expliquer. Camus, Homme rév., 1951, p. 321.
En partic. Roman romanesque. Roman qui utilise les recettes du roman le plus traditionnel et fait appel à l'imagination, au rêve, au sentiment. En Lombardie, (...) la chose est faite dès qu'elle est imaginée (...). Toutes les passions du roman romanesque se promènent étiquetées dans la rue (Giono, Voy. Ital., 1953, p. 242).
Rare. [En parlant d'une pers.] Qui écrit des romans. Poëtes qui négligèrent de disposer sur un plan moral (...) leur action (...): l'ordre, (...) les unités, leur furent inconnus comme aux écrivains romanesques (Marmontel, Essai sur rom., 1799, p. 292).
2. Subst. masc. sing. à valeur de neutre. Ensemble des romans; trait caractéristique du roman. C'étaient les fables de Florian (...) le Télémaque, Robinson (...) le pupille du régiment trouvait dans cette petite bibliothèque de campagne tout le romanesque (...) qu'il était en état de comprendre (A. France, Vie littér., 1892, p. 280).Thibaudet avait distingué chez quelques auteurs un romanesque de la psychologie plus subtil que celui des péripéties (Fargue, Piéton Paris, 1939, p. 12).
B. − Au fig.
1.
a) Adj. [En parlant d'un lieu, d'un aspect de la nature, de l'apparence extérieure d'une pers.] Qui est digne de figurer dans un roman par son caractère pittoresque, singulier, peu banal; qui excite l'imagination. Figure romanesque. De vastes architectures gothiques, de vieilles forêts, de grands étangs solitaires, nourrissoient, par leur aspect romanesque, ces passions que rien ne pouvoit détruire, et qui devenoient des espèces d'enchantement (Chateaubr., Génie, t. 2, 1803, p. 485).Elle était jolie, ce soir, et il la trouvait romanesque, dans son tailleur austère (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 17).
b) Subst. masc. sing. à valeur de neutre. Caractère original, captivant, lyrique de quelque chose. Un romanesque ardent émanait de cette eau Comme au temps de Byron, comme au temps de Rousseau (Noailles, Éblouiss., 1907, p. 211).Le romanesque vrai de cette vieille demeure [Mirabeau] est fait des ombres fameuses qui s'y promènent (Barrès, Mystère, 1923, p. 135).
2.
a) Adj. [En parlant d'un mode de vie, d'une suite d'événements, plus rarement d'une pers.] Qui évoque le roman par ses aventures extraordinaires, ses péripéties nombreuses, ses rebondissements imprévus, sa destinée exceptionnelle. Synon. fabuleux, fantastique, inouï, insolite, merveilleux, prodigieux; anton. banal, ennuyeux, ordinaire, plat, quelconque.Aventures, circonstances, événements, histoire, vie romanesque(s). Tout est vraisemblable, et tout est romanesque dans la révolution de la France (...). Les rencontres les plus extraordinaires, les plus étonnantes circonstances, les plus déplorables situations deviennent des événemens communs, et surpassent ce que les auteurs de roman peuvent imaginer (Sénac de Meilhan, Émigré, 1797, p. 1549).Le 13 octobre, Murat (...) est conduit dans une salle du château de Pizzo, renouvelant dans sa personne romanesque les aventures brillantes ou tragiques du moyen âge (Chateaubr., Mém., t. 3, 1848, p. 374).V. fou C 1 b ex. de Maurois.
b) Subst. masc. sing. à valeur de neutre. Ce qui sort de l'ordinaire, ce qui jouit d'un prestige particulier. Anton. platitude, quotidien.Tartarin (...) portait en lui l'âme de Don Quichotte, les mêmes élans chevaleresques, le même idéal héroïque, la même folie du romanesque et du grandiose (A. Daudet, Tartarin de T., 1872, p. 21).Maxime a le romanesque des personnes qui voyagent (...). Maxime a du mystère (Cocteau, Mach. à écrire, 1941, i, 10, p. 143).V. alentours ex. 6.
3.
a) Adjectif
[En parlant d'une pers. ou de son caractère] Qui se complaît dans les sentiments élevés, hors du commun, dans la passion, la poésie; qui se fait de la vie, de la personne aimée une conception idéale, peu en rapport avec la réalité; qui se laisse aller aux caprices de l'imagination, de la rêverie. Synon. chimérique, exalté, idéaliste, imaginatif, passionné, sensible, sentimental; anton. bourgeois, cynique, insensible, matérialiste, raisonnable, réaliste, terre-à-terre.Fille romanesque; caractère, cœur, esprit romanesque; être romanesque. Il faut avoir un mari prosaïque et prendre un amant romanesque (Stendhal, Amour, 1822, p. 243).V. chérubinisant ex. de Bernanos et coûter B 1 ex. de Goncourt:
2. ... les hommes appellent romanesques ces âmes plus richement douées, qui ne veulent vivre que de ce qui honore la vie, et l'exaltation (...) n'est qu'une révélation faite aux âmes plus distinguées, une étincelle divine qui éclaire ce qui est obscur et caché pour le vulgaire, un sentiment exquis de plus hautes beautés... Krüdener, Valérie, 1803, p. 250.
Rem. Romanesque et romantique sont parfois si proches sémantiquement qu'ils semblent pouvoir être employés l'un pour l'autre indifféremment: La partie romanesque ou romantique d'un caractère comprend les passions véritables, j'entends les rêveries, les joies, les tristesses, les dialogues avec soi, dont la politesse et la pudeur détournent de parler (Alain, Beaux-arts, 1920, p. 320).
[En parlant d'un trait du comportement, de l'esprit ou du cœur hum.] Qui relève de la sentimentalité, de la passion, de l'idéalisme, du rêve. Amour, goût(s), idées, imagination, rêves romanesque(s). Il échangeait le désir indéfini d'un bonheur romanesque contre l'orgueil des vrais biens de la vie, l'indépendance et la sécurité (...). La rêverie est plutôt le partage des femmes (Staël, Corinne, t. 3, 1807, p. 127).Malgré les millions de ton père, tu inspires un sentiment romanesque (...); tu peux être épousée par amour (...) il ne lui déplaisait pas d'inspirer une passion désintéressée (Sandeau, Sacs, 1851, p. 12).V. grossissant II B ex. de Mirbeau.
b) Subst., parfois péj. Personne exagérément sentimentale, imaginative, idéaliste. Elle se traita de romanesque et de tête folle. Suivre à Paris un garçon de dix-huit ans, qui ne lui parlait même pas de mariage, c'était une aventure insensée (Arland, Ordre, 1929, p. 79).Elle est tout bonnement de ces romanesques qui ne s'enflamment que pour un personnage imaginaire. Elle te dira qu'elle m'a aimé d'un amour suprême, seulement cet homme aimé ce n'était pas moi (Chardonne, Romanesques, 1937, p. 70).
c) Subst. masc. sing. à valeur de neutre. Amour sentimental, imagination débordante, goût des intrigues, de l'extraordinaire, idéalisme. Synon. exaltation, sentimentalité; anton. bon sens, cynisme, insensibilité, matérialisme, prosaïsme, raison, réalisme.Ma résistance aiguisa sa passion. Ce qu'elle désirait (...) était l'éclat, l'extraordinaire (...). L'atonie (...) dans l'existence de ces femmes (...) les conduit à l'adoration du romanesque et du difficile (Balzac, Lys, 1836, p. 228).Un commun amour du romanesque, l'idée que la vie n'est pas seulement une lutte assez basse d'intérêts et de besoins, mais qu'on y peut maintenir des amitiés passionnées, des fidélités absurdes et nobles, le goût de la beauté (Maurois, Disraëli, 1927, p. 162).V. impétueux ex. 2.
Le romanesque de (+ subst.). Ce qui se distingue par un caractère idéalisé, par des qualités peu courantes. « (...) Le docteur Héquet (...) l'a trouvée si intelligente, si dévouée (...) qu'il s'est épris d'elle. (...) » Elle savourait ingénument le romanesque de cet épisode, où il n'y avait que de nobles sentiments, où triomphait la vertu (Martin du G., Thib., Belle sais., 1923, p. 918).
4.
a) Adj. [En parlant de formes d'expr. artist. autres que littér.] Qui évoque le roman par son thème sentimental, son atmosphère propice à la rêverie. Ô ballades incurablement romanesques de Chopin (Laforgue, Moral. légend., 1887, p. 75).Ces tableaux [de Maurice Denis] sourds, timides, délicats, romanesques, où l'on voit des jeunes filles rêveuses, en tuniques blanches, se pencher sur des bassins noirs (Gillet, Art fr., 1938, p. 134).
b) Subst. masc. sing. avec valeur de neutre, rare. Esthétique de l'imagination, du rêve. Le chef-d'œuvre de cette poétique spéciale, en ce genre de beauté chimérique et surréaliste, de romanesque à l'état pur, c'est (...) l'adorable tenture de la Dame à la licorne (Gillet, Art fr., 1938, p. 110).
5. Adj. [Avec une nuance plus ou moins péj.]
a) [En parlant d'un récit, d'un document] Qui évoque un roman par son caractère fictif, mensonger, son manque de vérité. Synon. faux, incroyable, inventé, invraisemblable; anton. authentique, exact, incontestable, indéniable, indubitable, véridique, vrai.L'autre carte m'a paru romanesque, (...) malgré sa singularité, (...) les îles Kuriles y sont (...) très-bien placées (Voy. La Pérouse, t. 4, 1797, p. 205).Elle osa en parler à sa tante, qui, gênée, inventa un mensonge (...). La jeune fille l'écoutait, pleine d'étonnement, ne comprenant pas ce raffinement romanesque (Zola, Joie de vivre, 1884, p. 882).
b) [En parlant d'une opinion, d'une thèse] Qui manque de fondement, de rapport avec la réalité, qui est dénué de preuve. Synon. chimérique, extravagant, fantaisiste, hypothétique, illusoire, imaginaire, imaginé, utopique; anton. assuré, certain, évident, réel.Voilà donc une fleur [une orchidée] qui connaît et exploite les passions des insectes. On ne saurait prétendre que tout ceci n'est qu'interprétations plus ou moins romanesques (Maeterl., Intellig. fleurs, 1907, p. 83).Je vous répète que cette hypothèse est bien romanesque, mais il se rencontre dans la vie des romans réels (Bourget, Actes suivent, 1926, p. 119).
Prononc. et Orth.: [ʀ ɔmanεsk]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Adj. 1. 1627 « qui est propre au roman en tant que genre littéraire » (Ch. Sorel, Le Berger extravagant, t. 3, p. 187: ie ne parle que de la sottise que vous fistes d'aller accoster un gros rustique en termes Poëtiques et Romanesques); 2. id. « qui évoque les romans et leurs péripéties, les personnages de roman » (Id., ibid., p. 748, Rem. sur le xivelivre: coustumes romanesques; p. 751: vie Romanesque.). B. Subst. 1. 1689 « ce qui est merveilleux, semblable aux aventures racontées dans un roman » (Mmede Sévigné, lettre 14 janv. ds Corresp., éd. R. Duchêne, t. 3, p. 473); 2. 1894 « personne romanesque » (E. Rostand, Les Romanesques [titre]). Dér. de roman1*; suff. -esque*.
DÉR.
Romanesquement, adv.D'une manière romanesque. a) [Corresp. à supra B 1 a] Synon. de pittoresquement.Ces tours, avec leurs fenêtres romanesquement grillées, où des fronts pensifs se sont appuyés (Barb. d'Aurev., Memor. 3, 1856, p. 77).b) [Corresp. à supra B 2 a] D'une manière qui évoque le roman par son caractère aventureux, insolite. Location d'habits. Cette annonce rend rêveur. L'on songe aux circonstances romanesquement parisiennes pouvant faire louer un habit à un homme qui en est dépourvu (Goncourt, Journal, 1883, p. 255).c) [Corresp. à supra B 3 a] D'une manière qui dénote la sentimentalité, la passion, l'idéalisme. Elle vous suivra romanesquement au bout du monde, elle se compromettra pour vous garder (Balzac, Lys, 1836, p. 168).Entre l'adolescent encore fervent (...) et l'adolescent romanesquement imaginatif, un troisième individu naquit et grandit, un sensuel (Bourget, Disciple, 1889, p. 94).V. chauffe-la-couche ex. 2.d) [Corresp. à supra B 5 b] De manière chimérique, hypothétique, illusoire. On sonna (...). Il supposa un instant, bien romanesquement, que c'était le jeune homme (...) qui revenait (Queneau, Pierrot, 1942, p. 107). [ʀ ɔmanεskəmɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1798. 1reattest. 1672 (Mmede Sévigné, Lettre 20 avril, ds Corresp. éd. R. Duchêne, t. 1, p. 482); de romanesque1, suff. -ment2*.
BBG.Krauss (W.). Zur Bedentungsgeschichte von romanesque im 17. Jahrhundert. Z. fr. Spr. Lit. 1937, t. 61, pp. 297-320. − Quem. DDL t. 16.

ROMANESQUE2, loc. adv. et subst. fém.

I. − Loc. adv., rare, vx. À la romanesque. À la manière romaine. Baladins extravagamment déguisés à l'antique ou à la romanesque (Gautier, Fracasse, 1863, p. 97).
II. − Subst. fém., MUS., vx. Danse originaire d'Italie; air de cette danse. Elle chanta cette brunette, composée sur l'air d'une vieille danse que nos pères appelaient la Romanesque (Theuriet, Mariage Gérard, 1875, p. 79).
Prononc.: [ʀ ɔmanεsk]. Étymol. et Hist. 1. 1478 (doc. mars ds A. Lecoy de La Marche, Le roi René, t. 2, p. 379: manteau et chaperon à la romanesque); 2. 1636 (M. Mersenne, Harmonie universelle, Traitez de la voix et des chants, L. II, p. 165: Quelques-uns disent qu'elle [la danse appelée Gaillarde] vient de Rome, de là vient qu'ils l'appellent Romanesque). Empr. à l'ital.romanesco, -a « de Rome », aussi subst. fém. romanesca att. comme nom d'un air de danse dep. 1627 (Doni d'apr. DEI). Voir FEW t. 10, p. 458.
STAT.Romanesque1 et 2. Fréq. abs. littér.: 1 118. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 400, b) 1 278; xxes.: a) 1 470, b) 1 991.

Romanesque : définition du Wiktionnaire

Adjectif

romanesque \ʁɔ.ma.nɛsk\ masculin et féminin identiques

  1. Qui tient du roman ; qui est merveilleux comme les aventures de roman, ou exalté comme les personnages de roman, comme les sentiments qu’on leur prête. — Note : Cet adjectif souvent utilisé péjorativement pour qualifier des histoires invraisemblables, des aventures extraordinaires, des sentiments excessifs, loin de toute réalité.
    • Maintenant, toutes les jeunes filles, romanesques ou non, peuvent imaginer dans quelle impatience vécut Modeste pendant quelques jours ! — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Je ne suis pas assez romanesque, assez sot pour contribuer à la fortune ou empêcher le malheur de l’homme qui pourra devenir un obstacle insurmontable entre moi et mes désirs. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Au cours des dernières années, les affaires avaient marché cahin-caha, avec une prédisposition romanesque à l’insécurité, dans une petite échoppe délabrée ouvrant sur la Grand’Rue. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 43 de l’éd. de 1921)
    • Les heures de la nuit ont un aspect romanesque. Deux heures de l’après-midi est prosaïque, presque vulgaire ; mais deux heures du matin est un aventurier qui s’enfonce dans l’inconnu. Et cet inconnu, c’est trois heures du matin, le pôle nocturne, le continent mystérieux du temps. On en fait le tour ; et si on croit l’avoir traversé jamais, on se trompe, car bientôt quatre heures du matin arrive sans que vous ayez surpris le secret de la nuit. Et le petit jour strie déjà les volets de ses baguettes bleues parallèles. — (Valery Larbaud, Fermina Márquez, 1911, réédition Le Livre de Poche, pages 220-221)
    • Sans doute serait-il enfantin de représenter cette machine d'une manière grossièrement romanesque : le ministre de l’Intérieur ne se réunit pas avec son collègue de l’Instruction publique pour déterminer les sujets des thèses de doctorat et des cours de l’année : la pauvreté intellectuelle des gouvernements, leur étroite conscience, leur sottise enfin, enlèvent tout crédit à l’hypothèse d'un complot aussi méthodique. — (Paul Nizan, Les chiens de garde, 1932, page 118)

Nom commun 1

romanesque \ʁɔ.ma.nɛsk\ masculin

  1. Ce qui est romanesque.
    • Derrière la préférence accordée par l'auteur à la règle de chevalerie, il y a le goût du romanesque. Derrière le goût du romanesque, il y a celui de l'amour pour lui-même. — (Denis de Rougemont; L'Amour et l'Occident -édition de 1946)

Nom commun 2

romanesque \ʁɔ.ma.nɛsk\ féminin

  1. (Désuet) (Rare) Danse ancienne ; musique de cette danse.
    • L'espece de danse que l'on appeloit gaillarde au seizieme siecle, & que quelques Auteurs prétendent avoir été aussi nommée romanesque, parce que la premiere gaillarde passa de Rome en France, ne portoit ce nom, qui semble caractériser la gaieté, que par comparaison avec la pavane […]. — (Mélanges tirés d'une grande bibliothèque, V.15‎, 1782, page 195)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Romanesque : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ROMANESQUE. adj. des deux genres
. Qui tient du roman; qui est merveilleux comme les aventures de roman, ou exalté comme les personnages de roman, comme les sentiments qu'on leur prête. Aventure romanesque. Histoire romanesque. Esprit romanesque. Passion romanesque. Idées, goûts romanesques. Il est très romanesque. Une jeune fille romanesque. Il s'emploie comme nom masculin. Il y a un certain romanesque dans cette aventure. Une âme éprise de romanesque.

Romanesque : définition du Littré (1872-1877)

ROMANESQUE (ro-ma-nè-sk') adj.
  • 1Qui a le caractère du roman. Les vaisseaux relâchèrent vers les ruines de Troie ; le lieu était trop romanesque pour y résister ; ils [Villers et Mlle de Guilleragues] mirent pied à terre et s'épousèrent, Saint-Simon, 39, 200. Il se fit des hommes et de la société des idées romanesques et fausses dont tant d'expériences funestes n'ont jamais pu le guérir, Rousseau, 2e dial. D'autres assez longtemps ont chanté les guerriers, La valeur romanesque et les vieux chevaliers, Delille, Paradis perdu, IX.
  • 2Qui tient du roman, merveilleux, fabuleux. Vous savez présentement l'histoire romanesque de Mademoiselle et de M. de Lauzun, Sévigné, 11. Le duc de Sault, le chevalier de Grignan et leur cavalerie se sont distingués [lors du combat, après la mort de Turenne] ; et les Anglais [au service de France] surtout ont fait des choses romanesques, Sévigné, 9 août 1675. Les femmes aiment la peine, pourvu qu'elle soit bien romanesque, Staël, Corinne, III, 2.

    Substantivement. L'étoile de M. de Lauzun repâlit ; il n'a point de logement, il n'a point ses anciennes entrées ; on lui a ôté le romanesque et le merveilleux de son aventure [auprès du roi Jacques II] ; elle est devenue quasi toute unie, voilà le monde et le temps, Sévigné, 14 janv. 1689. La différence qui est entre le romanesque et le naturel, Fontenelle, Lett. gal. II, 7. Il y eut beaucoup de romanesque dans la conduite de Charles à Bender, Voltaire, Russie, II, 1.

    S'emploie quelquefois en peinture dans le même sens.

  • 3Exalté, chimérique, comme les personnages de roman. Elle a un style romanesque dans ce qu'elle conte, et je suis étonnée que cela déplaise à ceux même qui aiment les romans, Sévigné, 226. Mme de Fontanges joignait à ce peu d'esprit des idées romanesques, Mme de Caylus, Souvenirs, p. 41, dans POUGENS. Depuis cette conversation le roi crut aisément que Fénelon était aussi romanesque en fait de religion qu'en fait de politique, Voltaire, Louis XIV, 38.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Romanesque : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

ROMANESQUE, adj. (Gram.) qui tient du roman. Il se dit des choses & des personnes. Une passion romanesque ; des idées romanesques ; une tête romanesque ; un tour romanesque ; un ouvrage romanesque.

Romanesque, s. f. sorte de danse. Voyez Gaillarde.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « romanesque »

Étymologie de romanesque - Littré

Roman 2 ; ital. romanzesco.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de romanesque - Wiktionnaire

(1627) Du nom roman avec le suffixe -esque.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « romanesque »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
romanesque rɔmanɛsk play_arrow

Citations contenant le mot « romanesque »

  • ### Suivez Loic de Ternay, propriétaire du château, pour une passionnante visite contée avec humour et fantaisie. Laissez-vous porter par l’histoire romanesque du chevalier Bertrand de Beauvau. Unidivers, Découverte du château avec le propriétaire Château de Ternay Ternay vendredi 18 septembre 2020
  • L’oeuvre romanesque de l’Américain John Steinbeck est au menu du prochain rendez-vous de la Maison du Roman dans la cadre du cycle des conférences “L’héritage de Cervantès”. Webmanagercenter, Lecture dans l'oeuvre romanesque de John Steinbeck à la Maison du Roman | Webmanagercenter
  • Cie les 800l de paille d'après E Rostand. Malgré la haine qui oppose leurs pères, Sylvette et Percinet s’aiment. Un vieux mur, qui sépare les deux propriétés, est le témoin muet de leur passion secrète. Ces deux jeunes serins poétiques, à l’esprit romanesque, se rêvent en Roméo et Juliette. , "Les romanesques" : Theatre classique a Couches
  • Rocambolesque? Non, romanesque, car derrière la caméra, c’est Benoît Jacquot qui orchestre ce ballet d’âmes en peine, avec grâce, délicatesse et tendresse même, scrutant les doutes et les failles avec une empathie bouleversante. Radio-Canada.ca, Le trésor d’ICI Tou.tv : 3 cœurs , de Benoît Jacquot | ICI.Radio-Canada.ca
  • En six petites heures ces adjectifs – romanesque et romantique – retrouvent la force, la violence et la cruauté qu’ils avaient au temps d’Emma et de Middlemarch. Cette puissance d’évocation tient aussi bien à la pertinence du regard que posent les créateurs sur le monde dans lequel ils vivent (comme leurs lointains ancêtres de l’ère victorienne), qu’à l’alchimie qui unit les deux interprètes principaux. Le Monde.fr, « Normal People » : une série romanesque, romantique et cruelle
  • Pour un romanesque de l’intellect.Le Dernier royaume de Pascal Quignard /Toward a romanesque of intellect.The Dernier royaume by Pascal Quignard   35 , Romanesques, n° 12: "Littérature de jeunesse et romanesque" (A. Besson, F. Marcoin, dir.)
  • Le temps s'est accéléré et avance par saccades, ce qui explique la différence entre les grands massifs romanesques du passé, aux architectures de cathédrales, et les oeuvres discontinues et morcelées d'aujourd'hui. De Patrick Modiano / Discours de réception de son prix Nobel de littérature
  • Le roman offre d'immenses possibilités : les lois romanesques ne sont ni morales comme dans la vie, ni rationnelles comme au théâtre ; elles sont purement esthétiques. De Gonzalo Torrente Ballester / Entretien avec Catherine Argand - Mars 1992
  • Les hommes sont si pervers que le seul espoir et même le seul désir de les corriger, de les voir raisonnables et honnêtes, est une absurdité, une idée romanesque, qui ne se pardonne qu'à la simplicité de la première jeunesse. De Chamfort / Maximes et pensées, caractères et anecdotes
  • Notre vie difficile et troublée a plus que jamais besoin d'images sereines. Plus que jamais nous aimons un certain romanesque scientifique, figuré sur les pages des belles entomologies, avec tous les attraits d'une féerique vérité. De Colette / Journal à rebours
  • Je n’invente pas grand-chose dans mes romans, tout est déjà là. C’est une grande banalité de dire cela : la vie est romanesque. De Jean-Paul Dubois / Elle - Septembre 2004
  • L'art poétique, la mécanique romanesque obéissent à d'autres règles que celles du savoir. L'abandon, la mesure. De Jean Rouaud / Entretien avec Catherine Argand - Décembre 1996-Janvier 1997
  • Le célibataire aura toujours cette grande infériorité qu'il ne connaît, de toute une moitié de l'humanité, qu'un aspect romanesque ou critique. De André Maurois
  • L'histoire est aussi hésitante qu'une toute jeune fille devant une proposition romanesque. De Yukio Mishima / La mer de la fertilité, tome 3 : Le temple de l'aube
  • L’un des charmes absolus de notre époque est d’avoir rendu l’économie romanesque, et le roman économique. De Arnaud Viviant / Le Nouvel Hebdo - 3 Mai 2002
  • Au rayon romanesque des amours impossibles, il n'y a pas trente-six solutions, il y en a mille. De Camille Laurens / L'Avenir
  • La littérature romanesque est une écriture au passé pour des lecteurs au futur. De Jean Hatzfeld / Evene.fr - Septembre 2005
  • Par le romanesque, on peut atteindre une forme de vérité. De Olivia Elkaim / Evene.fr - Octobre 2008

Images d'illustration du mot « romanesque »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « romanesque »

Langue Traduction
Corse romantico
Basque erromantikoa
Japonais ロマンチック
Russe романтик
Portugais romântico
Arabe رومانسي
Chinois 浪漫
Allemand romantisch
Italien romanzesco
Espagnol romántico
Anglais romantic
Source : Google Translate API

Synonymes de « romanesque »

Source : synonymes de romanesque sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « romanesque »



mots du mois

Mots similaires