La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « gain »

Gain

Variantes Singulier Pluriel
Masculin gain gains

Définitions de « gain »

Trésor de la Langue Française informatisé

GAIN, subst. masc.

I. − [Correspond à gagner I] Acquisition d'un avantage, matériel ou non.
A. − [Correspond à gagner I A] Action de gagner de l'argent, ce qu'on gagne.
1. [Par un travail ou une activité quelconque] Synon. appointements, paie, traitement; bénéfice, excédent.Puisque vous avez besoin de vingt-cinq millions de plus, pourquoi n'émettez-vous pas les actions à mille ou douze cents francs tout de suite, ce qui vous éviterait d'anticiper sur les gains du prochain bilan? (Zola, Argent,1891, p. 260).Astreints, par le service régulier des paquebots, de marcher par tous les temps, ils menaient une vie dure, mais assurée par un gain journalier de six à sept francs (Hamp, Champagne,1909, p. 192).L'économie marchande propose le profit maximum, le gain maximum dans l'échange pour atteindre le but de l'enrichissement des individus et des groupes particuliers (Perroux, Écon. xxes., 1964, p. 462).V. appât ex. 4, avidité ex. 5 :
1. Je crains beaucoup que les financiers et les grands industriels qui deviennent peu à peu les maîtres de l'Europe ne se montrent tout aussi belliqueux que les rois et que Napoléon. Ils ont intérêt à l'être, tant pour le gain que leur procureront les fournitures de guerre que pour l'accroissement que la victoire donnera à leurs affaires. A. France, Vie fleur,1922, p. 475.
SYNT. Gain considérable, énorme, médiocre, modeste; gain honnête, licite; gain sordide, illicite, usuraire; gain d'un ouvrier, d'un paysan, d'un chef d'entreprise; être âpre au gain (cf. âpre B 2); appât du gain; avidité du (pour le) gain; amour, appétit, passion, soif du gain; âpreté au gain (cf. âpreté B 1); gains réalisés en fin d'exercice; anticiper sur les gains.
2. [Par le hasard, par le jeu] Gains réalisés par un joueur. Un homme qui après avoir longtemps perdu au jeu fait un jour un gain considérable (Duranty, Malh. H. Gérard,1860, p. 217).C'est toujours moi que l'on charge d'apprendre (...) le gain du million de la loterie à un cardiaque (Giraudoux, Intermezzo,1933, I, 7, p. 70).
B. − [Correspond à gagner I B] Ce qu'on obtient en plus.
1. Avantage en quantité. Rencontré notre curé allant à la cérémonie. Il paraît qu'il faut cela pour obtenir le gain fort hypothétique de quelques paroissiens de plus (Bloy, Journal,1899, p. 295).Appelons C le changement survenu dans le plasma, C pouvant d'ailleurs être positif ou négatif, c'est-à-dire, représenter ou le gain ou la perte de certaines substances (Bergson, Évol. créatr.,1907, p. 83).N'assistons-nous pas (...) à chaque élection, à des présentations dessinées des gains et pertes des partis (Huyghe, Dialog. avec visible,1955, p. 58).
En partic. Synon. économie.Gain de place. Oui, dit Marcel, il y a à vingt pas d'ici un excellent restaurant; il est un peu cher, mais comme il est notre voisin, la course sera moins longue, et nous nous rattraperons sur le gain de temps (Murger, Scènes vie boh.,1851, p. 87).
2. Au fig. Avantage non matériel. Le gain historique dont nous parlons ici, c'est la prise de conscience de la dignité du travail et de la dignité ouvrière, de la dignité de la personne humaine dans le travailleur comme tel (Maritain, Human. intégr.,1936, p. 249).Dans la marche de l'humanité, une perte solde presque toujours un gain (Huyghe, Dialog. avec visible,1955p. 57) :
2. ... du sacrifice apparent qu'exige la mortification naturelle des désirs comprimés, résultera le gain réel qu'apporte à la volonté la conversion des mouvements rebelles. Blondel, Action,1893, p. 195.
II. − [Correspond à gagner II] Manifestation ou indice d'une supériorité.
A. − [Correspond à gagner II B] Action de gagner (une compétition, une lutte). Le gain d'une partie, d'un match. Mon avoué m'assure le gain de mon procès, parce que tout est en règle de mon côté (Balzac, Corresp.,1833, p. 319).Drouot (...) établit de lui-même une batterie qui assura du mouvement et le gain de la bataille par la prise de la redoute d'Hondtschoote (Lacordaire, Éloge fun. Drouot,1847, p. 14).Cette fois, c'était tout à fait la bouteille à l'encre, parce que, semblait-il, l'affaire était liée avec le gain de la majorité parlementaire sur la question de la loi des trois ans (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 424) :
3. Volontiers, comme il faisait naguère aux échecs, il eût donné la tour à l'adversaire, et, comme si l'événement tout à coup lui faisait le gain trop facile et désintéressait tout son jeu, il sentait qu'il n'aurait de cesse qu'il n'eût poussé plus loin le défi. Gide, Caves,1914, p. 866.
Loc. verb. Avoir, obtenir, donner gain de cause (cf. cause1B 2).
B. − [Correspond à gagner II C 3] Gain de terrain. Quand le combat s'arrête à la tombée du jour, la 42edivision d'infanterie seule a pu enregistrer un gain de terrain au nord et à l'est de la ferme d'Alger (Foch, Mém., t. 1, 1929, p. 158).
Prononc. et Orth. : [gε ̃]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1145 gaaing « ce qu'on gagne, augmentation d'avoir » (Wace, Conception Notre-Dame, éd. W. R. Ashford, 198); 2. 1539 gain de cause (Est.). Déverbal de gagner*; l'a. fr. a également connu gain « époque de la récolte; regain », directement issu de l'a. b. frq. *waida, v. regain. Fréq. abs. littér. : 833. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 255, b) 857; xxes. : a) 1 413, b) 1 161.

Wiktionnaire

Nom commun - français

gain \ɡɛ̃\ masculin

  1. Profit que l’on tire d’une entreprise, d’un travail, d’un commerce, d’une vente, etc.
    • Gain considérable.
    • gain médiocre.
    • gain illicite.
    • gain honnête.
    • Travailler pour le gain.
    • Vivre de son gain.
    • Il est âpre au gain.
    • L’amour du gain.
    • L’appât du gain.
    • Il a dépensé en un mois le gain de dix années.
  2. Succès, victoire, avantage que l’on a dans une entreprise, dans une affaire.
    • A la fin, il était si las de ce gain perpétuel, qu’il aurait donné tout au monde pour perdre une seule fois; mais son bonheur le poursuivait avec un acharnement implacable. — (Charles Deulin, Cambrinus)
  3. (Électronique) Rapport entre la valeur d'entrée et celle de sortie de la tension, de l’intensité ou de la puissance d’un montage. Il est généralement exprimé en décibel.
    • En général, les transistors de puissance ont un gain plus faible que les transistors de faible signal.
    • Le gain issu de cette fonction de transfert est représenté par la courbe rouge, « proche » du gabarit donné. — (François Lavallou, « Le complexe industriel », Les nombres complexes, Bibliothèque Tangente no 63, mai 2018, page 146.)
  4. (Par extension) (Télécommunications) Capacité d’amplification d’une antenne.
    • Très grossièrement on peut dire que pour la même fréquence d’utilisation, les dimensions d’une antenne seront d’autant plus grandes que son gain sera élevé et son lobe principal plus étroit.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GAIN. n. m.
Profit que l'on tire d'une entreprise, d'un travail, d'un commerce, d'une vente, etc. Gain considérable. Gain médiocre. Gain illicite. Gain honnête. Travailler pour le gain. Vivre de son gain. Il est âpre au gain. L'amour du gain. L'appât du gain. Il a dépensé en un mois le gain de dix années. Il signifie aussi Heureux succès, victoire, avantage que l'on a dans une entreprise, dans la poursuite d'une affaire. Le gain d'une bataille. Le gain d'un procès. On dit de même, en termes de Jeu, Le gain d'une partie, le gain de la partie. Se retirer sur son gain, Quitter le jeu lorsqu'on a gagne. Gain de cause se dit de l'Avantage que l'on obtient dans un procès, et, par extension, dans un débat quelconque. Il a eu, on lui a donné, il a obtenu gain de cause.

Littré (1872-1877)

GAIN (ghin ; l'n ne se lie pas : un ghin excessif ; au pluriel, l's se lie : des ghin-z excessifs) s. m.
  • 1Ce que l'on gagne, ce que l'on obtient en fait d'argent ou de valeurs. Mettre en commun le gain et la perte. Il risque de nouveau le gain qu'il avait fait ; Mais rien, pour cette fois, ne lui vint à souhait, La Fontaine, Fabl. VII, 14. L'espérance du gain n'est pas ce qui me flatte, Molière, l'Ét. I, 10. Travaillez pour la gloire, et qu'un sordide gain Ne soit jamais l'objet d'un illustre écrivain, Boileau, Art. p. IV. Un vil amour du gain, infectant les esprits, De mensonges grossiers souilla tous les écrits, Boileau, ib. IV.
  • 2 Fig. Avantage, succès, réussite dans une entreprise, une affaire. Je tire un double gain d'un si petit dommage, Régnier, Élég. II. Il [Dieu] nous assure en notre peur, Et nous donne gain de nos pertes, Régnier, Hymne. Mourir c'était un gain selon son estime, parce que c'était passer dans le sein de Dieu et arriver au terme du salut, Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 46. Comme si sauver son âme ne valait pas mieux que le gain du monde entier, Massillon, Panég. St-Benoît.
  • 3 Terme de droit. Gains nuptiaux ou mieux gains de survie, avantages qui se font entre époux en faveur du survivant.

    Gains et épargnes, acquisitions que font les enfants en dehors des biens paternels et maternels.

  • 4Le gain d'une bataille, l'action de remporter une victoire. Montrez-lui comme il faut s'endurcir à la peine… Et ne devoir qu'à soi le gain d'une bataille, Corneille, Cid, I, 3.
  • 5Gain d'un procès, avantage dans un procès obtenu par sentence des juges.

    Gain de cause, l'avantage que l'on obtient dans un procès, et, par extension, dans un débat quelconque. Vous venez d'entendre ses propres paroles [de Jurieu], et il donne gain de cause aux tolérants, qui ne sont que des sociniens déguisés, Bossuet, 1er avert. 46. Un jour, Louis XIV jouant au trictrac, il y eut un coup douteux… Eh sire [dit le comte de Grammont qui donna trot au roi, sans avoir vu le coup], ne voyez-vous pas que, pour peu que la chose eût été seulement douteuse, tous ces messieurs vous auraient donné gain de cause ? Voltaire, S. de Louis XIV, 28.

  • 6Le gain d'une partie, l'avantage obtenu dans une partie de jeu.

    Se retirer sur son gain, quitter le jeu lorsqu'on a gagné.

HISTORIQUE

XIIe s. De tout vostre gaaing ne vous demant-je mie, Sax. VII. Al jour del jugement, quant Dex tiendra ses plais, Or ont li pecheor grant gaain de lor fais [actions], ib. X.

XIIIe s. Et li empereres Henris ot rassemblés ses os [armées] qui orent amené leur guains à garison tresques en l'ost [qui avaient ramené leur butin en sûreté jusqu'à l'armée], Villehardouin, CLXVI. À meschief l'ai nourry [un cheval] cest yver de mon gain, Berte, LXXIII. Fui laid gaaing comme perte, Latini, Trésor, p. 362. Plusors gaains et plusors pertes avienent souvent par compaignie [association], selonc nostre coustume, Beaumanoir, XXI, 1. Li autre oir n'emporteront point gaaing du plet, Beaumanoir, XII, 24.

XIVe s. Le gaaing doit estre appellé perte, qui sa bonne fame [réputation] ne garde. Ménagier, I, 9.

XVe s. Nous defendons que nul creancier ne face renouveler lettres de creance et obligations de sa debte, par quoy le gain se convertisse en sort ni en autre maniere d'usure ou interest, Ordonn. des rois, t. II, p. 311.

XVIe s. Un hardi cueur aymeroit mieux mourir, Quand ennemy il voit en la campaigne, Qu'il n'y allast, soit à perte ou à gaigne, Marot, J. V, 108. Elle feit si bien qu'elle gaigna [une partie de jeu], et demanda Mesabates pour son gaaing, Amyot, Artax. 21. Ce qui est donné par forme de gain nuptial (qu'on appelle au pays de Lognes), en traicté de mariage ne gist point en restitution, Coust. gén. t. II, p. 518. D'injuste gain, juste daim [dommage], Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 131. Du gain l'odeur a bonne saveur, Leroux de Lincy, ib.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « gain »

Voy. GAGNER ; wallon, wâgn ; provenç. gazanh, guazanh, gazainh, guazaing, gaanh, gaaing ; anc. catal. gazagn, guadagn ; ital. guadagno. Il y a dans l'ancien français gaaing, et gaing ou vain, qui signifie herbe de pâturage, et, par extension, automne, qui est en italien guaime, en wallon wayen, en lorrain veyen, en normand vouin, et qui se trouve dans le français re-gain (voy. REGAIN) ; c'est le sens propre du mot, correspondant au sens propre de gagner ou gaagner.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIIe siècle)[1] Déverbal de gagner[2], en ancien français gaaing (« butin »)[3].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « gain »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gain gɛ̃

Fréquence d'apparition du mot « gain » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « gain »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « gain »

  • L'appât du gain ne représentera jamais la motivation principale du chercheur.
    Pierre Joliot — La recherche passionnément
  • L'appât du gain n'a pas de limites.
    Jean-Jules Richard — Pièges
  • Travaillez pour la gloire, et qu'un sordide gain Ne soit jamais l'objet d'un illustre écrivain.
    Nicolas Boileau dit Boileau-Despréaux — L'Art poétique
  • L’eau trouble est le gain du pêcheur
    Proverbe français
  • La guigne, c'est l'absence de veine chez un individu sans gain.
    Anonyme
  • L'ingratitude est un gain de temps.
    Frédéric Dard
  • Espoir de gain diminue la peine.
    Proverbe français
  • Gagner son pain n’intéresse plus grand monde, c’est garder son gain qui compte.
    Jacques Sternberg — Dictionnaire des idées revues
  • Le gain de la recherche, c’est la recherche elle-même.
    Saint Grégoire de Nysse — Homélies sur l’Ecclésiaste
  • Ne fais pas de mauvais gain : Mauvais gain vaut désastre.
    Hésiode — Les Travaux et les Jours, 352 (traduction E. Bergougnan)
Voir toutes les citations du mot « gain » →

Traductions du mot « gain »

Langue Traduction
Anglais gain
Espagnol ganancia
Italien guadagno
Allemand dazugewinnen
Chinois 获得
Arabe كسب
Portugais ganho
Russe усиление
Japonais 利得
Basque irabazia
Corse guadagnà
Source : Google Translate API

Synonymes de « gain »

Source : synonymes de gain sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « gain »

Combien de points fait le mot gain au Scrabble ?

Nombre de points du mot gain au scrabble : 5 points

Gain

Retour au sommaire ➦