Restaurer : définition de restaurer


Restaurer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RESTAURER, verbe trans.

A. −
1. [Le compl. désigne gén. une chose concr.] Remettre en bon état une chose dégradée.
a) Vieilli. Réparer. Synon. fam. retaper.Le plus souvent au part. passé en empl. adj. Mur restauré; menuiseries restaurées. Il se rendait au bois de Boulogne dans son cabriolet restauré, lorsqu'en descendant la rue de Bourgogne (...) l'essieu se cassa net par le milieu (Balzac,Ferragus, 1833, p. 51).
b) Mod., ARCHIT., ARTS. [Le compl. désigne une œuvre d'art, un monument anc.] Remettre en bon état en essayant de respecter l'aspect primitif, le style. Restaurer un bas-relief, une cathédrale, une chapelle, un château, un édifice, une fresque, un monument, une statue, une toile. Muni de l'inventaire et plein des souvenirs du XVIIesiècle qu'il a étudié dans toutes ses branches, M. Soulié a restauré et restitué l'appartement et la chambre à coucher de MmePoquelin (Sainte-Beuve,Nouv. lundis, t. 5, 1863, p. 263).Le père Guinardon (...) restaurait enfin les peintures de Delacroix à Saint-Sulpice (A. France,Révolte anges, 1914, p. 33).
Empl. abs. Art de restaurer. Pour reboucher les crevasses dans les tableaux avant de restaurer: mastic qu'on trouve chez tous les restaurateurs de tableaux, fait de blanc d'Espagne et de colle de peau de lapin (Delacroix,Journal, 1850, p. 422).
Part. passé en empl. adj. Meuble, tableau restauré; statue restaurée. Restauré, rentoilé comme une corvette à flot, mon moulin vire dans le soleil, poète remis au vent, rêveur retourné à la vie (A. Daudet,Trente ans Paris, 1888, p. 178).
c) Spécialement
ARBORIC. Réparer un arbre en le taillant. Si les poiriers à restaurer (...) sont encore assez vigoureux (...) on cherche parmi les diverses ramifications de la base les trois plus convenables (Du Breuil,Cult. arbres, 1876, p. 215).
CHIR. [Le compl. désigne un élément du corps] Réparer un élément du corps endommagé ou le reconstituer entièrement. Je crois avoir entendu dire que la chirurgie moderne avait des secrets infaillibles pour restaurer les parties mutilées ou détruites (About,Nez notaire, 1862, p. 71).
INFORMAT. ,,Remettre dans l'état antérieur un registre d'index, tout ou partie d'une mémoire, ou une adresse variable, par ex.`` (Le Garff 1975).
2. Au fig.
a) Vx ou littér. [Le compl. désigne gén. une notion abstr.]
Remettre en activité, faire renaître, rétablir une chose tombée en désuétude. Restaurer une coutume, une loi; restaurer la liberté, l'ordre social, la paix. Mystiques, dont le parti (...) pour régler le salaire d'un ouvrier, commence par restaurer la religion (Proudhon,Syst. contrad. écon., t. 1, 1846, p. 24).C'est au même général [Pétain] dont on a dit parfois qu'il voyait noir, qu'il inclinait à présager le pire, qu'il fut unanimement demandé de restaurer l'espoir et de ranimer l'ardeur dans nos rangs (Valéry,Variété IV, 1938, p. 84).
[Avec une idée d'amélioration] Rétablir la prospérité, améliorer. Restaurer une industrie, un potentiel économique. Il restaurait les finances en imposant un léger sacrifice à la richesse mobilière, réorganisait la trésorerie et amortissait la dette (Lefebvre,Révol. fr., 1963, p. 98).
Vieilli. [Le compl. désigne une pers.] Faire retrouver sa place à quelqu'un; rétablir sa gloire ou sa situation financière. Le propriétaire, tour à tour père et tyran, remonte et restaure son fermier ruiné (Proudhon,Syst. contrad. écon., t. 1, 1846, p. 343).Part. passé en empl. adj., pop., p. plaisant. Le voilà bien restauré. ,,Se dit d'un homme qui n'obtient qu'une faible récompense en dédommagement d'un grand sacrifice, d'une grande perte`` (Ac. 1835).
b) POL., HIST. Rétablir au pouvoir une dynastie qui en avait été écartée. Restaurer un monarque, un roi; restaurer les Stuarts. L'important [pour l'Action Française] n'est pas de restaurer une dynastie, mais un régime (L'Œuvre, 21 mars 1941).Part. passé en empl. adj. Qui a été rétabli sur le trône. Monarque restauré. Gromance (...) comptait bien être nommé pair de France par Philippe restauré (A. France,Bergeret, 1901, p. 127).
Se faire restaurer.Se faire rétablir au pouvoir. La princesse douairière Alix (...) recommençait ses machinations pour déshériter sa fillette et régner elle-même. Pour se faire restaurer, elle mit dans son jeu ses deux voisins, Jocelin II d'Édesse et Pons de Tripoli (Grousset,Croisades, 1939, p. 140).
B. − [Le compl. désigne une pers.] Rétablir la vigueur, la santé de quelqu'un.
1. Vieilli. [Le suj. désigne un aliment, une boisson, un remède] Qqc. restaure qqn.Ce remède m'a bien restauré. [Richelieu] avait la poitrine délabrée, et l'univers sait pourquoi! le vin du pays le restaure, le rétablit (Balzac,Pierrette, 1840, p. 46).Empl. abs. Point de plats montés, mais de bons dîners, de fortes viandes qui restaurent (Goncourt,Ch. Demailly, 1860, p. 168).
2. Rare. Qqn1restaure qqn2(avec qqc.).Rétablir les forces de quelqu'un, remettre d'aplomb quelqu'un en le faisant manger. Ah! moi alors, je vais te restaurer (...) tous les jours des farineux!... du beurre! et de la carne! et de première! (Céline,Mort à crédit, 1936, p. 696).
3. Empl. pronom., fam. Qqn se restaure.Reprendre des forces en mangeant. Avoir besoin de se restaurer. Au curé succéda le médecin. (...) le neveu (...) finit par déterminer son malade à se restaurer (Balzac,Illus. perdues, 1843, p. 547).En voyage, avec ces fatigues inaccoutumées, il faut premièrement se restaurer. Il s'en alla donc et se dirigea vers le restaurant du Roi de la Bière (Michaux,Plume, 1930, p. 170).
Qqn se restaure de qqc.J'allais me restaurer d'une omelette (Vallès,Réfract., 1865, p. 57).
4. Part. passé en empl. adj. [Qualifie une pers.] Qui a repris des forces en mangeant. Pourvu que vous puissiez (...) l'attendre tranquillement à l'air libre, reposé, restauré, après cette nuit qui ne sera évidemment pas agréable (Butor,Modif., 1957, p. 48).
REM.
Restaurant, -ante, part. prés. en empl. adj.Qui nourrit, fortifie. Mets restaurant. Aux gens épuisés, prescrire un régime restaurant, avec des œufs, des farineux, comme le riz, la semoule, les gruaux, des biscuits, du vin d'Alicante, ou du vin avec le sucre et la canelle (Geoffroy,Méd. prat., 1800, p. 326).
Prononc. et Orth.: [ʀ εstɔ ʀe], [-sto-], (il) restaure [-stɔ:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 2emoit. xes. restaurar « remettre en bon état, guérir » (Saint-Léger, éd. J. Linskill, 181: La labia li ad restaurat) − 1458 (Arnoul Gréban, Myst. de la Passion, éd. O. Jodogne, 14422); ca 1140 restorer « remettre en état, reconstruire » (Geffrei Gaimar, Hist. des Anglais, éd. A. Bell, 932: Icest [ida] duze ans regnad E Baenbur[c] bien restorad); 1680 restaurer « rétablir une œuvre d'art » (Rich.); 2. 1155 restorer « remettre en vigueur (un tribut) » (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 3265); spéc. av. 1825 « remettre sur un trône (les Stuarts, en Angleterre) » (P. L. Cour., Piece diplomatique ds Littré); 3. 1216 restorer « rétablir la vigueur par la nourriture » (Robert de Clari, Constantinople, éd. Ph. Lauer, § 17, 6, p. 16); 1819 se restaurer « reprendre des forces en mangeant » (Boiste). Empr. au lat.restaurare « rebâtir, réparer, refaire » et « reprendre, renouveler ». Fréq. abs. littér.: 533. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 602, b) 682; xxes.: a) 713, b) 956. Bbg. Quem. DDL t. 15 (s.v. restauré).

Restaurer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RESTAURER, verbe trans.

A. −
1. [Le compl. désigne gén. une chose concr.] Remettre en bon état une chose dégradée.
a) Vieilli. Réparer. Synon. fam. retaper.Le plus souvent au part. passé en empl. adj. Mur restauré; menuiseries restaurées. Il se rendait au bois de Boulogne dans son cabriolet restauré, lorsqu'en descendant la rue de Bourgogne (...) l'essieu se cassa net par le milieu (Balzac,Ferragus, 1833, p. 51).
b) Mod., ARCHIT., ARTS. [Le compl. désigne une œuvre d'art, un monument anc.] Remettre en bon état en essayant de respecter l'aspect primitif, le style. Restaurer un bas-relief, une cathédrale, une chapelle, un château, un édifice, une fresque, un monument, une statue, une toile. Muni de l'inventaire et plein des souvenirs du XVIIesiècle qu'il a étudié dans toutes ses branches, M. Soulié a restauré et restitué l'appartement et la chambre à coucher de MmePoquelin (Sainte-Beuve,Nouv. lundis, t. 5, 1863, p. 263).Le père Guinardon (...) restaurait enfin les peintures de Delacroix à Saint-Sulpice (A. France,Révolte anges, 1914, p. 33).
Empl. abs. Art de restaurer. Pour reboucher les crevasses dans les tableaux avant de restaurer: mastic qu'on trouve chez tous les restaurateurs de tableaux, fait de blanc d'Espagne et de colle de peau de lapin (Delacroix,Journal, 1850, p. 422).
Part. passé en empl. adj. Meuble, tableau restauré; statue restaurée. Restauré, rentoilé comme une corvette à flot, mon moulin vire dans le soleil, poète remis au vent, rêveur retourné à la vie (A. Daudet,Trente ans Paris, 1888, p. 178).
c) Spécialement
ARBORIC. Réparer un arbre en le taillant. Si les poiriers à restaurer (...) sont encore assez vigoureux (...) on cherche parmi les diverses ramifications de la base les trois plus convenables (Du Breuil,Cult. arbres, 1876, p. 215).
CHIR. [Le compl. désigne un élément du corps] Réparer un élément du corps endommagé ou le reconstituer entièrement. Je crois avoir entendu dire que la chirurgie moderne avait des secrets infaillibles pour restaurer les parties mutilées ou détruites (About,Nez notaire, 1862, p. 71).
INFORMAT. ,,Remettre dans l'état antérieur un registre d'index, tout ou partie d'une mémoire, ou une adresse variable, par ex.`` (Le Garff 1975).
2. Au fig.
a) Vx ou littér. [Le compl. désigne gén. une notion abstr.]
Remettre en activité, faire renaître, rétablir une chose tombée en désuétude. Restaurer une coutume, une loi; restaurer la liberté, l'ordre social, la paix. Mystiques, dont le parti (...) pour régler le salaire d'un ouvrier, commence par restaurer la religion (Proudhon,Syst. contrad. écon., t. 1, 1846, p. 24).C'est au même général [Pétain] dont on a dit parfois qu'il voyait noir, qu'il inclinait à présager le pire, qu'il fut unanimement demandé de restaurer l'espoir et de ranimer l'ardeur dans nos rangs (Valéry,Variété IV, 1938, p. 84).
[Avec une idée d'amélioration] Rétablir la prospérité, améliorer. Restaurer une industrie, un potentiel économique. Il restaurait les finances en imposant un léger sacrifice à la richesse mobilière, réorganisait la trésorerie et amortissait la dette (Lefebvre,Révol. fr., 1963, p. 98).
Vieilli. [Le compl. désigne une pers.] Faire retrouver sa place à quelqu'un; rétablir sa gloire ou sa situation financière. Le propriétaire, tour à tour père et tyran, remonte et restaure son fermier ruiné (Proudhon,Syst. contrad. écon., t. 1, 1846, p. 343).Part. passé en empl. adj., pop., p. plaisant. Le voilà bien restauré. ,,Se dit d'un homme qui n'obtient qu'une faible récompense en dédommagement d'un grand sacrifice, d'une grande perte`` (Ac. 1835).
b) POL., HIST. Rétablir au pouvoir une dynastie qui en avait été écartée. Restaurer un monarque, un roi; restaurer les Stuarts. L'important [pour l'Action Française] n'est pas de restaurer une dynastie, mais un régime (L'Œuvre, 21 mars 1941).Part. passé en empl. adj. Qui a été rétabli sur le trône. Monarque restauré. Gromance (...) comptait bien être nommé pair de France par Philippe restauré (A. France,Bergeret, 1901, p. 127).
Se faire restaurer.Se faire rétablir au pouvoir. La princesse douairière Alix (...) recommençait ses machinations pour déshériter sa fillette et régner elle-même. Pour se faire restaurer, elle mit dans son jeu ses deux voisins, Jocelin II d'Édesse et Pons de Tripoli (Grousset,Croisades, 1939, p. 140).
B. − [Le compl. désigne une pers.] Rétablir la vigueur, la santé de quelqu'un.
1. Vieilli. [Le suj. désigne un aliment, une boisson, un remède] Qqc. restaure qqn.Ce remède m'a bien restauré. [Richelieu] avait la poitrine délabrée, et l'univers sait pourquoi! le vin du pays le restaure, le rétablit (Balzac,Pierrette, 1840, p. 46).Empl. abs. Point de plats montés, mais de bons dîners, de fortes viandes qui restaurent (Goncourt,Ch. Demailly, 1860, p. 168).
2. Rare. Qqn1restaure qqn2(avec qqc.).Rétablir les forces de quelqu'un, remettre d'aplomb quelqu'un en le faisant manger. Ah! moi alors, je vais te restaurer (...) tous les jours des farineux!... du beurre! et de la carne! et de première! (Céline,Mort à crédit, 1936, p. 696).
3. Empl. pronom., fam. Qqn se restaure.Reprendre des forces en mangeant. Avoir besoin de se restaurer. Au curé succéda le médecin. (...) le neveu (...) finit par déterminer son malade à se restaurer (Balzac,Illus. perdues, 1843, p. 547).En voyage, avec ces fatigues inaccoutumées, il faut premièrement se restaurer. Il s'en alla donc et se dirigea vers le restaurant du Roi de la Bière (Michaux,Plume, 1930, p. 170).
Qqn se restaure de qqc.J'allais me restaurer d'une omelette (Vallès,Réfract., 1865, p. 57).
4. Part. passé en empl. adj. [Qualifie une pers.] Qui a repris des forces en mangeant. Pourvu que vous puissiez (...) l'attendre tranquillement à l'air libre, reposé, restauré, après cette nuit qui ne sera évidemment pas agréable (Butor,Modif., 1957, p. 48).
REM.
Restaurant, -ante, part. prés. en empl. adj.Qui nourrit, fortifie. Mets restaurant. Aux gens épuisés, prescrire un régime restaurant, avec des œufs, des farineux, comme le riz, la semoule, les gruaux, des biscuits, du vin d'Alicante, ou du vin avec le sucre et la canelle (Geoffroy,Méd. prat., 1800, p. 326).
Prononc. et Orth.: [ʀ εstɔ ʀe], [-sto-], (il) restaure [-stɔ:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 2emoit. xes. restaurar « remettre en bon état, guérir » (Saint-Léger, éd. J. Linskill, 181: La labia li ad restaurat) − 1458 (Arnoul Gréban, Myst. de la Passion, éd. O. Jodogne, 14422); ca 1140 restorer « remettre en état, reconstruire » (Geffrei Gaimar, Hist. des Anglais, éd. A. Bell, 932: Icest [ida] duze ans regnad E Baenbur[c] bien restorad); 1680 restaurer « rétablir une œuvre d'art » (Rich.); 2. 1155 restorer « remettre en vigueur (un tribut) » (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 3265); spéc. av. 1825 « remettre sur un trône (les Stuarts, en Angleterre) » (P. L. Cour., Piece diplomatique ds Littré); 3. 1216 restorer « rétablir la vigueur par la nourriture » (Robert de Clari, Constantinople, éd. Ph. Lauer, § 17, 6, p. 16); 1819 se restaurer « reprendre des forces en mangeant » (Boiste). Empr. au lat.restaurare « rebâtir, réparer, refaire » et « reprendre, renouveler ». Fréq. abs. littér.: 533. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 602, b) 682; xxes.: a) 713, b) 956. Bbg. Quem. DDL t. 15 (s.v. restauré).

Restaurer : définition du Wiktionnaire

Verbe

restaurer \ʁɛs.tɔ.ʁe\ ou \ʁɛs.to.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se restaurer)

  1. Réparer ; remettre en bon état.
    • On achetait des avenues, des tours, des hôtels, des avions... Ensuite on restaurait le tout à grand frais, et on remettait l'ensemble sur le marché. — (Crésus, Confessions d'un banquier pourri, Fayard, 2009, chap.13)
    • Ce peintre restaure bien les vieux tableaux.
    • Restaurer ses forces, sa santé.
  2. (Pronominal) Rétablir ses forces en prenant de la nourriture.
    • Ce bouillon m’a bien restauré.
    • Il a besoin de se restaurer.
    • Je viens de me restaurer un peu.
  3. (Figuré) Rétablir, remettre en vigueur, en honneur, en parlant des lettres, du commerce, des lois, de la discipline, du gouvernement.
    • Ce Prince a restauré l’état, les arts, les lettres, le commerce.
  4. (Informatique) Remettre dans un état de référence un système informatique ou une application.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Restaurer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RESTAURER. v. tr.
Réparer, remettre en bon état. Restaurer une statue, un buste, un bas-relief. Cette figure était mutilée, on l'a restaurée. Cet architecte a bien restauré cette colonnade, ce mausolée. Ce peintre restaure bien les vieux tableaux. Restaurer ses forces, sa santé. Il se dit spécialement dans le sens de Rétablir ses forces en prenant de la nourriture. Ce bouillon m'a bien restauré. Il a besoin de se restaurer. Je viens de me restaurer un peu. Il s'emploie aussi au figuré, en parlant des Lettres, du commerce, des lois, de la discipline, du gouvernement, et signifie Rétablir, remettre en vigueur, en honneur. Ce Prince a restauré l'État, les arts, les lettres, le commerce.

Restaurer : définition du Littré (1872-1877)

RESTAURER (rè-stô-ré) v. a.
  • 1Réparer, rétablir, en parlant des ouvrages d'architecture, de sculpture, de peinture. Restaurer une église, une statue, un tableau. Pour restaurer, je le crois hors d'usage, bien que M. Richelet l'emploie dans son Dictionnaire, où il dit : restaurer une figure de bronze ou de marbre ; car ce pourrait être en cette occasion un terme d'art, Vaugelas, Nouv. Rem. observ. de M.***, p. 121, dans POUGENS.

    Il se dit aussi de livres en un sens analogue. Vous [Juifs] vous étiez idolâtres sous vos rois, vous n'avez été fidèles à un seul Dieu qu'après qu'Esdras eut restauré vos livres, Voltaire, Dict. phil. Juifs.

  • 2Remettre en bon état, en vigueur. Restaurer les forces, la santé. Remède qui restaure l'estomac. Il [Ch. de Sévigné] voulait que Pecquet le restaurât ; il disait les plus folles choses du monde, et moi aussi c'était une scène digne de Molière, Sévigné, 37.
  • 3 Fig. Il se dit des lettres, des lois, de la discipline, du commerce et choses analogues auxquelles on rend leur première vigueur. Restaurer l'État, les arts, les lettres, le commerce.
  • 4Remettre sur le trône une dynastie qui en est tombée. En Angleterre, Monk restaura les Stuarts. Je ne vous demanderai point les frais, comme on m'a fait ; c'est une vilenie de mes alliés ; au contraire, en vous restaurant, je vous donnerai de l'argent, ainsi qu'à vos sujets, tant que vous en voudrez, Courier, Pièce diplomatique.
  • 5Se restaurer, v. réfl. Rétablir ses forces par une bonne nourriture. Quel spectacle charmant de vous voir appliquée à votre santé, à vous reposer, à vous restaurer ! Sévigné, à Mme de Grignan, 22 nov. 1679. M. Mansart… ne respire que de se restaurer des extrêmes évacuations de Vichy, Sévigné, 7 oct. 1687.

HISTORIQUE

XIIe s. Li religius prince, qui volt bonté amer, Deit noveles iglises drescier et alever, Celes qui sont chaües [tombées] e creistre e restorer, Th. le mart. 73. Que les leis qui estoient abatues fussent restorées od [avec] l'aide de nostre seignor, Machab. II, 2.

XIIIe s. Que tout lor dommage leur seront restorei souffisamment, Tailliar, Recueil, p. 327. Cil rois Cyrus delivra de la prison les Juis por restorer le temple, Latini, Trésor, p. 52. Se on demande comment ces eures qui ja sont trespassées puent [peuvent] estre restorées por faire un jor el quart an…, Comput, f. 6. Qui piert un si preudome come il est, chou [ce] est damages sans restaurer [réparer], H. de Valenciennes, IV.

XIVe s. Si li jeu n'estoient par grant magnificence restauré, Bercheure, f° 40.

XVIe s. Il convient de discourir du moyen de restaurer ces vieilles ruines, Lanoue, 234. Je fis des mots nouveaux, je restauray les vieux, Ronsard, 974.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Restaurer : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RESTAURER, v. act. (Architect.) C’est rétablir un bâtiment, ou remettre en son premier état une figure mutilée. La plûpart des statues antiques ont été restaurées, comme l’Hercule de Farnese, le Faune de Borghese à Rome, les Lutteurs de la galerie du grand duc de Florence, la Vénus d’Arles qui est dans la galerie du roi à Versailles, &c. Ces restaurations ont été faites par les plus habiles sculpteurs. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « restaurer »

Étymologie de restaurer - Littré

Prov. et esp. restaurar ; ital. restaurare, ristorare ; du lat. restaurare, de re, et le primitif staurare, fortifier ; comparez le sanscr. sthura, fort.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de restaurer - Wiktionnaire

Du latin restaurare (« rebâtir, réparer, refaire », « reprendre, renouveler »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « restaurer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
restaurer rɛstɔre play_arrow

Conjugaison du verbe « restaurer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe restaurer

Citations contenant le mot « restaurer »

  • C’est grâce à une intervention conjointe des élus locaux, du Parc National des Pyrénées et des services de l’état que ce projet a pu voir le jour. Ce chemin qui relie le lac d’Orédon à celui d’Aubert est extrêmement fréquenté en période estivale. Plus de 18 000 randonneurs l’été 2019 l’avaient parcouru et il devenait urgent de le restaurer. En effet, certaines parties disparaissaient et différentes variantes se créaient au détriment de l’environnement proche. Ce projet de 120 000 € a été entièrement financé par le ministère en charge de l’écologie. "Les élus ont su être extrêmement persuasifs, nous confie Aurélie Sépara, sous préfète de Bagnères-de-Bigorre. De plus ce projet est véritablement emblématique. Il sait allier protection de l’environnement et développement touristique". ladepeche.fr, Aragnouet. Inauguration sportive du chemin des Laquettes restauré - ladepeche.fr
  • Pour les syndicats de policiers, « On s’attaque à la police sans aucune raison valable, alors que nous sommes sur une intervention de secours. Rien n’explique cela ». Il est « urgent de restaurer l’image de la police et, plus largement, l’autorité de l’État ». ACTUPenit.com, 🇫🇷 Rennes : Dégradation de voiture de police, il est « urgent de restaurer l’image de la police et, plus largement, l’autorité de l’État » – ACTUPenit.com
  • Pour l’heure, les scientifiques de l'université de Grenade (UGR) ont effectué ces injections sur des rats aveugles. Ils ont montré que des nanoparticules de polymères conjugués (P3HT-NP) peuvent se répandre dans l’espace sous-rétinien (entre la rétine sensorielle et l'épithélium pigmentaire rétinien) et restaurer la vision. Acuité, Des nanoparticules pour restaurer la vue des malvoyants atteints de DMLA et de RP | Acuité
  • « Nous ne pouvons pas restaurer seulement la couverture. Reprendre la toiture nous oblige à reprendre la charpente, qui monte aussi des signes de fatigue avancée. De même, cette dernière oblige à reprendre la maçonnerie », explique Frère Emmanuel, Prieur. , Abbaye de Juaye-Mondaye : c'est parti pour la restauration de la Grange aux Dîmes ! | La Renaissance le Bessin
  • L'audace de l'espoir. Voilà le meilleur de l'esprit américain ; avoir l'audace de croire, malgré toutes les indications contraires, que nous pouvions restaurer un sens de la communauté au sein d'une nation déchirée ; l'audace de croire que malgré des revers personnels, la perte d'un emploi, un malade dans la famille ou une famille empêtrée dans la pauvreté, nous avions quelque emprise- et par conséquent une responsabilité sur notre propre destin. De Barack Obama
  • Il faut restaurer les valeurs républicaines et familiales de respect, de tolérance et d’amour pour autrui. De Michel Godet / Le Figaro, 26 janvier 2015

Images d'illustration du mot « restaurer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « restaurer »

Langue Traduction
Corse restaurà
Basque leheneratu
Japonais 戻す
Russe восстановить
Portugais restaurar
Arabe استعادة
Chinois 恢复
Allemand wiederherstellen
Italien ristabilire
Espagnol restaurar
Anglais restore
Source : Google Translate API

Synonymes de « restaurer »

Source : synonymes de restaurer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « restaurer »



mots du mois

Mots similaires