La langue française

Négation

Sommaire

  • Définitions du mot négation
  • Étymologie de « négation »
  • Phonétique de « négation »
  • Citations contenant le mot « négation »
  • Traductions du mot « négation »
  • Synonymes de « négation »
  • Antonymes de « négation »

Définitions du mot « négation »

Trésor de la Langue Française informatisé

NÉGATION, subst. fém.

I. − Action de nier; résultat de cette action.
A. − [Le compl. en de désigne qqc. d'abstr. ou de concr.]
1. Action de nier l'existence de quelqu'un ou de quelque chose, ou de la remettre en cause; résultat de cette action. La fonction de la négation varie suivant la nature de l'objet considéré; entre les réalités pleinement positives (...) et celles dont la positivité n'est qu'une apparence qui dissimule un trou de néant tous les intermédiaires sont possibles (Sartre, L'Être et Néant, Paris, Gallimard, 1976 [1943], p.56).J'accueillis fort mal cette déclaration qui me semblait contenir, tout à la fois, la négation d'un engagement de l'Angleterre et l'intention d'un marchandage dont nous aurions à faire les frais (De Gaulle, Mém. guerre, 1956, p.33):
1. La négation du progrès, l'affirmation que la barbarie des coeurs n'a jamais été pire est un thème naturel chez les mécontents et les poètes, et peut-être est-il lui-même nécessaire au progrès... Benda, Trahis. clercs, 1927, p.244.
PSYCHIATRIE, PSYCHANAL. Mécanisme de défense de l'individu qui consiste à nier l'existence d'un fait. Phénomène courant de la négation de la différence des sexes qui apparaît comme une défense (...) contre les désirs dangereux qui pourraient naître dans le groupe et le mettre à mal (A. Mucchielli, Les Mécanismes de défense, Paris, P.U.F., 1981, p.43).
Délire de négation. État d'un malade qui nie l'existence de ses organes et de son corps et auquel peut s'associer un certain nombre d'idées morbides:
2. ... le délire systématique secondaire le plus caractéristique de la mélancolie, est le délire de négation ou syndrome de Cotard. Il comprend dans sa forme typique des idées de négation (le malade nie l'existence de ses organes, il arrive même à nier l'existence de son corps, de ses parents, de ses amis, de la mort, des lieux, du temps, du monde), auxquelles s'associent des idées d'immortalité (il se croit condamné à ne pas mourir pour souffrir éternellement) et des idées d'énormité (il prétend, par exemple, que son corps s'enfle démesurément et envahit l'univers). H. Ey, P.Bernard, Ch. Brisset, Manuel de psychiatrie, Paris, Masson, 1978, p.267.
2. Fait d'entrer en contradiction avec l'existence de quelqu'un ou de quelque chose. La seconde conséquence importante des principes directeurs de la réforme de l'enseignement est la nécessité de prévoir tout un ensemble de mesures de justice sociale, dont l'absence serait la négation de toute réforme (Hist. instit. et doctr. pédag., 1947, p.434).
P.méton. Ce qui entre en contradiction avec quelque chose, ce qui le nie. Au cours de l'histoire les possédants créent sans cesse la classe des exploités, qui est leur négation et leur propre fossoyeur (Lacroix, Marxisme, existent., personn., 1949, p.21):
3. L'isolement est la négation de la vie, puisque la vie est un mouvement spontané, et que le mouvement suppose des relations; bien plus encore est-il la négation de l'ordre, de l'harmonie, de la beauté, de toute perfection et de toute béatitude, puisqu'aucune de ces choses ne saurait se concevoir sans la double idée de pluralité et d'unité. Lacordaire, Conf. N.-D., 1848, p.197.
Rare. Ce qui se nie soi-même. Je vous avoue que l'horrible ne m'a jamais causé une émotion. Les extrêmes poussés au delà m'ont toujours paru des négations (Loti, Journal, 1878-81, p.217).
B. − [Le compl. en de désigne une proposition, un jugement, un propos] Action de ne pas en reconnaître la vérité; résultat de cette action. Le littérateur moderne condamne l'idée nette au nom de la croyance qui veut que la pensée n'avance que par contradiction à elle-même, notamment par le procédé de la «dialectique hégélienne», où l'idée A coexiste nécessairement avec sa négation non-A, laquelle, en se niant à son tour (la «négation de la négation»), susciterait l'idée nouvelle et plus proche de la vérité, B (Benda, Fr. byz., 1945, p.40):
4. ... remarquons que nier consiste toujours à écarter une affirmation possible. La négation n'est qu'une attitude prise par l'esprit vis-à-vis d'une affirmation éventuelle... si je dis «cette table n'est pas blanche», je n'exprime sûrement pas quelque chose que j'ai perçu, car j'ai vu du noir, et non une absence de blanc. Ce n'est donc pas , au fond, sur la table elle-même que je porte ce jugement mais plutôt sur le jugement qui la déclarerait blanche. Bergson, Évol. créatr., 1907, p.287.
LOG. CLASS. Opération par laquelle une proposition devient fausse si elle était vraie, ou vraie si elle était fausse. Toute proposition équivaut à la négation de sa négation... En outre, la négation de P, la négation de l'affirmation de P, l'affirmation de la négation de P s'équivalent (J. Chauvineau, La Log. mod., Paris, P.U.F., 1957, p.20).L'opérateur de négation s'inscrit dans un modèle logique binariste où le vrai et le faux sont des entités absolues et exclusives (R. Martin, Inférence, anton. et paraphrase, Paris, Klincksieck, 1976, p.60).
Refus de quelque chose, réponse négative. Écrivez-moi promptement oui ou non à ce sujet, car, en cas de négation, je fais une édition à 12 ou 20 exemplaires, pour mes amis (Balzac, Corresp., 1832, p.180).La pauvre fille eut le coeur brisé par cette parole; elle leva les yeux sur le prêtre et fit un signe de négation (Balzac, Splend. et mis., 1844, p.46).Synon. de dénégation.Le pape Léon XII n'a d'abord point tenu compte de la négation du criminel (Delécluze, Journal, 1826, p.314).
Fait de ne pas reconnaître le bien fondé de quelque chose, de le nier, ou, p.méton., ce qui le nie. La médecine expérimentale est la négation des systèmes et doctrines médicales. Je dis en outre que la médecine est la négation formelle de toutes les doctrines (Cl. Bernard, Princ. méd. exp., 1878, p.29).Les stances, qui ont été saluées comme la négation du symbolisme et comme un retour authentique à l'art classique, ne sont-elles pas au contraire l'expression même de ce que le symbolisme comportait d'échec devant les sentiments profonds et les grandes idées humaines (Thibaudet, Réflex. litt., 1936, p.11):
5. Il ne suffit pas de condamner théoriquement l'antisémitisme, il faut savoir encore que le parti du droit et de la justice n'en peut tirer aucun profit, puisque c'est, par définition, la négation des droits de la conscience, l'affirmation du privilège, de l'intolérance et de l'iniquité. Clemenceau, Iniquité, 1899, p.147.
II. − LING. Ensemble des mécanismes linguistiques qui servent à nier. Auxiliaire ou forclusif de négation partielle, de négation totale (v. ne I B rem.); champ de la négation (v. ne I B 2 c rem. 4). Le système de la négation [du français] repose sur l'association d'un élément constant ne et d'un ou plusieurs éléments appartenant à un ensemble qu'on peut nommer, à la suite de Damourette et Pichon (...), les forclusifs: pas, plus aucun, jamais, personne, etc. (J.-C. Milner, Ordre et raisons de lang., Paris, éd. du Seuil, 1982, p.186):
6. Deux grands faits dominent le fonctionnement de la négation en français moderne et en rendent l'étude extrêmement ardue. D'abord le fait qu'en dépit du mot négation lui-même, il n'existe pas, en français, d'opposition binaire dont l'un des termes serait positif, l'autre négatif (...). Il y a donc non pas un mais des moyens d'exprimer ce qu'on appelle une négation. O. Gaatone, Ét. descriptive du système de la négation en fr. contemp., Paris, Genève, Droz, 1971, p.8.
P. méton. Mot qui sert à nier. Hors le cas où rien, répondant à une interrogation, contient ou suppose une ellipse, nous ne pouvons employer ce mot qu'avec une négation, parce qu'il n'est point négatif, à la différence du latin nihil, qui est formé de ne et de hilum, comme nemo l'est de ne et de homo (pas un atome, pas un homme) (J. de Maistre, Soirées St-Pétersb., t.1, 1821, p.125).La négation ordinaire ne se trouve généralement accompagnée d'un des mots pas, (pas un), point, ... etc. (Grev.1975, § 875).
III. − THÉOL. Raisonnement qui consiste à nier que l'on puisse concevoir Dieu en termes de qualités ou de notions tirées de l'expérience humaine et qui aboutit à affirmer que l'existence de Dieu ne peut être prouvée qu'à l'aide de preuves négatives. Toute formule théologique n'est qu'une expression chiffrée, ce qui détermine deux méthodes théologiques. L'une procède par affirmations et c'est la théologie positive: en définissant Dieu elle le limite. Il faut la compléter par la théologie négative qui procède par négations et rejette tout anthropomorphisme (Philos., Relig., 1957, p.50-15):
7. Nier Dieu comme existant (...) c'est refuser absolument de le traiter comme un objet empirique, c'est en même temps par suite nier (...) que rien dans ce qui existe puisse être incompatible avec Dieu, puisse exclure Dieu. La négation de l'existence de Dieu se convertit ainsi en l'affirmation de la puissance de Dieu comme transcendante par rapport à tout possible empirique... G. Marcel, Journal, 1914, p.35.
PHILOS., rare. Chose qui ne se conçoit que par des indices négatifs. L'organisation [de la matière vivante] ne sera donc étudiable scientifiquement que si le corps organisé a été assimilé d'abord à une machine (...) la matérialité de cette machine ne représente plus un ensemble de moyens employés, mais un ensemble d'obstacles tournés: c'est une négation plutôt qu'une réalité positive (Bergson, Évol. créatr., 1907, p.94).
Prononc. et Orth.: [negasjɔ ̃]. Ac. 1694, 1718: negation; dep. 1740: né-. Étymol. et Hist. 1. 1174 negatiun «action de nier» (Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, 3343 ds T.-L.); 2. 1370-72 gramm. (Oresme, Ethiques, éd. A. D. Menut, p.332, note 2); 3.1395 «reniement» (Voyage de Jerusalem du seigneur d'Anglure, 108 ds T.-L.); 4. 1694 «absence d'une qualité dans un sujet qui n'en est pas capable» (Ac.); 5. 1907 log. supra ex. 4; 6. 1912 psychiatrie délire de négation (Garnier et Delamare, Dict. des termes techn. de méd. ds Quem. DDL t.18). Empr. au lat. negatio «négation, dénégation», «particule négative». Fréq. abs. littér.: 1009. Fréq. rel. littér.: xixes.: a)553, b) 754; xxes.: a) 1491, b) 2518. Bbg. Attal (P.). Deux niveaux de négation. Lang. fr. 1984, no62, pp.4-11. _Borillo (A.). La Négation et les modifieurs temporels. Lang. fr. 1984, no62, pp.37-58; La Négation et l'orientation de la demande de confirmation. Lang. fr. 1979, no44, pp.27-41. _Damourette (J.). Sur la négation en fr. Z. fr. Spr. Lit. 1932, t.55, pp.86-89. _Fauconnier (G.). Projection de présuppositions et application de la négation. Lang. fr. 1984, no62, pp.12-36. _Gaatone (D.). Art et négation. R. rom. 1971, t.6, pp.1-16; Ét. descriptive du syst. de la négation en fr. contemp. Genève, 1971, 238 p._Gilles (D.). De l'emploi de la négation dans la lang. fr. Bruxelles, 1877, p.132 p._Martin (R.). Le Mot rien et ses concurrents en fr. Paris, 1966, passim; La «Négation de virtualité» du moy. fr. Romania. 1972, t.93, pp.20-49. _Milner (J.). Négation métaling. et négation. métaling. Semantikos, 1977, t.2, pp.47-62. _Milner (J.-Cl.). Le Syst. de la négation en fr. Lang. fr. 1979, no44, pp.80-105. _Morel (M.-A.). Rem. sur l'emploi de la négation. Cah. Lexicol. 1980, t.37, pp.35-48. _Muller (Cl.). L'Association négative. Lang. fr. 1984, no62, pp.59-94. _Pichon (E.), Hoesli (H.). Über die Negation im Frz. Z. fr. Spr. Lit. 1930, t.53, pp.77-112. _Van Deyck (R.). La Synt. de la négation en fr. mod. Trav. Ling. Gand. 1977, no5, pp.35-60. _Zwanenbourg (W.). Négation de phrase en fr. mod. Lingua. 1977, t.42, pp.191-207.

Wiktionnaire

Nom commun

négation \ne.ɡa.sjɔ̃\ féminin

  1. (Didactique) Action de nier.
    • Soit qu’il fût convaincu, soit, ce qui est plus probable, que la négation lui parût difficile vis-à-vis d’un homme comme le chevalier Lenoir, le docteur se tut. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes, 18xx)
    • Alors les retournant et les soupesant : « Charcot, me dit-il, y a-t-il de l’or ou de l’argent là-dedans ? » et devant ma négation, il me les rendit avec mépris. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Toute passion se nourrit de négation, parce qu’elle assume et souffre l’exception, au sens kierkegaardien du terme. Elle exile celui qui la vit. — (Denis de Rougemont, Comme toi-même : Essais sur les Mythes de l’Amour, Albin Michel, 1961, p. 77)
  2. (Grammaire) Mots qui servent à nier, comme « ne … pas, ne … point, ne … mie », etc.
    • En latin, deux négations valent une affirmation.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

NÉGATION. n. f.
T. didactique. Action de nier. Il est opposé à Affirmation. Toute proposition contient affirmation ou négation. Il se dit aussi, en termes de Grammaire, des Mots qui servent à nier, comme Ne, pas, etc. En latin, deux négations valent une affirmation.

Littré (1872-1877)

NÉGATION (né-ga-sion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
  • 1Action de nier ; il est opposé à affirmation. Dieu ne peut faire les contradictoires ; cela est vrai, parce que ce n'est pas un pouvoir de faire ce qui est absurde, c'est au contraire une négation de pouvoir, Voltaire, Mél. litt. au Père Tournemine, 1735.
  • 2 Terme de grammaire. Mot qui sert à nier. Deux négations valent une affirmation, c'est-à-dire la négation d'une négation vaut une affirmation, par exemple en latin où non nemo signifie quelqu'un.

HISTORIQUE

XIIe s. Obedience offristes ainz [auparavant] e subjectiun ; En refui de ço faites puis appellatiun ; Tost turnastes vostre est en la negatiun, Th. le mart. 85.

XIIIe s. [En matière de fait] cil qui nie n'enseigne pas nule raison de sa negation, Latini, Trésor, p. 480.

XIVe s. Ne se merveille nul, se je ay mis en pluseurs lieus deux negacions pour une ; car c'est la maniere de parler en françois ; si comme en disant : nul homme ne dort, Oresme, Eth. 334.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

NÉGATION, s. f. (Logique, Grammaire.) les Métaphysiciens distinguent entre négation & privation. Ils appellent négation l’absence d’un attribut qui ne sauroit se trouver dans le sujet, parce qu’il est incompatible avec la nature du sujet : c’est ainsi que l’on nie que le monde soit l’ouvrage du hasard. Ils appellent privation, l’absence d’un attribut qui non seulement peut se trouver, mais se trouve même ordinairement dans le sujet, parce qu’il est compatible avec la nature du sujet, & qu’il en est un accompagnement ordinaire : c’est ainsi qu’un aveugle est privé de la vûe.

Les Grammairiens sont moins circonspects, parce que cette distinction est inutile aux vûes de la parole : l’absence de tout attribut est pour eux négation. Mais ils donnent particulierement ce nom à la particule destinée à désigner cette absence, comme non, ne, en françois ; no, en italien, en espagnol & en anglois ; nein, nicht, en allemand ; οὐ, οὐκ, en grec, &c. sur quoi il est important d’observer que la négation désigne l’absence d’un attribut, non comme conçue par celui qui parle, mais comme un mode propre à sa pensée actuelle ; en un mot la négation ne présente point à l’esprit l’idée de cette absence comme pouvant être sujet de quelques attributs, c’est l’absence elle-même qu’elle indique immédiatement comme l’un des caracteres propres au jugement actuellement énoncé. Si je dis, par exemple, la négation est contradictoire à l’affirmation ; le nom négation en désigne l’idée comme sujet de l’attribut contradictoire, mais ce nom n’est point la négation elle-même : la voici dans cette phrase, Dieu ne peut être injuste, parce que ne désigne l’absence du pouvoir d’être injuste, qui ne sauroit se trouver dans le sujet qui est Dieu.

La distinction philosophique entre négation & privation n’est pourtant pas tout-à-fait perdue pour la Grammaire ; & l’on y distingue des mots négatifs & des mots privatifs.

Les mots négatifs sont ceux qui ajoûtent à l’idée caractéristique de leur espece, & à l’idée propre qui les individualise l’idée particuliere de la négation grammaticale. Les noms généraux nemo, nihil ; les adjectifs neuter, nullus ; les verbes nolo, nescis ; les adverbes nunquam, nusquam, nullibi ; les conjonctions nec, neque, nisi, quin, sont des mots négatifs. Les mots privatifs sont ceux qui expriment directement l’absence de l’idée individuelle qui en constitue la signification propre ; ce qui est communément indiqué par une particule composante, mise à la tête du mot positif. Les Grecs se servoient sur-tout de l’alpha, que les Grammairiens nomment pour cela privatif ; ὁμαλοs, d’où ἀνώμαλος, avec α & un ν euphonique ; βυσσός, d’où ἄβυσσος. La particule in, étoit souvent privative en latin ; dignus, mot positif, indignus, mot privatif ; decorus, indecorus ; sanus, insanus ; violatus, inviolatus ; felix, felicitas & feliciter, d’où infelix, infelicitas & infeliciter : quelquefois le n final de in, se change en l & en r, quand le mot positif commence par l’une de ces liquides, & d’autres fois en m, si le mot commence par les labiales b, p & m ; legitimus, de-là illegitimus pour inlegitimus ; regularis, de-là irregularis pour inregularis ; bellum, & de-là imbellis pour inbellis ; probè, d’où improbè pour inprobè ; mortalis, d’où immortalis pour inmortalis. Nous avons transporté dans notre langue les mots privatifs grecs & latins, avec les particules de ces langues ; nous disons anomal, abime, indigne, indécent, insensé, inviolable, infortune, illégitime, irrégulier, &c. mais si nous introduisons quelques mots privatifs nouveaux, nous suivons la méthode latine & nous nous servons de in.

Ainsi la principale différence entre les mots négatifs & les mots privatifs, c’est que la négation renfermée dans la signification des premiers, tombe sur la proposition entiere dont ils font partie & la rendent négative ; au-lieu que celle qui constitue les mots privatifs, tombe sur l’idée individuelle de leur signification, sans influer sur la nature de la proposition.

A l’égard de nos négations, non & ne, il y a dans notre langue quelques usages qui lui sont propres, & dont je pourrois grossir cet article ; mais je l’ai déjà dit, ce qui est propre à certaines langues, n’est nullement encyclopédique : & je ne puis ici, en faveur de la nôtre, qu’indiquer les remarques 389 & 506 de Vaugelas, celle du P. Bouhours sur je ne l’aime, ni ne l’estime, tom. I. p. 89. & l’art de bien parler françois, tom. II. p. 355. remarque sur ne (B. E. R. M.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « négation »

(Date à préciser) Du latin negatio. (XIIe siècle) negatiun.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. negatio ; espagn. negacion ; ital. negazione ; du lat. negationem, de negare, nier.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « négation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
négation negasjɔ̃

Citations contenant le mot « négation »

  • L'athéisme est une négation de Dieu, et par cette négation, il pose l'existence de l'homme. De Karl Marx / Manuscrits - 1844
  • La négation de l’idée industrielle est la spéculation. De Henry Ford
  • L'action est la négation de tous les possibles moins un. De Edouard Herriot
  • Le suicide est la plus grande des négations. De Roger Fournier / Moi, mon corps, mon âme, Montréal etc...
  • Le noir, c'est la négation de la lumière, de l'ombre et notre double si mystérieux. De Jean-Paul Marcheschi
  • Qui séjourne auprès de la négation ne peut se servir d'elle. Maurice Blanchot, L'Espace littéraire, Gallimard
  • “Vous nous faites honte… Votre «identité graphique » à deux balles ne sera jamais celle des Girondins… La négation de la volonté du peuple continue, vous en subirez sa fureur… […] Nous avions malheureusement raison concernant ce pitoyable logo qui ne sera jamais celui du FCGB. 3 jours après la colère du peuple Girondins, FL recevait des anciens joueurs comme si de rien n’était. Ces 3000 personnes n’ont donc aucune importance ?. Girondins4Ever, Florian Brunet : "Vous nous faites honte… La négation de la volonté du peuple continue, vous en subirez sa fureur…" | Girondins4Ever
  • Plus d’une centaine d’acteurs ont répondu aux études d’impact initiales de la Commission sur le Digital Services Act. Entre inquiétudes des plateformes et demandes de secteurs historiques, les points de friction sont nombreux. En parallèle, l’unité des plateformes se délite sur la concurrence, entre négation d’un problème à évocation de situations spécifiques. , Responsabilité, concurrence, données… Petites et grandes fractures sur le Digital Services Act - Contexte
  • 1ère déclaration publique, 1ère négation sémantique tragique. Mme @clairehedon @Defenseurdroits, qd on refuse de nommer les choses, on les nie. On nie dès lors les droits de ceux qui en sont victimes. Geneviève Legay, par ex., mais la liste est longue...https://t.co/dZBDZQ13j5 Les Inrockuptibles, [Vidéo] : La nouvelle défenseure des droits, Claire Hédon, n’aime pas le terme de “violences policières”
  • "Je suis candidat à la Présidence de la Cinor pour une Gouvernance partagée et équilibrée entre les communes, d’Entrepreneurs de Projets, pour et par les Citoyens".  Je suis contre la gouvernance tournante, qui est la négation du principe même de l’intercommunalité et un retour en arrière : l’intercommunalité ne peut plus être le comptoir d’enregistrement des caprices tournants des Maires, successivement Président de l’Intercommunalité, et qui ont conduit à des gabegies financières sans usagers : le Stade en Eaux Vives (18M€), Aquanor (25M€), Cité des Arts (25M€), et plus récemment le Port de Ste Marie (25M€ aussi ! comme par hasard…), et les téléphériques (50M€ > on double ! mais encore par 2 car on va en faire 2 donc 100M€). Ces projets sans usagers vont conduire à une perte de fonctionnement de 10M€/an…nous devons donc arrêter cette dérive, qui nous empêchera de réaliser les projets dont les citoyens ont vraiment besoin. Imaz Press Réunion : l'actualité de la Réunion en photos, Intercommunalité : Cinor : Alek Laï Kane Cheong candidat à la présidence | Imaz Press Réunion : l'actualité de la Réunion en photos
  • En français, l’une des formes les plus courantes de la négation est effectivement "ne… pas". Je ne sais pas si vous vous en souvenez, amis des mots, j’ai raconté l’an dernier l’histoire de la négation "ne". Elle nous vient du latin, bien sûr, mais au départ elle se prononçait "né", puis on s’est mis à la prononcer "ne", et même parfois "n". On disait alors "je ne mange" ou "je n’entre", au lieu de "je ne mange pas" et "je n’entre pas" aujourd’hui. Le problème, c’est que si on me crie "N’entre, ou je te tue", et que je n’ai pas entendu le "n’",  je risque bien d’entrer et alors c’est un drame qui nous pend au nez ! RTL.fr, Mais où est passé le "ne" dans les phrases négatives ?
  • - Il faut être assez averti du problème pour suivre l’utilisation du test de la négation dans le passage de la page 93 déjà évoqué. , Pierre Sève : Une « Grammaire du français » trop peu rigoureuse
  • "Je ne sais pas" ; "je ne crois pas" ; "il ne faut pas" ; "vous ne devez pas"... Pour exprimer la négation, j'ai longtemps cru que l'on recourait depuis la nuit des temps à ces deux petits mots connus de tous : ne, suivi de pas. J'en déduisais qu'il en était ainsi de toute éternité et cela me convenait très bien.  LExpress.fr, Pas, point, mie, goutte : les trois mousquetaires de la négation - L'Express
  • C’est tout « l’esprit » des États-Unis résumé en un sigle : le communautarisme et les flingues. C’est aussi la plus belle preuve que ceux que l’on désigne comme des « Africains-Américains » par respect pour leur « identité » sont, dans les faits, les idées et les comportements, à 100 % d’authentiques produits de l’Amérique. Surtout, c’est la négation absolue de décennies de lutte pour l’égalité. Charlie Hebdo, Racisons les flingues - Charlie Hebdo

Traductions du mot « négation »

Langue Traduction
Anglais negation
Espagnol negación
Italien negazione
Allemand negation
Chinois 否定
Arabe النفي
Portugais negação
Russe отрицание
Japonais 否定
Basque ukapen
Corse negazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « négation »

Source : synonymes de négation sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « négation »

Partager