Lâcher : définition de lâcher


Lâcher : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

LÂCHER1, verbe

I. − Emploi trans.
A. − Qqn/qqc. lâche qqc.
1. Qqn lâche qqc.
a) Rendre moins serré, tenir moins tendu. Synon. desserrer, détendre, relâcher.Lâcher sa ceinture (d'un cran), une corde, un ressort. Il avait déjà le doigt appuyé sur la détente et s'apprêtait à la lâcher (Murger, Scènes vie jeun.,1851, p. 7).
b) MAN. Lâcher (la) bride*, les rênes* et p. méton. la main (à un cheval). ,,Tenir la bride moins courte pour laisser courir ou faire courir le cheval`` (Ac. 1935).
Au fig. Lâcher (la) bride*, les rênes*, la main à. Donner libre cours à. Désormais certains de leur empire, les trente lâchèrent la main au crime (Chateaubr., Essai Révol., t. 2, 1797, p. 101).
2. Qqc. lâche (le ventre), vx.[Le suj. désigne un corps à vertu laxative] Rendre libre. Emploi abs. Les pruneaux lâchent (Littré).
P. anal. La terreur lâche le ventre aux quadrupèdes et aux oiseaux (Cuvier, Anat. comp., t. 2, 1805, p. 119).
B. − Qqn lâche qqc.Lancer brusquement, faire partir brusquement.
1. [L'obj. désigne un geste violent] Synon. décocher.Lâcher un coup de poing, un coup de pied. Pour un oui, pour un non, Fontan lui lâchait des claques (Zola, Nana,1880, p. 1295).
P. anal. Un cheval lâche une ruade. (Dict. xixeet xxes.).
[L'obj. désigne un projectile, un explosif] Lâcher un coup de fusil. Faire éclater, tirer brusquement. Une frégate anglaise vient à lâcher une bordée, et tous les bravaches de s'enfuir (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 95).Il lâcha son unique fusée éclairante. La fusée s'enflamma, tournoya, illumina une plaine et s'y éteignit : c'était la mer (Saint-Exup., Vol nuit,1931, p. 123).
2. Au fig. Lancer des propos violents ou inconvenants. Il se versait à boire coup sur coup, et lâchait des gaillardises (Flaub., Cœur simple,1877, p. 13).Le maître de police lâchait contre l'agent qui l'avait trahi une bordée d'effrayantes injures (G. Leroux, Roul. tsar,1912, p. 78).
C. − Qqn lâche qqc.Cesser de tenir ou de garder.
1. [L'obj. désigne un inanimé concr.] Laisser tomber (quelque chose que l'on porte). Elle lâcha son panier. Les provisions roulèrent sur le tapis, des choux-fleurs, des oignons, des pommes (Zola, Page amour,1878, p. 860).Elle lâche sa pile d'assiettes, mais les rattrape à temps et les tient appliquées sur sa poitrine (Romains, Knock,1923, III, 8, p. 19).
Lâcher la vapeur. La laisser s'échapper en diminuant la pression. Le bateau stoppe et lâche sa vapeur. L'immobilité subite nous réveille (Fromentin, Voy. Égypte,1869, p. 42).
Lâcher qqc. sur qqn.Elles lui lâchèrent sur la tête une potée d'eau de vaisselle (France, Barbe-Bleue, Mir. Gd St Nic., 1909, p. 88).
Loc. verb. Lâcher pied*; lâcher la rampe*; lâcher prise*.
En partic.
a) Fam. [L'obj. désigne une somme d'argent] Accorder, donner (plus ou moins de bon cœur). L'usurier ne voulait lâcher les sommes qu'au fur et à mesure de l'achat des créances (Balzac, C. Birotteau,1837, p. 83).Il fit son service avec abnégation. Pierrot lui lâcha un gros pourboire, le repas terminé (Queneau, Pierrot,1942, p. 172).
Loc. verb. pop. Les lâcher (au compte-gouttes, avec un élastique). Dépenser, payer avec parcimonie. Il arrive, quand vous donnez de l'argent, qu'il y ait en vous quelque chose qui pleure. Non de les lâcher, mais que ce soit si inutile (Montherl., Lépreuses,1939, p. 1482).
b) [L'obj. désigne une marchandise] Se défaire de. C'est l'absence de ravitaillement. Les gros commerçants ne veulent pas lâcher leurs stocks (Camus, Révolte Asturies,1936, II, 2, p. 413).Toute la collection de cet imbécile de Boller. Comme c'est intelligent de lâcher dix-huit toiles d'un seul coup sur le marché! (Duhamel, Passion J. Pasquier,1945, p. 157).
c) [L'obj. désigne un gaz intestinal ou un excrément] Laisser échapper. Je fais un peu partie de lui (...) à force d'habiter le drap où son cœur a battu, la culotte où il a lâché ses vents (Arnoux, Roi,1956, p. 360).
2. [L'obj. désigne un animé] Cesser de tenir. Elle croyait nager; mais, dès qu'il la lâchait, elle se débattait en criant, et, les mains tendues, frappant l'eau, elle se rattrapait où elle pouvait (Zola, Fortune Rougon,1871, p. 201).Dis-leur de me lâcher, avec leurs sales mains. Ils me font mal (Anouilh, Antig.,1946, p. 167).
Ne pas lâcher (d'un cran, d'un pied, d'une semelle, des yeux). Ne pas quitter (d'un cran, d'une semelle, des yeux). Pourquoi est-ce que vous êtes toujours avec moi et ne me lâchez-vous pas d'un pied? (Claudel, Part. midi,1906, I, p. 997).
Loc. verb. fig. Lâcher la proie pour l'ombre*.
Emploi pronom. réciproque :
1. ... une masse formée de deux hommes étrangement mêlés, épaule contre épaule, les bras autour du cou l'un de l'autre. Le corps à corps de deux combattants qui se sont entraînés dans la mort et s'y maintiennent, incapables pour toujours de se lâcher... Barbusse, Feu,1916, p. 356.
3. [L'obj. désigne un cri, un propos incongru] Ne pas pouvoir retenir, laisser échapper. Lâcher un hurlement, une sottise. Je lâche quelques bêtises parce que je n'ai pas la tête à ce que je fais (Colette, Cl. école,1900, p. 47).Peut-être le gaffeur (...) n'avait-il pas lâché sans malice ni fiel sa bourde (Arnoux, Zulma,1960, p. 28).
D. − Qqn lâche qqc./qqn
1. Cesser de retenir ou de détenir.
a) [L'obj. désigne un animal] Lâcher son chien.
α) CHASSE. ,,Lâcher les chiens. Les laisser courir après la bête`` (Ac. 1935).
Lâchez après, contre, sur
P. anal. Hamilcar divisa ses cavaliers par escadrons, mit entre eux des hoplites, et il les lâcha sur les mercenaires (Flaub., Salammbô, t. 2, 1863, p. 150).
Au fig. Lâcher les huissiers après, sur un débiteur (Ac.).
β) En partic.
Lâcher dans.Mettre en liberté dans (un lieu). Lâcher un âne dans un pré (Ac.).
[L'adj. désigne un volatile] Faire prendre son essor à. Lâcher un pigeon. Certains oiseaux, plus délicats, étaient lâchés dans des volières (Gide, Voy. Urien,1893, p. 16).Ils avisent quelques abeilles qui sont à butiner sur les fleurs, les attrapent et les enferment dans une boîte à miel, puis, lorsqu'elles se sont repues, ils les lâchent (Maeterl., Vie abeilles,1901, p. 118).
FAUCONN. ,,Lâcher l'autour, l'épervier. Le laisser partir`` (Ac. 1935).
b) [L'obj. désigne une pers. captive] Synon. élargir, libérer.Lâcher un prisonnier (Ac.).
P. anal. Jamais on n'est lâché [au ministère] avant l'heure réglementaire (Maupass., Sur l'eau,1888, p. 324).Il suffit d'un peu de bise du nord pour qu'on entende, comme un grésillement, la sortie des écoles (...) : tous ces enfants qu'on lâche dans de la lumière dorée (Giono, Roi sans divertiss.,1947, p. 29).
c) [L'obj. désigne un inanimé] Domaine des transp.
Libérer (un navire, un ballon). Les Chinois (...) font partir leurs pétards et lâchent sur la campagne extra-muros (...) leurs montgolfières incendiaires en l'honneur du Dragon du Ciel (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 247).
Détacher (des amarres). Lâchez-tout, comme disent les pilotes sur les navires et les aérostiers sur les ballons! À la garde de Dieu et à votre garde! (Hugo,Corresp.,1856,p. 239).
Loc. verb. Lâcher du lest*.
d) [L'obj. désigne un liquide ou ce qui retient un liquide]
α) Laisser s'écouler. Lâcher les eaux d'un lac, d'un bassin. Les écluses lâchent leurs eaux sur les canots de ce loueur de Nogent (Giraudoux, Siegfried et Lim.,1922, p. 303).
β) Ouvrir pour produire un écoulement. Lâcher les écluses, un robinet, une vanne.
P. métaph. Lâcher la bonde*.
γ) Au fig.
Exprimer ce qu'on a longtemps retenu. Lâcher un aveu. Je voulais être à la fois son père, son bienfaiteur et, lâchons le mot, son amant (Balzac, Cous. Bette,1846, p. 10).
Loc. verb. pop. Lâcher le morceau*, le paquet*.
Dire ce qu'on devrait garder pour soi. Lâcher un secret.
E. − Au fig. Qqn/qqc. lâche qqn/qqc.
1. Qqn lâche qqc./qqn.Abandonner, quitter. Synon. fam. laisser tomber.Lâcher un appartement, un métier, son patron. Puisque vous n'y teniez plus d'ennui, vous avez bien fait de lâcher la marine (Flaub., Corresp.,1878, p. 132).Faire un journal, c'est devenu une corvée. Certains jours, il me prend envie de lâcher tout ça... de redemander un poste dans un lycée (Abellio, Pacifiques,1946, p. 414):
2. ... que de peines pour en arriver là! Que de fois j'ai été désespéré et sur le point de tout lâcher, et quel métier que celui d'écrivain! L'expérience passée ne sert à rien, chaque œuvre nouvelle pose des problèmes nouveaux, devant lesquels on se sent toutes les incertitudes et toutes les angoisses d'un débutant... Claudel, Corresp. [avec Gide], 1910, p. 157.
2. Qqn lâche qqn
a) Rompre définitivement les relations avec. Il est entendu que toutes les femmes manquent de savoir-vivre lorsqu'elles nous lâchent (Huysmans, Sœurs Vatard,1879, p. 325).J'estime qu'une amitié telle et de tant d'années ne doit pas être rompue sans un motif déclaré et qu'on ne doit condamner ni lâcher personne sans dire pourquoi (Bloy, Journal,1900, p. 12).
b) Quitter. Un brave homme (...) se mit à lui raconter longuement les derniers instants de son oncle. Quand il le lâcha, la voiture était partie. Jacques perdit une heure à chercher un cabriolet de louage (Zola, M. Férat,1868, p. 201).
c) Domaine du sport.Distancer, prendre de l'avance sur. Lâcher ses concurrents, le peloton. La manière dont il a gagné retient surtout l'attention. Il s'est détaché à 60 kilomètres de l'arrivée, il a franchi les deux derniers cols en tête après avoir lâché Nilsson et Raymond Martin, deux spécialistes de l'escalade (Le Monde,14 juill. 1981, p. 16, col. 2).
3. Qqc. lâche qqn.Abandonner, quitter. Petite chose accroupie sur mon lit, (...) j'attendais que la douleur me lâchât (Barrès, Homme libre,1889, p. 143).
II. − Emploi intrans. Être défaillant. Synon. (se) casser, (se) rompre.Son cœur a lâché; ses nerfs ont lâché. Prenez garde que la corde ne lâche (Ac.1935).
III. − Emploi pronom. spécifique
A. − Se détendre. Les cordes de cette harpe se sont lâchées (Ac.1935).
B. − Se laisser aller. Le refrain recommença, plus ralenti et plus larmoyant, tous se lâchèrent (Zola, Assommoir,1877, p. 590).
En partic., vieilli ou région. Ne pas contrôler ses fonctions naturelles. Elle [la femme du moribond] ne se rendait compte de rien. Elle a dit simplement : « Vous avez peut-être raison, il va passer ». Quelque temps après, ayant soulevé le drap, elle a dit encore : « Le voilà qui se lâche, c'est la fin » (Bernanos, Journal curé camp.,1936, p. 1196).
REM.
Lâchure, subst. fém.,,Évacuation contrôlée ou forcée d'eau stockée dans un barrage réservoir`` (Colas-Cab. 1968). P. méton. Volume d'eau ainsi évacué. Les pertes par évaporation et filtration s'accumulent à mesure qu'on descend dans la vallée. On pourrait remédier à ces deux inconvénients par des lâchures faites de l'amont vers l'aval (Bourde, Trav. publ.,1929, p. 360).
Prononc. et Orth. : [lɑ ʃe], [la-], (il) lâche [lɑ:ʃ]. Ac. 1694, 1718 lascher, ensuite lâcher. Étymol. et Hist. I. Laisser aller en relâchant, en déliant ce qui retient A. « détendre, relâcher un lien qui retient » 1. ca 1100 lascier les resnes (Roland, éd. J. Bédier, 3349); ca 1200 lasquier sa main [en tenant les rennes d'un cheval] (1recontinuation de Perceval, éd. W. Roach, ms. T, 13092); ca 1235 fig. (H. d'Andeli, Bataille des 7 ars, 245 ds T.-L. : aus langues laschier les frains); ca 1270 lasquier au destrier le frain (Richard le Beau, 1000, ibid.); 2. début xiies. lascier cordes [d'une embarcation pour appareiller] (Benedeit, S. Brendan, 385, ibid.); 3. 2emoitié xiiies. laschier la porte (Gaufrey, 250, ibid.); 4. 1530 « (d'une arme à feu) partir » (Palsgr., p. 681 b). B. « délier, libérer » 1. 1160-74 fig. « libérer, délier (qqn, d'un vœu) » (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, 5494, var.; cf. note crit. de l'éd.); 2. a) ca 1200 « délier les courroies qui maintiennent les serres du faucon afin qu'il prenne son vol » (Renart, éd. E. Martin, XI, 1573); b) 1552 (Est., s.v. immittere : [canes] laschez apres les cerfs); id. (ibid., s.v. emittere : lascher les gens de cheval sur l'ennemi); 3. ca 1256 lascher le ventrail (A. de Sienne, Régime du corps, 133, 1 ds T.-L.); 4. 1468 « libérer (un prisonnier) » (Lenglet du Fresnoy, Preuves en append. aux Mém. de Commynes, t. III, p. 82). II. Faiblir, cesser 1. ca 1175 soi laschier de « cesser de » (Benoît de Ste-Maure, Ducs de Norm., 11063 ds T.-L.); 1176-84 soi laschier « faiblir, s'arrêter » (G. d'Arras, Eracle, 1757, ibid.); 2. 1360-70 emploi abs. « abandonner, capituler (d'un combattant) » (B. de Sebourg, XIII, 94, ibid.); 1616-20 lascher le pied « lâcher pied (id.) » (D'Aubigné, Hist. univ., VII, 23 ds Hug.); 3. 1377 « ne plus s'accrocher, lâcher prise (d'un oiseau de proie) » (G. de La Buigne, Deduis, 411 ds T.-L.). III. Laisser ou faire s'écouler, tomber; émettre, lancer A. 1306 laschier cops de bastons; laschier quarriaus et pierres (G. Guiart, Royaux lignages, éd. N. de Wailly et L. Delisle, 18658 et 21167). B. 1538 « laisser échapper de ses mains (un objet) » (Est., s.v. dimittere); 1580 lacher une parolle (Montaigne, Essais, II, XXIII, éd. A. Thibaudet et M. Rat, p. 665); 1644 (Corneille, Rodogune, III, 4 : ... Il n'est plus temps, le mot en est lâché). C. av. 1544 « abandonner (qqn) » (Marot, Rondeaux, 66 ds Hug.). D. « laisser s'écouler » 1. 1552 (Est., s.v. Solvere : Plourer, lascher les larmes); 1635 lascher de l'eau « pisser » (L.C. Discret, Alizon, I, 2, éd. Anc. théâtre fr., t. 8, p. 404); 2. 1552 (Est., s.v. relaxare : ouvrir et lascher les sources des fontaines). Du lat. vulg. laxicare « laxum fieri » (v-vies. ds TTL s.v.), devenu par dissimilation *lassicare. Laxicare est un fréquentatif de laxare « étendre, élargir; détendre, débrider, relâcher (habenas, vincula; claustra); ouvrir » au propre et au fig., spéc. « relâcher, élargir (qqn); accorder; cesser de jouer son rôle, cesser, lâcher ». Fréq. abs. littér. : 3 474. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 037, b) 5 810; xxes. : a) 8 396, b) 4 883. Bbg. Chautard (É). La Vie étrange de l'arg. Paris, 1931, p. 276. - Quem. DDL t. 6. - Rice (C.C.). Romance etymol. P.M.L.A. 1911, t. 26, p. 339. - Tilander (G.). Étymol. rom. St. neophilol. 1946/47, t. 19, pp. 306-307.

LÂCHER2, subst. masc.

[Correspond à lâcher I D] Action de lâcher, de laisser partir. Lâcher de pigeons. Offrir aux badauds un beau lâcher de ballons (Le Matin,23 avr. 1981, p. 18).
P. métaph. J'ai cru que Mozart, qui m'a ouvert les portes de son paradis, ferait soudain dans mon œuvre, un lâcher d'anges (Mauriac, Journal 2, 1937, p. 155).
Prononc. : [lɑ ʃe], [la-]. Étymol. et Hist. 1873, 24 mai (J. O., p. 3296, 1recol. ds Littré Suppl.). Substantivation de lâcher1*.

Lâcher : définition du Wiktionnaire

Verbe

lâcher \lɑ.ʃe\ ou \la.ʃe\ transitif ou intransitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se lâcher)

  1. Détendre, desserrer quelque chose.
    • Cette corde est trop tendue, lâchez-la un peu.
    • Il faut lâcher ce corset qui est trop serré.
    • Lâcher un cordon.
    • Les cordes de cette harpe se sont lâchées.
    • Prenez garde que la corde ne lâche.
    • Lâcher le robinet d’une fontaine, le tourner de manière que l’eau s’échappe.
  2. (Figuré) Libérer.
    • Lâcher la bride, la main à un cheval, lui tenir la bride moins courte pour le laisser ou le faire courir.
    • Lâcher la bride à ses passions, s’y abandonner entièrement.
    • (Jeu de cartes) Lâcher la main, la laisser aller à un autre, quoiqu’on ait de quoi la lever.
  3. (Figuré) Céder de ses prétentions, diminuer du prix qu’on demandait d’une chose.
    • Lâcher pied, reculer, s’enfuir.
    • N’allez pas lâcher pied dans cette occasion : tenez ferme.
  4. Laisser aller ; laisser échapper.
    • Vous êtes inconsolable : Misérable que je suis, dites-vous, fallait-il que je lâchasse cette parole ? A quoi, fou que je suis, à quoi ai-je pensé ? — (Sermons de saint Vincent de Paul, de ses coopérateurs et successeurs immédiats pour les missions des campagnes, publiés par les soins de l'abbé Jeanmarie, tome 1, Paris : chez Ph Baldeveck, 1859, p. 130)
    • C'est comme si du haut d'une tour fort élevée vous teniez quelqu'un suspendu avec une corde attachée dessous ses bras. Pour le précipiter en bas, il ne serait pas nécessaire que vous le jetassiez; il suffirait que vous lâchassiez la corde par laquelle vous le tenez : de même, etc. — (Les Magnificences de la religion, recueil de ce qui a été écrit de plus remarquable sur le dogme, sur la morale, sur le culte divin, etc., ou Répertoire de la prédication, par l'abbé A. Henry, 2e série, tome 5, Mirecourt : chez Humbert & La Marche (Vosges) : chez l'auteur, 1867, p. 197)
    • Le comte Wilczek fit confectionner une quantité de petits ballons en caoutchouc qu'on distribua, munis de dépêches, aux baleiniers en partance pour les mers du nord, afin que ceux-ci les lâchassent dans diverses stations de ces parages ; […]. — (Jules Gourdault, « Les récentes explorations polaires », dans la Revue des deux Mondes, 15e année, 3e période, tome 7, Paris, 1875, p. 718)
    • Lâcher les chiens, les laisser courir après la bête.
    • Lâcher l’autour, l’épervier, etc., le laisser partir.
    • Lâcher des pigeons, donner l’essor à des pigeons voyageurs.
  5. (Par extension) (France) Péter. Note : Au Québec, on dit se lâcher dans ce sens.
    • Bon sang, ça pue ! Il y en a un qui a lâché.
  6. Cesser de soutenir (quelqu'un, un projet, une cause) ; abandonner.
    • L'Europe lâchée par les siens ? — (Titre de Vosges Matin, 22 mai 2016)
    • OL : Lâcher Lyon pour l'étranger, ça titille Umtiti — (Titre de foot01.com [1], 20 mai 2016)
    • L'assureur Axa lâche l'industrie du tabac — (Titre du Quotidien de la Réunion et de l'Océan indien [2], 23 mai 2016)
  7. (Figuré) Envoyer.
    • Lâcher une personne après une autre, sur une autre, la mettre à sa poursuite, pour l’inquiéter, pour la tourmenter, ou pour l’amener à faire quelque chose qu’on désire.
    • Lâcher les huissiers après un débiteur, sur un débiteur, leur donner charge de faire contre lui des actes de leur ministère.
  8. Ouvrir.
    • Lâcher la bonde d’un étang, lâcher une écluse, lever la bonde d’un étang, lever la vanne d’une écluse.
    • Lâcher les eaux.
  9. (Figuré) Tirer.
    • Lâcher un coup de fusil, un coup de revolver, un coup de canon.
    • Le vaisseau lâcha une bordée.
  10. (Québec)
    • Lâcher un cri : pousser un cri
  11. (Québec) (À l'impératif, avec un complément introduit par avec, pour demander à quelqu'un de cesser d'être importun)
    • – Voyons, crisse, lâche-moi deux secondes avec Tristan! C'est un grand garçon. On est pas encore mariés. — (Thomas Ouellet St-Pierre, Même ceux qui s'appellent Marcel, Leméac, 2014, page 228)
    • Puis, pour votre mari, le pauvre homme doit bien aimer un autre légume… Lâchez-le avec l’aubergine et faites-lui des artichauts, pour être originale. — (Le Journal de Montréal, 16 mars 2014)
  12. (Pronominal) Cesser de se contrôler ou se contrôler moins, notamment se donner la liberté de transgresser les normes de comportements.
    • Nadine Morano se lâche : « la gare du Nord, c'est l'Afrique » — (Titre de lopinion.fr [3], 23 mai 2016)
  13. (Pronominal) Tenir des propos impolis, offensants, indiscrets, indécents.
    • Il se repentit de s’être tant lâché devant eux.
    • Se lâcher en propos imprudents, en propos injurieux contre quelqu’un.

Nom commun

lâcher \la.ʃe\ ou \lɑ.ʃe\ masculin

  1. Action de lâcher dans l'espace environnant ; lâchage.
    • Un lâcher de pigeons, c'est la cohérence parfaite anthropomorphe de l'air et du temps ! De fait, Marie était devenue une aficionado (enfin da !) des lâchers de pigeons. C'est un spectacle qui dépasse, et de loin, le Cirque du Soleil ! — (Marie-Claire Cardinal, Meurtre au colombier, Coëtquen Éditions, 2017 , p. 16)
    • Vendredi après midi, une vingtaine de bénévoles, à la satisfaction du président Patrick Ruffin, participaient à un lâcher de truites de la pisciculture du Talbat pour la Carpe Lussacoise. — (Vienne : Lussac-les-Châteaux : Dernier lâcher de truites, Centre Presse, 23 mai 2016)
    • En effet, l'inoubliable lâcher de ballons qui faillit ne pas avoir lieu tant nous étions près du terrain d'aviation avait su marquer les esprits et nous faire remarquer. — (Eric Balez, avec ‎Hélène Bloch, Patient expert: Mon témoignage face à la maladie chronique, éd. Odile Jacob, 2015)
    • Aucun lâcher de perdrix ni de lièvres n'a été effectué pendant la période de 20 ans environ sur laquelle portent les observations. — (Revue forestière française, 1975, vol. 27, p. 396)
    • Et sur le dossier très spécifique d'une attaque, par des cochenilles, des tilleuls situés autour de la superbe place de Céroux, menaçant gravement ces arbres séculaires, nous choisirons de recourir à un lâcher de coccinelles, plutôt que de pulvériser des pesticides, comme cela se pratique classiquement. — (Jean-Luc Roland , Un bourgmestre vert à Ottignies-Louvain-la-Neuve, Luc Pire Éditions, 2006, p. 52)
    • À la vue d'Alger, de l'aéroport Houari Boumédiene, je me décontracte, le voyageur devant aussi, avec un lâcher de pets tonitruants. — (Franck Saël, Le Voyage à Merahna, Editions Publibook, 2003, p. 100)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lâcher : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LÂCHER. v. tr.
Détendre, desserrer quelque chose. Cette corde est trop tendue, lâchez-la un peu. Il faut lâcher ce corset qui est trop serré. Lâcher un cordon, lâcher une courroie. Les cordes de cette harpe se sont lâchées. Dans cette acception, il s'emploie aussi intransitivement pour signifier Se desserrer, se détendre. Prenez garde que la corde ne lâche. En termes de Manège, Lâcher la bride, la main à un cheval, Lui tenir la bride moins courte pour le laisser ou le faire courir. Il signifie figurément Donner à quelqu'un plus de liberté qu'à l'ordinaire. Lâcher la bride à ses passions, S'y abandonner entièrement. À certains jeux de Cartes, Lâcher la main, La laisser aller à un autre, quoiqu'on ait de quoi la lever. Il signifie aussi figurément Céder de ses prétentions, diminuer du prix qu'on demandait d'une chose. Lâcher pied, Reculer, s'enfuir. Il signifie figurément Céder, montrer de la faiblesse. N'allez pas lâcher pied dans cette occasion : tenez ferme.

LÂCHER signifie aussi Laisser aller, laisser échapper. Il tenait cela dans ses mains, il l'a lâché. Lâcher un prisonnier. Lâcher un oiseau. Lâcher sa proie. Lâcher un âne dans un pré. Lâcher prise, Laisser aller ce qu'on tient avec force. Il signifie aussi, figurément, Cesser une poursuite, une dispute, un combat, etc., ou Rendre malgré soi ce qu'on a pris. Lâcher les chiens, Les laisser courir après la bête. Lâcher une laisse de lévriers. À la Chasse du vol, Lâcher l'autour, l'épervier, etc., Le laisser partir. Lâcher des pigeons, Donner l'essor à des pigeons voyageurs. On dit aussi Lâcher un ballon. Substantivement, Un lâcher de pigeons, un lâcher de ballons. Fig. et fam., Lâcher une personne après une autre, sur une autre, La mettre à sa poursuite, pour l'inquiéter, pour la tourmenter, ou pour l'amener à faire quelque chose qu'on désire. Lâcher les huissiers après un débiteur, sur un débiteur, Leur donner charge de faire contre lui des actes de leur ministère. Lâcher la bonde d'un étang, lâcher une écluse, Lever la bonde d'un étang, lever la vanne d'une écluse. On dit aussi dans le même sens Lâcher les eaux. Lâcher le robinet d'une fontaine, Le tourner de manière que l'eau s'échappe. Fam., Lâcher une parole, lâcher un mot, Dire inconsidérément quelque chose qui peut nuire ou déplaire. Lâcher une épigramme contre quelqu'un. Il a lâché une parole qu'il voudrait bien avoir retenue. Je suis fâché de ce que j'ai dit, mais le mot est lâché. Il signifie aussi Dire une chose avec quelque dessein. Il lâcha un mot qui fit une grande impression. Fam., Le grand mot est lâché, Le mot qu'on retenait est enfin échappé. Dans ce sens, LÂCHER s'emploie pronominalement dans le langage familier et signifie Tenir des propos offensants, indiscrets, indécents. Il se repentit de s'être tant lâché devant eux. Se lâcher en propos imprudents, en propos injurieux contre quelqu'un. Fig. et fam., Lâcher la parole, lâcher le mot, Dire le dernier prix qu'on veut avoir ou donner quand on discute les conditions d'un marché, ou Donner son consentement, dans une négociation, après avoir fait quelques difficultés. Le mot est lâché, vous ne pouvez vous en dédire. Lâcher un coup de fusil, un coup de revolver, un coup de canon, Faire partir ces armes, en tirer un coup. Il lui lâcha un coup de fusil dans la tête. Le vaisseau lâcha une bordée. Le participe passé

LÂCHÉ, ÉE, s'emploie adjectivement et se dit de Quelque chose qui est négligé, qui manque de précision, de vigueur. Une composition lâchée. Un dessin, un style lâché.

Lâcher : définition du Littré (1872-1877)

LÂCHER (là-ché) v. a.
  • 1Faire qu'une chose soit lâche, moins tendue. Cette corde est trop tendue, lâchez-la un peu.
  • 2Cet aliment lâche le ventre, il rend le ventre libre. Et le soir, de petits pruneaux pour lâcher le ventre, Molière, Mal. im. III, 14.

    Absolument. Les pruneaux lâchent.

  • 3 Terme de manége. Lâcher la bride, voy. BRIDE, nos 2 et 3.

    Lâcher la main, voy. MAIN.

    Lâcher la gourmette, l'accrocher au second maillon, quand, étant accrochée au premier, elle serre trop le menton du cheval (voy. GOURMETTE).

  • 4Lâcher pied, lâcher le pied, voy. PIED.

    Terme d'escrime. Lâcher la mesure, reculer devant son adversaire.

    Absolument. Ces misérables sur qui j'allongeais à tout instant et à bras raccourci des bottes qu'ils ne parèrent qu'en lâchant, Marivaux, Pays. parv. 5e part.

  • 5Laisser aller, en parlant des personnes ou des animaux que l'on tient, ou que l'on a près de soi, sous sa main. Donnez-nous seulement six pistoles pour boire ; Nous allons vous lâcher, Molière, Mal. im. 1er interm. sc. 8. Je ne laisserais pas de l'avoir [Pauline] auprès de moi ; elle ne saurait être mieux, et je ne vois rien qui mérite que vous la lâchiez et l'envoyiez au grenier, Sévigné, 27 déc. 1688. S'ils [les faisans] se sont multipliés en Saxe, ce n'a été que par les soins du duc Frédéric, qui en lâcha deux cents dans le pays, avec défense de les prendre ou de les tuer, Buffon, Ois. t. IV, p. 64, dans POUGENS.
  • 6Il se dit quand on laisse aller une personne ou des animaux pour qu'ils attaquent quelqu'un ou quelque chose, pour qu'ils aillent quelque part. Lâcher les chiens. Lâcher une laisse de lévriers. Un vieillard sur son âne aperçut en passant Un pré plein d'herbe et florissant, Il y lâche sa bête…, La Fontaine, Fabl. VI, 8. Si un loup avide paraît, il lâche son chien qui le met en fuite, La Bruyère, X. On me mena dans la carrière, on me lâcha un lion, Montesquieu, Lys. Il regardait le peuple comme une bête féroce, qu'il fallait lâcher sur leurs voisins, de peur qu'elle ne dévorât ses maîtres, Voltaire, Dict. phil. Parlement d'Anglet.

    Terme de fauconnerie. Lâcher l'autour, lâcher l'épervier, etc. le laisser partir. Lâcher de rebat, laisser partir l'autour, après l'avoir retenu en son premier essor.

    Fig et familièrement. Lâcher une personne après une autre, la mettre à sa poursuite, pour l'inquiéter, la tourmenter, ou l'amener à faire ce qu'on désire. Ils aiment les lettres, ils aiment et disent la vérité, ils sont courageux comme de petits lions ; lâchez-les sur les sots, Voltaire, Lett. d'Argental, 11 mars 1752.

    Lâcher les huissiers après un débiteur, leur donner charge de faire contre lui les poursuites nécessaires.

  • 7Laisser échapper un objet que l'on tient. Petit poisson deviendra grand, Pourvu que Dieu lui prête vie ; Mais le lâcher en attendant, Je tiens pour moi que c'est folie : Car de le rattraper il n'est pas trop certain, La Fontaine, Fabl. V, 3. Lâcher ce qu'on a dans la main Sous espoir de grosse aventure Est imprudence toute pure, La Fontaine, ib. IX, 10. Et l'avare Achéron ne lâche point sa proie, Racine, Phèdre, II, 5. Ces deux femmes tiennent la lettre, sans que je puisse deviner celle qui la lâchera, Diderot, Salon de 1767, Œuv. t. XIV, p. 370, dans POUGENS. Il jeta sur la table cet écu qu'il avait eu tant de peine à lâcher, Marmontel, Mém. IV.

    Lâcher prise, voy. PRISE.

    Lâchez tout ! signal pour laisser aller les cordes qui retiennent un ballon, un bateau, etc.

    À certains jeux de cartes, lâcher la main, la laisser aller à un autre, quoiqu'on ait de quoi la lever.

    Au jeu de la paume, lâcher la balle, ne la point toucher, la laisser passer.

  • 8Lâcher la bonde d'un étang, lâcher une écluse, lever la bonde d'un étang, lever la vanne d'une écluse.

    On dit aussi dans le même sens : lâcher les eaux.

    Lâcher le robinet d'une fontaine, le tourner de manière que l'eau s'échappe.

  • 9Ce malade lâche tout sous lui, il ne peut retenir ses excréments.

    Familièrement. Lâcher de l'eau, uriner.

    Lâcher un vent, laisser échapper un vent par en bas.

  • 10Lâcher un coup de fusil, un coup de pistolet, un coup de canon, faire partir ces armes, en tirer un coup. Enfin l'un des deux vaisseaux lâcha à l'autre une bordée si bas et si juste qu'il coula à fond, Voltaire, Candide, 20. Ce cavalier lâche un coup de pistolet à un autre qui a le sabre levé sur lui, Diderot, Salon de 1765, Œuv. t. XIII, p. 169, dans POUGENS.

    Dans le même sens : lâcher un trait. Venez voir, cher Hémon, si le ciel en courroux Peut lâcher quelque trait qu'il n'ait lâché sur vous, Rotrou, Antig. III, 2.

    Populairement. Lâcher un coup. donner un coup. Turnus, sitôt qu'il l'approcha, Un grand coup de poing lui lâcha, Scarron, Virg. VII. L'autre, qui s'en doutait, lui lâche une ruade, La Fontaine, Fabl. V, 8.

    Fig. Faire partir quelque chose que l'on compare à un coup de fusil, à un trait. Lâcher un pamphlet dans le public. Ensuite il fait ôter ce présent de ses yeux… Lâche deux ou trois mots contre cette insolence, Corneille, Pomp. III, 1. Avez-vous à lâcher encore quelque trait ? Molière, Femmes sav. II, 8. Et que souvent parmi des choses très bien prises, Qui sont du meilleur goût, on lâche des sottises, Hauteroche, Bourg. de qualité, II, 4. Il [Jésus-Christ] n'a pas plus tôt lâché le mot à saint Jean pour lui dire que Marie est sa mère, qu'incontinent ce disciple se sent possédé de toutes les affections d'un bon fils, Bossuet, 2e sermon, Compass. de la Ste Vierge, 2. Vous le voyez, il [Jurieu] a peine à lâcher le mot [imputation de friponnerie contre Bossuet], tant les injures lui coûtent à prononcer ; mais, après qu'il a surmonté cette répugnance, il répète plus aisément la seconde fois : la friponnerie de l'évêque de Meaux, Bossuet, 6e avert. 100. Tu es homme à lâcher quelque mauvaise plaisanterie pour l'inquiéter, Hamilton, Gramm. 3. On m'assure que la Sorbonne lâchera toujours son décret contre Bélisaire [de Marmontel], Voltaire, Lett. Damilaville, 22 juill. 1767. Mais, mes divins anges, quand un livre est lâché dans l'Europe, il n'y a plus de remède, Voltaire, Lett. d'Argental, 8 mai 1763. Ils lui envoyèrent quelques brochures qu'ils avaient lâchées charitablement contre leur ancien concitoyen, Voltaire, Quest. miracles, lett. 14. Je crois que vous me lâchez des épigrammes, l'amour, Beaumarchais, Barb. de Sév. II, 13. Sitôt qu'il lâche une parole, [il] Veut lire dans vos yeux l'effet de son discours, Delille, Convers. II.

    Lâcher une parole, lâcher un mot, dire inconsidérément quelque chose qui peut nuire ou déplaire. Vous devez la punir [Cléopatre], si vous la condamnez… Le mot en est lâché, Corneille, Rodog. III, 4. Je n'ai point sans sujet lâché cette parole, Rotrou, Vencesl. I, 1. Gardez-vous de lâcher le moindre mot qui puisse faire connaître au bon d'Hacqueville que je vous ai envoyé sa lettre, Sévigné, 242.

    Lâcher un mot, lâcher une parole signifie aussi : dire quelque chose avec dessein. Il lâcha un mot qui fit impression. Un prince si habile n'avait pas lâché cette parole sans dessein, Bossuet, Var. VI, § 5.

    Lâcher la parole, lâcher le mot, dire le dernier prix qu'on veut avoir ou donner, quand on discute un marché, ou donner son consentement après avoir fait des difficultés. Le mot est lâché, vous ne pouvez vous en dédire.

    Prononcer une parole qui coûte à dire, faire un aveu, une concession qui coûte. Tant on avait de peine à lâcher le mot, que le corps et le sang [de Jésus-Christ] ne fussent donnés que spirituellement, et d'insérer dans une confession de foi une chose si nouvelle aux chrétiens ! Bossuet, Var. III.

    Lâcher que…, dire, proférer. Voilà… sur quoi [l'aversion de Mme de Grignan] roulent toutes ses pensées [de Retz] ; sur cela je crois avoir dit et ménagé tout ce que l'amitié que j'ai pour vous… pouvait m'inspirer… ne lâchant jamais que vous eussiez de l'horreur pour lui, soutenant que vous aviez un fonds d'estime, d'amitié, Sévigné, 1678, n° 713, édit. RÉGNIER.

  • 11 V. n. Être détendu. Cette corde lâche trop.

    S'échapper, manquer. Prenez garde que ce crampon ne lâche.

  • 12Se lâcher, v. réfl. Se détendre, se débander. Un ressort qui se lâche.

    Partir, en parlant d'une arme à feu. Un pistolet qui se lâcha malheureusement, Regnard, Voy. de Fland.

    Fig. Tenir des propos indiscrets. [M. de Chaulnes] le mettait [M. de Chevreuse] à bout par ses railleries, auxquelles il se lâchait avec moins de ménagements qu'il ne l'aurait fait avec des étrangers, Saint-Simon, 19, 226. Gardez-vous bien de vous lâcher contre ce tribunal, Lesage, Diabl. boit. ch. VII, dans POUGENS. Ce secrétaire Walpole s'étant lâché très inconsidérément sur le compte de ma nation, je ne crus pas devoir le souffrir, Diderot, la Princ. Daschkoff.

  • 13Dans un langage bas, se lâcher, ne pouvoir retenir un vent. Votre Majesté, je crois, s'est lâchée, Couplet ajouté à la chanson du roi Dagobert.

HISTORIQUE

XIe s. Son cheval [il] broche, si li lasche la resne, Ch. de Rol. XCVIII.

XIIIe s. Puis laska les bras, et li rois cheï sour le pavement si rudement que à poi que li cuers ne li parti, Chr. de Rains, p. 40.

XVe s. Et ne demoura gueres que sa maladie luy lascha, tant que comme à Dieu pleust qu'il s'endormist ; si en furent ses gens moult joyeulx quand ilz le virent reposer, Lancelot du lac, t. I, f° 136, dans LACURNE.

XVIe s. En nous remettant la coulpe, il nous lasche aussi toute la punition que nous avions meritée, Calvin, Instit. 512. Il charge un pistolet et le lasche, Montaigne, I, 109. La peur trouble le ventre et le lasche, Montaigne, III, 49. Sans lascher une parole de foiblesse, Montaigne, III, 100. Lascher un oiseau, Montaigne, III, 44. L'un roidit et tendit les chordes qui estoient trop lasches à Sparte, et l'autre lascha celles qui estoient trop tendues à Rome, Amyot, Num. et Lyc. comp. 1. L'autre se sentant ainsi mordre lascha incontinent sa prise, Amyot, Alc. 3. Il faisoit lascher des levriers d'attache sur eulx qui les deschiroient en pieces, Amyot, Pélop. 53. Le regiment lascha le pied devant ces troupes, D'Aubigné, Hist. II, 160.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

LÂCHER. Ajoutez :
14 S. m. Action de lâcher, de laisser aller. Environ 100 pigeons avaient été apportés ; le lâcher a été fait dans la prairie, Journ. offic. 24 mai 1873, p. 3296, 1re col. … il arrive que des chasseurs désoeuvrés, dans les environs des gares où les lâchers ont lieu, voyant ces compagnies de pigeons étrangers voleter avant de prendre leur direction vers le nord. les tirent et les abattent, Journ. offic. 8 sept. 1874, p. 6427, 1re col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « lâcher »

Étymologie de lâcher - Wiktionnaire

(XIVe siècle) De l'ancien français lascher (XIIIe siècle) « lâcher ; délier, libérer d'un vœu », plus tôt laschier (1080, Chanson de Roland), qui remonte au latin populaire *lassicare, forme dissimulée de *laxicare, fréquentatif du latin laxare « détendre, (re)lâcher, desserrer ; se détendre », d'où laisser ainsi que les formations savantes laxatif, laxiste et relax en français.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de lâcher - Littré

Berry, lâcher, cesser ; il ne lâche pas de parler ; provenç. laxar, laschar ; espagn. et portug. laxar ; ital. lasciare ; du lat. laxare, rendre lâche, détendu, qui vient de laxus, lâche.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « lâcher »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lâcher laʃe play_arrow

Conjugaison du verbe « lâcher »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe lâcher

Citations contenant le mot « lâcher »

  • Un touriste cherche également à quitter l’univers du travail et toutes les tensions qui peuvent y être associées. Enfin, il peut être particulièrement complexe de mener de front une vie familiale et une carrière professionnelle, tout en gérant son domicile, et tenter de trouver un temps de loisirs pour soi. Ainsi, au fil des années, les vacances sont devenues un cours de rattrapage des moments importants de la vie familiale et personnelle que les pressions du quotidien ont mis à mal. Indéniablement, le temps des vacances représente une échappatoire essentielle à nos vies pressurisées où le lâcher-prise et l’être ensemble demeurent les principes directeurs. The Conversation, Vacances : comment lâcher prise à côté de chez soi ?
  • Brigitte et Emmanuel Macron contrariés par un lâcher de ballons en plein défilé du 14 juillet Gala.fr, Brigitte et Emmanuel Macron contrariés par un lâcher de ballons en plein défilé du 14 juillet - Gala
  • Attention, un lâcher d'eau est prévu jeudi sur la Siagne Nice-Matin, Attention, un lâcher d'eau est prévu jeudi sur la Siagne - Nice-Matin
  • Afin de limiter l’augmentation de la température de la rivière d’Ain et le développement des algues du fait des fortes chaleurs annoncées, un lâcher d’eau doit être effectué au barrage d’Allement dans la nuit de dimanche à lundi à minuit, prévient dans un communiqué la communauté de communes des Rives de l’Ain - Pays de Cerdon. , Environnement | Alerte au lâcher d’eau ce lundi dans la rivière d’Ain
  • La métaphore qui suit porte sur la capacité de “lâcher prise” qu’ont les personnes ou pas, lorsqu’elles sont en conflit. Officiel de la Médiation Professionnelle et de la Profession de Médiateur, Métaphore du lâcher-prise - Officiel de la Médiation Professionnelle et de la Profession de Médiateur

Images d'illustration du mot « lâcher »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « lâcher »

Langue Traduction
Corse lasciava
Basque utzi joaten
Japonais 手放す
Russe отпустить
Portugais solte
Arabe اتركه
Chinois 松手
Allemand loslassen
Italien lascia andare
Espagnol soltar
Anglais let go
Source : Google Translate API

Synonymes de « lâcher »

Source : synonymes de lâcher sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « lâcher »


Mots similaires