Relâché : définition de relâché, relâchée

chevron_left
chevron_right

Relâché, relâchée : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RELÂCHÉ, -ÉE, part. passé, adj. et subst.

I. − Part. passé de relâcher*.
II. − Adjectif
A. − Mou; qui manque d'énergie, de soin, de rigueur. Prose, style relâché(e). Peut-être il n'a manqué à Mirabeau lui-même qu'un peu plus de vertu, de discipline, et un cœur moins relâché, pour rester (...) simplement notable à la manière de ses pères (Sainte-Beuve, Portr. contemp., t. 2, 1834, p. 295).Je préfère (...) la vigoureuse chorégraphie des Danses du Prince Igor (...) à celle assez relâchée, de L'Oiseau de Feu (Stravinsky, Chron. vie, 1931, p. 68).
LING. Voyelle relâchée (p. oppos. à voyelle tendue). ,,Une voyelle est dite (...) relâchée si, cette tension [des muscles de la langue] faisant défaut, la langue s'aplatit, ce qui détermine un timbre plus indistinct`` (Mar. Lex 1951, s.v. voyelle).
B. − [En parlant de la conduite, des mœurs] Qui manque de rigueur. Anton. sévère, strict.Les jansénistes accusèrent les jésuites de professer une morale trop relâchée, et affectèrent une excessive pureté de mœurs et de principes (Balzac, Méd. camp., 1833, p. 216).
C. − Vieilli. [En parlant de la température] Le 20 février, la température est toujours excessivement douce et relâchée (Maine de Biran, Journal, 1818, p. 105).
III. − Subst. masc. V. relâcher rem.
Prononc. et Orth.: [ʀ əlɑ ʃe]. Ac. 1694, 1718: -lasché, -ée; 1740-1878: -lâché. Étymol. et Hist. 1. 1627 « qui est distendu, qui manque de tonicité » (A. Du Pinet, trad. de Matthiolus, Commentaires sur les six livres de Pedanius Dioscoride, p. 96: matrice disloquée, et relaschée); 2. 1656 « qui manque de rigueur dans les principes » (Pascal, 5eProvinciale ds Œuvres, éd. L. Lafuma, p. 387: Et en effet, je l'assurai que j'en connaissais [des Jésuites] qui sont aussi sévères que ceux qu'il me citait sont relâchés); 3. 1933 phonét. (Mar. Lex., s.v. tension). Part. passé adj. de relâcher*. Fréq. abs. littér.: 249. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 418, b) 365; xxes.: a) 296, b) 327.

Relâché, relâchée : définition du Wiktionnaire

Adjectif

relâché \ʁə.la.ʃe\

  1. Distendu, ayant perdu son ressort, sa tenue.
    • Les élastiques de tes chaussettes sont relâchés; elles te tombent sur les chevilles !
  2. (Figuré) Être détendu, sans pression.
    • J’aime ce temps relâché, plein de tranquillité, pour avoir de longues conversations avec mes enfants.
  3. (Figuré) (Par extension) Relatif au relâchement des mœurs, des devoirs de la religion, de la conduite.
    • Cependant les idées de l’époque étaient si relâchées, à l’endroit du clergé, soit monastique, soit séculier, que le prieur Aymer jouissait d’une réputation assez honnête dans le

Forme de verbe

relâché \ʁə.la.ʃe\

  1. Participe passé masculin singulier de relâcher.

Forme d’adjectif

relâchée \ʁə.la.ʃe\

  1. Féminin singulier de relâché.

Forme de verbe

relâchée \ʁə.la.ʃe\

  1. Participe passé féminin singulier de relâcher.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Relâché, relâchée : définition du Littré (1872-1877)

RELÂCHÉ (re-lâ-ché, chée) part. passé de relâcher
  • 1Qui n'est plus tendu. Les cordes du violon relâchées par l'humidité.

    Fig. La main relâchée produit l'indigence ; la main des forts acquiert les richesses, Sacy, Bible, Prov. de Salomon, X, 4. Les liens de cette discipline dure et austère, qui régnait à Sparte, étaient un peu relâchés [en temps de guerre], Rollin, Traité des Ét. liv. V, 3e part. 2. Il [l'empereur Ferdinand II] commençait à resserrer cette ancienne chaîne qui avait lié l'Italie à l'empire, et qui était relâchée depuis si longtemps, Voltaire, Mœurs, 178.

  • 2Qu'on a laissé aller, sortir. Le comte de Bussy fut relâché au bout de dix-huit mois, Voltaire, Louis XIV, 25.
  • 3 Terme de médecine. Ventre relâché, état où l'on va à la selle plus souvent que d'habitude. Les jaunes d'œufs durcis et émiettés ne leur sont utiles [aux poussins] qu'autant que ces petits animaux sont relâchés, Genlis, Maison rust. t. I, p. 313, dans POUGENS.
  • 4Qui est moins sévère dans ses mœurs, moins exact dans l'accomplissement de ses devoirs religieux. Les opinions relâchées plaisent tant aux hommes, qu'il est étrange que les leurs [des jésuites] déplaisent, Pascal, Pens. XXIV, 65, édit. HAVET. M. de la Rochefoucauld entend sa maxime [qui vit sans folie n'est pas si sage qu'il croit] dans le sens relâché que votre philosophie condamne, Sévigné, 4 mars 1672. Vous donc, docteurs relâchés, puisque l'Évangile est un joug, ne le rendez pas si facile, Bossuet, Cornet. Le jugement si réglé avec lequel elle [l'abbesse] a gouverné les dames qui lui étaient confiées, toujours également éloignée et de cette rigueur farouche, et de cette indulgence molle et relâchée, Bossuet, Yolande. Il y a dans le monde des chrétiens relâchés, qui, par une espèce d'hypocrisie, jeûnent sans faire pénitence, Bourdaloue, Instruct. pour le carême, Exhort. t. II, p. 238. M. Pascal se crut obligé d'employer ce même esprit à combattre un des plus grands abus qui se soit jamais glissé dans l'Église, c'est à savoir la morale relâchée de quantité de casuistes, Racine, Hist. Port-Royal. La morale douce et relâchée tombe avec celui qui la prêche, La Bruyère, XV. Cette orthographe relâchée, Qui m'avilit aux yeux savants, Lamotte, Odes, t. I, p. 413, dans POUGENS.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « relâché »

Étymologie de relâché - Wiktionnaire

→ voir relâcher
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « relâché »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
relâché rœlaʃe play_arrow

Traductions du mot « relâché »

Langue Traduction
Corse liberatu
Basque askatu
Japonais リリース
Russe выпущенный
Portugais liberado
Arabe صدر
Chinois 已发布
Allemand veröffentlicht
Italien rilasciato
Espagnol liberado
Anglais released
Source : Google Translate API


mots du mois

Mots similaires