La langue française

Aboulie

Sommaire

  • Définitions du mot aboulie
  • Étymologie de « aboulie »
  • Phonétique de « aboulie »
  • Évolution historique de l’usage du mot « aboulie »
  • Citations contenant le mot « aboulie »
  • Traductions du mot « aboulie »
  • Synonymes de « aboulie »

Définitions du mot aboulie

Trésor de la Langue Française informatisé

ABOULIE, subst. fém.

A.− PSYCHOPATHOLOGIE. Trouble mental caractérisé par la diminution ou la privation de la volonté, c'est-à-dire par l'incapacité d'orienter et de coordonner la pensée dans un projet d'action ou une conduite efficiente :
1. Le déficit, plus ou moins profond, de la volonté, représente l'aboulie; ... H. Codet, Psychiatrie,1926, p. 26.
2. L'acte de repos, affirment les spécialistes, est un acte volontaire. Chez beaucoup de malades l'insomnie même n'est qu'une des mille formes de l'aboulie. G. Bernanos, Sous le soleil de Satan,1926, p. 254.
3. ... − l'aboulie caractérisée est accompagnée de phénomènes de dévitalisation − ... E. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 417.
4. Dans le cas extrême de l'aboulie interviennent un rétrécissement du champ de conscience et la pauvreté de l'idée, « simple, étroite, formée de peu d'éléments psychologiques » et par là même incapable d'étoffer une décision concrète. E. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 417.
5. ... le scrupuleux succombe à la maladie du doute et à ses conséquences, l'aboulie, l'asthénie et l'apraxie; ... V. Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien,1957, p. 206.
Rem. Le terme fonctionne souvent dans un syst. de synon. (cf. tous les ex. sauf 2 et 4), de nombreux troubles psychopathologiques présentant les mêmes symptômes et les mêmes effets que l'aboulie.
B.− Au fig. Perte de vitalité d'un groupe social, d'une nation, etc. :
6. De l'éducation de la volonté dans l'instruction et dans la nation. Un beau sujet pour M. Buisson, à l'ouverture de son cours en Sorbonne. Un sujet trop actuel, hélas! dans l'effroyable crise d'aboulie que nous traversons. G. Clemenceau, Vers la réparation,1899, p. 510.
7. Ce pays est peut-être absolument épuisé, disent-ils. Sa régression militaire et maritime n'exprime-t-elle pas un état d'anémie et d'aboulie sociales profondes? Ch. Maurras, Kiel et Tanger,1914, p. 200.
Stylistique − Nuance gén. dépréc., plus accentuée dans les rares emplois métaph. (cont. soc. ou pol.). Dans ces ex. aboulie est renforcé par des adj. d'intens. (effroyable, profonde, cf. ex. 6, 7). Un emploi presque fam. : 8. Il inquiétait sa famille par ce qu'on appelait « son aboulie ». S. de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée, 1958, p. 254.
Prononc. − 1. Forme phon. : [abuli]. 2. Dér. et composés : aboulie, aboulique.
Étymol. ET HIST. − Corresp. rom. : ital. abulia; esp., port. abulia; roum. abulie. 1883 terme méd. (Th. Ribot, Les Maladies de la volonté, p. 38 : Guislain a décrit en termes généraux cet affaiblissement que les médecins désignent sous le nom d'aboulie. Les malades savent vouloir intérieurement mentalement, selon les exigences de la raison... mais ils sont impuissants à faire convenablement). Empr. au gr. α ̓ ϐ ο υ λ ι ́ α « irréflexion, imprudence » dont le sens a été modifié par β ο υ ́ λ ε σ θ α ι « vouloir ». Α ϐ ο υ λ ι ́ α formé du préf. privatif α ̓- et de β ο υ λ η ̀ « volonté ».
STAT. − Fréq. abs. litt. : 15.
BBG. − Foulq.-St-Jean 1962. − Garnier-Del. 1961 [1958]. − Goblot 1920. − Julia 1964. − Lafon 1963. − Lal. 1963. − Miq. 1967. − Moor 1966. − Piéron 1968. − Porot 1960. − Spitzer (L.). Prov. catal. avol « mauvais, vil ». Romania. 1939, t. 65, pp. 537-539.

Wiktionnaire

Nom commun

aboulie \a.bu.li\ féminin

  1. (Psychiatrie) Trouble mental caractérisé par une perte de la volonté et une grande difficulté à se décider, à agir (perte de l’initiative).
    • En fait l’aboulie est toujours plus ou moins générale. — (Charles Bouchard, Joseph Babinski, Édouard Brissaud, Traité de médecine: Volume 10, 1905)
    • Les prières collectives qui rythmaient les jours et les heures (…) installaient les ouailles dans une bienheureuse hébétude, et les psalmodies diffusées entre les neuf prières quotidiennes par des haut-parleurs infatigables, accrochés aux bons endroits du sanatorium, se répercutaient de cloisons en parois, de couloirs en chambrées, entrelaçant à l'infini leurs échos lénitifs pour maintenir l'attention au ras de l'aboulie. […] Dans le regard absent des orants brillait la même douce et vibrante lumière de l'acceptation, elle ne les quittait jamais. — (Boualem Sansal, 2084. La fin du monde, éd. Gallimard, coll. « Folio », 2015, pp. 48-49.)
  2. (Philosophie) Incapacité anormale du passage à l’action dans le vouloir.
    • « J’ai passé mon temps à avertir et à protester contre nos postures, nos facilités, parce que cette aboulie m’est devenue insupportable » (Manuel Valls) — (AFP 14/06/2009)
    • On diagnostiquera à juste titre ce que Besnier-Thomas nomment « une maladie de la volonté ». Mais cette maladie est peut-être davantage qu’une aboulie. La gauche « qui ne sait plus ce qu’elle veut » ne se contente plus de se taire, mais prend l’habitude de faire sien le grand discours de régression d’une droite dont elle envie la bonne santé, d’une droite à l’entrain réactionnaire communicatif. — (Élisabeth Guibert-Sledziewski, Une culture de régression, dans Flash sur la droite, Raison présente no 88, p.115, 4e trimestre 1988)

Forme de verbe

aboulie \a.bu.li\

  1. Participe passé féminin singulier de aboulir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ABOULIE. n. f.
T. de Médecine. Disparition ou diminution de la volonté. Voyez NEURASTHÉNIE.

Étymologie de « aboulie »

(Date à préciser) Du grec ancien ἀβουλία, aboulía (« irréflexion, imprudence »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « aboulie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
aboulie abuli

Évolution historique de l’usage du mot « aboulie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « aboulie »

  • Les chouineries sur Chirac montrent surtout qu'on vit dans un pays de vieux, toujours prêts à verser des larmes sur n'importe quel élément leur rappelant leurs jeunes années, en en ayant oublié l'essentiel (pour Chirac, l'essentiel c'était son énergie assassine pour prendre le pouvoir et son aboulie une fois qu'il y est parvenu). L'Obs, Chirac est mort et avec lui s’efface un monde ancien
  • C'est pourquoi le rôle de l'entourage du patient dans l'identification du trouble dépressif est essentiel. Il y a une rupture nette dans ses habitudes : aboulie (diminution de la volonté), absence de projets, agressivité, difficultés de concentration, perte d'intérêt pour ses activités favorites, déséquilibres alimentaires et troubles du sommeil inhabituels, fatigue permanente… Sciences et Avenir, Dépression de l'adulte : définition, symptômes, traitements - Sciences et Avenir
  • L'aboulie correspond à une incapacité à réaliser des tâches quotidiennes ou à initier des actions. Ce symptôme psychiatrique désigne une absence ou une perte totale de motivation et de volonté. Différentes causes peuvent être à l'origine de cette caractéristique. Le docteur Simona Georgescu fait le point. Femme Actuelle, Aboulie : à quoi correspond cette perte de motivation et comment s'en sortir ? : Femme Actuelle Le MAG
  • Ils sautent. Crient. Courent. Partout. Ceux-là, ont pour ainsi dire un besoin inextinguible de bouger. Ils sont souvent décrits comme «hyperactifs». Et puis, il y a ceux qui ont adopté la position du dormeur comme philosophie de vie. Parfois malgré eux. Ce trouble pathologique se nomme l’aboulie. Il caractérise la «diminution ou la privation de la volonté, c’est-à-dire par l’incapacité d’orienter et de coordonner la pensée dans un projet d’action ou une conduite efficiente», note Le Trésor de la langue française. Cela signifie que l’aboulique est apathique et incapable de prendre des décisions. Exemple: au restaurant, il est celui qui ne parvient pas, malgré les retours intempestifs du serveur, à faire un choix parmi les plats proposés. Le Figaro.fr, Cinq nuances de fatigue dans la langue française
  • Cet antihéros russe, devenu une figure emblématique, inquiète par son aboulie et sa terrifiante paresse, mais il est aussi porteur d’une subtile subversion. Voilà un homme qui se retranche, qui réclame le droit de vivre, simplement, tranquillement chez lui, sans qu’on lui dicte les règles d’un jeu social éreintant. A lire ou relire pour savourer les joies qu’offre le fait de rester chez soi, et méditer sur l’action, l’occupation, le temps libre et l’inaction. Le Temps, Oblomov, saint patron des divans - Le Temps
  • Dix minutes. Cela fait presque un quart d’heure que vous attendez le bus. Vous hésitez à partir. Mais enfin, vous avez déjà trop patienté pour le voir arriver. Y aller maintenant signifierait que l’attente a été vaine. Et puis s’il arrivait dans deux minutes? Non, vous refusez de bouger. Mais tout de même... Cette incapacité à prendre une décision, tout le monde l’a une fois expérimentée. Les Anglais nomment cela «fobo», c’est-à-dire «Fear Of Better Options» (La peur des meilleurs choix). En France, cette difficulté qui peut parfois devenir pathologique se rencontre sous le terme savant d’«aboulie». Le Figaro.fr, Comment prendre la bonne décision?

Traductions du mot « aboulie »

Langue Traduction
Anglais abulia
Espagnol abulia
Italien apatia
Source : Google Translate API

Synonymes de « aboulie »

Source : synonymes de aboulie sur lebonsynonyme.fr
Partager