La langue française

Profit

Sommaire

  • Définitions du mot profit
  • Étymologie de « profit »
  • Phonétique de « profit »
  • Citations contenant le mot « profit »
  • Images d'illustration du mot « profit »
  • Traductions du mot « profit »
  • Synonymes de « profit »
  • Antonymes de « profit »

Définitions du mot profit

Trésor de la Langue Française informatisé

PROFIT, subst. masc.

A. − Avantage d'ordre matériel, intellectuel ou moral qu'une personne ou une collectivité peut tirer de quelque chose. Profit énorme, quelconque; le plus clair profit; avec profit; sans utilité ni profit; part d'un profit; recherche du, source de profit; trouver plaisir et profit (à qqc.); retenir ni profit ni dommage. Nous méditerons le matin, au moment de notre réveil, les plans qu'il nous faudra suivre, pour que le travail du jour nous rende des profits considérables (Saint-Martin, Homme désir, 1790, p.361).Ma grand'mère, à qui j'avais raconté mon entrevue avec Elstir et qui se réjouissait de tout le profit intellectuel que je pouvais tirer de son amitié (Proust, J. filles en fleurs, 1918, p.830):
1. Indifférent aux théories, étranger à toute philosophie, ce qui ne sert pas ses projets lui est indifférent. Même dans la mécanique, où il est sur son terrain, il rejette ce qu'il ne juge pas d'un profit immédiat, comme les bateaux et les voitures à vapeur. A. France, Vie fleur, 1922, p.342.
Petits profits. Amasser de petits profits. Fini pour lui de sonner les cloches et de creuser les tombes, finis les petits profits qui s'attachaient à ces emplois (Queffelec, Recteur, 1944, p.78).
Expressions
Il y a (du) profit à (telle chose, faire telle chose); avoir profit à; avoir le profit de (qqc.); être de profit à qqn (vieilli); c'est tout profit. Vous auriez profit de temps et de fatigue à revenir prendre à Clermont le chemin de fer pour Châteauroux (Sand, Corresp., t.5, 1866, p.118).Voici venir le médecin (...) C'est un vieux voisin à qui j'ai été de peu de profit, mais que j'aime beaucoup (A. France, Bonnard, 1881, p.464):
2. Ce sont des désirs naturels, et, lorsque l'âme jeune y aura résisté assez longtemps pour y prendre des droits de fierté, son soin doit être de les faire taire, ou d'en profiter, car il y a profit aux désirs, et profit au rassasiement des désirs... Gide, Journal, 1894, p.53.
Faire du profit. Être d'un usage économique, de bon rendement, avantageux. Cette sorte de bois à brûler fait beaucoup de profit (Ac.1935).
Faire (son) profit de qqc. Tirer avantage, bénéfice de quelque chose. Ce qui existait pour lui [Flaubert], c'était cet ensemble de prétentions, de tics, de manies, c'était cette attitude qui, chez un homme d'abord, nous frappe et dont un La Bruyère fait son profit (Mauriac, Trois gds hommes dev. Dieu, 1947, p.150).
Mettre (qqc.) à profit. Utiliser (quelque chose) de façon à en tirer le meilleur avantage. L'abbé Dubignon (...) voulut mettre à profit pour son salut le peu de moments qui lui restaient encore (Mérimée, A. Guillot, 1847, p.145).Aussi, mettant à profit l'instant favorable, elle conta (...) la détresse de la mère et du fils (A. France, Dieux ont soif, 1912, p.94).
Tirer profit de (qqc.). Exploiter le plus avantageusement possible (quelque chose). Synon. profiter.Tirer profit du malheur d'autrui; d'une leçon. On souhaiterait parfois qu'un auteur, qu'un artiste puisse revenir sur terre, pour reconnaître et tirer profit de ses erreurs (Gide, Journal, 1929, p.905):
3. Même si la guerre ne visait pas la conquête d'abord, c'est à une conquête qu'elle aboutit, tant le vainqueur juge commode de s'approprier les terres du vaincu, et même les populations, pour tirer profit de leur travail. Bergson, Deux sources, 1932, p.294.
Au profit de. Au bénéfice de. Ajouter, commettre, déshériter, diminuer, exploiter, gagner, liquider, organiser, prélever, prononcer, ruiner, sacrifier, tourner, utiliser, vendre au profit de. [La rente viagère] peut être constituée au profit d'un tiers, quoique le prix en soit fourni par une autre personne (Code civil, 1804, art. 1973, p.355).La pitié est rabaissée ici, non point au profit de l'inhumanité, mais au profit de l'humanité guidée par la raison, parce que la raison seule «nous permet de porter secours à autrui avec certitude» (Benda, Trahis. clercs, 1927, p.175).Quoique les médecins, les éducateurs et les hygiénistes appliquent avec désintéressement leurs efforts au profit des êtres humains, ils n'atteignent pas leur but, car ils visent des schémas qui ne contiennent qu'une partie de la réalité (Carrel, L'Homme, 1935, p.30).
DR. Adjuger le profit du défaut. ,,Statuer par suite du défaut en faveur du demandeur`` (Rob., s.v. défaut).
Loc. proverbiale. Plus de profit et moins d'honneur. ,,Mieux vaut chercher des avantages réels que des satisfactions d'amour-propre ou l'approbation des autres`` (Rey-Chantr. Expr. 1979).
B. −
1. Lang. cour. Gain en argent que l'on retire d'une chose ou d'une activité. Profit additionnel, foncier, illicite, industriel, usuraire; gros profits; argent et profit; procurer un profit. L'aubaine connue sous les noms de fermage, rente, intérêt, se paye tous les ans; les loyers courent à la semaine, au mois, à l'année; les profits et bénéfices ont lieu autant de fois que l'échange (Proudhon, Propriété, 1840, p.247).Il y but [au café] (...) une franche bouteille de ce précieux vin français que le noble poète avait tant aimé et, dit-on, un peu vendu non sans profit (Verlaine, OEuvres compl., t.4, Mes hôp., 1891, p.337).Une petite courtisane (...) au sourire d'une grâce angélique sauf quand elle (...) supputait le profit, guettait l'argent et poussait l'enchère (Arnoux, Seigneur, 1955, p.20).
2. Spécialement
a) COMPTAB. Ce qui reste des recettes tous frais déduits. Profit brut, net. La vente des chiots est un profit presque net (Martin du G., Vieille Fr., 1933, p.1029).
Compte de profits et pertes. ,,Le Compte Profits et Pertes relatif à une période donnée récapitule toutes les recettes et toutes les dépenses faites pendant cette période`` (Lemeunier 1969).
Au fig. Mettre, passer au compte des profits et pertes; passer par profits et pertes. Considérer comme définitivement perdu:
4. Elle ajouta cependant: −Et... l'enfant? −Quel enfant? −Le... le nôtre. −Ah! c'est vrai. Eh! mais tu le passeras aux profits et pertes. Je suis même sûr que le cheikh Admed trouvera qu'il lui ressemble. −Tu as toujours le mot pour rire, −fit-elle, souriant et pleurant à demi. Benoit, Atlant., 1919, p.219.
Être à profit. [En parlant d'une chose] Rapporter un bénéfice. Pourtant, la comptabilité seule établissait la situation, indiquant ceux des produits qui étaient à profit, ceux qui étaient à perte; en outre, elle donnait le prix de revient et par conséquent de vente (Zola, Terre, 1887, p.156).
b) ÉCON. POL. Revenu résiduel résultant de la différence existant entre les dépenses occasionnées par la production ou la vente de biens et services et les recettes obtenues par l'entreprise. Définition, théorie du profit; profit global, social; profits de conjoncture, de croissance, de structure, de transfert. Je m'étais demandé quels étaient les ressorts qui, dans l'économie communiste, pouvaient (...) remplacer le désir du profit, grand moteur de l'économie capitaliste (Maurois, Mes songes, 1933, p.56).Vous avez appelé les peuples au Profit comme vous les appelez maintenant aux armes (Bernanos, Enf. humil., 1948, p.253):
5. Le capitalisme des monopoles contrôlé par les programmes publics laisse voir, au milieu d'une confusion extrême, quelques signes d'un profit fonctionnellement discuté. La part des profits de monopole et de puissance demeure considérable. Toutefois, plusieurs circonstances modèlent le profit tout autrement qu'il ne l'était dans la seconde moitié du XIXesiècle. Perroux, Écon. XXes., 1964, p.461.
3. Au plur. Gratifications en argent ou en nature accordées aux domestiques. J'ai été bien saisi en tirant de là [d'un grand sac] des becs de pie, des têtes de vipères (...) des queues d'écureuils (...) des queues de mulots. Ce sont les petits profits des gardes forestières; on leur donne tant par tête ou par queue de bête malfaisante (A. Daudet, R. Helmont, 1874, p.92).
Prononc. et Orth.: [pʀ ɔfi]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. a) 1remoit. xiies. prufit «avantage» (Psautier Cambridge, 29, 10 ds T.-L.); xiiies. «avantage d'ordre intellectuel ou moral» (Isopet de Lyon, 2, ibid.); b) 1316 au profit de (Runk.); c) av. 1492 à prouffit «utilement» (Jean Molinet, Chroniques, éd. G. Doutrepont et O. Jodogne, t.1, p.448); d) 1509-10 de tout faut faire son prouffit (Gringore, La Chasse du cerf des cerfs, éd. C. d'Héricault et A. de Montaiglon, I, p.163); 1678 faire son profit de «disposer librement de» (La Fontaine, Fables, VIII, 7, 24); e) 1606 tourner à son profit (Nicot); f) 1640 mettre tout à profit (Oudin, Curiositez, 457); g) 1690 faire du profit et profit du défaut (Fur.); 2. a) 1160-74 profiet «revenu, avantage pécuniaire» (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, II, 4255); 1617 subst. masc. plur. «petites gratifications données aux domestiques» (Crespin); b) 1694 profit aventureux (Corneille); c) 1832 profits et pertes (Raymond); 1933 profit net (Martin du G., loc. cit.); 1936 profit brut (Cap.); 3. 1926 écon. pol. (Perroux, Le Problème du profit ds Romeuf 1958). Du lat. profectus «avancement, progrès», «succès, profit», «amélioration», on trouvait en a. fr. la forme pourfit (v. Gdf., T.-L.) refaite en proufit, profit d'apr. le lat. Fréq. abs. littér.: 3321. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 5671, b) 3175; xxes.: a) 3675, b) 5373. Bbg. Gohin 1903, p.346. _Wind 1928, p.40.

Wiktionnaire

Nom commun

profit \pʁɔ.fi\ masculin

  1. Gain, bénéfice, avantage, utilité.
    • Homme intelligent et sympathique, d'un commerce agréable, musulman convaincu mais tolérant, c'est un des rares Marocains qui ont tiré un profit réel de leur séjour en Europe. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 96)
    • […], ils obtenaient les profits moraux et maté­riels que procure la célébrité à tous les virtuoses, dans une société qui est habituée à payer cher ce qui l'amuse. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VII, La morale des producteurs, 1908, p.328)
    • Peu à peu, il agrandit son établissement, lui adjoignit un hôtel borgne où de savantes « passes » lui assurèrent de larges profits. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930)
    • Voici venir le médecin. Je ne l’avais pas demandé ; mais j’ai plaisir à le voir. C’est un vieux voisin à qui j’ai été de peu de profit, mais que j’aime beaucoup. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. 207.)
    • (Familier)Je vous donne un avis sage, faites-en votre profit.
  2. (En particulier) (Économie) Part de la valeur ajoutée qui est destinée à rémunérer le capital d'une entreprise.
    • Le profit dont on analyse la répartition est l’excédent brut d’exploitation. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un profit brut. En comptabilité d'entreprise, les profits, ou bénéfices, sont généralement calculés nets des dotations aux amortissements. — (INSEE, Partage de la valeur ajoutée, partage des profits et écarts de rémunérations en France, mai 2009)
  3. (En particulier) (Finance) Rémunération variable, imprévisible mais espérée du risque pris par le détenteur d'un capital donné investi.
    • Les Français traversent indubitablement une crise qui n’est pas seulement économique et sociale mais qui est avant tout une crise de la morale. On a oublié l’homme et privilégié le profit. — (Catherine Dyja, L'Insurrection qui vient, dans la " Revue de la Défense nationale" de juillet 2009)
  4. Fruit qu’on acquiert par ses lectures, par ses études, etc.
    • Pour lire avec profit, il faut… — Il a tiré beaucoup de profit de ses lectures, de ses études.
    • Il a consacré beaucoup de temps à cette étude; quel profit en a-t-il tiré? — Il n’a tiré aucun profit des observations qui lui ont été faites.
  5. (Vieilli) (Au pluriel) Gratification, émolument que les domestiques reçoivent, avantages qu’ils se procurent.
    • Il y a beaucoup de profits dans cette maison. - Ce domestique se fait tant par ses profits. - Il a tant, sans compter les profits.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PROFIT. n. m.
Gain, bénéfice, émolument, avantage, utilité. Profit médiocre. Profit légitime. Profit clair et net. Tirer du profit d'une affaire. Ils ont partagé le profit ensemble. C'est un homme qui ne songe qu'à son profit. Il a fait de grands profits dans le commerce, dans cette entreprise. Il fait profit de tout. Une amende applicable au profit des pauvres, des prisonniers. Il n'y a ni honneur ni profit à ce métier. Vous en aurez tout le profit. Il ne faut pas négliger les petits profits. Ce sont les profits de sa charge. Mettre une chose à profit, L'employer utilement; cette locution se dit au propre et au figuré. C'est un homme qui met tout à profit. Mettre son argent, son temps, ses moments, son loisir à profit. Mettre à profit de sages conseils. Fam., C'est un profit tout clair, C'est un profit évident, manifeste. Il se dit quelquefois au figuré. Je ne suis point allé au théâtre et j'ai employé ma soirée à travailler; c'est un profit tout clair. On dit plutôt C'est tout profit. Fam., Faites-en votre profit, se dit en parlant d'une Chose qu'on abandonne à quelqu'un. Il se dit aussi en parlant d'un Avis qu'on donne. Je vous donne un avis sage, faites-en votre profit. Fam., Faire du profit se dit, dans l'Économie domestique, des Choses qui ne se consomment pas trop rapidement et qui sont d'un usage économique, avantageux. Cette sorte de bois à brûler fait beaucoup de profit. Ce morceau de viande fait plus de profit que cet autre. En termes de Comptabilité, Profits et pertes, Compte général où l'on inscrit les gains et les pertes de l'exercice, et où l'on porte les entrées et les sorties extraordinaires. Passer une créance au compte de profits et pertes, la passer par profits et pertes, La considérer comme définitivement perdue. Figurément, Il faut passer cela par profits et pertes, Il ne faut plus en tenir compte.

PROFIT se dit aussi de l'Instruction qu'on acquiert par ses lectures, par ses études, etc., du fruit qu'on en tire. Pour lire avec profit, il faut... Il a tiré beaucoup de profit de ses lectures, de ses études. Il a consacré beaucoup de temps à cette étude; quel profit en a-t-il tiré? Il n'a tiré aucun profit des observations qui lui ont été faites.

PROFITS, au pluriel et employé absolument, désigne les Petites gratifications que les domestiques reçoivent, les petits avantages qu'ils se procurent. Il y a beaucoup de profits dans cette maison. Ce domestique se fait tant par ses profits. Il a tant, sans compter les profits.

Littré (1872-1877)

PROFIT (pro-fi ; le t ne se prononce pas et ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des pro-fi-z excessifs) s. m.
  • 1Bénéfice, gain qu'on retire de quelque chose. En faisant de beaux et licites profits, Pascal, Prov. VIII. M. Corneille demeurait à Rouen, et ne venait à Paris que pour faire jouer ses pièces, dont il tirait un profit qui ne répondait point du tout à leur gloire et à l'utilité dont elles étaient aux comédiens, Voltaire, Comm. Corn. Rem. Hor. Épît. dédic. Je trouve mon profit, je le prends, Champfort, March. de Smyrne, sc. 8.

    C'est un de ces niais de Sologne qui se trompent toujours à leur profit.

    Terme de commerce. Profits et pertes, sommes que l'on gagne ou que l'on perd par des circonstances éventuelles. Cela est passé au compte de profits et pertes.

    Terme de commerce maritime. Profit aventureux, l'intérêt de l'argent qu'on a prêté sur un vaisseau marchand, sans être garanti des risques de la guerre et de la mer.

    C'est un profit tout clair, c'est tout profit, se dit d'un profit évident.

    Fig. Je ne suis point allé au spectacle, et j'ai employé ma soirée à travailler ; c'est un profit tout clair.

    Au profit de, pour le bénéfice de. Cette obligation est passée au profit d'un tel.

    Fig. Entre deux personnes qui s'aiment, ce sont là de ces simplicités de sentiment que peut-être l'esprit remarquerait bien un peu, s'il voulait, mais qu'il laisse bonnement passer au profit du cœur, Marivaux, Marianne, part. II.

    À profit, à profit de ménage, utilement, de manière à être utile au ménage. Voilà un habit fait à profit. C'était la veille et le jour de Saint-Jean ; il y avait plus de trente fagots… mais c'étaient des feux à profit de ménage, nous nous y chauffions tous [le temps était très froid], Sévigné, 26 juin 1680. Cette Heudicourt… avec un gros bâton dont elle se soutient à profit, ne pouvant encore se soutenir, relevant d'une maladie, Sévigné, 17 juill. 1680.

    Usé à profit, extrêmement usé, de manière à prouver qu'on a tiré de la chose tout le profit possible.

    Faire du profit, se dit, dans le ménage, des choses qui ne se consomment pas vite, qui ne s'usent pas vite, ou qui, relativement à leur prix, produisent une grande utilité. Le pain tendre ne fait pas de profit. Un morceau de bœuf fait plus de profit en ménage qu'un poulet de même valeur.

    Mettre à profit, employer de manière à gagner. Mettre son argent, son temps à profit.

    Fig. Employer utilement. Une nuit que chacun s'occupait au sommeil, Et mettait à profit l'absence du soleil, La Fontaine, Fabl. VIII, 11. Je tâchais d'avoir de la patience, et je voulais mettre à profit une si bonne pénitence, Sévigné, 259. C'est là, cher Lamoignon, que mon esprit tranquille Met à profit les jours que la Parque me file, Boileau, Épître VI. Thucydide mit sa disgrâce à profit, et la fit servir à la préparation et à l'exécution du grand dessein qu'il avait formé de composer l'histoire de cette guerre [du Péloponnèse], Rollin, Hist. anc. XXV, chap. II, I, 2.

    Faire profit, retirer un bénéfice. Faites profit de tout et même de vos pertes, Régnier, Sat. XII. Le héron en [du brochet et de la carpe] eût fait aisément son profit, La Fontaine, Fabl. VII, 4.

    Faites-en votre profit, se dit d'une chose qu'on abandonne à quelqu'un. … Mon lopin me suffit, Faites votre profit du reste, La Fontaine, Fabl. VIII, 7.

    Fig. Ne sois point dans ma maison, planté tout droit comme un piquet, à observer ce qui se passe, et faire ton profit de tout, Molière, l'Av. I, 3. Voici un trait d'ingratitude qui ne vous déplaira pas, et dont je veux faire mon profit, quand je ferai mon livre sur les grandes ingratitudes, Sévigné, 14. Ces belles nuances d'automne dont les peintres font si bien leur profit, Sévigné, 383.

    Faites-en votre profit, se dit d'un avis qu'on donne. Or faites-en votre profit, La Fontaine, Court.

  • 2Absolument et au pluriel. Petites gratifications que reçoivent les domestiques. Il a tant, sans compter les profits. Et vos profits, que deviendront-ils ? Marivaux, le Legs, sc. 23.

    Fig. L'amour-propre de l'abbé Têtu, qui ne néglige pas les petits profits, Sévigné, 1er oct. 1684.

  • 3 Terme de jurisprudence. Profit du défaut, le gain de cause accordé par le juge à la partie qui comparaît contre celle qui ne comparaît pas. On dit dans les jugements : Le tribunal donne défaut contre N, et, pour le profit, le condamne envers A. Le profit joint (le profit du défaut sera joint, dit le Code de proc. art. 153), c'est quand, de deux défendeurs assignés ensemble, un comparaît et l'autre fait défaut. Alors le juge, donnant défaut contre le premier, n'en adjuge pas immédiatement le profit au demandeur, mais joint l'affaire à celle du deuxième défendeur comparant, pour qu'elles soient décidées ensemble ; en ce cas, le profit du demandeur n'est que dans cette jonction, et la formule est la suivante : Le tribunal donne défaut contre N, et, pour le profit, joint la cause à celle de M, pour être statué sur le tout par un seul et même jugement. De cette formule : et pour le profit joint…, les praticiens ont tiré le terme assez barbare de : défaut profit joint. On poursuivit lentement le procès contre le connétable [de Bourbon] ; il fallait trois défauts de comparaître, pour qu'on jugeât, comme on disait alors, en profit de défaut, Voltaire, Hist. parl. XVII.

    Terme de jurisprudence féodale. Profits de fiefs, les droits de quint, requint, reliefs, lods, ventes, qui revenaient au seigneur à raison des mutations de vassaux ou de censitaires.

  • 4 Fig. Utilité intellectuelle ou morale. Lire avec profit. C'est le propre d'une personne avisée de tirer profit de ses fautes passées, La Mothe le Vayer, Dial. d'Or. Tub. t. II, p. 199, dans POUGENS. Il y a une personne qui me disait l'autre jour qu'avec toute la tendre amitié que vous avez pour moi, vous n'en faites point le profit que vous auriez pu en faire, Sévigné, 365. Après cela, quelque partie de l'histoire ancienne que vous lisiez, tout vous tournera à profit, Bossuet, Hist. Dessein génér. Saint Paul… nous découvre… le profit que nous tirons de leur chute [des Juifs], Bossuet, Hist. II, 7.
  • 5Progrès qu'on fait dans les études (peu usité en ce sens). Il a fait beaucoup de profit sous ce maître.

HISTORIQUE

XIIIe s. Jhesus Crist, qui est lumiere deu monde, nasqui au profit de ceus qui seront sauf, Psautier, f° 117. Il vivent de bestaus et du proufit de la terre, Marc Pol, p. 427. Uzages qui est fes [fait] contre le commun porfit, ne doit pas valoir que le [la] coze ne soit ramenée à son ancien estat, Beaumanoir, XXV, 3.

XVe s. Mais avoit le roi saisi toute la terre de Cotentin, et en fesoit lever les profits, Froissart, I, I, 246. Les damoiselles ou autres femmes voulant faire par le bas en leurs robes un rebours [bordure] nommé profit, Duclos, Preuves de Louis XI, p. 269, dans LACURNE. Ilz ne firent riens de leur prouffit [dans cette sortie], et perdirent deux ou trois gentilzhommes, Duclos, III, 10.

XVIe s. On fait un superieur, non pour son proufit, ains pour le proufit de l'inferieur, Montaigne, IV, 8. Sans les profits de mer [le butin], Lanoue, 678. Bastir à profit [d'une façon durable qui compense les grands frais que l'on fait], De Serres, p. 755. De tous les autres biens escheants aux enfants hors de succession de pere et de mere, lesquels l'on appelle biens de profit, le pere ny la mere n'en aura point la retenue, Nouv. coust. gén. t. I, p. 890. Profit sans vertu ne vaut un festu, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PROFIT, GAIN, LUCRE, ÉMOLUMENT, BÉNÉFICE, (Synonymes.) Le gain semble être quelque chose de très-casuel, qui suppose des risques & du hasard : voilà pourquoi ce mot est d’un grand usage pour les joueurs & pour les commerçans. Le profit paroît être plus sûr, & venir d’un rapport habituel, soit du fonds, soit d’industrie : ainsi l’on dit les profits du jeu, pour ceux qui donnent à jouer ou fournissent les cartes ; & le profit d’une terre, pour exprimer ce qu’on en retire outre les revenus fixés par les baux. Le lucre est d’un style plus soutenu, & dont l’idée a quelque chose de plus abstrait & de plus général : son caractere consiste dans un simple rapport à la passion de l’intérêt, de quelque maniere qu’elle soit satisfaite ; voilà pourquoi on dit d’un homme avide, qu’il aime le lucre, & qu’en pareille occasion l’on ne se serviroit pas des autres mots avec la même grace. C’est dommage que ce terme vieillisse, tandis que les ames éprises de l’amour du lucre augmentent. L’émolument est affecté aux charges & aux emplois, marquant non-seulement la finance réglée des appointemens, mais encore tous les autres revenant-bons. Bénéfice ne se dit guere que pour les banquiers, les commissionnaires, le change & le produit de l’argent ; ou dans la Jurisprudence, pour les héritiers qui craignant de trouver une succession surchargée de dettes, ne l’acceptent que par bénéfice d’inventaire.

Quelques rigoristes ont déclaré illicite tout gain fait aux jeux de hasard. On nomme souvent profit ce qui est vol. Tout ceux qui n’ont que le lucre pour objet, sont des ames paîtries de boue. Ce n’est pas toujours où il y a le plus d’émolumens que se trouve le plus d’honneur. Le bénéfice qu’on tire du changement des monnoies, ne répare pas la perte réelle que ce dérangement cause dans l’état. Synon. de l’abbé Girard. (D. J.)

Profit, avantage, gain, bénéfice qu’on retire d’un négoce, soit par l’achat, soit par l’échange, soit par la vente des marchandises dont on fait commerce.

Profit permis & légitime, est celui qui se fait par des voies justes, & dans un commerce qu’on exerce avec probité.

Profit illicite & odieux, est celui qu’on fait par de mauvaises voies, & dans un négoce défendu par les lois, comme sont les prêts sur gages, les prêts à usure.

On dit qu’un marchand vend à profit, non pas quand il gagne beaucoup sur une marchandise, mais quand il fixe son profit sur le pié de tant par livres de ce que sa marchandise lui revient rendue dans le magasin. Dictionn. de Comm.

Profits de fief, (Jurisprud.) sont les droits utiles que les fiefs produisent au seigneur dominant, quand il y a changement de vassal ; tels que le chambellage, le relief ou rachat, le quint & requint. Ces profits sont différens, selon les coutumes ou les titres, & suivant la mutation.

La coutume de Paris, article 24, dit que le seigneur se peut prendre à la chose pour les profits de son fief, c’est pourquoi l’on dit communément que les profits de fief sont réels, ce qui signifie qu’ils suivent le fief, & qu’il peut être saisi tant pour les anciens que pour les nouveaux droits. (A)

Profit avantureux, (Marine.) c’est l’intérêt de l’argent que l’on prête sur un vaisseau marchand, soit pour un voyage, soit pour chaque mois qu’il est en mer, moyennant quoi le prêteur court les risques de la mer & de la guerre. Voyez Grosse avanture.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « profit »

Berry, proufit ; avoir tout à point et à profit, ne manquer de rien ; provenç. profieg, profieyt ; catal. profit ; espagn. provecho ; ital. profitto ; du lat. profectus, avantage, qui vient de profectum, supin de proficere, gagner, de pro, en avant, et facere, faire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin profectus (« progrès, avancement, succès, profit, convalescence »), participe passé de proficere (« donner du profit ») lequel est composé du préfixe pro- (« pour ») et de facere (« faire »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin profectus (« progrès »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « profit »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
profit prɔfi

Citations contenant le mot « profit »

  • Tout labeur donne du profit, le bavardage ne produit que disette. De Anonyme
  • Concurrence et profit : l'un est la guerre, l'autre le butin. De Pierre Joseph Proudhon
  • La politique est l'art de capter à son profit les passions des autres. De Henry de Montherlant
  • La peine emporte le profit. De Proverbe québécois
  • Sans profit personne ne se lèverait tôt. De Proverbe chinois
  • La pensée du profit obscurcit nos émotions. De Louis Calaferte
  • Trop de profit crève la poche. De Proverbe martiniquais
  • On fait de terribles économies au profit du néant. De Achille Chavée
  • Qui aura le profit, aura l'honneur. De Philippe de Commynes / Mémoires
  • Economies d'échelle. Ascenseur vers le profit. De Marie-Anne Dujarier / Il faut réduire les affectifs !
  • Les pianos devraient être frappés de deux impôts : le premier au profit de l'Etat, le second au profit des voisins. De Georges Courteline / La philosophie de Georges Courteline
  • Le profit de l'un est le dommage de l'autre. De Michel de Montaigne
  • La politique est la conduite des affaires publiques pour le profit des particuliers. De Ambrose Bierce
  • Il faut planter un arbre au profit d'un autre âge. De Caecilius Statius
  • C'est le fait d'un homme sage de tirer profit de ses ennemis. De Xénophon
  • Mais Laëtitia le rappelle bien, elle n’est pas « contre » l’aménagement de pistes cyclables, elle ne trouve juste pas l’emplacement approprié, surtout quand tout ça se fait au profit « des arbres ». Et comme elle, quelques autres riverains se sont plaints de ces travaux sur les réseaux sociaux :  , Près de Rouen, des arbres abattus au profit d'une piste cyclable : des riverains s'indignent | 76actu
  • Aussi, poursuit le Roi Mohammed VI, “nous considérons que le moment est venu de lancer, au cours des cinq prochaines années, le processus de généralisation de la couverture sociale au profit de tous les Marocains”. Le déploiement progressif de cette opération se fera à partir du mois de janvier 2021, selon un programme d’action précis. Celui-ci devra porter, en premier lieu, sur la généralisation de l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO) et des allocations familiales. Il sera ensuite étendu aux autres couvertures sociales que sont la retraite et l’indemnité pour perte d’emploi. “Pour qu’il profite directement et pleinement aux bénéficiaires, ce projet requiert une réforme rigoureuse des systèmes et programmes sociaux déjà en place, notamment à travers l’opérationnalisation du Registre social unifié (RSU)”, précise le Roi Mohammed VI. Financial Afrik, Maroc: le roi Mohammed VI annonce une couverture sociale au profit de tous les marocains | Financial Afrik
  • La grande largeur de cinq mètres est mise à profit pour bénéficier d'une circulation très aisée partout à bord. En bas de cette large descente, les espaces de vie ont été repoussés le long des bordés afin de créer un espace central vide très agréable. Bateaux.com, Aménagements du First Yacht 53, l'innovation au profit du luxe

Images d'illustration du mot « profit »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « profit »

Langue Traduction
Anglais profit
Espagnol lucro
Italien profitto
Allemand profitieren
Chinois 利润
Arabe الربح
Portugais lucro
Russe прибыль
Japonais 利益
Basque asmorik gabeko
Corse prufittu
Source : Google Translate API

Synonymes de « profit »

Source : synonymes de profit sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « profit »

Partager