Étrange : définition de étrange


Étrange : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTRANGE, adj. et subst. masc.

I.− Adjectif
A.− Vx, littér. Synon. de étranger.Captif en pays étrange (Psichari, Voy. Centur.,1914, p. 29):
1. ... comme nous suivions, quasi depuis sa source, cette rivière [l'Indre] qui passe chez nous, je ne me trouvais plus si étrange et ne me sentais plus en un pays perdu. Sand, Maîtres sonneurs,1853, p. 207.
B.− Qui est hors du commun, qui sort de l'ordinaire, inhabituel.
1. Vieilli. Terrible, excessif, inconvenant. Si vous saviez à quelles étranges extrémités j'ai été réduite (Cottin, Mathilde,t. 2, 1805, p. 50):
2. ambroise. − (...) Dès longtemps je vous aime, et vous presse, Madame, De recevoir ma main, de devenir ma femme : C'est trop long-temps, aussi, me jouer, m'amuser : Il faut m'admettre enfin, ou bien me refuser. mmeévrard. − Mais vous pressez les gens d'une manière étrange, Il le faut avouer. Collin d'Harl., Vieux célib.,1792, II, 6, p. 44.
2. Usuel. Qui surprend l'esprit, les sens par un (ou des) caractère(s) inhabituel(s); singulier, extraordinaire.
a) [En parlant d'une pers., d'un animal ou d'une plante] Étrange animal; créature, fille, homme, personnage étrange. C'est un étrange peintre, un singulier génie que Goya! (Gautier, Tra los montes,1843, p. 115):
3. Nous aurons des lits pleins d'odeurs légères, Des divans profonds comme des tombeaux, Et d'étranges fleurs sur des étagères, Écloses pour nous sous des cieux plus beaux. Baudel., Fl. du Mal,1861, p. 223.
4. Quant à l'aîné des enfants, Étienne, c'était un étrange garçon (...). C'était un bossu (...). Il avait été marié. Il était arrivé dans le Nord avec sa femme. Mais il la battait, la séquestrait (...). Au fond, un déséquilibré. Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 49.
b) [En parlant d'un inanimé concr. ou abstr.] Fort étrange; d'une étrange façon. Demande étrange et surtout inattendue (Dumas père, Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 10).Le toit était baigné d'une étrange lumière (...) : c'était la lune (Martin du G., Thib.,Belle sais., 1923, p. 965).
Rem. 1. Comme beaucoup d'adj., étrange a une valeur intensive quand il est antéposé : étrange aventure/événement étrange; étrange regard/voix étrange; étrange sensation/impression étrange; étranges paroles/mots étranges. 2. Autres associations. Étrange et bizarre; étrange et magnifique; étrange et mystérieux; étrange et terrible.
Spéc., PHYS. NUCL. Particule étrange. Particule fondamentale dont le comportement reste inexpliqué et qui a une étrangeté non nulle (cf. Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 380).
c) Locutions
cour. C'est, il est, il paraît, il semble étrange de + inf., que + prop.; c'est étrange comme + prop.; trouver étrange de + inf., que + prop.; c'est une chose étrange que + subst., de + inf., comme + prop.; quelle chose étrange de + inf., que + subst. ou prop. C'est une chose étrange que la facilité avec laquelle les coquins croient que le succès leur est dû (Hugo, Travaill. mer,1866, p. 218).C'était étrange de ne savoir que faire de soi, de son corps (Green, Moïra,1950, p. 233).
plus rares. Il est étrange à + inf., combien, comme + prop.; c'est une chose étrange à quel point, combien, comme + prop. Il est étrange combien toutes mes rigoles se bouchent, comme toutes mes plaies se ferment (Flaub., Corresp.,1847, p. 5).Il est étrange à penser que... (Gautier, Fracasse,1863, p. 293).
d) Avec une valeur adv. Ta voix sonnait étrange tout à l'heure quand tu parlais devant le monde (Guèvremont, Survenant,1945, p. 246).
II.− Subst. masc. avec valeur de neutre. Caractère étrange de quelque chose; ce qui présente un caractère étrange. L'insolite et l'étrange d'un appartement garni et déjà sali par d'autres (Michelet, Journal,1852, p. 191).Le singulier me touche et l'étrange me charme; J'excuse le bizarre et me sens fort épris Du rare (Montesquiou, Hort. bleus,1896, p. 6):
5. L'étrange est une tentation : en souffrir c'est en jouir. Voilà bien son ambivalence. Conscience de l'étrange, séduction de l'étrange et horreur de l'étrange, c'est tout un. L. Vax, La Séduction de l'étrange,Paris, P.U.F., 1965, p. 13.
L'étrange est que. L'étrange est que dans cette dépersonnalisation systématique, (...) tout rend l'effet maximum (Artaud, Théâtre et double,1938, p. 70).
Rem. La plupart des dict. gén. enregistrent le verbe trans. étranger, vx. Chasser, éloigner. Les rats, les moineaux ont étrangé les pigeons du colombier (Ac. 1798-1835). Après la première connaissance [dit Octave de ses amis] il n'en est aucun que mes discours n'étrangent de moi (Stendhal, Armance, 1827, p. 150). Spéc., vén. rare. Étranger le gibier d'un pays (Ac. 1798-1835). Emploi pronom. réfl. Le gibier s'est étrangé de cette plaine (ibid.).
Prononc. et Orth. : [etʀ ɑ ̃:ʒ]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1050 estrange « étranger » (Alexis, éd. Chr. Storey, 608); 2. ca 1165 « hors du commun, extraordinaire » (B. de Ste-Maure, Troie, éd. Constans, 12445); 1668 par affaiblissement de sens « bizarre, singulier (ici d'une personne) » (Molière, L'avare, IV, 4). Du lat. class. extraneus « du dehors, extérieur; qui n'est pas de la famille, du pays, étranger ». Fréq. abs. littér. : 8 642. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 8 391, b) 14 503; xxes. : a) 13 492, b) 13 707. Bbg. Vax (L.). La Séduction de l'étrange. Paris, 1965, passim.

Étrange : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTRANGE, adj. et subst. masc.

I.− Adjectif
A.− Vx, littér. Synon. de étranger.Captif en pays étrange (Psichari, Voy. Centur.,1914, p. 29):
1. ... comme nous suivions, quasi depuis sa source, cette rivière [l'Indre] qui passe chez nous, je ne me trouvais plus si étrange et ne me sentais plus en un pays perdu. Sand, Maîtres sonneurs,1853, p. 207.
B.− Qui est hors du commun, qui sort de l'ordinaire, inhabituel.
1. Vieilli. Terrible, excessif, inconvenant. Si vous saviez à quelles étranges extrémités j'ai été réduite (Cottin, Mathilde,t. 2, 1805, p. 50):
2. ambroise. − (...) Dès longtemps je vous aime, et vous presse, Madame, De recevoir ma main, de devenir ma femme : C'est trop long-temps, aussi, me jouer, m'amuser : Il faut m'admettre enfin, ou bien me refuser. mmeévrard. − Mais vous pressez les gens d'une manière étrange, Il le faut avouer. Collin d'Harl., Vieux célib.,1792, II, 6, p. 44.
2. Usuel. Qui surprend l'esprit, les sens par un (ou des) caractère(s) inhabituel(s); singulier, extraordinaire.
a) [En parlant d'une pers., d'un animal ou d'une plante] Étrange animal; créature, fille, homme, personnage étrange. C'est un étrange peintre, un singulier génie que Goya! (Gautier, Tra los montes,1843, p. 115):
3. Nous aurons des lits pleins d'odeurs légères, Des divans profonds comme des tombeaux, Et d'étranges fleurs sur des étagères, Écloses pour nous sous des cieux plus beaux. Baudel., Fl. du Mal,1861, p. 223.
4. Quant à l'aîné des enfants, Étienne, c'était un étrange garçon (...). C'était un bossu (...). Il avait été marié. Il était arrivé dans le Nord avec sa femme. Mais il la battait, la séquestrait (...). Au fond, un déséquilibré. Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 49.
b) [En parlant d'un inanimé concr. ou abstr.] Fort étrange; d'une étrange façon. Demande étrange et surtout inattendue (Dumas père, Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 10).Le toit était baigné d'une étrange lumière (...) : c'était la lune (Martin du G., Thib.,Belle sais., 1923, p. 965).
Rem. 1. Comme beaucoup d'adj., étrange a une valeur intensive quand il est antéposé : étrange aventure/événement étrange; étrange regard/voix étrange; étrange sensation/impression étrange; étranges paroles/mots étranges. 2. Autres associations. Étrange et bizarre; étrange et magnifique; étrange et mystérieux; étrange et terrible.
Spéc., PHYS. NUCL. Particule étrange. Particule fondamentale dont le comportement reste inexpliqué et qui a une étrangeté non nulle (cf. Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 380).
c) Locutions
cour. C'est, il est, il paraît, il semble étrange de + inf., que + prop.; c'est étrange comme + prop.; trouver étrange de + inf., que + prop.; c'est une chose étrange que + subst., de + inf., comme + prop.; quelle chose étrange de + inf., que + subst. ou prop. C'est une chose étrange que la facilité avec laquelle les coquins croient que le succès leur est dû (Hugo, Travaill. mer,1866, p. 218).C'était étrange de ne savoir que faire de soi, de son corps (Green, Moïra,1950, p. 233).
plus rares. Il est étrange à + inf., combien, comme + prop.; c'est une chose étrange à quel point, combien, comme + prop. Il est étrange combien toutes mes rigoles se bouchent, comme toutes mes plaies se ferment (Flaub., Corresp.,1847, p. 5).Il est étrange à penser que... (Gautier, Fracasse,1863, p. 293).
d) Avec une valeur adv. Ta voix sonnait étrange tout à l'heure quand tu parlais devant le monde (Guèvremont, Survenant,1945, p. 246).
II.− Subst. masc. avec valeur de neutre. Caractère étrange de quelque chose; ce qui présente un caractère étrange. L'insolite et l'étrange d'un appartement garni et déjà sali par d'autres (Michelet, Journal,1852, p. 191).Le singulier me touche et l'étrange me charme; J'excuse le bizarre et me sens fort épris Du rare (Montesquiou, Hort. bleus,1896, p. 6):
5. L'étrange est une tentation : en souffrir c'est en jouir. Voilà bien son ambivalence. Conscience de l'étrange, séduction de l'étrange et horreur de l'étrange, c'est tout un. L. Vax, La Séduction de l'étrange,Paris, P.U.F., 1965, p. 13.
L'étrange est que. L'étrange est que dans cette dépersonnalisation systématique, (...) tout rend l'effet maximum (Artaud, Théâtre et double,1938, p. 70).
Rem. La plupart des dict. gén. enregistrent le verbe trans. étranger, vx. Chasser, éloigner. Les rats, les moineaux ont étrangé les pigeons du colombier (Ac. 1798-1835). Après la première connaissance [dit Octave de ses amis] il n'en est aucun que mes discours n'étrangent de moi (Stendhal, Armance, 1827, p. 150). Spéc., vén. rare. Étranger le gibier d'un pays (Ac. 1798-1835). Emploi pronom. réfl. Le gibier s'est étrangé de cette plaine (ibid.).
Prononc. et Orth. : [etʀ ɑ ̃:ʒ]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1050 estrange « étranger » (Alexis, éd. Chr. Storey, 608); 2. ca 1165 « hors du commun, extraordinaire » (B. de Ste-Maure, Troie, éd. Constans, 12445); 1668 par affaiblissement de sens « bizarre, singulier (ici d'une personne) » (Molière, L'avare, IV, 4). Du lat. class. extraneus « du dehors, extérieur; qui n'est pas de la famille, du pays, étranger ». Fréq. abs. littér. : 8 642. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 8 391, b) 14 503; xxes. : a) 13 492, b) 13 707. Bbg. Vax (L.). La Séduction de l'étrange. Paris, 1965, passim.

Étrange : définition du Wiktionnaire

Adjectif

étrange \e.tʁɑ̃ʒ\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est en dehors de l’ordre, de l’usage commun ; qui est singulier, extraordinaire.
    • On trouverait aujourd’hui étrange que des magistrats se missent à la tête de bandes armées, comme cela avait lieu à Rome durant les dernières années de la République. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VI, La moralité de la violence, 1908, p.275)
    • Et tout le village bientôt, à des degrés variant selon la constitution et la force de résistance de chacun, fut en proie à des malaises étranges, symptômes inexplicables d’empoisonnement. — (Louis Pergaud, Un petit logement, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • […] les deux danseurs à tour de rôle s’agitaient en frappant sur un tambourin de peaux de phoque. Ce n’était pas beaucoup plus étrange que le charleston ou le black-bottom. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Je trouve bien étrange que vous ayez fait cela. — C’est une personne bien étrange.
  2. (Physique) Composé de quarks étranges.
    • On pense que de la matière étrange peut se former au cœur des étoiles à neutrons et même que de véritables étoiles étranges existent peut-être dans le cosmos. — (Y a-t-il des fragments d’étoiles à neutrons dans le sol lunaire ? sur http://www.futura-sciences.com/)
  3. (Désuet) Étranger.

Adverbe

étrange \e.tʁɑ̃ʒ\

  1. (Familier) Étrangement.
    • Pour ce nouveau disque dur de trois téraoctets que j'ai acheté, je suis supposé dire « Hé, regarde ma nouvelle commande à trois tébioctets ! ». À l'oreille, ça sonne vraiment étrange. — (Scott Granneman, Linux : le guide de survie: L'essentiel du code et des commandes, 2e éd., Pearson Education, 2019)

Forme de verbe

étrange \e.tʁɑ̃ʒ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe étranger.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe étranger.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe étranger.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe étranger.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe étranger.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étrange : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉTRANGE. adj. des deux genres
. Qui est en dehors de l'ordre, de l'usage commun; qui est singulier, extraordinaire. Il y a des coutumes bien étranges dans ce pays-là. Il est vraiment étrange que vous ne croyiez jamais vos amis. Étrange aveuglement. Étrange façon de faire, d'agir. Je trouve bien étrange que vous ayez fait cela. Voilà un homme étrange. C'est une personne bien étrange.

Étrange : définition du Littré (1872-1877)

ÉTRANGE (é-tran-j') adj.
  • 1Étranger. Messire Jean est-ce quelqu'un d'étrange ? La Fontaine, Jument. Peu de nos chants, peu de nos vers, Par un encens flatteur, amusent l'univers Et se font écouter des nations étranges, La Fontaine, Fabl. XII, 23.

    Vieilli en ce sens.

  • 2Qui est hors des conditions, des apparences communes. Une résolution si étrange donna de la frayeur à tout le monde, Vaugelas, Q. C. liv. III, dans RICHELET. L'autre répondit là-dessus, avec une vanterie étrange, que certes il y avait quelques dames qui l'affectionnaient, Francion, VI, 227. Je fais d'étranges efforts pour m'en empêcher, Voiture, Lett. 21. D'un étrange malheur son destin le menace, Corneille, Cinna, v, 1. Si près de voir mon feu récompensé, ô Dieu ! l'étrange peine ! Corneille, Cid, I, 1. Parmi tant de malheurs mon bonheur est étrange, Corneille, Héracl. v, 8. Et par messieurs les paons plumé d'étrange sorte [le geai], La Fontaine, Fabl. IV, 9. Ah ! vraiment je faisais une étrange sottise, Molière, l'Étour. I, 6. C'est une étrange entreprise que celle de faire rire les honnêtes gens, Molière, Critique, VII. Ah ! l'étrange chose que la vie ! Molière, l'Amour méd. I, 1. Je sais qu'un tel discours de moi paraît étrange ; Mais, madame, après tout, je ne suis pas un ange, Molière, Tart. III, 3. Peut-on m'attribuer ces sottises étranges ? Boileau, Épît. VI. Un bruit assez étrange est venu jusqu'à moi, Racine, Iphig. IV, 6. Il [ce refus] pourrait me jeter en d'étranges soupçons, Racine, Ath. II, 5. Étrange ambition qui n'aspire qu'au crime, Racine, Théb. IV, 3. Dieux puissants ! quelle étrange pâleur De son teint tout à coup efface la couleur, Racine, Esth. II, 7. Étrange empressement de voir des misérables, Voltaire, Tancr. III, 3.

    Il est étrange qu'il ne soit pas encore venu. Il n'est pas étrange de penser beaucoup et peu juste, Vauvenargues, Fécondité.

    Trouver fort étrange, trouver surprenant et blâmable. Il trouva fort étrange qu'on ne l'eût pas invité. Tous ceux qui lui disent qu'il ne devrait pas y aller [à l'armée] trouveraient fort étrange qu'il n'y allât pas, Sévigné, 345.

  • 3Il se dit aussi des personnes. Votre fils n'est pas si étrange que vous le dites, et il se met à la raison, Molière, l'Avare, IV, 4. Voici un étrange théologien qui veut toujours qu'un homme que Dieu fait roi ait encore besoin du peuple pour avoir ce titre, Bossuet, Var. 5e avert. § 39. D'un cœur qui s'offre à vous quel farouche entretien ! Quel étrange captif pour un si beau lien ! Racine, Phèd. II, 2. La comtesse : Ne perdez point cela de vue, étrange homme que vous êtes, Marivaux, le Legs, sc. 10.

HISTORIQUE

XIe s. Granz sont les oz [armées] de celle gent estrange, Ch. de Rol. LXXXIV. De plusurs regnes viendront li home estrange, ib. CCV. Alde respont : cest mot m'est mult estrange, ib. CCLXX.

XIIe s. Aler m'esteut [il me faut] mourir en terre estraigne, Couci, XXII. Li sainz huem fu sis ans en estrange contrée, Mal aveit dure vie e sufferte e menée, Th. le mart. 101.

XIIIe s. Que vostre amour m'est trop estrange et fiere, Eustache le Peintre, dans Couci. p. 120. Ne vallet ne meschine, estrange ne privés [étranger ou de la maison], Berte, CXXXII. Et mout doit-on amer mius [mieux] son droit signour que un estraigne, Chr. de Rains, p. 159. Car me [ma] mere est estrange de l'iretage qui me vient de par le pere, Beaumanoir, XIV, 23.

XVe s. [Les murs du châtel] estoient hauts malement et de pierre dure, et ouvrés jadis de mains de Sarrasins, qui faisoient les soudures si fortes et les ouvrages si estranges que ce n'est point de comparaison à ceux de maintenant, Froissart, I, I, 239. Car, sans faillir, ce seroit trop estrange Que bien servir peust ung cueur en maints lieux, Orléans, 1. Si commanda à son varlet qu'il print son escu et le portast à un peintre, et feist faire une congnoissance [armoiries] estrange, car il ne vouloit nullement estre recongneu, Perceforest, t. VI, f° 33. Bailler sans nul engin, comme heritier, Les diz lieus, sans faire l'estrange [sans faire de difficulté], Deschamps, Poésies mss. f° 576, dans LACURNE.

XVIe s. Pourtant, mon Dieu, parmi les gens estranges Te beniray en chantant tes louanges, Marot, IV, 256. Tous ceux qui sont estranges de la religion d'un seul Dieu, Calvin, Instit. 605. S'il y a quelque corps estrange entré dans le nez, Paré, Introd. 2. Nous entendons dire des choses estranges de nous ; car on dit que nous avons esté engendrez miraculeusement, et nourris et allaictez plus estrangement, Amyot, Rom. 9. Elles s'assirent, sans trop se faire semondre, auprès de luy, et furent bien aises quand Cyrus commencea à se jouer à elles et à les taster, en leur disant à chacune quelque mot de joyeuseté en passant ; et ne firent point des estranges, Amyot, Artax. 39.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « étrange »

Étymologie de étrange - Littré

Bourguig. étreinge ; bressan, estranze ; Berry, étrange, étranger ; provenç. estranh, estrain, strani ; espagn. estraño ; portug. estranho ; ital. estraneo, estrano, estranio, strano, stranio ; du latin extraneus, de extra, hors, dehors.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de étrange - Wiktionnaire

De estrange, du latin extraneus (« étranger, extérieur »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « étrange »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
étrange etrɑ̃ʒ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « étrange »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « étrange »

  • L’étrange saison 2020, avec ses courses parfois doublées sur certains circuits, comme sur le Spielberg autrichien hôte aussi du prochain Grand Prix le 12 juillet, est de fait une année de transition qui laisse en suspens bien des questions : comment séduire de nouveaux constructeurs, avec quel type de moteurs et quelles technologies à l’horizon 2026 ? Comment redorer l’image d’un sport vivant dans sa bulle et apparemment mal en adéquation avec les aspirations de l’époque ? La F1 tourne encore et malgré la crise. Mais attention, de plus en plus fragile. La Croix, La Formule 1 entame une étrange saison sur les freins
  • Ça tombe bien : Natalie Fletcher, professeure à l’Institut Philosophie Citoyenneté Jeunesse de l’Université de Montréal, avait une activité de philocréation à lui proposer. Ici, il s’agit de faire rimer l’ennui avec l’étrange. « Généralement, l’ennui a tendance à être perçu comme négatif, mais ce que je trouve intéressant, c’est que, sans leur dire quoi penser, on fait des liens avec d’autres concepts qui pourraient nous permettre de dégager autre chose », souligne Mme Fletcher. « Peut-être qu’un avantage de l’ennui c’est qu’on devient tout à coup plus sensible à ce qui est bizarre autour de nous. Ou au contraire, peut-être que l’ennui nous force à essayer de valoriser les choses qu’on trouve plates. » Le Devoir, Entre l’étrange et l’ennui | Le Devoir
  • Cette étrange « drapeau rouge », une lueur qui irradie depuis le centre de la Voie lactée, ce n'est pas un phare dans la nuit. Mais, selon les astronomes, une quantité d'hydrogène gazeux ionisé localisée dans le disque incliné de notre Galaxie. Reste désormais à découvrir quelle est la source d'énergie qui entretient cette structure. Futura, Un étrange « drapeau rouge » irradie depuis le centre de la Voie lactée
  • Municipales 2020 : « L’étrange scrutin rappelle qu’il n’y a pas de connexion entre les élections locales et nationales » Le Monde.fr, Municipales 2020 : « L’étrange scrutin rappelle qu’il n’y a pas de connexion entre les élections locales et nationales »
  • L’origine de l’étrange substance verdâtre sur la Lune est enfin expliquée Numerama, L'origine de l'étrange substance verdâtre sur la Lune est enfin expliquée
  • «J’ai du mal à appréhender la terminale car les scientifiques prévoient déjà une seconde vague de coronavirus. Je ne sais pas comment va se passer la rentrée, si on aura des masques, si on sera reconfiné ou non. L’année de terminale risque d’être à nouveau très étrangeLibération.fr, Réforme du lycée : «C’était une année de première très étrange» - Libération
  • Méditer en philosophie, c'est revenir du familier à l'étrange et, dans l'étrange, affronter le réel. De Paul Valéry
  • Une conséquence immédiate du fait que l’homme est rendu étranger au produit de son travail : l’homme est rendu étranger à l’homme. De Karl Marx
  • Etranger est le parent par alliance de l'étranger. De Proverbe arabe
  • C'est étrange, mais vrai ; car la vérité est toujours étrange, plus étrange que la fiction. De George Gordon, Lord Byron
  • Etrange mot que la liberté, mot plus étrange que celui de la dignité de l'homme. De Adolphe Brassard / Racisme Meurtrier
  • Dans ce climat barbare où le destin me range, Me rendant mon pays comme un pays étrange […]. Théophile de Viau, Élégie
  • Toute vue de choses qui n'est pas étrange est fausse. Si quelque chose est réelle, elle ne peut que perdre de sa réalité en devenant familière. Méditer en philosophe, c'est revenir du familier à l'étrange, et dans l'étrange affronter le réel. Paul Valéry, Choses tues, Gallimard H. de Montherlant l'a reprise comme épigraphe de son roman les Garçons
  • En étrange pays dans mon pays lui-même Je sais bien ce que c'est qu'un amour malheureux. Louis Aragon, Les Yeux d'Elsa, Cahiers du Rhône

Traductions du mot « étrange »

Langue Traduction
Corse strana
Basque arraro
Japonais 奇妙な
Russe странный
Portugais estranho
Arabe غريب
Chinois 奇怪
Allemand seltsam
Italien strano
Espagnol extraño
Anglais strange
Source : Google Translate API

Synonymes de « étrange »

Source : synonymes de étrange sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « étrange »


Mots similaires